"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

vendredi 9 octobre 2009

Saint Boudimir (Sokolovic), nouveau martyr serbe


Le fils tenant la photo de son père martyr
et glorifié par l'Eglise


PARME, Ohio -
Il y avait là tous les ingrédients d'une tragédie classique des Balkans.
(Article paru en novembre 2004)

Un père de famille avait survécu aux nazis, mais il fut exécuté pour sa foi par les communistes.
Le fils, survivant avec ses souvenirs de jeune garçon d'un parent aimant, dut renier son père publiquement de peur que les mêmes autorités, ne le mettent à mort.

Après avoir immigré aux Etats-Unis, le révérend Vasilije Sokolovic continua d'être hanté par tout ce qu'il ne connaissait pas du sort de son père, qui fut jeté dans une fosse peu profonde dans un champ non indentifié en 1945 en Serbie.

Mais le pasteur de longue date de la Cathédrale Serbe Orthodoxe Saint-Sava à Parma (Ohio, USA), n'a jamais perdu la foi.

Et maintenant, la fidélité remarquable d'un père et son fils liés dans la vie et la mort à travers six décennies est récompensée.

L'Église Orthodoxe Serbe canonisera [glorifiera] en mai prochain Sokolovic père, le révérend Boudimir Sokolovic, en tant que prêtre-martyr, le faisant entrer dans un panthéon choisi de saints dont l'Eglise déclare qu'ils ont mené une vie si sainte que les fidèles peuvent demander leur intercession pour avoir inspiration divine et protection.

Une icône de Père Sokolovic est faite, et les chrétiens orthodoxes dans le monde seront en mesure de célébrer le 11 Juillet comme un jour de fête en l'honneur de Saint Boudimir de Dobrun prêtre et des 29 autres martyrs de la Seconde Guerre mondiale.

Il est extrêmement rare pour un saint pour faire partie de la mémoire vivante de l'Eglise. Pour un nouveau saint être le père d'un prêtre bien-aimé est un événement extraordinaire dans la vie religieuse d'une communauté américaine.

Pour un homme, ce n'est rien de moins qu'un miracle.

Le vieux prêtre de 66 ans fait le signe de la croix et laisse couler les larmes comme il parle de la merveille de passer d'une vie de prière passée à prier pour la paix éternelle de son père à la possibilité de lui demander de prier pour lui dans le ciel.

"Il est plus proche de Dieu", a déclaré Sokolovic dans une interview à Saint-Sava. "Je ne suis plus désolé pour ce que j'ai souffert toute ma vie. Dieu merci."

En 1944, le révérend Boudimir Sokolovic entra dans le village serbe de Milanovac à cheval, ramassa son garçon de 6 ans Vasilije et son frère et leur dit: "Vous êtes ma vie."

C'est le dernier souvenir que Vasilije Sokolovic a de son père, qui est retournés au champ de bataille pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que conseiller spirituel d'un groupe serbe qui se battait contre l'occupation allemande de la Yougoslavie.

L'aîné Sokolovic vécut pour voir l'expulsion des nazis, mais il n'a pas survécu à la lutte anti-communiste qui a suivi. Il a été emprisonné et exécuté plus tard dans le courant de Mai 1945, son corps enterré dans un champ où personne ne put le trouver.

Les fils qu'il a laissés ont appris de leur mère à nier toute relation avec le prêtre, de peur d'être , eux aussi tués.

Dans les récits évangéliques, la crainte de représailles pousse l'apôtre Pierre à renier Jésus à trois reprises. Sokolovic comprend la douleur du dirigeant de l'Eglise primitive forcé de renier un être cher.

Comme jeune conscrit, un sergent de l'armée lui a demandé s'il connaissait un prêtre nommé Sokolovic de Bosnie. "Je ne le connais pas", a répondu Vasilije . "Je suis de Zagreb."

Mais il a suivi son père au séminaire, devenant ainsi la 42e génération Sokolovic à accéder au sacerdoce.

Sokolovic craignait de révéler son patrimoine, même au séminaire, ne racontant son histoire uniquement aux prêtres âgés en qui il avait confiance. Il est toujours submergé par l'émotion au souvenir des prêtres qui avaient connu son père et qui l'étreignaient et rendaient grâce de ce que lui et d'autres membres de sa famille étaient vivants.

En 1966, Sokolovic quitta la Yougoslavie sous un faux nom et émigra en Amérique. Il travailla dans les aciéries et la construction à Gary, en Indiana, avant d'obtenir sa première paroisse à Masontown, Pennsylvanie, en 1970. Il y a servi pendant cinq ans et fut un pasteur à Steubenville, en Ohio, pendant une décennie avant de venir à Saint-Sava en 1985. Il a servi en tant que pasteur de l'église de Parma jusqu'en 1999, quand il devint pasteur émérite.

La douleur d'un enfant sans père devint la souffrance d'un homme hanté par le fait de ne pas même savoir où le corps de son père se trouvait. Il "a été jeté en terre comme un chien, sans jamais aucune prière."

La fille de Sokolovic, Mirjana Damljanovic, se souvient que lors des voyages en famille en Yougoslavie, son père revêtait ses vêtements liturgiques et disait un service commémoratif sur un bout de terrain près du lieu où son père avait été tué.

Il a dit à ses enfants que son père était un homme bon "et un grand prêtre." [...]

Ce n'est qu'après la chute du communisme que l'Eglise Orthodoxe Serbe libérée pourrait relever la vie de ceux qui étaient morts pour leur foi pendant la Seconde Guerre mondiale.

Quand un fonctionnaire de l'Eglise Serbe lui a dit que la sainte Assemblée des Évêques avait approuvé la cause de son père pour la sainteté, Sokolovic "a éclaté en sanglots tellement il était comblé de joie", a annoncé sa fille.

En Octobre, il apprit qu'un prêtre enquêteur avait trouvé une partie d'un crâne, une croix de bois, de la myrrhe et un livre de prières dans un lieu où l'on pensait que Boudimir Sokolovic avait été assassiné. Ces restes ont besoin de tests ADN .

La série d'événements de cette année semble presque "surréaliste", a dit la fille du prêtre de Parma.

Il ya seulement deux ans, Sokolovic a subi un accident vasculaire cérébral et à un moment il a sombré dans le coma.

Aujourd'hui, il écrit les hymnes à chanter le jour de la fête de son père, et "il vit maintenant avec une véritable mission", a déclaré sa femme, Zorine.

Sa fille a ajouté : «C'est une sorte de répit qu'il n'a jamais eu."

[...]
Avant la cérémonie de canonisation [glorification] en Mai, Sokolovic dira un dernier office commémoratif (Pannikhide) pour son père dans la région où son père est censé avoir été enterré.

Le garçon qui a grandi avec la peur de dire à quelqu'un "qui je suis, qui était mon père" a vécu pour voir son père atteindre la sainteté.

"La grande souffrance, a dit Zorine Sokolovic ," a conduit à une grande gloire à la fin. "

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
http://www.freerepublic.com/focus/f-religion/1290255/posts

Autres nouveaux Hiéromartyrs glorifiés Momcilo Grgurevic, Dobroslav Blazenovic, Milan Bozic, Mihailo Djusic, Jovan Zecevic, Bozidar Jovic, Bogdan Lalic, Trifun Maksimovic, Velimir Mijatovic, Bozidar Minic, Miladin Minic, Marko Popovic, Dimitrije Rajanovic, Budimir Sokolovic, Relja Spahic, Lazar Culibrk, Savo Siljac, Savo Skaljka, Milorad Vukojicic, Ratomir Jankovic, Mihailo Jevdjevic, Dusan Prijovic, Dobrosav Sokovic, Nestor Trkulja, Serafim Dzaric, Andrija Siljak, Slobodan Siljak, and Jovan Rapajic, priests of Serbia (1941-1945)

Saint Nouveaux Martyrs Serbes,
Priez Dieu pour nous!

Icons courtesy of http://www.eikonografos.com/album/ used with permission.

Aucun commentaire: