"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

vendredi 1 juillet 2022

Saint Païssios l'Athonite: Etre heureux avec ce que Dieu nous donne!


"Geronda, je m'inquiète parce que j'ai de nombreux problèmes de santé... Je ne sens pas le Ciel en moi maintenant. 

Tu ne sens pas le Ciel parce que tu ne glorifies pas Dieu. Quand on se déplace dans le domaine de la doxologie, on se réjouit de tout. 

l y a des laïcs dans le monde qui vont nous juger, nous les moines. Tu devrais voir comment les Bédouins souffrent, et pourtant ils sont reconnaissants envers Dieu et heureux. Au lieu de nettoyer entièrement le blé pour en retirer toutes les petites pierres, ils le moudent en farine tel quel, avec les petites pierres - et leur pain est dur comme de la pierre ! 

Et, apparemment, leur nourriture ne contient pas les nutriments nécessaires, comme le calcium, et leurs dents sont donc entièrement abîmées. 

Et pourtant, on voit des Bédouins qui n'ont qu'une seule dent et qui se réjouissent comme si cette dent était en perle. Et ici, si quelqu'un a une dent en moins, il se sent diminué. 

Avec tout ce que tu entends, tu devrais constamment temouvoir dans le domaine de la louange et de la doxologie ; loue Dieu pour ses bienfaits jour et nuit."

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

OTELDERS

jeudi 30 juin 2022

Saint Nicolas [Vélimirovitch]: Fuis le mal et fais le bien " ( Psaume 34:15)


Mes frères et sœurs, qu'est-ce que le Christ veut de nous ?

Il exige que, de même que le sanctuaire de nos églises fait toujours face à l'est, de même nos âmes regardent toujours vers le bien. 

Nous devons laisser le mal derrière nous, dans l'ombre ; nous devons laisser le mal dans l'abîme de l'oubli ; nous devons laisser le mal dans les ténèbres du passé. 

Nous devons tendre la main vers le bien ; nous devons penser au bien ; nous devons aspirer au bien ; nous devons parler du bien ; et nous devons faire ce qui est bien.

Le Christ veut des bâtisseurs, pas des destructeurs. 

Si vous construisez ce qui est bien, en même temps, par la même action, vous détruisez ce qui est mauvais. 

Si, cependant, vous vous mettez en place pour détruire ce qui est mauvais, vous oublierez bientôt comment construire ce qui est bien et vous deviendrez un malfaiteur. 

L'apôtre du Christ nous enseigne : « Détestez la méchanceté et attachez-vous à ce qui est bon (Rom. 12, 9). Haïssez le mal, mais pas la personne qui fait le mal, parce qu'elle ne va pas bien. 

Si vous le pouvez, guérissez ces personnes malades, mais ne les tuez pas par votre haine. Attachez-vous au bien et à cela seul, parce que le bien découle de Dieu et qu'il est l'arche de tout ce qui est bien.

Seigneur, bon et miséricordieux, enseigne-nous à éviter le mal et à faire le bien, pour Ta gloire et notre propre salut. Car toute louange et toute adoration Te sont dues aux siècles des siècles. Amen.


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

 PEMPTOUSIA

mercredi 29 juin 2022

Réfutation de l'hystérie des ovnis par un évêque orthodoxe du IXe siècle


Saint Agobard (779-840), archevêque de Lyon, dans son texte "Sur la grêle et le tonnerre", a prêché contre "tant de stupidité" qui était devenue populaire à son époque et dans sa région, hypothèse selon laquelle que le vent et les tempêtes étaiert produits par des "hommes magiques" qui auraient vécu dans une région du ciel appelée "Magonia", allant et passant par les nuages sur les navires. Certains des plus superstitieux consacraient même une partie de leurs récoltes en "hommage" à ces hommes, afin qu'ils ne détruisent pas tout le champ par des tempêtes.

Un  jour - ce qui a inspiré le sermon de Saint Agobard - trois hommes et une femme montés à bord d'un "navire aérien", seraient descendus du ciel dans la ville de Lyon, affirmant avoir visité Magonia. La population locale était sur le point de lapider les quatre visiteurs, les jugeant sorciers, lorsque l'évêque intervint et exposa l'effet du pouvoir et de la séduction du Diable «quand [il] avait été reçu en eux ».

Nous, chrétiens orthodoxes, ne devons pas douter que l'auteur derrière la confusion et l'hystérie de ce récit du IXe siècle et du phénomène ovni d'aujourd'hui est une seule et même chose - le Diable. Son but est clair et constant : confondre et ébranler les âmes des hommes, afin qu'ils abandonnent la croyance en Dieu, qu'ils commencent à croire en des mensonges qui affament leur âme et, au mieux (pour le Diable), finissent par l'adorer, lui rendre un tribut ou le vénérer. Seul ce qui est extérieur, c'est-à-dire l'habit de la tromperie change, pour mieux s'adapter à la prédisposition erratique des hommes au fil du temps : alors - des hommes magiques d'une ville secrète dans les nuages ; maintenant, lorsque l'athéisme et le matérialisme sont à la hausse - des êtres extraterrestres d'une civilisation technologiquement avancée.

Beaucoup de choses à ce sujet, dans ses développements plus actuels, ont été commentés par le vénérable Père Séraphins (Rose) dans son livre L'Orthodoxie et la religion du futur,[en anglais]qui est une lecture obligatoire pour tout chrétien en cette ère renouvelée de tromperie satanique.


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

Russian Faith

mardi 28 juin 2022

Nikita Filatov, Archiprêtre Dimitry Kioroglo: La Gagaouzie et les orthodoxes turcophones

La Gagaouzie, petite nation au sein de la Moldavie, était autrefois surnommée « l'unité de garde de l'Empire byzantin » ; cette nation a conservé sa foi sous le joug ottoman, bien quelle comprenne des Turcs de souche. Et de nos jours, elle a voté à une écrasante majorité contre l'intégration à l'UE lors du référendum. Notre entretien avec l'archiprêtre Dimitry Kioroglo de l'Unité territoriale autonome de Gagaouzie (Moldavie) est consacré aux origines d'une telle fermeté et aux racines spirituelles du peuple Gagaouze, à son histoire et à ses traditions, et à son choix.


Un peuple croyant

—Cher Père Dimitry, quel est le rôle de l'Église en Moldavie et en Gagaouzie ?

—Le rôle fonctionnel de notre Métropole moldave en tant qu'institution de maintien de la paix a toujours été très positif. La métropole unit tous les peuples de notre République de Moldavie. Nous avons un pays multiethnique, mais la foi orthodoxe est prédominante.

—Quelles nationalités et quels groupes ethniques sont représentés en Moldavie?


– Il y en a onze. Les plus grandes nationalités sont les Moldaves, les Ukrainiens, les Gagaouzes et les Bulgares, les Russes (il y a encore plus de Russes que de Gagaouzes ou de Bulgares). Il y a aussi des minorités nationales, comme les Tsiganes, les Polonais...

—Les Gagaouzes font partie des très rares peuples qui, ayant autrefois embrassé le christianisme orthodoxe, ont pu préserver la foi pendant de nombreux siècles. Pourquoi pensez-vous qu'il en soit ainsi ? Quels ont été les effets d'une telle fidélité à l'Orthodoxie sur cette nation ?

—Parce que le peuple Gagaouze a adopté cette foi chrétienne vivante aussi pleinement que, disons, le prince Vladimir de Kiev. Après le baptême, il a changé radicalement - le baptême l'a changé ! Et une telle adoption de la foi a garanti la préservation de cette foi pendant mille ans.


  
– Et même le fait d'être sous le joug des Turcs ottomans n'a en aucun cas écrasé cette foi ?

– Oui. Les chrétiens de langue turque - le peuple gagaouze - ont été soumis à une pression particulièrement forte de la part des Turcs ottomans, parce qu'ils parlaient turc - la langue qui leur est si familière. C'est un dialecte balkanique du turc.

—Comment la fidélité de cette nation au Christ et à l'Orthodoxie a-t-elle influencé sa mentalité ? Quel genre de personnes sont les gagaouzes ?

—Les Gagaouzes ont fermement défendu leur foi ; nous ne connaissons aucun cas où les Gagaouzes se sont convertis à l'islam. Cela est finement démontré dans l'exemple de la catastrophe de 1922, lorsque la plupart des Gagaouzes, des Grecs, des Bulgares ont été déplacés de force de Turquie en Bulgarie et en Grèce, tandis que les Turcs ont quitté la Bosnie et la Grèce par décision des conférences de Lausanne et de Gênes. Et les Turcs, tout d'abord, ont déplacé le peuple des Gagaouzes, car ils s'étaient avérés être des chrétiens orthodoxes sérieux.

—Maintenant, je voudrais parler du rôle de maintien de la paix de l'Église. J'ai entendu dire que la Moldavie est une sorte de « point vide » sur la carte spirituelle et éducative de l'Europe. Êtes-vous d'accord avec cela ? Y a-t-il de si graves problèmes avec l'enseignement des matières religieuses dans les écoles ?

— Eh bien, nous n'avons peut-être pas d'heures fixes d'enseignement de la religion dans les écoles, comme en Grèce et en Roumanie ; mais les bases de la foi orthodoxe sont enseignées dans de nombreuses écoles publiques par des prêtres ou des enseignants préparés par eux. Il n'y a pas moins de 700 écoles de ce type.

Archiprêtre Dimitry Kioroglo.  

—Père Dimitry, selon les sondages, l'intégration de la Moldavie à l'UE n'a pas été accueillie positivement par le peuple Gagaouze. (Lors du référendum tenu le 2 février 2014, dans l'Unité territoriale autonome de Gagaouzie, 98,4 % des électeurs ont choisi des liens plus étroits avec l'Union douanière eurasienne et la Russie, tandis que 97,2 % étaient opposés à une intégration plus étroite avec l'UE). Pourquoi ?

—Parce que les Gagaouzes ont toujours vécu sur leur propre terre, travaillé, labouré le sol, communiqué dans leur milieu et interethniquement : par exemple, les voisins venaient se voir lors des fêtes de l'Église et pratiquaient d'autres formes de communication. Ils sont donc plus proches de leurs voisins orientaux, tels que les Ukrainiens et les Russes. La Principauté russe s'étendit jusqu'au Danube dès les temps les plus reculés. Le prince Svyatopolk (Svyatoslav) a mené une campagne contre Dorostol, ce qui est aujourd'hui Silistra en Bulgarie. Cela signifie qu'ils ont toujours été connectés...

Aujourd'hui, alors que le peuple Gagaouze est sollicité et constamment invité en Europe (« Venez chez nous ! »), la population a décidé de s'en tenir aux traditions dans lesquelles elle vit depuis plusieurs centaines d'années. Je pense que cette conviction doit être respectée. On peut dire que le référendum qui s'est tenu ici en Gagaouzie est comme un diagnostic. Comme nous le savons, lorsque nous allons chez le médecin et que nous recevons un diagnostic, nous faisons confiance à notre médecin. Et il en va de même pour ce référendum : il faut faire confiance à la nation qui a exprimé son opinion, et non aux groupes politiques qui invitent constamment le peuple quelque part sous le couvert de la démocratie.

—Vous avez dit un mot très important — « confiance ». Les Gagaouzes font-ils confiance à leur Église ?

—Je ne connais aucun cas où ils n'ont pas fait confiance à leur foi qui est dans leur cœur, qui a été confessée par leurs ancêtres. Et ils transmettent cette foi à leurs enfants. Cette confiance dans l'Église durera éternellement, quelles que soient les circonstances.

– Il semble que vous ayez un potentiel unique de maintien de la paix. Un jour, une personnalité publique a déclaré que la Gagaouzie était « l'unité de garde historique de l'Empire byzantin » en raison de sa dévotion à l'Orthodoxie. Comment votre potentiel orthodoxe peut-il être utile à d'autres nations et au monde entier ? Que pouvons-nous apprendre du peuple Gagaouze ?

—Les gagaouzes sont uniques parce qu'ils ont préservé la foi, bien qu'ils soient turcophones. Et ils aiment la paix ! Et je dirais qu'ils font confiance. Ils trouvent facilement une langue commune avec les autres, ils sont hospitaliers, et cela a aidé cette petite nation à survivre pendant de nombreux siècles. Ils sont entrés dans l'histoire, et ils sont toujours là.


Où se trouve la Gagaouzie ?




—Parlons maintenant des termes. Quelle est l'origine du mot « Gagaouzie ? » Tout le monde ne sait pas où se trouve la Gagauzie.

—L'unité autonome de Gagaouzie se trouve dans la partie sud de la Moldavie. Les Gagaouzes vivent également dans le sud de l'Ukraine et dans la zone adjacente de la steppe Budjak (Bucak). Le mot « Budjak » signifie « coin » en tatare.

La Gagaouzie est donc située dans la partie inférieure de l'ex-Bessarabie, dans ce qui est aujourd'hui la République de Moldavie.

– Cela signifie que les Gagaouzes y ont vécu en 1812 lorsque la Bessarabie a été transférée en Russie ?

– Oui, ils y ont toujours vécu. Mais à un moment donné, les tribus mongoles et tatares sont venues y vivre, par exemple - la Horde Nogai. Et quand ils sont partis, les Gagaouzes locaux ont été rejoints par les Gagaouzes de Turquie, de la région du nord de la mer Noire, en Bulgarie.



– Vous avez dit que le récent référendum était une sorte d'acte de foi pour les gens. Mais ses résultats ne signifient pas que les Gagaouzes détestent l'Europe, n'est-ce pas ? Quelle est leur attitude vis-à-vis de l'Europe ?

—Les Gagaouzes ne sont pas ennemis de l'Europe. Ils souhaitent être intégrés et rejoindre l'Union douanière eurasienne. Pendant 200 ans, ils ont vécu dans l'Empire russe, puis ils ont vécu en URSS - et c'était un processus naturel, une sorte de "diagnostic" de la nation - un indicateur fort de leurs aspirations spirituelles.

—Quels ont été les résultats en pourcentage ?

— Quatre-vingt-dix pour cent. N'est-ce pas une indication ? Vous devriez croire votre propre peuple ; le référendum est donc un point de départ, un message aux dirigeants de la Gagaouzie.

Le langage liturgique commun


—Père Dimitry, le slavon était la langue d'État pour les principautés moldaves. Quels ont été ses effets sur la mentalité et le code culturel gagaouze ?

—La tradition de la langue slavonne sur notre territoire date de plusieurs centaines d'années. Et vous ne devriez pas penser que la situation était différente en Roumanie ou en Moldavie. Comme on le sait généralement, au Moyen Âge, nos tzars et princes moldaves écrivaient en cyrillique et connaissaient le slavon. Les liturgies étaient basées sur les services slavons. Et, bien sûr, il y avait aussi une composante moldave locale. Tel était le pouvoir d'influence de la langue liturgique basée sur des textes cyrilliques et slavons !

– Vous avez mentionné que les Gagaouz sont une nation très pacifique. Quelles autres qualités sont caractéristiques de ces personnes ?

—Les Gagaouzes ne se mettent pas au-dessus des autres nations, ils ne disent pas : « Nous sommes les meilleurs. » Toutes les nations ne sont pas les mêmes, et cela se reflète même dans leur folklore, leurs proverbes humoristiques. Par exemple, il y a un proverbe dans [la ville russe de] Riazan : « Les champignons de Riazan ont des yeux. Ils vous regardent pendant que vous les mangez. » Drôle ? Et rien ne suggère que nous soyons en quelque sorte meilleurs que nos voisins.

Mais, malheureusement, cette qualité du peuple gagaouze - la confiance, voire la crédulité - est détruite aujourd'hui. Ces attributs doivent être retrouvés et ressuscités. Le crédit mutuel doit être présent dans la société multipolaire moderne, dans les relations interethniques et interreligieuses. La tendance « tous contre tous » ne devrait pas prévaloir, bien qu'elle ait lieu maintenant. Les qualités inhérentes traditionnelles des peuples devraient être préservées - ils les chérissaient, ils les ont créés par la perspicacité, l'unité de la foi, par la communication, les réunions lors de foires et les fêtes religieuses. Ainsi fut obtenue la confiance mutuelle entre les peuples qui vivent maintenant sur le territoire de la Gagaouzie en Moldavie.

– Mais pourquoi est-elle détruite ? Pourquoi la confiance mutuelle s'affaiblit-elle ?

—Parce qu'aujourd'hui, diverses personnalités politiques et autres apparaissent et qu'elles créent des situations spécifiques, faisant des commentaires spécifiques qui détruisent la foi. La confiance est détruite sous l'influence de différents groupes qui poursuivent leurs propres objectifs. Et sous le couvert de démocratie, de nouvelles idées extraterrestres s'infiltrent dans la société de Gagaouzie.


 
 

– Et quelle est la population totale de la Gagaouzie ?

—Maintenant 150.000 à 160.000 personnes résident dans l'unité autonome de Gagaouzie. Autrefois, nous avions jusqu'à 200.000 personnes.

– Il y a trois grandes villes.

—Trois centres de district.

—Père Dimitry, par tradition, nous voulons vous demander de vous adresser à nos téléspectateurs et lecteurs de sites Web avec des paroles d'édification.

– Qu'est-ce qu'une nation orthodoxe aussi petite que la Gagaouzie peut partager avec vous ? Elle peut appeler à la fermeté, à la fidélité. Nos croyants peuvent donner le bon exemple à nos frères, les chrétiens orthodoxes d'autres nations. Ils ont préservé la foi orthodoxe au fil des siècles, l'ont transmise à leurs enfants et la transmettront aux générations futures, quelles que soient les circonstances auxquelles ils seront confrontés. À l'avenir, ils seront toujours plus proches de ceux qui aideront à préserver cette foi. S'ils doivent choisir entre la foi et le réconfort, alors ils choisiront avant tout ce que leur âme a acquis : notre sainte foi orthodoxe, que Dieu nous a accordée et nous a ordonné de garder.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

ORTHOCHRISTIAN

 

lundi 27 juin 2022

Olga Mamona: MOINS DE PHARISAÏSME ! L'archiprêtre Maxim Pervozvansky sur la particularité de la confession pour enfants

Est-il possible d'enseigner à un enfant une confession consciente, de se repentir sincèrement et de demander pardon à Dieu avec le désir de s'améliorer ? Quels principes familiers de l'éducation n'ont pas fonctionné depuis longtemps, et pourquoi les enfants s'éloignent-ils de l'Église ? Est-il possible de cultiver un sentiment de crainte de Dieu et de protéger l'enfant de la stigmatisation mentale ? Ceci est raconté par l'archiprêtre Maxim Pervozvansky, père et grand-père avec de nombreux enfants.


- Père Maxim, quelle est la particularité de la confession pour enfants ? Après tout, si le sacrement de pénitence n'avait qu'une forme, certains "points",  il n'y aurait aucune difficultés.

- La confession a lieu entre l'homme, le prêtre et Dieu. C'est toujours un processus profondément individuel. Le problème de la confession est lié au problème de la conscience qu'a une personne du concept de péché. Vous savez, parfois des gens âgés de 40, 60 ans viennent dire : "Je n'ai pas de péchés, si j'ai tué quelqu'un, alors c'était pour une bonne cause." Par conséquent, la question n'est pas de savoir quel âge a une personne, mais à quel point elle est familière avec le concept de "péché" et si elle est prête à demander pardon à Dieu avec l'intention de se corriger.

Une personne, y compris un enfant, doit prendre consciemment part à la confession. Et cela nécessite qu'il ait une compréhension de Dieu, de certaines relations avec Dieu et avec les gens, et du fait que cette relation puisse être rompue.

La question est vraiment assez délicate. Parce qu'il y a un risque de réduire votre idée de confession à énumérer les péchés. Une telle approche pharisienne de la repentance, lorsqu'une personne énumère les commandements qu'elle viole, en pensant: " c'est exactement ce que Dieu attend de moi", arrive le plus souvent. Cette tendance dangereuse est observée à la fois dans la confession adulte et dans la confession pour enfants. Malheureusement, peu de gens ont l'idée qu'une personne devrait avoir une relation avec Dieu, et que le péché rompt cette relation, le péché déforme l'âme humaine. Par conséquent, la confession ne consiste pas à énoncer une liste de péchés, mais une tentative de corriger et d'en prendre conscience. Et c'est un processus très subtil, et délicat, que chaque personne aborde très différemment.


Il y a des enfants qui ont peur d'aller à la confession. Parfois ce sont des erreurs des parents, et parfois il n'y a pas d'erreurs des parents. Il y a des enfants qui, à l'âge de 10 ans, se repentent sincèrement, avec des larmes, de leurs péchés. Il y a des adultes qui vont à l'église depuis 30 ans, mais ils n'ont pas cette conscience et cette expérience. Je le répète : il s'agit d'une question très difficile, qui dépend de nombreux facteurs, ainsi que de la situation mentale et spirituelle de la personne elle-même.

- L'approche de la confession est différente pour un enfant qui est élevé dans une famille pratiquante, et un enfant élevé par des parents non-pratiquants, n'est-ce pas ?

- Si un jeune enfant a de bonnes relations avec ses parents, ses frères et sœurs, et qu'ils vont tous à l'église, alors il agit par imitation. Cela ne signifie pas qu'il a commencé à se confesser consciemment, cela signifie qu'il a un nouveau jeu. Et d'accord. Les parents qui amènent leurs enfants à la bénédiction du prêtre avant la communion dès la petite enfance agissent merveilleusement. En grandissant, ces enfants courent vers le prêtre, quand ils entrent dans l'église, puis ils veulent juste se tenir à côté de lui, inclinant la tête. Même plus tard, les enfants commencent à se demander ce qui se passe dans le service, comment et pourquoi. C'est génial !

- Mais vous ne pouvez pas apprendre la confession consciente des anciens, en les imitant ?

- Si. J'insiste sur le fait que le niveau des relations réelles avec Dieu est toujours un mystère profond. Même au sein d'une même famille, tout peut se passer différemment.

- Il semblerait que si un enfant est élevé dans la foi orthodoxe, il ne puisse y avoir aucun problème. Mais nous voyons que l'enfant, grandit, se ferme, qu'il a des péchés honteux, et d'une manière ou d'une autre, sans enthousiasme, il écoute les instructions de son père/mère sur la confession et la prière. Quelque chose a mal tourné. Comment aider un enfant à « s'ouvrir », à apprendre à se repentir sincèrement auprès du Père céleste ?

- Dans la plupart des cas, 99% des enfants cachent leurs péchés honteux et n'en parlent pas lors de la confession. Ils arrêtent d'approcher la confession non pas parce qu'ils cachent quelque chose de honteux, mais parce que nous, les humains, faisons toujours ce que nous trouvons logique et quand nous nous rendons compte que c'est important.

Par exemple, pourquoi est-ce que je vous parle et que vous me parlez ? Il nous semble probablement tous les deux que c'est important, nécessaire et intéressant. Il en va de même dans la situation de la confession. Bien que l'enfant soit petit, il pense que c'est important parce que tout le monde autour dit : « C'est important ! » Les parents disent qu'il est important d'aller à l'église, qu'il est important d'aller à la confession, qu'il est important de communier. L'enfant voit des gens avec un regard sérieux s'approcher du prêtre, lui dire quelque chose, baisser la tête - et s'éloigner heureux, avec des visages rayonnants, ou vice versa - avec des visages indifférents, abattus. Cela semble signifiant pour l'enfant.

Et quand l'enfant atteint un âge de transition, tout est remis en question, surestimé et commence à poser des questions. Jusqu'à cette période d'âge, aller à l'église n'était pas son choix personnel, il faisait juste confiance aux adultes parce qu'on lui avait dit que c'était important. Mais maintenant, il décide par lui-même si c'est important ou non. Il demande : « Pourquoi faisons-nous cela ? Pourquoi est-ce important pour nous ? Peut-être sommes-nous payés pour cela ? Peut-être satisfaisons-nous des passions secrètes ? Peut-être obtenons-nous une grande satisfaction ? Peut-être obtenons-nous un certain soulagement, et cela ne nous fait moins de mal de vivre après cela ? » Ce sont des expériences individuelles. Tous les enfants, élevés dans la foi, dans l'Église depuis l'enfance, ne décident pas de continuer à aller à l'église, d'aller à la confession et de ressentir cela comme une chose importante, comme quelque chose dont il a personnellement besoin.

Mais le fait est qu'à l'école autour de l'enfant, il y a des gens qui ne vont pas à l'église et ne vont pas à la confession. Il le voit. Nous avons une loi sur l'enseignement secondaire obligatoire. Et il n'y a pas de loi sur le passage obligatoire à la confession. Par conséquent, l'adolescent fait son choix et commence un chemin individuel.

Oui, l'enfant peut s'approcher de la confession sous le bâton. Maman a dit - et il y est allé. Vous savez combien de fois j'ai vu ma mère amener un enfant à l'église, commencer à le pousser à la confession, et qu'il rechignait. Puis, à un moment donné, il s'effondre, s'approche, prend une expression appropriée, des yeux tristes, lit certains péchés qu'ilconnaît depuis sa petite enfance, incline humblement la tête. Mais je l'ai vu conduire avec un bâton à la confession.

Je connais aussi d'autres personnes qui ne sont pas allées à l'église depuis l'enfance, mais ensuite ont commencé à s'y intéresser. Elles ont le sens de la présence de Dieu dans la vie. Tout est très individuel.

Quant aux péchés honteux, il est préférable de ne pas en parler avec l'enfant s'il n'en parle pas lui-même.

- Il m'a toujours semblé qu'il était important pour une personne dans n'importe quelle situation de comprendre ce qu'il en est. Un enfant ne peut-il pas expliquer en termes simples pourquoi et dans quel but il devrait aller à l'église, pourquoi se confesser ?

- Il doit le sentir ! Il ne doit pas le comprendre avec sa tête, mais aussi ressentir partager cette confiance.

Sortez dans la rue, abordez une personne et convainquez-la qu'il est important d'être orthodoxe et d'aller à l'église. Combien réussirez-vous ? Que ce ne soit pas dans la rue, que ce soit avec des collègues incrédules, des parents... Expliquez-leur à quel point c'est important. Avez-vous essayé ?

- Cela dépend du type de graine et du sol...

- Vous voulez dire la parabole du Sauveur sur le semeur (Matt. 13, 3-23) ? Oui, bien sûr. Mais vous rencontrez rarement une personne qui n'a jamais entendu parler de Dieu, et maintenant tout à coup, il sera joyeux de vous écouter. De même, dans le cas d'un enfant : peut-être comprendra-t-il et prendra-t-il vos paroles à cœur, ou peut-être pas.

Le problème est également qu'à l'âge de la transition, les anciennes autorités cessent d'être des autorités. L'opinion des parents cesse d'être significative pour un adolescent.

- C'est un peu effrayant.

- Pourquoi ? C'est un processus naturel. Rappelez-vous comment il a été commandé : « Un homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme, et deux seront une seule chair » (Matt. 19, 5). Pour qu'un homme quitte ses parents et crée sa propre famille, devienne adulte, il doit apprendre à prendre des décisions lui-même. Lui-même. Et pour ce faire, il doit bousculerer l'autorité.

Pour le dire au sens figuré : dans la petite enfance et au début de l'adolescence, un enfant déifie ses parents. L'autorité des parents pour un petit enfant est l'autorité de Dieu - incontestable et inconditionnelle. Mais à l'âge de 18 ans, l'enfant doit cesser d'être un enfant. Il sera enrôlé dans l'armée afin qu'il puisse mourir pour sa patrie ou vivre pour elle et être vainqueur Il peut se marier selon la loi à cet âge. Mais pour cela, il doit devenir adulte, il doit commencer à vivre sa propre vie.

C'est une très courte période - de 13 à 18 ans - pour apprendre à être indépendant et adulte. Naturellement, cela arrive parfois de façon assez spectaculaire. C'est particulièrement dramatique si les parents ne comprennent pas les subtilités du moment, et ils ne comprennent généralement pas. L'enfant grandit très rapidement, change constamment, mais ses parents continuent à l'élever et à l'éduquer comme un enfant.

Je vois constamment une mère de 75 ans continuer à considérer son fils de 50 ans comme un "petit garçon idiot" et à lui apprendre quelque chose. Je suis confronté au fait que les adultes de 30 ans, qui ont déjà leurs trois ou cinq enfants, sont en conflit prolongé avec leurs parents parce qu'ils continuent à leur apprendre à vivre. Mais les parents ont peur. Après tout, que peut décider un enfant pour lui-même à l'âge de 14 ou 16 ans ? "Il est haut comme trois pommes", et se permet déjà de poser des questions et de déclarer qu'il croit en quelque chose, mais pas en autre chose, qu'il fera quelque chose et que quelque chose ne se fera pas. Les parents continuent à mettre en œuvre le principe millénaire "Si tu ne veux pas pas, nous te forcerons, tu ne peux pas - nous t'enseignerons." Mais cela ne fonctionne pas - et l'enfant en vient à la rébellion.

Et si ses parents sont prêts à le laisser partir, très bien. Mais soudain, une jeune fille de 14 ans d'une famille orthodoxe rentre à la maison et dit : "Je suis tombée amoureuse de mon camarade de classe." envisagez la réaction des parents.

- Je ne sais même pas quoi dire... "Comment cela se fait-il ? J'ai essayé d'éduquer, d'enseigner..."

- "Qu'est-ce que tu as à voir avec ça, maman ?" répond l'enfant. - C'est mon choix. Ou penses-tu vraiment que je devrais être ce que tu veux ? »

C'est pourquoi je dis que tout est individuel.

-Certes, je croyais que si les parents élèvaient un enfant dans la foi, cela ne pouvait pas se produire.

- L'éducation à la foi n'a rien à voir avec cela. Adam a eu deux fils : Caïn et Abel, qui ont eu l'occasion non seulement de faire confiance à leurs parents (je pense qu'il est peu probable qu'Adam et Eve les aient élevés différemment), mais aussi de parler à Dieu Lui-même. Souvenons-nous de la conversation de Caïn avec Dieu après qu'il ait tué son frère. « Où est Abel, ton frère ? » (Genèse 4:9), - demande le Seigneur Caïn. Et Caïn lui répond. Ils parlent directement. C'est ce que les saints Pères appelaient même pas la foi, mais la connaissance. C'est tout le mystère, tout le paradoxe, toute la merveille et en même temps le danger du libre arbitre. Nous pouvons élever notre enfant de quelque manière que ce soit.

- Et que devons-nous faire, nous les parents, dans ce cas ?

- Aimez, faites confiance, restez en contact et priez.

- Et comment lui faire confiance après ce qui a été dit, comment le soutenir ? Vous ne pouvez pas penser que "je vais corriger la situation maintenant".

- Non, bien sûr, vous ne réparerez rien. Vous devez être là. Dieu merci, si un enfant vous fait confiance, vous dit la vérité et que vous avez la possibilité d'entendre des doutes de sa part sur la nécessité de la confession.

Mais tous les parents n'auront pas d'enfant. Il y aura un certain temps à avoir peur de parler. Et d'avoir peur, même pas parce qu'il sera battu, mais que son cerveau sera matraqué" avec ses sermons sans fin, dont le sens a longtemps dépassé sa conscience. Parce qu'il se fiche du tout et ne se soucie pas de ce que disent ses parents.

L'éducation est une question difficile. Nous devons prier et espérer que nous-mêmes, les parents, aurons assez de sagesse.

- Comment cultiver un sentiment de crainte de Dieu chez une personne, de sorte que ce soit vraiment la crainte de Dieu, et non la "peur terrible" ?

- Vous pouvez lui faire très peur... Mais sérieusement, voyons d'abord qu'il y a une crainte de Dieu. La crainte de Dieu tremble en présence de Dieu. Pour ce faire, une personne doit avoir le sens de la présence de Dieu. Tout le reste n'est pas la crainte de Dieu. Vous savez, disent-ils, "il n'y a pas d'athées dans les tranchées", ou "quiconque ne s'est pas noyé dans la mer n'a pas prié". Quand une personne se trouve dans une situation dangereuse et a peur, elle se souvient naturellement de Dieu et commence à prier. Mais est-ce la crainte de Dieu ?


- Non.

- C'est une peur de la mort. Une personne a peur de la mort et commence à prier, à se tourner vers Dieu. Une telle peur peut être évoquée. Vous pouvez effrayer une personne, en disant qu'après la mort, vous irez en enfer et que vous expérimenteriez des tourments infernaux, par exemple. Vous pouvez faire peur d'une manière différente si vous voulez vraiment faire d'un enfant un neurasthénique. C'est aux parents d'en décider.

Mais si vous comprenez que la crainte de Dieu est respectueuse, et fait rembler en présence de Dieu, de conscience et de sentiment de Son infinité et de Son amour pour vous, alors elle n'est donnée que par l'expérience personnelle. C'est tout le problème. Nous pouvons introduire une personne à la culture orthodoxe, lui apprendre à visiter les églises, lui apprendre à aimer l'église, à chanter à l'église, à s'habituer aux prêtres barbus, à l'odeur de l'encens, lui permettre de jouer sur les terrains de jeux près de l'église et de passer du temps avec d'autres enfants orthodoxes afin qu'il soit plus disposé à aller aux offices. Nous pouvons le faire, et nous le faisons avec plus ou moins de succès. C'est merveilleux, et c'est vrai ! Ceci établit une bonne base.

Mais l'enfant se réveillera-t-il avec le sens de la présence de Dieu quand il ira communier ?! Oui, nous pouvons dire, tu vas maintenant recevoir la Sainte Communion du Corps et du Sang du Christ, tu vas être uni à Dieu. Quelle sera la réponse ? C'est difficile à dire. Il peut être impressionné, ou il peut avoir peur. Il ne s'agit même pas de ce que nous dirons, mais de ce qu'il ressentira. Que signifieront personnellement pour lui « communier » et « se confesser » ? Comment se sentira-t-il exactement si ses péchés sont pardonnés ?..

Lorsque nous lisons dans la vie des saints comment ils communiquent avec Dieu, font des miracles, ressuscitent les morts ou sont guéris de maladies, nous projetons tout cela sur nous-mêmes et sur nos vies. Et pour une raison quelconque, nous ne pouvons pas très bien communiquer avec Dieu. Je me demande pourquoi ? Mais parce que l'expérience de communication avec Dieu est très individuelle.

Tout comme l'expérience de communication avec vous-même est individuelle. Après tout, il est également important de savoir comment une personne vit, comment elle se réalise dans ce monde. Soit dit en passant, les adolescents, en plus de « traîner » avec leurs pairs, ont besoin d'intimité. Ils réalisent intuitivement qu'il est important d'apprendre à ressentir. Qu'est-ce qu'ils traversent ? Voici, ils lisent Homère, l'Illiade, puis ils s'écrient avec Hamlet : « Qu'en est-il pour Hécube ? Qu'est-ce qu'il va à Hekuba pour pleurer d'elle ? » Je me souviens avoir pleuré pour la première fois quand j'avais 13 ans après avoir lu un livre. Vous serez surpris, mais j'ai pleuré à propos de la mort de Porthos. Je n'étais pas un garçon sentimental, ce n'était pas un livre sentimental. Athos, Portos, Aramis, d'Artagnan sont une entreprise complètement immorale, mais l'adolescent en fait l'expérience très individuellement. Il ressent soudain quelque chose lui-même... La même chose se produit dans la relation d'une personne avec Dieu.

Vous n'avez probablement pas pleuré à propos de la mort de Porthos. Même maintenant, si vous lisez cette scène, il est peu probable que vous pleuriez. À quoi as-tu pleuré quand tu étais adolescent ?

- Adolescent... La première chose qui me vient à l'esprit est "Ovod".

- Livre absolument athée et antichrétien. C'est pourquoi je dis que c'est un grand secret comment les sentiments apparaissent chez une personne, y compris les sentiments religieux. Mais c'est incroyable que chez quelqu'un ces sentiments ne se réveillent pas du tout.

C'est pourquoi il n'est pas facile d'apprendre à une personne à se confesser consciemment... Savez-vous pourquoi c'est plus facile avec les filles ? Parce qu'il est important que les filles atteintes du syndrome des soi-disant "excellents élèves diligents" (comme on essaie de les élever dans les familles orthodoxes) d'obtenir l'approbation des parents, du prêtre, de l'enseignant pour être félicitées : "Quel bon travail !" Pour la plupart des garçons, à partir d'un certain âge, l'approbation des adultes devient sans importance.

L'orthodoxie est très conservatrice, et c'est merveilleux. Comme Churchill l'a dit, si vous n'étiez pas rebelle quand vous étiez jeune, vous n'avez pas de cœur, et si vous n'êtes pas devenu conservateur en maturité, vous n'avez pas d'esprit. Mais le problème avec la jeunesse, c'est qu'elle n'a pas d'esprit.

Le cortex préfrontal, qui est chargé d'organiser les pensées et les actions conformément aux objectifs internes, ne se développe finalement qu'à l'âge de 20 ans. Et le système limbique responsable des émotions et de la motivation se développe à l'adolescence. Eh bien, plus la puberté. Par conséquent, les enfants, comme ils le devraient, deviennent des "révolutionnaires". Elle peut être légère ou violente. Beaucoup dépend de la force du caractère. Les parents ont un caractère fort et les enfants avec un caractère faible. Et il arrive le contraire.


- Un enfant qui a "brûlé" comme enfant, mais qui s'est éloigné du Seigneur à l'adolescence, dans sa jeunesse, ayant trouvé l'esprit, peut-il retourner à l'Église ?

- Oui, mais pour cela il doit y avoir une expérience intérieure. Dans la vie des croyants, la religiosité est souvent basée sur leur propre expérience religieuse. Beaucoup dépend de la façon que l'on a utilisé pour rationaliser ses expériences. Vous pouvez suivre le chemin des Mages - de la réflexion, de la lecture, de l'analyse, vous pouvez suivre le chemin des bergers, ou vous pouvez suivre le chemin de vos propres expériences. C'est pourquoi des personnes d'horizons variés viennent à Dieu.

- Et comment protéger un enfant d'être tétanisé mentalement ?

- Saint Ignace (Bryantchaninov) a mis en garde contre le faux mysticisme, les expériences sensuelles dans la prière. Mais même lui a dit que si vous êtes complètement fossilisé, essayez de battre dvotre coulpe et de faire quelques prosternations pour adoucir votre cœur et votre âme d'une manière ou d'une autre. Comment adoucir l'âme d'un enfant est une question difficile. Mais nous devons essayer de tendre la main.

Dans certaines situations, nous voyons que le Seigneur conduit une personne de manière non linéaire. Nous savons que la plupart des Soviétiques sont venus à l'Église orthodoxe par fascination pour les cultes orientaux, le yoga, le zen. Pouvons-nous le recommander comme la bonne façon de venir à Dieu ? Bien sûr que non. Mais le Seigneur a de nombreuses voies. C'est exactement le cas dans la vie de chaque enfant.

Il est difficile de dire quel épisode peut pousser une personne dans la bonne direction et lequel peut l'en détourner à jamais. L'enfant peut voir le comportement inconvenant de ses parents ou de son prêtre, ou peut lire sur Internet quelque chose dont nous ne le protégerons pas. Il y a beaucoup de tentations et de douleur aujourd'hui. Et les questions de logique et d'arguments de raison pour les adolescents ne sont pas décisives. Par conséquent, beaucoup d'entre eux s'écartent des traditions, parce que dans la tradition, en plus de la profondeur, se trouve l'étrange et l'incompréhensible.

- Le prière est salutaire... Quelles prières bénissez-vous de lire aux enfants avant la confession et la communion ?

- C'est très individuel. Vous savez, quand je suis venu une fois à l'église et que j'ai demandé à feu l'archiprêtre Arkady Stanko quelles prières devaient être lues avant la communion, il a dit : "Lis le notre Père". J'ai lu, je suis allé à la communion pendant assez longtemps, puis j'ai demandé : "Est-ce suffisant ? Ce n'est pas suffisant." Il m'a dit : "Lis 3 fois, le notre Père." Par conséquent, vous devez considérer une personne spécifique. Et le texte moderne des prières pour la Sainte Communion ne peut être qualifié d'enfantin. Je recommanderais le canon à la Sainte Communion. Je parle du Canon, pas des prières.

- Père Maxim, et pour conclure notre conversation : comment les parents peuvent-ils être plus sages pour que l'enfant veuille sincèrement rester dans l'Église, aller sur le chemin de Dieu ?

- Moins de pharisaïsme. Alors, il y a une chance que l'enfant ne se braque vraiment pas trop à l'adolescence.


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

PRAVOSLAVIE.RU

dimanche 26 juin 2022

Mihaela-Viorica Ruşitoru: Sainte Odile, source intarissable de joie paisible pour les chrétiens orthodoxes Roumains à l’occasion du Grand Jubilée



https://www.egumenita.ro/produse/detalii/5922-sf%C3%A2nta-otilia-ocrotitoarea-celor-cu-deficien%C8%9Be-de-vedere-%C8%99i-al%C8%9Bi-sfin%C8%9Bi-ortodoc%C8%99i-din-alsacia-fran%C8%9Bei

 

Le Grand Jubilé marquant 1300 ans de passage à la Vie éternelle de Sainte Odile a rempli les âmes de chrétiens d’une immense allégresse. Sainte orthodoxe occidentale ayant vécu avant le grand schisme, Sainte Odile commence à être connue en terre orthodoxe, en Roumanie, pays jouissant à la fois de fortes racines latines par la langue et de profonds ancrages orthodoxes à travers sa spiritualité. 

Avec la bénédiction du Monseigneur Irineu, Archevêque de l’Archevêché Orthodoxe d’Alba Iulia de Roumanie, pendant l’année jubilaire 2020-2021 a été publié à la Maison d’Édition Reîntregirea d’Alba Iulia, l’ouvrage intitulé « Sainte Odile, protectrice des personnes ayant des déficiences de vue, et d’autres Saints orthodoxes de l’Alsace française ». 

Le livret sur la vie de Sainte Odile est le fruit d’un travail soutenu sur les différentes sources historiques et des entretiens menés avec père Christophe Schwalbach, recteur au Mont Sainte Odile et l’historienne Marie-Thérèse Fischer qui ont joyeusement accepté de partager leur expérience spirituelle. Une aide précieuse a été également fournie par Joelle Weisskopf, Anny Hut et ma famille. 

L’amour pour Sainte Odile remonte aux premières années de mon séjour en Alsace, étant dû à mon collègue de faculté, père Grigorie Benea, profondément inspiré par la vie des Saints orthodoxes d’Occident et au père Daniel Escleine de la Paroisse francophone de Strasbourg, communauté se trouvant sous la houlette de Sainte Odile. L’acathiste à sainte Odile vient couronner ce travail, grâce à la gentillesse de l’hypodiacre Claude Lopez-Ginisty qui a généreusement donné son accord pour la traduction de l’acathiste du français vers le roumain. 

La clôture de l’année scolaire en Roumanie a été auréolée par une soirée dédicace organisée le 14 juin 2022 à la Faculté de Théologie Orthodoxe de l’Université 1er décembre 1918 d’Alba Iulia, Roumanie. 

La cérémonie a commencé dans la chapelle de la faculté, par le chant de l’acathiste à Sainte Odile en roumain, moment d’une noblesse spirituelle auquel la chorale des étudiants orthodoxes a considérablement contribué. Les participants ont été aspergés avec de l’eau provenant de la source miraculeuse de Sainte Odile et ont pu vénérer les reliques de Sainte Odile par la générosité du frère Claude Lopez-Ginisty. 

Le lancement du livre a continué dans le Petit Amphithéâtre avec une présentation de La vie de Sainte Odile, guérisseuse d’aveuglement spirituel et corporel, que j’ai faite avec immense joie et émotion, suivie par une allocution émouvante du père Lucian Colda, auteur de la préface du livre, le dialogue avec les fidèles étant modéré par le père Oliviu Botoi, secrétaire culturel de l’Archevêché. Notre frère, l’hypodiacre Claude Lopez-Ginisty, nous a rejoint en ligne pour témoigner, en roumain, de son attachement à Sainte Odile qui l’aide en permanence pour ses troubles de vision, tandis que père Christophe Schwalbach nous a transmis ses salutations chaleureuses. 

Toute l’équipe impliquée dans la réalisation et la dissémination de l’ouvrage est reconnaissante à Sainte Odile pour son soutien dans l’effort de la faire connaître aux Roumains de Roumanie et de la diaspora. 

Nous attendons maintenant que le culte de Sainte Odile se répande davantage en Roumanie parmi les fidèles qui portent son nom, mais aussi grâce aux filles qui seront baptisées avec son nom, aux icones peintes et aux églises bâties en son honneur. Nous espérons bientôt la publication d’une version remaniée de l’ouvrage, comportant l’acathiste recomposé en langue liturgique, et une postface.

 

Que cet effort commun fasse se réjouir de plus en plus d’âmes orthodoxes et que Sainte Odile devienne une des Saintes orthodoxes bien-aimées en terre roumaine, amie spirituelle des Roumains de tout âge ! 

En Christ, 

Mihaela-Viorica Ruşitoru     

https://www.facebook.com/500222643521940/posts/1946400165570840/  

Livre de Mihaela consacré à Sainte Odile