"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

vendredi 19 août 2022

Saint Maxime le Confesseur (580-663)_ le Logos


 

« Le Logos Divin/Parole de Dieu le Père est mystiquement présent dans chacun de Ses Commandements... 

Ainsi, celui qui reçoit un commandement divin et l'exerce reçoit le Logos/Parole de Dieu qui y est ; et celui qui reçoit le Logos/Par les commandements reçoit également par Lui le Père qui est par nature présent en Lui, et l'Esprit Qui est également par nature en Lui.

 « Je vous le dis en vérité, celui qui reçoit celui que j'envoie me reçoit ; et celui qui me reçoit reçoit celui qui m'a envoyé » (Jean 13:20). 

De cette façon, celui qui reçoit un commandement et l'exerce reçoit mystiquement la Sainte Trinité. (Deuxième centurie sur la théologie, 71).

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

PRAVMIR

jeudi 18 août 2022

Pourquoi ne devrions-nous pas croire à nos rêves ?


Why Shouldn’t We Believe our Dreams? 


Le monde moderne est diversifié dans ses formes. Il offre de nombreux divertissements et... des péchés. Il promeut activement la justice sociale et le droit d'améliorer le niveau de vie. En tout temps, les gens sont parfois devenus fous à la recherche de moyens efficaces pour obtenir des biens terrestres. Pourtant, nous savons qu'être heureux ne signifie pas se chercher des excuses : comme si nous étions appelés à ce monde pour profiter de ses bienfaits, quelle que soit la manière dont nous y parvenons.

Toutes sortes de piétés (sociales, religieuses) ont tellement diminué leur influence sur la société qu'elles semblent avoir totalement disparu. Alors une personne inspirée par les mythes de la belle vie est prête à aller jusqu'au bout. Oui, il est tout à fait naturel qu'une personne veuille vivre comme toutes les personnes normales, avoir un logement confortable et célébrer des fêtes. Cependant, il est mauvais, qu'une personne habituée à dire « Je veux » commence à vivre selon le principe « Je veux être un patron et que tous les autres soient mes subordonnés ; je veux que tout dans le monde soit juste pour moi ». Pour atteindre cet objectif, une personne a recours aux moyens les plus sophistiqués, y compris à la sorcellerie et à la divination des rêves. Ayant doté les rêves de mystère et de sacralité, souvent on ne pense même pas à leur nature.

Il y a des gens superstitieux qui semblent aller à l'église les jours de fête, qui n'ont ni tué ni volé personne, qui se considèrent comme chrétiens orthodoxes, mais, en fait, ils ne le sont pas. De telles personnes croient fermement aux avis de toutes sortes de médiums et de « sorcières blanches », qui disent qu'ils veulent les aider, mais, en vérité, les tirent dans l'abîme.

Nos rêves : signes ou imagination malade

Quels sont réellement nos rêves : des signes mystérieux de l'autre monde ou des fantasmes malades de notre esprit ?

En dormant, lorsque notre conscience s'affaiblit, nous perdons le contrôle sur nous-mêmes, nous devenons sincères et nous n'avons pas à avoir honte : un masque tombe de notre visage, tous nos désirs non réalisés se réalisent, et nous devenons nous-mêmes. Typiques pour nos rêves, les images et les états mentaux sont les manifestations les plus vraies et les plus explicites de notre personnalité réelle. Une évaluation sobre et habile des rêves peut aider à la découverte de soi et à ouvrir les yeux sur beaucoup de choses. Dans une certaine mesure, les rêves peuvent être un indicateur de la pureté de l'âme.

Parfois, en dormant, nous pouvons commettre des péchés qui n'existent pas dans la réalité. C'est une indication du fait que la purification de l'âme n'est que superficielle, le péché se cache encore dans ses profondeurs. Les saints Pères soutiennent que ce n'est qu'avec une purification complète du cœur que les rêves seront toujours purs et lumineux. La nature des rêves correspond à l'état spirituel de la personne. L'Ennemi de l'humanité ayant accès à nos âmes pendant nos heures de veille y a aussi accès dans notre sommeil. Il nous séduit par des péchés dans notre sommeil, mélangeant ses rêves avec nos rêves. De plus, après avoir remarqué notre attention sur les rêves, il renforce leur attrait et attire davantage l'attention sur ces absurdités afin que nous commencions à leur faire confiance au fil du temps. Une telle confiance est toujours liée à l'orgueil, ce qui rend notre vision interne de nous-mêmes obscurcie.

Tous les rêves ne méritent pas notre attention particulière. Dieu Lui-même commande au peuple élu par l'intermédiaire de Moïse : «Vous n'observerez ni les serpents ni les nuages pour en tirer des pronostics » (Lévitique 19:26). Toute personne a le droit de décider comment vivre. « Les gens insensés, dit le sage Siracide, ont des espoirs vides et faux, et les rêves excitent les inensés. Ceux qui prêtent attention aux rêves sont comme les gens qui saisissent une ombre ou poursuivent le vent. Ce qu'une personne voit dans un rêve est une réflexion, un visage regardant sa propre ressemblance » (34:1-3).

Les rêves nous induisent souvent en erreur et contredisent les réalités de la vie. Saint Jean Cassien le Romain raconte l'histoire d'une personne, à qui les anges déchus firent penser dans un rêve qu'il vivrait une longue vie. Il amassa suffisamment d'économies pour vivre insouciant jusqu'à la vieillesse, mais il tomba soudain malade et mourut rapidement: ainsi, il ne put tirer aucun bénéfice de sa richesse, et en même temps il n'emporta pas  de bonne action avec lui dans l'éternité.

Ni Accepter Ni Rejeter

Tant en ce qui concerne le raisonnement sur les rêves : qu'ils soient la bénédiction ou du mal ; et pour tous les phénomènes surnaturels, les saints Pères ont une règle : ni accepter ni rejeter. Cette règle raisonnable sauvera une personne de l'orgueil et de l'exaltation si elle attribue de tels phénomènes à la Grâce divine et la sauvera également du blasphème contre la Grâce si elle s'est réellement manifestée.

Malheureusement, tout le monde ne veut pas y penser. Qualifier leurs erreurs de péché et non de vertu n'est pas à leur avantage. Non seulement ils ne veulent pas se repentir, mais ils veulent aussi être exaltés tout en présentant leurs actions pécheresses comme un exemple pour les autres, et en fin de compte, la nature humaine corrompue prend le dessus. 

De nombreuses personnes, y compris des professionnels hautement qualifiés, ont recours à la divination par les rêves en cas de problème. Une bonne éducation profane n'aide pas ici, et le scepticisme religieux disparaît quelque part. Même ceux qui suivent l'évolution des temps et favorisent le progrès [...], restent encore superstitieux, ils ont encore peur de parler à quelqu'un de leur mauvais rêve pour qu'il ne se réalise pas ou, vice versa, ils racontent leur bon rêve dans l'espoir qu'il se produise certainement. 

Si une personne a peur de changer quelque chose dans sa vie, il est plus facile pour elle de dire que tout le monde le fait. C'est dommage, car sans avoir la vraie foi en Dieu, une personne libère inévitablement une place dans son âme pour une foi fausse, vaine et mesquine.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'aprè

mercredi 17 août 2022

Archimandrite Melchizédek [Artiukhine]: NOUS RETOURNONS AU PARADIS EN OBSERVANT LE JEUNE


Au Nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit !

Nos péchés et nos défauts ne nous abandonnent que par la prière et le jeûne. Le jeûne était déjà commandé à l'homme au Paradis. Par l'obéissance à la volonté de Dieu, Adam et Eve auraient pu transfigurer ce monde, mais ils ne se sont pas maîtrisés par le jeûne.

St. Jean Climaque nous dit : « Quiconque veut retourner au Paradis ne le fait d'aucune autre manière qu'en jeûnant. »St. Jean Chrysostome nous dit en quoi devrait consister le jeûne : « Ne jeûnez pas seulement par le corps, pas seulement avec le ventre. Que nos yeux jeûnent ; que nos langues jeûnent ; que nos oreilles jeûnent ; que nos cœurs jeûnent ; que nos mains et nos pieds jeûnent. Que nos yeux ne regardent pas ce qui est inapproprié ; que nos oreilles n'entendent pas la calomnie et la condamnation ; que nos langues ne disent pas de mensonges, de condamnations et de contrevérités. Que nos mains ne prennent pas ce qu'elles n'ont pas déposé, et que nos pieds ne marchent pas dans le conseil des méchants. »

En ce qui concerne "le conseil des méchants", ce ne sont pas seulement quelques réunions auxquelles nous n'allons pas de toute façon - dans les clubs et ainsi de suite. Les Saints Pères appellent « le conseil des méchants » le rassemblement de nos mauvaises pensées. Ainsi, la Sainte Écriture prescrit « de ne pas marcher dans le conseil des méchants ». Ce « conseil » est détruit par la prière de Jésus, par l'invocation du Nom de Dieu. Par conséquent, maintenant, lorsque nous traversons l'arène du jeûne de la Dormition, que le jeûne ne soit pas seulement diététique pour nous, avec juste un changement de nourriture sur la table. La chose la plus importante est que, au moins dans cette petite période de temps, nous travaillions pour ce qui est bon et qu'il y ait un changement dans nos esprits.

Ce bon exploit est la lutte contre les passions et les défauts. St. Basile le Grand nous dit : « Nous ne sommes pas des meurtriers de corps, nous sommes des meurtriers des passions. » C'est là que nous devrions tourner notre attention, à partir d'aujourd'hui. C'est pourquoi nous devons renforcer non seulement le jeûne corporel, mais aussi surveiller les types de pensées, de paroles et de sentiments qui se trouvent dans nos cœurs. Et plus important encore, nous devons renforcer notre prière. 

Ceux qui n'ont pas lu régulièrement les prières du matin et du soir, qu'ils les lisent régulièrement. Quiconque a lu les prières du matin et du soir, qu'il ajoute un cathisme [du Psautier] par jour. Quiconque a lu un cathisme, qu'il ajoute un canon au Sauveur, le lendemain à la Mère de Dieu, le surlendemain à l'ange gardien, de sorte que, comme l'a dit un ascète de notre temps : « Notre « écrou spirituel » soit resserré, et non relâché ». Les conducteurs savent à quel point il est important de serrer les écrous de leurs pneus en temps opportun. Après tout, à Dieu ne plaise qu'une roue tombe et qu'un désastre ne se produise...

Nous devons veiller sur nos cœurs, de sorte qu'aucune pensée et aucun sentiment sinistre ne surgissent en eux. Et s'ils y existent, alors nous devons travailler pour l'amour du Christ, en luttant contre ces mauvaises pensées, paroles et désirs. Car il peut y avoir soit le Paradis, soit l'enfer en nous. Quand nous sommes avec Dieu, quand nous sommes dans la prière, quand nous purifions nos esprits, nos âmes et nos cœurs, alors il y a le Paradis. Mais quand nous donnons libre cours aux passions, alors il peut y avoir un enfer vivant.

Un jour, un vaillant général alla voir un staretz. Il était loin de l'Église, et ses nombreuses victoires ne lui apportaient aucune joie ; il n'avait pas de paix dans son âme, pas de grâce. Il comprit qu'il manquait quelque chose de très important dans sa vie, et ses amis qui allaient à l'église lui dirent : « Va prendre conseil avec le staretz. » Le général alla voir le staretz et lui demanda : « Et qu'est-ce que le Paradis ? C'est-à-dire, de quoi l'homme a-t-il besoin dans sa vie pour avoir le Paradis dans son âme ? » Le staretz répondit : « Tu es un scélérat, un lâche et un traître. » « Et pourquoi ça ? » Le général fut indigné et il sortit même  son épée de son fourreau. « Je viens de te tester », lui dit le staretz, « et c'est l'enfer. » « D'accord, je comprends », dit le général en remettant son épée dans le  fourreau, ce  à quoi le staretz a commenté : « Et c'est le Paradis. »

Telle fut la leçon du staretz. Quand nous donnons libre cours à nos passions, c'est l'enfer, mais quand nous essayons d'éteindre ces passions, nous pouvons goûter à la douceur du Paradis.

Dans la vie, si ce n'est à chaque pas, alors du moins dans chaque situation, nous entendons souvent des gens dire : « Tu es un scélérat, un traître et un lâche. » Et même si ce n'est pas toujours exprimé, nous pouvons sentir que c'est ce que les gens pensent de nous. À notre tour, nous commençons à penser la même chose à leur sujet, ce qui signifie que nous « tirons notre épée de son fourreau ».

Et, inversement, lorsque nous essayons de vivre selon les conseils de saint Païssios l'Atonite, qui dit : « Allumez les bonnes pensées », et que nous essayons de rectifier la situation et que nous commençons à penser : « J'ai mal entendu. J'ai mal compris quelque chose. Peut-être que j'ai  moi-même fait une erreur », nous avons l'occasion de ressentir le Paradis. Et le jeûne nous aide dans ce travail.

Au moins pendant ces jours de sainte fête, essayons d'avoir la chose la plus importante : la sobriété. Après tout, « la sobriété », comme l'enseignent les saints Pères, « est une attention constante à nos pensées, à nos paroles et à nos actions ». Là où est la sobriété, là est la vie chrétienne. Toutes nos pensées, toutes nos paroles, toutes nos actions doivent correspondre aux commandements évangéliques. C'est le  jeûne véritable, la vraie tempérance, l'abstinence des passions.

Souvenons-nous des paroles de saint Jean Chrysostome : «Que non seulement ton ventre jeûne, mais aussi tes yeux, ta langue, tes oreilles, tes pieds et tes mains. » Ayant perdu le Paradis en rompant le jeûne, nous retournons vers ce Paradis en observant le jeûne, ce qui signifie les commandements de l'Évangile.

Amen.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

ORTHOCHRISTIAN

mardi 16 août 2022

Sainte Radegonde et la Croix du Seigneur

 

Sainte Radegonde
Fête le 13 août



La reine Radegonde ayant obtenu une portion de la vraie Croix, la plaça pieusement avec d'autres reliques dans le monastère qu'elle avait fondé à Poitiers...

J'entendais souvent dire que les lampades qui brûlaient devant ces reliques sacrées entraient en ébullition par une vertu divine et qu'elles faisaient tellement déborder l'huile que le vase placé au-dessous en était la plupart du temps rempli. 

Pourtant par la sottise d'un esprit endurci, je ne pouvais me décider à le croire, jusqu'à ce que cette même vertu, qui s'était déjà manifestée à d'autres, agissant en ma présence, finit par triompher de na brusque insouciance. Je dirai donc ce que j'ai vu de mes propres yeux. 

Un jour, allant par dévotion visiter le tombeau de saint Hilaire, j'eus une entrevue avec la reine. J'entrai dans son monastère, et après que je l'eus saluée, j'allai me prosterner devant la croix vénérable et les reliques sacrées des bienheureux. Puis, ma prière finie, je me levai...

Il y avait à ma droite une lampade allumée. Ayant remarqué qu'il en coulait fréquemment des gouttes d'huile, je crus, j'en prends Dieu à témoin, que le récipient était fêlé, d'autant plus qu'on avait placé au-dessous une capsule dans laquelle l'huile découlait. 

Me tournant alors vers l'higoumène, je lui dis : Es-tu donc si peu soigneuse que tu ne puisses préparer une lampade où l'huile brûle, au lieu de celle-ci qui est fêlée et d'où l'huile fuit ? 

Elle me répondit : Seigneur, ce n'est pas cela ; mais c'est un effet de la vertu de la sainte Croix que tu vois. 

Alors, faisant un retour sur moi-même et me rappelant ce que j'avais ouï dire, je regardai la lampe et la vis bouillir à grands flots et se répandre par les bords, comme le fait une marmite sur un feu ardent. 

C phénomène, pour mieux convaincre mon incrédulité, je pense, allait toujours en augmentant, si bien que dans l'espace d'une heure le vase, qui ne tenait pas plus d'une quarte [près de 2 litres], avait répandu un setier. J'admirai en silence, et à partir de ce moment je proclamai la vertu de l'adorable croix. [i]

Chrodegilde, jeune aveugle du territoire du Mans, qui, par ordre du roi Chilpéric, devint religieuse au monastère de sainte Radegonde, du vivant de celle-ci, y recouvra la vue au pied de la sainte croix.


d'après

Saint Grégoire de Tours

Le Livre des Miracles

Livre I Chapitre 5

lundi 15 août 2022

Mgr Basil Rodzianko: L'Amour des ennemis

Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit !

Dans l'Évangile, le Christ Sauveur nous appelle à aimer même nos ennemis, même ceux qui nous haïssent, même ceux qui nous persécutent, même ceux qui nous poursuivent - tout le monde. De le faire avec tout le monde avec amour, dans un pardon global et une affectueuse bonté.

Beaucoup se demandent : est-ce possible ? Puis-je vraiment le faire ? N'est-ce pas une sorte d'hypocrisie ? Parce que je dis parfois que je pardonne à tout le monde, mais est-ce que je leur pardonne vraiment de tout mon cœur ? Après tout, nous répétons ces mots tous les jours : « Et pardonne-nous nos dettes, comme nous pardonnons à nos débiteurs ». Pardonne à tous ceux qui ont péché contre nous et pardonne-nous, parce que nous leur pardonnons. Comment pouvons-nous y parvenir pour que ce soit vraiment de tout notre cœur ?

Il y a des gens qui quittent l'Église du Christ à cause de cela, qui s'écartent de l'Évangile du Christ, précisément parce qu'ils ne peuvent pas faire ce que le Christ dit. Et les gens disent même parfois que ce genre de moralité chrétienne est une forme de faiblesse. Cependant, si nous jetons un coup d'œil, si nous jetons vraiment un coup d'œil à nos âmes et à nos cœurs, alors nous verrons que ce n'est pas du tout le cas. En fait, si une personne devient aimante, vraiment aimante ; pardonnante, pardonnant vraiment ; et priant, priant vraiment pour ses ennemis, alors nous pourrons voir plus tard comment cette personne devient un exemple pour nous. Nous le verrons plus tard, surtout après la fin de sa vie, et lorsque l'Église parlera d'elle et des grandes actions qu'elle a accomplies. Alors, dans ce cas, nous verrons vraiment qu'il ne s'agissait pas d'une faiblesse mais, au contraire, d'une force. Et quelle force ! Pourquoi ? Parce que pour que le cœur soit dans un état tel qu'il puisse pardonner authentiquement et aimer authentiquement, le cœur doit changer. Et il n'est pas facile de changer nos propres cœurs. C'est de la force. C'est une lutte.

Chaque chrétien à partir du moment de son baptême ou de son arrivée consciente au baptême dans la vie (si nous avons été baptisés dans l'enfance), à partir de ce moment, devient un combattant ascétique, devrait être un combattant ascétique et ne peut être d'aucune autre manière. 

Qu'est-ce que cela signifie ? 

Cela ne signifie pas que tout le monde devrait devenir moine. Cela ne signifie pas que chacun devrait changer son mode de vie extérieurement ou même dans un certain sens intérieurement. Cela ne signifie qu'une chose : que chacun de nous lutte avec lui-même, avec son égoïsme, avec son égocentrisme, avec tout ce qui fait obstacle à sa relation avec les autres. 

Et si nous réussissons à briser notre propre orgueil, notre propre égoïsme, notre propre égocentrismee et à adoucir nos propres cœurs, alors nous pouvons devenir, comme St. Séraphim de Sarov l'a dit « des lumières pour les autres ». « Acquiers l'esprit de paix, dit-il, et des milliers de personnes seront sauvées autour de toi ! » 

Et une telle personne devient lumineuse, donnant quelque chose de nouveau dans la vie humaine ; et tout change dans les relations humaines, tout devient parfaitement spécial. C'est ce à quoi le Christ Sauveur nous appelle. Pour cela, nous devons tout d'abord acquérir une foi inébranlable et fervente dans la vérité des paroles du Christ, dans la vérité de Sa voie. Alors le Saint-Esprit descendra dans nos cœurs, comme St. Seraphim l'a dit, et comme l'apôtre Paul l'a dit avant lui : « Et l'Esprit Lui-même priera en nous et nous donnera la force, la  force véritable et non la force humaine » (cf. Rom. 8, 26) pour aimer et pardonner, bénir et prier pour tous sans exception. Amen.


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

ORTHOCHRISTIAN

dimanche 14 août 2022

Père Justin [Pârvu]: Consils spirituels

 


 

Père Justin (Pârvu) est né dans le village de Poïana Largouliou le 10 Février 1919, il entra au monastère de Durău en 1936 et en 1939, il s'inscrivit au séminaire théologique du monastère de Cernica. 

 

Il servit comme aumônier sur le front de l'Est pendant la Seconde Guerre Mondiale à partir de 1942-1944, mais il fut emprisonné pour des raisons politiques et religieuses entre 1948 et 1964. En 1966, le père Justin fut reçu en monastère de Secou, et en 1975, il fut transféré au monastère de Bistrita. À l'automne de 1991, il posa la première pierre du monastère de Petru Voda, où il vécut et servit comme higoumène, et en 1999 il commença la restauration d'un couvent de religieuses à Paltin.

 

Dès la fin de Mars 2013, le cancer de l'estomac dont il avait secrètement souffert pendant plusieurs années étendit ses métastases, provoquant d'autres complications médicales qui, après des tourments martyrisants causèrent le départ de l'archimandrite Justin vers un monde meilleur. 

 

Père Justin est considéré comme le dernier des startsy roumains de la période de répression communiste à quitter ce monde. Que Dieu donne le repos à son âme !

 

Conseils de frère Justin (Pârvu)

 

Aime les pauvres et souffre avec eux, afin que Dieu puisse avoir pitié de toi aussi.

*

 

Ne réprimande pas  ceux qui ont de la tristesse dans l'âme, afin de ne pas être puni avec le même bâton, et de sorte que lorsque tu commenceras à chercher quelqu'un qui aurait pitié de toi, tu ne puisses pas réaliser qu'il n'est pas là!

*

 

N'oublie pas que tu as également un corps mortel, et fais du bien à tous, sans exception.

 

*

 

Le discernement est supérieur à toutes les autres vertus.

 

*

 

Ne reproche pas  à qui que ce soit ses péchés, mais considère-toi  responsable de tout, même pour les péchés de ton prochain.

*

 

Il est préférable d'être méprisé que de mépriser. Il est préférable d'être insulté que d'insulter un autre.

*

 

Ne vis avec une personne orgueilleuse, afin que ton âme ne perde pas la grâce de l'Esprit Saint et donc devienne une demeure de mauvaises passions.

*

 

Celui qui fuit la vaine gloire de ce monde ressent la gloire de la vie future dans son âme.

 

*

 

Hais le repos et une existence confortable, afin de pouvoir conserver tes pensées en toute tranquillité.

*

 

Éviter de trop rencontrer les autres et prends soin de ta propre âme, afin que tu puisses préserver la paix de l'âme.

*

 

Évite les petits péchés, de ne pouvoir tomber dans de plus grands.

 

 

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

Graiul Ortodox.

cité par

Pravoslavie.ru

samedi 13 août 2022

Le staretz et le fabuliste...

Ambrosius of Optina.jpg


Le staretz Ambroise d'Optina était très friand des fables de Krylov. Parfois, pour reposer son esprit, il demandait à l'un de ses moines assistants de lui lire une fable à partir d'un livre de Krylov. Ce livre de fables se trouvait presque toujours près de lui sur une table dans sa cellule. 
Le staretz Ambroise donnait souvent des conseils spirituels en rimes et des fables ludiques, et il faisait lire quelque fable appropriée de Krylov à ses visiteurs. Ensuite, il disait quelques paroles d'instruction sur un ton humoristique avant de bénir tout le monde et de se retirer dans sa cellule.
(Source: 
Elder Ambroise of Optina, 
St. Herman of Alaska Press)



Par une belle journée d'été, les feuilles d'un arbre murmuraient doucement à la brise, et les ombres tombaient sur la vallée, voici ce qu'elles disaient, se vantant de leur luxuriante abondance:

"N'est-ce pas un fait que nous sommes la fierté de toute la vallée? N'est-ce pas grâce à nous que cet arbre est si vigoureux et si vaste, si imposant et majestueux? Que serait-il sans nous? Oui, en effet, nous pourrions bien nous vanter sans vanité! 

Ne protégeons-nous pas, par notre fraîcheur, le berger et le voyageur de la chaleur de midi? N'attirons-nous pas, par notre beauté, la bergère à venir danser ici? et en nous, à la fois matin et soir, le rossignol chante, tandis que vous, douces brises, vous ne nous quittez presque jamais. "

"Vous pourriez dire juste un petit mot de remerciement pour nous", interrompit une voix faible en sous sol.

"Qui a l'audace de nous demander des comptes? Qui êtes-vous, qui parlez là-bas sous l'herbe?" rétorquèrent avec impertinence les feuilles, remuant dédaigneusement sur ​​l'arbre.

" C'est nous," fut la réponse venant de loin en dessous, "qui creusons ici dans l'obscurité pour vous fournir de la nourriture. Est-il possible que vous ne nous connaissiez pas? Nous sommes les racines de l'arbre sur lequel vous vous épanouissez. Continuez à vous réjouir de votre beauté mais rappelez-vous, il y a cette différence entre nous qu'à chaque automne, les vieilles feuilles meurent, et avec chaque printemps de nouvelles feuilles naissent; mais si les racines périssent une seule fois, ni vous, ni l'arbre ne peuvent du tout vivre. "

Version française Claude Lopez-Ginisty
D'après les Fables de Krylov
adaptées par William R.S. Ralston
in
HERMITAGE OF THE HOLY CROSS
Newsletter
August 2013 - Issue 24

+

Cette même fable fut traduite du russe en français et mise en vers par Charles Parfait au XIXème siècle.


Les Feuilles et les racines

Sur le flanc d'un vallon, par un beau jour d'été,
Les feuilles, répandant une ombre fraîche et pure,
Du haut d'un chêne altier sous leur masse abrité,
Vantaient aux doux zéphyrs leur épaisse verdure.
"C'est nous qui du vallon faisons tout l'ornement, 
Disaient-elles; ce tronc, inutile instrument,
Nous doit sa majesté, sa grâce et sa parure.
Que serait-il sans nous? Pourrait-on contester
A qui fait de tels dons le droit de s'en vanter?
Vous le savez, notre feuillage
Des feux du jour sait protéger
Le voyageur ou le berger
Qui vient dormir sous son ombrage.
Dès que le printemps a souri,
La bergère accourt en cadence,
Sous ce frais et discret abri,
Chercher les plaisirs de la danse.
Le rossignol de ces coteaux,
Que le jour fuie ou qu'il renaisse, 
Dans nos bosquets reste sans cesse,
Et vient chanter dans nos rameaux;
Et vous-mêmes, zéphyrs fidèles,
Si l'on vous voit, pour quelques jours,
Quitter les feuilles, vos amours,
Vous revenez toujours près d'elles.
- Et nous, ne pourriez-vous nous dire au moins merci?
Dit une faible voix qui sortait de la terre.
- Qui donc ose, la-bas, nous interrompre ainsi?
Quand nous parlons, sachez vous taire!
Que vous croyez-vous donc ici?
Disent en frémissant les feuilles indignées.
- C'est nous, nous qui, dans l'ombre à languir résignées,
Vivons pour vous nourrir; pouvez-vous l'ignorer?
De l'arbre ou vous brillez nous sommes les racines.
Jouissez à loisir de ces beautés divines
Dont vous aimez à vous parer;
Mais n'oubliez jamais que votre destinée
Est. quoique différente, à la nôtre enchaînée.
Quand le printemps vient refleurir,
Avec lui, tous les ans, renaît feuille nouvelle;
Mais, si votre racine, un jour, vient à périr,
Tronc, feuilles et rameaux, vous mourrez avec elle.*

Version versifiée de  Charles PARFAIT
Librairie Henri Plon
Paris
Mai 1867

+
* Ces racines si modestes, dit M. de Saint-Jullien, représentent l'humble et laborieuse population des campagnes; car, en Russie, plus que dans nos contrées d'industrie et de commerce, l'agriculture entretient les feuilles élégantes et bruyantes de l'arbre social.

+

vendredi 12 août 2022

Père Sofian Boghiu: Les maladies spirituelles



Les maladies spirituelles sont plus nombreuses en nous, que nous ne le réalisons: la colère, l'hypocrisie, l'orgueil, l'incrédulité, l'indifférence et le manque d'amour pour les autres, les dommages que nous faisons à notre prochain en parlant mal et en discréditant les autres.

 L'immense mal réside dans la perte de la conscience du péché. 

Nous ne réalisons pas que nous avons tort, en commettant les péchés mentionnés ci-dessus. De tels péchés causent un grand chaos interne et nous devenons étourdis et tombons malades de l'intérieur.

Jésus guérit d'abord ces blessures de l'âme, puis, en conséquence de la guérison intérieure essentielle, Jésus guérit la maladie corporelle.

Chacun de nous a de nombreuses blessures internes qui guérissent par la repentance, à savoir la reconnaissance du péché et le sincère regret de ce que nous avons commis et pour lequel nous demandons pardon. 

Etant pardonnés, nous acquérons la guérison intérieure, après quoi nous pouvons facilement résoudre les problèmes externes de la vie, même la guérison corporelle, si nous souffrons.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

-->

jeudi 11 août 2022

Staretz Syméon, higoumène du monastère de Grigoriou [Mont Athos] (+1905)


Higoumène Syméon Grigoriatis (+1905)

Homme béni de Dieu, Spyridon Angelidis, comme il se nommait avant sa tonsure, naquit à Tripolidans le Péloponnèse en 1830. En 1852il arriva au monastère de Saint Paul (Mont Athos) avec trois amis. Selon l’higoumène Séraphim, décédé en 1960 : "larguant les amarres de tous soucis profanes pour les choses matérielles, il se consacra avec zèle et abnégation au service de l’higoumène et des autres Pères, et après avoir été testé dans une variété de fonctions, il fut renommé Syméon". Par la suiteil fut ordonné diacre et servit au Secrétariat du monastère. Il fit ses études à l’Académie d'Athoniada et servit au sein du Secrétariat de la Sainte communauté.

Les ferventes prières des Pères du monastère de Grigoriou l'amenèrent au trône de l’higoumène, après qu’il ait d’abord été ordonné prêtre. Il fut emmené au monastère de son staretz, Sofronios Ayiopavlitis (†1882). Dans son style élevé habituel, le staretz Gabriel Dionysiatis (†1983) écrit : "ce cénobium avait la chance d’avoir des higoumènes qui étaient déjà connus pour leur zèle au service du monastère, et tout d’abord parmi ceux-ci le hiéromoine Syméon, fut également le nouveau fondateur, qui érigea les splendides nouveaux quartiers résidentiels qui sont presque équivalents des plus anciens, et aussi la très remarquable porte d’entrée. Ayant été invité à être l’higoumène de Saint Paul, il imposa son autorité, même s’il y était un étranger, à travers son mode de vie austère, sa diligence et son amitié envers tous, tandis que son amour du labeur et ses efforts exceptionnels pour la construction de la nouvelle aile devinrent proverbiaux. Il fut le premier parmi les travailleurs et, du matin jusques au crépuscule, il portait des pierres et d’autres matériaux sur son dos, sans toutefois omettre le moindre détail de son travail spirituel planifié.

A un moment donné, l’approvisionnement en huile d’olive du monastère fut considérablement réduit et il était loin d’être certain qu’il durerait toute l’année. Le moine responsable, Hypathe, alla vers l’higoumène Syméon et demanda s'il devait continuer à servir de l’huile. La réponse fut : "l’huile est pour nous tous. S'il y en a assez, c’est assez pour nous tous." Et ils l'utilisèrent encore et encore, mais l’approvisionnement en huile, ne baissa  jamais. L'huile resta dans la jarre pleine, par la bénédiction de l’higoumène Syméon, par l’obéissance du serviteur Hypathe, et par  les prières des moines qui en bénéficièrent.

Il partit reposer en paix dans le Seigneur comme higoumène, le 20 octobre 1905. Le plus éminent de ses enfants spirituels fut le très vertueux Athanase (†1953), qui devint plus tard higoumène. Par la vertu de Syméon et de ses nombreux sacrifices, quand ses ossements furent retirés de sa tombe, ils exhalèrent une bonne fragrance.

Il servit en tant qu’higoumène pendant 46 ans et eut beaucoup de dons spirituels. Il était très intelligent, perspicace, fort et travailleur. Il mit toute son espérance en Dieu. Il laissa un exemple de diligence, de zèle, de sagesse et de spiritualité.
Monastère de Grigoriou (Mont Athos)


Lorsqu’A. Moraïtidis visita le monastère, il écrivit: "l’Athonite Syméon, originaire du Péloponnèse, homme d’assez grande taille et vénérable hiéromoine, vint vers moi accompagné du Père Barlaam, appuyé sur son bâton d'higoumène, et me bénissant de la manière la plus cordiale [...] et avec le doux sourire par lequel il réunit d'autres hommes pieux du Péloponnèse pour vivre comme moines avec lui, se révélant être ses fils obéissants et humbles. 

Après les discours officiels habituels, nous parlâmes longuement du cénobium hésychaste, des dernières rénovations qui sont entièrement attribuables à l’activité progressive de cet higoumène du Péloponnèse, dont l’ambition est de faire que ce petit monastère soit grand et merveilleux, en ce qui concerne le nombre de moines et leur vertu. 

Le résultat est qu’aujourd'hui il est préféré aux nombreux autres monastères par ceux qui désirent leur propre salut. Pour son ordre et l’observation méticuleuse de la prière et le réfectoire très complet, dans les restrictions de la règle monastique, qui fournit la subsistance à tous ces moines qui portent le poids du service et des obédiences de la nuit noire jusques au crépuscule de la journée suivante - avec les activités de pétrissage, cuisson, boulangerie et travail dans l'atelier du tailleur, du cordonnier, dans le jardin, au débarcadère, au déchargement de l’abondance des produits que rapportent les caïques du monastère depuis ses dépendances, pour tout cela, et la rénovation des murs et l’ajout d’une nouvelle aile, de nouveaux moines et d’un nouveau régime, l'higoumène Syméon jouit de la réputation d’être le nouveau fondateur de ce monastère.

Source : Moine Moïsis, Μέγα Γεροντικό εναρέτων αγιορειτών του εικοστού αιώνος Τόμος Α΄, 1901-1955, § Ιερομόναχος Συμεών Γρηγοριάτης (1830-1905), Publications de Mygdonia, 1ère édition, septembre 2011
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
la version anglaise 
de