"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mardi 13 novembre 2018

Archimandrite André [Konanos]: L'humilité

Père André [Konanos]

Si, étant dans l'Eglise, notre égoïsme en vient à se développer, à être caché ou explicite, tous deux étant également terribles, je crois que nous serons en grand danger.


L'orthodoxie est humilité. L'orthodoxie est compassion. Orthodoxie signifie "Je suis le dernier". Le premier sera le dernier. Quand on le sent et crie : "Je suis le premier, nous sommes les premiers dans toute l'Europe et dans le monde entier !" Ce n'est certainement pas la mentalité orthodoxe, même si vous êtes un chrétien orthodoxe et que vous enseignez les plus belles choses. Vous êtes un chrétien orthodoxe, mais votre arrogance ruine tout. N'oubliez pas que les pharisiens et les sadducéens furent les premiers peuples de leur temps, les plus "orthodoxes", mais ils ont tout perdu. Pensez-y un peu. Personne ne sait qui sera sauvé. Personne ne sait rien sur personne.

Clairement, le paradis commence ici. Si vous êtes heureux dans cette vie, vous le serez plus tard. Si vous êtes difficile, amer et indigné dans cette vie, si vous présentez un visage amer, et grognez, pleurez et vous plaignez constamment, alors ne pensez pas que la prochaine vie sera différente. La façon dont vous vivez ici ne va pas changer là-bas. La vie du siècle prochain n'est rien d'autre que la continuation de cette vie.

Vous vivez au au paradis maintenant ? Par la suite, ce sera la même chose. Aimez-vous le Christ ? Après cela, vous continuerez à L'aimer. Aimez-vous votre être cher ? Ensuite, vous continuerez à le faire. Est-ce que vous comprenez ? La scène ne changera pas sur simple pression d'un bouton. Il est impossible de se sentir comme si on était en enfer ici, dans cette vie, et de se retrouver soudainement au paradis. Si vous traversez l'anticipation émotionnelle de l'enfer maintenant, vous ne pouvez pas le dire plus tard : "Oh, super ! Je suis dans le Royaume de Dieu maintenant".

Tout commence ici. Beaucoup de saints ont senti les joies du paradis juste d'ici et ont été surpris par cette grande joie. "Je suis déjà si heureux, et j'en suis si heureux ! La prochaine vie est encore à venir, pourquoi suis-je si heureux ? demandèrent-ils. Leur père spirituel répondit : "Toutes les bonnes choses en lesquelles nous croyons commencent ici. Même dans la vie mortelle, nous pouvons sentir ce que signifie le Royaume de Dieu, le paradis et la joie éternelle".

Je vous souhaite de profiter de l'anticipation du paradis dans cette vie, dès maintenant et après de nombreuses années pour aller là où vivent beaucoup de saints et d'âmes des justes. A telle ou telle époque, chacun d'eux a travaillé dur pour le salut. De nos jours, la vie ascétique est redéfinie : le contenu est le même, mais les formes et les manifestations changent. L'expérience a montré que si nous suivons les anciennes formes ascétiques en mode "copier-coller", nous nous détruirons, nous nous éloignerons les uns des autres. Nous ne pouvons pas laisser les "ascètes", les "chrétiens orthodoxes" et les "ermites" devenir la raison d'une telle désintégration.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

dimanche 11 novembre 2018

"JE N'AI JAMAIS EU LE MOINDRE DÉSIR DE QUITTER MON DIOCÈSE" Entretien avec le Père Marc Tyson sur sa décision de quitter le Patriarcat œcuménique



Père Marc, juste avant l'entrée aux Vêpres pendant la Vigile pour la Dormition de la Mère de Dieu. Photo : Konstantin Shnourov
   *
Le Père  Marc Tyson a été recteur de l'Église orthodoxe de la Dormition de la Mère de Dieu à Bluefield, WV, paroisse du diocèse orthodoxe américain Carpatho-Russe (connu sous le sigle ACROD),  juridiction du Patriarcat œcuménique (PE), pendant presque deux décennies. Cependant, suivant sa conscience, il est récemment passé sous la juridiction de l’ERHF (Eglise russe hors frontières), organe autonome au sein du Patriarcat de Moscou (PM). Comme l'ont rapporté divers organes de presse anglophones et russophones, le Père Marc a fait cette démarche en raison des actions du Patriarcat Œcuménique en Ukraine dès la fin de l'année - révoquant le document par lequel il avait transféré la métropole de Kiev au Patriarcat de Moscou en 1686 et levant les sanctions canoniques du Patriarcat de Moscou contre Philarète Denisenko, Macaire Maletitch et leurs disciples, les recevant de nouveau en communion avec ceux qui les suivaient.

Avec la bénédiction de Son Éminence le Métropolite Hilarion (Kapral), Premier Hiérarque de l’ERHF, le Père Mark nous a accordé l'entretien suivant dans lequel il parle plus en détail du temps passé à l’ACROD, des raisons de son transfert à l’ERHF, et de ce que l'avenir lui réserve.
*
Père, avant de nous lancer dans l'actualité, nous aimerions d'abord savoir si vous êtes converti ou si vous êtes né dans l'Église. Comment avez-vous rejoint l’ACROD ?
Je suis converti. J'ai été baptisé dans l'église catholique romaine de Saint-Bède à Williamsburg, en Virginie (ce qui jouera un peu un rôle plus tard), mais vers l'âge de quinze ans, j'ai décidé de tourner le dos à toute cette histoire de religion et pendant environ neuf ans, je n'avais rien à faire avec la prière ou le Christ, sauf si ma vie était en danger, ce qui, pendant mon adolescence agitée, s'est produit une fois ou deux.

J'ai commencé à étudier à l’Université George Mason à Fairfax en 1988 où j'ai obtenu ma licence en études russes et latino-américaines. Après avoir terminé, j'ai passé environ six semaines à Moscou durant l'été 1990. J'ai étudié à l'Institut de l'acier et des alliages où il y avait un petit département de langues au dernier étage, alors nous avons passé nos journées là-haut avec de professeurs russes géniaux et nous avons voyagé, fait des excursions et visité des expositions, et un des endroits où nous sommes allés était le monastère Novodevitchy, où j'ai assisté à ma première Liturgie orthodoxe.

J'ai été vraiment envoûté et ému par l’office. Une des dames qui vendaient des cierges pouvait voir que je ne prenais pas de photos et que je n'étais pas un touriste grossier. J'étais aussi respectueux que possible. Ayant grandi dans l'église romaine et ayant joué d'un certain nombre d'instruments dans des groupes folkloriques, cette liturgie m'a semblé si belle qu'elle m'a beaucoup ému, même si je ne comprenais rien d'autre que "Gospodi Pomilouï" ("Seigneur aie pitié"). Cette dame plus âgée à l'arrière m'a donné un cierge, m'a touché la joue et m'a dit de le prendre, et je l'ai allumé en faisant  une petite prière. Plus tard, quand mes amis allaient dans un bar ou ailleurs, je disais qu'il fallait que j'étudie, puis dès qu'ils partaient, je prenais le métro et j’allais à Novodevitchy. Je m'asseyais sur un banc et je regardais les gens passer. Je n'avais aucune idée de comment me comporter ou de ce qu’il fallait faire.

J'ai reçu une lettre de ma fiancée à Williamsburg, en Virginie, qui voulait retourner à l'église et m'attendait depuis un moment, mais comme j'étais à l'étranger, elle m’a dit qu'elle allait à l’église Saint-Bède. J'ai été très frappé parce que c'est dans cette église que j'avais été baptisé. De retour en Amérique, je me rendis beaucoup dans cette église avec elle, et l'une des premières choses que je fis fut d'aller me confesser pour la première fois en neuf ans. J'ai commencé à aller régulièrement à la messe et je suis devenu un catholique sérieux avec le temps, mais je m'intéressais toujours à l'Orthodoxie. En fait, nous avons même ajouté quelques demandes de la Grande Litanie de la Paix à notre messe de mariage à l'église Saint-Bede. Je ne savais pas à l'époque que c'était inapproprié, mais ces parties de la Liturgie m'ont touché et j'ai l'impression que mon cœur était à la bonne place.

Quelques mois après notre mariage, nous avons déménagé dans une petite ville appelée Fisher, dans l'Illinois et nous allions à l'église catholique romaine le samedi soir et à une église grecque orthodoxe à Champaign-Urbana le dimanche matin. Ma femme était enseignante dans une école catholique. Ils célébraient la messe une fois par mois, et un jour nous y sommes allés ensemble. Ils avaient des filles en justaucorps brandissant des drapeaux, portant des pots d'encens et dansant autour de l'autel, et quand ce fut fini, j'ai dit à ma femme : "C'est fini, on va à l'église grecque, c'est tout. Je n'en peux plus." C'est ce que nous avons fait et nous avons suivi un catéchisme pendant environ neuf mois là-bas.

Alors que nous étions dans la région de Washington, DC, avant de nous rendre dans le Midwest, nous sommes tombés sur un monastère orthodoxe dirigé par deux anciens uniates qui avaient rejoint l’ACROD. Ils furent très accueillants et nous aidèrent en répondant à beaucoup de nos questions sur la foi que nous découvrions. Nous sommes donc allés à Johnstown, en Pennsylvanie, où j'ai rencontré le Métropolite Nicholas et le chancelier, le Père Frank. Plus tard, alors que je faisaisdes études supérieures dans l'Illinois, j'ai réalisé que je voulais vraiment aller au séminaire. Nous avons été reçus dans l'Eglise le dimanche de Pentecôte de juin 1992 et avec le chrisme encore humide sur le front, nous avons sauté dans la voiture et avons roulé jusqu’au séminaire. J'y repense avec beaucoup de chagrin - j'aurais aimé avoir mûri peut-être cinq ans en tant que laïc, mais c'est là une chose typique des convertis - "Je vais enseigner l'Orthodoxie au monde  !"

Bien sûr, je le sais bien.
D'accord, donc je suis allé au séminaire et j'ai été complètement pris en charge par le Métropolite Nicholas, qui était l'un des hommes les plus hospitaliers et les plus gentils que j'aie jamais connus. C'était le genre de personne qui nous apportait à manger quand nous n'avions pas de revenus et qui invitait toujours des séminaristes et d'autres personnes de la communauté de la cathédrale à venir chez lui pour manger et lui rendre visite. Son nom de famille était Smichko, qui est bien sûr lié à "smechno"-"drôle" en russe, et c'était un homme drôle, toujours plaisantant et bien sûr, très fier de son héritage carpatho-russe. Je le taquinais beaucoup. Je me souviens qu'une fois alors que je nettoyais sa salle de bains du premier étage (une autre façon par laquelle il nous aidait à gagner notre vie) et j'ai commencé à chanter, "Souviens-toi de nous Seigneur"- disant pour Seigneur"Gospodi" avec la prononciation russe, et il a crié "C'est HOSPODI, espèce de sot!" 

Son Éminence le métropolite Nicholas . Photo : tribdem.com
J'ai été ordonné au diaconat le 24 décembre 1993, et à cause des problèmes de santé de notre protodiacre, j'ai commencé à voyager avec l'évêque. Au cours de nos voyages, j'ai appris à l'aimer et à le respecter encore plus qu'auparavant. Quand j'ai été ordonné prêtre, le 10 septembre 1995, je suis entré et j'ai vénéré l'autel, et le Métropolite. Nicholas étendit les bras pour m’étreindre et il me dit : "Es-tu prêt pour ce grand jour de ta vie, fiston ?" Il a baptisé mon fils aîné Nicholas l'après-midi de Pâques en 1995. Nous lui avons donné le nom de Nicolas en l'honneur de saint Nicolas [de Myre] et du Métropolite. Certains prêtres pensaient que j'essayais d'obtenir des faveurs de lui, mais ils ne comprenaient tout simplement pas. Il était plus proche de moi que mon propre père. Il m'a tonsuré comme lecteur, m'a gardé comme hypodiacre, et m'a ordonné au diaconat et au sacerdoce. Nous avions une relation merveilleuse.

Ma première mission eut lieu en octobre 1995 dans la région de Chicago et ensemble, en tant que paroisse, nous y avons construit une nouvelle église. Nous avons eu des moments difficiles avec la "vieille garde" de la paroisse là-bas, et après cinq ans, j'ai été envoyé dans l'une des plus grandes paroisses du diocèse de Bridgeport, dans le Connecticut, qui était dans une zone difficile avec beaucoup de criminalité. Élever trois petits enfants dans ce quartier n'était pas un bon départ pour ma femme et moi, alors après neuf mois, j'ai demandé à déménager à l’église Sainte-Marie à Bluefield. Nous sommes arrivés en novembre 2001 et j'y suis resté presque dix-sept ans.

Après cette histoire, passons à ce qui arrive maintenant. Vous avez passé pratiquement toute votre vie orthodoxe à l’ACROD, à l'exception du tout début de la paroisse grecque....
Et même pendant la brève période où j'étais dans l'archidiocèse grec, j'étais également sous l'égide du Patriarcat Œcuménique, de sorte que chaque seconde de ma vie orthodoxe a été sous la direction du Patriarche Bartholomée. Je suis orthodoxe depuis exactement la moitié de ma vie, depuis vingt-six ans.

Donc vous étiez sous la juridiction du Patriarche Bartholomée jusqu'à il y a deux semaines ?
Oui, jusqu’au 15 octobre. 

Pouvez-vous nous expliquer ce qui a amené à ce changement ? Bien sûr, nous savons que c'est lié à l'Ukraine, mais pourriez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Bien sûr. J'avais suivi un peu la question ukrainienne, sur votre site web en fait. Je me souviens d'une vidéo que vous avez mise en ligne il y a quelque temps d'un pauvre prêtre ukrainien qui servait à l'extérieur dans des vêtements rouges et voici qu'un type en colère est arrivé et lui a jeté de la peinture rouge partout sur les vêtements. C'était censé symboliser tout le sang ukrainien versé par les "Moskaly" (les "Moscoutaires"). Cela m'a vraiment dérangé, mais c'était quelque chose qui me concernait peu. Je n'avais aucun concept, aucune idée, jamais dans mes rêves les plus fous je n'aurais pensé que le Patriarche Bartholomée reconnaîtrait de tels renégats absolus comme Philarète et ceux de son espèce. J'y accordais la même attention qu'au Concile de Crète : Des amis m'appelaient pour me demander ce qui se passait, et je leur disais de ne pas s'inquiéter, et je n'y prêtais même jamais vraiment attention jusqu'à ce que je lise le rapport du Père Peter Alban Heers au Synode des évêques sur votre site web concernant ce qui s'y passait vraiment. Je me suis dit : "Qu'est-ce qui ne va pas chez toi, Mark ? Tu dois commencer à suivre ces choses d'un peu plus près."

Puis, le 31 août, un ami prêtre m'a appelé et m'a dit : "Tu réalises ce qui se passe ?" C'était le  jour où, le Patriarche Cyrille se rendait en visite à Constantinople. J'ai dit : "Non, que se passe-t-il ?" Nous avons commencé à en parler et la gravité de la question a commencé à se faire sentir, et j'ai passé les six semaines suivantes à lire avec ferveur tout ce que je pouvais de toutes parts. Je lisais UNIAN, RISU, et tous les autres sites ukrainiens que je pouvais. Je lisais ce que publiait le Patriarcat de Constantinople, ce qui n'était pas grand-chose. Bien sûr, je lisais OrthoChristian.com, TASS, Interfax Religion, et le bureau de presse du Département des affaires extérieures du Patriarcat de Moscou. En fait, j'ai complètement abandonné la lecture politique profane que je faisais habituellement, ce qui est bien sûr distrayant et pécheur, et j'ai commencé à me concentrer moins sur Donald Trump et ce qui se passait ici, et plus sur ce qui se passait là-bas. J'en ai appris de plus en plus, en particulier sur l'histoire du Patriarcat au XXe siècle, en particulier après la Première Guerre mondiale, sur ce qui est arrivé aux Eglises qui étaient sous l'Empire russe, alors que le gouvernement bolchévique naissant cherchait une paix séparée avec l'Allemagne, et comment le Patriarcat Œcuménique s'est introduit dans les Terres Tchèques, la Slovaquie, la Pologne, l’Estonie et la Finlande, et comment le Patriarcat Œcuménique a reconnu et accueilli l'Eglise vivante rénovée [soutenue par les communistes]. Quand le Patriarche Cyrille a dit que c'est une répétition de l'histoire, ça a vraiment résonné en moi. D'autant plus que lorsque j'en ai appris plus sur Philarète, tout est devenu plus clair.

Dans le passé, j'avais toujours été troublé par certains excès œcuméniques, du "Patriarche vert" [Surnom donné au Patriarche Bartholomée en raison de son engagement pour  l'écologie], mais cela ne m'a pas suffi pour m'éloigner, parce que je me suis dit qu'il devait se faire connaître en Occident et essayer de faire appel aux "intellectuels" et  autres choses-et j’ai laissé courir. Je ne faisais pas partie de ces gens qui disaient : "Oh mon Dieu, il a touché la main du Pape. Je m'en vais !" Je n'étais pas ce genre de personne. Mais quand c'est arrivé, j'ai réalisé ce qui se passait.

Et, fait intéressant, j'ai vécu une expérience en avril avec un jeune Ukrainien très gentil et très calme, probablement dans la vingtaine, qui est venu dans notre paroisse pour les Vêpres du Grand Vendredi Saint et de Pâques. Puis, le Dimanche de Thomas, nous étions dans la salle après la Liturgie et il s'est approché de moi et m'a demandé ce qu’il devait faire pour communier dans notre église. J'ai dit : "C'est très simple. Vous êtes orthodoxe, n'est-ce pas ?" Il a dit : "Je viens d'Ukraine, oui, je suis orthodoxe." J'ai demandé si son évêque était le Métropolite Onuphre, et il m'a répondu : "Non, je suis sous le patriarcat ukrainien, je suis avec Philarète." Et je lui ai dit : "Je suis désolé, je ne peux pas vous donner la communion. Votre église n'est pas une église, c'est un cadavre." Mais je lui ai dit que j'appellerais l'évêque, parce que je ne voulais pas qu’il demeure triste ; j'ai essayé d'être pastoral. Je ne voulais pas le chasser.


Le P. Mark et sa famille à Pâques (2018)
J'ai appelé le Métropolite Grégoire, et il m'a donné la réponse la plus étrange, que j'ai comprise il y a seulement dix jours. Sans entrer dans les détails d'un appel pastoral privé, je peux dire que sa réponse était totalement ambiguë. Maintenant, je pense qu'il évitait juste de dire "officiellement" quelque chose à ce sujet. Je suis sûr qu'il savait que le Patriarcat était en train de prendre une décision, et qu'il ne voulait pas "être en porte à faux."

J'avais donc déjà un avant-goût de ce que ce serait que d'avoir à donner la Communion aux gens dépendant de Philarète, et quand j'ai vu que non seulement les hauts hiérarques des schismatiques ukrainiens mais aussi tout leur clergé avaient été réintégrés, il est devenu évident pour moi que certains de ces membres du clergé avaient peut-être rejoint Philarète par nationalisme, et que d'autres avaient été défroqués par l'Église ukrainienne canonique à cause de graves fautes morales, et qu'aucun cas n'avait été examiné. Une baguette magique a été agitée sur tout le monde et ces gens pouvaient se présenter dans ma paroisse à tout moment et dire : "Je suis du Patriarcat Œcuménique,  tu es du Patriarcat Œcuménique, et je sers", et je n'aurais aucune raison de refuser. Si je le faisais, le Métropolite me mettrait une enclume sur la tête. Et je me suis rendu compte que je ne peux pas être en communion avec ce Patriarche parce qu'il a admis ces gens en communion, et qu'ils ne sont en aucune façon retournés à l'Église qui les a défroqués et anathématisés ou qu’ils n’ont pas offert quelque repentance que ce soit.

Il y a une petite parabole que j'ai dite aux gens de mon ancienne paroisse qui ont accepté de me rencontrer après ma démission : supposons que j'aie commis un péché terrible et que j'aie été déchu de mon sacerdoce par le Métropolite Grégoire, et que j'aie fondé une petite église complètement indépendante dans le comté voisin, ne commémorant aucune hiérarchie". Quelques années plus tard, un autre évêque canonique avait besoin d'un prêtre, donc nous nous serions assis et aurions eu une réunion, et que je dise : "Eh bien, les accusations contre moi n'étaient en fait que des demi vérités et des mensonges ; mon évêque ne m'a jamais aimé," et l'évêque a besoin de moi, donc il me prend. Qu'est-ce que le Métropolite Grégoire ferait ? Il perdrait son calme! Il serait furieux ! Et il rendrait la vie aussi difficile pour moi et pour l'autre évêque qu'il le pourrait. Et il aurait raison de réagir comme ça ! Tout le monde comprend que dans un cas comme celui-ci, le seul chemin vers l'Église passe par celui qui a rendu le jugement, mais nous sommes censés accepter cette folie en Ukraine parce que ... Bartholomée l'a fait ? Vraiment ? Cela n'a aucun sens.

C'est intéressant que vous ayez parlé de recevoir des membres du clergé avec de graves offenses morales. Le Patriarche Bartholomée est au courant de l'immoralité de Philarète telle que l'Église russe l'en a informé dans les années 90. Il connaît au moins l'histoire de Philarète.
C'est juste, et il a répondu par une lettre disant qu'il acceptait et approuvait les décisions de l'Église russe.

C'est intéressant de lire des choses au sujet de tous les hiérarques qui sont morts autour de Philarète. C'est le Bill Clinton de l'Orthodoxie. C'est très étrange.

Et j'ai lu que le Patriarche Bartholomée avait envoyé l’évêque Vsevolod de Skopelos en Russie pour en savoir plus sur Philarète. Je connaissais bien l’évêque Vsevolod. C'était un Ukrainien avec une histoire très étrange. Il a pratiqué une sorte de thérapie psychiatrique à New York pendant de nombreuses années, puis est devenu prêtre et évêque ukrainien. C'était un personnage très intéressant. Quand il a été envoyé en Russie pour examiner la situation avec Philarète, je ne sais pas comment les Russes ont réagi, mais le Patriarche Bartholomée a écrit une lettre que vous avez réimprimée en anglais, disant : "Nous sommes désolés que vous ayez mal compris nos intentions en envoyant ces deux évêques là-bas." J'ai un paroissien grec dans mon ancienne paroisse qui m'a dit une phrase grecque classique : "Je suis désolé, vous avez dû mal comprendre" (Rires).

J'étais curieux à ce sujet. Je ne sais pas trop de quoi il s'agit.
Je ne suis pas sûr non plus. Je pense que le Patriarche Bartholomée envoya ces deux hiérarques fouiner et déterrer toutes les informations possibles sur les délits de Philarète et la réaction des Russes à leur égard. Mais nous savons officiellement que Bartholomée a accepté la déposition et l'anathème qui le frappait. Bartholomée était en Ukraine il y a deux ans et ne voulait même pas reconnaître Philarète comme évêque, encore moins comme "patriarche", tout en se tournant uniquement vers le Métropolite Onuphry comme chef canonique de l'Église. Tout d'un coup, quelques années plus tard, il y a un virage à 180 degrés. Pourquoi ?

C'est une bonne question, et je pense qu'il y a probablement plusieurs raisons à cela.
Sur la base de l'histoire personnelle que vous avez donnée du temps que vous avez passé dans l’ACROD et votre relation personnelle avec le Métropolite Nicholas, on dirait que vous n'étiez pas enclin à vouloir quitter l’ACROD et que c'était la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, mais que ce problème était si énorme pour vous qu'il vous a poussé dehors.

C'est exactement ça. Depuis treize ans, j'ai une ferme à trente minutes de mon ancienne église. Ma femme et moi avons acheté des parcelles funéraires au monastère de Holy Cross, à Wayne, dans la Virginie Occidentale. Ma femme a un emploi stable à la bibliothèque locale avec une excellente assurance maladie pour toute la famille. Je n'ai jamais eu le moindre désir, je n'aurais jamais quitté cet endroit de mon plein gré. Je n'ai jamais voulu quitter mon diocèse ou ma paroisse.
Il y a quelques jours, le Métropolite Grégoire a publié une lettre à mon sujet disant que j'avais quitté le diocèse qui m'a nourri et formé toutes ces années. Ils y voient une trahison du diocèse, mais ce n'est pas du tout le cas. Nous avons tous été trahis par les actionssans précédent, anti-canoniques et réellement dangereuses du Patriarche Bartholomée en Ukraine, et pour cette raison, j'ai senti que je devais quitter son homophore, car j'avais l'impression qu'il me fallait en sortir.

Dormition de l'église de la Mère de Dieu à Bluefield, WV, où le P. Mark a servi auparavant. Photo : stmarysbluefield.org/

Vous avez parlé de la réponse du Métropolite Grégoire après les faits, alors j'aimerais savoir comment vous êtes passé à l’ERHF. Avez-vous reçu un congé canonique ?

J'ai écrit une lettre au métropolite Hilarion à la mi-septembre. J'avais célébré avec lui plusieurs fois et j'ai toujours été impressionné par sa prière, sa quiétude, son sérieux. J’ai commencé à réaliser environ dix ou douze jours après avoir entendu pour la première fois la nouvelle que  l’autocéphalie allait probablement être accordée, alors je lui ai écrit pour lui demander, que si ce désastre arrivait, on pouvait me recevoir [dans l’ERHF]. Et il a compris qu'une fois la communion rompue, il n'y a pas besoin d'une autorisation canonique. J'ai donc envoyé ma lettre de démission au Métropolite Grégoire après avoir parlé avec le Métropolite Hilarion le soir où les relations eucharistiques entre les deux Patriarcats ont été complètement rompues.
Le lendemain matin, le Métropolite Grégoire m'a appelé et nous avons parlé pendant deux heures. Il était très conciliant et très gentil. Il m'a offert un certain nombre d'options différentes afin de rester. Il m'a proposé de me laisser servir la Liturgie sans commémorer le Patriarche Bartholomée, selon l'usage de l'archidiocèse grec, mais je lui ai dit que ce serait oublier la charte de notre diocèse de 1938 du Patriarche Benjamin de Constantinople, selon laquelle nous pouvons entrer dans l'Orthodoxie sous deux conditions : que nous abandonnions le Filioque, puisque nous étions uniates, et commémorer le Patriarche dans tous les offices. Ainsi, depuis la fin de 1993 en tant que diacre et tout au long des années de mon sacerdoce, j'ai commémoré le Patriarche à plusieurs reprises à chaque service. Je sentais qu'il m'offrait « une feuille de vigne légale » pour soulager ma conscience et bien que j'appréciais qu'il essaie d'accommoder mes préoccupations, mon esprit était décidé. Il m'a offert un congé canonique pour aller à l’ERHF, mais il voulait que le Métropolite Hilarion le contacte. J'ai informé le Métropolite Hilarion de ce désir du Métropolite Grégoire.

Malgré cet appel téléphonique, vous avez demandé ensuite une autorisation de congé canonique, n'est-ce pas ?
Oui, j'ai parlé à quelques personnes qui en savent beaucoup plus que moi à ce sujet et ils ont dit qu'un congé canonique général [sans indication du diocèse qui reçoit le prêtre ainsi "libéré"] serait la meilleure chose, parce que me libérer officiellement pour aller à l’ERHF aurait provoqué la colère du Patriarcat vis-à-vis du Métropolite Grégoire, c'est comme dire à un soldat de l'armée : "Bien sûr, va de l'autre côté et bats-toi pour eux." Ça n'a aucun sens. Mais il aurait pu me donner un congé canonique général, ce que le Métropolite Nicolas avait fait avec des gens à plusieurs reprises ; et si Constantinople en parlait, il pouvait dire : "Eh bien, il était insatisfait et il voulait partir, alors je l'ai laissé partir."

Je lui ai écrit un courriel très cordial lui suggérant qu'au lieu d'une demande de congé émanant du Métropolite Hilarion, j'aimerais demander moi-même un congé canonique général, ce que son prédécesseur de bienheureuse mémoire avait fait. Cela fait deux semaines que j'ai envoyé ce courriel et je n'ai reçu aucune réponse.

Donc vous avez essayé de le faire du mieux que vous pouviez pour toutes les personnes impliquées.
C'est ce que j'ai fait.

Pourquoi s'adresser à l’ERHF plutôt qu'à une autre juridiction qui n'est pas immédiatement impliquée dans la présente controverse ? Pourquoi ne pas aller à l'Église serbe, par exemple ?
J'avais déjà des liens avec l'Ermitage de Holy Cross [la Sainte Croix], où je me confesse avec ma famille depuis dix ans ; mon parrain, le Père Matthieu, est prêtre de l’ERHF, et nous avons souvent concélébré dans son église et dans la mienne ; et un ancien paroissien est devenu prêtre de l’ERHF, nous avions donc aussi une relation. Je ne voulais pas non plus avoir à m'inquiéter de la situation si cela continue, et je ne vois pas pourquoi cela ne continuerait pas, surtout compte tenu de l'affirmation très "conciliante" du Patriarche Bartholomée selon laquelle "nos frères russes devront accepter notre décision parce qu'ils n'ont pas d'autre choix" (rires).

Il est tellement certain que lui seul lit les canons correctement et que tout le monde finira par s'y retrouver et se mettre en place.
Oui, y compris les autres Patriarcats. Mais disons qu'il y avait une autre église qui ne relève pas du Patriarcat Œcuménique à proximité de laquelle j'ai été tenté de servir. Mais qui dit que dans six mois ou un an, ou deux ou trois, si des lignes sont tracées entre les Patriarcats, celui que je rejoins ne finira pas avec le Patriarcat Œcuménique? J'ai vraiment l'impression que le choix le plus sûr était avec l’ERHF. J'ai été très heureux d'y être reçu.

Bien sûr, cela a fait les manchettes de la presse et les gens en parlent. J'ai vu, et peut-être avez-vous entendu la critique selon laquelle vous avez pris cette décision trop rapidement. Et si ce problème est résolu bientôt ?
C'est une critique valable, je pense. Je comprends tout à fait pourquoi les gens disent cela. C'est peut-être ma personnalité, mais mon cœur et ma conscience m'ont dit que je ne voulais pas commémorer le Patriarche de Constantinople et être "de facto" en communion avec des gens comme Philarète et son groupe même une seule fois. J'ai senti que si je le faisais, je devrais le confesser avec beaucoup de regret, et je me suis dit : "Si cela arrive, je ne vais pas servir une Liturgie et commémorer le Patriarche". Et Dieu merci, je ne l'ai pas fait. Le Patriarche Bartholomée a présenté son plan en cinq points le 11 octobre ; j'ai subi une opération de la vésicule biliaire le 8, et le 14, je n'étais toujours pas bien, donc je n'ai pas célébré les vêpres ou la Liturgie ce week-end-là. Le 15 octobre, j'ai démissionné. Je n'ai donc jamais eu à me soucier de ma conscience, même une seule fois, en lui rendant hommage après cet acte. Avant cet acte, ce n'était pas un problème. J'ai su pendant six semaines que cela allait venir ; j'ai quand même fait tous les offices que je fais habituellement et je n'ai eu aucun problème avec cela. Mais une fois cette ligne franchie, c'était un pas de trop pour moi.

Je ne me vante pas de ma sensibilité de conscience et je ne juge personne qui reste avec le Patriarcat œcuménique. J'aime beaucoup de gens et de prêtres du Patriarcat Œcuménique, dont certains sont mes parents en Dieu, qui ont baptisé mes enfants, ou dont j'ai baptisé les leurs, donc ce n'est pas le problème. Je ne me suis pas éloigné pour pouvoir regarder de haut ceux qui sont restés à Constantinople. C'était ma décision particulière et c'était une limite que je ne pouvais pas franchir.

J'y ai pensé - si je restais, combien de temps resterais-je ? Peut-être quand le sang coulerait entre les bâtiments de la Laure des Grottes de Kiev ou de Potchaev ? Peut-être quand quelqu'un tirerait sur le Métropolite Onuphry lors d'une procession? [1 ]

Quelle est la limite réelle que j'aurais tracée si je n'avais pas franchi cette ligne particulière ? Je voulais descendre de l'ascenseur au rez-de-chaussée avant qu'il n'explose, sinon je devrais peut-être dire : "47 personnes ont été tuées, mais je vais attendre qu'il y en ait 50." Où est la limite si tu ne t'éloignes pas tout de suite ? Personnellement, je ne sais pas. Je ne sais pas ce que le cœur des autres leur dit et je ne les juge pas, mais je sais ce que mon cœur m'a dit.

C'est tout à fait logique. Une autre critique que nous avons tous les deux entendue est que vous venez de céder à la propagande russe, ou à la pression russe, ou que vous êtes une sorte de russophile.
Oui, j'ai entendu ça. Je suis allé cinq fois en Russie : quand j'y ai étudié, puis avec la bénédiction du Métropolite Nicholas en 1997 et 1998, et avec la bénédiction du Métropolite Grégoire en 2017 et 2018. Mes camarades de classe du séminaire et mes amis du diocèse savent que j'ai une grande affection et un grand amour pour l'Église russe. J'ai vu la Russie se développer considérablement. J'ai vécu au Pérou pendant un certain temps et j'ai voyagé à travers la Bolivie - j'ai vu des villes plus belles dans les Andes qu'en Russie en 1990, qui était un endroit très minable à l'époque. Maintenant, partout où vous regardez, et pas seulement à Moscou ou à Saint-Pétersbourg, mais à Kalouga, Pskov, Petchory, vous voyez de nouvelles entreprises, vous voyez des constructions, et ainsi de suite.

Vue près de la ferme du Père Mark
Quand j'entends les mots "propagande russe", cela m’énerve, parce qu'en tant que personne qui suit de très près les medias américains, il est effrayant de lire les mensonges et la déformation intentionnelle de la vérité ici en Amérique, certainement à propos de la Russie, et surtout de tout ce qui relève du Christianisme traditionnel. La réalité, c'est que si les gens pensent que la presse américaine leur donne toute la vérité, ils sont lourdement trompés. Le fait est que Philarète a été défroqué et anathématisé, tout comme Macaire et les autres autour d'eux, et qu'ils ne se sont pas repentis - ils ne sont pas retournés à l'Église Mère qui leur a imposé cette sentence, qui  à 100% a été prononcée comme c'est censé être le cas - c'est ainsi que l'Église a toujours agi. Et le Patriarche Bartholomée les a reçus au sein de l'Église canonique d'une manière inouïe. C'est la réalité, pas de la propagande.

Si je suis victime de mensonges pro-russes, qu'en est-il des autres Patriarcats qui ont écrit des lettres sévères au Patriarche Bartholomée dénonçant ses actes comme étant anticanoniques ? Sont-ils aussi victimes de propagande ? Lancer des phrases comme "Russophile" et "propagande russe" ne fait qu'embrouiller les choses. Malheureusement, le relativisme a pénétré toute notre société occidentale : " Père Mark, votre vérité est ce que vous croyez, mais le Patriarche. Bartholomée a une vérité différente, et elle est tout aussi valable." C'est le genre de raisonnement que nous entendons tout le temps en Occident. Leur saint patron est Pilate, qui a posé la célèbre question : "Qu'est-ce que la vérité ?"

C'est très triste. Nous le voyons avec des commentaires, en particulier sur notre page Facebook. Si nous publions un article sur les schismatiques qui tentent de s'emparer d'une église, et que notre source est un prêtre ukrainien, les gens répondent immédiatement que c'est de la propagande moscovite. Les gens souffrent et ils s'en fichent parce qu'ils ont ce paradigme de Moscou contre Constantinople ou de la Russie contre l'Ukraine plutôt que celui de la vérité contre le mensonge.

Il y a quelques semaines, dans la région d'Ivano-Frankivsk, des membres du groupe radical de Pravy Sektor [organisation fasciste/nazie ukrainienne] ont pris possession d'une église, ont cassé plusieurs bras et jambes, ont frappé le crâne d'un homme, lui ont causé une commotion et ont jeté le prêtre dans la rue. Ils ont changé les serrures et ils ont dit que c'est maintenant une église du « patriarcat de Kiev ». C'est de la propagande russe ? Des douzaines de personnes en ont été témoins et en ont toutes fait état. Il y a eu une vidéo mise en ligne. Ce n'est pas vraiment arrivé ? Et j'adore quand les Ukrainiens disent que les provocateurs sont des agents du FSB [ancien KGB]. Alors capturez-en quelques-uns, interrogez-les et découvrez qui ils sont et d'où ils viennent. Lâchez-moi un peu. C'est une blague.

Ce n'est qu'une partie de la guerre asymétrique, des gouvernements et des groupes de réflexion utilisant l'Église orthodoxe, dont ils se fichent, comme un outil.

Otto von Bismarck a dit que si vous voulez tuer la Russie, frappez-la en Ukraine. Et c'est exactement ce que nous avons vu depuis la Révolution d'inspiration occidentale de Maïdan en 2014.

Vous ai-je dit la dernière fois ce qu'une de mes paroissiennes ukrainiennes m'a dit à Pâques ?

Je ne crois pas, non.
Elle est venue embrasser la croix et je lui ai dit : "Christos Voskres" ("Le Christ est ressuscité") et elle a dit : "Як наш Патриарх Филарет Филарет сказал сказал, Украина воскреснет воскреснет, як Христос воскресил  ("Comme notre patriarche Philarète (sic !) l'a dit, l'Ukraine ressuscitera comme le Christ est ressuscité"). Je n'ai pas eu de mots. Je suis resté là, bouche bée. Je savais déjà qui était le patriarche Philarète, et je me suis dit : "Cette femme fait passer l'Ukraine avant le Christ." C'était une sorte de préfiguration de ce qui allait arriver.

Je ne prends aucun plaisir à tout ça. Les gens pourraient penser que 'aime attirer l'attention et la notoriété - ou –et c’est la plus grande de toutes les plaisanteries, qu'ils pensent que je suis payé pour cela. J'ai perdu 75% de mes revenus. La paroisse de l’ERHF de Saint Tikhon m'a fait un don très généreux qui me permettra de couvrir les factures de ce mois-ci, ce qui était la majeure partie de ce qu'ils avaient dans leur fonds pour les pauvres. Je ne demande pas un sou à la paroisse, sauf peut-être un peu d'argent pour l'essence, parce que je conduis une heure et demie aller-retour plusieurs fois par semaine. J'ai déjà dit au Père Matthieu que je ne veux rien de son salaire. C'est une petite paroisse et je ne vais pas dire, "Que chacun fasse un grand effort, j'ai besoin d'argent !" Je ne veux pas de cadeaux et personne ne me paie rien. Je n'obtiens pas un sou de Moscou, et même si on m'offrait quelque chose du Patriarcat de Moscou, je voudrais que ce soit parce que je travaillerais pour l'Église. Je voudrais faire quelque chose qui profite à l'Église là-bas - et non pas parce que je tends la main pour mendier. Un homme aimable qui tient un blog orthodoxe populaire s'est demandé si j'avais lancé un site de financement auprès de gens, et quand j'ai entendu cela, j’ai  dit, "Vous plaisantez ?" Cela ne ferait que renforcer le cynisme de ceux qui ont dit que je le faisais pour l'argent. Je n'envisagerais même pas de faire quelque chose comme ça. C'est mal ; ce serait comme dire : "Oui, j'ai des principes moraux et je veux vraiment en tirer profit."

Donc, sur le plan matériel, vous n'avez absolument rien à y gagner...
Pas un seul centime. Je cherche du travail. J'espère peut-être enseigner, télétravailler, réviser des textes, traduire ou enseigner l'anglais sur Skype à des étudiants étrangers. Il y a plusieurs possibilités, mais elles sont toutes très nébuleuses à ce stade. Je monterai à l'arrière d'un camion à ordures, je travaillerai chez Walmart, tant que je pourrai continuer à payer l'hypothèque et avoir de la nourriture sur ma table, je serai satisfait.

Vous avez mentionné que vous et votre famille êtes allés dans votre ancienne paroisse pour souper et dire au revoir à vos paroissiens.
C’est juste, on l'a fait. Nous avons pris un rôti et d'autres plats et quelques personnes ont apporté des desserts. Il y avait environ quatorze personnes, je dirais, ce qui n'est pas mal si l'on considère que la fréquentation ordinaire de notre paroisse le dimanche est d'environ vingt-cinq personnes. Après le repas, je me suis levé et j'ai répondu aux questions. Je leur ai dit essentiellement ce que je vous dis. Nous avons serré tout le monde dans nos bras, nous leur avons dit que nous les aimions et que nous détestions leur faire du mal de cette façon. Nous sommes profondément attristés par ce qui arrive à la paroisse, bien que je pense que le Métropolite Grégoire s'en occupera, parce que c'est une belle église plus récente, et ce ne serait pas bon pour lui ou pour les gens si on ne leur donnait pas une chance de la garder en vie et en santé.

Hier soir, j'ai parlé à l'un des membres du conseil paroissial de Bluefield et il m'a dit : "Je ne peux aller nulle part, mon père. Je suis né et j'ai grandi dans cette paroisse et j'ai été avec tout le monde à chaque étape du chemin. L'ancienne génération est décédée et c'est à moi de garder cet endroit intact." J'ai dit : "Je respecte totalement ta décision." Je ne voudrais jamais leur tordre les bras et essayer de les faire venir là où je suis en train de servir, bien qu'une poignée d'entre eux le fassent sans mon encouragement. Je veux que chacun soit libre de suivre sa conscience. Je veux ce qu'il y a de mieux pour eux tous. J'espère sincèrement que ceux qui resteront verront la guérison. Une autre chose que ce membre du conseil d'administration a dite : "Je pense que beaucoup d'entre nous tenaient ça pour acquis, et je ne pense pas qu'on le fera plus jamais." J'ai vraiment apprécié cela, et je ressens la même chose. Je le tenais aussi pour acquis. J'ai travaillé dur et j'aimais être prêtre et j'ai essayé d'être le meilleur prêtre que je pouvais être. Mais tu sais, tu suis le pilote automatique, et tu ne penses jamais que quelque chose comme ça pourrait arriver.

Dans l'ensemble, pouvez-vous dire qu'il n'y a pas de mauvaise volonté envers vous dans la paroisse ?
Non, je ne peux pas dire ça. Il y a un certain nombre de personnes dans la paroisse qui sont certainement en colère : "Comment a-t-il pu nous faire ça ?" Je comprends parfaitement leurs sentiments. J'en suis totalement attristé. J'aimerais pouvoir les faire changer d'avis. Il y a un certain nombre de gens d'en face qui sont très respectueux et qui m'ont même dit qu'ils admirent le pas que nous avons fait, et il y a probablement des gens entre les deux. Un diacre descendra bientôt à la paroisse, puis un prêtre pour servir la Liturgie un dimanche, donc le Métropolite Gregory s'occupe de la paroisse. Je lui en suis reconnaissant.

Est-ce que quelqu'un de ceux qui sont furieux contre vous est venu à cette réunion avec les paroissiens ? Si oui, comment cela s'est-il passé ?
Non, tout le monde au souper m'a soutenu.

Aviez-vous déjà rencontré le Patriarche Bartholomée ?
En fait, je l'ai fait, à quelques reprises, mais seulement brièvement et formellement. Une seule rencontre me revient vraiment à l'esprit.

À la fin des années 90, certains d'entre nous ont loué un autobus pour se rendre au Navy Pier à Chicago parce que le Patriarche devait y être. Nous sommes allés là-bas en espérant assister à un office d'intercession peut-être, avec un court sermon, puis pour aller demander sa bénédiction et recevoir peut-être une petite icône ou un médaillon et dire, "Wow, je dois entendre le sermon du Patriarche et obtenir sa bénédiction". C'était exactement le contraire. Il y avait un groupe de rock'n roll qui chantait "Under the Banner of Christ". J'entends encore le refrain dans ma tête. Puis le Patriarche est apparu sur scène comme Donald Trump, agitant les paumes de ses bras, à la mode européenne, et tout le monde s'est mis à crier et à l’encourager comme s'il était une grande célébrité. Il a fait un discours, dont je me souviens à peine des détails, et quand nous sommes montés chercher sa bénédiction, il nous a donné à tous un plant de pin à planter ! Nous sommes retournés en silence avec les petits arbres du Patriarche. Nous étions stupéfaits. C'est une expérience que j'ai vécue et qui ne m'a jamais quitté.

Je l'ai aussi vu à quelques reprises - il a béni le bâtiment de la chancellerie diocésaine à Johnstown, et c'était beaucoup plus normal, beaucoup plus ecclésiastique. J'ai servi avec le Métropolite Hilarion, j'ai observé de nombreuses fois le Patriarche Cyrille sur des vidéos, j’ai servi avec d'autres membres du clergé et des évêques russes en Russie, mais je n'ai jamais rien vu de semblable à ce que j'ai vu à Navy Pier. Je ne traverserais pas la rue pour revoir ça. C'était épouvantable. Je suis sûr qu'il y avait beaucoup de gens qui pensaient que c'était plutôt cool. Je n'étais pas de cet avis, et mes amis du clergé non plus. Et ce n'est pas comme si on était un groupe de marginaux bizarres qui murmurent des malédictions sous leur souffle. Nous y sommes allés parce que c'était notre Patriarche et que nous voulions le voir, et nous n'avions aucune idée de ce que nous allions vivre.

Cette histoire avec l'Ukraine est la première étape. Je pense que nous allons voir ce Patriarcat devenir le porte-drapeau des valeurs et idéaux occidentaux. L'environnementalisme du Patriarcat n'en est déjà qu'un exemple. Il en est de même de la nouvelle règle exclusivement du Patriarcat Œcuménique sur les prêtres veufs qui peuvent se remarier... tout en restant prêtres ! Qui sait où il ira ? Disons-le ainsi - nous pourrions très bien voir le Patriarcat s'aligner sur beaucoup de choses que nous avons vues dans les Églises épiscopale et catholique romaine, et cela sera très acceptable pour les élites occidentales d'une manière que la mentalité orthodoxe traditionnelle ne l'est tout simplement pas.

Le Patriarche Kirill vient d'en parler - ce qui se passe, c'est une attaque contre l'Orthodoxie et sa moralité traditionnelle.

Absolument. -Absolument. Je suis tout à fait d'accord avec lui, et c'est une autre raison pour laquelle je suis très heureux d'être à l’ERHF et de commémorer le Patriarche Kirill. J'ai suivi de très près divers événements en Russie, comme l'expulsion de Témoins de Jéhovah étrangers et l'arrestation de Témoins de Jéhovah nationaux. [2] En Amérique, cela horrifie les gens, mais je pense que c'est une bonne chose. Je comprends pourquoi ils sont tolérés ici, mais dans un pays orthodoxe, ces gens devraient être perçus comme des voleurs d'âmes, les conduisant au potentiel de damnation éternelle, et c'est quelque chose que l'Église en tant que mère aimante ne peut tolérer. Une mère dans un foyer permettrait-elle à un serpent venimeux d'entrer par la porte et de se glisser jusqu'aux pieds de ses enfants ? Jamais. Cette femme prendrait tout ce qu'elle a pour détruire ce serpent et le sortir de la maison.
Le Père Mark s'entretient en 2011 avec le Métropolite Hilarion (Kapral) lors d'une visite à l'église orthodoxe russe Saint Tikhon, où il est actuellement. Photo : sainttikhonroc.org

Le peuple carpatho-russe a tendance à se considérer comme faisant partie de la "grande Rus", et non des Ukrainiens. Depuis votre passage à l’ACROD, pouvez-vous dire que ce sentiment a persisté, ou est-ce que cela a changé en étant sous le Patriarcat Œcuménique pendant tout ce temps ? Y a-t-il une idée ou un désir de s'unir à l'une des juridictions russes en Amérique ?
Eh bien, les fondateurs Carpatho-russes de l'ACROD ont eu quelques problèmes avec les prêtres russes quand ils ont voulu quitter l'uniatisme et entrer dans l'Eglise orthodoxe. J'ai entendu beaucoup d'histoires de prêtres plus âgés qui disaient que le clergé russe de l'époque méprisait vraiment leur peuple et voulait lui ôter bon nombre des traditions qui lui étaient chères. En haut de la liste se trouvait la "prostipinie", ou plain chant, unique et merveilleux, qui est le joyau de la couronne de mon ancien diocèse. Comme vous le savez, l'Église russe utilise massivement la musique chorale, et je suppose que les prêtres russes sont ennuyés de voir que leurs nouveaux convertis ne veulent pas d'une chorale - ils veulent que toute la congrégation chante.

D'autres choses critiquées par le clergé russe étaient des latinisations évidentes, comme les types de vêtements ou certaines rubriques liturgiques, mais j'ai entendu dire que certains membres du clergé russe étaient si farouchement critiques que des paroisses entières retournaient à l'uniatisme plutôt que leurs nouveaux prêtres se moquent d'eux. L'un des premiers cris de ralliement des fondateurs diocésains fut : "Ani do Rima, ani do Moskvy !" "("Nous n'irons ni à Rome, ni à Moscou !") C'est pourquoi, pour cette génération, leur choix évident de juridiction était le Patriarcat Œcuménique. Bien que j'aie entendu dire que la génération plus âgée des membres de l'ACROD était définitivement anti-ukrainienne sur le plan politique, je ne me souviens d'aucun membre du clergé ou du laïcat qui se soit identifié comme russe. C'est beaucoup plus courant lors de la première conversion massive des uniates à l'Orthodoxie au XIXe siècle - les gens qui allaient devenir l'épine dorsale de l'OCA  [Eglise Orthodoxe en Amérique].

Dans mon ancien diocèse, on faisait toujours une distinction de langue, de chant et d'ethnicité entre les Carpatho-Russes et les Grands Russes. Aussi petit que soit l’ACROD, je n'ai jamais eu connaissance d'un désir de la part de qui que ce soit de s'unir dans le passé ou maintenant, avec une juridiction russe en Amérique. La seule exception dont j'ai connaissance s'est produite juste après la Seconde Guerre mondiale, lorsque le père Stéphane Varzaly, qui a servi dans la région de Pittsburgh, a emmené plusieurs paroisses à la Métropole [Actuelle OCA]. Son point de vue était que nous devrions nous unir avec nos frères slaves et nous éloigner des Grecs étrangers, mais le communisme entachait l'Église russe à l'époque, et la satisfaction générale du diocèse envers le Patriarcat Œcuménique ainsi que les préférences du très respecté premier évêque du diocèse, le Métropolite Oreste (Tchornock), l'ont empêché de beaucoup gagner en importance. Les paroisses qui suivirent son exemple retournèrent plus tard à l'ACROD.

Lorsque le Métropolite Nicolas s'est endormi dans le Seigneur, j'ai entendu beaucoup de clercs et de gens qui étaient contre l'union avec toute autre juridiction, y compris les Ukrainiens et les Grecs ! Évidemment, ces trois diocèses sont sous la juridiction du Patriarcat Œcuménique en Amérique, mais l'ACROD a toujours été extrêmement fière de son statut autonome de "petite Suisse" sous Constantinople. C'était le Métropolite prédécesseur de Nicolas, l'évêque John (Martin), qui inventa cette expression.

Bien que vous ne connaissiez peut-être pas d'autres prêtres qui font le même geste que vous, avez-vous une idée de la mesure dans laquelle au moins le même sentiment existe dans l’ACROD ? Pourrait-il y avoir un certain mécontentement, ou le diocèse est-il assez conforme à ce que le Patriarcat Œcuménique fait et dit ?
Honnêtement, je ne sais vraiment pas ce que pensent les autres prêtres du diocèse, de la situation en Ukraine. J'ai servi pendant presque vingt ans sur ce que j'appelle en plaisantant, "Le côté obscur de la lune diocésaine". Il ne s'agit pas de lancer une pointe à ma paroisse ou à ma localité, mais simplement de la réalité d'être loin de régions où les églises diocésaines sont "plus enracinées". Mon ancien doyen, à Barton, dans l'Ohio, dessert une paroisse qui est à six heures de route de Bluefield ! La paroisse diocésaine la plus proche de Bluefield est soit à Morgantown, en Virginie Occidentale ou à Candler, en Caroline du Nord. Chacune est à environ trois heures de route.

J'entendais donc beaucoup de petites blagues aux synodes des prêtres ou à d'autres réunions : "Quoi ? Tu es toujours dans le diocèse ? Où sers-tu déjà ?" Je m'en fichais, parce que je savais quel genre de joyau caché était mon église ; et franchement, il peut être agréable d'avoir un peu d'intimité dans la vie de famille et de servir comme prêtre sans que d'autres "experts" vous critiquent ou s'adonnent à des ragots.

Bien que je compte beaucoup de membres du clergé diocésain parmi mes amis, je n'aurais pas pu prendre le risque de les "sonder" sur les problèmes en Ukraine, sur ce qu'ils pensent de la gouvernance du Métropolite Gregory ou de leurs sentiments sur le Phanar. Cela ne devrait pas nuire à mes anciens frères du clergé - c'est juste une bonne politique à suivre dans n'importe quelle profession.

Cependant, tout d'un coup, le Père  Matthieu est mon recteur et il se penche en arrière pour dire : "Nous sommes frères, nous sommes égaux" et je dis : "Non, c'est toi le recteur, tu me dis quoi faire et je le ferai". Chaque fois que quelqu'un de la presse me contacte, j'envoie immédiatement un e-mail au Métropolite Hilarion pour demander si c'est béni ou pas. Je ferai tout ce qu'il dira. Je l'ai fait avec toi. C'est une sorte d'obéissance intéressante d'être sous l’autorité de quelqu’un. Je n'ai pas vraiment l'habitude - non pas que j'étais désobéissant avant, mais je n'avais aucune raison d'être constamment à la recherche de bénédictions. J'essaie donc de le faire autant que possible parce que j'en sais assez pour ne pas avoir confiance en moi et en mon propre raisonnement.

Comme nous en avons souvent discuté au séminaire, quand tu te mets sur le chemin de l'humilité, tu te mets sur le chemin du Christ et  là, tu Le rencontres.

Comme le Père Jonas Campbell me l'a dit à l'assemblée générale du New Jersey, l'obéissance porte toujours de bons fruits. Je l'ai gravé derrière mes yeux pour m'en souvenir, et je suis heureux de penser à cette belle phrase aussi souvent que je le peux.

Je voudrais terminer en disant que je me souviens de tous mes anciens frères diocésains avec respect et de beaucoup avec une affection sincère. Il s'agit d'un clergé solide et dévoué dans un excellent diocèse. J'espère que le temps et le bon sens vont guérir les blessures que le Patriarcat a causées. Même si je n'aurai peut-être plus jamais l'occasion de parler avec certains, j'espère que d'autres essaieront d'être compréhensifs. Je veux aussi remercier le clergé de l’ERHF qui m'a si chaleureusement accueilli dans son diocèse. J'ai hâte de mieux les connaître et d'établir des relations solides avec eux.

Nous vous sommes très reconnaissants pour le temps que vous nous avez accordé et reconnaissants envers le Métropolite Hilarion de vous avoir donné la bénédiction de nous parler.
J'apprécie vraiment le temps que vous avez pris pour me parler. Ce fut un plaisir !
*
Version française Claude Lopez-Ginisty
D’après
 Père Ambrogio a publié une version italienne de ce texte
ICI

NOTES
[1] Le Métropolite Onuphe, est déjà considéré comme ennemi de l'Ukraine, et il a reçu des menaces de mort
[2] Les Témoins de Jéhovah, ont été bannis de la Fédération de Russie comme groupe extrémiste qui incite à la haine contre ceux qui ne sont pas témoins de Jéhovah. Ils sont bannis d'un certain nombre d'autres pays.