"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

lundi 22 juillet 2024

Saint Nicolas de Jitcha: Examen de conscience


 

« Si tu deviens riche, 

demande-toi

 si tu pourrais dignement 

supporter la pauvreté. 


Si tu es heureux, 

imagine 

comment tu pourrais dignement 

supporter le malheur. 


Lorsque les gens te louent, 

pense à la façon 

dont tu pourrais dignement 

supporter l'insulte.  


Et, tout au long de ta vie, 

réfléchis

à la manière 

dont tu pourrais dignement 

affronter la mort »


Version française Claude lopez-Ginisty

d'après

Orthodoxy and animals

dimanche 21 juillet 2024

Une femme fidèle et respectueuse

 


Une femme fidèle et respectueuse
est plus précieuse
que l'icône d'un saint,
car une telle femme
est une icône vivante.

Saint Païssios l'athonite

4e DIMANCHE APRÈS LA PENTECOTE

Commémoration 

de l'Icône de la Mère de Dieu de Kazan 


De nombreux saints sont commémorés chaque jour. Le calendrier des saints nous indique les dates auxquelles ils sont commémorés. D'autres commémorations, y compris les jours où il y a une raison particulière de se souvenir des icônes de la Mère de Dieu, sont également répertoriées dans le calendrier. Ce dimanche, nous commémorons l'apparition de l'icône de Kazan, dont l'histoire est complexe. L'icône est très particulière dans sa composition. Seules la tête et les épaules de la Sainte Vierge sont représentées, l'Enfant Jésus se tenant à sa gauche. 

À l'époque médiévale, le khanat de Kazan était un État turc tatar. La région est toujours connue sous le nom de Tatarstan, et Kazan en est la capitale. La ville fut fondée au tout début du deuxième millénaire. La tradition veut que l'icône ait été apporté de Constantinople au XIIIe siècle, mais la ville fut prise par les Tatars en 1438. C'est à cette époque que l'icône disparut. Kazan fut libérée par Ivan le Terrible en 1552, mais subit un incendie désastreux en 1579. 

Après cela, la Mère de Dieu apparut en rêve à une fillette de dix ans, Matrona, et lui indiqua où se trouvait la précieuse icône. Comme elle en avait reçu l'ordre, la fillette en fit part à l'archevêque, mais celui-ci ne la prit pas au sérieux. Matrona fit deux autres rêves et, le 8 juillet 1579, la fillette et sa mère déterrèrent l'icône, qui avait été enterré des années plus tôt pour le cacher aux Tatars hostiles. Miraculeusement, l'icône était aussi lumineuse que si elle venait d'être peinte. L'archevêque se repentit de son attitude antérieure et apporta l'icône à l'église Saint-Nicolas, où un aveugle fut miraculeusement guéri le jour même. Le prêtre Hermogène, de cette église, devint plus tard métropolite de Kazan et transféra l'icône à la cathédrale de l'Annonciation de la ville, où il institua une fête le 8 juillet en l'honneur de cette icône. Aujourd'hui, selon le calendrier julien, nous sommes le 8 juillet. 

C'est là que l'histoire commence à se compliquer, car au XVIe siècle, plusieurs copies de l'icône de Kazan furent réalisées. Le métropolite Hermogène fut élu patriarche de Moscou et de toutes les Russies en 1606, mais c'était une époque troublée par le faux Dmitri, le prétendant qui prétendait être le fils d'Ivan le Terrible et qui était soutenu par le roi Sigismond III de Pologne. L'alliance des Polonais et des traîtres russes, qui voulaient soumettre l'Église orthodoxe russe à Rome (en d'autres termes, en faire une secte uniate), occupa Moscou et emprisonna le patriarche Hermogène.  Il réussit à appeler à un jeûne de trois jours depuis sa cellule de prison et ordonna que l'Icône de Kazan soit apportée à Moscou pour inspirer les défenseurs de la ville, de la nation et de l'Église. L'armée polonaise fut finalement chassée de Moscou le 22 octobre 1612 et la victoire fut attribuée aux prières de la Sainte Vierge. Malheureusement, le patriarche mourut de faim après neuf mois de mauvais traitements en captivité et il est honoré comme un martyr. Il a trouvé sa récompense céleste le 17 février 1612. 

Lorsque le tsar Mikhaïl Feodorovitch monta sur le trône, il fit en sorte que l'Icône de Kazan soit commémorée deux fois par an, le 8 juillet et le 22 octobre. Ces deux dates sont bien sûr importantes. À titre personnel, il convient de rappeler que cette icône était l'un des préférées de notre fondatrice, car elle naquit à cette dernière date de commémoration. On suppose que l'icône apportée à Moscou en 1612 était l'originale, mais ce n'est pas certain car il existe plusieurs copies anciennes qui sont toutes considérées comme des icônes miraculeuses. Après la défaite des Polonais, l'icône de Kazan fut conservé dans une église en bois, construite par le prince Dmitri Pajarsky, à Moscou. L'édifice fut gravement endommagé par un incendie en 1632 et remplacé par une plus grande cathédrale en briques, achevée en 1638.

Icône moderne de N.D. de Kazan

 

La Sainte Vierge était considérée comme la protectrice de Moscou et l'icône était régulièrement portée en procession solennelle dans la ville, notamment en 1709 lors de l'invasion suédoise et en 1812 en raison du saccage de Napoléon. Après cette victoire, l'icône de Kazan fut transférée dans la nouvelle cathédrale de Kazan à Saint-Pétersbourg. Comme il existe quelque neuf ou dix copies miraculeuses, la question de savoir laquelle est l'originale fut longuement débattue, bien que certains spécialistes pensent qu'il s'agit de copies et que l'original a été perdu il y a très longtemps. Une icône fut volée en 1904, mais il est possible qu'elle ait été détruite par les voleurs, qui n'étaient pas intéressés par l'icône elle-même, mais par les métaux précieux et les bijoux dont elle était ornée. Celle de Saint-Pétersbourg disparut peu après la révolution russe. Une hypothèse voulait qu'elle soit passé en contrebande à l'étranger pour la protéger des bolcheviks. Pourtant, pendant la Seconde Guerre mondiale, une icône de Kazan refit surface dans la ville, alors connue sous le nom de Leningrad, pour mener une procession autour des fortifications de la ville assiégée par les nazis. 

+

L'Évangile de ce dimanche (Mt 8, 5-13) raconte l'histoire de la guérison du serviteur du centurion romain. On ne nous dit pas grand-chose sur lui. Saint Matthieu n'indique pas le nom de l'homme. En tant que citoyen romain et officier de l'armée, nous pouvons supposer qu'il était, au moins nominalement, païen. Bien que saint Matthieu ne donne pas d'autres détails, saint Luc, dans son Évangile, nous dit que le centurion a été décrit par les mots « il aime notre nation et nous a construit une synagogue ». Mais cela soulève d'autres questions, car nous nous demandons comment cela s'est produit.



L'image habituelle d'un militaire est celle d'un homme sévère, voire dépourvu d'humour, qui applique les règlements. Le centurion était manifestement un homme compatissant. Il se préoccupe d'un serviteur, d'une personne d'un rang social inférieur. Sa demande montre qu'il fait partie intégrante de l'appareil d'État car, lorsque le Christ propose d'aller voir le malade, le centurion proteste d'abord de son indignité. Sait-il qu'il parle avec le Dieu incarné ? Peut-être pas, mais il sait qu'il s'agit de quelqu'un qui a des pouvoirs spéciaux. Ainsi, bien qu'il soit un homme d'autorité, son statut militaire est relativement mineur dans le grand ordre des choses. Il ajoute ensuite : « ...mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri ».

La formation militaire transparaît ici. Le monde du centurion est un monde dans lequel, lorsque des ordres sont donnés, on suppose automatiquement qu'ils seront immédiatement exécutés par les rangs inférieurs. Dans ce cas, cela peut signifier que l'homme reconnaît le statut et le pouvoir supérieurs du Christ. En d'autres termes, donnez l'ordre et il sera exécuté.

Le centurion implore Jésus

L'avertissement du Christ était de se laisser influencer, avant tout, par les Ecritures plutôt que par les miracles. Dans ce cas, nous allons assister à un miracle, la guérison du serviteur, mais l'acceptation de la parole passe avant tout. Le centurion connaissait-il les Écritures ? Nous ne le savons pas, mais nous pouvons constater qu'il possédait une profonde compréhension spirituelle qui lui a été tout aussi utile.

Le Christ félicite le centurion en disant : « Je n'ai pas trouvé une si grande foi, pas même en Israël ». Le centurion possédait à la fois une grande foi et les vertus de la compassion et de l'humilité intérieure.  Le Seigneur ajoute ensuite l'avertissement que rien ne doit être considéré comme acquis. « Beaucoup viendront de l'Orient et de l'Occident » signifie que la foi est pour tout le monde. Ce qui compte, ce ne sont pas nos origines ethniques, mais ce que nous croyons et ce que nous faisons.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après


in Mettingham. 

ENGLAND



samedi 20 juillet 2024

Routine quotidienne pieuse pour les chrétiens orthodoxes

 




Dans le christianisme orthodoxe, les routines quotidiennes sont imprégnées de spiritualité et de dévotion. Élaborer un horaire quotidien qui s'aligne sur les valeurs orthodoxes peut aider à cultiver une vie de piété, de conscience spirituelle et de connexion continue avec Dieu. Ici, nous esquissons un cadre pour une routine quotidienne pieuse qui intègre la prière, la lecture des Écritures et les actes de bonté, guidant les chrétiens orthodoxes dans leur marche quotidienne avec le Christ.

Matin : Commencer la journée par la prière

1. Prières du matin :
La journée devrait commencer par les prières du matin, idéalement immédiatement après le réveil. Les prières traditionnelles comme les prières de Trisaghion (Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous) donnent un ton respectueux pour la journée. Cela peut être suivi de prières personnelles d'action de grâces et de supplication.

2. Antidoron et eau bénite :
Après les prières, prenez l'Antidoron, le pain béni, et buvez de l'eau bénite. Cette pratique sacrée aide à sanctifier le jour et à nous rappeler nos vœux de baptême et le sacrifice du Christ.

3. Lecture des Écritures :
Consacrez du temps à la lecture des Saintes Écritures. Le lectionnaire orthodoxe fournit des lectures quotidiennes qui peuvent être une source d'inspiration et de conseils. Réfléchir à ces passages peut nous àclairer et renforcer votre foi.

4. Kontakion et Tropaire du jour :
Apprendre et réciter le Kontakion et le Tropaire spécifiques pour le saint ou la fête du jour aide à se connecter au calendrier liturgique plus large, approfondissant votre compréhension des enseignements et des traditions orthodoxes.

Midi : Maintenir la conscience spirituelle

5. Prières de midi :
Au milieu de la journée, faire une pause pour une brève prière peut vous aider à vous recentrer et à recentrer votre esprit sur Dieu. La prière des heures est un choix approprié avec les canons et les acathistes de supplication, nous rappelant le cycle continu de prière qui soutient l'Église.

6. Actes de bonté :
S'engager dans des actes de bonté est une expression tangible de l'amour du Christ. Qu'il s'agisse d'aider un collègue, de faire du bénévolat ou simplement d'être gentil et compatissant, ces actions incarnent l'engagement orthodoxe à aimer votre prochain.

7. Lire la vie des saints :
La vie des saints offre de puissants exemples de piété, de courage et de foi. Passer du temps à lire leur vie et à réfléchir à leurs vertus peut vous inspirer à imiter leur dévotion et leur fermeté.

Soirée : Réfléchir et remercier

8. Prières du soir :
À la fin de la journée, les prières du soir sont l'occasion de remercier pour les bénédictions de la journée et de demander pardon pour toute transgression. Les prières traditionnelles telles que les vêpres sont bien.

9. Temps de prière en famille :
Si possible, rassemblez-vous avec les membres de votre famille pour prier. Cela favorise un esprit de culte communautaire et renforce les liens de foi au sein du ménage. C'est le moment de prier les uns pour les autres et de partager des idées spirituelles.

10. Lecture spirituelle :
S'engager dans la littérature spirituelle, comme les écrits des Pères de l'Église, peut approfondir votre compréhension théologique et votre vie spirituelle. Des œuvres comme « La Philocalie » ou des écrits de St. Jean Chrysostome fournit une nourriture riche pour la pensée et la méditation.

Nuit : Préparation au repos

11. Auto-examen et confession :
Avant de dormir, passez quelques instants à l'auto-examen, en tenant compte des actions et des pensées de la journée. Cette pratique encourage la croissance personnelle et le repentir. Si possible, planifiez une confession régulière avec un père spirituel pour demander conseil et pardon.

12. Prières Nocturnes :
Concluez la journée par des prières nocturnes. La petite Compline et/ou l'hymne acathiste sont profondément significatifs avant le coucher, demandant la protection et la paix de Dieu tout au long de la nuit. La prière de Jésus (« Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur ») peut être un moyen simple mais profond de terminer la journée en présence de Dieu.

13. Silence et contemplation :
Accordez-vous quelques instants de silence avant de dormir. Contempler la présence de Dieu et les expériences de la journée peut apporter un sentiment de paix et de préparation au repos.

Conclusion

L'intégration de ces pratiques dans votre routine quotidienne peut transformer les moments ordinaires en opportunités de croissance spirituelle. Le christianisme orthodoxe offre une approche profonde et structurée pour vivre une vie de dévotion et de piété. En consacrant chaque partie de la journée à la prière, à la réflexion et aux actes de bonté, les chrétiens orthodoxes peuvent continuellement approfondir leur foi et leur connexion avec Dieu. Que ce guide vous inspire à cultiver une routine quotidienne plus pieuse et plus spirituellement épanouissante.


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

Trueorthodox.eu


vendredi 19 juillet 2024

Une prière significative

 


Ce que vous voyez sur la photo est une prière à genoux pour la cessation des hostilités en Ukraine. Rien de particulier en soi : ceux qui sont dans notre paroisse depuis plus de deux ans nous voient faire la même chose, juste avant les ecténies pour les catéchumènes, dans n'importe quelle liturgie du dimanche ou de fête.

Ce qui est intéressant, c'est plutôt que ces prières sont célébrées à l'extérieur dans la région de Rovno, dans le nord-ouest de l'Ukraine. Elles peuvent être un signe que les choses changent autour de cette communauté de l'Église orthodoxe ukrainienne canonique, car si les clercs et les fidèles eux-mêmes avaient osé prier dans la rue pour la paix (au lieu de la victoire du régime ukrainien) au cours des deux dernières années, ils auraient été immédiatement pris d'assaut pour  "actions anti-patriotiques".

De tels moments nous font légitimement espérer que la fin de ce tunnel de persécution est désormais en vue.


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

ortodossiatorinonet/


jeudi 18 juillet 2024

Paroles et anecdotes de saint Païssios

 

Saint Païssios aux pieds de son staretz
saint Arsène de Cappadoce


Un laïc m'a dit : "Vous, les moines, ne faites pas d'enfants et vous ne faites rien d'autre. `

« Toi l'homme bienheureux, combien d'enfants peux-tu faire ? ` Dix, disons vingt. Ou trente. Alors que le moine peut en faire par sa prière 500 ou même 5000. Il prie pour vos enfants et pour tous les couples qui ne peuvent pas avoir d'enfants, comme le faisait saint Arsène [de Cappadoce]. `

*

La plupart des gens sont attirés par les choses mondaines et ils ne ressentent plus l'amour de Dieu.

*

Il doit y avoir une reconnaissance. La reconnaissance remplace beaucoup d'ascétisme. Celui qui ne peut pas pratiquer l'ascétisme l'admet et dit : "Je suis redevable. Pardonne-moi mon Seigneur Jésus-Christ parce que je ne peux pas pratiquer plus d'ascétisme. `

Et le Christ lui dit : « Peu importe, ne te fâche pas. `

*

Les Saints Pères disent que nous ne devrions pas prêter attention aux rêves. Même si le rêve vient de Dieu, nous ne perdons rien si nous méprisons ce rêve. Au contraire. Dieu est touché et se révèle d'une autre manière afin que nous puissions en bénéficier.

*

Si quelqu'un est attiré par des hérétiques mais qu'il a une bonne intention, il ne trouvera pas son repos là-bas. Mais s'il a été attiré à cause de son égoïsme et reste dans son illusion, on devrait avoir pitié d'un tel homme.

*

Le communisme voulait rendre tous les gens semblables. C'est la plus grande injustice et inégalité parce que l'on est plus grand et plus lourd, on a besoin de plus de nourriture.

*

L'homme doit offrir son amour à Dieu et à son prochain et le reste de son amour il devrait le donner aux autres créatures. Il est évident que ces écologistes (amoureux d'animaux) ont autant d'amour que celui qui reste des chrétiens.

*

C'est pourquoi ils n'aiment que les créatures de Dieu et ils n'aiment pas Dieu et Son image, l'homme.

*

La virilité signifie que quelqu'un a en lui-même du courage. Tous les hommes qui se sont avérés grands, avaient de grands cœurs, ils étaient courageux. La virilité, c'est se couvrir complètement de confiance en Dieu. Peu importe si l'autre vous dit une parole, vous devriez vous dire : Mais combien de fois ai-je fait des erreurs ? La bravoure, c'est de supporter les paroles que les autres vous disent. Celui qui a de la bravoure a aussi de l'amour et Dieu ne l'oublie pas. La viriliité n'est pas la barbarie, mais la noblesse. La noblesse, pas la méchanceté.

*

Quand quelqu'un a un cœur courageux, quelle que soit sa profession, il va plus loin. S'il fait une carrière militaire, il devient général. S'il se marie, il devient un bon père de famille. S'il est voleur, il devient capitaine de voleurs. Et s'il vit une vie spirituelle, il devient saint.

*

Lorsque quelqu'un prie avec son cœur, il ressent d'abord une chaleur autour de son cœur, puis cette chaleur se répand sur tout son corps.

*

Les empereurs byzantins ont offert un grand cadeau à Dieu et au peuple en construisant tant de monastères, parce que dans les monastères, le monde a trouvé une nourriture spirituelle et corporelle.

*

Dieu souhaite surtout que nous soyons pleins de joie et de paix intérieure. Dieu n'est pas un tyran pour nous forcer, II nous laisse libres.

*

Nous ne devrions jamais mentionner le nom du Tentateur. Le Diable est apparu en un instant à un moine parce qu'il avait dit : « Et ce diable. ` Et il lui a demandé : `Qu'est-ce que tu veux ? ` Le vieil homme a été choqué quand il l'a vu.

*

À mon avis, l'une des nombreuses différences entre nous et les catholiques est leur rationalisme.

*

Le moine ne devrait pas quitter facilement sa place lorsqu'il a des tentations, il devrait d'abord utiliser toutes les ressources de sa patience.

*

Le Diable est un grand expert. Il essaie d'attraper tout le monde avec quelque chose. La pensée est la chose la plus importante.

*

Le travail du Diable est d'apporter tout le temps de mauvaises pensées.

*

J'ai le devoir de me battre avec le plaisir de la gourmandise ou du moins de ne pas y céder. Je ne devrais manger que pour ne pas me faire de mal parce que je ressens un peu de faiblesse. Je devrais dormir si je ne peux pas moins de sept heures. Mais je ne devrais généralement pas me mettre dans des modèles. Parfois, il peut être possible d'avoir le pouvoir et de s'efforcer davantage, d'autres fois, il pourrait être possible d'être dérangé par quelque chose et d'être forcé d'abandonner un peu mon conflit.

*

Les cerveaux nous les avons, ce dont nous avons besoin, c'est de l'esprit.

*

Au début, les mauvaises pensées règnent, mais lentement, les bonnes grandissent et les mauvaises s'arrêtent. Mais même les bonnes ne sont que des concoctions humaines. Le bon sol qui fait venir la grâce et habiter en nous est un épuisement de nos pensées. Mais bien sûr, sans pilules qui écœurent et paralysent le pouvoir naturel de notre esprit.

*

Lorsque vous dites la prière de Jésus, vous ne devriez penser à rien. Vous ne devriez pas recevoir de pensée, ni mauvaise ni bonne, ni vous humilier avec des pensées qui semblent bonnes ou laisser votre esprit errer vers certains événements apparemment utiles pour votre âme, ne faites que tenir l'attention et vivre les paroles de la prière.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

The Athonite Testimony

citant le livre From the Ascetic and Hesychast Tradition 

of the Holy Mountain 

-Evanghelismos Publishing, 2016.


mercredi 17 juillet 2024

Saint Père Amphiloque




Saint Père Amphiloque de Potchaev


Sa vie

 

Le père Amphiloque servait chaque jour un Moleben avec la bénédiction des eaux dans sa cour, et de nombreux fidèles étaient guéris. Le père Amphiloque donnait la bénédiction à certains malades pour qu'ils ne mangent pas les mercredis et les vendredis. Il ordonnait que les jours de jeûne strict, en se levant tôt le matin et avant les prières du matin, on fasse trois prosternations complètes, accompagnées de la prière à la Mère de Dieu* afin de pouvoir supporter facilement le jeûne de ce jour.

 

*Vierge Marie, Mère de Dieu réjouis-toi, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi. Tu es bénie entre les femmes et béni est le fruit de ton sein, car tu as enfanté le Sauveur de nos âmes.

- Tropaire, ton 4

 

Ô glorieux ascète de Volyn, digne hôte de la Laure de Potchaev et grand guérisseur du peuple orthodoxe, Ainsi que le Christ, notre Dieu, t'a fait rayonner dans Son Église, ô juste Père Amphiloque, prie-Le avec zèle pour qu'Il nous libère des attaques de nos ennemis et qu'Il sauve nos âmes.

 

- Kontakion, ton 3

Ô juste Amphiloque, fidèle zélé de la foi orthodoxe, et maître de la vie pieuse, merveilleux soutien et défenseur de ceux qui souffrent de maladies et sont dans la tristesse, nous nous tenons devant le Seigneur notre Dieu, et nous crions vers toi : protège la communauté de Potchaev dans laquelle tu œuvras, et sauve-nous par tes prières, ô Père bienheureux.


Saint Père Amphiloque, prie Dieu pour nous!

mardi 16 juillet 2024

Paroles et anecdotes de saint Païssios l'Athonite

 

Saint Païssios l'Athonite


Il y a quelque temps, il y avait un moine à Provata qui a quitté l'habit monastique et s'était marié à Thassos. Après de nombreuses années, il s'est acheté un navire. Il l'a accosté à Vatopaidi et l'a chargé de bois. Quand il est parti et est passé par Provata, où avait été sa cellule, la mer s'est ouverte et a avalé le navire. Heureusement, lui et ses deux enfants ont été sauvés. Alors il s'est senti le cœur brisé, il a compris la raison du naufrage et est allé chez un prêtre du monastère d'Esfigménou pour se confesser. Le prêtre lui a dit : Va t'occuper de ce qui est nécessaire pour vos enfants, puis nous verrons. Il a eu quatre enfants, deux étant de petites filles et il était connu dans la Sainte Montagne comme celui qui s'était repenti. Et il a eu deux autres enfants - je les connaissais moi-même - qui étaient l'Ennemi en personne.

*

Il y avait un moine qui est devenu possédé par une certaine cause et il s'est demandé de faire de temps en temps toute la journée. Les démons ne le laissaient pas se reposer pendant une seule minute. « Ne vous suicidez-vous pas maintenant pour que vous puissiez trouver du repos et que nous nous débarrassions de vous puisque vous nous appartenez de toute façon ? Il a essayé de se suicider deux fois, mais un évangile qu'il avait dans sa poche a jeté des flammes quand il a voulu se jeter et le repousser. Mais ensuite, il a de nouveau tenté de se suicider et ils l'ont trouvé mort sur des rochers dans la mer.gé de bois. Quand il est parti et est passé par Provata, où elle avait été sa cellule, la mer s'est ouverte et a avalé le navire. Heureusement, lui et ses deux enfants ont été sauvés. Puis il s'est senti le cœur brisé, il a compris la raison du naufrage et est allé chez un prêtre du monastère d'Esfigumenu pour se confesser. Le prêtre lui a dit : Allez vous occuper de ce qui est nécessaire pour vos enfants, puis nous verrons. Il a eu quatre enfants, deux étant de petites filles et était connu dans la Sainte Montagne comme celui qui s'est repenti. Et il y eu deux autres enfants - je les connaissais moi-même - qui étaient l'Ennemi en personne.

*

J'ai vu le staretz Porphyrios deux ou trois fois. Il a décrit à beaucoup de gens leurs propres maisons et villages. À d'autres, il a révélé où l'eau avait été trouvée et après qu'ils aient creusé, ils l'ont trouvée. À une personne qui avait trois diplômes, il a raconté tous les problèmes qu'il avait et l'a beaucoup aidé tandis que d'autres prêtres ne pouvaient pas l'aider. Une fois, lorsqu'il est passé devant un bulldozer, il a dit : Faites attention que dans la terre il y ait une Croix. Faites attention à ne pas la casser !

*

Lorsque le staretz Ephrem de Katounakia a reçu des propositions pour devenir higoumène de la Laure, le staretzu Païssios a dit à quelqu'un : Le père Éphrem est en effet un véritable trésor. Il est un pilier spirituel de la Sainte Montagne. Il s'occupe toujours des questions spirituelles et aide de nombreuses âmes. Mais je crains que s'il devient higoumène avec tant de soucis et de préoccupations matérielles inébranlables, il perdra beaucoup. Mais je ne le dirai pas aux autres parce qu'ils me comprendront mal. Ils penseront que je ne veux pas qu'il soit higopumène. Lorsque le père Éphrem a reçu son message, il a répondu : "Je remercie le staretz Païssios. Je sais moi-même que ce n'est pas la volonté de Dieu pour moi de devenir higoumène.

*



À Philotheou, il y avait un moine de Crète. Le pauvre homme quand il était dans le monde en tant que profane, il avait brûlé dans un four un Turc. Puis il est devenu moine et a mené une vie spirituelle et a prié Dieu sans cesse . Il lui demandait de le brûler. Bien que son péché ait été pardonné par sa noblesse spirituelle, il demandait à être brûlé et Dieu a répondu à sa prière.

Un jour, nous avons vu de la fumée au monastère. Les laïcs ont couru et j'ai couru moi-même pour préparer les seaux avec de l'eau parce que je pris la tâche du gardien. Il semble qu'il était assis près du feu et que des étincelles s'envolaient du bois de châtaignier qui brûlait et de cette façon, il a pris feu. Il n'a pas pu l'éteindre. Il a essayé de sortir, mais a été étouffé par la fumée et il est tombé. Il ressemblait à un agneau brûlé. Dieu l'a écouté parce qu'il avait toujours prié pour être brûlé et que Dieu a exaucé son souhait.

*

Un staretz d'une certaine cellule après sa mort, son corps a été trouvé incorrompu parce que pendant le service saint, il avait l'habitude d'envoyer ses moines à la pêche.

*

Nous avons fait l'exhumation d'un staretz roumain et quand j'ai voulu toucher sa tête, j'ai vu qu'elle n'était pas corrompue. J'ai appelé un moine et j'ai dit de l'enterrer un peu plus loin. J'essayais de trouver la cause et j'ai trouvé parmi ses livres un de Prodromu qui avait une malédiction pour l'homme qui l'aurait pris. J'ai rendu le livre et après un certain temps, le corps s'est effondré.

*

Lorsque vous ne vous justifiez pas, vous recevez toute la joie du monde. Mais quand vous vous justifiez, vous ne trouvez pas la paix.

*

Comment allons-nous enseigner aux moines l'abandon du monde lorsque nous avons des liens avec nos parents ? Seulement par nos paroles ?

*

Une nuit, quand j'étais à Stomio, les démons sont venus et ont découvert ma cellule. J'ai vu en un instant ma cellule sans toit.

*

Les peintres d'icônes doivent jouir de la liberté et ne pas avoir peur de violer une règle. Les saints ne se ressemblent pas tous. Ils ne devraient pas les peindre comme s'il s'agissait de marionnettes, ils devraient peindre chaque saint avec une expression différente.

*

Nous pouvons prier les saints, mais il faut de la simplicité. Nous devrions leur parler simplement. Vous appelez simplement les saints et ils viennent.

*

Le moine devrait plutôt se repentir une fois pour avoir eu son diplôme que 100 fois parce qu'il ne l'a pas eu.

*

Faites un compte rendu de toutes les visites que vous faites à un staretz et si vous obtenez un avantage, vous pouvez continuer, mais si vous ne le faites pas, arrêtez-les. Et faites la même chose avec moi.

*

Même ceux qui ont un niveau spirituel élevé trouvent des avantages lorsqu'ils abolissent leur volonté.

*

L'enfer signifie être loin de Dieu. Pour un enfant, l'enfer signifie être loin de sa mère.

*

La vie spirituelle est très facile comme je l'ai comprise.

*

Les moines du bon vieux temps avaient la simplicité. Ceux d'aujourd'hui ont la raison et ils ne croient pas beaucoup aux miracles.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

The Athonite Testimony

citant le livre 

From the Ascetic and Hesychast Tradition

 of the Holy Mountain -

Evanghelismos Publishing, 2016.





lundi 15 juillet 2024

Paroles et anecdotes de Saint Païssios

 

Saint Paissios l'Athonite


Quelqu'un peut facilement se faire du mal s'il y a de la fierté et de l'égoïsme. Vous le remarquez même chez les serpents. Vous pouvez facilement tuer une vipère. Parce qu'elle a du venin, elle reste là, lève la tête, bouge sa langue comme des ciseaux et provoque. elle a confiance en elle-même. C'est pourquoi vous prenez une pierre et la tuez. Quant aux autres serpents, quand vous les voyez, ils partent.

*

Lorsque deux pierres dures entrent en collision, il y a des étincelles. Mais quand l'une d'elle est molle, peu importe à quel point l'autre est dure, il n'y a pas d'étincelles. Avec le peuple, c'est la même chose. L'humble est une pierre molle. Dans un différend, l'humble se rend et aucun dommage n'est fait.

*

S'il y a un moine découragé, dans le bon sens du terme, il dira : Mon Seigneur, je ne suis pas digne de prier pour le monde et il ne prie pas pour le monde, parce qu'il se sent indigne de cela quand il oublie et prie pour lui, sa prière sera plus puissante que toute autre prière dans le monde.

*

Avant, quand quelqu'un avait commis une erreur, un péché, il y avait de la honte. Mais maintenant, il n'y a plus de honte. Le Diable de l'insensibilité vient et puis il fait tout ce qu'il veut avec nous. C'est pourquoi, tout d'abord, l'homme a besoin de la bonne stimulation.

*

Si nous supposons que nous faisons des vigiles, que nous faisons des prosternations et tout ce qui concerne le monachisme, mais qu'il n'y a pas d'esprit monastique, tout est perdu.

*

Si quelqu'un s'aime lui-même, il s'isole de Dieu.

*

Habituellement, les pensées viennent de l'extérieur comme certains télégrammes. Mais quand l'homme est en mauvais état, alors les pensées sont les siennes. Ensuite, il produit de l'électricité par lui-même.

*

Le don du discernement est le dernier que nous acquérons. Le discernement est la couronne de toutes les vertus. C'est la couronne que Dieu donne à tous les ascètes à la fin de leurs luttes. Nous devons essayer de vivre selon les commandements de Dieu et Il nous donnera tout ce dont nous avons besoin pour le salut de nos âmes.

*

Il y a un besoin de discernement lorsque nous souhaitons à quelqu'un un « bon repentir » Lorsque vous le dites à quelqu'un qui est un homme bon de l'Église, qui a certaines bonnes actions extérieures, c'est comme si vous l'aviez grondé. Qu'est-ce que celui-ci me dit ?pense-t-il Que suis-je, un méchant pour qu'il me souhaite un « bon repentir » ? Alors que le repentir est exigé de nous tous pour sauver nos âmes.

*

Il vaut mieux être un prodigue qu'un amoureux de l'argent. Je pourrais me tromper en ce qui concerne l'économie d'argent. Afin d'avoir suffisamment de loukoums à offrir aux visiteurs, j'ai coupé les morceaux en deux. Mais les loukoums n'ont jamais été suffisants. Mais quand je leur ai demandé de prendre deux morceaux, j'en ai eu assez. Mais l'homme qui a de la famille a le devoir d'économiser de l'argent sans stress pour aider ses enfants.

*

L'humilité vraie et parfaite est lorsque l'homme atteint un tel état que même s'il voulait être orgueilleux, il ne le pourrait pas.

*

L'amour ne fatigue pas.

*

Les hommes deviennent comme des robots. Ils n'ont plus de raison. Dans quelques années, seuls ceux qui travaillent dans la recherche auront encore de la raison. Les autres deviendront comme des robots.

*

Nous ne sommes pas coupables des mauvaises pensées qui nous viennent à l'esprit. Mais nous avons tort lorsque nous les acceptons. Il ne suffit pas qu'elles nous dérangent, allons-nous nous rendre coupables à cause elles ?

*

Dieu nous donne la raison d'atteindre l'état pour l'arrêter.

*

Avec ce que je vois et ce que j'entends, j'aurais perdu la tête si je n'avais pas lutté contre eux en pensant qu'en fin de compte, c'est Dieu qui a le dernier mot.

*

Les bonnes pensées sont le fondement de la vie spirituelle.

*

Les parents et les enfants qui viennent à la Sainte Montagne [de l'Athos] méritent d'être honorés.

*

Dans la skite roumaine de Prodromos, il y avait un novice très obéissant. Il n'a jamais dit non. Quiconque avait besoin de quelqu'un le prenait. Un jour, alors qu'il était très obéissant et qu'il essayait de ne dire non à personne, il s'est assis sur le rebord de l'église parce qu'il était épuisé. C'était ça. Il est mort là-bas. Quand les moines l'ont trouvé là-bas, ils ont commencé à dire : Mais il y a 10 minutes, il était avec moi dans le jardin. Il y a une heure, il était avec moi à la pêche. Un autre avait été aidé par le novice à la boulangerie, un autre ailleurs. Alors ils ont compris pourquoi il était mort. Certes, il était allé au ciel, mais alors comment les moines qui en étaient responsables allaient-ils faire face à Dieu ?

*

Un jour, je suis allé rendre visite à un moine du voisinage. Je ne lui avais jamais rendu visite auparavant. C'était un bon moine qui avait de bonnes entreprises spirituelles.

Je suis vieux maintenant - a-t-il dit - et je vais bientôt mourir et je n'ai rien fait de toute ma vie. Tout le monde fait quelque chose dans sa vie. Quand ils iront devant Dieu, ils auront tous quelque chose. Mais je n'ai rien. Et en disant cela, il avait des larmes qui coulaient de ses yeux.

Tout ce que nous faisons - je ai-je dit - nous le faisons pour arriver à cette conclusion, à ce rien. Indépendamment de toutes nos luttes ascétiques, nous devons atteindre cette fin, la conviction que nous ne sommes rien. Et puisque tu es parvenu à cette fin, pourquoi aurais-tu besoin d'autre chose ?

Et il a dit cela bien qu'il ait été un lutteur.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

The Athonite Testimony

citant le livre 

From the Ascetic and Hesychast Tradition

 of the Holy Mountain -

Evanghelismos Publishing, 2016.


Kyrie eleison - Seigneur aie pitié KABARNOS

dimanche 14 juillet 2024

3ème DIMANCHE APRÈS LA PENTECOTE

Icône de tous les saints


Les commémorations d'aujourd'hui incluent la Toussaint de Biélorussie, la Toussaint de Pologne, la Toussaint de Grande-Bretagne et d'Irlande, ainsi que quelques célébrations locales, notamment la Toussaint de Saint-Pétersbourg, la Toussaint de Novgorod, la Toussaint de Pskov et la Toussaint d'Odessa, pour n'en citer que quelques-unes. Le peuple grec orthodoxe a une histoire particulière et celle-ci est commémorée par un service complet dans le Pentecostaire sous le titre "Tous les nouveaux martyrs du joug turc". 

La grande ville de Constantinople s'est imposée dans le monde chrétien au début du 4e siècle, trois siècles avant l'invention de l'islam. Cependant, la ville, la nouvelle Rome, n'a pas toujours mené une vie charmante de piété et de vertu. Au IVe siècle, Julien l'Apostat et d'autres tentent de rétablir le paganisme comme religion de l'empire. L'arianisme et d'autres hérésies provoquèrent de graves divisions qui furent aggravées par une centaine d'années d'iconoclasme, parrainé par l'État. Au cours de ces siècles, l'islam s'est renforcé et a conquis de nombreux territoires en Méditerranée orientale. 

L'ancien Constantinople

Après le Grand Schisme [Latin de 1054], les Croisades ont vu le jour. En théorie, l'objectif de chasser les musulmans de la Terre sainte semble vertueux, mais la réalité est tout autre. Nombre de ceux qui y participèrent recherchaient la gloire et/ou l'enrichissement personnel, tout en étendant le pouvoir et l'autorité de la papauté. Ces objectifs ont conduit à la création du Royaume latin de Jérusalem et du Patriarcat latin de Jérusalem. Ce dernier existe toujours. La pire atrocité fut commise par la quatrième croisade, qui se détourna et prit Constantinople en 1204, créant ainsi ce que l'on a appelé l'Empire latin, qui dura un demi-siècle jusqu'à ce que les Grecs finissent par reprendre le contrôle de Constantinople. L'Empire byzantin ne s'est jamais vraiment remis de cet épisode désastreux et, ainsi affaibli, il a perdu de plus en plus de territoires au profit des Turcs. En ce jour fatidique du 29 mai 1453, la ville fut finalement prise par les Turcs et elle reste toujours entre leurs mains. Voilà un bref aperçu du contexte de la tragédie que nous commémorons aujourd'hui. Cela ressemble un peu à une leçon d'histoire, mais la connaissance du contexte historique peut être utile car elle replace la commémoration dans son contexte.

Icône des nouveaux martyrs de la Turcocratie


Dans l'ode 3 du canon de l'office en l'honneur des nouveaux martyrs, nous lisons : Merveilleuse est la domination de ta puissance, ô Christ ! Car voici que cette génération affaiblie, armée de Ta Croix, a été ceinte de Ta puissance, comme autrefois, et a vaincu l'ancien Ennemi, qui est puissant en malice. Le Canon cite de nombreux nouveaux martyrs, que nous honorons tous aujourd'hui.  Nous n'avons aucun doute sur l'identité de l'ancien Ennemi, l'inspirateur de tout ce qui est hostile au Christ Seigneur. Dans le monde, beaucoup de choses peuvent ressembler à des échecs. La crucifixion a ressemblé à un désastre. Les nombreux martyrs qui ont souffert de la persécution païenne au cours des premiers siècles semblèrent, aux yeux du monde, avoir sacrifié leur vie pour rien. Même dans les Paraboles, le Seigneur décrit Lazare, le mendiant, vivant dans le plus grand dénuement, mais pour toutes ces âmes justes, nous voyons que le Tout-Puissant a souri et leur a accordé un repos bienheureux au Ciel. Le Malin connaît la vérité mais cherche à égarer les âmes par le mensonge et la tromperie. Le Christ est Dieu ; le christianisme n'est pas une simple construction humaine. Il est donc tout à fait clair de constater qui inspire ceux qui nient le Christ. 

Dans un article écrit il y a plus de quarante ans, le père Alexey Young déclare : "Dans leur haine violente du christianisme, les Turcs musulmans se sont lancés dans une persécution destinée à museler efficacement le troupeau du Christ.

Agha Sofia souillée par les Ottomans

Leur stratégie n'était pas moins cruelle que celle des communistes athées de l'Union soviétique d'aujourd'hui ; les parallèles sont frappants. La plupart des églises de Constantinople (dont le nom fut changé en Istanbul, tout comme, quelques années plus tard, Pétersbourg fut changé en Leningrad) furent converties en mosquées. Leurs icônes portatives furent détruites et des murs entiers de mosaïques inspirantes et d'une beauté éclatante furent recouverts de peinture ou de plâtre. Les croix furent arrachées des dômes et les toits des églises furent brisés. Les musulmans garantirent aux chrétiens une place bien définie dans la société turque, mais une place d'infériorité garantie. Les chrétiens orthodoxes devaient payer un impôt de capitation annuel, comme le bétail. Pour les Turcs, ils étaient des mécréants et n'avaient absolument aucun droit de citoyenneté. Ils devaient même porter des vêtements distinctifs. Ils ne pouvaient pas se marier avec des musulmans, ni s'engager dans un quelconque travail missionnaire. En fait, c'était un crime, généralement passible de la peine de mort, que de convertir un musulman à la foi chrétienne.

+

Le calendrier nous donne deux passages de l'Évangile pour aujourd'hui. La lecture dominicale est celle de Matthieu 6, 22-33, qui nous donne de sages conseils. Les mots "œil" et "lumière" font référence à l'esprit et à l'âme. Si votre esprit est rempli de pensées liées à l'argent et aux choses de ce monde, cela aura une influence sur votre âme. Cela nous dit que nous ne pouvons pas servir deux maîtres dont les exigences sont opposées l'une à l'autre. Si nous aimons l'argent, la richesse, le plaisir ou le pouvoir, nous servons Mammon et non Dieu. Ce principe est renforcé au verset 25, mais le Seigneur ne nous interdit pas de travailler, de manger et de nous vêtir. Il nous demande d'avoir confiance dans le fait que nous recevrons ce qui est nécessaire, tout en nous préoccupant davantage de nos âmes que de considérations matérielles. Pour cela, il nous donne des exemples tirés de la nature : les oiseaux et les fleurs des champs. Notre Seigneur et Créateur connaît tous nos besoins, c'est pourquoi nous devons d'abord nous tourner vers Lui.

La lecture de l'Évangile pour les saints est Luc 21 : 12-19 et, si vous lisez la Bible, elle semble commencer au milieu d'un récit par les mots : "Mais avant tout cela, ils vous imposeront les mains à l'adresse ....." Les livres liturgiques donnent à ce passage de l'Évangile un titre qui lui donne un sens particulier.  Les livres liturgiques donnent au passage de l'Évangile un début plus formel : "Le Seigneur dit à ses disciples : "Prenez garde aux hommes : ils vous imposeront les mains : Méfiez-vous des hommes : ils vous imposeront les mains..." 



Par intérêt, et pour une étude personnelle, il serait bon de lire les premiers versets de ce chapitre, dans lesquels le Seigneur parle de Jérusalem. L'histoire de la pauvre veuve a pour but, en partie, de montrer le vide spirituel du Temple. Le trésor existait pour entretenir et orner le Temple, ainsi que pour soutenir les œuvres de charité, mais il était devenu corrompu. Les riches s'en servaient pour afficher leur prétendue vertu et l'argent était souvent détourné par les autorités du Temple. En raison de cette corruption, le Christ prédit la destruction du Temple et avertit les disciples des tribulations qui s'abattront sur Jérusalem. Cela prépare les disciples à l'avenir. 

Le Seigneur dit : avant ces choses, à bon escient, car la persécution éclatera, et elle sera sévère, mais avec un but précis. Les apôtres seront chassés de Jérusalem et dispersés pour répandre la foi. Leurs persécuteurs, et Jérusalem elle-même, seront détruits, mais les apôtres seront ailleurs.  En outre, Il leur donne des paroles de réconfort. Lorsqu'ils seront face à leurs accusateurs, les apôtres n'auront pas à craindre d'avoir la langue liée et de passer pour des insensés, car le Christ Lui-même mettra dans leur bouche des paroles de sagesse. 

Il s'agit d'un sombre avertissement selon lequel le danger et la trahison peuvent provenir de n'importe quelle source. Dans les Psaumes, nous lisons : "Si mon ennemi m'avait injurié, je l'aurais supporté ; si celui qui me hait avait proféré contre moi des paroles d'orgueil, je me serais caché de lui. Si mon ennemi m'avait injurié, je l'aurais supporté ; si celui qui me hait avait proféré contre moi des paroles d'orgueil, je me serais caché de lui. Mais c'est toi, homme à l'âme semblable à la mienne, qui as été mon guide et mon ami familier... (Psaume 54:12-14) Le Christ leur dit que certains d'entre eux souffriront le martyre, mais qu'aucun cheveu de leur tête ne périra. Il ne s'agit pas d'une contradiction, car la référence à un cheveu de la tête signifie ici l'âme. Comme il est dit ailleurs : "Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais qui ne peuvent tuer l'âme. (Mt 10, 28).

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après


in Mettingham. 

ENGLAND



Traduit avec DeepL.com (version gratuite)