"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

lundi 18 juin 2018

Hiéromoine Herman [Majkrzak]: L'Eglise et l'homosexualité: Méditation

Devant être absent une semaine durant, ce long texte sera le seul posté cette semaine! C.L.-G.

***
Hiéromoine Herman {Majkrzak)

*

Le Père Herman est membre de la Fraternité du monastère de Saint Tikhon, à South Canaan, en Pennsylvanie, et rédacteur liturgique pour la presse du monastère de St Tikhon. Le Père Herman enseigne également la spiritualité et la liturgie au Séminaire de Saint Tikhon et il a enseigné la musique liturgique au Séminaire St. Vladimir à New York pendant plusieurs années. Sa série de 12 vidéos présente le Typikon aux chantres, aux chefs de chœur et aux lecteurs.


***

Je considère que les souffrances du temps présent ne tiennent pas la comparaison avec la gloire qui doit nous être révélée. 


-Romains 8:18

L'ayant regardé, Jésus l'aima, et il lui dit: «Il te manque une chose: va vendre tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, [charge-toi de la croix] et suis-moi.»


Mais l'homme s'assombrit à cette parole et s'en alla tout triste, car il avait de grands biens.

- Marc 10: 21-22
Ce fut une nuit très occupée pour Jack Phillips, quand son navire heurta un iceberg dans l'Atlantique Nord glacial. Il était responsable de la radio télégraphique du Titanic et, bien sûr, après la collision, il envoyait frénétiquement des signaux SOS à tous les navires à proximité. Mais il avait été occupé avant l'accident aussi. La radio n'avait pas fonctionné la veille et il y avait un arriéré de messages personnels à envoyer à New York via le relais radio le plus proche à Cape Race, à Terre-Neuve. Les passagers du Titanic passaient un bon moment, et ils avaient de l'argent à dépenser pour envoyer des messages triviaux de l'autre côté de l'Atlantique.


Le code Morse prenait du temps, bien sûr, et il pouvait être fort ou faible si la radio de transmission était proche ou éloignée. Cape Race était loin, ses signaux s'évanouissaient. Le SS Californien était proche, et son signal Morse jaillit dans les oreilles de Jack Phillips, avertissant du danger à l'horizon. Mais Phillips n'était pas intéressé. "Restez en dehors de ça! Taisez-vous, "répliqua-t-il," Je communique avec Cape Race! "Il avait des affaires plus pressantes - après tout, son navire était insubmersible.
Le Titanic s'était lancé dans l'Atlantique à l'aube d'un nouveau siècle prometteur dont la Première Guerre mondiale n'avait pas encore ébranlé la gloire. Son voyage inaugural était un éblouissant emblème du progrès humain, et pour de nombreux passagers, la traversée de l'Atlantique était plus une croisière qu'un voyage: se rendre à Manhattan n'était pas vraiment le but. Mais peu de ceux qui étaient plus motivés par le bateau que par la terre auraient choisi de faire leur demeure permanente sur le Titanic sur le sol de l'océan. Cette tour de Babel s'ouvrant sur un siècle plein de tragédies effroyables continue de sonner l'alarme: quand vous irez en mer (sauf cas très inhabituel), vous finirez par être sauvé sur terre - ou vous vous serez noyé.
L'Arche du Salut
"Ceux qui descendent à la mer dans des bateaux..." Peut-être que Jésus a-t-il choisi les pêcheurs comme Ses disciples en partie parce qu'il voulait des hommes qui connaissaient la menace de l'eau. Ce n'est pas un hasard si le disciple qui a commencé à couler dans l'eau vers le Seigneur est le même Pierre qui a parlé dans son épître de la grande arche de Noé comme figure de l'Église et du salut par rapport à quelque chose de pire que la noyade (cf. Psaume 107: 23; 1 Pierre 3:21).
L'Église est en vérité comme en voyage en mer; sa destination est le port sûr du siècle à venir. Son capitaine est le Christ; ses officiers: les évêques et prêtres. Et elle a pour équipage tous ceux qu'elle a tirés des eaux baptismales et qu'elle a marqués - non pas avec le fer mais avec du chrisme - comme des guerriers enrôlés du Christ. Guerriers, parce que ce n'est pas un navire de croisière de luxe! L'Église est un cuirassé, et sa course passe à travers des mers infestées de pirates: Satan et ses hôtes démoniaques qui haïssent le Nom de Jésus et qui cherchent la ruine des chrétiens.
Tels sont les ennemis de l'extérieur, mais ils ont également des agents dans l'Église, car ils ont découvert que l'infiltration est souvent plus efficace que l'attaque directe. Le Diable veut que l'Église change de cap et se perde ainsi en mer et en vienne au naufrage. Mais il garde ce but caché à ses agents - ou plutôt à ses dupes. Ces initiés sont généralement des officiers, des évêques et des prêtres, et ils pensent que l'Église devrait modifier sa course (de quelques degrés seulement!) afin de naviguer dans des conditions moins hostiles. Pour ces agents, l'arrivée à la destination annoncée n'est pas vraiment le but. En fait, ils trouvent que l'antique croyance dans cette alternative entre le port de salut ou le fond de l'océan est très naïve ou très cruelle. La théologie du ciel ou de l'enfer les ennuie, mais en tant qu'officiers, ils doivent jouer leur rôle pour l'instant. Tranquillement et doucement, mais avec persistance, ils posent leurs questions, ils sèment leurs doutes. "Dieu a-t-il vraiment dit...?" Ainsi, ils ont jeté les bases d'une mutinerie.
Culture en constante évolution
Dans son essai de 2011 (en anglais), «Les pensées d'un pasteur sur le mariage entre personnes du même sexe», Père Robert Arida provoque ses lecteurs avec une série de questions:
Si l'Église veut répondre à la légalisation du mariage/de l'union homosexuelle, il semble qu'elle devrait commencer par considérer comment se comporter avec les couples de même sexe qui, mariés légalement, viennent avec leurs enfants et frappent aux portes de nos paroisses en quête du Christ. Les ignorons-nous? Devons-nous, à première vue, les renvoyer? Devons-nous, sous la rubrique de la repentance, les encourager à divorcer et à démanteler leur famille? Ou, leur offrons-nous, comme nous l'offrons à ceux qui désirent le Christ, l'attention pastorale, l'amour et un foyer spirituel?
Nous avons ici une question à choix multiple, et il n'y a clairement qu'une seule bonne réponse. Que l'Église offre aux couples homosexuels «un soin pastoral, de l'amour et un foyer spirituel» devrait être évident pour tous ceux dont le cœur n'est pas fait de pierre.
Père Robert est conscient que cela constitue un nouveau territoire pour l'Église. En effet, il aborde un thème nautique en écrivant que l'Église «navigue à travers des eaux inexplorées». Mais après avoir esquissé l'histoire complexe du divorce et de l'esclavage dans l'Église, il suggère qu'un tel renversement moral n'est pas sans précédent, et que «notre histoire nous enseigne que ce qui est nouveau ne doit pas compromettre le Christ qui est le« même hier, aujourd'hui et à jamais »
Il développera ce thème trois ans plus tard dans un texte offert à la jeunesse de l'Église orthodoxe en Amérique. [1] Là, il oppose le Christ qui ne change jamais à une culture en constante évolution, de sorte que l'Église dans une société pluraliste doit "élargir la compréhension de soi et du monde qu'elle est appelée à sauver." Il évite explicitement de dire ce que l'expansion impliquerait, mais il se réfère aux "questions ... liées à la sexualité humaine, à la configuration de la famille, au début et à la fin de la vie humaine, à l'économie et à l'attention et à l'utilisation portée à l'environnement, y compris au soin, à la dignité et à la qualité de toute la vie humaine."
Il en est peu qui contesteraient la nécessité de prêcher l'Évangile d'une manière qui résonne dans des contextes culturels particuliers. Comme le Père Georges Florovsky le dit: «Bien sûr, nous devons parler pour que cela soit compréhensible.» Mais, dit-il,
On ne peut pas toujours adapter l'Évangile à l'homme soi-disant moderne... C'est tout simplement impossible... Il ne s'agit pas d'un développement linéaire de la pensée. Il va en zigzags... L'homme moderne change si vite qu'il est impossible d'en suivre les tenants et les aboutissants. [2]
Ainsi, considérer le mariage homosexuel comme un élément de l'inculturation missionnaire est non seulement erroné mais futile. Car il n'a jamais été un élément durable dans toute culture humaine à travers l'histoire, y compris en Amérique du Nord. C'est un élément qui, pour réutiliser un thème de l'article du Père Robert est "nouveau et étranger".
Certes, les actes homosexuels ne sont pas nouveaux. Ils étaient assez fréquents dans les sociétés polythéistes, mais ils n'étaient presque jamais considérés comme une forme alternative de mariage et de vie de famille. Et malgré leur présence dans les cultures environnantes de l'époque, dans l'Ancienne et la Nouvelle Alliance, ils étaient toujours, sans exception, interdits. Si l'Écriture a une quelconque autorité, alors l'exclusion absolue de l'activité homosexuelle de la vision éthique juive et chrétienne ne peut pas être un aspect d'une «culture en constante évolution», mais doit faire partie intégrante de la substance immuable de l'Évangile. «Dès le début de la création», déclare le Christ, «Dieu les a faits hommes et femmes». Cette réalité est gravée sur chaque couche de révélation et tissée à travers le tissu sans faille de notre foi. [3] Le Christ est lui-même l'Époux de l'Église, et nous attendons la consommation du Royaume lors de la Cène du Mariage de l'Agneau, la Nouvelle Jérusalem ornée comme une épouse pour son époux (Marc 10: 6, 2 Corinthiens 11: 2 Ephésiens 5:25 et Apocalypse 19.9, 21.2).
Ces grands thèmes nuptiaux qui imprègnent les Écritures sont la clé d'un traitement significatif de la différenciation sexuelle dans la nature humaine et de son influence sur la théologie chrétienne, la cosmologie et la moralité. L'Église n'a jamais été confrontée à des hérésies anthropologiques et morales avec la portée que nous voyons aujourd'hui. Il faut donc beaucoup de travail de la part des évêques, des pasteurs et des théologiens qui, face à l'esprit du temps, maintiendraient l'intégrité de la Foi et une conscience sans trouble. Les éléments sont tous là dans notre tradition, mais ils doivent être plus complètement déballés et synthétisés. [4]
Est-ce le but, cependant, de ceux qui appellent à plusieurs reprises à la «conversation» et au «dialogue» sur la sexualité? Trop souvent, de telles invitations sont fallacieuses, car elles viennent de ceux qui ont déjà fixé leur esprit et leur cœur (pour ne rien dire de leurs actions) contre la loi morale, mais qui savent que dans une Église caractérisée par un conservatisme extrême, ils doivent atteindre leurs objectifs lentement et progressivement.
En effet, le Père Robert peut être crédité de jeter les bases que d'autres - en particulier les prêtres et les universitaires de l'OCA (Orthodox Church in America) et du GOA (Greek Orthodox Archidioce)- ont développé avec une franchise et un succès croissants; c'est-à-dire, si le succès peut être mesuré par le silence relatif de leurs hiérarques et du haut clergé, Père Robert a utilisé efficacement les questions comme un outil rhétorique, car il savait que dans les premiers stades de cette révolution, les questions seraient plus sûres que les déclarations brutales de faux enseignement.
Un foyer spirituel
"... Devons-nous, sous la rubrique de la repentance, les encourager à divorcer et à démanteler leur famille? Ou, leur offrons-nous, comme nous offrons à ceux qui désirent le Christ, l'attention pastorale, l'amour et un foyer spirituel? "
Père Robert ne définit pas ce que signifie «soin pastoral et amour»; il suppose qu'il sera compris. Mais il indique quelque chose qui montre le sens qu'il donne en le comparant à ce dont il se moque de la «rubrique de la repentance».
Est-ce un contraste significatif, cependant? Quel est exactement le contenu de "pastorale et amour"? Quel est son but? La tâche première d'un pasteur est sûrement de sauver ceux qui se noient dans les passions et les péchés, et de les amener au port du Royaume. En d'autres termes, c'est la tâche du berger de délivrer les brebis rationnelles du Christ des loups affamés, les menant à la sécurité par la porte de la bergerie (Jean 10, 7 et versets suivants). Et cette bergerie n'a qu'une seule entrée: les «portes de la repentance», portes qui ne sont interdites à personne.Le Seigneur lui-même a donné un avertissement à ceux qui se considéraient comme justes - qui pensaient n'avoir aucun besoin de se repentir: «Les collecteurs d'impôts et les prostituées vont dans le royaume de Dieu avant vous.» Pourquoi? Parce que, contrairement aux grands prêtres et aux anciens, ils croyaient à la prédication de saint Jean-Baptiste (Matthieu 21, 31-32). Et toute la prédication de Jean repose sur un seul mot: Repentez - vous!
Vous ne pouvez pas avoir le péché impénitent et la communion avec Dieu en même temps. Plus précisément, selon les termes d'un moine et staretz moderne: «Le péché sexuel rend la prière impossible.» [5] Pourquoi cela doit-il être ainsi? CS Lewis explique:
La repentance n'est pas quelque chose que Dieu exige de vous avant qu'Il vous reprenne et qu'Il puisse vous laisser partir s'Il choisit de la faire: c'est simplement une description de ce à quoi ressemble le retour vers Lui. Si vous demandez à Dieu de vous reprendre sans la repentance, vous lui demandez vraiment de vous laisser partir sans revenir en arrière. Cela ne peut pas arriver. [6]
Pourtant, le Père Robert soutient que l'Église devrait offrir un «foyer spirituel» aux personnes qui, en raison de leur identité publique, sont inflexibles dans leur engagement envers le péché grave.
Et ce "foyer spirituel" est lui-même une expression étrange. Certes, la tradition chrétienne a utilisé de nombreuses images pour l'Église: navire et bergerie que nous avons déjà vus, mais l'Église est également imagée comme un corps, une épouse, un temple, une armée et un hôpital. Et toutes ces images ont quelque chose en commun: aucune d'elles n'est sa propre fin. Chaque image pointe au-delà d'elle-même vers un but ou un but correspondant. Un corps a une tête; une épouse a un époux; un temple a un sacrifice; une bergerie a des moutons à protéger des loups et des voleurs; une armée a une guerre à mener et un commandant pour mener les combats; un hôpital a des patients qui ont besoin de guérison et un médecin pour les soigner; et un navire voyage vers une destination.
Mais un foyer spirituel? Selon les Ecritures, notre citoyenneté est au paradis. Ici-bas, on nous l'enseigne, il n'y a pas de cité permanente, mais nous cherchons la Cité à venir (voir Phillipiens 3:20, Hébreux 13:14).
Et pourtant, se référer à l'Église comme foyer spirituel, c'est peut-être frapper sur l'image susceptible d'entrer en résonance avec un athée pratique ! Les images plus traditionnelles indiquent toutes que cette vie se dirige au-delà de soi vers notre véritable foyer éternel. Mais selon l'esprit laïque (même parmi ceux qui embrassent les choses spirituelles), mettre tous ses œufs dans le panier du siècle à venir est stupide -et enseigner aux autres à le faire est insensible. L'accomplissement et le vrai bonheur sont seulement disponibles ici-bas. Le foyer peut seulement être trouvé ici-bas. Et puisque, comme dit le proverbe, la maison est où là le coeur est, alors l'amour séculier ne se trouve qu'ici.
Oui, le cœur de l'homme aspire à un foyer. Pourtant, le foyer reste insaisissable. La vraie vie, le véritable amour: l'homme les cherche dans l'urgence, il les désire ardemment, il n'aura rien à leur opposer. Mais chaque fois qu'il semble avoir atteint son but, quelque chose ne va pas, quelque chose gêne son désir ou déçoit son espoir.
La réponse de l'Église est la réponse du Christ: Combien de temps pouvez-vous garder de l'eau dans le creux de vos mains? Essayez de vous accrocher à votre vie, à votre maison, à votre amour, avec vos deux mains et votre mâchoire serrée, et cela passera à travers vos doigts et vous la perdrez à jamais. Ouvrez vos mains, laissez-les aller, versez-les sur l'autel de Dieu, et des fleuves d'eau vive commenceront à couler de votre cœur. Une coupe débordante de vie sera mise entre vos mains, la vie en abondance, "une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde", le plus beau millésime. Buvez-en autant que vous le pouvez, buvez-la, enivrez-vous de sa riche douceur: elle ne sera jamais épuisée et ne vous rendra jamais malade. (Cf. Matthieu 16:25, Jn 7:38, Luc 6:38, Psaumes 23: 5 LXX).
Telle est la vie du chrétien. Vous renoncez à quelque chose qui a promis d'enrichir votre vie avec profondeur et avec un but, et vous vous trouvez assis à un banquet de nourriture impérissable et délicieuse. Un chrétien est celui qui reconnaît qu'il est un pèlerin - il est un exilé, pas un touriste. Alors il s'avance vers la Cité du grand Roi, la Nouvelle Jérusalem, où Dieu et les hommes sont chez eux ensemble, et où les soupirs et les souffrances ne sont plus (Cf. Isaïe 25: 6, Matthieu 8:11; 2:11, Phillipiens 3:13, Psaume 48: 2, Apocalypse 21: 3-4). Il est notre doux Jésus - le Christ qui promet d'y essuyer toute larme de tout œil.
Mais ici-bas, il ne promet pas les yeux secs et le contentement. Certes, on peut parfois nous donner un avant-goût du banquet eschatologique, mais cela n'arrive que lorsque nous portons notre croix et suivons le Christ dans ce qui était pour Lui la voie de l'affliction et pour nous pécheurs le chemin de la repentance. Ici, Il pleure avec nous, Il souffre avec nous, Il est seul avec nous. Ici, nous lui offrons notre faiblesse, notre désolation, nos tempêtes de sombres pensées, et il les touche toutes, une par une, et les transforme lentement (Jean 15:20, Jean 11:35, Luc 22: 44, voir 1 Pierre 5: 7). L'archimandrite Zacharias d'Essex l'exprime ainsi:
Les souffrances sont très importantes dans notre vie, car sans elles, nous sommes incapables de comprendre ni l'Évangile ni «l'homme de douleur» mentionné par Isaïe [53: 3]. Sans souffrance divine, notre cœur ne peut être élargi de manière à embrasser tout Adam. Nous lisons dans les psaumes [4: 1]: «Dans la tribulation, tu as mis au large mon âme...
Les souffrances endurées «par motif de conscience envers Dieu» [1 Pierre 2:19] sont une source inestimable de richesse pour nous, qui sera transformée en gloire éternelle à la résurrection corporelle de tous[7]
C'est ce que l'Église a à offrir à l'humanité en proie à la passion qui, dans le paroles  de Père Robert, "frappent aux portes de nos paroisses." Ceci - et rien d'autre - est ce que l'Église peut offrir pour consoler, édifier et sauver ceux qui viennent à elle avec des désirs sexuels ou des relations qui, glorifiés par nos contemporains, restent incompatibles avec l'Evangile. Offrir autre chose est un mauvais service. [8]
Mais si les gens viennent à l'Eglise avec quelque chose d'autre à l'esprit, s'ils espèrent voir leurs passions affirmées ou leurs fausses croyances validées, alors l'Église n'est pas ce qu'ils recherchent. Comme le jeune homme riche qui s'est approché de notre Seigneur, ils pourraient en effet «s'en aller tristes» (Marc 10:22). Nous prierons pour eux. nous serons tristes pour eux; mais, comme le Christ, nous devons leur laisser la liberté de partir.
L'Église ne peut pas lui imposer ses vues, mais ils ne peuvet pas non plus imposer leurs vues à l'Église. Ainsi, si (comme cela peut arriver) ils viennent à nous non pas comme des investigateurs ouverts d'esprit mais comme les zélotes rusés d'un nouveau pharisaïsme laïque, afin de nous tester et de nous enchevêtrer dans nos paroles, alors nous, comme des brebis au milieu des loups devons être innocents comme des colombes, mais sages comme des serpents (Matthieu 22:15, Matthieu 10:16).
Si, cependant, nous rencontrons «des couples de même sexe qui... frappent aux portes de nos paroisses en cherchant le Christ», s'ils veulent vraiment le Christ, alors nous devons les amener là où ils Le trouveront: au pied de la Croix. S'ils cherchent le chemin du retour, nous ne devons pas fournir une carte erronée. Nous ne pouvons pas donner une pierre à ceux qui demandent du pain. Pour ceux qui ont faim de la subsistance impérissable du Royaume, nous ne pouvons pas mettre à la place l'auge à cochon du fils prodigue. Nous connaissons le chemin vers la maison du Père, et la sodomie est dans la direction opposée (Luc 15:16, Luc 17: 29-32).
Deux chemins
L'Église est "le Chemin" (Actes 9: 2). Mais tous les chemins ne mènent pas à la maison. "Il y a deux voies," comme le dit la Didache , "celle de la vie et celle de la mort, et grande est la différence entre les deux voies." Le progrès selon l'une ou l'autre de ces voies est mesuré par la transformation intérieure graduelle du coeur. Car avec chaque acte de notre volonté, nous restaurons ou nous défigurons l'image de Dieu en nous. Chaque décision, en paroles, en actes, même en pensées, nous entraîne plus loin sur l'une de ces deux routes. Et quand nous avons fait fausse route, la repentance est le demi-tour qui nous ramène dans la bonne direction.
Mais la mort est le point de non-retour.
Le chemin qui conduit à la destruction, "la voie large et facile", n'a pas été fait par Dieu mais par l'homme, et nous sommes libres de le prendre ou non. Dieu nous a donné le libre arbitre: Dieu est amour, et ainsi Il désire que nous l'aimions librement en retour. Il ne s'impose pas à nous; Il ne contraint pas. L'enfer existe donc précisément parce que Dieu est amour (Matthieu 7:13, 1 Jean 4, 8).
Mais parce que Dieu est amour, «Il désire que tous soient sauvés et parviennent à la connaissance de la Vérité.» Et l'Église - voici une dernière image pour notre liste - est «le pilier et la base de la vérité». Il a nommé dans l'Église des apôtres, des évêques et des prêtres, les chargeant d'enseigner à tous «d'observer tout ce que J'ai commandé» (Matthieu 28,20, voir aussi 1 Timothée 2: 4 et 3:15). Et parce que Dieu est amour, il y a des moments où ceux qui ont la responsabilité de l'Église doivent dire «non, vous ne pouvez pas faire cela, ou croire cela - ou enseigner cela - et être reconnu comme membre de l'Église orthodoxe.»
Mais, pourrait-on répondre, l'Église n'est-elle pas pour tout le monde? Le Seigneur lui-même n'a-t-il pas cité Isaïe disant: «Ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples »? Oui, tous y sont invités, bien sûr, mais tous ne se sont pas préparés. Le Christ enseigne ceci dans l'une de Ses paraboles: l'invitation est donnée à tous, le banquet est offert à tous, mais vous devez venir en portant un vêtement nuptial - le vêtement de la repentance - ou être chassé. En effet, un jour, dans le Temple, le Seigneur a préparé pour son propre usage un fouet de cordes. Le zèle pour la maison de Son Père le consumait. [9]
«Cela ne ressemble pas beaucoup au Christ!» Pourraient rétorquer certains. Et pourtant c'est ainsi. C'est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant. Son amour est un feu dévorant (Hébreux 10:31, 12:29). Et si les Evangiles nous montrent une seule chose, ils révèlent la colère que le Christ a accumulée pour les prêtres et les enseignants spirituels qui pervertissent les commandements de Dieu pour répondre aux passions des hommes, en particulier les leurs (voir Matthieu 23: 13-15; 7: 8). Ceux qui utilisent le rang clérical, le statut académique ou l'autorité morale pour donner une bénédiction pour le péché, pour appeler bien le mal, pour faire trébucher les petits qui croient en Christ, il vaudrait mieux pour eux, selon les propres paroles terrifiantes de Christ, qu'ils aient une meule au cou et qu'ils soient noyés dans les profondeurs de la mer. Ceux qui donnent une pierre aux gens affamés de pain affament les autres; ils se noient (Isaïe 5:20; 17: 1-2; cf. Matthieu 7: 9).
Flotter et faire naufrage
Contrairement aux meules, cependant, et contrairement au Titanic, l'Église elle-même ne peut jamais être coulée. Le Christ a promis que les portes de l'enfer ne prévaudront pas (Matthieu 16, 18). Mais même si l' Église est insubmersible, l'équipage et les officiers n'ont aucune garantie. Le Capitaine, notre Sauveur et notre Seigneur, guidera sans aucun doute Son Eglise à travers tous les périls, mais les officiers ou l'équipage sont libres de contrecarrer son travail, libres d'ignorer Sa voix.
Nous avons décrit l'Église comme un navire, mais nous pourrions aussi la considérer comme une flotte entière, tous unis sous l'unique amirauté du Christ, partageant tous la même vie et la même destination. Pourtant, n'importe quel navire de cette flotte peut être la proie de la mutinerie ou de la simple négligence: notre histoire nous enseigne que des églises locales entières peuvent abandonner la Foi apostolique. Saint Paul a averti Timothée de cela dans 2 Timothée 4: 3-4: «Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables."
En cette nuit d'avril 1912, le navire le plus proche du Titanic était Le CalifornienAprès que son homme de radio ait envoyé l'avertissement au sujet de la glace qui a tellement irrité Jack Phillips, il a attendu un certain temps espérant recevoir une réponse plus sérieuse (et courtoise). Aucune n'est venue. Après un certain temps, il éteignit la radio et alla se coucher. Une heure plus tard, le Titanic coulait, mais le vaisseau le plus proche ne pouvait pas être contacté par radio.
Cette nuit-là, les conditions dans l'Atlantique Nord étaient telles que ceux qui étaient dans la vigie du Titanic purent à peine voir la glace avant qu'il ne soit trop tard. Mais une faible visibilité n'aurait pas été fatale si les alertes envoyées par radio avaient été entendues.
Chaque ère de la pensée et de la culture humaine a ses propres angles morts caractéristiques, ses propres vulnérabilités. En tant qu'Église, nous devons reconnaître la visibilité réduite de la société et la compenser. Au XXIe siècle, notre angle mort du point de vue culturel comprend tout ce qui touche au sexe. Même si nous nous fatiguons les yeux, nous trouvons difficile de discerner dans le péché sexuel la dégradation et la destruction qui étaient si évidentes et si troublantes pour nos ancêtres. Nous avons des oreilles qui nous démangent pour e§ntendre la spéculation et l'expérimentation de toutes sortes - l'homosexualité n'est que le début. Éblouis et captivés par de nouvelles perspectives prometteuses de l'autodéfinition humaine, nous sommes inconscients des icebergs à venir. Mais ceux qui nous ont précédés voient plus clairement, et ils nous le rappellent. Leurs avertissements stridents interrompent nos amusements et résonnent à nos oreilles. Alors nous les faisons taire: ""Restez en dehors de ça! Taisez-vous! Je communique avec Cape Race!" Nous pensons être insubmersibles. Qu'est-ce qui pourrait arriver de mal?

Je n'ai pas écouté ta voix, je n'ai pas prêté attention à Ton Écriture, ô donateur de la Loi. Mais accepte-moi dans la repentance et appelle-moi à la connaissance. Ne me laisse pas devenir la possession et la nourriture de l'Ennemi; mais, ô Sauveur, aie pitié de moi!


Grand Canon de Saint-André de Crète, quatrième Ode

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Notes:
[1] "“Never Changing Gospel; Ever Changing Culture,” [ Evangile qui ne change jamais, Culture qui change toujours&, " Wonder, Octobre 2014. Cet article a été rapidement retiré du site Web de l'OCA, mais il reste affiché sur le site de la cathédrale du diocèse de la Nouvelle-Angleterre.
[2] Dans Elsa Breen, " Det gamle budskap i ny emballasje? »,[Vieux Message dans un nouvel emballage] Familien [Oslo], 3 janvier 1968, 14, cité dans une réponse en ligne à L'article de Père Robert posté par le Père Matthew Baker. (Ceci, avec tous les autres commentaires, a été retiré de Wonder peu de temps après que l'article du Père Robert lui-même ait été supprimé.)
[3] Il y a eu d'innombrables tentatives herméneutiques pour minimiser ou renverser la signification théologique et morale de la proscription absolue de l'homosexualité par la Bible. Elles sont largement réfutées dans Robert Gagnon, The Bible and Homosexual Practice: Texts and Hermeneutics [La Bible et la pratique homosexuelle: textes et herméneutique.] Nashville, Abingdon Press: 2002. Voir aussi ses vidéos en ligne, comme celle-ci .
[4] Deux exemples significatifs d'un tel travail sont (1) Christopher Roberts, Creation and Covenant: The Significance of Sexual Difference in the Moral Theology of Marriage. [Création et Alliance: La signification de la différence sexuelle dans la théologie morale du mariage.] New York: Bloomsbury T and T Clark, 2008 (et sur YouTube ); et (2) Angelo Cardinal Scola, The Nuptial Mystery [Le mystère nuptial], Grand Rapids, MI: Eerdmans, 1998.
[5] Jean-Claude Larchet, Elder Sergei of Vanves [Edition française Le Starets Serge, Editions du Cerf]  Moines du monastère de Saint Jean de San Francisco, trad. Manton, Californie: Divine Ascent Press, 2012, p. 41.
[6]  Mere Christianity au chapitre 9, "Le parfait pénitent".
[7] Archim. Zacharie (Zacharou), The Engraving of Christ in Man’s Heart. [La gravure/ l'empreinte du Christ dans le cœur de l'homme.] Essex: Monastère stavropégique de Saint-Jean-Baptiste, 2017, pp. 288 et 290.
[8] En effet, un des commentaires postés en réponse à l'article de Père Robert en 2014 est aussi poignant que succinct: «Lire ce genre de chose peut être extrêmement douloureux pour ceux d'entre nous attirés par le même sexe qui luttent pour vivre en étant fidèles à l'enseignement de l'Église.
[9]  Par exemple: Isaïe 56: 7; Marc 11h17; Matthieu 22: 1-14; Jean 2:15, 17; Psaume 69: 9.

samedi 16 juin 2018

Archiprêtre André Lemechonok: Les gens se disent orthodoxes, mais ils ne voient pas leurs proches qui souffrent!


L'Église est l'union, la formation de ce monde, qui ne peut être détruite, qui ne peut être vaincue par les portes de l'enfer parce que le Christ nous aime, et l'Église elle-même est basée sur l'amour de Dieu envers les hommes. Aujourd'hui et demain - cet amour n'est jamais partagé parce que nous ne l'apprécions pas, nous nous y habituons. Cet amour ne s'affaiblit jamais, et là où le péché abondait, la grâce surabondait (Romains 5:20). Le Seigneur ne dit pas : "Méritez-vous mon amour ou pas ?" Au lieu de cela, il nous demande : "Veux-tu de mon amour ?

Cependant, Dieu ne nous impose pas son amour. Nous vivons par la Grâce de Dieu, par l'amour qui nous unit tous. Il y a tellement de péché dans ce monde, qu'il aurait pu nous diviser il y a longtemps. Nous voyons comment certaines personnes cèdent à leur propre perception humaine et finissent par dévier et s'égarer. Elles pensent que leur vérité est la plus vraie, et que leur opinion est la plus juste. C'est une erreur. Quand une telle personne verra-t-elle cette erreur ? Certaines personnes le comprennent assez rapidement, alors que d'autres ne peuvent le comprendre qu'à la toute fin de leur vie.

C'est si triste d'entendre parler de vies ruinées... Je confesse les gens pendant des heures, et les jeunes viennent me voir et me racontent comment le Diable détruit leurs familles et dresse les gens les uns contre les autres. Il réussit à faire la chose la plus terrible - les gens deviennent ennemis à cause de l'héritage ou de la surface habitable. C'est tellement effrayant ! Les gens se vendent les uns les autres et deviennent fous ! Nous pouvons voir cela se produire tout le temps.

Quand vous entendez parler de telles choses, votre optimisme et votre joie deviennent de plus en plus réduits. En même temps, nous devons comprendre que tout cela est temporel. Nous devons parler de la source de la vie, de la joie qui existe, qui fonctionne dans ce monde et le vainc. Cependant, il est parfois impossible de le voir avec nos yeux humains. Nous devons avoir la foi et la confiance en Dieu pour le voir. Nous devons rejeter nous-mêmes, notre opinion et notre vision de la situation. 

Il est bon qu'une personne s'humilie et essaie d'entendre cela. Mais beaucoup de gens ne le font pas. Le plus tragique, c'est que parfois les gens essaient même de se cacher derrière des idées pseudo-orthodoxes. Parfois, tout en arrive à l'absurde : les gens se proclament "orthodoxes" et ignorent les souffrances de leurs proches ! Une personne près de chez vous souffre - "Je n'ai pas le temps pour cela ! Je dois résoudre des problèmes universels !" Ça arrive tout le temps autour de nous. Encore une fois, on peut désespérer à cause de cela, mais nous ne devons pas perdre notre foi en Dieu.

Nous devons nous aider les uns les autres, nous soutenir les uns les autres et porter les fardeaux les uns des autres afin de ne pas chuter, de ne pas perdre la connexion avec Dieu. Notre prière commune et nos rencontres nous aident. Bien sûr, parfois nos prières sont pleines de joie, parfois elles peuvent être tristes, et parfois elles sont simplement douloureuses. Mais c'est notre vie. 

Nous avons besoin de continuer à vivre, de vivre certaines pages de notre vie, certains moments et certaines périodes. Nous devons tirer des conclusions de ce qui se passe pour ne pas commettre d'erreurs et faire confiance au péché, ce qui peut parfois sembler encore plus crédible que ce que Dieu nous dit.

Notre chemin se poursuit. Nous essayons de trouver quelque chose, de découvrir quelque chose dans notre vie d'aujourd'hui. L'essentiel, c'est que Dieu est près de nous. Notre vie et la vie des gens le plus proches de nous est entre Ses mains, mais pas entre les mains du destin, de la chance ou de la coïncidence. Tout est sous le contrôle du Seigneur.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après




vendredi 15 juin 2018

Métropolite Antoine [Pakanitch]: Pourquoi les gens trahissent-ils leur foi?



Probablement, chacun d'entre nous s'est demandé pourquoi il est si difficile pour certaines personnes d'être fidèles à la vérité, à la bonté. Pourquoi une personne qui semble être croyante proclamant ses opinions orthodoxes tombe soudainement dans l'hérésie, entre dans le schisme ou s'abaisse jusques au paganisme ?

Toutes ces questions se réduisent à un "dénominateur" commun. Rappelons-nous la réponse du Christ aux scribes et aux pharisiens : "Malheur à vous, scribes et pharisiens, hypocrites, hypocrites... Pharisien aveugle, purifie d'abord l'intérieur de la coupe et du plat, afin que l'extérieur d'eux aussi soit pur" (Matthieu 23:23-26).

Que signifient ces paroles ?

Le Christ établit un lien direct entre la capacité de croire, de percevoir la vérité, la bonté et l'état de vie intérieure et morale d'une personne. Pas l'extérieur, ostentatoire, mais l'intérieur que personne ne peut voir, sauf Dieu.

L'histoire nous montre que les croyances religieuses erronées sont presque toujours précédées par l'abandon de la voie de la piété, du déclin moral, d'une vie d'une manière qui n'est pas conforme à la conscience et à la foi.

Une personne est destinée à devenir la demeure de l'Esprit Saint mais, remplie de péché et de vice, elle se prive de la Grâce divine, devient incapable d'accepter la vérité et commence à errer.

C'est une voie dangereuse. Cependant, c'est encore pire lorsque quelqu'un qui se fourvoie attire les autres dans son erreur. Les aveugles marchent sur une corde raide. La tragédie est inévitable.

La foi et le vice sont différents par leur nature et, étant des opposés polaires, ils ne peuvent jamais être réconciliés. C'est pourquoi les pécheurs n'ont d'autre choix que de se débarrasser de la foi qui les pousse constamment à combattre eux-mêmes leurs péchés.

Les gens vicieux détruisent la foi divine dans leur cœur et créent leur propre foi à la place, une foi qui justifierait le vice et leur garantirait la paix intérieure, même si elle est fausse.

Essayons non seulement d'aller à l'Eglise, mais aussi de vivre la vie de l'Eglise selon notre foi. Alors nous n'aurons pas peur des vicissitudes de la vie et nous pourrons résister aux illusions des gens égarés.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après