"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

lundi 27 septembre 2021

Nous avons besoin de bons confesseurs


Aujourd'hui, les gens sont fatigués, agités et assombris par le péché et l'égoïsme. C'est pourquoi nous avons besoin de bons confesseurs expérimentés pour aborder les gens de manière simple, avec un amour authentique et les conseiller avec discernement pour trouver leur paix. Sans bons confesseurs, les églises se vident et les cliniques psychiatriques, les prisons et les hôpitaux se remplissent.

Les gens doivent prendre conscience qu'ils se tourmentent parce qu'ils sont loin de Dieu et qu'ils doivent se repentir et confesser humblement leurs péchés.

Le travail du confesseur est celui d'une guérison intérieure. Il n'y a pas de médecin plus important qu'un confesseur expérimenté, qui inspire la confiance par sa piété, qui éloigne des créatures sensibles de Dieu les pensées apportées par le Diable et qui guérit les âmes et les corps sans médicament, seulement avec la Grâce de Dieu.

Quand le confesseur a une illumination divine, quand il a l'esprit de Dieu, il comprend et distingue les états et peut donner la bonne direction aux âmes. Il est bon qu'il n'ait pas beaucoup de préoccupations, afin qu'il puisse donner à chaque âme le temps nécessaire et faire son travail de la meilleure façon. Sinon, il lui arrivera ce qui arrive à un bon chirurgien qui, lorsqu'il fait trop d'opérations chaque jour, s'épuise et il est naturel qu'il ne puisse pas donner autant que nécessaire.

C'est pourquoi il ne doit pas se mêler de toutes les questions familiales, mais se limiter à ce qui a un rapport direct avec l'âme, afin d'avoir le temps nécessaire pour l'aider efficacement. Mais celui qui se confesse ne doit pas importuner le confesseur avec des questions qu'il peut poser à d'autres plus compétents, par exemple pour lui demander quelle maison louer ou quelles leçons son enfant doit suivre.

Lors de la confession, à la fois celui qui se confesse et le confesseur sont jugés par Dieu, l'un pour ce qu'il confesse et l'autre pour ce qu'il décide. 

La liberté spirituelle aide beaucoup à guider l'âme. Ce qui veut dire que le confesseur ne doit pas suivre un chemin proposé par d'autres, mais voir ce que disent les Saints Pères et agir avec discernement en fonction de l'homme, de la chute et du repentir. Mais je vois souvent qu'il n'y a pas de sincérité. 

Certains qui ont la responsabilité des âmes ne veulent pas dire par exemple un mot à quelqu'un  qui est en relation avec des magiciens, avec des gens trompés pour ne pas lui créer des problèmes de conscience et pour qu'il prenne position. Le confesseur fait cela pour ne pas avoir de problèmes avec ces personnes. Ce qui signifie que certains confesseurs, pour ne pas gâcher les relations avec l'un ou l'autre et pour n'avoir dit sur lui que de bonnes paroles, laissent l'homme se détruire et le Diable se réjouir.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

- Pious Paisios lthe Athonite, 

Editions Evanghelismos

Cité par

The Athonite Testimony



dimanche 26 septembre 2021

Saint Jean de Cronstadt: La paix du Christ


 Cet hymne au Dieu incarné, l'Enfant-Christ, a été chanté par les hôtes angéliques sur la terre lors de Sa Nativité. C'est un chant bref, mais sa signification et sa portée sont sages et pleines de substance. En lui est contenu et nous est révélé le mystère de l'incarnation du Fils de Dieu pour le salut du monde. Ce mystère, selon les paroles de l'Église, a émerveillé toutes les puissances angéliques.

Mais où se trouve cette paix sur la terre, que les anges ont annoncée aux bergers de Bethléem ?

À Jérusalem même, la ville de David, où se trouvait le temple du Dieu vivant, il n'y avait pas de paix. Lorsque les mages venus d'Orient à Jérusalem demandèrent : "Où est le roi des Juifs qui est né ?" Le roi Hérode était furieux rien qu'à l'entendre, et tout Jérusalem avec lui. Dans l'empire mondial de Rome, il n'y avait pas de paix. Les contemporains décrivent en couleurs sombres la dégradation morale des nations, et la déformation de l'image de Dieu dans les hommes. Toutes sortes de souillures et d'iniquités étaient alors pratiquées. Le culte des idoles remplaçait le culte du Dieu unique. L'iniquité, la honte, la satiété et l'ivrognerie constituaient le bonheur terrestre de l'humanité, son but et ses efforts. L'inimitié, les luttes civiles et le désordre régnaient partout. L'orgueil, l'inhumanité et toutes sortes de vices corrompaient la vie sociale et familiale.

La période qui suivit ne fut pas meilleure. De terribles persécutions contre ceux qui croyaient au Christ ensanglantèrent le monde pendant trois siècles : les frères trahissaient leurs frères sous la torture, les époux trahissaient leurs femmes et leurs enfants, les enfants trahissaient leurs parents. Les relations humaines, les liens du sang et la famille furent profanés et méprisés. Et à Jérusalem même, il y eut l'abomination de la désolation.

À notre époque également, les sociétés et les royaumes sont ébranlés, les guerres internationales et civiles et les dissensions se poursuivent, il y a des hérésies et des schismes, les conspirations et les enseignements criminellement destructeurs s'intensifient pour renverser les institutions étatiques séculaires et les fondements de la famille, de la communauté civile et religieuse.

Le mal lève sa main sacrilège contre les oints de Dieu, à qui Dieu Lui-même a confié des nations. Les sauvages veulent installer l'incroyance au sommet des vestiges sacrés, détruire l'État, la famille et la loi sous couvert d'égalité et de fraternité.

Où est la paix sur la terre que les anges ont proclamée ? Où est la paix apportée sur terre par l'homme-Dieu ? Où est la paix proclamée par les Évangiles et la prédication des Apôtres qui sont allés jusqu'aux extrémités de la terre, vers toutes les nations et vers tous les rois ? Elle n'est pas dans le monde, car le monde entier est sous la puissance du Malin, dit l'Apôtre (1 Jn 5,19).

Tel est le mystère chanté par les anges : avec la venue du Fils de Dieu sur la terre, la paix a commencé à régner d'abord dans le petit troupeau élu, son Église, dans les Apôtres à qui Il a souvent enseigné cette paix, puis dans tout le royaume de la Grâce, Son Église, qui s'est répandue dans le monde entier.

Oui, mes frères, tout un royaume du monde de Dieu est établi par le Seigneur - un royaume éternel, universel et ordonné, avec des lois, des règles et des sacrements, avec un ordre des services, des directives pour la vie et les relations interpersonnelles. Ce royaume est l'Église sainte, orthodoxe et apostolique, où demeurent toujours la paix et la joie dans l'Esprit Saint, la Grâce de notre Seigneur Jésus-Christ et l'amour de Dieu le Père.

Certes, l'Église de Dieu sur terre a toujours été sous la Croix, toujours persécutée et haïe. Mais néanmoins, elle a toujours possédé une paix intérieure remplie de grâce - même pendant les persécutions les plus cruelles, car Dieu a toujours été et sera toujours en elle, la délivrant de toute calamité selon Sa parole que les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle (Mt. 16:18).

Par conséquent, toute personne vraiment croyante qui garde les commandements du Christ, tout pécheur vraiment repentant a la paix du Christ en lui, et aucun trouble extérieur de ce monde ne peut la détruire - si seulement cette personne ne veut pas s'engager une fois de plus sur le chemin de l'iniquité et du péché.

Par conséquent, si les royaumes terrestres et les sociétés civiles en général souhaitent atteindre et établir la paix apportée sur terre par le Roi de justice, de la paix et de l'amour - notre Seigneur Jésus-Christ, ils doivent être étroitement unis au Royaume du Seigneur, ou à Sa sainte Église sur terre ; ils doivent se soumettre aux commandements de Jésus-Christ et aux règles de Son Église. 

Si ces commandements sont enfreints, ils doivent se redresser rapidement, après avoir reconnu sincèrement leurs erreurs et leur iniquité. Les membres d'un État qui confesse la foi chrétienne doivent être des membres de l'Église aimables, honnêtes et sincèrement dévoués. La rupture de cette union entre l'Église et l'État, c'est-à-dire ses citoyens, la négligence de la foi, des Commandements et des Évangiles donnent naissance à l'incroyance et à tous les désordres et vices sociaux, provoquent l'impuissance morale ou politique de cette société, et la privent de la bénédiction du ciel.

La Russie, en tant que grande nation, a toujours été étroitement liée à l'Église, et ce n'est qu'au sein de cette union qu'elle a pu croître, se renforcer et s'élever jusqu'aux sommets de sa puissance et de sa gloire. Que Dieu fasse que cette union de l'État et de l'Église - ce royaume de paix - se poursuive toujours ! Alors la Russie sera un royaume de paix, et la bénédiction de Dieu sera sur elle. Alors aucune sédition ne sera effrayante, car elle ne trouvera pas de place pour s'installer.

Que notre Seigneur Christ règne dans nos cœurs, et que la paix et la bénédiction règnent avec Lui ! Amen!


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

 

samedi 25 septembre 2021

Saint Hilarion Troitsky: Être chrétien, c'est appartenir à l'Église

 

Saint Hilarion Troitsky

Selon les paroles de saint Cyprien, être chrétien signifie appartenir à l'Église visible et se soumettre à la hiérarchie que Dieu y instaura. 

L'Église est la réalisation de l'Amour du Christ et toute séparation de l'Église est une violation de cet Amour, dans laquelle les hérétiques et les schismatiques pèchent également. Telle est la pensée fondamentale de son traité "De l'unité de l'Église catholique".

Cette même idée est constamment répétée dans les lettres du même Père saint. "Le Christ nous a accordé la paix ; il nous a ordonné d'être en harmonie et en unanimité ; il a ordonné que nous préservions, inviolablement et fermement, le lien d'affection et d'amour. 

Celui qui viole l'Amour du Christ par une dissidence sans foi n'appartiendra plus au Christ : celui qui ne possède pas cet Amour ne possède pas non plus Dieu. Ceux qui ne veulent pas d'une manière unanimes, dans l'Église de Dieu, ne peuvent demeurer avec Dieu.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après


vendredi 24 septembre 2021

Atteindre la porte de l'amour


" Celui qui est parvenu à se connaître lui-même a obtenu l'a compréhension de ce qu'est la crainte du Seigneur ; et celui qui a cheminé aidé de cette crainte, a atteint la porte de l'amour. [Saint Jean Climaque Échelle de l'ascension divine (étape 25)] "

Les Pères comprennent bien la condition humaine et ce qui est nécessaire pour nous ramener à l'état primitif, la vraie nature que notre Seigneur  voulut pour l'humanité. 

La "crainte du Seigneur" n'est pas une paralysie, une souffrance si répandue aujourd'hui dans la myriade de phobies différentes qui affligent la société, mais plutôt une profonde crainte et une conscience de l'incompréhensibilité de Dieu. 

Car comment l'esprit peut-il comprendre la profondeur de Sa condescendance en devenant l'un d'entre nous pour nous ramener à la place qui nous est destinée - "Dieu s'est fait homme pour que l'homme devienne dieu" dit saint Athanase.


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

Dormition of the Theotokos Orthodox Church

jeudi 23 septembre 2021

Saint Nectaire d'Egine: L'attention intérieure

 


L'ATTENTION intérieure est le premier maître de la vérité et par conséquent absolument nécessaire. 

L'attention incite l'âme à s'étudier elle-même et à étudier ses désirs, à apprendre leur véritable caractère et à repousser ceux qui sont impies. 

L'attention est l'ange gardien de l'intellect, qui lui conseille toujours ceci : sois attentif. 

L'attention réveille l'âme, la tire du sommeil... 

L'attention examine chaque pensée, chaque désir, chaque souvenir. Les pensées, les désirs, les souvenirs sont engendrés par des causes diverses, et apparaissent souvent masqués et avec des vêtements splendides, afin de tromper l'intellect inattentif et de pénétrer dans l'âme et de la dominer. 

Seule l'attention peut révéler leur forme cachée. Souvent, leur dissimulation est si parfaite que le discernement de leur véritable nature est très difficile et requiert la plus grande attention. 

Il faut se souvenir des paroles salvatrices du Seigneur : "Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation"

Celui qui est éveillé n'entre pas en tentation, car il est vigilant et attentif.


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

Dormition of the Theotokos Orthodox Church


mercredi 22 septembre 2021

Chaque jour permet de se repentir

 


"Et bien que chaque jour de la vie d'un homme puisse à juste titre être un jour de repentance, il est en ces jours plus convenable, plus approprié, de confesser nos péchés, de jeûner et de faire l'aumône aux pauvres, car en ces jours vous pouvez laver les péchés de toute l'année." 

St. Jean Chrysostome


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

 




mardi 21 septembre 2021

Pourquoi le Seigneur n'entend-il pas nos prières ?


 


Pourquoi le Seigneur n'entend-il pas nos prières ?

Pour de nombreux parents orthodoxes, le jour vient où notre enfant pose la question suivante : " pourquoi le Seigneur n'exauce-t-il pas mes prières ? ".

Pour beaucoup, cette question peut être assez décourageante. Pensez-y, nous essayons de fournir à notre enfant une réponse à ce que le Seigneur veut et fait. Qui pourrait bien traverser de telles profondeurs !

Pour les esprits spirituels, nous pouvons réfléchir à cette question plus profondément et dans la prière, en considérant attentivement les paroles et les actes du Seigneur, tels qu'ils sont exposés dans les Saintes Écritures. Nous pouvons nous tourner vers les Saints Pères pour nous guider et méditer sur leurs conseils. Saint Ephrem, le Syrien, nous fournit une réponse qui est en accord avec la compréhension orthodoxe :

   "Le Seigneur est un dispensateur omniscient de dons. Il considère ce qui serait bénéfique à celui qui l'invoque ; et lorsque le Seigneur voit qu'un homme demande quelque chose de nuisible ou même simplement d'inutile, le Seigneur n'exauce pas sa prière et lui refuse ce qu'il croyait bon. Le Seigneur entend toute prière, et celui dont la prière n'est pas exaucée reçoit du Seigneur le même don salvateur que celui dont la prière est exaucée."

Nous supposons, dans notre péché, que nous savons ce qui est le mieux pour nous. Nous, tout comme nos enfants, pensons à tort que nous pouvons gérer nos propres affaires, que nous "pouvons tout faire par nous-mêmes", comme me l'a dit mon enfant à plus d'une occasion. En vérité, en vérité, nous nous trompons.  Dans l'Évangile d'aujourd'hui, tiré du dixième chapitre de saint Matthieu, nous lisons ce qui suit :

[...] Ne vend-on pas deux moineaux pour une pièce de cuivre ? Et pas un seul d'entre eux ne tombe à terre sans la volonté de votre Père.

Même les cheveux de votre tête sont tous comptés.

N'ayez donc crainte: vous avez plus de valeur que beaucoup de moineaux. Matthieu 10:31-32

Toutes choses sont en accord avec la volonté de Dieu. Le Seigneur connaît toutes ces choses, Il sait ce qui est dans notre cœur et certainement ce qui est sur nos lèvres. 

Il sait mieux que nous-mêmes ce dont nous avons besoin. Cela signifie-t-il qu'Il est un despote, nous déplaçant sur un échiquier comme des pièces d'échecs ? NON, loin de là.

 Il nous a dotés du libre arbitre. Mais Il entend aussi nos prières et nous accorde ce dont nous avons besoin, même si nous ne nous en rendons pas compte sur le moment et que cela ne nous plaît pas toujours ! 

Avec le temps, nous réfléchissons à ces choses et nous rendons grâce en reconnaissant que la grande miséricorde et la providence de Dieu nous ont sauvés - de nous-mêmes ! 

Le Seigneur a un plan, un plan qui se déroule tout au long de notre vie et le but de ce plan est que nous soyons avec Lui pour toujours.

Gardons toujours à l'esprit que ce jeu de la vie est rempli de bosses, de difficultés et d'épreuves, mais que la récompense à la fin en vaut la peine !

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

 

lundi 20 septembre 2021

Il est temps de se mettre en chemin



  Un jour, alors que saint Antoine était assis avec un certain Abba, une vierge s'approcha et dit au staretz : 

"Abba, je jeûne six jours par semaine et, chaque jour,  je répète par cœur des parties de l'Ancien et du Nouveau Testament". 

Le staretz lui répondit : "La pauvreté a-t-elle pour toi la même signification que l'abondance ?" 

"Non", répondit-elle. Non, Abba! 

Tes ennemis sont-ils pour toi les mêmes que tes amis ? 

Non, répondit-elle. 

Le sage lui dit alors : 

"Va, mets-toi au travail, tu n'as rien fait. 


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

 

dimanche 19 septembre 2021

Prêtre Ioan Istrati: La mère - une martyre de l'amour

 


Aujourd'hui, à l'office de la Sainte Onction, il faisait une chaleur étouffante. Une mère avec deux petits garçons, qui ne se soucient pas du tout de savoir si vous êtes grincheux ou si vous donnez des conseils. L'un a un an, avec des cheveux bouclés et l'autre a environ 4 ans, [il est ] un peu méchant. Les enfants se promènent, ils sont fringants, ils tirent les cheveux de leur mère, ils la pincent, ils la frappent avec leurs jambes, ils lui versent du lait sur la tête avec le biberon, ils se roulent par terre, font claquer les jouets, ils s'agitent, ils jouent.

Leur mère a de la patience, elle se penche mille fois, les essuie, les prend dans ses bras, leur murmure à l'oreille d'être gentils, elle fait le signe de croix sur eux. Aucun moment de repos. La sueur coule sur ses tempes. Elle est une martyre de l'amour.

J'ai vu en elle une icône de l'amour de Dieu, qui est une source incessante de labeur et de soutien, de préoccupation permanente, endurant un fardeau de patience, un soin incessant, une étreinte permanente pour quelques enfants folâtres à l'énergie débordante.

Dieu est le Père éternel au cœur maternel.


Version française Claude Lopez-Giniosty

¨d'après

THE ATHONITE TESTIMONY

samedi 18 septembre 2021

La prière superficielle



Un jour, Georgios a demandé à son voisin s'il aimait Dieu. Son voisin répondit par l'affirmative. Georgios poursuivit :

Est-ce que tu Le pries avec ton cœur ?

Bien sûr, chaque fois que je prie, je ne fais que penser à Lui, confessa son voisin.

Alors Georgios dit :

Voisin, si tu es capable de dire le Notre Père sans penser à autre chose, je te donne mon cheval.

Au milieu de la prière, le voisin dit :

Tu me donnes aussi ta selle ?

Je ne te donne ni mon cheval ni ma selle, car au lieu de te concentrer sur ta prière, tu as pensé au cheval.


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

THE ATHONITE TESTIMONY

vendredi 17 septembre 2021

Prêtre Ioan Istrati: La mămăligă du Paradis


 

Aujourd'hui j'ai pleuré un peu. Ce qui s'est passé... Hier, j'ai reçu un message de deux dames pieuses pour lesquelles je prie de prier pour une petite poupée de trois ans, Eveline.

La petite fille dormait dans l'après-midi et ne s'est pas réveillée. Sa mère a essayé de la réveiller. Sans résultat. Elle était dans le coma. Dévastée, sa mère l'a emmenée avec la voiture de secours à l'hôpital.

Les deux femmes m'ont demandé de prier pour la jeune fille lors des offices religieux. C'est ce que je sais faire. Les médecins étaient très réservés. Ils l'ont intubée immédiatement.

J'ai dit à l'une des dames : lisez avec toutes vos connaissances et avec sa mère la Paraclèse de la Sainte Mère de Dieu et l'Acathiste de Saint Jean le Russe. La femme confuse a écrit : nous ne pouvons rien faire père. Notre prière n'a pas de valeur, pas même autant qu'une mămăligă* . J'ai insisté pour lire la Paraclèse et l'Acathiste.

Aujourd'hui, j'ai lu le nom de la petite fille dans le Saint Autel, le jour de la Sainte Théodora de Sihla.

Le soir, la dame m'a écrit en pleurant que la petite fille s'était réveillée du coma et avait demandé de la mămăligă.

J'ai été ébranlé...

Dieu est admirable dans Ses saints!


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

THE ATHONITE TESTIMONY


* La mămăligă est l'équivalent roumain et moldave de la polenta italienne (Bouillie de farine de maïs) 

[voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Mamaliga]

jeudi 16 septembre 2021

Prenez garde à l'imagination


 

`Père, vous avez dit que pendant la prière, nous devons éviter de ramener dans notre esprit des images différentes de la vie du Christ, ou sinon... Pourquoi ?

Pour que le Diable ne puisse pas nous tromper avec des illusions. L'imagination est bonne, c'est un grand pouvoir si on l'utilise à bon escient. Certaines personnes peuvent voir, par exemple, un paysage et, après un an, s'en souvenir exactement comme il est et le dépeindre. C'est un talent que Dieu donne à l'homme mais le Diable l'exploite. Ceux qui tombent dans l'illusion, tout ce qu'ils voient ou lisent, ils l'imaginent comme ils veulent et ensuite ils considèrent cette fausse image comme la réalité. Pour être aidés, ils ont besoin de beaucoup de vigilance car le Diable les trompe toujours.

C'est pourquoi celui qui a une riche imagination et c'est dans sa nature, doit s'inquiéter quand on lui dit qu'il ne pense pas bien et remettre en question sa pensée. 

J'ai connu une femme simple qui priait tout le temps et demandait au Christ de lui apparaître dans cette vie surtout car elle ne pouvait pas le voir dans l'au-delà selon elle. Et en effet, le Christ lui est apparu pendant sa communion en tant qu'enfant dans le Saint Calice avec ses cheveux pleins de sang et après cela il a disparu et elle a pu prendre la Sainte Eucharistie.

Après cet événement, le Diable a commencé à la tourmenter en lui faisant croire qu'elle était quelqu'un. Puis il a commencé à la tourmenter avec l'imagination et lui a montré des films de cinéma. Une fois, alors que je sortais dans le monde, je l'ai trouvée dans une maison et j'ai entendu ses fantasmes qu'elle racontait aux hommes et aux femmes qui étaient réunis là. J'ai essayé de la faire revenir à la raison. La seule solution était de bien la secouer devant tout le monde pour que ses illusions soient révélées et qu'elle s'humilie.

"Tout cela n'était que son imagination ?

"Imagination et délire.

"Père, n'en a-t-elle pas parlé à son confesseur ?

"Sais-tu comment sont les choses ? Satan les trompe avec ce qu'ils voient, ils ne s'inquiètent pas et ne pensent pas qu'ils doivent en parler à leur confesseur. Le Diable est un grand expert. Il est effrayant !

Si l'homme ne garde pas son imagination, le Tentateur peut exploiter même un simple fait naturel et le tromper. Au monastère de Stomiu, j'allumais le poêle en hiver quand je lisais les prières des vêpres. Les femmes qui montaient parfois au monastère remarquaient que l'icône de la Sainte Mère de Dieu sur l'iconostase faisait un bruit de craquement-craquement pendant les Vêpres - je n'avais pas remarqué cela - et elles se le disaient entre elles : Pendant que le moine lit les Vêpres, l'icône de la Sainte Mère de Dieu émet ce son crac-crac. Quand j'ai entendu cela, j'ai dit : Laissez-moi voir l'icône qui fait ce bruit. Pas parce que je ne crois pas aux signes divins. Je crois que la Sainte Mère de Dieu se montre et parle et que la voient ceux qui ont un bon niveau spirituel, mais il faut à cela une grande attention. Que s'est-il passé ? L'icône était vieille et il y avait des petits morceaux de bois à l'intérieur. Quand le feu brûlait dans le poêle, le morceau de bois devenait chaud et par dilatation il faisait ce bruit. Je l'ai clouée et le bruit s'est arrêté. J'ai alors demandé aux femmes : " Maintenant, entendez-vous d'autres bruits ?

Non", me répondirent-elles.

Eh bien, ne faites pas attention à cela. Il faut faire très attention parce que si l'imagination est lentement cultivée, toute la vie de l'homme est perdue.

Père, comment peut-on savoir si quelque chose vient de Dieu ou du Diable ?

C'est visible. Si ce n'est pas de Dieu, le Diable apporte des pensées d'orgueil. Et puis tout ce qui est fait par le Diable est grossier ; les résultats sont des blasphèmes. Une fois, un homme trompé et possédé est venu dans ma cabane. Je lui ai dit certaines choses et je l'ai aidé. Sais-tu ce qu'il m'a dit ? C'est la première fois que j'entends ces choses. Je ne les ai pas lues dans l'Évangile. Il m'a dit : " Tu les as dites mieux que le Christ. Comprenez-vous ce que le Diable fait pour vous amener à penser à l'orgueil ?

De toute façon, si l'homme ne comprend pas qu'il ne peut rien faire par sa propre puissance et que tout ce qu'il fait, il le fait avec la puissance du Christ, même s'ils sortaient des milliers de démons des possédés, ce serait en vain.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

mercredi 15 septembre 2021

Saint Luc de Crimée: SUR LA DISTRACTION PENDANT LA PRIÈRE (3)

 



Ainsi, en lisant l'Évangile, on a l'impression d'entendre le Seigneur Jésus Lui-même. C'est comme s'il apparaissait devant nous, alors l'évêque doit enlever le signe le plus élevé de sa dignité sacrée - l'homophorion - et ce faisant, il montre son humilité devant le Christ.

De même, pendant la Grande Entrée, le diskos avec le pain béni et le calice avec le vin signifient que le Seigneur va souffrir, et l'évêque, rencontrant le Christ aux Portes Royales, acceptant la coupe et le diskos du prêtre et du diacre, doit à nouveau enlever l'homophorion.

Et puis, quand vient le moment le plus important du sacrement de l'Eucharistie, quand l'évêque prononce les grandes paroles du Christ : Prenez, mangez, ceci est Mon Corps qui est rompu pour vous pour la rémission des péchés, et Buvez-en tous ; ceci est Mon Sang, celui du Nouveau Testament, qui est versé pour vous et pour la multitude, pour la rémission des péchés (Matthieu 26:26-28), lorsque l'évêque bénit le pain et le vin, invoquant l'Esprit Saint, par la puissance duquel le pain et le vin sont transformés en Corps et Sang véritables du Christ, alors il doit être dans la plénitude de ses vêtements sacrés lorsqu'il accomplit le grand Sacrement. Une fois le sacrement accompli, il est nécessaire d'enlever l'homophorion, car le Christ lui-même est là ; l'évêque doit donc l'enlever.

Il ne s'agit pas de s'habiller, mais d'actions sacrées avec une profonde signification symbolique. Par conséquent, ne soyez pas gênés par la grandeur et la splendeur du service hiérarchique - cela ne vous empêche pas de prier. Au contraire, pour ceux qui comprennent la grande signification de la Liturgie, cela conduit à une prière profonde.

Seul le vagabondage constant de vos pensées vous entrave, car vous êtes dans l'agitation constante du monde. Vous concentrez rarement votre esprit sur ce qui est le plus important, le plus grand et le plus saint. Comprenez combien il est difficile d'apprendre à prier ; comprenez que la prière, exempte de distraction, exempte de pensées vagabondes, n'est réalisée que par les saints. Laissez-vous pénétrer par l'humble conscience que ta prière est faible parce que vous êtes loin de la sainteté.

Priez du mieux que vous pouvez, sincèrement, comme les petits enfants. Le Christ entend ta prière, car aussi faible qu'elle soit, elle s'élève très haut vers Dieu, et le Seigneur accepte toutes les prières. Ne vous découragez pas, ne restez pas inactif, ne vous attendez pas à ce que ta prière soit libérée de toute distraction rapidement et facilement.


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

ORTHOCHRISTIAN

mardi 14 septembre 2021

Saint Luc de Crimée: SUR LA DISTRACTION PENDANT LA PRIÈRE

 


De nombreuses personnes font référence à l'imperfection de notre nature. C'est comme si une personne qui ne sait pas nager se jetait à l'eau et, ne pouvant pas flotter, se disait : "Mon corps est plus lourd que l'eau, je ne peux pas flotter. Que puis-je faire si la nature de mon corps est telle qu'il est impossible de nager ? Ce n'est même pas la peine d'essayer." N'est-ce pas ridicule ? N'y a-t-il pas beaucoup de gens qui peuvent nager et flotter sans problème ? Le fait est qu'ils ne veulent pas apprendre à nager, donc il n'y a aucune raison de blâmer la nature lorsqu'ils sont distraits pendant la prière. Ce n'est pas la nature qui est à blâmer, mais leur refus de concentrer leur esprit sur la prière.

Le saint prophète David a dit : Heureux l'homme dont le secours vient de toi, Seigneur ; dans son cœur, il a résolu de s'élever (Ps. 83:6). Heureux l'homme qui a du secours en Dieu. Pourquoi a-t-il de l'aide ? Parce qu'il a voulu s'élever dans son coeur, parce qu'il a voulu, dans son coeur, s'élever toujours plus haut vers Dieu. C'est une bénédiction pour une telle personne - elle recevra l'aide de Dieu, elle recevra aussi la puissance de la prière. Malheur à l'homme qui ne s'élève pas avec son cœur, qui n'a pas peur du fait que son cœur descende de plus en plus bas, qui est rempli de plus en plus de passions viles et mauvaises. Une telle personne n'aura pas l'aide de Dieu, et une telle personne ne sera pas capable de prier.

Le saint prophète Jérémie dit : "Jusqu'à quand tes pensées douloureuses seront-elles en toi ? (Jér. 4:14). C'est la chose la plus importante qui est nécessaire : Nous devons expulser toutes nos mauvaises pensées de notre cœur. Combien de mauvaises pensées nous avons, et combien nous sommes lents à expulser ces pensées de notre cœur ! Et si notre cœur est rempli de mauvaises pensées, comment pourrons-nous prier ?

Vous voyez : La distraction dans la prière vient du fait que le cœur ne s'élève pas toujours, du matin au soir, vers Dieu, que les gens n'ont pas fait de l'ascension vers Dieu le but de leur vie et ne remarquent pas qu'ils ne montent pas vers Dieu, mais descendent de plus en plus bas.

C'est pourquoi ils n'ont pas de prière.

Il existe une grande prière, considérée comme la plus importante et la plus fondamentale pour les moines, prière qu'ils font en se prosternant ou en s'inclinant : "Seigneur, Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur." Cette prière a un grand pouvoir, et celui qui s'y habitue, qui la répète constamment, reçoit invariablement la Grâce de Dieu et apprend à prier. Mais lorsque je conseille aux gens de commencer par cette prière, ils essaient puis abandonnent rapidement et disent : " Nous répétons la prière machinalement, mais nous n'en voyons aucun bénéfice. " Ils veulent tout tout de suite, ils veulent obtenir des bénéfices rapidement, ils ne comprennent pas que ce n'est qu'au prix d'un long travail spirituel et physique qu'on peut acquérir une grande capacité à prier, et que cela n'est accordé à personne tout de suite.

Certains se plaignent même que les services hiérarchiques les distraient : Pourquoi l'évêque change-t-il toujours de vêtement ? Pourquoi cet habillement ? Ils ne comprennent pas ce dont il s'agit. Bien sûr, il n'y a pas de déguisement : vous voyez que l'homophorion est retiré de l'évêque à plusieurs reprises, puis remis. Qu'est-ce que cela signifie et pourquoi fait-on cela ?

Si vous savez cela, vous ne parlerez pas de vous habiller, vous ne serez pas dérangés, l'enlèvement et le retour de l'homophorion ne vous dérangeront pas. L'homophorion est le plus important des vêtements de l'évêque. Tous les vêtements sacrés ont une signification particulière, et l'omophorion représente la brebis perdue que le Seigneur Jésus a trouvée dans le désert et a prise sur ses épaules. L'homophorion dénote ce devoir de l'évêque, le berger du Christ, de trouver et de porter sur ses épaules les brebis perdues. L'évêque représente le Seigneur Jésus lui-même, mais pendant la Liturgie, il y a des moments où c'est comme si le Christ lui-même apparaissait devant nous.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

ORTHOCHRISTIAN


lundi 13 septembre 2021

Saint Luc de Crimée: SUR LA DISTRACTION PENDANT LA PRIÈRE (1)

 asceticexperience.com

Dans le passé, et encore aujourd'hui, on m'a souvent demandé comment apprendre à prier, comment se débarrasser de la distraction pendant la prière. Ils disent que lorsqu'ils prient, tout les  distrait et disperse leurs pensées, même un rayon de lumière tombant sur une icône. Le faste de la liturgie hiérarchique les distrait également de la prière. Ils disent : " Nous ne pouvons pas nous concentrer, nous ne pouvons pas prier correctement. " Et ils me demandent de leur apprendre.

Est-ce que c'est simple ? Oh non, ce n'est pas simple du tout. Car, que me demandent-ils de leur enseigner ? Le plus grand, le plus difficile de tous les actes humains. Car qu'est-ce que la prière, la vraie prière ? Une communication directe de l'esprit humain avec Dieu.

Si c'est ainsi que vous comprenez la prière, je vais vous donner la réponse la plus importante à la question de savoir comment vous débarrasser de la distraction. Je vous dirai que si la prière est une communication avec Dieu, alors nous devons être dignes de cette communication, nous devons en être capables. Mais si une personne est constamment enveloppée dans la vanité du monde, si elle se souvient rarement, voire jamais, de Dieu, si elle est embourbée dans les passions, les convoitises et les péchés, comment l'entrée d'une telle personne dans la communication avec Dieu peut-elle être facile ou simple ?

La communication avec Dieu exige un grand exploit spirituel [podvig]. Elle exige que toutes vos pensées et aspirations soient dirigées vers le haut, vers ce qui est saint, vers Dieu. Ceux qui apprennent à prier profondément et sincèrement sont ceux qui dirigent constamment leurs pensées et leurs aspirations vers Dieu, qui essaient de toutes leurs forces de se débarrasser de la vanité terrestre, des soucis quotidiens ; ils consacrent beaucoup de temps à la lecture des Saintes Écritures, des œuvres des Saints Pères, ils prient souvent et avec ferveur, et surtout, ils accomplissent avec diligence les commandements du Christ. Car le Seigneur appelle son ami seulement celui qui garde Ses commandements et devient proche du Christ. Voilà la réponse principale : Nous devons nous efforcer d'atteindre la sainteté, nous devons nous efforcer, dans la mesure où cela est en notre pouvoir, de tourner toutes nos pensées, notre esprit vers Dieu.

Les grands philosophes, les grands scientifiques, dont les pensées sont toujours concentrées sur les questions les plus importantes de l'existence, sur les questions scientifiques difficiles, sont toujours concentrés. Leurs pensées sont enchaînées à ces questions, et ne sont pas dispersées, leurs pensées ne vagabondent pas ici et là. Ils gardent leurs pensées sur ce sujet important auquel ils ont consacré leur vie. Ils sont toujours concentrés, et nous devrions les imiter. De même qu'ils concentrent toutes leurs pensées et leurs aspirations sur des questions très élevées de philosophie et de science, de même nous devons vivre en Dieu, nos pensées doivent toujours être tournées vers le haut si nous voulons être en communication avec Dieu. C'est ce qu'ont fait ceux qui étaient forts en esprit et pleins d'amour pour Dieu - ils sont allés dans les forêts sauvages et les déserts parce qu'ils voulaient apprendre, et ils ont appris à prier, parce qu'ils ont remplacé les pensées terrestres par des pensées sur Dieu, et ont concentré leur vie sur l'atteinte de la perfection spirituelle.

Et les personnes qui empruntent un tout autre chemin, vivant dans l'agitation constante du monde, se plaignent : "J'ai beau essayer, la prière ne vient pas. J'ai beau essayer, je suis constamment distrait." Ils en concluent mentalement que si rien ne marche, cela signifie que cela ne vaut pas la peine d'essayer -


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

ORTHOCHRISTIAN

dimanche 12 septembre 2021

Saint Païssios de l'Athos: Prudence avec les visions

 

`Père, quand les gens nous racontent qu'ils ont eu des visions, qu'ils ont vu un saint, que faut-il leur dire?

`Il est bon de leur dire d'être prudents. C'est plus sûr, car tout le monde ne sait pas distinguer si une vision vient de Dieu ou du Diable.

Même si cette vision venait de Dieu, l'homme ne devrait pas la recevoir. Dieu est en quelque sorte ému quand il voit que Sa créature ne reçoit pas la vision, car cela montre qu'elle est humble. Si un saint est bien celui qui apparaît, Dieu sait comment avertir l'âme par la suite d'une autre manière et la guider vers ce qu'Il veut. Il faut faire attention car le Diable peut venir appuyer sur le bouton et allumer son poste de télévision.

J'ai connu une âme qui n'avait pas été aidée par les gens et c'est pourquoi elle avait besoin de l'aide de Dieu. Dieu lui a montré quelque chose pour l'aider. Mais ensuite, le Diable lui a apporté des pensées : 

Si Dieu t'a jugé digne d'avoir cette vision, il a peut-être en tête quelque chose de plus élevé pour toi. 

Dès qu'il a cru cela, le Diable a commencé à faire son travail et l'a contrôlé. Mais Dieu a eu de nouveau pitié de cette âme. Elle a eu une vision et a entendu une voix qui lui a dit : "Ecris au staretz Païssios toutes les visions que tu as eues" et elle m'a écrit une lettre avec toutes les visions qu'elle a eues. 

Le Tentateur l'a troublée. Elle avait bien des visions, mais toutes venaient du Diable. De toutes ces visions, seules la première et la dernière venaient de Dieu. Dieu permit la dernière pour la faire revenir à la raison et la libérer de la tromperie. A la fin, la pauvre femme a écouté ce que je lui ai dit et elle s'est libérée.

Version française Claude lopez-Ginisty

d'après

The Athonite Testimony



samedi 11 septembre 2021

Abba Moïse: La Voie du Salut


Une fidèle demanda à Abba Moïse le Sage :

`Abba, que faire pour mon salut ?

Abba Moïse lui répondit :

Sois comme une flamme ardente dans ta foi. Le fidèle doit être un exemple à suivre pour les autres hommes. Il est bon dans la vie de construire une église, une maison, d'écrire un livre, de prier pour les malades et les malheureux, et si tu ne peux pas faire au moins une partie de ces choses, alors sois humble et bonne avec Dieu et avec tous les hommes.


Version française  Claude Lopez-Ginisty

d'après

Athonite Testimony

vendredi 10 septembre 2021

Père Rafaïl et autres saints de tous les jours

  Paraîtra le 16 septembre une édition de poche du livre 

Père Rafaïl et autres saints de tous les jours 


Ci-dessous la recension faite par Jean-Claude Larchet lors de la sortie du livre de la première édition...

Jean-Claude LARCHET: Recension: Père Tikhon Chevkounov, « Père Rafaïl et autres saints de tous les jours »


Père Tikhon Chevkounov, « Père Rafaïl et autres saints de tous les jours ». Traduit du russe par Maria Luisa Bonaque, Éditions des Syrtes, Genève, 2012, 400 p.

L’archimandrite Tikhon (Chevkounov) – né en 1958 –  est une figure importante et influente de l’Église orthodoxe russe, non seulement parce qu’il est réputé être le confesseur de Vladimir Poutine(lequel a besoin comme tout le monde de se confesser) et parce qu’il est secrétaire exécutif du Conseil patriarcal pour la culture, mais par son activité en tant qu’higoumène. Missionné par le monastère de Pskovo-Petchersky, dont il était moine, pour créer en 1994 un métochion à Moscou, il a fait du monastère de Sretensky (situé boulevard Lioubanka, non loin du tristement célèbre bâtiment du KGB), qui était alors à l’abandon, l’un des monastères les plus dynamiques et les plus rayonnants de la capitale. Devenu stavropégiaque dès 1995, ce monastère, dans les années qui ont suivi sa création, a su attirer de nombreuses personnalités de tous bords et surtout de nombreux jeunes, qui aujourd’hui encore constituent le gros de la foule qui assiste aux services liturgiques. L’higoumène Tikhon y a établi un chœur de qualité, dont le style particulier se caractérise par le dynamisme de ses tempi. Il a installé dans son enceinte un séminaire (dont il est le recteur). Il a créé un site internet – www.pravoslavie.ru – qui reste le plus important de l’Église russe et constitue une référence en matière d’information sur tous les domaines de la vie ecclésiale orthodoxe (on y trouve notamment pour chaque jour le textes des services liturgique accompagnées des illustrations inconographiques et chorales ad hoc), et est bien ancré dans la tradition (à la différence du site concurrent Bogoslov.ru, fortement marqué par des influences occidentales). Il a créé une maison d’édition qui est aujourd’hui la plus importante de Russie. Il y a installé aussi la plus grande librairie religieuse de Russie et le plus beau magasin d’icônes et d’art religieux de Moscou.
 Son livre, qui vient d’être publié en français sous le titre  « Père Rafaïl et autres saints de tous les jours », a été en Russie un événement éditorial : non seulement sa présentation à la bibliothèque de la capitale a rassemblé plus de mille personnes, mais il s’en est vendu à ce jour à 1.200.000 exemplaires ; il a été pendant de nombreux mois au sommet des ventes de livres toutes catégories confondues, et il a obtenu plusieurs prix, dont celui du meilleur livre de l'année 2012. Il a déjà été traduit en anglais (le père Tikhon l'a présenté à la librairie du Congrès à Washington), grec et serbe, et a fait dans les pays francophones, plusieurs mois avant sa parution, l’objet d’une campagne de promotion sur plusieurs sites orthodoxes, dont l'excellent orthodoxologie.

Ce livre se présente comme une sorte d'autobiographie spirituelle de l’archimandrite Tikhon. Il commence au moment où, étudiant à l’Institut cinématographique d’État de  Moscou, son auteur découvre l’orthodoxie avec un petit groupe d’amis, se fait baptiser et découvre, lors d’un court pélerinage au monastère des grottes de Pskovo-Petcherski (également connu sous le nom de Pétchory) sa vocation monastique ; il est constitué ensuite, pour l’essentiel, de ses souvenirs pendant la période où il fut novice et moine de ce monastère (soit entre 1982 et 1992).
À vrai dire le père Tikhon ne se met pas en avant dans ce livre, mais se prend comme prétexte pour donner toute la place à des personnalités qu’il a rencontrées, surtout au monastère de Pétchory. On y trouve la grande figure du starets Ioann Krestiankine, qui fut, au monastère, son père spirituel, mais aussi beaucoup de moines inconnus, qui ont cependant tous une personnalité très typée et souvent pittoresque. Le titre original du livre est : « Несвятые святые », ce que l’on peut traduire par « saints qui ne sont pas (officiellement) saints », ou par « saints qui ne sont pas canonisés ». Ces personnalités ont parfois des défauts bien visibles, un comportement peu conformiste ou une apparence banale, mais le père Tikhon sait découvrir et manifester, au-delà de ces apparences, leur richesse spirituelle profonde et cachée, souvent caractérisée par une foi sans faille, un profond esprit de pénitence, une grande humilité, un amour du prochain sans réserve, et beaucoup de ferveur dans la prière. Ces récits, tout en n’ayant pas la prétention d’atteindre au niveau des vies des saints et des Apophtegmes des Pères du désert, constituent néanmoins des sortes d’apophtegmes de notre temps, qui sont porteurs de précieux enseignements et qui sont d’autant plus touchants et utiles que les personnes décrites ne sont pas représentées comme des êtres parfaits juchés sur des sommets inatteignables, mais comme des êtres qui ont leurs fragilités, leurs failles, leurs irrégularités, leur contradictions, qu’ils parviennent cependant à surmonter par leur foi profonde dans le Christ. Ces récits sont aussi un témoignage précieux sur la richesse spirituelle, les qualités humaines et les joies de la vie monastique, dont l’auteur donne une vision positive, ouverte et même enthousiasmante.
 Le père Tikhon a une aptitude spirituelle particulière pour percevoir et mettre en valeur, avec indulgence et amour, le côté positif des êtres et des situations. Il a aussi un talent particulier pour le faire d’une manière vivante, avec enthousiasme, humour et simplicité, ce qui explique aussi le succès du livre auprès du grand public.
 L’auteur sera à Paris le mercredi 3 avril prochain où il présentera et signera son livre à La Procure de 20h à 21h30.
Nous donnons ci-dessous, comme échantillon représentatif du style de ce livre, des extraits des passages consacrés à celui qui a contribué à lui donner son titre dans l’édition française – le père Rafaïl –, ainsi que la conclusion de l’auteur qui indique bien dans quel esprit il a conçu ce livre (d'autres extraits peuvent être lus ici).
Extrait:
« Le père Rafaïl ne perdait jamais l’occasion de faire preuve d’humilité devant qui que ce soit, y compris le premier venu. Toutefois la chose se passait toujours avec aisance, comme allant de soi et sans aucune préméditation. Il cherchait âprement en tout, si l’on peut dire, des prétextes à l’humilité. Cela venait du fait que son âme sensible avait percé un étonnant secret: par l’humilité, même un simple pécheur se rapproche de Dieu. Et instantanément, sans tarder. Si bien qu’il s’efforçait de trouver même dans de petites choses une raison de s’humilier.
 À table, par exemple, il prenait tout de suite la pomme la moins belle, la plus abîmée et nous laissait les meilleures. Ou lorsque je venais lui rendre visite dans sa paroisse, il me cédait aussitôt son lit. Et en dépit de mes protestations couchait par terre. Et il ne faisait pas cela parce que j’étais un hôte de la capitale. Le grand-père pèlerin, le sacristain d’une paroisse voisine recevaient le même accueil. […]
Les gens considéraient le père Rafaïl de façons différentes. 
Certains ne pouvaient tout simplement pas le voir. D’autres, bien plus nombreux, affirmaient qu’il avait complètement transformé leur vie. Par exemple, le hiéromoine Vassili (Rosliakov), un des trois jeunes moines assassinés à Pâques 1993 à Optino Poustyn, disait: « C’est au père Rafaïl que je dois d’être moine, à lui que je dois d’être prêtre, en fait, je lui dois tout! »
Quel était le secret du charisme du père Rafaïl? À quoi se consacrait-il, en dehors de l’habituelle célébration des offices du dimanche et autres jours de fête à laquelle est tenu un prêtre de village? Il n’est guère difficile de répondre à cette question. Ceux qui le connaissaient diront que le père ne faisait que prendre le thé. Avec tous ceux qui venaient le voir. Un point c’est tout. Non! Parfois, il réparait aussi sa Zaporojets noire pour pouvoir aller rendre visite à l’un ou l’autre et prendre le thé. Et c’est vraiment tout!
 Du point de vue du monde extérieur, il ne faisait strictement rien. Certains le traitaient de fainéant. Mais, visiblement, le père Rafaïl avait conclu un pacte spécial avec le Seigneur: tous ceux avec qui il buvait le thé devenaient des chrétiens orthodoxes. Tous sans exception! De l’athée le plus endurci jusqu’à l’intellectuel complètement déçu par la vie de l’Église,  en passant par le criminel invétéré. Je ne connais personne qui l’ait fréquenté sans renaître de façon radicale à la vie spirituelle.
 À vrai dire, le père Rafaïl ne savait pas faire de sermon en bonne et due forme. Il était au mieux capable de dire: « Euh… , hum!… Frères et sœurs orthodoxes… Bonne fête! »
Mais quand des gens tourmentés et épuisés venaient le voir et qu’il buvait avec eux du thé à sa table de campagne recouverte d’une toile cirée, il se métamorphosait complètement. Un homme ordinaire n’aurait tout simplement pu endurer cet afflux permanent de visiteurs souvent capricieux, entêtés, ayant subi de multiples vexations et accumulé une foule de problèmes et des questions sans fin. Mais le père Rafaïl supportait tout et tout le monde. Le mot supporter ne convient d’ailleurs pas. Personne ne lui pesait. Et il passait du bon temps à prendre le thé, à se souvenir d’un événement intéressant survenu au monastère de Pskovo-Petcherski, à parler des ascètes de jadis, des startsy de Petchory. Au point qu’on n’avait plus envie de quitter sa table et son thé. Même s’il est vrai que la seule conversation ne peut transformer des gens qui se sont irrémédiablement égarés dans notre monde froid ou en eux-mêmes, ce qui est plus terrible encore. Pour cela il faut leur faire découvrir une autre vie, un autre univers où triomphent sans partage, non plus l’absurdité, les souffrances et une cruelle injustice, mais la foi, l’espoir et l’amour tout puissants.
 Et il ne suffit pas de le leur faire découvrir, en le montrant de loin et en les y attirant, mais il faut conduire l’individu dans cet univers-là, le prendre par la main et le placer devant Dieu. Alors seulement, il reconnaîtra soudain Celui qu’il connaît et aime depuis longtemps, son unique Créateur, Sauveur et Père. Alors seulement sa vie peut véritablement changer.
 Toute la question est de savoir comment pénétrer dans ce monde prodigieux. Aucun procédé humain ordinaire ne le permet. Aucun pouvoir terrestre. Aucun piston. Aucune somme d’argent. Le contre-espionnage ou les services secrets sont impuissants à vous aider à l’entrevoir. Avoir fait des études à l’Académie de théologie ou avoir été élevé à la dignité sacerdotale et épiscopale ne garantit même pas d’y déambuler majestueusement.
 Et pourtant, on pouvait y accéder paisiblement aux côtés du père Rafaïl dans sa Zaporojets noire. Il se révélait aussi tout à coup à ceux qui se trouvaient à la maison paroissiale et prenaient le thé avec lui. Pourquoi cela arrivait-il? Tout simplement parce que le père Rafaïl était capable de vous guider génialement à travers ce monde-là. Dieu était Celui pour Lequel il vivait et avec Qui il existait lui-même à chaque instant. Et vers Qui il menait chacune des personnes qui lui étaient envoyées dans sa modeste isba paroissiale.
 Voilà ce qui attirait irrésistiblement les gens chez le père Rafaïl. Et en assez grand nombre, surtout les dernières années. Le père Ioann [Krestiankine] lui envoyait aussi des jeunes et quelques guides spirituels moscovites. Il accueillait tout le monde et personne ne se sentait de trop.
 Il retournait la vision habituelle que beaucoup s’étaient faite du monde. Il savait, à sa façon presque insouciante (il ne fallait pas qu’il soit pris trop au sérieux), donner des réponses si précises, si inattendues aux questions de ses interlocuteurs qu’on en avait parfois le souffle coupé, tant se révélait soudain la vérité de la vie! Cela pouvait se manifester dans les plus petits détails. […].
J’ai appelé ce dernier chapitre « Saints de tous les jours ». Mes amis sont des gens banals, comme il en est beaucoup dans notre Église, et évidemment loin de la canonisation, inutile de le préciser. Mais à la fin de la divine liturgie, quand le grand Mystère a été accompli et que les saints Dons se trouvent dans le sanctuaire sur l’autel, le prêtre proclame : « Les saints Dons aux saints! » Cela signifie que par le corps et par le sang du Christ les gens saints vont communier. Qui sont ces gens ? Ce sont les prêtres et les laïcs présents dans l’église, venus là avec foi et attendant la communion. Car ce sont des chrétiens fidèles et qui aspirent à Dieu. Et, malgré toutes leurs faiblesses et tous leurs péchés, ces hommes, qui constituent l’Église terrestre, sont pour Dieu, des saints.
 Dans notre petit groupe d’amis, le père Rafaïl était indubitablement notre maître. Et non pas tant parce qu’il était devenu prêtre sept ans avant nous, ce qui nous semblait déjà énorme. L’essentiel est que nous voyions en lui un exemple étonnant de la foi vivante. Cette force spirituelle ne se confond avec rien d’autre, quelles que soient les bizarreries ou les faiblesses qui affectent de temps à autre la personne ayant acquis une telle foi.
 Pourquoi aimions-nous tous tant le père Rafaïl? Il avait un côté voyou, il n’était pas capable de faire une homélie qui se tienne, il passait souvent plus de temps avec sa voiture qu’avec nous. Mais il n’est plus là, plus de vingt ans se sont écoulés depuis sa mort, et comme notre âme se languit de lui! 
Dans les moments où un pénible abattement s’insinue en mon âme et veut l’emplir, quand je le vois gagner aussi mes proches, je me souviens des événements liés à la merveilleuse Providence divine. Un ascète a dit que tout chrétien orthodoxe pouvait répandre son Évangile, la joyeuse Nouvelle de sa rencontre avec Dieu. Bien sûr, personne ne compare de tels témoignages avec les livres des apôtres, qui ont vu de leurs propres yeux vivre le Fils de Dieu sur la Terre. Mais nous, tout faibles et pécheurs que nous soyons, nous sommes Ses disciples, et il n’y a rien de plus beau que de contempler les hauts faits de la Providence du Sauveur envers notre monde. J’ai raconté ces histoires à la fraternité du monastère Sretenski, puis à mes étudiants, et, souvent, dans mes sermons. Je suis reconnaissant à tous mes auditeurs qui m’ont poussé à écrire ce livre. »