"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 5 juillet 2020

Sagesse de saint Jean de Cronstadt

***



Notre cœur est comme la terre enténébrée;
l'Evangile est comme le soleil,
éclairant 
et donnant vie à nos cœurs.

Ô Seigneur,
Que le soleil de Ta justice
brille dans nos cœurs!


Saint Jean de Cronstadt


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Chant de l'Apocalypse [Apocalypse 21:1-5]



Apocalypse 21:1-5 Louis Segond 

21 Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n'était plus.


2 Et je vis descendre du ciel, d'auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s'est parée pour son époux.


3 Et j'entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.


4 Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.


5 Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit: Écris; car ces paroles sont certaines et véritables.

Sapience pravoslave


L'hexapsalme
est une symphonie spirituelle,
la vie pour le monde,
il étreint l'âme toute entière
et lui donne la Lumière la plus sublime.


Saint staretz Barsanuphe d'Optino


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

vendredi 3 juillet 2020

Saint Marc d'Ephèse, pilier de l'Orthodoxie: Dernières volontés

Saint Marc d'Ephèse

Après la honteuse fausse union de Florence, saint Marc d’Ephèse s'adressa aux fidèles le jour de son repos en Christ. En voici un extrait :

En ce qui concerne le Patriarche [de Constantinople], je dirai ceci, de peur qu'il ne lui vienne à l'esprit de me témoigner un certain respect lors de l'enterrement de mon humble corps, ou d'envoyer sur ma tombe l'un de ses supérieurs ou de son clergé ou en général l'un de ceux qui sont en communion avec lui, afin de participer à la prière ou de rejoindre les prêtres qui y sont invités parmi nous, pensant qu'à un moment donné, ou peut-être secrètement, j'avais permis la communion avec lui.

Et de peur que mon silence ne donne l'occasion à ceux qui ne connaissent pas bien et pleinement mes opinions de soupçonner une sorte de conciliation, je déclare et témoigne devant les nombreux hommes dignes ici présents que je ne désire, en aucune manière et absolument, et n'accepte pas la communion avec lui ou avec ceux qui sont avec lui, ni dans cette vie ni après ma mort, tout comme (je n'accepte) ni l'Union, ni les dogmes latins, que lui et ses adhérents ont acceptés et pour l'application desquels il a occupé cette place de président, dans le but de renverser les véritables dogmes de l'Église.

Je suis absolument convaincu que plus je m'éloigne de lui et de ceux qui lui ressemblent, plus je suis proche de Dieu et de tous les saints, et que dans la mesure où je m'en éloigne, je suis en union avec la Vérité et avec les Saints Pères, les Théologiens de l'Église ; et je suis également convaincu que ceux qui se comptent avec eux s'éloignent de la Vérité et des bienheureux Maîtres de l'Église.

C'est pourquoi je dis : de même qu'au cours de toute ma vie j'ai été séparé d'eux, de même, au moment de mon départ, et après ma mort, je me détourne des rapports et de la communion avec eux et je fais le vœu et l'ordre qu'aucun d'entre eux ne s'approche de ma sépulture ou de mon tombeau, et de même qu'aucun autre de notre côté, dans le but de tenter de se joindre à nos services divins et de concélébrer ; car ce serait mélanger ce qui ne peut l'être.

Mais il leur convient d'être absolument séparés de nous jusqu'à ce que Dieu accorde la correction et la paix à Son Église. [cité dans The Orthodox Word, juin-juillet 1967, pp. 103 et suivantes].

Par tes prières de saint Marc d’Ephèse, et de tous les saints Pères, enseignants et théologiens, ô Christ notre Dieu, préserve dans la confession orthodoxe Ton Église, pour les siècles des siècles ! Amen !

Source

P. Patrick Burke: LE RETOUR DE LA "NOUVELLE ROME*

Photo: vaticannews.va
Photo: vaticannews.va

Ces réflexions sur la crise actuelle en Ukraine ont été faites par un prêtre anglican de l'Église d'Irlande, de tendance orthodoxe, qui sert dans le comté de Kilkenny, en République d'Irlande. Le père Patrick Burke est diplômé de l'Université nationale d'Irlande et du Trinity College de Dublin, et possède un master de l'Université d'État de Troy, en Alabama.

***

Il y a de nombreuses années, lorsque Constantin a transféré la capitale de l'Empire romain à Byzance et l'a rebaptisée Constantinople, elle a souvent été appelée "la nouvelle Rome". Avec le temps et la disparition de l'Empire, ce titre s'est évanoui. Cependant, les échos de Rome semblent revenir à Byzance. Dans sa lettre à l'Église orthodoxe albanaise, le patriarche œcuménique Bartholomée a revendiqué un degré de juridiction universelle qui semble plus proche de la papauté que de l'Orthodoxie. On peut donc se demander si la Constantinople d'aujourd'hui commence à se considérer à nouveau comme la "Nouvelle Rome."

Ce qui se passe en Ukraine est mal compris, je pense, par la plupart des observateurs occidentaux. Ce n'est pas surprenant. Pendant ma formation de prêtre anglican, j'ai remarqué une chose curieuse concernant l'étude de l'histoire de l'Église. La grande majorité des livres sont partis presque directement de l'établissement du christianisme comme religion officielle de l'Empire romain sous Constantin jusqu'à l'époque de la Réforme au XVe siècle. Il s'agit là d'un décalage de plus de mille ans.

La raison, je pense, est que les livres qui examinent les choses d'un point de vue protestant voulaient sauter par-dessus ce qui était pour eux l'histoire de l'Église catholique romaine ; et même les volumes orientés vers le catholicisme semblaient préférer passer par les longs siècles au cours desquels rien de très dramatique ne s'est produit, afin de pouvoir passer aux années plus exaltantes de conflit et de confrontation qui ont eu lieu lorsque des personnages comme Martin Luther et Jean Calvin sont entrés en scène.

Mais ce saut dans de vastes pans de l'histoire de l'Église a un prix. Et ce prix est une ignorance générale non seulement d'une grande partie de cette histoire, mais aussi une ignorance particulière des relations entre l'Église à l'Est et à l'Ouest, et comment et pourquoi le grand schisme entre les deux a eu lieu au XIe siècle.

Le pourquoi et le comment de cette affaire sont trop complexes pour être abordés ici. Mais une raison très importante de la séparation était un rejet de l'Église d'Orient, conduit, ironiquement, par Constantinople, des revendications de Rome d'avoir une juridiction universelle sur l'ensemble de l'Église. Il ne peut donc sembler qu'étrange que Constantinople semble aujourd'hui vouloir imiter les revendications de son ancien rival.

Comme beaucoup en Occident, ma compréhension de la manière dont les différentes Églises orthodoxes se relient les unes aux autres est relativement pauvre. Mais je pense comprendre le principe de l'autocéphalie, qui est que chacune des églises est indépendante et autonome et qu'aucune des autres églises n'a le droit de s'immiscer dans la manière dont une autre église gère ses affaires. Et bien que je ne sois pas un expert des Canons de l'Église, j'en sais assez pour me rendre compte que rien dans ces Canons ne permet au patriarche œcuménique d'intervenir dans les affaires internes de l'Église en Ukraine, ni même de rejeter les objections à cette ingérence soulevées par l'Église orthodoxe albanaise.

En l'absence d'une base canonique à ces revendications de compétence, il me semble que tout ce qui reste est l'ancien statut de Constantinople en tant que Nouvelle Rome. Cependant, l'Empire a disparu depuis longtemps ; quel besoin a-t-on aujourd'hui d'une Nouvelle Rome ? Et Constantinople ferait bien de réfléchir au fait que si ces revendications devaient avoir un quelconque mérite, l'Ancienne Rome subsisterait encore ; elle ne peut faire valoir ses revendications que si elle accepte celles de l'autre. La résurrection de Constantinople en tant que Nouvelle Rome conduit inexorablement à sa subordination en obéissance à l'Ancienne.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

jeudi 2 juillet 2020

LES DEUX ORTHODOXIES




J'ai pensé à écrire ces lignes pendant un certain temps, mais j'ai eu du mal à définir ce que je comprends des deux façons divergentes de penser au sein de l'Eglise orthodoxe aujourd'hui. Ces deux courants sont peut-être mieux illustrés par les schismes de l'Ancien Calendrier d'un côté, plutôt que d'utiliser comme exemple les monastères du Mont Athos, et d'autre part par leur comparaison avec les tendances modernistes vues dans certaines paroisses des États-Unis et du Royaume-Uni.




Les deux groupes revendiquent un engagement envers la foi orthodoxe et à certains égards envers la Tradition. Ce dernier point est celui où on peut voir le plus clairement la différence, en ce qui concerne la façon dont on considère la pratique de la Tradition et ce qu'ils veulent dire quand ils parlent de la Tradition vivante.


La meilleure façon de réfléchir sur la motivation et l'état d'esprit entre ces différences, a un peu plus à voir avec la soumission de l'esprit. Soumet-on cet esprit à celui des Pères, pour voir et décrire le monde à travers leurs yeux, quoique "déconnecté"qu'il puisse être de la pensée moderne, ou doit-on se soumettre à la pensée moderne quoiqu'elle soit "déconnectée" de la pensée patristique (bien que ce soit plutôt une réinterprétation des Pères pour s'adapter à la pensée moderne par un processus d'acceptation de ce qui est compatible, et de rejet de ces parties incompatibles, en les attribuant à des normes culturelles et aux influences temporelles données de l'époque des Pères)? 

En fait, l'un comprend la Tradition comme étant au-dessus du temps, du lieu et de la culture, et l'autre la comprend comme faisant partie de la culture et façonnée par elle. Tous deux diraient que c'est là l'esprit des Pères et que cela correspond bien à la présence des Eglises dans le monde: une tendance met l'accent sur l'aspect éternel et l'autre sur l'aspect historique.


La pensée moderne a eu un impact énorme sur la Tradition et le travail de nombreux chercheurs a coupé la racine de la Tradition, et en a apparemment arraché le coeur avec leurs recherches et la réinterprétation de l'histoire. La question est, comment allons-nous considérer cette pensée moderne. Allons-nous l'accepter comme étant plus précise car elle est plus à jour, ou devons-nous l'ignorer comme étant sans importance, ou nous en occuper et la critiquer? Beaucoup à ce qu'il semble, en particulier parmi les intellectuels de l'Orthodoxie ont accepté la pensée moderne, et retravaillé l'Orthodoxie dans cette perspective. D'autres l'ont ignorée et ont poursuivi les Traditions comme certains moines du Mont Athos. Quelques-uns ont essayé de la critiquer pour la défense des points de vue traditionnels.


Alors, je pense que l'érudition moderne a besoin d'être prise en compte et traitée avec prudence, je dirais que l'on doit avoir la plus grande prudence avant de l'accepter. Car elle n'est pas fondée sur la soumission à la Tradition, mais sur la recherche de ceux qui sont critiques de la Tradition, et qui n'approchent pas la Tradition avec foi, qu'ils soient à l'intérieur ou hors de l'Eglise. Elle est basée sur de nombreuses hypothèses modernes humanistes qui ne sont pas celles des Pères, ni du Christ.

En fait, la plupart de ceux qui ont été éduqués avec certaines formes d'éducation occidentale sont influencés par elle, ce qui leur rend le fait d'accepter la pensée des Pères très difficile. Combien d'entre nous accepteraient volontiers l'enseignement de saint Basile le Grand, selon lequel il vaut mieux pour une femme rester avec un époux qui la bat? Si on se soumet au Père, alors on apprend certains aspects importants de l'esprit des Pères et de l'Eglise et on se trouverait à la réflexion d'accord avec saint Basile parce que son enseignement est conforme à la spiritualité chrétienne orthodoxe. Personnellement, je pense que si l'on ne peut pas accepter son enseignement, alors on n'a pas encore compris ni saisi l'esprit des Pères orthodoxes en Christ, en distinguant entre le principe et l'application de cet enseignement à l'époque moderne. 



Je crois que la voie orthodoxe doit d'abord se soumettre à la Tradition et l'accepter comme sienne, tel qu'elle est. Jusqu'à ce qu'une telle réflexion soit faite, on ne peut pas saisir l'esprit des Pères. Alors seulement nous pouvons adapter la Tradition pour aller à la rencontre du monde moderne, de sorte qu'elle soit préservée et non pas changée. Ceux qui se sont soumis à la pensée moderne et essaient d'adapter l'Orthodoxie à cette pensée, vont errer et changer la Tradition sans la comprendre. Il y a beaucoup de bonnes questions soulevées par la pensée moderne qui ne devraient pas être ignorées, mais elles doivent être abordées au sein de la Tradition, dans les termes de la Tradition, et non dans les termes de la pensée moderne.


La Tradition est la vie du Christ exprimée dans l'Eglise. C'est la Vérité, une Vérité personnelle et vivante qui est la même hier, aujourd'hui et demain, parce que c'est le Christ Lui-même. Ainsi, là où la pensée moderne est contraire à cela, elle doit être un mensonge et doit être montrée en tant que telle. 


La soumission à la pensée moderne est d'abord la négation de la présence permanente du Christ dans l'Église, Son Corps, pour se soumettre à celle des hommes. Cette façon de penser conduira le christianisme à devenir une autre religion du monde et une autre organisation sociale qui vise à l'amélioration du monde comme une fin en soi plutôt que de chercher d'abord le Royaume des Cieux, et de voir ensuite le monde confirmé et transformé par celui-ci en étant englobé en elle, c'est-à-dire l'Église, qui est dans ce monde, mais pas du monde, en attendant le dernier jour où tout sera renouvelé. 


La pensée moderne est de plus en plus éloignée de l'Evangile, et donc de moins en moins "connectée" avec l'Eglise. Ce n'est pas la Tradition qui n'est plus "connectée" parce qu'elle est en contact avec la Vraie Vie, Qui est le Christ. Le monde s'éloigne plus encore de Lui et est "déconnecté" en rejetant Sa Vie et en la remplaçant par la sienne propre, qui est destinée à mourir parce qu'elle est liée à ce monde de temps et d'espace.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

*
icônes:
"Icons courtesy of www.eikonografos.com 
used with permission"

'Inauguration d'une plaque à la mémoire de Mère Marie au cimetière de Sainte-Geneviève des Bois

mercredi 1 juillet 2020

Archiprêtre Nicolas Balachov:Toute l'histoire du Tomos était une duperie


L'histoire de "l’octroi du tomos" que Piotr Porochenko a essayé de présenter dans l'intérêt politique de sa campagne comme une page exceptionnelle de l'histoire de la lutte pour l'indépendance de l'Ukraine, a au début été pleine de mensonges : promesses de l’administration du président ukrainien de présenter dix, puis vingt et encore plus de signatures des évêques canoniques de l’Eglise ukrainienne orthodoxe qui attendraient le convoité «tomos» pour convaincre le peuple orthodoxe d'Ukraine que le tomos est exactement ce qui manque pour leur bonheur total. P. A. Poroshenko assurait les "exarques" de Constantinople qu'il réglera le "problème de Philarète" en lui promettant qu'en fait, rien dans son "église" ne changera, mais restera " l'intention de maintenir le contrôle.

Le successeur a promis d'être guidé par les conseils de son "père spirituel" qu'il a très vite négligé; les promesses données à l'ancien métropolite Siméon de Vinnitsa ont été non tenues. Il n'a donc rien gagné mais a perdu presque tout son diocèse.

Selon les recherche des experts invités par le Phanar qui «prouvèrent» que la métropole de Kiev en 1686 n'avait pas été donnée à Moscou de façon permanente mais seulement autorisée à ordonner temporairement les métropolitains...

Maintenant, l'ancien «patriarche honoraire» exilé Philarète dit qu'ils ont présenté «le mauvais» tomos. Il a raison, ils ont menti. Et il est difficile de croire que Philarète n'a même pas lu le tomos avant de faire semblant de dissoudre son «Patriarcat de Kiev », qui a ensuite dû être recréé. J'espérais seulement que les fanfares se tairaient, que les Grecs partiraient et que la vie continuera comme avant.

Ça n'a pas marché ! Soit l'âge pèse lourd et l'instinct politique échoue, soit il ne supporte tout simplement pas les nombreuses heures de chantage et de pression du président Poroshenko de l'époque, qui a passé de longues heures seul avec le "patriarche honoraire" dans la nuit devant le "concile de l'unification". Il sentait dans le cœur du vieil homme que tout allait mal, il ne voulait pas aller dans ce "concile", il ne voulait pas signer la dissolution du «patriarcat», mais il a été forcé. Les exarques d'Istanbul ne voulaient pas se déshonorer, ils ne voulaient pas de faux départ pour l'aéroport. Ils ont dû participer à un événement honteux, qui était idéologiquement inspiré par l'administration du président de l'Ukraine, et sur le plan organisationnel, par «le Service de sécurité d'Ukraine ».

Le temps viendra, et toute la vérité sur ces tromperies apparaîtra dans son intégralité. «Car il n'y a rien de secret qui ne deviendrait apparent, ni de secret qui ne deviendrait célèbre et ne serait révélé», selon l'Évangile. Ceux qui ont été trompés ne resteront pas silencieux .

Après tout, la principale personne concernée, le sauveur de la nation et le revivaliste spirituel P.A. Poroshenko, qui siégeait au présidium de ce "concile " à la manière de Saint Constantin le Grand, s’est également trompé dans ses technologues politiques selon lesquelles le tomos garantit une victoire aux élections. Le patriarche Bartholomée, qui croyait que toute l'Ukraine le suivrait, fatiguée du "joug de Moscou" et prête à avaler au moins quelques tomos. Il n'a pas reçu la liste promise de "stavropégies" en propriété.

Réputation perdue. Tout ce qui restait était la nécessité de nous persuader, nous-mêmes et les autres que tout irait bien, que certains autres primats auraient reconnu les «tomos» et les «autocéphales» ukrainiens , et qu'ils le feraient avec gratitude, et même qu'ils se repentiraient d'avoir si longtemps hésité...  J'ai longtemps pensé ...

" Rêves irréels et non réalisés", disent nos Ukrainiens dans de tels cas.

Archiprêtre Nikolai Balachov,
vice-président 
du Département des relations extérieures 
de l'Église du Patriarcat de Moscou,
spécialement pour Interfax Religion

Вся история с томосом была замешана на обмане Traduction pour PO

Constantinople ou Moscou

Nous avons retiré cette vidéo. Si certaines des analyses sont parfaitement justes, certaines conclusions ne sont pas acceptables, et le rejet de saint Luc de Crimée est particulièrement malvenu si l'on considère son intercession et les miracles qu'il accomplit régulièrement. Merci au docteur N.M. dont le commentaire a inspiré le retrait de cette video.

St. Luc le Chirurgien



mardi 30 juin 2020

Un article de Maxime toujours d'actualité!

Monastère Sainte-Catherine - Christ pantocrator VIe - LANKAART


JESUS, FILS et VERBE de DIEU selon nos Ecritures


Pour rappeler à ceux qui se prétendent chrétiens, en ne prenant que ce qui convient à leur entendement limité et qui s'arrangent avec la doctrine comme avec les rayons du supermarché pour remplir le chariot de leur foi 'à leur guise' conformément à la radinerie de leur étroit porte-monnaie spirituel, autrement dit ceux qu'on appelle techniquement des "hérétiques"... que Jésus le Christ, est le Fils et le Verbe de Dieu, notre Créateur, notre Seigneur et notre seul Sauveur venu en ce monde pour sauver les pécheurs dont je suis le premier...
Voici donc ce que l'on trouve dans nos Ecritures Saintes et sur quoi se fonde notre foi.


Matthieu 1:23 Ἰδού, ἡ παρθένοσ ἐν γαστρὶ ἕξει καὶ τέξεται υἱόν, καὶ καλέσουσιν τὸ ὄνομα αὐτοῦ Ἐμμανουήλ, ὅ ἐστιν μεθερμηνευόμενον, Μεθ’ ἡμῶν ὁ θεόσ.
Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. 

Matthieu 3:17
Καὶ ἰδού, φωνὴ ἐκ τῶν οὐρανῶν, λέγουσα, Οὗτόσ ἐστιν ὁ υἱόσ μου ὁ ἀγαπητόσ, ἐν ᾧ εὐδόκησα.
Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection.

Matthieu 8:27
Οἱ δὲ ἄνθρωποι ἐθαύμασαν, λέγοντεσ, Ποταπόσ ἐστιν οὗτοσ, ὅτι καὶ οἱ ἄνεμοι καὶ ἡ θάλασσα ὑπακούουσιν (N ὑπακούουσιν αὐτῷ → αὐτῷ ὑπακούουσιν) αὐτῷ;
Ces hommes furent saisis d'étonnement : Quel est celui-ci, disaient-ils, à qui obéissent même les vents et la mer ? 

Matthieu 8:29
καὶ ἰδού, ἔκραξαν λέγοντεσ, Τί ἡμῖν καὶ σοί, Ἰησοῦ (N Ἰησοῦ → –) υἱὲ τοῦ θεοῦ; Ἦλθεσ ὧδε πρὸ καιροῦ βασανίσαι ἡμᾶσ;
Et voici, ils s'écrièrent : Qu'y a-t-il entre nous et toi, Fils de Dieu ? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps ?

Matthieu 11:27
Πάντα μοι παρεδόθη ὑπὸ τοῦ πατρόσ μου: καὶ οὐδεὶσ ἐπιγινώσκει τὸν υἱόν, εἰ μὴ ὁ πατήρ: οὐδὲ τὸν πατέρα τισ ἐπιγινώσκει, εἰ μὴ ὁ υἱόσ, καὶ ᾧ ἐὰν βούληται ὁ υἱὸσ ἀποκαλύψαι.
Toutes choses m'ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père ; personne non plus ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. 

Matthieu 14:33
οἱ δὲ ἐν τῷ πλοίῳ ἐλθόντεσ (N ἐλθόντεσ → –) προσεκύνησαν αὐτῷ, λέγοντεσ, Ἀληθῶσ θεοῦ υἱὸσ εἶ.
Ceux qui étaient dans la barque vinrent se prosterner devant Jésus, et dirent : Tu es véritablement le Fils de Dieu.

Matthieu 27:43
Πέποιθεν ἐπὶ τὸν θεόν: ῥυσάσθω νῦν (N νῦν αὐτόν → νῦν) αὐτόν, εἰ θέλει αὐτόν. Εἶπεν γὰρ ὅτι θεοῦ εἰμι υἱόσ.
Il s'est confié en Dieu ; que Dieu le délivre maintenant, s'il l'aime. Car il a dit : Je suis Fils de Dieu.

Matthieu 27:54
Ὁ δὲ ἑκατόνταρχοσ καὶ οἱ μετ’ αὐτοῦ τηροῦντεσ τὸν Ἰησοῦν, ἰδόντεσ τὸν σεισμὸν καὶ τὰ γενόμενα, ἐφοβήθησαν σφόδρα, λέγοντεσ, Ἀληθῶσ θεοῦ υἱὸσ ἦν οὗτοσ.
Le centenier et ceux qui étaient avec lui pour garder Jésus, ayant vu le tremblement de terre et ce qui venait d'arriver, furent saisis d'une grande frayeur, et dirent : Assurément, cet homme était Fils de Dieu.

Marc 1:1
Ἀρχὴ τοῦ εὐαγγελίου Ἰησοῦ Χριστοῦ [υἱοῦ θεοῦ].
Commencement de l'Évangile de Jésus Christ, Fils de Dieu. 

Marc 1:24
λέγων, Ἔα, (N Ἔα → –) τί ἡμῖν καὶ σοί, Ἰησοῦ Ναζαρηνέ; Ἦλθεσ ἀπολέσαι ἡμᾶσ; Οἶδά σε τίσ εἶ, ὁ ἅγιοσ τοῦ θεοῦ.
Qu'y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu.

Marc 3:11
Καὶ τὰ πνεύματα τὰ ἀκάθαρτα, ὅταν αὐτὸν ἐθεώρει, (N ἐθεώρει προσέπιπτεν → ἐθεώρουν προσέπιπτον) προσέπιπτεν αὐτῷ, καὶ ἔκραζεν, (N ἔκραζεν λέγοντα → ἔκραζον λέγοντεσ) λέγοντα ὅτι Σὺ εἶ ὁ υἱὸσ τοῦ θεοῦ.
Les esprits impurs, quand ils le voyaient, se prosternaient devant lui, et s'écriaient : Tu es le Fils de Dieu. 

Marc 5:7
καὶ κράξασ φωνῇ μεγάλῃ εἶπεν, (N εἶπεν → λέγει) Τί ἐμοὶ καὶ σοί, Ἰησοῦ, υἱὲ τοῦ θεοῦ τοῦ ὑψίστου; Ὁρκίζω σε τὸν θεόν, μή με βασανίσῃσ.
et s'écria d'une voix forte : Qu'y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très Haut ? Je t'en conjure au nom de Dieu, ne me tourmente pas. 

Luc 1:32
Οὗτοσ ἔσται μέγασ, καὶ υἱὸσ ὑψίστου κληθήσεται: καὶ δώσει αὐτῷ κύριοσ ὁ θεὸσ τὸν θρόνον Δαυὶδ τοῦ πατρὸσ αὐτοῦ,
Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père.

Luc 1:35
Καὶ ἀποκριθεὶσ ὁ ἄγγελοσ εἶπεν αὐτῇ, Πνεῦμα ἅγιον ἐπελεύσεται ἐπὶ σέ, καὶ δύναμισ ὑψίστου ἐπισκιάσει σοι: διὸ καὶ τὸ γεννώμενον ἅγιον κληθήσεται υἱὸσ θεοῦ.
L'ange lui répondit : Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. 

Luc 2:11
ὅτι ἐτέχθη ὑμῖν σήμερον σωτήρ, ὅσ ἐστιν χριστὸσ κύριοσ, ἐν πόλει Δαυίδ.
c'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. 

Jean 1:1-3
Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος.
Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
Οὗτοσ ἦν ἐν ἀρχῇ πρὸσ τὸν θεόν.
Elle était au commencement avec Dieu.
Πάντα δι’ αὐτοῦ ἐγένετο, καὶ χωρὶσ αὐτοῦ ἐγένετο οὐδὲ ἓν ὃ γέγονεν.
Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. 

Jean 1:10
Ἐν τῷ κόσμῳ ἦν, καὶ ὁ κόσμοσ δι’ αὐτοῦ ἐγένετο, καὶ ὁ κόσμοσ αὐτὸν οὐκ ἔγνω.
Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue. 

Jean 1:14
Καὶ ὁ λόγοσ σὰρξ ἐγένετο, καὶ ἐσκήνωσεν ἐν ἡμῖν – καὶ ἐθεασάμεθα τὴν δόξαν αὐτοῦ, δόξαν ὡσ μονογενοῦσ παρὰ πατρόσ – πλήρησ χάριτοσ καὶ ἀληθείασ.
Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.

Jean 1:34
Κἀγὼ ἑώρακα, καὶ μεμαρτύρηκα ὅτι οὗτόσ ἐστιν ὁ υἱὸσ τοῦ θεοῦ.
Et j'ai vu, et j'ai rendu témoignage qu'il est le Fils de Dieu. 

Jean 1:49
Ἀπεκρίθη Ναθαναήλ (N Ναθαναήλ καὶ λέγει αὐτῷ → αὐτῷ Ναθαναήλ) καὶ λέγει αὐτῷ, Ῥαββί, σὺ εἶ ὁ υἱὸσ τοῦ θεοῦ, σὺ εἶ (N εἶ ὁ βασιλεὺσ → βασιλεὺσ εἶ) ὁ βασιλεὺσ τοῦ Ἰσραήλ.

Nathanaël répondit et lui dit : Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël.
Jean 3:13
Καὶ οὐδεὶσ ἀναβέβηκεν εἰσ τὸν οὐρανόν, εἰ μὴ ὁ ἐκ τοῦ οὐρανοῦ καταβάσ, ὁ υἱὸσ τοῦ ἀνθρώπου ὁ (N ὁ ὢν ἐν τῷ οὐρανῷ → –) ὢν ἐν τῷ οὐρανῷ.
Personne n'est monté au ciel, si ce n'est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme qui est dans le ciel. 

Jean 3:16
(Π) Οὕτωσ γὰρ ἠγάπησεν ὁ θεὸσ τὸν κόσμον, ὥστε τὸν υἱὸν αὐτοῦ (N αὐτοῦ → –) τὸν μονογενῆ ἔδωκεν, ἵνα πᾶσ ὁ πιστεύων εἰσ αὐτὸν μὴ ἀπόληται, ἀλλ’ ἔχῃ ζωὴν αἰώνιον.
Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.

Jean 4:25-26
Λέγει αὐτῷ ἡ γυνή, Οἶδα ὅτι Μεσίασ (N Μεσίασ → Μεσσίασ) ἔρχεται – ὁ λεγόμενοσ χριστόσ: ὅταν ἔλθῃ ἐκεῖνοσ, ἀναγγελεῖ ἡμῖν πάντα. (N πάντα → ἅπαντα)
La femme lui dit : Je sais que le Messie doit venir (celui qu'on appelle Christ) ; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses.
Λέγει αὐτῇ ὁ Ἰησοῦσ, Ἐγώ εἰμι, ὁ λαλῶν σοι.
Jésus lui dit : Je le suis, moi qui te parle. 

Jean 5:18
Διὰ τοῦτο οὖν μᾶλλον ἐζήτουν αὐτὸν οἱ Ἰουδαῖοι ἀποκτεῖναι, ὅτι οὐ μόνον ἔλυεν τὸ σάββατον, ἀλλὰ καὶ πατέρα ἴδιον ἔλεγεν τὸν θεόν, ἴσον ἑαυτὸν ποιῶν τῷ θεῷ.
A cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu'il violait le sabbat, mais parce qu'il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu. 

Jean 5:23
ἵνα πάντεσ τιμῶσιν τὸν υἱόν, καθὼσ τιμῶσιν τὸν πατέρα. Ὁ μὴ τιμῶν τὸν υἱόν, οὐ τιμᾷ τὸν πατέρα τὸν πέμψαντα αὐτόν.
afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n'honore pas le Fils n'honore pas le Père qui l'a envoyé.

Jean 5:36-39
Ἐγὼ δὲ ἔχω τὴν μαρτυρίαν μείζω τοῦ Ἰωάννου: τὰ γὰρ ἔργα ἃ ἔδωκέν (N ἔδωκέν → δέδωκέν) μοι ὁ πατὴρ ἵνα τελειώσω αὐτά, αὐτὰ τὰ ἔργα ἃ ἐγὼ (N ἐγὼ ποιῶ → ποιῶ) ποιῶ, μαρτυρεῖ περὶ ἐμοῦ ὅτι ὁ πατήρ με ἀπέσταλκεν.
Moi, j'ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que le Père m'a donné d'accomplir, ces œuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c'est le Père qui m'a envoyé.
Καὶ ὁ πέμψασ με πατήρ, αὐτὸσ (N αὐτὸσ → ἐκεῖνοσ) μεμαρτύρηκεν περὶ ἐμοῦ. Οὔτε φωνὴν αὐτοῦ ἀκηκόατε (N ἀκηκόατε πώποτε → πώποτε ἀκηκόατε) πώποτε, οὔτε εἶδοσ αὐτοῦ ἑωράκατε.
Et le Père qui m'a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n'avez jamais entendu sa voix, vous n'avez point vu sa face,
Καὶ τὸν λόγον αὐτοῦ οὐκ ἔχετε μένοντα (N μένοντα ἐν ὑμῖν → ἐν ὑμῖν μένοντα) ἐν ὑμῖν, ὅτι ὃν ἀπέστειλεν ἐκεῖνοσ, τούτῳ ὑμεῖσ οὐ πιστεύετε.
et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu'il a envoyé.
Ἐρευνᾶτε (N Ἐρευνᾶτε → Ἐραυνᾶτε) τὰσ γραφάσ, ὅτι ὑμεῖσ δοκεῖτε ἐν αὐταῖσ ζωὴν αἰώνιον ἔχειν, καὶ ἐκεῖναί εἰσιν αἱ μαρτυροῦσαι περὶ ἐμοῦ:
Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. 
Jean 6:51
Ἐγώ εἰμι ὁ ἄρτοσ ὁ ζῶν, ὁ ἐκ τοῦ οὐρανοῦ καταβάσ: ἐάν τισ φάγῃ ἐκ τούτου τοῦ ἄρτου, ζήσεται (N ζήσεται → ζήσει) εἰσ τὸν αἰῶνα. Καὶ ὁ ἄρτοσ δὲ ὃν ἐγὼ δώσω, ἡ σάρξ μου ἐστίν, ἣν (N ἣν ἐγὼ δώσω → –) ἐγὼ δώσω ὑπὲρ τῆσ τοῦ κόσμου ζωῆσ.
Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. 

Jean 8:56-58
Ἀβραὰμ ὁ πατὴρ ὑμῶν ἠγαλλιάσατο ἵνα ἴδῃ τὴν ἡμέραν τὴν ἐμήν, καὶ εἶδεν καὶ ἐχάρη.
Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu'il verrait mon jour : il l'a vu, et il s'est réjoui.
Εἶπον οὖν οἱ Ἰουδαῖοι πρὸσ αὐτόν, Πεντήκοντα ἔτη οὔπω ἔχεισ, καὶ Ἀβραὰμ ἑώρακασ;
Les Juifs lui dirent : Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham !
Εἶπεν αὐτοῖσ ὁ (N ὁ → –) Ἰησοῦσ, Ἀμὴν ἀμὴν λέγω ὑμῖν, πρὶν Ἀβραὰμ γενέσθαι, ἐγώ εἰμι.
Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis. 

Jean 10:30
Ἐγὼ καὶ ὁ πατὴρ ἕν ἐσμεν.
Moi et le Père nous sommes un. 

Jean 14:9
Λέγει αὐτῷ ὁ Ἰησοῦσ, Τοσοῦτον (N Τοσοῦτον χρόνον → Τοσούτῳ χρόνῳ) χρόνον μεθ’ ὑμῶν εἰμι, καὶ οὐκ ἔγνωκάσ με, Φίλιππε; Ὁ ἑωρακὼσ ἐμέ, ἑώρακεν τὸν πατέρα: καὶ (N καὶ πῶσ → πῶσ) πῶσ σὺ λέγεισ, Δεῖξον ἡμῖν τὸν πατέρα;
Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père.

Jean 16:28
Ἐξῆλθον παρὰ τοῦ πατρόσ, καὶ ἐλήλυθα εἰσ τὸν κόσμον: πάλιν ἀφίημι τὸν κόσμον, καὶ πορεύομαι πρὸσ τὸν πατέρα.
Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ; maintenant je quitte le monde, et je vais au Père.

Jean 20:28
Καὶ (N Καὶ ἀπεκρίθη → Ἀπεκρίθη) ἀπεκρίθη Θωμᾶσ, καὶ εἶπεν αὐτῷ, Ὁ κύριόσ μου καὶ ὁ θεόσ μου.
Thomas lui répondit : Mon Seigneur et mon Dieu !

lundi 29 juin 2020

UNE LETTRE INCONNUE DE SAINT SILOUANE SUR LES MOINES DES TRANSCARPATES DÉCOUVERTE SUR LE MONT ATHOS

Photo: pravoslavie.ru
Photo : pravoslavie.ru
Les moines des Transcarpates qui ont habité le monastère de Saint Pantéléimon au début du 20ème siècle étaient pleins de joie et de la grâce de Dieu, a écrit Saint Silouane l'Athonite dans une lettre récemment découverte.

Selon Serge Choumilo, le directeur de l'Institut international de l'héritage athonite, une lettre originale de Saint Silouane, datée du 16 avril 1934, a été découverte dans les archives du monastère russe de Saint Pantéléimon.

Dans la lettre, le grand saint du XXe siècle décrit les moines et les novices des Transcarpates qui ont rejoint le monastère dans les années 20 et 30, et qui ont ensuite sauvé le monastère du déclin total dans les années 60 et 70.

Comme le fait remarquer Choumilo, la lettre du célèbre staretz athonite est un témoignage important des liens étroits qui unissent les Transcarpates et le Mont Athos au XXe siècle.

C'est un ajout précieux au livre que nous préparons actuellement sur la base de sources d'archives sur les moines des Transcarpates du Mont Athos, qui devrait être présenté à Oujgorod le 6 novembre lors de la conférence internationale "Transcarpates et Athos : liens spirituels et culturels" (pour le 120e anniversaire de la naissance du moine du Grand Schème Avvakoum (Vakarov) [enfant spirituel des saints Silouane et Alexis (Kabaliouk)]", a expliqué Choumilo.

Le directeur a publié une citation de la lettre nouvellement découverte sur sa page Facebook : "Les moines des Carpates s'épanouissent vraiment et vivent bien ici. Je remercie beaucoup Dieu pour eux, qu'il nous les ait envoyés pour glorifier le Seigneur. Quand ils viennent me voir, je leur dis Comme le Seigneur vous aime et vous a amenés sur la Sainte Montagne, où tous les chemins sont foulés par les prières des saints et comme la Mère de Dieu aime le saint Mont Athos. Ils restent assis et sourient, la joie dans leur cœur, et la grâce de Dieu les réconforte visiblement."

En mai, Choumilo a rapporté qu'il avait découvert des documents d'archives jusqu'alors inconnus qui font la lumière sur l'ascèse et les épreuves que saint Laurent de Tchernigov a endurées.

En mars 2017, Choumilo a fait état de la découverte des reliques su staretz athonite Anikita (Prince Shirinskii-Shikhmatova, 1783-1837), perdues depuis 25 ans.

Version française Claude Lopez-Ginisty
D’après

dimanche 28 juin 2020

Le principal conseil spirituel à tous les fidèles par le Métropolite Onuphre, le jour de sa fête onomastique

Photo: spzh.news

-Votre Béatitude, quel est le principal conseil spirituel que vous donneriez à nos lecteurs le jour de votre fête onomastique, du point de vue de votre expérience spirituelle ?

-Apprenez à vivre dans votre désert spirituel. Nous pouvons apprendre cela de saints comme Saint Onuphre le Grand.

Nous apprenant à prier, le Seigneur dit: Mais toi, quand tu pries, entre dans ta chambre (c'est-à-dire dans ton âme, ton coeur, en toi-même)... et prie ton Père qui est dans le secret ; et ton Père qui voit dans le secret te récompensera ouvertement (Matthieu 6:6).

L'homme doit faire de son âme un désert, dans lequel l'esprit de l'homme, sinon constamment, du moins de temps en temps, doit vivre, c'est-à-dire y entrer et prier, en méditant et en se repentant de ses péchés.

Un désert spirituel n'est pas la désolation de l'âme. Dans le désert de l'âme, il n'y a pas de bêtes de l'orgueil, de bêtes de l'envie et de la licence, de bêtes de la malice de la misanthropie, c'est-à-dire des passions et des vices qui sont des bêtes spirituelles dans notre âme et qui ne nous permettent pas d'y entrer et de prier Dieu tranquillement en paix.

Pour faire de notre âme un désert si béni, nous devons travailler et lutter avec nous-mêmes, avec nos infirmités, nos péchés et nos vices.

L'homme, en se forçant à aller contre le péché, surmonte parfois le péché, et parfois tombe, mais avec l'aide de Dieu, ses tentatives seront nécessairement couronnées de succès. Le péché est vaincu par la force. L'homme fait son effort, et le Seigneur, voyant ses intentions, lui donne la Grâce et la force pour l'aider à surmonter le péché.

Travaillons, chers frères et sœurs, à vaincre nos passions et nos vices. Que nos âmes deviennent des déserts bénis où nous irons prier. Ils sont si nécessaires pour notre salut et pour le salut de ce monde. Alors nous serons au moins un peu comme saint Onuphre, dont l'Église célèbre aujourd'hui la mémoire. Il se tient aujourd'hui aux côtés de tous les saints devant le trône de Dieu et il prie pour nous.

-Votre Béatitude, quel était l'ascèse spirituelle [podvig] principale de saint Onuphre le Grand, votre céleste patron ?

-Saint Onuphre est parti vers le Seigneur à l'âge de septante-neuf ans, mais personne ne l'a vu de son vivant, sauf saint Paphnuce et un autre staretz qui lui a enseigné la vie érémitique avant son départ dans le désert. 

Cependant, sa mémoire est préservée jusqu'à ce jour dans les cœurs humains. Dans l'histoire de l'humanité, il y a eu de nombreux souverains, philosophes et sages qui étaient toujours sur la place publique, qui s'exposaient chaque jour au monde, déclarant leurs visions, leurs pensées et leurs désirs, mais le monde les a déjà oubliés il y a longtemps, et leurs portraits sont couverts de poussière et de toiles d'araignée. Mais quant aux saints qui vivaient dans les déserts et aimaient Dieu, priant pour tous, le monde se souvient d'eux et s'en souviendra à jamais, car le souvenir des justes est accompagné de louanges.

Lorsque nous entendons parler d'une telle vie, nous nous posons souvent la question : "Que pouvons-nous apprendre d'un tel saint ?"

Bien sûr, un ermite ne peut pas être un modèle pour nous au sens littéral du terme. De tels saints nous sont donnés pour nous émerveiller de la Grâce de Dieu. Nous ne pourrons pas vivre comme saint Onuphre le Grand, mais nous devrions implorer l'aide du saint afin d'acquérir la Grâce de Dieu, qui fortifie l'homme pour ces exploits spirituels [podvigs] qui sont compatibles avec dans ses forces.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

samedi 27 juin 2020

Moniale Ekaterina : UNE MONIALE DU MÊME ÂGE QUE LE STARETZ PAÏSSIOS PARLE DU BONHEUR

Nun Ekaterina
Moniale Ekaterina
   
"Connaissez-vous le staretz Païssios l'Athonite ? Nous avons le même âge ! Je suis même un peu plus âgée : il est né en été [le 25 juillet 1924], alors que je suis née au début de l'année, en février." 

En effet, la moniale Ekaterina (Catherine) et saint Païssios sont nés la même année, en 1924. Elle a maintenant quatre-vingt-seize ans, mais si l'on compte son âge à partir de sa tonsure monastique (elle a été tonsurée  en 2019), elle n'a qu'un an. La religieuse est pleine de vivacité spirituelle, de joie et de gratitude envers Dieu, et elle est prête à dire à tout le monde ce qu'est le bonheur.

Tous les gens veulent être heureux. Tout dans le monde se passe dans ce but. Même les guerres et les révolutions ont lieu parce que les gens luttent pour le bonheur. Mais une révolution a-t-elle jamais rendu quelqu'un heureux ? Non ! Et alors ? Peut-être que le bonheur n'existe pas ? Non, il existe !

"Qu'est-ce que le bonheur ? Je sais ce que c'est. J'ai eu beaucoup de bonheur tout au long de ma vie. Vous savez, je suis née il y a très longtemps, en 1924, exactement deux semaines après la mort de Lénine." raconte la moniale Ekaterina.

L'histoire de sa vie est à la fois simple et étonnante, tout comme l'histoire de toute âme qui a trouvé Dieu après de nombreuses années sans Lui.

Tout arrive non sans raison

Malgré son âge, la moniale Ekaterina a des souvenirs très clairs et détaillés des lointaines années 1920, de sa famille et de son enfance. Son père était issu d'une famille de tailleurs et sa mère s'occupait du ménage. En 1923, ses parents ont déménagé à Ekaterinbourg.

"C'est là que je suis née : à Ekaterinbourg et non pas à Sverdlovsk", la moniale Ekaterina montre son acte de naissance décoloré par le temps avec le mot "Ekaterinbourg" à peine lisible, bien que discernable.

With a sister in her childhood.
Avec une sœur dans son enfance.

Mais la nouvelle Galina (nom dans le siècle de la moniale Ekaterina) n'était pas destinée à vivre longtemps à Ekaterinbourg. Lorsqu'elle eut plusieurs mois, les autorités décidèrent de rebaptiser la ville. Des noms très différents furent proposés, parmi lesquels Krasnouralsk, Krasny Oural et même Revancheburg (une allusion à l'exécution de la famille royale dans cette ville). Finalement, en novembre 1924, Ekaterinbourg fut officiellement rebaptisée Sverdlovsk. Ainsi, la ville perdit non seulement son nom d'origine mais aussi presque toutes ses églises. Dans les années 1920, le couvent de Novo-Tikhvin, l'église de l'Ascension et l'église "Maly Zlatoust" ("Petit Chrysostome") furent fermées. Rien qu'en 1930, les cathédrales de la Théophanie et de Sainte-Catherine, ainsi que l'église "Bolchoï Zlatoust" ("Grand Chrysostome") furent démolies, et les églises de la Sainte-Trinité et de la Dormition furent fermées. Les nouvelles autorités firent de leur mieux pour effacer la mémoire de Dieu de la conscience du peuple soviétique.

"A cette époque, les gens ne parlaient pas du tout de la foi", se souvient Mère Ekaterina. Mais un jour, alors que ma mère et moi marchions (je me souviens même de cet endroit !), elle a soudain dit : "Ô Génitrice de Dieu et Vierge, réjouis-toi!"; puis "Notre Père Qui es aux cieux..." ; et elle s'est tue sans rien dire d'autre... Tant d'années ont passé, mais je m'en souviens encore ! Maintenant je comprends que cela n'a pas été dit par hasard, et que le Seigneur a alors allumé une étincelle dans mon cœur."

Un long voyage vers le bonheur

Ensuite, elle a eu la vie d'une jeune femme soviétique typique. Galina a terminé ses études, puis a suivi des cours d'anglais et a obtenu un emploi de professeur à l'école du bâtiment. C'est là qu'elle a rencontré son futur époux Igor Dudine qui  était son élève. Bien qu'ils aient été séparés de six ans, il est immédiatement tombé amoureux de son professeur. Mais il a longtemps hésité à la demander en mariage ou à révéler ses sentiments. Il décida d'abord de recevoir une solide éducation et, après une école technique, il se rendit à Leningrad pour étudier à l'école d'artillerie. Auparavant, c'était l'académie militaire "du Corps des Pages" et dans les années 1940, certains professeurs qui avaient enseigné sous le tsar y travaillaient encore.

Igor Dudine sortit du collège en véritable officier russe : noble et aux manières raffinées. Il rêva de retourner à Sverdlovsk et d'épouser Galina à l'église. Un jour, il vit un couple lors du sacrement de mariage dans une église de Leningrad et fut perdu d’admiration pour eux... Igor fréquentait l'Eglise depuis son enfance ; sa grand-mère lui avait appris qu'en entrant à l'église, il devait faire le signe de Croix et vénérer les icônes.

A son retour à Sverdlovsk, Igor demanda finalement Galina en mariage, et elle accepta. Ensemble ils eurent deux filles

"Tout allait bien dans ma vie. Il est vrai qu'il y eut des hauts et des bas dans notre vie, mais il y eut beaucoup de choses très bonnes et très heureuses. Le Seigneur m'a guidé toute ma vie", raconte la moniale Ekaterina. "Bien sûr, alors je n'ai pas compris qu'Il me guidait. Je nageais juste avec la marée. J'aimais tout et je me sentais bien partout... Et nous avons survécu à la Grande Guerre Patriotique [1939-1945]; et bien que ce fut une période difficile et terrible, mes souvenirs sont lumineux ; nous avons beaucoup travaillé, mais cela nous a apporté de la joie".

La famille et les amis de Galina ne se souviennent pas qu'elle se soit jamais disputée avec quelqu'un, pas même une fois. Elle a toujours aimé tout le monde et a vécu en paix et en harmonie avec tous les gens autour d'elle. Elle avait tout : un mari aimant, de gentils enfants et un travail qu'elle aimait. De quoi d'autre pouvait-elle avoir besoin ? Mais il s'est avéré que son bonheur suprême était encore à venir.

 
   
"J'ai toujours beaucoup lu ; je connaissais tous les classiques de la littérature et d'autres genres aussi. Comme beaucoup d'autres Soviétiques, j'aimais la fantaisie", raconte la moniale Ekaterina avec un sourire.

On dit que Dieu cherche le chemin qui mène au cœur de chaque être humain. Parfois, cela se produit à travers les livres et la musique ; c'est précisément ce qui est également arrivé à Galina. Elle a toujours admiré l'harmonie des mots dans les livres et l'harmonie des sons dans ses mélodies préférées. Parfois, lorsqu'elle entendait une belle mélodie à la radio, elle appelait ses filles :

"Ecoutez, comme c'est beau ! C'est la Sonate au clair de lune de Beethoven !"

Les Dudine avaient une riche bibliothèque. Les temps changèrent aussi : les années 1940 et 1950, marquées par la faim, furent suivies des années 1960 et 1970, plus stables, qui furent suivies de la perestroïka et de la démocratie...

À cette époque, des livres et des magazines sur la foi apparurent. Galina continua à beaucoup lire et c'est par ce passe-temps que Dieu se révéla à elle un jour.

"Un  jour, j'ai lu quelque chose sur la foi, bien que je ne me souvienne pas exactement de quoi il s'agissait", a déclaré la moniale Ekaterina. "Et soudain, je me suis rendu compte que Dieu existe ! [elle pleure]. Et j'ai dit à ma famille, "Les filles, courez rapidement vous faire baptiser!"

À partir de ce moment, leur famille a commencé à fréquenter l'église Saint-Alexandre Nevski qui venait d'être rendue aux fidèles (et qui est devenue bientôt l'église principale du couvent Novo-Tikhvin qui a été ressuscité). Une vie absolument nouvelle commença pour Galina.

"J'étais alors encore très jeune. Je n'avais que soixante-dix ans !"

" ô Seigneur, comme il est facile de vivre avec Toi,!"

Les années passèrent vite. Les deux filles de Galina devinrent moniales. Son mari Igor fut très malade dans les dernières années de sa vie et en 2008, il reposa paisiblement dans les bras de son père spirituel. Et Galina resta... Non, pas seule - avec Dieu !

Elle n'a jamais manqué un service religieux. Les dimanches et jours de fête, on peut toujours la trouver à l'église Saint-Alexandre Nevski du couvent Novo-Tikhvin, au même endroit, près de la chapelle latérale sud. Sa conversation avec Dieu dure depuis une trentaine d'années maintenant...

"Cela fait maintenant cinq ans que je me rends à l'église en taxi. Tous les chauffeurs me connaissent. Quand ils viennent me chercher, ils me demandent quelle fête est célébrée ce jour-là. Et pendant que nous roulons, je leur parle de la fête et je les éduque", dit Mère Ekaterina.

Enfin, le moment de sa tonsure est arrivé. Dès qu'elle a commencé à envisager cette possibilité, une de ses filles l'a appelée du couvent et lui a demandé si elle souhaitait devenir moniale.

"D'abord, elles m'ont suggéré le nom d'Olga. Mais j'ai répondu : "Puis-je prendre le nom d'Ekaterina ? Je suis née à Ekaterinbourg et j'ai reçu la médaille de Sainte Catherine".


Un film de cet événement, dans lequel le métropolite Cyrille d'Ekaterinbourg et de Verkhoturye remet la médaille de Sainte-Catherine à Galina Leonidovna, 94 ans, est toujours d'actualité. La femme vénérait sainte Catherine avant même cet événement, mais elle reçut la médaille comme un signe que cette sainte était sa patronne céleste. C'est pourquoi elle demanda à être nommée Ekaterina dans le monachisme. Aujourd'hui, elle est la plus ancienne moniale du couvent de Novo-Tikhvin.

Lorsqu'on lui demande si elle se sent triste ou seule, elle répond :

"De quoi parlez-vous? J'ai tellement de choses à faire : prier, lire l'Evangile et chanter l'hymne akathiste. Et comment puis-je me sentir seule si je suis avec Dieu ? Et Dieu est joie !"

La moniale Ekaterina dit des choses que son âme connaît par expérience. Avant même sa tonsure, elle a appelé sa fille (qui vit dans un couvent) et lui a demandé de faire une belle inscription pour elle : "Il est si facile de vivre avec Toi, ô Seigneur". Ces mots sont devenus l'expression de son état intérieur. N'est-ce pas étonnant ? Une femme de quatre-vingt-seize ans, bien qu'âgée, seule et faible, est remplie de la joie que les jeunes ne peuvent pas trouver dans leur âme.

With her daughter, a nun
Avec sa fille moniale

La moniale Ekaterina chemina toute sa vie vers le bonheur. Bien qu'elle n'ait rien connu de Dieu pendant de nombreuses années, elle accepta avec gratitude tout ce qu'Il lui envoyait. Elle se réjouissait de tout - de la nature, de la beauté, de sa famille et de ses amis, et de tout type de travail. Dans les moments difficiles, elle ne désespérait pas et ne blâmait personne, au contraire, elle donnait de l'amour à tout le monde. Son âme s'est préparée pour le moment où elle allait connaître Dieu de cette façon.

"Le Seigneur m'a beaucoup donné. J'ai eu beaucoup de joie dans ma vie. J'ai même vécu pour voir un tel bonheur quand j'ai trouvé le Seigneur, et Il m'a même conféré la tonsure monastique. Le bonheur est en Dieu et dans la vie pour Lui".

« Tu es grand, Seigneur, et infiniment louable; grande est ta puissance, et il n’est point de mesure à ta sagesse. » Et c’est Toi que veut louer l’homme, chétive partie de Ta création, être de boue, promenant sa mortalité, et par elle le témoignage de son péché, et la preuve éloquente que tu résistes, Dieu que tu es, aux superbes ! 

Et pourtant il veut Te louer, cet homme, chétive partie de Ta création ! Tu l’excites à se complaire dans Tes louanges ; car Tu nous as faits pour Toi, et notre cœur est inquiet jusqu’à ce qu’il repose en Toi. (Bienheureux Augustin d'Hippone, Livre Premier)

Version française Claude Lopez-Ginisty
D’après
ORTHOCHRISTIAN

vendredi 26 juin 2020

La Voix des Pères Théophores

Tous les Saints de Radonège

+++


Une foi juste ne sert à rien quand la vie est corrompue.

+


L'affliction est permise pour rendre ceux qui sont affligés plus prudents et plus pieux.

+


Ce que la pluie est pour les graines, les larmes le sont pour ceux qui sont affligés...

+


Saint Jean Chrysostome


+++


Sans la contrition du cœur, il est tout à fait impossible de se débarrasser du mal. Le cœur connaît la contrition par un triple contrôle de soi: le contrôle du sommeil, de la nourriture et du repos du corps. L'excès en ces trois choses conduit à la recherche de sa propre satisfaction, et fait ensuite accepter les pensées malignes et il s'oppose à la prière et au travail [spirituel] qui convient.


+


La prière sans distraction est un signe de l'amour de Dieu; mais la prière inattentive et distraite est un signe d'amour des plaisirs.


Saint Côme d'Etolie


+++


Avant tout, puissions nous tous grandir en compréhension SPIRITUELLE, et non rationnelle, ce qui je le crains est la plaie de nous tous pauvres convertis!


Père Seraphim (Rose) de Bienheureuse Mémoire


+++


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

jeudi 25 juin 2020

Saint Nicolas de Jitcha: L'action et la parole



Une bonne action faite en silence

vaut plus qu'une bonne action 
faite et commentée en paroles, 
et elle a incomparablement plus de valeur 
que la plus spirituelle des explications 
sans bonne action.

De saint Nicolas de Myre en Lycie, 
aucune parole n'a été conservée, 
mais ses actions sont restées. 

A trois reprises, 
sans explication, 
il vint de nuit à la maison d'un pauvre homme
et il jeta secrètement 
un sac d'or par la fenêtre.

***
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après