"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 16 décembre 2018

Le Patriarche et les hiérarques d'Istanbul lisent-ils encore l'Ecriture?


*2 Timothée 3:13-17*

Sache bien, par ailleurs, que dans les derniers jours surviendront des moments difficiles. Les hommes en effet seront égoïstes, cupides, vantards, orgueilleux, diffamateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, sacrilèges,sans cœur, sans pitié, médisants, intempérants, intraitables, ennemis du bien, ayant les apparences de la piété mais reniant ce qui en est la force. Ceux-là aussi, évite-les.

[...] Mais ils n’iront pas plus loin, car leur folie sera démasquée aux yeux de tous [...] Quant aux pécheurs et aux charlatans, ils feront toujours plus de progrès dans le mal, à la fois trompeurs et trompés.
Pour toi, tiens-toi à ce que tu as appris et dont tu as acquis la certitude. Tu sais de quels maîtres tu le tiens.

*

Quand cette sinistre comédie va-t-elle finir? N'y a -t-il pas d'asile d'aliénés à Istanbul? Question d'un orthodoxe perplexe...

Que diraient les porte-cotons de Constantinople si Poutine assistait à une réunion du Patriarcat de Moscou? Que disent les américains et la CIA, de la liberté religieuse qu'ils défendent (prétendent-ils)- lorsque l'on tente de forcer la conscience des évêques canoniques? (clg)

*
Sur Orthodoxie.com

I



Le « concile de réunification » à commencé à Kiev, mais avec de grands problèmes. Le président Porochenko a promis au patriarche Bartholomée la participation de 10-15 évêques de l’Église canonique d’Ukraine. Seuls deux se sont présentés : le métropolite Syméon et le métropolite-vicaire Alexandre. Les services de sécurité ukrainiens ont amené à Kiev 10-12 évêques de l’Église canonique et les ont forcés à signer des lettres dans lesquelles ils donnent, au concile, leurs voix au métropolite Syméon. Celui-ci a apporté les lettres au concile, mais cela n’a pas plu aux représentants du Patriarcat oecuménique de Constantinople. Ils ont exigé que les évêques de l’Église canonique viennent en personne. Pour cette raison, le concile a été retardé de trois heures. Il a commencé maintenant. Mais le président Porochenko fait pression sur les évêques pour que tous votent pour Mgr Syméon, car cela est exigé par le Phanar. Or, les évêques du « Patriarcat de Kiev » veulent leur candidat, loyal à Mgr Philarète. Aussi, les travaux du concile ont repris avec un nouveau retard.
(dépêche actualisée à 14:25)
Illustration : la cathédrale Sainte-Sophie à Kiev où se déroule le « concile de réunification ».
Nouvelle actualisation, à 14:55. La photographie ci-dessous (source : Strana) a été prise lors du déroulement du concile. Au centre de la table Mgr Emmanuel de France, à ses côtés le président Porochenko.
II
Le métropolite de Moguilev-Podolsk Agapit (Église orthodoxe d’Ukraine) a été conduit à Kiev par les agents du SBU pour participer au « concile de réunification », ce que celui-ci a refusé
Hier matin, un collaborateur des services de sécurité ukrainiens (SBU) s’est présenté chez le métropolite de Moguilev-Podolsk Agapit (Église canonique d’Ukraine) qui se trouvait alors en Bucovine, et lui a proposé de se rendre à Kiev. Comme l’a dit le métropolite Agapit, le collaborateur du SBU, qui se présentait sous le nom de« Dmitri », soi-disant pour discuter avec le métropolite de Vinnitsk et Bar Syméon. « J’ai téléphoné au métropolite Syméon, et il a confirmé qu’il voulait me parler. Je suis alors allé avec l’homme du SBU à Kiev. Mais je n’ai pas eu la possibilité de parler avec le métropolite Syméon » a déclaré Mgr Agapit. En fait, un deuxième collaborateur du SBU, Dmitri Gorbenko, a rencontré le hiérarque de l’Église canonique dans la capitale. Celui-ci a été logé dans un hôtel et on lui a proposé de rencontrer la direction du SBU. Toutefois, le métropolite Agapit a réussi à entrer en contact avec le député ukrainiens Andreï Derkatch, qui avec le député Vadim Novinski l’ont aidé à fuir la pression du SBU et l’ont amené à la laure des Grottes de Kiev. « Nous avons décidé d’aller à la laure de Kiev afin de rencontrer le métropolite Onuphre et lui raconter la situation… En route, j’ai donné une interview et j’ai dit que je n’irai pas au concile de réunification, étant donné que le primat de notre Église n’a pas donné sa bénédiction, et que notre Église n’y participe pas », a ajouté le métropolite. Vadim Novinski pense que « le SBU accomplit une activité illégale, au moyen de menaces, interrogatoires,procédures pénales dans le but de forcer les hiérarques de l’Église orthodoxe d’Ukraine à participer au concile ». Comme l’a souligné Andreï Derkatch,« ce qui s’est produit avec le métropolite Agapit est une confirmation de plus que le pouvoir agit par la coercition ». Le député a ajouté que d’autres métropolites de l’Église orthodoxe d’Ukraine se trouvent dans une situation difficile, et qu’on peut de la même façon amener à Kiev afin de les forcer à participer au concile. Le député s’est adressé aux collaborateurs du SBU pour leur demander de « cesser les actions illégales » contre l’Église orthodoxe d’Ukraine et ses évêques.
Source (dont photographie de Mgr Agapit) : News.Church.ua

RÉIMPRESSION DE TITRES DE LA COLLECTION « GRANDS SPIRITUELS ORTHODOXES DU XXE SIÈCLE »

RÉIMPRESSION DE TITRES DE LA COLLECTION 
« GRANDS SPIRITUELS ORTHODOXES DU XXE SIÈCLE »

Un certain nombre de titres de la collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle », qui étaient indisponibles depuis plusieurs mois voire plusieurs années, ont été réimprimés par les éditions L’Âge d’Homme et sont actuellement de nouveau disponibles. Il s’agit de :

SAINT NICOLAS VÉLIMIROVITCH, Le Prologue d’Ohrid, tome 2
HIGOUMÈNE NIKON VOROBIEV, Lettres spirituelles
PÈRE ISAAC, L’Ancien Païssios de la Sainte Montagne,
MONIALE JULIANA, Le Père Alexis Métchev, starets de Moscou
ANCIEN JOSEPH L’HÉSYCHASTE, Lettres spirituelles
SAINT PORPHYRE, Anthologie de conseils
SAINT PORPHYRE, Vie et paroles
JEAN-CLAUDE LARCHET, Saint Gabriel, fol-en-Christ de Géorgie


samedi 15 décembre 2018

La crise papiste actuelle de Constantinople n'est pas nouvelle!

Le Christ, seul et unique chef de l'Eglise

-->

Nous assistons actuellement à une aggravation du problème ecclésiastique interne, que l’on peut appeler « l’auto-proclamation » du patriarcat de Constantinople en tant que chef imaginaire de l’Église orthodoxe universelle. En fait, ce n’est pas depuis une décennie que ce problème existe, mais il remonte au plus profond de l'histoire de l'Église. Bien sûr, il est associé à la tendance générale de l'homme au péché d'orgueil, dont la lutte est incessante et s'intensifie parfois lorsque l’homme reçoit la prêtrise. La terrible expérience de Judas qui a partagé la dernière Cène, comme de nombreux autres repas avec le Christ, est un exemple frappant pour tous les temps et toutes les nations. Selon le témoignage de nombreux saints Pères, le péché d'orgueil est la racine de toute chute. Et ce péché fait le plus de tort au corps de l'Église, à tout le peuple de Dieu, dont le Chef est en réalité, le très humble et très doux Seigneur notre Seigneur Jésus-Christ.

L'idée théologique spéculative moderne du patriarcat de Constantinople sur le patriarche de Constantinople en tant que "chef de tous les orthodoxes" est dénoncée par les anciens grands saints - primats de la chaire de Constantinople. Oui, tout patriarche est le «primat» et non pas le «chef» de l'Église. Les saints Grégoire le théologien et Jean Chrysostome témoignent, se fondant sur les Saintes Écritures, que nous avons un seul Chef de l'Église - le Christ [1] . “Nous formons une seule Église, composée harmonieusement de membres d'une même Tête” - le Seigneur Jésus-Christ [2] .

La renaissance de l'idée de néo-papisme oriental dans l'Église de Constantinople a lieu au 20ème siècle. Dès 1950, il y a près de 70 ans, l'archimandrite Sofrony (Sakharov) a témoigné  ce qui suit au sujet des tendances dangereuses prenant de l'ampleur dans le patriarcat de Constantinople:

 Archimandrite Sophrony de Bienheureuse mémoire
«À l'heure actuelle, au sein de notre Sainte Église, il y a un grand danger d’altération de sa doctrine dogmatique, donc un danger d’altération de son être, parce que la conscience dogmatique est organiquement liée au cours entier de la vie spirituelle intérieure. Changez quelque chose dans la conscience dogmatique – et la forme de votre être spirituel changera dans la même mesure. Inversement: dévier dans la vérité dans le domaine de la vie spirituelle intérieure conduit à un changement dans la conscience dogmatique. La perte de la vérité dogmatique aura pour conséquence irréparable la perte de la possibilité de la véritable connaissance de Dieu, dont la plénitude est donnée à l'Église... L’altération en quoi que ce soit d’une partie affectera nécessairement l'ensemble. Si nous altérons maintenant la doctrine sur l'Église, et donc...  la forme de son être, de son existence, comment peut-elle servir de chemin de la vérité pour ses fils ? Vous demandez, en quoi cette altération est-elle visible maintenant? Nous répondons: dans le néo-Papisme constantinopolitain, qui d'une phase théorique tente de passer à une phase pratique »[3]...

NOTES
[1] St Grégoire théologien,  Discours 37. Sur les paroles évangéliques : «Lorsque Jésus eut achevé ces discours...» // Edition russe SPB 1912. Tome I, pp. 510–522, ici, p. 514.

[2] St Jean Chrysostome. Homélies sur les Actes des Apôtres, 23,4. Edition russe en 12 tomes,
SPB, 1898–1906. Тome. 9, 1. pp. 226–235, ici, p. 234.

[3] Hiérom. Sofrony (Sakharov) Единство Церкви по образу Единства Святой Троицы (Православная Триадология как основа Православной Экклезиологии) [L’unité de l’Église à l’image de l’unité de la Sainte Trinité – Triadologie orthodoxe comme fondement de l’ecclésiologie orthodoxe]. Messager de l’Exarchat patriarcal russe d’Europe occidentale,
1950. 2–3. pp. 8–32, ici: pp. 18–19.

I) Les schismatiques ukrainiens de Constantinople remercient leurs maîtres/ Le Patriarcat de Constantinople devrait fusionner avec la CIA, les choses seraient plus claires! 2) La charité chrétienne en action chez les schismatiques

I

LA HIÉRARCHIE CONSTANTINOPLE-UKRAINIENNE RÉCOMPENSE L'ANCIEN CHEF DE LA CIA POUR SON SOUTIEN À LA PROMOTION DE L'ÉGLISE NATIONALE UKRAINIENNE
Kiev, le 13 décembre 2018


 
Philarète Denisenko, le chef du "Patriarcat de Kiev" (PK) a démontré sa gratitude à une autre personnalité du gouvernement américain pour son soutien au projet national-ecclésiastique de l'Ukraine de créer une église autocéphale.

Denisenko a rencontré Jack Devine, l'ancien directeur par intérim et directeur associé de la CIA (!!!), récemment à Kiev. Devine, en ville pour promouvoir son nouveau livre Good Hunting : An American Spymaster's Story, a exprimé son admiration pour le peuple ukrainien qui soutient l'idée d'obtenir un tomos d'autocéphalie de Constantinople.

Il a également loué Denisenko pour ses 30 ans de lutte pour l'autocéphalie et sa défense des droits des chrétiens devant les autorités communistes impies.

De son côté, Denisenko a remercié Devine pour l'aide et le soutien des États-Unis à l'Ukraine dans sa tentative de créer une Église autocéphale, sans lien avec l'Église orthodoxe russe, et, sur la recommandation des membres du conseil de la Ukraine-21st Century Foundation, Denisenko a décoré Devine de l'Ordre de Saint André.

Le président ukrainien Petro Porochenko a régulièrement parlé du projet d'autocéphalie en termes d'identité nationale et de sécurité. Par exemple, il a écrit sur sa page Facebook le 10 décembre que les tomos tant attendues s'inscrivent dans une stratégie politique pour rompre avec le passé colonial de l'Ukraine "et une réorientation vers l'Europe".

Dans son allocution prononcée devant le Conseil de l'Atlantique en septembre, Denisenko s'est également concentré presque exclusivement sur la politique, peignant l'autocéphalie comme un moyen de vaincre le président russe Poutine.

Denisenko et l'État ukrainien n'ont pas caché leur pratique consistant à obtenir la faveur des politiciens américains. En septembre, le chef du PK a rencontré l'ancien vice-président Joe Biden pour le remercier de son soutien à long terme à l'Ukraine et lui décerner l'Ordre du  2e degré, du Saint Prince Vladimir le Grand Égal aux apôtres.

Toujours en septembre, alors qu'il s'exprimait lors du Conseil de l'Atlantique, Philarète a exprimé ses remerciements à l'Amérique : "Nous remercions les Etats-Unis d'avoir soutenu l'intention du Patriarche Bartholomée de nous fournir un tomos d'autocéphalie... Nous espérons que les Etats-Unis nous aideront à mettre un terme à notre affaire ecclésiale".

Philarète a décerné au sénateur John McCain le même Ordre de Saint-Vladimir, 1er degré en 2015, pour son soutien à l'Ukraine pendant les événements d'Euromaidan et l'occupation russe du Donbass et de la Crimée".

En outre, l'ambassadeur itinérant des États-Unis pour la liberté religieuse internationale, Samuel D. Brownback, a rencontré le président ukrainien Petro Porochenko à Kiev le 11 septembre, exprimant le même soutien à la lutte de l'Ukraine contre le Patriarcat de Moscou.

En octobre, le chef du département d'État des États-Unis, Mike Pompeo, a publié vendredi une déclaration exprimant le soutien des États-Unis à la création d'une Église autocéphale en Ukraine.

Le Parti conservateur du Canada a également exprimé son appui au patriarche Bartholomée et à ses actions au Canada.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
ORTHOCHRISTIAN

II


LES SERVICES DE SÉCURITÉ ENLÈVENT UN ÉVÊQUE UKRAINIEN "POUR PARLER AU PRÉSIDENT".
Tchernivitsi, Ukraine, 14 décembre 2018
    
Un évêque de l'Église orthodoxe ukrainienne canonique a été enlevé de force de son domicile aujourd'hui par le Service de sécurité de l'Ukraine (SSU), non pas parce qu'il était arrêté, mais pour être conduit à Kiev pour parler au président Petro Porochenko.

L'archiprêtre Alexandre Bakhov, chef du département juridique de l'UOC, avait déjà prévenu que les évêques seraient emmenés de force au "conseil d'unification" de Constantinople, qui doit se tenir demain à Kiev.

"Vous souvenez-vous que j'ai dit que les évêques de l'UOC [Eglise Ukrainienne canonique] seraient livrés au concile avec une 'protection' ?" A écrit sur sa page Facebook cet après-midi le Père Alexandre.

"Le métropolite Agapit (Bevtsik) de Mogilev-Podolsky et Shargorod est livré de force à Kiev par la SSU."

Il ajoute que la SSU a emmené de force Son Eminence de chez lui dans la province de Tchernivtsi où il séjournait, pour l'emmener à la capitale, "officiellement, pour parler au président !" A ajouté le Père Alexandre.

Cette information a été confirmée à RIA-Novosti par des sources autour du métropolite Agapit.

"Alors, c'est un kidnapping ?" Le Père Alexandre répondit : "Et ils diront qu'il y est allé lui-même !"

"Je ne comprends pas", commente le Père Roman Dubec de Gorlice, Pologne, à propos du message du Père Alexandre, "En Ukraine, les citoyens sont tenus par la loi de parler avec le président ?"

La SSU a aussi récemment interrogé un certain nombre de prêtres pour incitation à l'inimitié religieuse, à la haine et à la trahison, et a accusé Son Éminence le métropolite Pavel de Vyshgorod et de Tchernobyl, l'higoumène de la Laure des Grottes de Kiev, du même motif, et de planifier des provocations contre le "concile" de demain.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Solidarité Kosovo


"Les 10 000 lecteurs de l'Homme Nouveau, bimensuel catholique, ont pu lire début novembre un bel article sur le martyre des chrétiens du Kosovo. Interrogés par le journaliste, des amis de l'association, dont le Père Sava Janjic, higoumène du monastère de Visoki Decani, y présentaient les difficultés que rencontrent quotidiennement les habitants des enclaves serbes. Des persécutions qui ont augmenté en intensité depuis quelques mois, en raison de tensions très fortes entre Belgrade et Pristina.

Aujourd'hui, cet article est déjà un peu daté, ce qui montre bien à quel point la situation, déjà très complexe, se tend de jour en jour.

Un bel article qui a touché certains lecteurs du magazine : l'un d'eux nous a appelé quelques jours après la parution, nous demandant comment il pouvait nous aider à répondre à ce scandale qu'il venait tout juste de découvrir.

Un grand merci à l'Homme Nouveau !"

Cliquez sur le lien suivant:
http://www.solidarite-kosovo.org/images_newsletter/LOUIS-rotated%281%29.pdf

 pour lire l'article :



L'équipe de "Solidarité Kosovo"

PS : les personnes souhaitant nous aider peuvent contribuer au développement de nos activités en nous faisant un don. Par chèque à l’ordre de « Solidarité Kosovo », BP 1777, 38220 Vizille ou par Internet en cliquant sur le lien paypal :


PS2 : « Solidarité Kosovo » étant reconnu d’intérêt général, chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66% du montant du don. A titre d'exemple, un don de 100 € vous permet de déduire 66 € sur la somme de vos impôts à payer. Ainsi votre don ne vous coûte en réalité que 34 €.


www.solidarite-kosovo.org Solidarité Kosovo BP 1777, 38220 VIZILLE, FRANCE


Conformément à la loi« "Informatique et liberté »" du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vousconcernent.Pour vous désinscrire, ENVOYEZ SIMPLEMENT UN MESSAGE SANS RIEN ÉCRIRE D'AUTRE à cette adresse info-unsubscribe@solidarite-kosovo.org

56 hiérarques de l’Église orthodoxe d’Ukraine ont retourné au Phanar la lettre d’invitation au « concile de réunification »

Les hiérarques de l’Église orthodoxe d’Ukraine continuent à retourner au Phanar le message du patriarche de Constantinople Bartholomée les invitant au « concile de réunification ». 56 hiérarques ont déjà renvoyé l’invitation à son expéditeur, sans compter ceux qui ont refusé de l’accepter. Auparavant, le métropolite de Kiev Onuphre, après avoir reçu du patriarche Bartholomée la lettre avec ses ultimatums, ses menaces et son invitation au « concile de réunification », avait renvoyé à son auteur le message dans lettre, sans réponse. 

C’est ainsi qu’ont agi ensuite les autres hiérarques de l’Église orthodoxe d’Ukraine, répondant ainsi aux agissements du Phanar envers l’Église orthodoxe d’Ukraine et ses évêques. Le métropolite de Zaporojié et Mélitopol Luc a également retourné la lettre au patriarche de Constantinople Bartholomée, mais avec une réponse, dans laquelle il a souligné que par ses agissements Constantinople expose l’Église orthodoxe d’Ukraine à la discrimination et aux persécutions. Le patriarche Bartholomée a envoyé ses invitations au « concile de réunification » à l’épiscopat de l’Église orthodoxe d’Ukraine, mais une partie de celle-ci ont été adressées non pas directement aux hiérarques, mais aux représentants des autorités civiles locales, qui ont convoqué les évêques pour leur transmettre le document, faisant pression sur ceux-ci pour qu’ils participent au « concile ». C’est ainsi que, par exemple, le président de l’administration locale de Rovno, Alexeï Moularenko a tendu l’invitation à l’évêque de Doubno Pimène, que celui-ci a refusé de prendre entre ses mains. Dans l’enveloppe contenant l’invitation, chaque évêque a également reçu une copie de la lettre du patriarche Bartholomée au métropolite Onuphre, menacé, en cas d’absence au « concile de réunification » d’être considéré « schismatique » par le Phanar.

vendredi 14 décembre 2018

Prière du Métropolite Onuphre



Son Éminence le Métropolite Onuphre demande qu'aujourd'hui nous renforcions le jeûne et que nous adressions au Seigneur la prière suivante :



"Seigneur ne permets pas la réunion de ce synode des impies. 

Aie pitié de nous pécheurs ,

et protège-nous 

par ta miséricorde. 

Amin."
*

(Merci à Spyridon de nous avoir transmis ce texte!)

MET. KALLISTOS (WARE) : "JE NE SUIS PAS DU TOUT SATISFAIT DE LA POSITION PRISE PAR LE PATRIARCHE BARTHOLOMEW" (+ VIDÉO)


Londres, le 13 décembre 2018
    
Un entretien avec Son Eminence le Métropolite Kallistos (Ware) a été posté hier sur le site "Slovo Bogoslova" ("Parole de théologien"), projet de l'Institut de théologie et de philosophie basé à Saint-Pétersbourg, Russie, dans lequel, entre autres sujets, le célèbre hiérarque partage ses pensées sur la crise actuelle en Ukraine.

L'entrevue est présentée sous forme de texte et de vidéo. La vidéo est doublée en russe, cependant les réponses en anglais du Métropolite Kallistos puissent être facilement entendues :

Après avoir discuté de l'Eucharistie comme principe fondamental de l'unité de l'Église orthodoxe par rapport aux Églises catholique et protestante, le sujet de l'Ukraine est alors abordé. Interrogé sur ce qu'il pense de la situation en Ukraine, le Métropolite Kallistos note d'abord que c'est "extrêmement grave", qu'il en est très affligé et qu'il ne voit pas quelle sera la solution.

Il exprime ensuite son désaccord avec le Patriarcat de Constantinople, dont il est membre :

Bien que je sois Métropolite du Patriarcat œcuménique, je ne suis pas du tout satisfait de la position prise par le Patriarche Bartholomée. Avec tout le respect que je dois à mon Patriarche, je dois dire que je suis d'accord avec l'opinion exprimée par le Patriarcat de Moscou selon laquelle l'Ukraine appartient à l'Eglise russe. Après tout, la Métropole de Kiev a été transférée de l'homophore du Patriarcat œcuménique à celui du Patriarcat de Moscou par un accord de 1676 [1686-AC]. Ainsi, depuis 330 ans, l'Ukraine fait partie de l'Eglise russe.

Et, comme beaucoup d'autres hiérarques, primats et synodes, le Métropolite Kallistos s'oppose alors au caractère unilatéral de telles actions - ici spécifiquement l'abolition des documents de 1686, et ajoute : "C'est un fait historique: l'Ukraine a appartenu à l'Eglise russe."

Il note également que donner l'autocéphalie à Philarète Denisenko et à Macaire Maletitch, dirigeants du "Patriarcat de Kiev" et de l'"Église orthodoxe autocéphale ukrainienne" respectivement, que le Métropolite Kallistos appelle "évêques schismatiques", est une erreur.

Et encore une fois, en harmonie avec tant d'autres voix du monde orthodoxe, le Métropolite Kallistos suggère de convoquer une réunion panorthodoxe des primats - pas seulement de Constantinople et de Moscou, précise-t-il, et peut-être même une extension du Concile de Crète de 2016.

Toutefois, le Métropolite Kallistos ne peut pas non plus être d'accord avec la réponse de l'Église russe aux actions de Constantinople :

En même temps, je suis troublé par les actions du Patriarche de Moscou, du Patriarche Cyrille et de l'Église russe. Je suis troublé qu'ils aient rompu la communion avec Constantinople. Je crois que cette discussion sur la situation en Ukraine doit être considérée dans l'esprit de l'amour fraternel sans rupture de communion. Je ne peux donc pas être entièrement d'accord avec l'une ou l'autre partie. Et je prie pour qu'il y ait une réconciliation.

En cela, le Métropolite Kallistos est en harmonie avec Sa Béatitude Mgr Anastasios, archevêque de l'Église albanaise, qui a également exprimé ses profondes inquiétudes face aux actions de Constantinople, mais aussi son mécontentement face à la réponse de l'Église russe.

Il note également qu'il n'a aucune information privilégiée sur les raisons pour lesquelles le Patriarche Bartholomée a maintenant choisi d'intervenir en Ukraine, bien qu'il note que la décision de l'Église russe de ne pas participer au Concile de Crète a dû être une grande déception pour le Patriarche Bartholomée.

Son Éminence discute également de ses liens avec l'Église russe et de ses vues sur les relations entre l'Église et l'État dans le passé et aujourd'hui, et parle aussi de sa vie personnelle.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

*VIDEO

jeudi 13 décembre 2018

Réponse à l'invitation du Patriarche Bartholomée au "concile" d'union avec les schismatiques


Dans la lettre ci-dessous, Son Eminence le Métropolite Luc de Zaporoje et Mélitopol répond aux invitations envoyées par le Patriarcat de Constantinople à participer à son soi-disant "Concile d'unification" qui vise à créer une nouvelle église en Ukraine. Le Métropolite Luc n'a pas hésité à exprimer son opinion pendant la crise ecclésiastique récente et actuelle, et cette lettre ne fait pas exception. Alors que Sa Béatitude le Métropolite Onuphre de Kiev et de toute l'Ukraine a choisi de rendre son invitation sans réponse à Constantinople, nous donnant un exemple de douceur et d'humilité, le Métropolite Luc nous offre un exemple de zèle brûlant et juste, deux exemples qui sont à la fois bons et nécessaires dans l'Eglise.

***

Cher sujet loyal de la République de Turquie, M. Bartholomée !

(plus connu sous le nom de "Patriarche œcuménique")

Les médias nous ont appris que, par l'intermédiaire des fonctionnaires du gouvernement, vous envoyez des invitations au "Conseil des impies" (Psaume 1, 1). A cet égard, permettez-moi de vous exprimer, à vous et à vos messagers, ma sincère gratitude pour les tentatives que vous faites, par le biais de l'appareil d'Etat ukrainien et de la manipulation des normes du droit canon, pour détruire l'Eglise orthodoxe ukrainienne (successeur de l'Eglise née dans le Dniepr) précédemment reconnue par vous comme la seule Eglise orthodoxe canonique en Ukraine ! Merci pour quoi, demandez-vous ? Parce que par ses actions, vous aidez notre troupeau orthodoxe à entrer dans le Royaume de Dieu, en le soumettant à la discrimination et à la persécution dont il souffre en ce moment. Malheureusement, vous ne connaissez probablement pas le sage proverbe de notre peuple : "L'amour ne peut être forcé". Vos actions sont celles d'une personne aveuglée par la splendeur imaginaire d'une puissance impériale. En participant à des projets politiques visant à diviser l'unité de l'Église, vous avez déjà sérieusement remis en question votre statut honorifique de premier hiérarque de l'Orthodoxie.

Vous déclarez qu'aujourd'hui vous représentez en votre personne la "Mère Eglise" du peuple ukrainien. Cependant, pour une raison ou une autre, vous servez d'inspiration idéologique à une campagne de grande envergure visant à inciter à la haine de l'Église orthodoxe ukrainienne, à l'enlèvement de ses lieux saints, à la persécution de son troupeau, ainsi qu'à saper la position de l'Église orthodoxe en Ukraine face à l'élan croissant en faveur de la "croisade" uniate sur les terres orthodoxes ancestrales ! Quelle sorte de mère aide ainsi à torturer son enfant ?

Ceux qui attendent l'arrivée imminente d'un Tomos n'ont pas peur de crier à leurs réunions des slogans tels que : "Mort aux ennemis!" et sous les murs de notre administration diocésaine - "Les prêtres de Moscou à la potence, comme les communistes !" C'est ainsi que vos nouveaux élèves nous traitent, ainsi qu'ils traitent l'Église orthodoxe ukrainienne en général, qui était en communion eucharistique avec le Siège qui vous a été confié. Derrière ces slogans se cachent des choses terribles : la domination de l'opportunité politique dans toutes les questions importantes de la vie de l'Église, le règne de la persécution totale contre une Église qui ne correspond pas à la ligne idéologique générale de l'élite dirigeante, la profanation de lieux et d'objets saints, et la profanation des canons par d'anciens opposants de l'Orthodoxie qui se cachent maintenant activement sous l'aspect du projet de l'autocéphalie que vous avez encouragé.

Êtes-vous prêt à croire en vous-même dans le "dieu national ukrainien", ou s'agit-il simplement d'une tentative d'amener notre peuple sous votre forme d'origine ? Ou, absolument monstrueux, les procès que vous provoquez sont-ils basés sur vos intérêts commerciaux habituels ?

Dans ses tentatives de subordonner toutes les Églises orthodoxes au trône de Constantinople (comme l'Église catholique l'a fait), vous oubliez qu'il n'y avait pas un prêtre mais un César au pouvoir à l'époque de l'Empire byzantin - un empire qui n'existe plus depuis plusieurs siècles. Et l'une des raisons de sa disparition - peut-être la principale - est qu'à un certain moment, certains de vos prédécesseurs, les patriarches byzantins, ont laissé la foi devenir une monnaie d'échange dans les jeux de la grande politique. C'est dommage que vous n'en ayez pas tenu compte ou que vous l'ayez délibérément oublié. Après tout, il y a plus de 500 ans, c'est précisément la trahison de la foi orthodoxe par Constantinople et son départ vers l'union avec Rome, et non les circonstances géopolitiques de l'époque, qui sont devenues le moteur de l'acquisition de l'indépendance de l'Orthodoxie de Byzance dans les pays de la Rus'.

Merci, M. Bartholomée, de nous avoir aidés à sauver la seule chose que le clergé (que votre trône, pour une raison absurde, imagine être le sien) et ce que le troupeau vous demande est : qu'est-ce qui vous a empêché de nous écouter au printemps ? Qu'est-ce qui vous a tant assombri l'esprit que vous vous considérez comme le patriarche du monde entier ? Peut-être votre prochaine étape sera-t-elle de déclarer que vous avez créé ce monde à partir de rien?

Avec gratitude et espérance dans la compréhension que Dieu a de chacun de nous,

Luc

Métropolite de Zaporoje et Mélitopol'.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

LES PAROISSIENNES DU PATRIARCAT DE KIEV (sic!) ET DE L'EGLISE AUTOCEPHALE (sic), TOUTES DEUX SCHISMATIQUES, EN COMMUNION AVEC CONSTANTINOPLE PREPARENT LE CONCILE

Les prêtres et les croyants ont organisé une bagarre dans l'église du village Vinyatyntsi de la région de Ternopol en Ukraine. La réunion a été créée pour établir le droit de célébrer des cultes entre des représentants de l'Église orthodoxe autocéphale ukrainienne (UAOC) et de l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kiev (UOC-KP). 
Le Concile à venir promet d'être animé!!!



Pas besoin de comprendre l'ukrainien... En direct d'une paroisse de Ternopol revendiquée par les uns et les autres...

Sur Orthodoxie.com Il Regno : « Ukraine – Orthodoxie : La guerre des patriarches » entretien avec le P. Jivko Panev


La journaliste italienne Daniela Sala du bimensuel catholique Il Regno a interviewé le 15 novembre dernier le père Jivko Panev. L’entretien est disponible en ligne sous le titre Ukraine – Orthodoxie : La guerre des patriarches. Vous pouvez le lire aussi en français ci-après:
Il Regno Attualità e docomenti, fascicule n° 20, 2018 15/11/2018, pages 585-593 : http://www.ilregno.it/attualita/2018/20/ucraina-ortodossia-la-guerra-dei-patriarchi-danielasala Ukraine – Orthodoxie : La guerre des patriarches entretien avec le p. Jivko Panev 1. Quelles ont été les conséquences de la décision du Patriarcat œcuménique d’accorder l’autocéphalie à l’Église orthodoxe ukrainienne ? Comment les Églises orthodoxes ontelles réagi ? La première conséquence est la rupture de la communion eucharistique de l’Église orthodoxe russe avec le Patriarcat de Constantinople. Rappelons que cela est déjà arrivé dans les relations entre le Trône œcuménique et la plus nombreuse Église du monde orthodoxe : en 1996 le Patriarcat de Moscou avait aussi rompu la communion eucharistique suite à l’établissement d’une Église orthodoxe d’Estonie par le Patriarcat de Constantinople. Mais cette fois, cette décision du Patriarcat œcuménique est ressentie par l’Église orthodoxe russe non seulement comme une transgression des canons, mais aussi comme une attaque contre le « monde russe » dont la trame est constituée par la langue russe et la foi orthodoxe qui dépasse bien évidemment les frontières de la Russie post-soviétique et dont le berceau se trouve à Kiev. Une deuxième conséquence est aussi que les orthodoxes sont mis devant l’urgence de trouver non seulement une réponse unanime à la question « quel est le sens de l’autocéphalie et de sa manière de l’octroyer », mais aussi à la question de la primauté, c’est-à-dire de la direction de l’Église, à savoir pourquoi et pour quoi la primauté dans l’Église. Certes, quatre Églises orthodoxes locales, par la voie de leurs primats, ont publiquement exprimé leur soutien au Patriarcat de Moscou : le Patriarcat d’Antioche, le Patriarcat d’Alexandrie, le Patriarcat de Serbie et l’Église des pays tchèques et de Slovaquie. Les autres Églises ont préféré se donner un temps de réflexion, mais toutes sont d’accord pour dire que la voie privilégiée est la convocation d’un concile pan-orthodoxe, lequel devrait trouver une solution à la crise « ukrainienne ». 2. Quels sont les difficultés pratiques et le résultat possible de l’octroi de l’autocéphalie ? La volonté affichée du Patriarcat de Constantinople est d’arriver à une seule Église orthodoxe en Ukraine, et pour cette raison, après avoir constaté que le Patriarcat de Moscou n’y est pas parvenu, a pris la décision d’organiser le processus de réunification de toutes les Églises orthodoxes, les deux Églises dites schismatiques1 ainsi que l’Église orthodoxe ukrainienne du 1 Il s’agit de : a) l’Église orthodoxe autocéphale ukrainienne née d’un schisme de l’Église orthodoxe russe en 1920. Son primat actuel est le métropolite Macaire (Milétich). b) L’Église orthodoxe ukrainienne — Patriarcat de Kiev, 2 Patriarcat de Moscou. Un concile de réunification devrait avoir lieu bientôt à Kiev et toutes les trois juridictions orthodoxes y seront conviées pour choisir un primat de la future Église orthodoxe en Ukraine réunifiée. Mais on sait d’ores et déjà que l’Église orthodoxe ukrainienne rattachée au Patriarcat de Moscou n’y participera pas. De plus, il est évident que la question de la personne qui sera élue primat pourrait aussi être un obstacle à un accord final, car le chef du Patriarcat de Kiev, Philarète est connu par son ambition démesurée de devenir coûte que coûte patriarche d’Ukraine. Du temps de l’URSS, très proche des autorités soviétiques, il se fait remarquer par son excellent sens politique pour parvenir à ses fins. À ce titre, une fois devenu métropolite de Kiev en1966, Philarète a longtemps condamné le nationalisme ukrainien et défendu la répression des grecs-catholiques, avant de prendre un virage à 180 degrés à la veille de l’indépendance de l’Ukraine. En 1990, à la mort du patriarche Pimène de Moscou, Philarète a été locum tenens du siège patriarcal et s’était présenté pour être patriarche russe. Il n’a pas été élu. La remarque d’un métropolite grec à son sujet est très pertinente : « Si Philarète avait été élu patriarche de Moscou en 1990, chose qu’il convoitait tant mais qui lui est passée sous le nez, demanderait-il aujourd’hui à devenir métropolite de l’Église autocéphale d’Ukraine ? Et dans l’affirmative, en s’adressant à qui ? Au Synode de Moscou qu’il présiderait lui-même ou à Constantinople qu’aujourd’hui il fait semblant de respecter et devant laquelle soi-disant il s’incline ? ». En tout cas, la solution fort probable est qu’on verra apparaître deux juridictions orthodoxes en Ukraine, une toujours dépendante de Moscou et une deuxième reconnue par la Patriarcat de Constantinople et des Églises qui se joindront aux positions de ce dernier. Lesquelles ? Il est difficile de le savoir à l’heure actuelle ! 3. Les affrontements entre Bartholomée et Cyrille ont affaibli les deux dirigeants en raison des pressions politiques qu’ils subissent ? Les pressions politiques ont toujours eu un rôle dans l’histoire de l’Église, et cela depuis les origines du christianisme : « Les chrétiens vivent dans ce monde, mais ne sont pas de ce monde » pour paraphraser l’auteur inconnu de la lettre à Diognète (IIe siècle apr. J.-C.). Le rôle de la politique des autorités ukrainiennes dans l’obtention de l’autocéphalie ukrainienne est évident. À cela s’ajoutent aussi des facteurs politiques étrangers. D’une part, les États-Unis qui soutiennent l’indépendance ukrainienne dans une stratégie qui a pour visée, selon les dires de constituée en 1992, après l’indépendance de l’Ukraine, d’un schisme avec l’Église orthodoxe ukrainienne rattachée canoniquement au Patriarcat de Moscou. Son primat Philarète, âgé de 89 ans, porte le titre de patriarche de Kiev, a été défroqué et excommunié en 1997 par l’Église orthodoxe russe. Ces deux hiérarques ont fait appel au Patriarcat œcuménique qui le 11 octobre 2018, à son tour, les a rétablis dans leur dignité épiscopale ou sacerdotale, et a aussi reçu leurs fidèles dans la communion ecclésiale. 3 l’ancien conseiller d’État américain Zbigniew Brzezinski2, de modifier la nature même de l’État russe qui sans l’Ukraine cesserait d’être un empire en Eurasie, en la privant de ressources nombreuses et d’un accès à la mer Noire. C’est pour cette raison que nous voyons différentes déclarations des politiques étatsuniens qui soutiennent l’octroi de l’autocéphalie en Ukraine. Le Département d’État américain dans un communiqué de presse intitulé « Liberté religieuse en Ukraine » exprime son respect « pour la capacité des dirigeants religieux orthodoxes d’Ukraine et leurs partisans à poursuivre l’autocéphalie selon leurs convictions ». Le représentant spécial des États-Unis pour l’Ukraine, Kurt Volker, a déclaré que son pays soutient pleinement la création d’une Église locale orthodoxe unique en Ukraine ou l’ancien vice-président américain Joe Biden qui lors d’une rencontre avec le patriarche de Kiev Philarète, a exprimé son soutien à la création d’une Église autocéphale en Ukraine. Le même Philarète a demandé au mois de mai de cette année, aux députés du Parlement européen de soutenir le patriarche œcuménique Bartholomée dans son « combat » contre le Patriarcat de Moscou, mais aussi d’influencer les Églises orthodoxes d’Europe. Pour les autorités ukrainiennes, l’autocéphalie d’une Église sans la tutelle de Moscou est une condition sine qua non de l’indépendance de l’Ukraine, mais aussi un excellent moyen de gagner les prochaines élections présidentielles. Le long des routes on peut voir les panneaux d’affichage avec l’inscription signée par Petro Porochenko : « Une Église indépendante — garantie d’indépendance ». (voir la photographie ci-dessous)

Lire la suite