"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mardi 1 juin 2010

Père Arnold James BERNSTEIN: Qu'est-ce qui exista d'abord, l'Eglise ou le Nouveau Testament? (1)



Comme Juif converti au Christ par le protestantisme évangélique, j'ai naturellement voulu mieux connaître Dieu à travers la lecture des Écritures. En fait, ce fut par la lecture des Évangiles dans le livre interdit appelé Nouveau Testament, à seize ans, que j'en suis venu à croire en Jésus-Christ comme Fils de Dieu et notre Messie promis. Durant mes premières années en tant que chrétien, une grande partie de mon éducation religieuse venait de lectures personnelles de la Bible. Au moment où je suis entré à l'université, j'ai eu une version de poche de toute la Bible qui a été ma compagne constante. J'enregistrais mes passages préférés de l'Écriture dans ma mémoire, et souvent je me les citais à moi-même au moment de la tentation ou à d'autres personnes que je cherchais convertir au Christ. La Bible est devenue pour moi, comme elle l'est encore à ce jour, le livre le plus important qui ait jamais été publié. Je peux dire de tout mon cœur avec l'Apôtre Paul, "Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice" (2 Timothée 3:16).
C'est la bonne nouvelle!

Les mauvaises nouvelles sont que, souvent, je décidais pour moi ce que l'Ecriture voulait dire. Par exemple, je suis devenu si enthousiaste au sujet de savoir que Jésus était mon ami proche et personnel que je pensais que ma propre conscience de Lui était tout ce qu'il fallait en savoir. Donc, je marquais les versets à propos de Jésus avec mon surligneur jaune, mais j'évitais les passages sur Dieu le Père, ou l'Église, ou le baptême. Je voyais la Bible comme un manuel d'instruction céleste. Je ne pensais pas que j'avais besoin de l'Église, sauf comme un bon endroit pour se faire des amis ou pour se pencher plus sur la Bible afin d'être un meilleur do-it-yourself chrétien (i.e. un chrétien qui se fabrique son christianisme). J'en suis venu à penser que je pourrais construire ma vie, et l'Église, par ce livre. Je veux dire, j'ai pris l'expression sola scriptura (L'Ecriture seule) au sérieux! L'histoire du salut était claire pour moi: Dieu avait envoyé Son Fils, ensemble ils avaient envoyé l'Esprit Saint, puis était venu le Nouveau Testament pour expliquer le salut, et, enfin, l'Église s'est développée.

Je n'étais pas loin, mais je n'étais pas assez près.

Je m'empresse de dire que la Bible est tout ce que Dieu veut qu'elle soit. Il n'y a pas de problème avec la Bible. Le problème réside dans la façon dont je l'avais individualisée, la soumettant à mes propres interprétations personnelles, quelques unes pas si mauvaises, d'autres pas si bonnes que cela. (à suivre)

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Aucun commentaire: