"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

lundi 31 mai 2010

La fête de Tous les Saints fut inspirée par une impératrice



La fête de Tous les Saints, à l'origine dédiée aux martyrs, prit une grande importance au IXe siècle, sous le règne de l'empereur romain Léon VI le Sage (886-911). Son épouse, l'impératrice Sainte Théophano (fêtée le Décembre 16) a vécu dans le monde, mais elle n'était pas attachée aux choses de ce monde. Elle fut une grande bienfaitrice des pauvres, et elle a été généreux envers les monastères. Elle fut une véritable mère pour ses sujets, prenant soin des veuves et des orphelins, et consolant les affligés. Théophano consacrait l'essentiel de ses journées aux prières, aux psaumes et à chanter des hymnes à Dieu. Elle fut certainement le constructeur ou la protectrice du monastère de Sainte-Anastasie la Pharmacolytre (Sainte-Anastasie Pharmakolytria) sur l'île de Halki, la deuxième plus grande des Îles des Princes dans la mer de Marmara, à proximité de Constantinople.

Même avant la mort de sainte Théophano en 893 ou 894, son époux commença à construire une église, avec l'intention de la dédier à Théophano, mais elle lui interdit de le faire. Ce fut cet empereur qui décréta que le dimanche après la Pentecôte serait consacré à la Toussaint. Estimant que sa femme était une juste, il savait qu'elle serait aussi à l'honneur chaque fois que la fête de la Toussaint serait célébrée.

Selon la tradition, ce fut Léon qui élargit la fête de la commémoration de tous les martyrs à une commémoration générale de tous les saints, qu'ils soient ou non martyrs.

Version Française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Père Arnold James BERNSTEIN: Surpris par le Christ: Mon voyage du judaïsme au christianisme orthodoxe



Surpris par le Christ est l'histoire d'un homme à la recherche de la vérité et incapable de se reposer jusqu'à ce qu'il la trouve. Élevé dans le Queens, à New York par des parents autrefois juifs orthodoxes dont la foi a été ébranlée par l'Holocauste, Arnold Bernstein continua sa quête personnelle pour le Dieu qu'il sentait instinctivement être là. Il était prêt à accepter Dieu dans la forme qu'Il avait choisi pour Se révéler, et cette forme se révèla être le Christ.

Mais Bernstein s'aperçut bientôt des divergences dans les différentes formes de croyance protestante qui l'entouraient, et ainsi sa quête se poursuivit, cette fois pour aller vers la véritable Eglise. Avec son héritage juif en comme fondement, il tout a étudié et évalué, et finalement il est arrivé à la conclusion que la foi de ses ancêtres n'avait été entièrement respectée et menée à son terme que dans l'Eglise chrétienne orthodoxe.

Surpris par le Christ associe une mémoire captivante de la vie d'un homme dans les temps et des situations historiques (de la guerre des Six Jours au Mouvement des droits civils au sein du Mouvement de Jésus à Berkeley), avec un examen profond des spécificités de la théologie orthodoxe qui font de l'Eglise Orthodoxe, la véritable havre non seulement pour les Juifs chrétiens, mais pour tous ceux qui cherchent à connaître Dieu aussi pleinement qu'Il peut être connu.

Version française Claude Lopez-Ginisty

+

Pour se procurer ce livre:

Hésychie (163)



Au milieu du monde qui s'agite
Tiens fermement le fil ténu de la prière
Et garde la Paix que promet le Christ
Sans perdre la belle espérance

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

dimanche 30 mai 2010

Père Stephen: La lutte pour une Communion véritable



Pour beaucoup de protestants (et quelques autres), dont l'expérience de l'Église a été largement façonnée dans les dernières décennies, l'un des aspects les plus déconcertants de la première visite à une Église orthodoxe est le fait que tous les baptisés, ne sont pas autorisés à recevoir la Communion. En effet, la Communion est réservée aux chrétiens orthodoxes qui se sont préparés (ceci est un autre sujet) pour recevoir les Saints Dons.

Pour certains, c'est une surprise, pour d'autres, non, et pour quelques autres encore, c'est un fait qui est le bienvenu. Quand j'ai visité une église orthodoxe je suis tombé dans ce dernier groupe. Je n'ai pas pu me réjouir de ce que je n'étais pas en mesure de recevoir la Communion, mais je ne me suis pas réjoui parce que je n'étais pas autorisé à le faire (dans l'état de schisme dans lequel je vivais). Quelqu'un m'a dit, "Il y a des choses dans ta vie chrétienne qui doivent être changées avant d'approcher du Calice." J'ai compris cela comme quelque chose de sain.

En effet, la disparition rapide de la discipline de Communion dans la majeure partie du christianisme de la seconde moitié du 20ème siècle a promu ainsi une nouvelle interprétation rapide du sacrement et l'exaltation radicale de l'individu par rapport à l'Église. J'ai plusieurs réflexions à offrir dans ce domaine.

Premièrement - la disparition rapide de la discipline de la Communion signifiait la disparition des frontières. Rien dans l'Eglise ne disait plus: "Non." Avec cela, la vie chrétienne perd sa définition. La "Communion" avec le Christ devient un événement purement subjectif, lui-même dénué de sens en raison de l'absence de frontières. S'il n'y a pas de «Non.», il ne peut y avoir un "Oui." Le Jardin d'Eden, le paradis de la perfection, contenait un seul "Non", une limite. Et pourtant, cette seule limite définissait la communion avec Dieu. En ne mangeant pas [du fruit] de cet arbre, Adam et Eve pouvaient vivre dans l'obéissance. Tout autre repas prend tout son sens de la Communion bienheureuse, car elle est consommée dans l'obéissance. Avec l'acte de désobéissance et la destruction de la seule limite donnée par Dieu, chaque arbre devient un arbre potentiel de la mort. En effet, la Sainte Communion elle-même peut devenir un calice de mort selon les exhortations de saint Paul dans 1 Corinthiens.

Deuxièmement - avec la suppression des frontières, la communion cesse d'être une lutte, et perd l'ascèse qui est essentielle à une saine vie chrétienne. La communion avec Dieu est un don de Dieu - mais, comme le Royaume de Dieu, les "violents s'en emparent par la force" (Matthieu 11:12). Ce verset plutôt étrange est une référence à ceux qui recherchent Dieu de manière telle qu'il n'est pas inapproprié d'utiliser le mot "violence" pour le décrire. Le ministère de Saint Jean-Baptiste a été marqué par son jeûne et ses luttes dans la prière. ce sont de tels efforts qui sont "violentes" dans la vie chrétienne. Ce devrait être la norme dans la vie chrétienne que les saints mystères soient abordés avec l'ascèse. Plutôt que de s'approcher de Dieu avec une attitude de droit ("Ceci est ma Communion") nous nous approchons luttant contre le péché dans notre vie: par le repentir, la confession, le pardon, le jeûne. Dans une vie chrétienne, ce sont des actes d'amour.

Dans toutes nos relations saines un certain niveau d'ascèse est pratiqué, mais il est rare qu'on le reconnaisse comme tel ou qu'on le nomme ainsi. Dans le mariage, nous comprenons que les maris doivent "aimer leurs femmes comme le Christ a aimé l'Église" (Eph. 5:25) c'est-à-dire, qu'ils sont appelés à donner leur vie pour elles. Un mariage romantique construit sur des phrases plutôt que sur des actes de sacrifice d'amour peut trop facilement être un mariage voué à l'échec.

Ce n'est pas que nous gagnions [par nos efforts] la grâce ou le salut - Je soutiens que chaque effort de "lutte" est en soi un effort possible et infusé par la Grâce. [Mais le don de notre salut ne doit pas être assimilé à un homme qui n'a jamais pris une batte de baseball et qui dans la dernière phase d'une partie difficile, s'en emparerait et ferait gagner son équipe...] La Grâce pourrait fonctionner ainsi, mais nous serions avec Walt Disney et non pas avec Jésus-Christ. Ainsi, le Dieu qui nous sauve par la Grâce nous dit: "gardez mes commandements", et un certain nombre d'autres choses. [Une exception: le bon larron. Bien que même il connut sûrement une lutte lorsqu'il se fraya un passage vers ces paroles: "Souviens-toi de moi dans Ton royaume."] Dieu ne nous abandonnera pas si nous entreprenons cette lutte -, mais nous devons lutter- car telle est la vie dans la Grâce.

Avant j'ai été reçu dans l'Église orthodoxe, par nécessité j'ai acquis une autre "approche" de la Communion. Assistant aux Offices avant d'avoir été reçu dans l'Église, je savais que je ne serais pas encore en mesure d'approcher du Calice. Mais j'ai gardé le jeûne. Depuis minuit je n'ai rien mangé. Ainsi, comme le reste de la congrégation, j'ai chanté dans la faim, tandis que le Ciel nous entourait et que Dieu S'est donné à nous sur Son Autel Très Saint. Je ne pouvais pas manger - mais je pouvais lutter pour manger - je pouvais avoir faim.

La faim n'est pas la plénitude de la foi - mais, si je puis m'exprimer ainsi - cela fait partie de la plénitude. Et à certains moments une partie de la plénitude est plus que rien!

Je pense que c'est un point important pour une grande partie de notre vie. Il y a une plénitude de la Coupe du Salut que la plupart d'entre nous n'ont pas encore goûtée, même si nous allons vers la Coupe chaque dimanche. Je ne connais pas encore la plénitude de l'amour pour mes ennemis, ou du pardon de mes amis, ou de cheminer sans crainte (chacun de nous peut allonger cette partie de la liste). Mais je peux savoir quelque chose de la plénitude de la faim pour ces choses et la difficulté quotidienne de lutter pour elles par la Grâce.

Et par la grâce, je prie enfin d'avoir été amené au-delà de cette frontière du péché qui me sépare des autres et de moi-même, uni au Christ et à la liberté qui vient de Lui seul.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après le weblog
Glory to God for all Things

Quand les Grecs et les Turcs chantent ensemble


( voir l'article complet GENOCIDE GREC PONTIQUE )

La migration forcée suite au traité de Lausanne a mené à une élimination presque totale de la présence de la population grecque d’Anatolie, et à une élimination similaire de présence turque en Grèce. Il est impossible de déterminer combien de Grecs du Pont, de Smyrne et du reste de l’Asie mineure moururent entre 1916 et 1923, et combien de Grecs d’Anatolie furent expulsés vers la Grèce ou l’Union Soviétique, d'autant que certains ont transité par la Roumanie ou la Bulgarie à bord des bateaux du SMR25. D’après G.W. Rendel, « ... plus de 500 000 Grecs furent déportés, mais très peu survécurent. » Edward Hale Bierstadt indique que « selon un témoignage officiel, les Turcs ont massacré de sang-froid 1 500 000 Arméniens et 500 000 Grecs, femmes et enfants compris. » 27.
Selon Manus I. Mildrasky dans son livre The Killing Trap, l’estimation des Grecs d’Anatolie qui furent tués s’élève à approximativement 480.000. Il faut enfin remarquer qu'un nombre non négligeable de Pontiques se sont convertis à l'islam et ont déclaré être Turcs pour survivre et garder leurs biens, sans compter les enfants de familles pontiques tuées, qui ont été adoptés et élevés par des Turcs.
Horton fait remarquer que « la plus intelligente des réponses donnée par les responsables de la propagande turque fut que les chrétiens massacrés étaient aussi mauvais que leurs exécuteurs, que c’était du “50-50.” » Sur ce, il indique que « si les Grecs, après les massacres qui ont eu lieu à Smyrne et dans le Pont, avaient massacré tous les Turcs de Grèce, alors là, il y aurait véritablement eu un 50-50 — presque. » En tant que témoin, il salue les Grecs pour leur « attitude […] envers les milliers de Turcs habitant en Grèce, alors qu'en Anatolie les massacres continuaient allègrement… » ce qui, selon lui, est « un des plus beaux chapitres de l’histoire du pays. »

+






Cette chanson provoque beaucoup d'émotion chez les Grecs. Elle est sortis sur un disque 33 tours édité par Minos Matsas, intitulé l'Asie Mineure [Μικρά Ασία], créée par le compositeur Apostolos Kaldaras et le parolierPythagoras, et mettant en vedette des chanteurs Georges Dalaras et Charis Alexiou. L'album examine les événements tragiques de l'incendie et de l'évacuation de Smyrne en 1923 et le transfert ultérieur de la population des Grecs anatoliens en Grèce continentale. De façon significative, elle n'a pas pris le point de vue des nationalistes grecs traditionnels au sujet de cette grande catastrophe. En effet, cette chanson parle de deux personnes, un Turc et un Grec (Romios), qui chantent ensemble, en célébrant la dignité de leurs nations respectives. La date de son enregistrement a également été significative en 1972, année de l'effondrement de la junte fasciste en Grèce.

ΜΕΣ ΤΟΥ BΟΣΠΟΡΟΥ ΤΑ ΣΤΕΝΑ
Musique and paroles: Apostolos Kaldaras / Pythagóras

Μες του Bοσπόρου τα στενά
ο Γιάννης κλαίει τα δειλινά
και ο Μεμέτης πλάι του
πίνει και τραγουδάει του

Τούρκος εγώ και συ Ρωμιός
και γω λαός και συ λαός
Εσύ Χριστό και γω Αλλάχ [x2]
όμως κι οι δυο μας αχ και βαχ [x2]

Με λίγη αγάπη και κρασί
μεθάω κι εγώ, μεθάς και συ
Πιες λίγο από το τάσι μου [x2]
αδέρφι και καρντάση μου [x2]

Τούρκος εγώ...

TRANSLITERATION PHONETIQUE:

Mes stou Vosporou ta stena
o Yiannis klaigei ta dheilina
kai o Memetis plaï tou
pinei kai tragoudhaei tou

Tourkos ego kai esy Romios
Kai go laos kai sy laos
esy Christo kai go Allah
omos ki i dhyo mas ach kai vach

Me ligi agapi kai krasi
methao ki ego methas kai sy
pieis ligo apo to tasi mou
adherfi kai kardasi mou

Tourkos ego etc...

Traduction française:

Dans le détroit du Bosphore
Yannis pleure dans la nuit
Et près de lui Mehmet
Boit et lui chante

Je suis Turc et tu es Romain ( i.e. Grec)
Et tu es un peuple et je suis un peuple
Tu as le Christ et j'ai Allah
Mais tous deux avons en commun
une destinée de souffrance

Avec un peu de vin et d'amour
Je m'envivre et toi aussi
Bois un peu de ma coupe
Mon frère et mon ami.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après l'excellent blog
de John SANIDOPOULOS


MYSTAGOGYMy Photo

+

Hésychie (162)


Que la prière comme un archet
Glisse sur chaque corde de ta vie
Pour en faire une mélodie sainte

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

samedi 29 mai 2010

Saints Orthodoxes d'Estonie



Tous les saints de la Terre d'Estonie,
Fête le 18 novembre/1er Décembre
+

Александр Невский

Saint Alexandre Nevsky
Fête le 23 novemvre/6 décembre

+

Исидор Юрьевский и 72 мученика, с ним пострадавшие
Saint Isidore de Tartu
&
ses 72 compagnons martyrs des Latins (1472)
Fête de le 8/21 janvier

+



Saint Jean & Vassa des Cavernes de Kiev
Fête le 29 mars/11 avril ( Jean)
le 19 mars/1er avril (Vassa)

+



Saint Sérapion de Pskov (1482)
Fête le 15/28 mai
&
le 7/20 septembre

+


Saint Corneille, martyr, (1570)
Fête le 20 février/5 mars

+


Saint Arsène, Métropolite de Rostov (1772)
Fête le 28 février/13 mars

+

Saint John of Kronstadt

Saint Jean de Cronstadt (1908)
fête le 20 décembre/2 janvier

+


Saint Prêtre martyr Jean ( Kotchourov) [1917)
Fête le 31 octobre/13 novembre

+


Saints prêtres martyrs d'Ivangorod
Alexandre & Dimitri (1918)
Fête le 26 décembre/8 janvier

+

Saint prêtre martyr Serge de Rakvere (1918)
Fête le 19 juin/2 juillet

+


Saint Métropolite martyr Platon de Tartu
avec les saints prêtres martyrs Michel et Nicolas
1/14 janvier

+


Saint Agathange, Métropolite martyr de Yaroslav (1923)
Fête le 3/16 octobre

+

Saint prêtre martyr Nicolas de Cronstadt (1931)
Fête le 5/18 avril

+


Saint prêtre martyr Carpe (1937)
Fête le 11/24 septembre

+


Icône
de
tous les Saints Martyrs
de la terre
d'Estonie

+
TOUS LES SAINTS DE LA TERRE D'ESTONIE
PRIEZ DIEU
POUR NOUS!
+

Hésychie (161)



Toi qui connais le Christ
Garde Son Nom toujours
A la rencontre de tous les êtres
Qu'Il met sur ta Voie

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Monastère de Goritsy-Kirlov

vendredi 28 mai 2010

L'Eglise orthodoxe d'Estonie (7)


Icon of all Estonian Saints

VII. Le Diocèse Estonien du Patriarcat de Moscou
Après la réunion de l'Eglise orthodoxe estonienne avec le Patriarcat de Moscou, l'archevêque Paul (Dmitrovsky) et ses successeurs épiscopaux, les évêques Isidore (Bogoyavlensky) et Roman (Tang) eurent le problème du rétablissement de l'ordre et de la réorganisation de la vie de l'Église dans le diocèse, la restauration et la reconstruction des églises détruites. Un soulagement considérable pour le diocèse fut l'exonération des charges fixées par les hautes autorités ecclésiastique, la mise en œuvre de la gratuité de l'enseignement dans les séminaires théologiques et les académies pour les candidats en provenance d'Estonie, qui furent ordonnés par la suite, ainsi que les pensions de retraite des fondations du Centre de l'Eglise.

En Décembre 1955, Georges Alexeyev (moine sous le nom de Jean), le recteur de la cathédrale Saintt Alexandre Nevski, est devenu le titulaire de la chaire de Tallinn. A cette époque, l'Église fut persécutée par les autorités de Nkita S. Khrouchtchev. Sous des prétextes divers les plus hautes autorités tentèrent de dissoudre les autorités ecclésiastiques, ils ont interdit les baptêmes et les sacrements, et ne permettaient pas les processions religieuses. Tout cela était courant dans le diocèse estonien aussi: là les églises furent également été fermées et détruites, les propriétés furent nationalisées. Il y avait une menace sur la Cathédrale Saint-Alexandre Nevsky et le couvent de Pühtitsa .

Pühtitsa Dormition Convent. Cathedral of the Dormition of the Mother of God

Couvent de Pühtitsa

Le soin et le souci de Vladyka concernant le diocèse de Tallinn et d'Estonie dura jusqu'au 14 août 1961, lorsque le Saint-Synode nomma l'évêque Jean au siège épiscopal de Gorki et l'éleva au rang d'archevêque. Il fut remplacé par l'archimandrite Alexis (Ridiger) (plus tard le Saint Patriarche de Moscou et de toutes les Russies Alexis II).

Version Française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Hésychie (160)



Ne compte jamais le temps
Passé dans la prière pure
Il est ton lien présent
Avec l'éternité future

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Mére de Dieu réjouis-toi/Terirem

jeudi 27 mai 2010

L'Eglise orthodoxe d'Estonie (6)


Icon of all Estonian Saints


VI. Rétablissement de la juridiction canonique de l'Eglise orthodoxe en Estonie

En conformité avec le protocole secret entre l'Union soviétique et l'Allemagne sur les "sphères d'intérêt» les républiques baltes devinrent une partie de l'URSS. Le 10 Novembre 1940, le Synode de l'Eglise orthodoxe estonienne s'adressa à Sergy, métropolite de Moscou et de Kolomna, avec une pétition pour rétablir la compétence du Patriarcat de Moscou sur l'Eglise orthodoxe estonienne. Le métropolite Serge accepta, et l'Eglise orthodoxe estonienne se réunit avec sa mère, l'Eglise orthodoxe russe, le 28 Février 1941. A Moscou, la Divine Liturgie de la cathédrale de la Théophanie fut concélébrée et tous les participants signèrent l'Acte de réunion avec l'Eglise-Mère.

Bientôt le métropolite de Vilnius et la Lituanie Serge (Voskresensky), Exarque de la région de la Baltique, alla en visite à Tallinn, et le point culminant de cette visite fut la Divine Liturgie dans l'église de Saint-Simeon concélébrée par le métropolite Serge, le métropolite Alexandre et l'évêque Paul (Dmitrovsky) de Narva.

TALLINN. Saint Alexander Nevsky Cathedral
Saint Alexandre Nevsky à Tallinn

Peu de temps après que la guerre eut éclaté, le métropolite Alexandre déclara sa rupture avec la Mère-Eglise et sa Réunion avec le Patriarcat de Constantinople. L'évêque de Narva Paul resta fidèle à la Mère-Eglise. Pendant l'occupation, les allemands n'empêchèrent pas le métropolite Alexandre de conduire la vie de ses paroisses et l'évêque Paul d'être en charge du diocèse de Russie à Narva et de nombreuses autres paroisses fidèles à l'Eglise orthodoxe russe.

Peu de temps avant la libération de Tallinn, le Métropolite Alexandre quitta l'Estonie, le Synode des Eglises orthodoxes apostoliques estoniennes s'adressa à Alexis (Simansky), métropolite de Leningrad et de Novgorod, avec une pétition pour rétablir la juridiction du Patriarcat de Moscou sur l'Eglise d'Estonie.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Hésychie (159)



Le terme de ta vie
Est en Dieu
Qui te guide saintement
Quand tu chemines dans Sa Voie

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Trisaghion ( Serbe)

mercredi 26 mai 2010

L'Eglise orthodoxe d'Estonie ( suite...)


Icon of all Estonian Saints

Le Métropolite Agathange (Preobrajenski)

En Octobre 1897, l'évêque Agathange (Preobrajenski) fut nommé à la chaire des évêques de Riga et Mitava. Vladyka Agathange poursuivit l'œuvre de ses prédécesseurs avec amour, beaucoup d'énergie et un soin paternel pour développer l'orthodoxie et renforcer cette confession parmi les fidèles. Il mit tous ses efforts pour y élargir le nombre d'églises ou pour les rénover. En 1898, il consécra des églises à Sillamäe et Valga, en 1900 il participa à la cérémonie de consécration de la cathédrale Alexandre Nevski à Tallinn, il consacra l'église de la Nativité de la Sainte Mère de Dieu à Rakvere et un métochion de l'église du couvent de Pühtitsa à Tallinn (malheureusement, ce temple magnifique fut cruellement détruit en 1960), en 1904, une église de Tapa. En 1910, il consacra l'église cathédrale du monastère de Puhtitsa en l'honneur de la Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu.

Saint Agathange

D'une grande intelligence, ayant la compréhension claire des objectifs actuels et des nouvelles tendances sociales et politiques, il futt considéré comme un "hiérarque libéral", en dépit de sa réticence à participer à tout événement politique, il n'aimait pas les réceptions, les fêtes, ne figurait pas dans la presse, il avait un intérêt spécial pour l'éducation, la culture moderne et des inventions techniques.

Il employa sa sagesse, son tact et sa bienveillance en faveur des Estoniens et des Lettons pour les consoler dans leur détresse au cours de la révolution de 1905-1906. Il plaida pour la population locale contre les mesures punitives indépendamment de la religion et de la nationalité des persécutés. Comme cela est notoire, la suppression de la révolution fut menée de façon très rigoureuse, parfois de nombreuses personnes innocentes en souffrirent. Vladika Agathange avait créé un comité spécial de soutien aux familles orthodoxes touchées par les troubles dans la région de la Baltique. En dehors des familles orthodoxes, ce comité réussit également à sauver de nombreux luthériens et des familles catholiques de l'exécution.

Cette attitude humaine en faveur de la population estonienne et lettone attira non seulement les gens vers lui, mais elle contribua également à rehausser le prestige de l'orthodoxie dans la région de la Baltique. Les sympathies de la population locale pour l'archevêque Agathange ont été démontrés en 1910, quand il partit de Riga pour son siège épiscopal de Lithuanie: la ville n'avait jamais vu une cérémonie aussi chaleureuse et autant de cérémonies d'adieux pour un évêque orthodoxe.

En août 2000 par la résolution du Concile de l'Eglise orthodoxe russe le Métropolite Agathange fut canonisé comme saint hiérarque et confesseur de la foi.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Hésychie (158)



Le bouton de chardon promet d'être rose
Et ne devient qu'épines
Que ton baptême lui
Conduise à la sainteté des enfants de Dieu

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

mardi 25 mai 2010

L'Eglise orthodoxe d'Estonie (5)


Icon of all Estonian Saints

V. Etablissement de l'Église orthodoxe autonome en Estonie

En 1917, l'archiprêtre des paroisses estoniennes dépendant du diocèse de Saint-Pétersbourg, Paul (devenu moine sous le nom de Platon) Koulbouch fut ordonné évêque. Tikhon, le saint Patriarche de Moscou, le nomma évêque de Reval, vicaire du diocèse de Riga. En Janvier 1918, il fut désigné pour être le chef temporaire de tout le diocèse de Riga. Vladyka fit de son mieux pour soutenir et reconstruire la vie de l'Eglise, qui avait été détruit pendant la guerre. En une seule année de son épiscopat, le hérarque visia plus de 70 paroisses, où il officia lors des services divins.

A la fin de 1918, Vladika Platon était à Tartu, où, malgré sa maladie, il fut arrêté et, de concert avec les évêques Nicolas Bezhanitski et Michel Bleive, il fut exécuté tard dans la nuit du 14 au 15 Janvier par les troupes rouges en retraite.

Le 10 mai 1920, le réunion conjointe du Saint-Synode et du Conseil suprême du clergé de l'Eglise orthodoxe russe après avoir discuté de la situation dans le diocèse de Pskov et du Vicariat de Reval, qui étaient sur le territoire de l'Estonie, a déclaré l'Église orthodoxe estonienne autonome. En Octobre 1920, Alexandre Paulus, prêtre de l'église de la Transfiguration à Pärnu, fut élu évêque de Reval. Cette élection fut approuvée par le patriarche Tihon, et le 5 Décembre 1920, la cérémonie du sacre de l'évêque eut lieu à la cathédrale Saint-Alexandre Nevsky.

TALLINN. Saint Alexander Nevsky Cathedral
Cathédrale Saint Alexandre Nevsky

En Septembre 1922, le Conseil de l'Eglise orthodoxe apostolique estonienne prit la décision de s'adresser au patriarche de Constantinople, Melèce IV, avec une pétition que l'Église orthodoxe estonienne se mette sous l'homophore de la juridiction du Patriarcat de Constantinople et soit déclarée autocéphale. Plus tard, le métropolite de Tallinn et de toute l'Estonie Alexandre écrivit que cela s'était fait sous une pression intense de l'Etat (Il faut se souvenir que l'Eglise de Constantinople avait reconnu l'église vivante, "église" totalement inféodée au régime communiste! NdT). Le 7 Juillet 1923, à Constantinople, Melèce IV présenta le Tomos de l'adoption de l'Eglise orthodoxe estonienne sous la juridiction du Patriarcat de Constantinople comme "Métropole orthodoxe estonienne", église autonome.

À la suggestion du Patriarcat de Constantinople, l'Estonie fut divisée en trois diocèses: à Tallinn, Narva et Pechery. Eusèbe (Drozdov) prit la tête de la cathédrale de Narva, Jean (Boulin), diplômé de l'Académie théologique de Saint-Pétersbourg, devint évêque de Pechery en 1926. Il dirigea le diocèse jusqu'en 1932 et il le quitta à cause des désaccords sur les propriétés du monastère de Pskov-Pechery. Vladika Jean passa plusieurs années en Yougoslavie et revint en Estonie à la fin des années trente. Il soutint activement le retour de l'Eglise orthodoxe estonienne dans la juridiction du Patriarcat de Moscou. Le 18 Octobre 1940 l'évêque Jean fut arrêté par le NKVD à Pechery, accusé d'agitation et de propagande anti-soviétique et il fut exécuté le 30 Juillet 1941 à Leningrad.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Hésychie (157)



Tu n'es pas ce que tu crois
Si tu n'es jamais
Ce que tu crois
Dans tes actes et tes paroles

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Sur le blog de Maxime: La 3° croisade du Rosaire ou la conversion attendue de la Russie au Catholicisme

A PROPOS DE LA VISITE DE BENOÎT XVI À CHYPRE


(Question: De quelle façon, dans cette rencontre, l’Eglise orthodoxe traite-t-elle avec les hérétiques?
«Avec beaucoup d'amour. Nous aimons le Pape, nous aimons les papistes comme nous aimons toute personne, nous ne les méprisons pas, nous ne les rejetons pas en tant que personnes, mais nous n'acceptons pas leur hérésie, nous n'acceptons pas leurs faux enseignements, nous n'acceptons pas leurs illusions. Parce que nous les aimons, nous devons leur dire la vérité. ") Mgr Athanasios de Limassol
(Pour qu’un pays puisse vraiment être dit catholique, il est nécessaire que le gouvernement, la tête de ce pays, reconnaisse officiellement la religion catholique comme la seule religion vraie, le reconnaisse dans sa constitution, rende un culte public au vrai Dieu et favorise le culte du vrai Dieu et ne tolère les autres qu’autant que la vraie prudence le demande.) Abbé Régis de Cacqueray
+

Voici deux témoignages cohérents : l'un d'un catholique traditionnaliste, l'autre d'un orthodoxe défendant la Tradition.
Pour remettre les pendules à l'heure à ceux de nos frères orthodoxes qui vivent sur Planète Mars et qui fustigeant toutes les mauvaises volontés qui refusent l'oecuménisme contemporain, essayent de nous dorer la pilule, soit par aveuglement, soit par bêtise, soit par intérêt pour leur petit ego carriériste.
Il n'y a pas de compatilité c'est clair ! le premier disant tout haut aucune ambiguïté, ce que les hypocrites conservent "courtoisement" dans leur tête, le deuxième faisant de simples remarques de bon sens ( imaginez l'Apôtre Paul en papamobile ! ... et à plus forte raison Notre Seigneur dont le pape se prétend le vicaire ) qui ne devraient pas échapper à la sagacité de quelques orthodoxes militants oecuménistes au moins

Je ne sais comment sont appréciées toutes les démonstrations papales d'apparente philorthodoxie par les traditionnalistes catholiques ; il m'étonnerait que d'aucuns ne se mordent pas les doigts d'avoir quitté leur retranchement schismatique. Je pense qu'ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et ne se rendent tout simplement pas compte que l'habile Benoît, loin de s'éloigner du rôle multiséculaire et inchangé du pape (qu'ils prétendent défendre contre un supposé dévoiement) n'est pas plus qu'un homme de goût qui voudrait que les catholiques retrouvent un peu de tenue dans leurs célébrations liturgiques (à l'exemple des orthodoxes "schismatiques" qui ont l'air d'avoir tant de succès) qui font tellement désordre et si mauvais effet. Il n'en demeure pas moins un chef d'état à l'ambition impérialiste théocratique dont l'habile diplomatie, faisant flèche de tout bois, essaye par d'autres moyens que l'anathème et l'intimidation (démodées) de règner par étapes sur chaque partie, préalablement et soigneusement traitée à part, de la chrétienté exotique, misant sur un morcellement funeste pour l'Orthodoxie. Vieille tactique du Diviser pour régner (toujours valable, toujours du diable).

Lire la suite ICI

lundi 24 mai 2010

L'Eglise orthodoxe d'Estonie (4) suite...


Icon of all Estonian Saints


L'archevêque Arsène (Briantsev)

Dans l'histoire de l'orthodoxie en Estonie, l'activité diverse, inlassable et désintéressée de l'archevêque Arsène (Briantsev) occupe une place très spéciale. Il accepta la nouvelle de sa nomination à Riga en 1887, avec obéissance et avec crainte en même temps: avec obéissance, parce qu'il y vit la volonté de Dieu, et avec crainte, car une siège épiscopal dans une région multi-religieuse impliquait beaucoup de prudence et de travail. Il semble qu'il n'y ait guère eu de domaine de la vie de l'Eglise qu'il n'ait pas pris en charge. Une bonne preuve de son travail fructueux visible jusques à ce jour, est le nombre d'églises érigées au cours de son épiscopat, en Estonie. Le 7 Septembre 1889, il consacra l'église de la Nativité de la Très Sainte Mère de Dieu à Alajoe sur la côte du lac Peïpous; le 17 août 1893, l'église du saint Prince Wladimir à Narva-Jõesuu (malheureusement détruite pendant le Seconde Guerre Mondiale); le 13 août 1895 , l'église de la Théophanie à Jõhvi et bien d'autres encore. Le nombre total d'églises construites sous son épiscopat en Estonie est de 22.

TALLINN. Saint Alexander Nevsky Cathedral
Saint Alexandre Nevsky

Ensemble, avec le gouverneur de la province d'Estonie, le Prince S.V. Chakhovskoy, Vladyka Arsène a été l'initiateur de la création du couvent de la Dormition de Pühtitsa, qui a été inauguré en 1891, jour de la Dormition de la Sainte Mère de Dieu.

Pühtitsa Dormition Convent. Cathedral of the Dormition of the Mother of God
Couvent de Pühtitsa

Avec l'érection de nouvelles églises beaucoup de temps a été consacré à la reconstruction et à la rénovation des anciennes églises. La création et la redécoration des églises ont contribué à unir les croyants orthodoxes et à relance la vie des paroisses.

Beaucoup de bien a été fait par l'archevêque Arsène pour l'Orthodoxie dans le diocèse de Riga et en particulier en Estonie. L'Eglise orthodoxe est devenue plus fort, plus mature et plus nombreuse.

Le Prince Chakhovskoy, gouverneur de la province d'Estonie

Prince Sergei Shakhovskoy

L'activité du Prince Chakhovskoy, le gouverneur, a été d'une valeur très grande pour l'histoire de l'Orthodoxie en Estonie. Il est venu en Estonie en 1885; là, son talent d'administrateur, sa diligence et sa détermination hors du commun, la compréhension claire de l'état des besoins se révélèrent pleinement. Il fut nommé dans la province d'Estonie à l'époque où le gouvernement, suite à la volonté stricte d'Alexandre III, avait décidé de mettre un terme aux différences de législations et de systèmes de gestion dans la région de la Baltique et l'Empire russe par des réformes de la justice, de la police et de l'école.

À cet égard, l'activité du gouverneur, se concentrant sur le renforcement et la propagation de l'orthodoxie dans la population locale, est d'un grand intérêt. La venue du prince Chakhovskoy de Reval a coïncidé avec une augmentation du nombre des luthériens qui rejoignirent l'orthodoxie. De plus, ces postulants expliquèrent leur désir en étant convaincus de la vérité de la religion orthodoxe, qui était professée par le monarque lui-même et les Russes. Ce mouvement se répandit dans la population locale; le Prince, comprenant tout à fait l'importance de ces événements, il alla de soi qu'il soutînt la diffusion de l'orthodoxie dans la province d'Estonie. Il demanda, et le gouvernement l'accepta d'investir une très importante somme d'argent pour l'époque: 420000 roubles pour les besoins de construction de l'Eglise.

Un de ses principaux objectifs était le projet de la cathédrale Alexandre Nevski à Reval. En avril 1888, un comité spécial, présidé par le gouverneur, fut créé, et en 5 ans les fonds nécessaires furent disponibles, mais Serge Wladimirovich pouvait célébrer que la consécration du terrain pour la future cathédrale, il ne put pas voir la cérémonie de consécration de la cathédrale: il décéda avant les travaux de construction, ayant tout préparé à partir d'actifs sur le site de la cathédrale de la Toompea (ancienne ville haute de Tallinn).

Serge Wladimirovich fit beaucoup pour le couvent de la Dormition de Pühtitsa. Le gouverneur considérait que le couvent comme très important dans le processus d'unification des Estoniens et des Russes dans l'Orthodoxie. La résidence d'été du gouverneur de la province estonienne était située dans les environs du couvent, et le gouverneur y fut enterré, conformément à sa volonté après sa mort soudaine le 12 octobre 1894. Un an plus tard, une église dédiée à saint Serge de Radonège, saint patron du Prince, fut construite sur sa tombe par l'épouse du gouverneur, Elizabeth Dimitryevna.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après