"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 6 juin 2010

Elisabeth de Russie, moniale, martyre et sainte, (Editions LESSIUS)




Je vous regarde et je l'apprécie toujours

Vous êtes si belle, les mots ne peuvent le dire!

Oh! Je suis sûr qu'une telle beauté abrite

Une âme qui est merveilleuse aussi.

La profondeur de la modestie et d'une paisible tristesse

Est dans vos yeux d'une beauté si pure,

Vous êtes aussi calme et tranquille qu'un ange;

Et comme dame, douce et sage.

Parmi les nombreux péchés terrestres et les maux

Ne laissez rien troubler votre âme pure,

Et chantons tous des louanges au Créateur

Qui a donné une telle beauté à une âme divine!

Constantin Constantinovitch Romanov


Ce poème fut écrit par le Prince Constantin Constantinovitch Romanov en 1884. Celle qui l'inspira était la Grande-Duchesse Elisabeth Féodorovna, épouse de l'oncle de Nicolas II... qui allait devenir la sainte martyre Elisabeth de Russie.

Il y a fort peu de livres en français sur sainte Elisabeth Féodorovna, celui-ci voit le jour grâce aux efforts conjugués de la moniale Elisabeth qui rend ainsi hommage à sa sainte patronne, et à ceux d'Anne Khoudokormoff qui avait, dans le cadre des conférences de la Fraternité de tous les saints de Belgique, donné une belle conférence sur la vie de la sainte martyre il y a quelques années.

Le personnage de sainte Elisabeth est remarquable à tous points de vue. Allemande, elle va par amour et conviction devenir orthodoxe et partager la vie et les malheurs du peuple russe au temps le plus tragique de son histoire. Elle aura la douleur de perdre son époux, et elle fera alors preuve de la force de sa foi, en allant rencontrer l'assassin de son époux pour lui accorder son pardon et lui dire qu'elle demanderait sa grâce au Tzar Nicolas II.

La pièce "Les Justes" est régulièrement au programme des classes de littérature, le personnage de sainte Elisabeth y est présenté honnêtement par l'auteur Albert Camus, et régulièrement, les élèves ont du mal à croire que cette femme admirable ait existé et qu'elle fut capable de cette noblesse d'âme, et de cette haute vertu chrétienne qu'est le pardon des offenses...

Sainte Elisabeth est un exemple insigne pour tous les chrétiens orthodoxes. Elle est aussi un modèle pour ceux qui embrassent la foi orthodoxe, car dès qu'elle entra dans le refuge salvifique de l'Eglise, elle mit en pratique tous ses enseignements, et elle couronna sa vie par le martyre.
+

Sainte Elisabeth, prie Dieu pour nous!

+


"La grande-duchesse Élisabeth Feodorovna Romanova était la soeur aînée de l’impératrice martyre Alexandra, épouse de Nicolas II.

Après le meurtre du grand-duc Serge Alexandrovitch, gouverneur général de Moscou, son mari, elle se retira du monde pour se consacrer à Dieu et à son prochain.

De son vivant déjà, la grande-duchesse était considérée commesainte. Luthérienne de naissance, après plusieurs années en Russie, elleéprouva un grand amour pour l’orthodoxie dont la véritable profondeur ne manqua pas de la frapper. Elle ne se contenta pas de se convertir, elle témoigna de sa foi jusqu’au martyre. Elle est aujourd’hui glorifiée au rang de sainte par l’Église orthodoxe ». Extrait de la préface rédigée par l’Archiprêtre Dimitri Smirnov, recteur de l’église Saint-Mitrophane-de-Voronège (Moscou), aumônier principal de la Fraternité Sainte-Élisabeth.

Le destin de sainte Élisabeth, princesse allemande entrée par mariage dans la famille des Romanov, est en effet exceptionnel. Après l’assassinat de son époux, le grand-duc Serge Alexandrovitch Romanov, frère du tsar Alexandre III, elle se consacra à Dieu et aux démunis. En 1909, elle fonda la Demeure de miséricorde Marthe-et-Marie, une communauté d’entraide. Et en 1918, elle fut elle aussi assassinée, par les bolcheviks.

Cet ouvrage présente un choix de lettres de la grande-duchesse à son neveu et beau-frère le tsar Nicolas II, divers témoignages de ses contemporains et les statuts de la Demeure de miséricorde.

L’introduction retrace l’itinéraire de cette femme d’exception encore trop peu connue de la chrétienté occidentale. Ce livre comporte aussi un index des noms propres, des arbres généalogiques ainsi que de nombreuses photos."

Coll. : Au Singulier, n°19
Éditeurs responsables :
Pierre Sauvage et Michel
Hermans
Prix : 19,50 €
ISBN : 978-2-87299-193-8
256 p.
Format : 14,5 x 20,5 cm


Anne Khoudokormoff-Kotschoubey a exposé (Moscou, 2003 et Bruxelles 2005/2006 Europalia Russie) ses reportages photographiques axés sur la restauration des églises et des monastères russes.

Soeur Élisabeth, moniale rassophore, a participé à la fondation d’un refuge pour enfants abandonnés au Pérou et collabore à la revue Diakonia.

Diffusion en librairie et commandes directes pour tout pays :
Éditions du Cerf – 29 Bd de La Tour-Maubourg – F 75340 Paris

Distributions exclusives :

-France : SODIS – 128, av. Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny – F 77400 Lagny-sur-Marne
-Belgique : INTERFORUM – 6, Fond Jean-Pâques – 1348 Louvain-la-Neuve
-Suisse : OLF – Z.I. 3 Corminboeuf, case postale 1061 – CH 1701 Fribourg
-Canada - Amérique du Nord : FIDES – 165, rue Deslauriers – St Laurent– Canada H4N 2S4

Aucun commentaire: