"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mercredi 22 octobre 2014

Archimandrite mégaloschème Andronique (Loukash): Du mensonge



C'est pourquoi, renoncez au mensonge, que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain; 
car nous sommes membres les uns des autres.
Ephésiens 4:25 

Un mensonge est une distorsion intentionnelle de la vérité. Comme les saints pères l'expliquent, un mensonge peut être en pensée, en parole, ou dans notre vie. La source des mensonges est le Diable: 

Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge. (Jean 8:44.) 

Les mensonges sont interdits par le neuvième commandement, et le principal moyen de lutter contre cela est la vérité. Dans les pages de la Sainte Écriture nous rencontrons assez souvent ces termes composés, l'une de leurs racines étant le mot "faux": faux témoignage (cf. Matthieu 26:59-60), faux prophètes (cf. Matthieu 7:15), faux enseignants (cf. 2 Pierre 2: 1-2). ( cf. 2 Cor 1,13), faux frères (cf. 2 Corinthiens 11:26), faux apôtres, et faux Christs (cf. Matthieu 24:24). 

Profondes et précises sont les paroles de saint Nicolas [Vélimirovitch]: "Nous sommes séparés de Dieu par le mensonge, et seulement par le mensonge. Car dire que la vérité nous sépare de Dieu serait dire que Dieu nous sépare de Dieu. Les pensées de mensonge, les paroles de mensonge, les sentiments mensongers, les désirs mensongers sont les mensonges rassemblés qui nous conduisent à la non-existence, aux illusions, et à l'apostasie de Dieu."

Nous allons citer quelques notes de saint Andronique sur le péché du mensonge: 

"Garde-toi des mensonges, ils bannissent la crainte de Dieu d'une personne." 

"Les mensonges sont le vieil homme, mais la vérité est l'homme nouveau. La vérité est la racine de bonnes œuvres, tandis que les mensonges sont la mort (du Patéricon)."

"Si nous ne nous comportons pas bien à l'extérieur, alors nous ne serons pas en mesure de préserver l'homme intérieur. Que les mensonges ne sortent pas de tes lèvres." 

«Préserve-toi des mensonges: ils bannissent la crainte de Dieu d'une personne; confesse toutes tes pensées et tes actions à ton père [spirituel], et l'aide de Dieu va se manifester en toi. Force-toi à faire ton labeur, et la crainte de Dieu demeurera en toi."

*** 
Extraits du livre, les exemples d'humilité illimité: la vie et les enseignements de l'archimandrite mégaloschème Andronique (Loukash), ascète de l'Ermitage de Glinsk. 

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Psaume 50 (en roumain) et diaporama sur les ermites du Mont Athos


Sur le blog Saint Materne: Fidélité au Christ ou à un homme qui prétend Le remplacer: saint Marc d'Ephèse contre le pape Eugène de Rome


Saint Marc d'Ephèse


*

Saint Marc d'Ephèse au pape de Rome Eugène, lors de l'interrogation après le Concile de Florence :

"Les conciles ont condamné ceux qui n'obéissaient pas à l'Église et s'en tenaient à des opinions contraires à sa doctrine. Je n'ai pas exprimé mes propres opinions, je n'ai rien introduit de neuf dans l'Église, je n'ai pas non plus défendu la moindre erreur. Mais je reste fermement fidèle à la doctrine que l'Église, l'ayant reçu du Christ Sauveur, a toujours gardé et garde."


Le pape de Rome Eugène, à propos de saint Marc d'Ephèse, après Florence :

"ce maudit Ephésien, crachant sa pensée empoisonnée partout. Si seulement l'empereur avait consenti à ce qu'il soit châtié comme il le mérite, de la même manière que Constantin avait permis le châtiment d'Arius - ce poison de l'Église - on n'aurait pas à la fois gaspillé du temps et de l'argent."


Acte de repentance des évêques Grecs qui s'étaient soumis aux catholiques-romains et avaient souscrit au Concile de Florence :

"Nous avons trahi notre foi. Nous avons échangé la piété contre l'impiété. Nous avons renoncé au sacrifice pur et sommes devenus mangeurs d'azymes. Que nos mains soient tranchées, pour avoir signé si injuste décret. Que nos langues soient arrachées, pour avoir consenti à la croyance des Latins"


Citations:

Blog saint Materne

mardi 21 octobre 2014

L'ÉGLISE RUSSE DEMANDE INSTAMMENT AUX UNIATES DE METTRE FIN AUX ACTIVITES SUBVERSIVES CONTRE ELLE EN UKRAINE




Moscou le 17 octobre 2014


Le responsable du Patriarcat de Moscou exhorte les uniates  à s'abstenir de participer à la politique ukrainienne et à ne pas soutenir les schismatiques dans le pays.

"Au nom de l'Eglise orthodoxe russe, je voudrais m'adresser aux représentants de l'Eglise  uniate ukrainienne présente dans cette salle avec un appel à renoncer à toute déclaration sur des sujets politiques et des formes visibles d'appui à la scission ainsi que des appels à créer "une seule Eglise locale d'Ukraine", a dit le chef du Département synodal des relations ecclésiastiques extérieures  jeudi au Vatican à l'Assemblée générale du Synode des évêques catholiques, rapporte le service de presse DECR.

Il a noté qu'ils "veulent arracher à leur Église Mère le Patriarcat de Moscou, les fidèles orthodoxes en Ukraine, avec lesquels l'Ukraine a été liée par des liens de sang séculaires."

"Malheureusement, le conflit dans ce pays, qui a déjà coûté la vie à des milliers, a acquis dès le début une dimension religieuse. Un rôle important dans la conception et le développement a été joué par l'Eglise uniate ukrainienne. Dès les premiers jours du conflit, les uniates se sont identifiés avec l'un des côtés de la confrontation. Contrairement au respect des normes canoniques en vigueur dans les relations entre l'Eglise catholique et l'Eglise orthodoxe, les uniates ont conclu une coopération active avec les groupes schismatiques orthodoxes", a déclaré le hiérarque.

Il a rappelé que la Commission mixte pour le dialogue catholique-orthodoxe, en remontant aussi loin que Balamand en 1993, a reconnu que l'uniatisme n'est pas la voie de l'unité.

"Nous sommes reconnaissants à nos frères catholiques pour leur reconnaissance ouverte du caractère fautif de l'uniatisme", a déclaré le responsable de l'église russe.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

On peut s'étonner que le Métropolite Hilarion semble ignorer que récemment encore, le pape actuel, en compagnie d'une meute de clercs uniates, a vénéré une icône du pseudo martyr Josaphat Konsévitch de sinistre mémoire (grand assassin d'orthodoxes qui faisait manger leurs cadavres par ses chiens!), en le présentant comme un modèle d'unité!

Basses profondes dans l'ancienne Russie


lundi 20 octobre 2014

Saint Pacôme de Chios: Sur la communion fréquente aux mystères du Christ

Saint Pacôme 
(1839/1905)
Fondateur de la skite des Saints Pères de Chios
et guide spirituel de saint Nectaire d'Egine

Qui ne se lamentera pas à cause de l'ignorance de nos prêtres actuels et qui n'aura pas pitié de leur état? Où a-t-on entendu dire que les chrétiens allaient à l'église, demandaient à recevoir la Communion, et que les prêtres les en empêchaient en disant que " la Communion n'est pas de la soupe de tomate"? Ils disent encore: " il n'y a pas quarante jours que tu as communié, et pourtant tu veux encore le faire?" Même pendant la première semaine du carême, je connais beaucoup d'hommes et de femmes qui observent le jeûne de trois jours et qui, le mercredi, vont aux Présanctifiés pour communier et en sont empêchés par les prêtres qui disent: " Tu as mangé de la viande jusqu'à hier, et aujourd'hui tu viens communier?" Et ils ajoutent ensuite: " Les Présanctifiés sont pour les prêtres, et non pour les laïcs." 

Hélas! notre ignorance et notre folie! Bien que toi, le clerc, tu manges de la viande le soir et qu'il t'arrive souvent d'avoir bu, pourtant tu vas célébrer la Liturgie, mais celui qui jeûne avec une telle révérence, tu l'en empêches? Et tu lui refuses un tel bienfait et une telle sanctification.

Voyez-vous l'ignorance de nos prêtres? "Ces Présanctifiés sont pour les prêtres, disent-ils, pas pour les laïcs." Saint Basile le Grand dit: " Je donne la Communion à mes paroissiens quatre fois par semaine," tout comme saint Jean Chrysostome et toute l'Eglise le faisaient. Ils avaient l'habitude de communier quatre fois par semaine, et parce que durant le Grand Carême, la Liturgie ne pouvait avoir lieu durant la semaine, les saints Pères ont décidé de faire une Liturgie des Présanctifiés, dans le seul but de permettre aux chrétiens de communier durant la semaine, et vous dites que les Présanctifiés sont pour les membres du clergé?

Et remarque, ô lecteur, aussi longtemps que cette pratique de la Communion fréquente fut observée par les chrétiens, leurs cœurs furent enflammés par la Grâce de la Sainte Communion, et ils allaient comme des brebis vers leur martyre. C'est pourquoi, tout prêtre qui empêche les chrétiens de recevoir la Communion Immaculée, qu'il sache bien qu'il pêche grandement. Cependant, je ne dis pas que nous devrions le faire simplement à notre guise, mais avec une préparation correcte.

J'ai aussi souvent entendu certains prêtres dire: "Je suis prêtre, et je célèbre la Liturgie et je communie fréquemment, mais les laïcs n'ont pas cette permission." En cela, mon frère prêtre, tu es grandement dans l'erreur car la Communion ne distingue pas du tout le prêtre et le laïc; car toi le prêtre, tu n'as pas une autorisation pour communier fréquemment que n'a pas un laïc. Sur ce sujet, j'ai de nombreuses preuves des saints, selon lesquels la Communion aux Mystères Immaculés devrait être reçue fréquemment par tous, sans distinction, qu'ils soient hiérarques, prêtres ou individus laïcs, hommes et femmes, sauf ceux qui ont été mariés trois fois; quiconque a eu trois époux/épouses, ne peut recevoir la Communion que trois fois l'an.

J'ai une myriade de preuves à ce sujet, mais laquelle d'entre elles dois-je mentionner pour toi en premier? Celle de Chrysostome, de Clément, de Syméon de Thessalonique, de David? 

Laquelle dis-je, dois-je d'abord te dire? Sur ce thème, j'ai tellement de preuves, que je devrais remplir un livre tout entier. Pour cette raison, j'abrège et je te dis immédiatement seulement ce qui suit: si tu ne veux pas donner fréquemment la Communion aux chrétiens, et qu'ils s'approchent des Mystères pour communier, pourquoi tiens-tu le Saint Calice, le montres-tu aux chrétiens en disant depuis l'autel," avec crainte de Dieu, foi et amour, approchez du Seigneur"? Et puis tu les en empêches, étant ouvertement trompeur? Ainsi, d'un côté tu les invites, et de l'autre tu les chasses.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après


Sur le blog de Maxime


L'HÉRITAGE CHRÉTIEN DU KOSOVO ET METOHIJA le coeur spirituel, historique et esthétique du peuple serbe


Voir 

Pèlerinage à Saint Maurice d'Agaune (Valais/Suisse)



Avec la bénédiction des évêques
des diocèses de Chersonèse et de Genève
PELERINAGE DES PAROISSES
ORTHODOXES RUSSES
AUX RELIQUES
DE SAINT MAURICE
ET DES MARTYRS THEBAINS

Saint Maurice
*
Reliquaire du saint


Samedi 25 octobre 2014
*
Abbaye de Saint-Maurice d’Agaune 
en Valais (SUISSE)

Abbaye de Saint-Maurice
*
10h00 Heures et Liturgie à l’église abbatiale
de Saint-Maurice en Valais.

12h00 Office d’intercession devant les reliques.

13h00 Pique-nique au réfectoire du collège de l’abbaye.

Parallèlement au pique-nique : visite du site archéologique et
du trésor (durée : 1h30). 
Prix : pas encore connu.
Inscription obligatoire auprès de sa paroisse

*

dimanche 19 octobre 2014

Anastasia Rakhlina et higoumène Cyprien (Parts): Le Pain Saint/ De l'obédience d'un boulanger de prosphores


Dans l'Église, le pain est un symbole du Christ. Lui-même a parlé de ceci: Je suis le pain de vie (Jean 6:48). Si le pain terrestre nourrit la vie humaine, le Christ, Pain Céleste, met la vie humaine en communion avec la plénitude de la vie divine dans l'éternité. 

La prosphore est une partie inséparable de la vie liturgique de l'Église, et donc l'obédience de boulanger de prosphores a une signification spéciale. Au-delà de la simplicité apparente de ce travail qui plaît à Dieu, se cache une multitude de subtilités, de mystères et d'activité cachée. Comme résident de longue date du monastère Sretensky de Moscou, l'higoumène Cyprien (Parts), nous parle de ce sujet. 

Nous allons apprendre pourquoi le Seigneur a créé le blé, pourquoi les prosphores peuvent être cuites partout sur terre, et pourquoi l'obédience de boulanger de prosphores, que le Père Cyprien accomplit depuis plus de dix ans, est considérée comme très importante dans un monastère. 

Proskimedia. Sretensky Monastery. Photo: Anatoly Goryanov

Proscomédie. Monastère Sretensky. 
Photo: Anatoly Goryanov 

-Batiouchka, pourquoi l'obédience de boulanger de prosphores est-elle considérée comme l'une des plus importantes? 

-Comme nous le savons, il ne peut y avoir de vie sans prosphore liturgique. Et l'Eglise ne peut pas vivre sans la Liturgie. Cela signifie que le deuxième bâtiment après l'église est la boulangerie où sont faites les prosphores, où le pain est cuit spécialement pour la Liturgie. 

-Qui peut et doit faire les prosphores? Comment cela a-t-il toujours été fait en Russie? 

-Dans les monastères, bien sûr, les moines ou moniales ont toujours fait les prosphores. Mais dans les églises paroissiales, les prosphores ont toujours été faites soit par des veuves ou par de pieuses vierges, des jeunes filles non mariées. Elles  les a appelées "prosphirny", ou "dames prosphores". 

Cela vient de l'attitude révérencieuse que nous avons vis-à-vis des prosphores. Et par révérence également, les boulangers ajoutent de l'eau bénite à la pâte des prosphores -ce n'est pas indispensable ou nécessaire, mais cela est fait par révérence. 

Igumen Cyprian on his obedience. Photo: Hieromonk Ignaty (Shestakov)
Higoumène Cyprien lors de son son obédience. 
Photo: hiéromoine Ignace (Chestakov) 

    
Si un prêtre "blanc" (marié) officie dans une paroisse rurale et que sa matouchka (épouse) sait comment faire les prosphores, alors bien sûr, elle les fera -qui d'autre est là pour le faire? Et c'est normal. Nous devons prendre en considération les circonstances de la vie réelle. 

Maintenant, dans les monastères, les moines et les moniales font les prosphores, à la fois pour eux et pour la vente (dans les paroisses). Les églises paroissiales soit les font elles-mêmes, ou, comme cela arrive le plus souvent, les achètent. 

Au temps jadis, tout le monde pouvait faire les prosphores, c'était une offrande à l'église. Les meilleures étaient choisies pour servir à la Liturgie. A peu près toutes les ménagères savait comment faire cuire du pain, parce que cela faisait partie de leur routine, et comme elles étaient toutes religieuses et connaissaient les exigences (à savoir que ce soit du pain levé, en utilisant du sel, de l'eau et de la farine), l'une d'elle pouvait les prosphores à la maison et les amener à l'église. 

En Grèce aujourd'hui, les prosphores peuvent être achetées dans un magasin et portées à l'église comme une offrande. 

The brothers of Sretensky Monastery in the Holy Dormition Pochaev Lavra, July 2013. Photo: Hieromonk Ignaty (Shestakov)

Les frères du monastère Sretensky 
à la Laure de la Dormition de Pochaev , juillet 2013 
Photo: hiéromoine Ignace (Chestakov) 
    
-Qu'est ce qui doit être fait afin d'avoir toujours une attitude de prière respectueuse envers la fabrication des prosphores, de sorte que cela ne devienne pas seulement un métier comme un autre? 

-Cela continue à toujours être un labeur révérencieux. Je n'ai jamais remarqué que ce respect cessait d'être. Pas dans les paroisses, ni dans les monastères, où j'ai eu l'occasion de visiter les boulangeries de prosphores, ni dans les boulangeries de prosphores privées, je n'ai jamais vu ceci se dégrader jusqu'à devenir un simple travail. Je ne pense pas qu'il y ait là ce danger. Je n'ai jamais observé que cela se produisait. 

-J'ai lu que la fabrique des prosphores est appelée un art ecclésiastique. Comment avez-vous appris à faire des prosphores? 

-Autrefois, notre monastère n'avait pas de boulangerie de prosphores spéciale, et j'ai été chargé de fournir des prosphores à l'église parce que j'étais en charge de la sacristie. Un "beau jour," en raison de ma propre inadvertance, il n'y avait pas de petites prosphores pour les paroissiens pour le lendemain matin. Il y avait les cinq prosphores habituelles, mais nous n'en avions stocké ou acheté aucune pour le peuple (1). Ceci fut découvert le vendredi, et nous avions besoin des prosphores le samedi matin, mais nous ne pouvions aller les chercher que le samedi après-midi. 


Il était impensable de laisser les gens sans prosphores. Que faire? Nous avions une travailleuse dans le réfectoire, Lioubov, qui avait l'habitude de faire des prosphores et savait comment le faire. Elle achevait son quart de travail quand je suis venu à la cuisine et lui ai dit: "Tante Liouba, vous aviez l'habitude de faire des prosphores, n'est-ce pas?" "Oui. Pourquoi? Avez-vous besoin d'en avoir quelques unes?" "Oui, nous n'en avons pas du tout."
Nous avons trouvé un peu de farine blanche terrible d'Amérique, et de la levure française importée, et avec cela nous avons fait au four, nos premières prosphores dans le four de la cuisine, où des gâteaux venaient d'être cuits. Comme je le comprends maintenant, les prosphores se sont avérées être terribles, elles sentaient le gâteau, mais au moins il y en avait, et les gens furent heureux. 

Ceci a continué, et nous avons décidé d'essayer de faire nous-mêmes des prosphores. À l'époque, le hiérodiacre Cléopas était sous mon obédience, et nous avons commencé la fabrication la nuit dans la cuisine. Bien sûr, nous fûmes en mesure de faire ceci pendant environ un mois avant de nous écrouler car nous ne dormions pas la nuit. Peut-être pas tous les soirs, mais nous étions fatigués quand même. Cependant, nous avons commencé à avoir nos propres prosphores. Puis nous avons commencé à demander à notre Père Supérieur de lancer notre propre boulangerie de prosphores. Il a donné la bénédiction, et après la rénovation d'un nouveau bâtiment du monastère, nous l'avons équipé pour cela. C'était en l'an 2000. 

-Vous venez de mentionner la terrible farine américaine et la levure française... D'autres auraient pu penser que c'était, au contraire, une grande chose. Quel type de farine et de levure devrait-il y avoir? 

-Pourquoi est-ce que je calomnie la farine américaine? Bien que toute farine américaine ne soit pas blanchie, elle l'est le plus souvent. Ceci est fait uniquement pour la couleur. Ils ruinent essentiellement la farine. 

La levure instantanée française n'est pas très appropriée pour la fabrication des prosphores. On obtient immédiatement une grande quantité de dioxyde de carbone; c'est-à-dire qu'il augmente rapidement, ce qui ne fonctionne pas pour une grande quantité de prosphores -vous ne pouvez pas la garder, elle se gâte tout simplement. Par conséquent, nous essayons d'acheter notre propre levure russe. 

La levure sèche se conserve plus longtemps, tandis que la levure fraîche ne se conserve pas plus d'un mois, après quoi sa puissance de levain diminue... Vous pouvez aussi utiliser un démarreur de levain. 

À un moment donné il y avait un buzz autour de l'utilisation du levain naturel. Les gens disaient: "Ils ont fait [les prosphores] seulement avec du levain, mais maintenant ils utilisent de la levure..." Cependant, ils ne disaient cela que par ignorance. En fait, la même levure est au travail dans le levain, seulement elle est sauvage. Les bactéries du lactose et de la levure de divers types sont pratiquement partout. Si vous versez simplement de l'eau sur la farine, puis la laissez dans un endroit chaud dans de bonnes conditions, la levure va commencer à se multiplier: c'est votre levain. 

Freshly baked prosphora. Sretensky Monastery. Photo: Hieromonk Ignaty (Shestakov)

Prosphores fraîchement cuites. 
Monastère Sretensky. 
Photo: hiéromoine Ignace (Chestakov) 
    
Après un certain temps, les gens ont appris à cultiver la levure en grandes quantités dans les usines. Ensuite, on cultive par sélection des levures qui libèrent plus de dioxyde de carbone, et qui sont plus résistantes aux variations de température. 

Qu'est-ce que la levure? Ce sont des champignons unicellulaires qui peuvent être soumis à sélection, en choisissant des formes plus stables qui peuvent facilement faire fermenter le sucre contenu dans la farine et c'est à peu près tout. 

En outre, le levain de pâte aigre s'appelait autrefois levure. Il n'y avait pas de différence.Si vous prenez le vieux livre d'Elena Molokhovets, Cadeau pour les Jeunes Ménagères, (2) et que vous regardez le chapitre sur le pain, vous pouvez voir qu'elle utilise toujours le mot "levure". 

Mais nous comprenons qu'il s'agit de levain. Les gens ont cessé d'utiliser du levain dans la cuisson du pain, car il est plus capricieux. Si vous voulez faire cuire des prosphores en utilisant du levain vous le pouvez. Mais vous avez besoin de renouveler le levain plus souvent, de sorte que les prosphores ne deviennent pas trop aigres à la dégustation. 

Sur le Mont Athos ils utilisent de la pâte aigre, du moins ils le font à Vatopaidi, et dans un certain nombre d'autres monastères et ils font comme ils l'ont toujours fait. Ils renouvellent le levain de départ, c'est-à-dire qu'ils font du levain frais, deux fois par an, lors de la fête de l'Exaltation de la Croix, par exemple, et dans la troisième semaine du Grand Carême, la vénération de la Croix, ou  le Grand Samedi je ne me souviens pas exactement, mais n'importe qui peut le savoir s'il cherche. Ils appellent cela le levain miraculeux, mais cela ne signifie pas que la pâte lève sans levure. Il y a de la levure en elle. 

Le fait est qu'il mûrit rapidement, littéralement pendant les offices. C'est en cela que consiste ici la Grâce de Dieu, et cela arrive très vite. 

Mais ceci arrive dans n'importe quel endroit. Il n'y a pas de lieu habité sur la Terre, eh bien, sauf peut-être en dehors de quelques îles du Nord, où rien ne se gâte, où il n'y a pas de levure ou de bactéries de lactose. Le Seigneur a fait en sorte que les prosphores puissent être faites partout. 

Et il y a un autre fait étonnant: nous faisons la proscomédie avec du pain de blé, mais seulement le blé a des propriétés uniques pour faire du pain. Aucun autre grain n'a les mêmes qualités. Le Seigneur a créé le blé afin que nous puissions faire le pain au levain meilleur, et qu'il puisse être utilisé pour servir à la Liturgie. 


-Batiouchka, Pourquoi les Grecs officient-il en utilisant une seule prosphore, mais que les Russes en utilisent cinq? 

-C'est essentiellement une question de tradition, et c'est une tradition qui n'est pas un dogme. Que vous serviez la Liturgie en utilisant une prosphore, deux (car ils le font souvent sur ​​le Mont Athos), cinq ou sept, il n'y a pas de différence essentielle. Vous pouvez officier avec une prosphore. Eh bien, peut-être que vous n'en avez qu'une seule: que pouvez-vous faire? Vous pouvez servir la Liturgie. Pourquoi pas? Dans ce cas, vous devez découper le centre [l'Agneau] comme les Grecs le font -et les autres pièces sont utilisées pour les composants: la Mère de Dieu, les neuf rangs des saints, pour la santé (des fidèles), et pour les défunts... Sur le sceau que les Grecs utilisent, si vous l'avez vu, on peut voir nos cinq sceaux: dans le centre est l'Agneau, à droite est la Mère de Dieu, à la gauche, les neuf rangs des saints. 


C'est une question de tradition locale. Nous devons avoir l'unité dans les choses qui importent vraiment, alors que la variation est autorisée dans tout le reste. C'est juste une de ces variations permises. Certains Vieux-Croyants sont venus au Mont Athos à la fin du 19ème siècle afin de découvrir qui est en fait dans l'erreur: eux, ou les "Niconiens". Le Mont Athos était vraiment le gardien de la tradition et des rites de l'Eglise. Ils ont demandé au confesseur du monastère de Saint-Pantéléimon le hiéromoine mégaloschème Jérôme -je ne me rappelle pas son nom de famille. C'était un ascète bien connu. Il leur répondit: "Nous officions sur le Mont Athos comme nous avons officié dans les temps anciens." Ils officiaient avec deux prosphores: l'une était l'Agneau, la seconde était tout le reste. Et son explication était simple: c'était à cause de leur pauvreté. 

S'ils avaient besoin d'officier dans l'une des kellia, afin d'utiliser moins de farine, les habitants du désert, à cause de leur pauvreté ont permis aux moines d'officier à l'aide de deux prosphores, et il n'y a pas de catastrophe dans ce domaine. C'est une chose normale, ordinaire. Il fut un temps en Russie où on officiait en utilisant sept prosphores. Et il y avait pas de catastrophe en quoi que que soit. Et combien de prosphores sont préparées si un évêque officie? Sept-les cinq habituelles et deux pour l'évêque. Aussi sept. C'est une question de pratique, et il n'est pas nécessaire d'en faire une règle stricte. 

-Si nous revenons à cette nuit où vous et tante Liouba avez fait des prosphores pour la première fois... Avez-vous reçu votre connaissances ultérieure dans ce domaine par l'expérience, ou avez-vous étudié quelque part? Est-ce qu'on enseigne ceci quelque part? 

-Nous avons fait les petites prosphores, mais il a fallu beaucoup de temps pour faire les grandes correctement. Nous les achetions au monastère Danilov. Eh bien, un dimanche, le Père Supérieur est venu aux offices, comme d'habitude, et il a demandé, "Père Cyprien, quelles prosphores utilisons-nous pour les cinq habituelles? " "Batiouchka, elles viennent de Danilov." "Pourquoi de Danilov?Nous avons notre propre boulangerie de prosphores." "Batiouchka, nous ne savons pas comment les faire, nous devons apprendre…" Il a dit: "Eh bien, voilà. Nous n'allons pas acheter de prosphores; nous allons les faire nous-mêmes." 

J'ai commencé à compter dans mon esprit combien de prosphores de Danilov nous restaient, et je me suis dit qu'il n'y en avait pas assez pour les jours de la semaine, et il n'y avait pas de prosphore avec l'Agneau pour le  prochain dimanche. Que pouvait-on faire d'autre? Où pourrions-nous apprendre? J'ai demandé à une moniale, dont je savais qu'elle faisait des prosphores. Je l'ai appelée au couvent de la Conception, Matouchka Sergia, une moniale remarquable, qui est maintenant décédée. Je lui ai demandé, "Matouchka, puis-je apprendre de vous comment faire les prosphores?" Elle a dit, "Peut-être que ce serait mieux pour vous d'aller chez le Père Adrien au Monastère de Novo-Spassky? J'ai dit: "Matouchka, puis-je apprendre avec vous?" "Eh bien, vous pouvez, venez." "Quand faites-vous les prosphores?" "Jeudi." 

J'ai travaillé toute la journée avec elles. Bien sûr, j'avais un peu d'expérience, mais là, j'ai vu mes erreurs majeures; elles m'ont appris à rouler le niveau inférieur de la prosphore, pour faire de petites boules... 

Et là, il y avait encore un problème: j'ai travaillé toute la journée avec elles à faire les prosphores, et elles les faisaient pour les vendre, mais je ne pouvais pas dire à Mère Sergia, "Vendez-les-moi," parce que le Père Supérieur m'avait interdit d'acheter des prosphores, et je ne pouvais pas me résoudre à dire: "Donnez-les-moi." Elle me les aurait probablement données, mais je n'ai pas demandé... 

Il ne me restait que vendredi soir. Eh bien, gloire à Dieu, j'ai vu mes erreurs majeures, corrigé ma pâte, et que croyez-vous qu'il arriva? Dès le premier soir, il y avait des prosphores absolument normales. C'était par la miséricorde de Dieu! 

Igumen Cyprian at his obedience. Photo: Hieromonk Ignaty (Shestakov)

Higoumène Cyprien à son obédience. 
Photo: hiéromoine Ignace (Shestakov) 
    
Bien sûr, j'ai prié et j'ai demandé [son aide] à la grande martyre Barbara, parce que c'était la veille de sa commémoration. Et les prosphores se sont révélées bonnes Le dimanche, à la Liturgie, le Père Supérieur a vu les prosphores et c'étaient des prosphores normales"Père Cyprien, d'où viennent ces prosphores?" "Ce sont les nôtres, Batiouchka." " Qu'est-ce qui vous est arrivé?" "Batiouchka, c'est la miséricorde de Dieu."

Vous voyez? Si le Père Supérieur n'avait pas dit: "Eh bien, voilà; nous allons les faire nous-mêmes."  combien de temps serais-je resté avec seulement les petites prosphores? 

Il est préférable d'apprendre d'autres boulangers de prosphores, de travailler dans la boulangerie de prosphores, afin qu'on puisse vous montrer de suite et là comment faire les prosphores, parce que l'on ne peut pas tout écrire. Je ne peux pas imaginer être en mesure de vous montrer comment rouler les niveaux inférieurs correctement si vous ne le voyez pas par vous-même, si vos mains ne touchent pas la pâte. 

Pour apprendre comment faire des prosphores, on doit les faire à côté d'un bon boulanger de prosphores, et même visiter d'autres boulangeries. Il est très important de partager les expériences. 

Freshly baked prosphora. Sretensky Monastery. Photo: Hieromonk Ignaty (Shestakov)

Prosphores fraîchement cuites. 
Monastère Sretensky. 
Photo: hiéromoine Ignace (Chestakov) 
  
-A quoi ressemble la boulangerie de prosphores au monastère Sretensky aujourd'hui? 

-Elle est comme une petite boulangerie qui fait du pain. Rien de spécial. Un four, un pétrin, un rouleau à travers lequel la pâte est travaillée pour lui donner une structure homogène et ferme. Les tables de découpe, et les armoires où les prosphores lèvent avant la cuisson. 

-Et qui les fait? Les moines, les novices, ou quelqu'un que vous avez embauché? 

-Nous n'avons pas de travailleurs embauchés à cet effet; je fais moi-même le service des prosphores, parce qu'il n'y a pas tellement de pâte, et je peux gérer cela sans aucune aide. Les machines font que cela est possible. Mais les petites prosphores... Les séminaristes ont leur obédience à la boulangerie de prosphores: ils aident à la coupe, parce que nous avons à façonner autour de trois mille prosphores en deux heures et demie. 


-A quelle fréquence faites-vous des prosphores? 

-Lorsque c'est nécessaire. Cela dépend des fêtes: plus il y a de jours de fête, plus nous avons à faire de prosphores. Mais nous faisons les cinq prosphores trois fois toutes les quinzaines.

-Les étudiants aiment-ils cette obédience? 

-Nous n'avons pas tellement d'aides séminaristes, vous le savez, la question "Aimez-vous cette obédience? "ne se pose pas: ils travaillent avec diligence, et essaient de faire de leur mieux. Je suis reconnaissant envers les gars pour leur aide et leur diligence, parce qu'ils ont à faire cette obédience le soir après le dîner, quand ils ont du temps libre, ce qui signifie qu'il s'agit d'une charge supplémentaire pour eux. Mais ils gèrent cela, et font le travail. Ils pourraient faire cette obédience pendant des années, jusqu'à ce qu'ils obtiennent leur diplôme. Cela signifie qu'ils veulent le faire. Comprenez que la fabrication des prosphores est quelque chose que la personne doit aimer. Les gens ont des tempéraments divers, certains peignent des icônes, d'autres font de la menuiserie. C'est ce qu'ils aiment. Il faut se référer à ce travail de fabrication de prosphores de la même manière. Sinon, les prosphores ne se révèleront pas bonnes. Avez-vous compris? Nous travaillons ici avec quelque chose qui est vivant: la levure est composée d'organismes vivants. C'est cela. Une personne doit aimer ce travail pour le réussir. 


-C'est-à-dire, qu'il ne peut pas être fait mécaniquement? 

Non, il ne peut être fait mécaniquement. Je n'ai pas compris cela lorsque j'ai commencé à faire des prosphores. Je me situais par rapport aux prosphores d'une manière totalement différente. Tout d'abord, je ne savais pas de quel genre de travail il s'agissait. Deuxièmement, je ne comprenais pas du tout comment l'aborder. Qu'est-ce qui pourrait être si difficile dans la fabrication des prosphores? Je suis venu avec cette attitude vers un boulanger de prosphores remarquable, le Père Adrien au monastère de Novo-Spassky. Je lui ai demandé, "Donne-moi ta recette." Mais il a répondu, "Sais-tu ce qu'est le gluten? Sais-tu ce qu'est la MDG (mesure de déformation du gluten)? Ce  sont des caractéristiques de la farine. J'ai pensé: "Pourquoi dit-il cela? Tout ce dont j'ai besoin, c'est d'une recette! "

On Mount Tabor. A pilgrimage to the Holy Land, 2005. Photo: Hieromonk Ignaty (Shestakov)

Sur le mont Thabor. Un pèlerinage en Terre Sainte, 2005 
Photo: hiéromoine Ignace (Chestakov) 
    
Plus tard, quand j'ai commencé à faire moi-même des prosphores, j'ai compris qu'on doit savoir cela, et qu'il n'a pas dit ces choses en vain; parce que si on ne les prend pas en considération on ne peut pas faire correctement des prosphores. On a besoin soit d'une énorme expérience de la tradition, ou on  a simplement besoin de comprendre quels processus se produisent. 

Incidemment, ce qui m'a vraiment aidé à comprendre le processus dans la fabrication des prosphores (la prosphore est après tout essentiellement du pain, c'est seulement un pain spécial), c'étaient des livres sur le pain, des livres ordinaires que vous pouvez trouver n'importe où. Ils vous donnent une meilleure compréhension de ce qui se passe, et ce n'est pas superflu. De plus, ces livres nous ont aidé d'une autre manière, nous cuisons aussi du pain pour les frères dans la boulangerie de prosphores. En général, la chose principale dans la cuisson des prosphores est la continuité. La deuxième chose, c'est votre propre expérience, ce qui est indispensable. Les livres sur la cuisson du pain sont utiles tout comme les manuels scolaires. 

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

(1) A la proscomédie, cinq prosphores sont utilisées. De la première, l'Agneau est coupé, qui devient plus tard le Corps du Christ. Parmi les quatre autres prosphores le prêtre retire une particule en mémoire de la Mère de Dieu, des saints, qui comprennent ceux qui composèrent le texte de la Liturgie, et pour la commémoration de membres de l'Église à la fois vivants et défunts. 

(2) Elena Ivanovna Molokhovetz (1831-1918) a écrit le classique de la littérature culinaire russe, un cadeau pour les jeunes ménagères, ou la façon de réduire les dépenses dans le ménage (1861). 
*

Chant des moines de Zarzma


samedi 18 octobre 2014

Lettre de saint Moïse d'Optina à son frère





6 octobre 1815 

Mon très cher petit frère, Alexandre Ivanovitch, 

Sois fort dans la Grâce du Christ! 

J'ai reçu ta lettre très bienvenue, pleine d'amour fraternel sincère avec délice et je me suis sincèrement réjoui que vous soyez tous en vie et bien, et je remercie Dieu pour ta bonne intention agréable à Dieu de te libérer du fardeau passionné et occasionnant le péché du monde, qui est si lourd pour une âme qui aime le Christ. Car véritablement "le monde entier gît dans le mal" (I Jean 5:19), et son activité n'est orientée vers rien d'autre que la satisfaction de la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l'orgueil opposé à Dieu (cf. I Jean 2:16). Avec ce motif les dévots du monde à la fois se trompent et trompent les autres avec des promesses flatteuses. Je me réfère à tes concessionnaires qui sont gentils avec toi, car ils sont à la recherche de profit et de pouvoir. Sur leur langue est un miel pur, mais dans leur cœur est le poison de l'avarice maudite, et avec ce motif leur bouche fais couler la douceur et ils chatouillent secrètement les gorges des âmes candides. Mais après, l'exact opposé de la douceur en résulte, et il s'avère que tout ce qui reste est amère tristesse et douleur sourde. 

Le monde promet beaucoup de bonnes choses, mais en réalité, non seulement il ne souhaite pas donner quoi que ce soit, mais il veille même à vous priver de tout ce que vous avez. Quiconque examine objectivement la société mondaine viendra à la conclusion inévitable que la plupart de son activité est non seulement en contradiction avec l'Evangile du Christ, mais qu'elle est aussi tout simplement inhumaine. Le Prophète dit: "Car je vois dans la ville la violence et les querelle; elles en font jour et nuit le tour sur les murs; L'iniquité et la malice sont dans son sein; la méchanceté est au milieu d'elle, et la fraude et la tromperie ne quittent point ses places" (Psaume 54: 9-11). 

Comme il est difficile pour celui qui aime Dieu et sa sainte loi de se trouver dans une telle société étrangère! Si d'une part on vit dans le monde sans se conformer à elle, on perd nécessairement sa faveur et son amitié et on est méprisé et ridiculisé. D'autre part, si l'on se conforme au monde et que l'on devient son fidèle ami, on devient forcément un adversaire de Dieu, " car un ami de ce monde est l'ennemi de Dieu" (cf. Jacques 4: 4). 

Alors, que peut-on faire face à de telles alternatives opposées? On ne peut que choisir l'une ou l'autre. Soit on doit repousser l'amour de Dieu et Sa loi pour des raisons de conformité au monde, ou bien il faut mépriser le monde pour le bien de l'amour de Dieu. Le Christ notre Dieu Lui-même a dit: "Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon" (Luc 16:13). C'est pourquoi, comme nous pouvons le voir dans l'histoire, ceux qui ont aimé Dieu avaient différentes façons de choisir une vie à l'étroit et affligée pour eux-mêmes, à l'exemple de la vie du Christ. 

Certains, comme les martyrs, se retrouvant dans la société du monde, enduraient toutes sortes d'oppression et de torture et enfin terminaient leur vie par l'effusion de leur sang. D'autres, comme les moines, se détachaient des préoccupations matérielles nuisibles et de leur propre gré mortifiaient tous leurs désirs charnels, passant leur vie dans la pauvreté volontaire, et ainsi ils devinrent agréables à Dieu. 

D'autres ont enduré des difficultés par d'autres manières pour l'amour du Christ et ont atteint au repos éternel après avoir parcouru de façon désintéressée leur propre chemin étroit au cours de leur vie. Et si toi aussi, mon cher petit frère, alors que tu te considères toi-même et le monde, tu dois choisir un mode de vie qui est adapté pour toi, mais assure-toi de suivre ton inclination intérieure et le désir de ton esprit. Avec foi suis Jésus-Christ qui t'appelle, si du moins tu as entendu sa voix dans ta conscience et dans ton cœur, tu as pris ta "lampe à tes pieds  (cf. "Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une lumière sur mon sentier." (Psaume 118: 105), id est la loi de Dieu. 

Petit frère, ne crains pas d'être privé de l'honneur du monde et de confort plaisant. Si tu désires être honoré par Dieu et rafraîchi dans le repos éternel, béni, et très doux, tu dois en venir à aimer l'humilité et l'endurance des difficultés pour l'amour de Christ, Qui S'est humilié et a enduré une mort honteuse pour toi. Incline ta nuque sous son joug, "car il est bon de porter le joug du Seigneur dès sa jeunesse" (cf. Lamentations 3:27). 

Le Fils de Dieu a dit: "Si quelqu'un me sert, qu'il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur" (Jean 12: 2 6). Et ainsi nous voyons, et où est-Il trouvé après Son incarnation? D'abord, il est regardé comme néant par le monde fier, Il est vilipendé, couvert de crachats, frappé et cloué sur la croix. Mais où est-Il plus tard, où est-Il maintenant? Dans la gloire de Son Père, en la fête du Royaume éternel. Et donc remarque, cher petit frère, que celui qui veut être là où est le Royaume le plus glorieux et ineffable du Christ, il ne peut l'atteindre que par les souffrances, à la fois volontaires et involontaires. "Car ainsi il fallait que le Christ souffrît, et qu'il entrât dans Sa gloire" (cf. Luc 24:26, 46). La même chose nous attend, aussi. "Mon fils, si tu viens servir le Seigneur, ton Dieu, prépare ton âme à la tentation" (cf. Sirach 2: 1), et ainsi de suite. 

Pourtant, tout comme il ne faut pas tromper en voyant le confort accessible de ce monde et sa douceur, de même il ne faut pas craindre la détresse et l'affliction pour le bien des commandements du Christ, car l'affliction est brève, mais le reste, la joie et la gloire après sont éternelles. Et pourquoi ne pas appréhender l'avenir ineffable, la béatitude éternelle en supportant la nécessité et la peine ici-bas, quand il est clair que même si quelqu'un ici devait "gagner le monde entier, et perdre son âme" (Matthieu 16:26), il s'éloignerait de cette béatitude éternelle avec le Christ, alors quel bien cela lui ferait-il? Aujourd'hui, il règne et est exalté par tout le monde, mais demain il entend le verdict, "Prenez le serviteur inutile, liez-lui pieds et mains, et jetez-le dans la géhenne de feu" (Matthieu 25:30, 22:13). 

Cher petit frère, tandis que tu contemples l'inopportunité de la vie dans le monde et combien elle est incompatible avec ta bonne conscience, n'hésite pas à mettre de côté tous les soucis, et engage-toi envers la volonté de Dieu. Résous-toi à adopter quelque mode de vie aux principes élevés que Sa providence t'indique. Quand je n'ai pas reçu de réponse de ta part, je me demandais si tu avais reçu ma lettre, mais maintenant je suis heureux que l'aies reçue sans délai. Je te remercie de tout mon cœur à la fois pour ta lettre et pour l'argent -assure-toi de me faire savoir où tu décides d'aller, et quand. Je reçois fidèlement tes lettres par le Père hiérodiacre Smaragde. De tous les startsy, je suis plus proche de lui; donc écris sans doutes. Il est difficile pour moi d'aller chercher les lettres personnellement car la ville est à plus de vingt-cinq miles de distance. 

Bien que ma lettre devienne longue, je veux encore ajouter quelque chose sur moi-même pour répondre à ta question sur ma santé. Dieu merci, je suis en bonne santé, et quant à ma vie, la meilleure façon dont je puisse penser pour la décrire est la suivante: elle comme un pèlerinage à Jérusalem, car une vie humaine est précisément un voyage. Et ce voyage est vers la Jérusalem d'En Haut. Car nous n'avons point ici-bas de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir" (Hébreux 13:14). Maintenant, imagine un voyage: à quoi ressemble-t-il? Il n'est pas monotone, mais varié. On rencontre des montagnes et des forêts, la faim et le froid, les intempéries et les tempêtes, les afflictions et les maladies, les tempêtes en mer et les attaques de brigands, la misère et la peur. Je ne vais pas énumérer les choses agréables que l'on rencontre également, même au milieu de tous les obstacles; surtout, l'espoir d'atteindre la ville tant attendue est une consolation particulière. 

Tu vois, petit frère, à quoi ressemble un voyage. Il en va de même, non seulement sur ​​le plan physique, mais aussi dans la vie spirituelle. À partir du printemps, j'ai pris soin du jardin, j'ai creusé, semé et planté. En été, je me suis construit une nouvelle petite cellule solitaire; maintenant je plante aussi tout autour. Au cours de l'hiver à venir, si le Seigneur m'en donne l'énergie et la santé, j'espère me reposer de tout cela, ou plutôt entreprendre des travaux plus spirituels. Je peux honnêtement dire​​, cependant, que je ne regrette pas mon mode de vie actuel ou désirer la vie dans le monde. Je ne peux pas assez remercier le Seigneur Dieu pour Sa grande miséricorde pour moi de m'avoir fait sortir de l'esclavage de l'Égypte et de me faire habiter dans cet ermitage, où je te souhaite le meilleur et reste ton frère dévoué, 

Le pécheur T., moine. 

Je m'incline très profondément devant vous tous.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après