"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 24 juillet 2016

Saint Macaire le Grand: la faim spirituelle



Si tu vois quelqu'un s'exalter et être arrogant au sujet de ses capacités, sache que même s'il a créé de grands signes et ressuscité des morts... il est pris par un mauvais esprit sans le réaliser. 

Même s'il a fait des miracles, ne le crois pas, parce que le signe du chrétien est de cacher aux autres tous les dons que Dieu l'a jugé digne de recevoir.

Ayant les richesses d'un roi, le chrétien les cache comme pour dire: "Ce ne sont pas mes richesses, quelqu'un d'autre les a mises là." 

Si quelqu'un dit: "Ce que j'ai acquis est suffisant pour moi, je n'ai pas besoin de plus," il n'est déjà plus chrétien, mais il est dans un état de délire, et il est devenu un instrument du Diable.

Parce que le ravissement en Dieu est insatiable, l'étendue de sa jouissance et le partage des bénédictions spirituelles est la mesure par laquelle sa faim en est augmentée. 

Ces gens ont un amour fervent et inextinguible pour Dieu. Plus ils réussissent, et plus ils acquièrent, et plus ils se reconnaissent comme des mendiants.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
orthodox.net/ pearls of the Fathers

Sur OrtodossiaTorino.net/ et sur Parlons d'Orthodoxie

La procession de la Croix dans toute l'Ukraine continue...
dans le silence assourdissant des média du monde...
et sur 
L'appel du métropolite Onuphre 

« Très révérends archipasteurs et pasteurs, révérends moines et moniales, chers frères et sœurs, 

Dans la vie de chaque chrétien surgissent des moments durant lesquels il doit se rappeler qu’il n’est pas simplement un homme croyant, mais une part de l’Église orthodoxe – le corps du Christ. Et le destin de l’Église et du pays dépendent de chacun de nous. L’histoire pluriséculaire de notre terre compte un grand nombre de pages tragiques. Nos compatriotes ont dû subir une multitude d’épreuves, et le plus grand malheur a toujours été la guerre. Et dans les temps les plus difficiles, les hommes se sont unis dans la prière commune à Dieu et la très sainte Mère de Dieu pour demander leur aide. Et nous savons combien de fois, alors qu’il semblait que tout espoir de salut s’était éteint, la Mère de Dieu a préservé nos villes et nos villages de la ruine. La force de la prière de nos compatriotes a maintes fois protégé notre Église également, ainsi que notre terre. 

Maintenant, c’est de nous qu’une telle prière est nécessaire. Avec grande affliction dans le cœur, nous vivons actuellement une nouvelle tragédie – le conflit armé se poursuit dans l’Est de l’Ukraine, le sang innocent de nos compatriotes est versé. La chose la plus grande que peut accomplir notre Église est d’appeler à la paix et de renforcer les prières afin que soit accordée la paix à notre terre ukrainienne, ce que nous faisons depuis le début des hostilités. Mais, malgré la mission pacificatrice de notre Église, on s’efforce de la rendre détestable aux yeux de la population ukrainienne.

Aujourd’hui, sur ce territoire de l’Ukraine qui est en paix, s’enflamme la guerre interconfessionnelle, différentes provocations ont lieu, dirigées contre le clergé et les fidèles en particulier et contre l’Église orthodoxe d’Ukraine dans sa globalité. En même temps, des cas fréquents nous sont connus, lorsque la force réunie de la prière des fidèles a accompli des miracles. Aussi, avec notre bénédiction, une procession pan-ukrainienne organisée par les diocèses de l’Église orthodoxe d’Ukraine aura lieu, avec la prière pour l’Ukraine, et qui commencera le 9 juillet dans l’Ouest de l’Ukraine, depuis la laure de la Dormition de Potchaïev, et le 3 juillet dans l’Est de l’Ukraine, depuis la laure de la Dormition de Sviatogorsk. 

Le 27 juillet, la veille de la fête du Baptême de la Russie de Kiev et de la mémoire du saint prince Vladimir égal-aux-apôtres, ces processions se rejoindront à Kiev au parc Vladimirskaya Gorka et se dirigeront ensemble à la Laure des Grottes de Kiev, où seront célébrés les offices solennels. Les processions seront accompagnées par les icônes miraculeuses de la Mère de Dieu de Potchaïev et de Sviatogorsk et d’autres saintes icônes et reliques. Cette procession qui commencera simultanément depuis l’ouest et l’est, traversera tout notre État. Elle unira l’Ukraine, car l’Église orthodoxe a toujours été et est une telle force qui réunit tous les hommes de notre pays. La procession n’est pas simplement notre labeur spirituel. C’est l’action consciente, volontaire de chaque âme chrétienne qui suit les commandements évangéliques en actes. Aussi, regarder simplement la procession est insuffisant. 

C’est le temps de manifester sa conscience chrétienne. Que celui qui peut faire cette procession pendant un long laps de temps, qu’il le fasse. Qui peut le faire seulement dans sa localité, qu’il le fasse. Nourrir les pèlerins, cela constitue également votre participation dans cette grande œuvre. Lorsque le Seigneur a demandé le repentir aux habitants de Ninive, ceux-ci lui ont obéi et ont détourné leur cœur du mal et de la violence. Ils ont renoncé à la nourriture et à l’eau, et pour cet exploit, le Seigneur a eu pitié d’eux. 

Nous croyons que la Mère de Dieu qui, tant de fois a défendu notre terre, se trouve aujourd’hui aussi, en larmes, près du trône de Son fils et prie pour nous. Nous devons aussi, en rejetant la colère, la haine, la méchanceté, et en nous armant de l’amour et du pardon, renforcer notre labeur de prière : afin que cessent de couler les larmes des mères, afin que les enfants ne restent pas orphelins, que le femmes ne deviennent pas veuves, afin que la jeunesse ne devienne pas invalide, afin que nos villes et villages ne soient pas détruits, et les maisons, désertées. C’est précisément le but de la procession pan-ukrainienne, la marche de la paix, de l’amour et de la prière pour l’Ukraine. J’implore la bénédiction de Dieu sur tous les participants de la Procession, et je leur souhaite l’aide du Tout-Puissant dans cette œuvre agréable à Dieu, 

+ Onuphre, métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine, primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine ». 

samedi 23 juillet 2016

Saint Basile le Grand: La récompense finale


     Par le Saint-Esprit vient notre retour au Paradis, notre ascension vers le Royaume des cieux, notre adoption renouvelée en tant que fils et filles de Dieu, notre liberté d'appeler Dieu Père, notre partage dans la grâce du Christ, notre naissance comme enfants de lumière, notre part de gloire éternelle; en un mot, notre accession à la plénitude de la bénédiction, dans ce monde et dans le monde à venir, de ces bonnes choses contenues pour nous dans les promesses, et voyant leur grâce comme dans un miroir, nous les attendons avec impatience par la foi, comme si elles étaient déjà présentes. 

Si tel en est le gage, alors de quelle grandeur sera la récompense finale? S'il s'agit là des premiers fruits, alors quelle en sera la plénitude?

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Chœur d'hommes d'Optina: Chant à la Mère de Dieu

vendredi 22 juillet 2016

Les noms Jésus et Marie


Question: 

J'ai entendu dire qu'il ne faut pas nommer Marie, une fille née le jour de la Nativité de la Mère de Dieu. Et que, en fait, on peut ne pas nommer une fille Marie en l'honneur de la Mère de Dieu, quelle que soit la date à laquelle elle est née. En est-il ainsi? Expliquez, s'il vous plaît, pourquoi.

Réponse: 

Dans notre Église, il n'est pas accepté de prénommer quelqu'un en l'honneur de Jésus-Christ et de la Mère de Dieu. La raison en est la vénération profonde pour leur sainteté. Le nom de Jésus [ou Josué] est donné en l'honneur du juste  Jésus. fils de Navé. 

Le nom de Marie répandu en Russie parmi les chrétiens orthodoxes est donné en l'honneur des saintes agréables à Dieu Marie-Madeleine, Marie d'Egypte, et d'autres saintes portant ce nom.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Chine orthodoxe

Le premier chant entendu sur cette video est le Tropaire de Pâques en Chinois

jeudi 21 juillet 2016

Une apparition récente de la Mère de Dieu au Mont Athos



M. K.P. était allé à la Sainte Montagne, et avait reçu l'hospitalité des Pères du saint et grand Monastère de Vatopaidi. Le 26 octobre 2014, il demanda aux Pères  s'il pouvait aller à la confession. Les Pères lui dirent que le lendemain, qui était un lundi matin, il pouvait y aller.

Le 27 octobre 2014, à 4 heures du matin, le service de Matines a commencé, et il est descendu à l'Eglise, et après avoir vénéré les icônes, il alla s'asseoir. Il y avait beaucoup de gens dans l'église, et dans la stalle où il se mit, il était assis à côté d'un homme, mais l'autre côté était vide.

Il attendit patiemment, mais le temps passait, et le moine qui l'aurait conduit au confesseur ne paraissait pas. Autour de 4h 20, il se retourna, et vit à côté de lui, dans la stalle auparavant vide, une moniale! La moniale s'approcha de lui et lui a dit: "Attends, tout ira bien, tu te confesseras. Ne t'inquiète pas, il suffit d'attendre un peu."

Il pensait que très certainement, les grands monastères avaient dans leurs murs une moniale pour aider à l'église. Peu de temps s'écoula, et l'homme impatient pensa qu'il devait partir pour trouver quelqu'un pour l'emmener à la confession. Il était environ 4h 45 quand il eut l'intention de partir. Il fit un pas, et encore une fois, il vit la moniale l'approcher, l'attraper par l'épaule, et le faire retourner doucement vers sa stalle. Et elle lui dit: "Je t'ai dit d'être patient et d'attendre... Maintenant, l'hexapsalme se finit, et le moine viendra pour t'emmener au confesseur pour te confesser."

En réalité, au bout de deux minutes, le moine vint pour le conduire au confesseur. K.P. ne dit rien à ce moine parce qu'il était méfiant. En réalité, quand il arriva vers  le confesseur, après avoir parlé un peu, K.P. lui dit: "C'est bien que vous ayez eu cette moniale là pour m'inciter à être patient et à attendre..."

"De quelle moniale parles-tu, béni? Il n'y a pas ici de moniales. Ceci est la Sainte Montagne, les femmes et les moniales n'y sont pas autorisées!"

"Mais, j'ai parlé deux fois avec elle!"

Le père spirituel répondit: "Tu as parlé avec notre Panaghia (Toute Sainte, id est la Mère de Dieu), mais tu ne le savais pas, mon enfant!"

Ensuite, le confesseur lui demanda de la décrire. 

K.P. déclara: "Elle était grande, autour des 30-35 ans, et très belle!"

Version Française Claude Lopez-Ginisty
d'après




mercredi 20 juillet 2016

Sur Orthodoxie.com:Un hiérarque du Patriarcat de Constantinople a rencontré le leader du « Patriarcat de Kiev »


Un hiérarque du Patriarcat de Constantinople, l’archevêque du diocèse de Winnipeg et du Centre de l’Église orthodoxe ukrainienne au Canada, le métropolite Yurij (Kalichtchuk) a rencontré le leader du « Patriarcat de Kiev » schismatique. Le métropolite de Lougansk et Altchev Mitrophane (Église orthodoxe d’Ukraine) a signalé cette rencontre, qui a eu lieu le 14 juillet à Kiev, au Département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Dans une lettre, le métropolite Mitrophane a exprimé ses regrets que le métropolite Yurij n’ait pas trouvé la possibilité de rendre visite au primat de l’Église canonique orthodoxe d’Ukraine, S.B. le métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre, tout en ayant été d’accord pour rencontrer publiquement le « patriarche » Philarète, qui a créé le schisme en Ukraine. De telles rencontres sont en contradiction tant avec l’esprit des canons ecclésiastiques et l’ordre prévalant dans les actions mutuelles des évêques canoniques du monde orthodoxe entier, qu’avec l’esprit d’unité de l’Église, sous le signe duquel s’est déroulé le Concile en Crète, dont il est tant parlé dans les documents conciliaires, a fait remarqué le président du Département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Le métropolite Mitrophane a exprimé l’espoir que le fait donné constitue un malheureux malentendu et n’affectera pas les relations traditionnellement chaleureuses et amicales entre l’Église orthodoxe d’Ukraine et le Patriarcat de Constantinople.


Sur le blog saint Materne!


Le Chrétien doit tout accepter! (Chesterton)

"Nous sommes arrivés à une époque où l'on attend du Chrétien qu'il loue toutes les croyances sauf la sienne."
Gilbert Keith Chesterton
(29 Mai 1874 – 14 Juin 1936) 





"These are the days when the Christian is expected to praise every creed except his own."
G.K. Chesterton
in: Illustrated London News (11 August 1928)

Orthodoxie au Japon

mardi 19 juillet 2016

Theodore Danalache: Les Lampades




La lampade nous accueille à l'entrée de chaque d'église, éclaire le coin de prière de la maison [le beau coin], le lampade éclaire le visage quand nous arrivons en face de l'icône d'un saint, la lampade caresse doucement et repose l'âme, la lampe fait partie du culte liturgique orthodoxe, contribuant à enrichir l'éthique chrétienne.

Le mot "lampade" vient du grec "Kandil" [καντηλ], ce qui signifie " lumière vigilante." Cela rappelle au chrétien qu’il doit sans cesse veiller, ne sachant pas quand viendra l’Epoux, le Christ, pour l’inviter dans la chambre nuptiale.

Qu'est-elle et comment utiliser la lampade?

Mais qu’est-ce que la lampade? La plupart du temps, la lampade est sous la forme d'un vase avec de l’huile sur la surface duquel, un peu de liège supporte un fil de coton qui brille et brûle en douceur. Le fil de coton épais attire l'huile de la cuve, donnant une flamme tout le temps de la même intensité. Lorsque le niveau d'huile descend trop, la lampade peut s’éteindre, raison pour laquelle on la remplit périodiquement d'huile.


Lampade à l’Ermitage de Darvari

Par vénération et amour pour les saints, les chrétiens adorent Dieu avec les meilleures choses, la meilleure qualité, comme avant, ils adorèrent Dieu en lui offrant les premiers fruits de tout travail humain. Ainsi, si possible, il faut mettre dans la lampade une huile de qualité, propre, et qui ne soit pas rance. En outre, le vase doit être correct, et le coton naturel, pour brûler sans fumée et sans heurts.

La lampade se trouve en face d'une icône de saint, sur une table ou accrochée à un support fixé au mur. Dans l'église, des lampades sont suspendues devant toutes les grandes icônes, en particulier celles sur l'iconostase, et d'autres plus choisies, placées dans le narthex et la nef. En outre, une lampade brûle sans cesse sur l’autel, et une autre sur la table de proscomédie au Sanctuaire. Parfois, sur l’autel on met un chandelier avec sept récipients qui contiennent une lampade chacun.

Le foyer chrétien, se félicitant de la grâce du Saint-Esprit, dans le saint sacrement du mariage, devient une église du Christ. Par conséquent, les maisons ont un coin de prière, des livres saints, de l'encens et un encensoir, des cierges et des icônes, et bien sûr, une lampade. La lampade est utilisée dans les églises et dans les maisons. Chaque maison a sa lampade. Où est votre lampade? Celle-ci est mise dans un lieu de la maison, souvent là où se font la plupart des prières.


Lampades

Comment et pourquoi utiliser la lampade? Elle nous aide surtout à rassembler l’esprit et les pensées. La Lumière du Christ illumine tout le monde, dit souvent Eglise. Il est le Soleil levant d'en Haut, Qui a fait jaillir la lumière du monde de la Résurrection et Son Royaume. Dans l'Eglise d'Orient, tout est lumière, parce que dans tous les transparaît Jésus-Christ, la Lumière du monde.

Comment nettoyer la lampade et que faire de l’huile qu’elle contient?

Le vénérable staretz Païssios du Mont Athos, dans un de ses paroles spirituelles, dit des femmes d'aujourd'hui: «Autrefois, les femmes avaient une grande piété. Jamais elles ne lavaient la lampade, mais la nettoyaient avec grand soin. Elles ne jetaient pas l'huile altérée, parce que celle-ci était reçue comme une grande bénédiction, étant sanctifiée par le multiples prières dites devant elle. "


Lampades devant les saintes reliques aux grottes de Kiev

L’huile de la lampade est sanctifiée. Les lampades dans les églises, qui sont allumées devant les saintes icônes ou les saintes reliques donne aux croyants l'huile sanctifiée comme une bénédiction. Souvent, il s’est avéré que l'huile de la lampade [devant les icônes ou les reliques] des saints a des pouvoirs de guérison, la guérison de beaucoup d'infirmités. Les prières des fidèles et la présence des saints, des icônes et des reliques, vont « charger » cette huile avec la bénédiction de Dieu.


J’ai souvent vu les prêtres et les moines des monastères et des églises prendre de l’huile des saintes lampades et en donner tout ou partie aux fidèles malades qui le désiraient. Saint Nectaire le Thaumaturge [d'Egine] a des reliques au Monastère de Radu Voda à Bucarest. Là, beaucoup de croyants viennent prendre de l’huile sainte à sa lampade. Cela arrive dans de nombreux monastères et églises.

En voyant un tel pouvoir de guérison de l’huile de la lampade, et la piété chrétienne envers elle, on ne peut nettoyer la lampade n’importe comment, nous n’allons pas jeter l'huile qui coule ou l’essuyer avec un chiffon, puis le jeter. Il est approprié de nettoyer pieusement la lampade et de brûler [ce qui a servi à cet effet] avec d'autres onctions ou fleurs séchées, au fil des ans, puis de jeter les cendres dans un endroit propre.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Le martyre de la famille impériale


lundi 18 juillet 2016

5ème Anniversaire de la Naissance au Ciel du staretz Arsène [Papacioc]



DSC02674


Nous célébrons mardi 19 Juillet, 2016, le cinquième anniversaire de la naissance au Ciel du Père Arsène Papacioc. A cette occasion, Sa Béatitude Daniel, Patriarche de Roumanie, a célébré aujourd'hui 16 Juillet 2016, après la Divine Liturgie, un service commémoratif au monastère patriarcal stavropégiaque de Sainte Marie de Techirghiol.

A la fin, le primat de l'Église orthodoxe roumaine a prononcé un discours évoquant la mémoire du Père Arsène Papacioc.

Sa Béatitude le Patriarche Daniel, a souligné que le Père Arsène est présent à travers l'héritage laissé à l'Eglise, mais aussi à travers ses prières au Ciel.

Père Arsène est présent non seulement dans sa tombe, qui se trouve à proximité de la maison où il a vécu et confessé et a guidé des milliers de croyants, mais dans l'héritage spirituel laissé à l'Eglise, par ses nombreux sermons. Il est mystiquement présent dans ses prières au Ciel, parce que ceux qui ont beaucoup prié dans la vie sur terre, prient dans le ciel, a dit Sa Béatitude.

La commémoration de ceux qui se sont endormis, a souligné le patriarche roumain, est un acte de foi et un signe de notre amour pour eux.

L'amour exprimé par la prière est plus fort que la tombe, que l'espace et le temps qui séparent. Par conséquent, les prières pour ceux qui reposent sont l'expression de la foi orthodoxe qui croit en Jésus-Christ vivant. Même si le corps meurt l'âme doit vivre comme le Sauveur Jésus-Christ lui-même nous l’assure dans l'Evangile de saint Jean en disant: "Je suis la résurrection et la vie; celui qui croit en moi, vivra même s’il meurt. Et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. "(Jean 11: 25-26).

Le souvenir de ceux qui sont défunts est un acte de foi. Nous croyons que l'âme est immortelle, parce qu'elle est créé à l'image de la vie éternelle de Dieu. Le souvenir de ceux qui sont passés loin de nous, est un signe de notre amour pour eux et donc nous montre que nous devons aimer les autres, non seulement les vivants, mais aussi ceux qui sont défunts. Ce souvenir de ceux qui sont défunts est un signe d'espoir qu'ils ressusciteront et que nous serons à nouveau ensemble, mais c’est aussi un signe de notre communion avec l'Eglise.

L’Eglise orthodoxe roumaine a dit que le père Arsène était un prêtre sage, un bon conseiller et un guérisseur des âmes.

Père Arsène Papacioc père était un mentor, un prêtre en même temps très sage et un bon conseiller. Il n'était pas si dur concernant les canons, il était plus clément, mais il admonestait les croyants à pratiquer l'amour miséricordieux: l'amour de Dieu manifesté dans la prière et l'amour de compassion pour nos semblables montré par une bonne parole, de bons conseils dans ce bel acte de miséricorde. 

[...]
L’essentiel dans la vie humaine est l'amour de Dieu et du prochain. Il a dit qu’en un tournemain, l’homme peut atteindre le salut s'il se repent. Il a également écrit un livre intitulé "L’éternité contenue dans un instant" publié en 2004. Il était plus un guérisseur des âmes, des blessures laissées par le péché dans l'âme, qu'un juge des actes des personnes. C’est pourquoi il était aimé par le peuple.

C’était un homme avec un visage brillant, plein d'espoir spirituel et de joie, comme une sorte de gage de la paix et de la joie du royaume de Dieu, montré sur le visage des êtres dans la vie terrestre. En ce jour du souvenir, nous demandons au Dieu Bon de mettre son âme dans les tentes avec les saints et les justes. Dans le même temps, nous espérons qu'il prie au Ciel pour le monastère et pour tous les enfants et tous les fils spirituels qu’il a guidés et nous demeurons confiants que ses prières portent en particulier cette communauté du monastère de Techirghiol, qui est un monastère missionnaire avec beaucoup de prières et beaucoup de travail pour recevoir les pèlerins, mais aussi les patients recevant la prière et un traitement médical. La meilleure façon d'honorer ceux qui sont décédés, après avoir prié pour eux, est de suivre l'exemple de leur vie afin de nous réjouir avec eux dans l'amour de la Sainte Trinité, et la communion des saints, a conclu Sa Béatitude.

Après cela, il est allé sur la tombe du Père Arsène et célébré une pannikhide, suivie par le chant « Mémoire éternelle ».

L’Archimandrite Arsène [Papacioc], l'un des Pères les plus importants de l’Orthodoxie roumaine, est né le 13 Août 1914 au village de Misleanu, dans la commune de Perieti du district de Ialomita. Le nom dans le monde du Père Arsene était Anghel. 

En 1932, il fut diplômé de l'Ecole des Arts et Métiers de Bucarest. Il est reçu comme "frère" au monastère Cozia en 1947, et il accomplit toutes les autres obédiences à Cioclovina en Gorj (1948-1949) et au monastère de l'Ermitage (1949). Il fut tonsuré moine au monastère Antim à Bucarest (1950), il fut ordonné prêtre pour le monastère Slatina (26 septembre 1950). 

Il fut arrêté le 14 juin 1958, condamné à 20 ans de prison pour "conspiration contre l'ordre social". Après cela, il passa par les prisons de Braşov, Aïoud et Jilava et fut libéré en 1964. Après sa sortie de prison, il est appelé comme prêtre en Transylvanie; Il fut un temps staretz au monastère de Cozia, et en 1976, il devint père spirituel du monastère de Sainte-Marie de Techirghiol


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après













Valaam/ Pâques

dimanche 17 juillet 2016

Père Seraphim (Rose):La Faim de Dieu (R)


"L'homme a faim, de ce qui est plus que lui-même, de ce qui est plus que le monde, c'est la faim de Dieu de l'homme, la faim d'être participant de Sa nature, qui empêche toutes les tentatives visant à ce qu'il soit satisfait de moins que cela. 

Et cette faim est tellement centrale dans l'homme qu'elle se manifeste aujourd'hui plus clairement, en dépit du fait que les hommes ont perdu conscience de son existence. En fait, le caractère "irrationnel" de tant de choses dans l'histoire contemporaine est le résultat précisément de cette ignorance de l'homme qui ne sait pas ce qu'il veut vraiment."

"Notre époque a appris à ne croire en rien de plus élevé que l'esprit humain, et que les idées de cet esprit humain, c'est pourquoi les conflits de nos jours sont "idéologiques", et c'est la raison pour laquelle la vérité n'est pas en eux. 

Car La vérité est seulement dans la vie de communion avec la Vérité Vivante, avec le Christ; en dehors de Lui il n'y a pas de Vie, pas de Vérité. " 

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après le livre du Hiéromoine Damascène
Fr. Seraphim Rose: His Life and Works, 
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California,
USA, 2003

Mont Athos

Librairie Apostolia




Ce livret pour enfants raconte la vie de notre Seigneur Jésus-Christ en utilisant de très belles icônes byzantines. C'est la version française de l'ouvrage de Marina Palaki, publié en grec par Athos Paidika  en 2008. Il convient aux enfants de plus de 3 ans, mais les adultes aimeront ce texte émaillé de splendides illustrations.

(Prix non indiqué)



Ce livre parle de notre Père parmi les saints Jean Chrysostome. Cette vie est écrite pour la collection Apostolia Junior

(Prix: 6 euros)

*

Pour toutes les commandes, livres et CD, s’adresser à :
librairie@mitropolia.eu

Sur Parlons d'Orthodoxie

La barbarie sans nom a, une nouvelle fois, frappé la France
Nous avons appris que parmi les victimes de Nice il y a un lecteur de la cathédrale Saint Nicolas, le serviteur de Dieu, Igor Chelechko  ainsi que deux habitants d'Anvers invités du père Andrey Eliseev, Paix à leurs âmes.  

« Tu es, en effet, Seigneur, le secours des sans-secours, l’espérance des désespérés… Sois tout pour tous, toi qui connais chacun, ses prières, sa famille, ses nécessités. » (Extrait de la Liturgie de saint Basile) 

La barbarie sans nom a, une nouvelle fois, frappé la France. La ville de Nice est éprouvée depuis hier, le jour de notre fête nationale, par une violence perpétrée contre des innocents, hommes femmes et enfants de tous âges, une violence qu'aucune cause ne peut justifier. Les évêques membres de l’Assemblée des Evêques Orthodoxes de France, condamnent avec la plus grande fermeté cet attentat terroriste inqualifiable qui n'entame point la volonté de la France d'aller de l'avant. 

Les évêques orthodoxes de France saluent la continuelle mobilisation des autorités françaises et des forces de l'ordre qui apportent soutien et secours aux citoyens de notre pays. Ils prient pour les victimes blessées et pour les personnes décédées, et expriment leurs condoléances les plus fraternelles et leur solidarité à leurs familles et proches. 

Contact Presse AEOF --- 
 Email : contact@aeof.fr

samedi 16 juillet 2016

Saint Macaire d'Egypte: la Voie du salut


Quand ils avaient subi de nombreuses tortures et avaient montré de l'endurance jusques à la mort, les saints martyrs devenaient dignes de couronnes et de gloire. 


Plus cruelle étaient les tortures qu'ils avaient subies, plus ils acquerraient de gloire et d'audace devant Dieu. 


De la même manière, et à condition qu'elles soient patientes jusques à la fin et ne se plaignent pas, les âmes qui ont été soumises à de grandes afflictions, (soit par d'autres personnes soit par des maladies corporelles), ont également été récompensées par les mêmes couronnes, et la  même gloire que les martyrs. 


Et ces gens vont non seulement profiter de tout cela à l'avenir, de la part de Dieu, mais même ici-bas, il leur sera accordé la consolation du Saint-Esprit. 


Et puisque le chemin qui mène à la vie céleste est en effet étroit et plein d'afflictions, et que peu nombreux sont ceux qui cheminent sur cette voie, c'est la raison pour laquelle, pour le bien de l'espérance du Ciel, nous devons supporter avec une patience inébranlable chaque épreuve du Malin. 

Les souffrances du temps ne peuvent en aucun cas être comparées à la gloire qui nous sera donnée.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Chants orthodoxes "Znaménié"