"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 17 octobre 2010

ORTHOPRAXY/ Site de Confession Personnelle: Je ne suis rien - Et vous?





Quand un moine dit: "Je ne suis rien", je pense qu'il dit, ce que je suis et ce que je pense que je suis, dans mes passions, ne sont pas du même ordre. De même, quand il dit: "J'ai rien fait de bon" ou "ce que j'ai fait n'est rien", je pense qu'il dit que ce qu'il a fait et ce qu'il voit qu'il doit faire sont si éloignés, qu'il n'y a pas de comparaison. C'est la même chose, en quelque sorte, comme quand on dit que si Dieu existe, je n'existe pas, et vice versa. Il n'y a aucune analogie entre la contingence et la Sainte-Trinité. Dire "je ne suis rien" n'est pas nier que Dieu m'a créé, ni que Dieu m'aime. C'est dire que tout ce que j'ai attribué au «je», tout à fait à tort, n'a aucune analogie avec ce que je suis vraiment conçu pour être - nous sommes créés à l'image indélébile de Dieu, mais la ressemblance de Dieu est quelque chose d'accessible uniquement par le biais de la theosis [Déification]. Quelque part entre ces lignes, la mort s'est infiltrée dans tous mes efforts, mes meilleures intentions, mes risons en apparence "pures".

Un gâteau n'est pas terrible parce qu'il est tombé. Mais ce n'est pas ce que nous entendons, exactement, par «gâteau», et ce n'était pas l'intention pour ce gâteau en particulier. Il se pourrait qu'il soit délicieux. Il pourrait être merveilleux dans son désordre et son ratage. Mais ce n'est pas un gâteau, pas vraiment. Comme gâteau, c'est nada. Et c'est parce qu'un gâteau est bien plus que simplement sa forme, ou son goût, ou l'un quelconque des composants - c'est la somme beaucoup plus importante de l'ensemble.

Nous pourrions faire les choses bien, et ainsi penser que nous sommes «bons», selon un ordre de pensée. Mais dire en même temps que ce que nous appelons «bon» n'est rien, c'est dire tout simplement qu'il n'y a pas d'analogie entre Dieu et l'homme. Je peux atteindre le bien seulement d'une manière brisée. Je ne peux devenir bon que de cette façon. Mais cette brisure n'est analogue en aucune manière à l'ensemble que nous étions censés être, sans être troublés par la mort. Ce tout, est plus que les pièces que nous voyons brisées, comme si les rafistolages créaient ce que Dieu avait à l'esprit, et encore moins le rendaient divin. "Je ne suis rien" signifie "il y a d'autres mondes en dehors de ceux-ci", que tout n'est pas de cet ordre, tout n'est pas sujet à la mort - tout que je vois. En ce sens, "je ne suis rien" est l'expression par excellence de la foi elle-même.

Je ne suis rien, veut dire qu'étant à l'image de Dieu ne confère pas, dans cette mort qui consumme tout ce qui est, la piété. L'image et la ressemblance, précisément par l'épée de séparation de la mort, sont devenus déconnectées, jetées dehors, si loin qu'il n'y a plus aucune analogie.

Lorsque nous lisons dans les Écritures, "si je n'ai pas la charité, bien que je déplace les montagnes, je ne suis rien" et que nous entendons tous les moines nier qu'ils ont la charité, en disant: "Je n'ai pas aimé", "je n'aime pas", "je ne sais rien de l'amour - je n'ai pas réussi à aimer" ", cela signifie que ce qu'ils ont accompli de l'amour est si éloigné de l'amour dont Dieu nous parle et l'a révélé dans le Christ, est si peu analogue, ils sont seulement consistants avec eux-mêmes, et c'est la même chose pour eux que de dire "je ne suis rien" exactement pour les mêmes raisons. Tout ce que je suis, est si éloigné de ce que je suis censé être et ce que le Christ est vraiment, et un jour par le biais de la theosis, je pourrais être en Christ, mais je dis aujourd'hui: "Je ne suis rien".

L'erreur que le vulgaire fait en général, est de penser à toutes les choses sont du même ordre, ce qui fait de Dieu seulement un forme plus élevée d'aubergine. Mais ces moines diraient que c'est si éloigné que si je devais attribuer un «ordre» des choses, Dieu ne serait pas d'aucun ordre, et vice versa. Car dire "je ne suis rien" n'est pas si différent que de parler de l'obscurité de l'inconnaissance, ou alternativement que Dieu, "habite une lumière inaccessible" - ces choses, encore une fois, souligner simplement l'échec de l'analogie entre l'ordre créé et la Sainte-Trinité. 

En effet, la vie que saint Paul décrit ("Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas"[Rm ]") est une autre façon de dire non pas qu'il ne n'a pas fait de bonnes choses, mais que le bien de ces choses est si loin du bien vers lequel il s'efforce, que ce n'est pas le bien que nous faisons, ou pensons, ou que nous sommes, qui est en question à partir des mots "Je ne suis rien", mais plutôt la limitation de notre propre vision du bien, parce que le seul bien que nous voyons est le bien accessible à cet ordre créé, cette contingence, cette sphère de l'existence qui tourne autour de la Mort.

La vision que les moines ont des choses est au-delà de l'ordre créé. Ils disent que par rapport à l'ensemble de mon mieux et de ce que je suis dans la contingence (qui est pour toujours) et dans la mort (ce qui ne l'est pas), d'autres l'autre est tout, et je ne suis rien. Ceci est mal écrit, et je ne suis pas un savant. Je ne suis pas vraiment en mesure de dire ce qu'est la vision qu'ont les moines . Parce que je les écoute, ne signifie pas que je peux vous dire ce dont ils parlent. Seul quelqu'un qui a vu ce qu'ils peuvent voir peut en parler. Même le répéter, c'est perdre quelque chose dans la «traduction», le sens; quand je le fais - cela va le recontextualiser et le réduire et même en abuser. Alors pardonnez-moi si j'ai commis une erreur. Ce blog est une manière de regarder et d'essayer d'écouter et de se souvenir et de penser, bien plus qu'il n'est une tentative de dire quelque chose à quelqu'un. Je me rends compte que ce n'est pas conventionnel - c'est seulement ce qui fonctionne pour moi.


Version française Claude Lopez-Ginisty 
d'après

Aucun commentaire: