"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

jeudi 25 février 2021

APPEL DES AMIS DU MONASTERE SAINT NICOLAS D'ANDROS

 

Icône myrrhoblyte miraculeuse de la Mère de Dieu 
"Racine de Jessé"
du Moanastère Saint Nicolas d'Andros


Le monastère Saint Nicolas d’Andros est dans l’épreuve


Les lecteurs de ce blog se souviendront des deux appels lancés ici même les 16 février et 6 septembre 2020 en faveur du Monastère Saint Nicolas d’Andros. Le premier faisait suite au grave accident qui avait touché le père Evthyme, et le second était lié à la situation financière alarmante du monastère.


Grâce à la générosité des donateurs, le monastère a pu être chauffé jusqu’à ce mois. Qu’ils en soient tous très cordialement remerciés.


Pour ce qui concerne la santé du père Evthyme, après avoir pu réintégrer le monastère et être progressivement en mesure de reprendre les offices en fin d’année (avec l’aide d’une canne), il a été à nouveau douloureusement éprouvé, voilà près d’un mois, en faisant une chute dans l’escalier qui l’a laissé avec quatre côtes cassées, ainsi que la clavicule fracturée en plusieurs parties, ce qui a donc entraîné une nouvelle hospitalisation.


Les épreuves arrivant selon la volonté de Dieu, un nouveau coup a ensuite frappé le monastère dans la personne du père higoumène Dorothée, qui a dû être hospitalisé d’urgence en milieu de semaine passée par suite d’une pancréatite subite.

Le diagnostic n’a pu être établi qu’après quatre longs jours de douloureuse attente et a nécessité un transfert d’urgence à Athènes, alors que la Grèce était perturbée par des chutes de neige inhabituelles qui avaient immobilisé le pays. Ceci a entraîné l’hospitalisation du Père dans une clinique privée, du fait que dans cette situation perturbée l’hôpital public n’a pas été capable de le recevoir. Le coût de la clinique est démesurément élevé (1700 euros/jour), mais il n’y avait aucune alternative.

Son état de santé demeure très préoccupant, car l’infection est importante. 

A l’origine, il s'agit d'un très gros caillot composé de petits cristaux et de pierres, émanant de la vésicule biliaire, qui a fini par se fendre et dont une partie s'est désagrégée (avec le risque de boucher le canal pancréatique). 

Le pancréas entretemps s’est enflammé, ce qui peut être dangereux si cela évoluait.

Théoriquement, le Père devrait subir deux opérations. Une pour enlever la vésicule. Et une autre (après le résultat du scanner) pour éliminer les calculs qui se sont déplacés dans l’organisme. 

Toutefois, dans l’état actuel, les médecins ne peuvent pas opérer, tant que le pancréas est enflammé.

Actuellement, la situation est la suivante : le Père est resté à la clinique jusqu'à ce vendredi, il doit ensuite être hébergé à Athènes (n’étant pas en état de retourner au monastère) chez des membres de sa famille en attendant que l'inflammation régresse (par l’administration des antibiotiques).

Mais, le point crucial reste que la clinique n’entend pas effectuer d'opération avant que les frais d'hospitalisation de ce premier séjour n'aient été intégralement payés (!) - ce qui, pour plus d’une semaine, équivaut à une somme astronomique, dont le monastère ne dispose même pas des premières arrhes ! 

La santé du père Dorothée étant dangereusement compromise, elle dépend dans les faits de toutes les personnes de bonne volonté, d’où la raison de cet urgent appel.

Si vous souhaitez lui venir en aide, vous pouvez utiliser les coordonnées indiquées ci-après.


Soyez d’avance remercié !


Dieu bénit l’action de chacun.

 


Fondation Héritage Orthodoxe (Geneva, Switzerland)

IBAN : CH8904835177686032001

SWIFT CRESCHZZ80A

Référence : Monastère de Saint Nicolas


(Les versement effectués depuis la Suisse peuvent obtenir une attestation de dons pour déduction fiscale)



mercredi 24 février 2021

Kirill Aleksandrov :Le spectre de la troisième union avec les catholiques n'est plus un spectre


L'union de Phanar avec Rome peut avoir lieu dès 2025. 
Photo: UOJ

Le patriarche Bartholomée a donné une interview, où il a confirmé le cours de l'unité avec les catholiques à accomplir en 2025, à l'occasion du 1700e anniversaire du concile de Nicée.

Beaucoup de lecteurs sont déjà fatigués des publications abondantes sur Bartholomée concernant son récit ambigu sur ce qui se passe dans l'Église et des photos conjointes avec le pape François. On pourrait renoncer à couvrir la rhétorique et les actions de cette personne, s'il ne se positionnait pas comme le premier sans égal, le «chef» de l'Orthodoxie, que l'Église et les croyants sont obligés d'écouter et d'obéir. Et si tout est laissé au hasard, il se peut qu'à un moment donné, ce «chef» de l'Orthodoxie conduise l'Église vers la mauvaise destination. Ces plans sont discutés encore plus fréquemment et publiquement. Cependant, tout d'abord…

Le 13 février 2021, le patriarche Bartholomée de Constantinople a donné une autre interview , dans laquelle il a confirmé que ses activités dans un proche avenir visent à l'union avec Rome. De plus, il y a de nombreuses révélations tout aussi importantes dans l'interview, qui indiquent que l'orthodoxie traverse des moments difficiles.

Capture d'écran du site Web avvenire.it

Avant de procéder à l'analyse de l'entretien, il faut prêter attention au fait qu'il a eu lieu dans la perspective du 30e anniversaire du patriarcat Bartholomée, qui sera célébré le 2 novembre 2021. Cela a été mentionné séparément dans le texte. Cela signifie que l'entrevue en elle-même n'est pas un passage en revue, mais résume dans une certaine mesure ces 30 ans. Dans de tels cas, les questions et les réponses de l'entrevue sont réfléchies et convenues à l'avance. En conséquence, nous n'avons pas seulement une conversation avec un journaliste, mais un certain message significatif que le patriarche Bartholomée veut faire passer à un certain public. Dans ce cas, on peut supposer qu'un tel public est principalement constitué des cercles politiques libéraux et des couches de la population qui sympathisent avec eux, ainsi que des catholiques et du pape François personnellement. Les messages du patriarche Bartholomée s'adressent en premier lieu à eux et consistent à confirmer la fidélité à l'agenda dit libéral et à l'invariabilité du parcours vers l'adhésion au Vatican. En fait, le préambule de l'interview sur le site avvenire.it dit honnêtement que l'interview a été préparée par un certain nombre de publications protestantes européennes.

Dans l'interview, le patriarche Bartholomée a répondu à des questions sur l'unification avec Rome, sur ses activités en Ukraine, sur le conflit orthodoxe causé par cette activité, sur la transformation de Sainte-Sophie en mosquée, etc. Cependant, ce n'est pas le message le plus significatif. La chose la plus importante qui découle de l'entretien est l'identité ecclésiale du patriarche Bartholomée et, indirectement, de tout le patriarcat de Constantinople.

Sur l'identité de l'église

A la toute fin de l'entretien, le journaliste d'Avvenire a posé la question: "A votre avis, de quoi dépend aujourd'hui l'autorité des religions?" La question est posée dans un style séculier, mais cela signifie ce qui suit: quelle est l'essence de la religion, que doit montrer la religion au monde? Et comme la question était posée au primat de l'une des Églises orthodoxes, la réponse devait être donnée au nom de l'Église orthodoxe.

Avant de citer la réponse du patriarche Bartholomée, tournons-nous vers les saints pères et voyons comment ils pourraient répondre à cette question. Par exemple, le moine Éphraïm le Syrien dirait que la valeur de l'Église réside dans le fait que Dieu y habite: «Béni sois-tu, Église des fidèles, car le Roi des rois a établi sa demeure en toi. Tes fondations ne seront jamais ébranlées, car le Seigneur est ton gardien, et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre toi, et les loups prédateurs ne peuvent ni écraser ni affaiblir ta forteresse. Oh, comme tu es grande, Maison de Dieu! Comme tu es belle! "

Saint Théodoret de Cyr dit la même chose: «Le Christ Seigneur prend la place de la tête, et ceux qui croient en lui prennent la place du corps».

Saint Cyprien de Carthage dirait que la valeur de l'Église réside dans le salut des hommes: "Il n'y a pas de vie en dehors de l'Église: la Maison de Dieu est une, et personne ne peut être sauvé ailleurs que dans l'Église."

Saint Cyrille de Jérusalem souligne que l'Église révèle la vérité aux gens: «L'Église enseigne sans dommage tous les dogmes que les gens ont besoin de connaître».

De même, saint Théophile d'Antioche: "Pour les marins, Dieu a conçu les îles comme un refuge, et pour un monde accablé par le péché, Il a accordé des églises saintes qui suivent l'enseignement de la vérité."

Sans exception, tous les saints pères disent que la valeur (l'autorité, dans la terminologie séculière) de l'Église du Christ (qui est une et la même que la religion chrétienne) réside dans le fait que dans cette Église une personne s'unit à Dieu et sauve son âme pour la vie éternelle ... Voici ce que répond le patriarche Bartholomée: «Aujourd'hui, l'autorité des religions est largement appréciée par leur contribution à la lutte pour la paix. Il est inacceptable que les religions, forces de paix et de réconciliation, soient fanatiques et divisent. Ni le progrès scientifique, ni le développement économique, ni la communication via Internet ne sont suffisants pour parvenir à la paix. Nous, chrétiens, tout en servant la cause de la paix et dans la lutte pour la justice, avons le devoir le plus élevé - de montrer l'unité indissoluble d'amour pour Dieu et d'amour pour notre prochain. "

Ce qui précède signifie que même les commandements d'amour pour Dieu et pour le prochain, selon le patriarche Bartholomée, doivent servir la cause de la lutte pour la paix et la justice. Pas un mot sur Christ, pas un mot sur le salut de l'âme, pas un mot sur le Royaume des Cieux, pas un mot sur la repentance! Cependant, la prédication du Christ et de saint Jean le Précurseur et des saints apôtres a commencé avec rien de plus que "Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche" (Matt. 4:17).

Mission de l'Église

Définissant la mission de l'Église, le patriarche Bartholomée dit d'abord les mots apparemment corrects: "La mission de l'Église est le témoignage de l'Évangile et de la transformation du monde en Christ, qui, évidemment, ne se réalise pas par l'indifférence à son égard ou par son rejet." Mais ensuite, révélant leur signification, cela montre que ce ne sont rien de plus que de belles paroles: «En tant que patriarche, je me suis battu pour la stabilité et l'unité de l'Orthodoxie, pour le dialogue interculturel, interreligieux, interchrétien, et j'ai pris beaucoup d'initiatives pour protéger l'environnement, maintenir la paix et la solidarité, le respect des droits de l'homme, dont le premier est la liberté de religion, toujours fondée sur la source inépuisable de la tradition orthodoxe. Et la promotion de l'unité chrétienne est un fait que j'ai considéré comme très important tout au long de ma vie. » C'est-à-dire qu'en réalité, le patriarche Bartholomée est engagé dans trois choses:

· œcuménisme;

· protection du monde et de la nature;

· stabilité et unité de l'Orthodoxie.

De plus, toutes les actions non seulement du patriarche Bartholomée, mais aussi de ses prédécesseurs au cours des cent dernières années, témoignent de ce que Phanar entend par la stabilité et l'unité de l'Orthodoxie. C'est alors que le Patriarcat de Constantinople est à la tête de toute l'Église et s'immisce dans les affaires des Églises locales. En matière de protection de la paix et de la nature, le Phanar a des performances médiocres. Mais cela n'est pas fait pour le résultat, mais pour l'image. Quoi qu'il en soit, je voudrais m'attarder sur l'œcuménisme plus en détail.

À propos de l'œcuménisme

Au tout début de l'entretien, le patriarche Bartholomée énumère tous les mérites de son Église en coopération avec les hérétiques: «Le patriarcat œcuménique ne se limite pas à la participation à des événements œcuméniques, mais est l'un des fondateurs et sponsor central du COE (Conseil mondial des églises - Ed.). À l'occasion du 500e anniversaire du début de la Réforme luthérienne, le Patriarcat œcuménique a participé à divers événements. Une signification symbolique particulière est le fait qu'en 1981, 400 ans après la fin des contacts théologiques par correspondance entre Tübingen et le patriarche œcuménique Jérémie II Tranos, un dialogue théologique officiel a commencé entre la Fédération luthérienne mondiale et toute l'Église orthodoxe. "

Mais qu'en est-il de ceux qui croient que les catholiques, les luthériens, les protestants, etc. ne sont pas des Églises avec lesquelles «nous devons mener un dialogue théologique», mais des communautés qui se sont éloignées de l'Église, le seul dialogue avec lequel en termes de modalités de retour à l'Orthodoxie? Le patriarche a dit ce qui suit à leur sujet: «Dans le monde orthodoxe d'aujourd'hui, il existe différents groupes qui expriment un esprit anti-œcuménique extrême et caractérisent l'œcuménisme comme une« hérésie ». Le Saint et Grand Concile de l'Église orthodoxe, tenu en Crète en 2016, a condamné tous ceux qui «sous le prétexte de défendre la véritable orthodoxie» violent l'unité de l'Église. "

Autrement dit, ceux qui considèrent les structures religieuses non orthodoxes comme des hérétiques, selon le patriarche Bartholomée, violent l'unité de l'Église. Ceux-ci incluent, par exemple, le métropolite Athanase de Limassol, qui a refusé de signer les documents du Concile crétois, expliquant qu '" il n'y a pas d'églises et de confessions, il n'y a que ceux qui ont quitté l'Église, et ils devraient être appelés hérétiques et schismatiques. . "

Ceux qui considèrent les structures religieuses non orthodoxes comme des hérétiques, selon le patriarche Bartholomée, violent l'unité de l'Église.

Le métropolite Athanase de Limassol est-il le seul dans l'histoire de l'Orthodoxie? Pas du tout. Tous les saints pères appartiennent à de tels «violateurs de l'unité de l'Église». La quintessence de cette opinion est la phrase de saint Cyprien de Carthage: "Celui qui est en dehors de l'Église ne pourrait être sauvé que si quelqu'un qui était en dehors de l'arche de Noé avait pu être sauvé." Tout effort pour trouver un saint (à la fois ancien et proche de nous en termes de temps de vie), qui parlerait positivement de l'œcuménisme, ne sera pas couronné de succès. L'histoire de l'œcuménisme sous sa forme actuelle a environ cent ans et cette histoire témoigne sans équivoque que l'œcuménisme n'a presque rien à voir avec le témoignage du Christ, tel que les apôtres et tous leurs disciples l'ont compris.

Saint Ignace (Briantchaninov) a également écrit qu'aucun dialogue théologique avec ceux qui ont dévié de la foi orthodoxe n'est possible: «Les hérétiques sont-ils chrétiens? Où est-ce que tu as eu çà? De nombreuses armées de saints subirent le martyre, préféraient le tourment le plus féroce et le plus prolongé, la prison, l'exil, plutôt que d'accepter de participer avec les hérétiques à leur enseignement blasphématoire. L'Église œcuménique a toujours reconnu l'hérésie comme un péché mortel, a toujours reconnu qu'une personne infectée par la terrible maladie de l'hérésie est morte dans l'âme, étrangère à la grâce et au salut, étant en communion avec le Diable et sa destruction ... »

À propos du Vatican

Dans une interview, le patriarche Bartholomée a parlé très chaleureusement du pape François, a déclaré qu'il l'avait rencontré une dizaine de fois et que leurs efforts visaient à l'unification: "Bien sûr, la question du chemin de l'unité et du progrès du dialogue théologique demeure d'une importance capitale dans nos relations. "

Il y a plusieurs mois, dans un sermon à l'occasion de la fête du Saint Apôtre André le Premier appelé, le patriarche Bartholomée a déclaré que le dialogue entre catholiques et orthodoxes conduisait à l'unité complète. En même temps, il a affirmé qu'une telle unité viendra "malgré les objections de ceux qui sous-estiment la valeur de la théologie ou considèrent l'œcuménisme comme une utopie". Maintenant, la tête de Phanar a esquissé les contours plus spécifiques d'une telle unité. Il a déclaré que le mouvement vers l'unité peut être considérablement avancé dans le cadre du prochain anniversaire du premier concile œcuménique de Nicée en 2025:«Sans aucun doute, le 1700e anniversaire du premier concile œcuménique de Nicée en 2025 peut être l'occasion pour les Églises chrétiennes de réfléchir sur leur propre chemin, sur les erreurs du passé et du présent, et de prendre des mesures plus sérieuses.

Même le patriarche Bartholomée lui-même ne sait probablement pas ce que l'on entend par ces «étapes plus sérieuses». Il reste encore quatre ans avant cette date, pendant lesquels beaucoup de choses peuvent se passer dans le monde. Par conséquent, on peut tout supposer, d'une simple réunion à une association à part entière. Une chose est sûre: le pape François et le patriarche Bartholomée essaieront de tirer le meilleur parti de l'anniversaire du concile de Nicée en vue de l'unification complète Vatican-Phanar et de ceux qui obéissent aux revendications du patriarche Bartholomée pour la primauté. en Orthodoxie.

Le patriarche Bartholomée a également révélé quelques contours d'une éventuelle unification : «Le premier concile œcuménique de Nicée est un symbole, une station, un tournant dans l'histoire du christianisme, non seulement parce qu'il a formulé le Credo, mais aussi parce qu'il a émis 20 canons. Nicée offre donc une occasion unique d'apprécier notre héritage canonique commun du premier millénaire et d'examiner l'importance du droit canonique comme instrument de promotion du dialogue œcuménique. En analysant les déclarations du patriarche Bartholomée au cours de la période récente, on peut voir comment il absolutise, dogmatise littéralement les règles canoniques des conciles œcuméniques. Pourquoi fait-il cela?

La réponse est qu'il veut convaincre tout le monde que les canons cimentent pour toujours et à jamais les circonstances politiques qui existaient au premier millénaire. Cela signifie que l'Empire romain (byzantin) existe toujours, Constantinople est toujours la ville régnante et le patriarche de Constantinople dirige toujours l'église locale la plus nombreuse. Le patriarche Bartholomée et les partisans du «papisme orthodoxe» tentent même de déduire la primauté du pouvoir du chef de Phanar des canons, mais nous ne nous attarderons pas sur cette question maintenant. En ce qui concerne l'idée d'unification avec les catholiques, l'absolu des canons conduit à affirmer que puisque les canons des conciles œcuméniques parlent de l'Église romaine comme l'une des Églises locales et, en même temps, la plus importante, alors c'est toujours le cas malgré le fait que le Vatican a introduit de nouveaux dogmes et a déformé l'enseignement de l'Église.

Ainsi, il est tout à fait clair que le patriarche Bartholomée conduit ses partisans à la troisième union (après Lyon en 1274 et Florence en 1439) avec le Vatican, et 2025 est une étape importante pour soit inaugurer cette union, soit faire un grand pas dans cette direction.

Dans son entretien, le patriarche Bartholomée a également évoqué ses actions en Ukraine, sur la scission entre les Églises locales, sur la question de sa primauté, la transformation de Sainte-Sophie en mosquée etc. Nous n'aborderons pas ses déclarations maintenant (puisque rien de nouveau n'a été dit), mais examinons plutôt comment l'ambition de Phanar de s'unir au Vatican peut affecter l'Église orthodoxe.

Comment les événements peuvent se développer

Aujourd'hui, les églises orthodoxes locales sont divisées; il n'y a pas de communion eucharistique entre l'Église russe et l'Église de Constantinople et partiellement les Églises de Grèce, d'Alexandrie et de Chypre. L’Eglise russe entretient des contacts uniquement avec les hiérarques des Églises ci-dessus qui ont déclaré ne pas reconnaître l’Église orthodoxe d’Ukraine. Cette reconnaissance ou non-reconnaissance est, apparemment, le critère de cette «démarcation». Cependant, en réalité, tout est beaucoup plus grave. La création de l’Église orthodoxe d’Ukraine par le Phanar et l'octroi du Tomos d'autocéphalie conventionnelle n'est qu'une manifestation visible des revendications du Phanar vers la domination dans l'Orthodoxie.

Pendant de nombreuses décennies, le patriarcat de Constantinople a promu l'idée de sa propre primauté dans l'Orthodoxie, affirmant que l'Orthodoxie ne peut tout simplement pas exister sans cette primauté. La quintessence de cette idéologie était l'article du chef actuel de l'archidiocèse américain du patriarcat de Constantinople, l'archevêque Elpidophore (Lambriniadis) "Le premier sans égal". C'est précisément en réalisant ce concept, selon lequel le patriarche de Constantinople a le pouvoir de s'immiscer dans les affaires de toute Église locale pour faire comme il l'entend, que le patriarche Bartholomée a pris ses actions bien connues en Ukraine. Les Eglises locales étaient confrontées à un dilemme: être d'accord avec elles ou pas? Ainsi, la question de la reconnaissance de l’église orthodoxe d’Ukraine est devenue une question de reconnaissance de la suprématie du Phanar dans l'Orthodoxie. Alexandrie, Les Églises grecque et chypriote ont accepté de le reconnaître, mais pas dans toute sa plénitude. Nous ferions mieux de ne pas parler maintenant de la pression exercée sur ces Églises par le Département d'État américain. Il se peut fort bien que d'autres Églises locales reconnaissent également l’église orthodoxe d’Ukraine.

Mais c'est une chose de reconnaître l’église orthodoxe d’Ukraine et même d'accord avec la direction de Phanar et une autre de participer à l'union avec les catholiques.. La situation évolue dans une direction telle que la première entraînera la seconde. À ce stade, lorsque les évêques de diverses Églises locales se rendent compte que la reconnaissance de l’église orthodoxe d’Ukraine n'est pas la fin de l'histoire et qu'ils seront forcés de suivre le Phanar dans l'union, un scénario complètement différent peut survenir. Comme le montre la triste expérience de l'Union de Lyon et de Florence, les fidèles et le clergé ordinaire abordent les idées d'unification avec les catholiques de manière extrêmement négative. Ce rejet peut également pousser les évêques hésitants à rester fidèles à l'Orthodoxie. Qui est Serge (Epiphane) Doumenko et pourquoi il n'a pas de consécration canonique, est inconnu de beaucoup, mais qui sont les catholiques et pourquoi l'unification avec eux est une déviation de l'Orthodoxie est compris par un plus grand nombre de personnes.

Par conséquent, on peut supposer qu'à mesure que 2025 approche et que les perspectives d'union avec le Vatican deviendront plus claires, il y aura de moins en moins de personnes disposées à suivre le Phanar. J'aimerais qu'il en soit ainsi. Peut-être verrons-nous les Églises qui ont reconnu l’église orthodoxe d’Ukraine se retirer de leur reconnaissance. Cela se produira peut-être après le changement de direction de ces Églises. Mais ceux qui décident néanmoins de suivre le sillage du patriarcat de Constantinople franchiront, comme on dit, le Rubicon, et ainsi la division qui existe aujourd'hui entre les Églises locales se transformera en un véritable schisme.

Dans tous les cas, l'Église orthodoxe va faire face à des moments difficiles où elle devra défendre sa fidélité au Christ et prouver son droit de croire et de vivre comme les saints pères l'ont commandé.

Version française Claude Lopez-Ginisty
Source: 

mercredi 17 février 2021

J.-C. LARCHET: RECENSION/ Saint Païssios l'Athonite. La vie familiale

PAUSE PENDANT QUELQUES TEMPS


*



Ce volume des « Paroles » de saint Païssios l’Athonite est considéré comme l’un des meilleurs des six recueils publiés par le monastère Saint Jean le Théologie de Souroti, dont deux ont déjà paru en français (Avec amour et douleur – Le combat spirituel), dans l’excellente traduction de Mère Photinie (Marchal).
Comme son titre l’indique, il est consacré principalement à la vie familiale. Une première partie, après avoir abordé la question du choix d’un chemin de vie (vie conjugale ou vie monastique), traite des conditions d’une vie familiale harmonieuse, et de la patience comme vertu qui « sauve la famille ». La deuxième partie traite des obligations des parents (« La procréation », « Le rôle de la mère dans l’éducation des enfants », « La responsabilité des parents dans l’éducation des enfants »). La troisième partie parle des enfants et de leurs obligations (« Les enfants, leurs joies et leurs difficultés », « Le respect et l’amour des enfants pour leurs parents »). La quatrième partie traite de « la vie spirituelle dans la famille », puis, après ce chapitre, s’étend à une sphère plus vaste : « Le travail et la vie spirituelle », « La tempérance dans la vie quotidienne ».
Les deux dernières parties s’écartent davantage encore du thème de la vie familiale pour aborder deux sujets également fondamentaux : « Les épreuves dans notre vie » (en particulier la maladie et le handicap), et « La mort et la vie à venir ».
Comme dans les volumes précédents de la série, la plupart des propos du Père Païssios ont été enregistrés lors de rencontres avec le sœurs du monastère.
Les enseignements du saint Géronda sont denses, profonds, d’une grande richesse spirituelle, imprégnés par la grâce qui l’habitait, toujours simples, concrets, et souvent teintés d’humour. La plupart de problèmes de la vie conjugale et de la vie familiale sont ici abordés, sur la base d’une vaste connaissance des âmes et des situations que le saint a acquis à travers ses rencontres avec les milliers de personnes venues le consulter au Mont-Athos et lors de ses séjours au monastère de Souroti ; on en trouve d’ailleurs de multiples traces dans les exemples concrets qui émaillent les propos de l’Ancien.
Certains conseils trouvent une limite dans le fait qu’il ont été dispensés dans un contexte qui était encore celui d’un pays dont les structures familiales étaient traditionnelles et qui était imprégné par l’Orthodoxie, une situation qui a aujourd’hui beaucoup changé, y compris en Grèce, et où il n’existe plus dans le couple la hiérarchie de l’homme dominant et de la femme soumise, où la plupart des femmes sont une activité professionnelle, et où les enfants subissent, dans leur vie sociale et par le biais des médias numériques, des influences d’une société désormais fortement sécularisée. Il ne fait pas de doute que l’Ancien, s’il vivait encore en ce monde, trouverait à ce nouveau contexte, pour certains sujets qu’il aborde, des réponses plus adaptées. À noter aussi que sur la façon d’affronter la maladie et le handicap, si la perspective de l’Ancien a sa cohérence, d’autres perspectives sont également possibles et tout aussi conformes aux valeurs chrétiennes. Ces deux réserves étant faites, le livre fourmille de tant d’analyses et de conseils pertinents que chacun pourra, à sa mesure et selon ses propres conditions de vie, en tirer un grand profit spirituel.

Saint Passïos l’Athonite, Paroles 4. La vie familiale, Éditions du monastère Saint-Jean-le-Théologien, Souroti de Thessalonique, Grèce, 2020, 300 pages. On peut se procurer le livre dans les librairies des monastères orthodoxes, notamment sur le site du monastère de la Transfiguration, et à la librairie La Procure.

Jean-Claude Larchet







lundi 1 février 2021

Une lettre de saint Théophane le Reclus


Serge Zelev, folkloriste de Penza a publié une lettre nouvellement découverte écrite par saint Théophane le Reclus, trouvée dans un village du district de Penza, rapporte le diocèse de Penza.

La lettre est authentique et écrite de la main du saint hiérarque, rapporte le diocèse. Le morceau de papier jauni par l'âge et plié en deux dans une petite enveloppe a été conservé jusqu'à nos jours depuis 1888.

Sur le devant de l'enveloppe est écrit "A Nijni Lomov (Dist. Penza), Couvent de la Dormition, à la respectée Révérende Moniale Martha (Ivanovna Klimova)." Dans le coin inférieur gauche se trouve une marque postale noire ronde avec la date "23 février 1888" et une inscription dans le cercle extérieur "Chatsk, Tambov D., Post. telegr. cont.".

Au dos de l'enveloppe, en bas, se trouve un texte à l'encre noire (dans l'ancienne orthographe russe) : "Une lettre authentique de Son Éminence Théophane, Reclus de Vysha, écrite à la moniale Cléopâtre (anciennement Martha Ivanovna Klimova)." Sur ce côté, trois marques postales rondes, dont la centrale est découpée.

Voici le texte de cette lettre d'instruction spirituelle [...]:


22 février 88. Que la miséricorde de Dieu soit avec vous, très dignement respectée moniale Martha ! Vous me demandez de vous écrire, mais vous n'avez pas écrit ce que vous voulez savoir. La seule chose qui me reste à faire est de vous souhaiter le salut de votre âme : ce que je fais maintenant.

Vous savez bien sûr comment œuvrer pour le salut... Je vous rappellerai tout de même ce qu'il faut faire avant tout...

L'essentiel, c'est la crainte de Dieu. Quand Il viendra, alors comme un bon maître de maison, Il arrangera tout dans l'âme comme Il lui plaît. Vous l'avez [cette crainte de Dieu]? Si oui, remerciez Dieu et préservez-la ; mais si vous ne l'éveillez pas, car elle est présente dans notre âme, et si elle ne se manifeste pas, c'est seulement par notre inattention.

Le premier enfant de la crainte de Dieu est un esprit contrit, un cœur brisé et humilié. Que le sentiment de contrition ne quitte jamais le cœur !

Afin de maintenir la crainte de Dieu, nous devons toujours nous accrocher au souvenir de la mort et du Jugement.

Dès votre réveil, rappelez-vous ce souvenir, et vous vivrez toute la journée avec lui dans votre cœur comme votre premier conseiller.

Ajoutez à cela la conscience de la présence du Seigneur près de vous et en vous, afin qu'il voie tout, y compris ce qui est le plus caché. Cette prise de conscience et le souvenir de la mort sont indissociables de la crainte de Dieu. Lorsque cette trinité s'installera dans votre cœur, alors votre prière viendra du cœur, avec un cri constant vers le Seigneur Sauveur.

C'est tout !

Si vous avez cela en vous, quel que soit le degré, alors votre œuvre de salut est en marche ; mais sinon, vous devez tout élever dans le cœur. Car si nous n'avons pas cela, tout le reste n'est rien...

Sauvez-vous !

Vous avez bien fait de ne pas essayer de venir dans notre monastère, car en raison de ma mauvaise santé, je ne reçois jamais de visiteurs. Je vous souhaite bonne chance. 

Vladika Théophane.

Cette lettre a été conservée dans les archives de la pieuse famille Klimov à Nijni Lomov.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

*
Reliquaire de saint Théophane le Reclus