"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 31 janvier 2021

Saint Ignace Briantchaninov: Sur la vigilance

 Ignace Briantchaninov - Babelio

L'âme de toutes les pratiques pour le Seigneur est la vigilance. Sans vigilance, toutes ces pratiques sont infructueuses. Celui qui désire se sauver doit s'établir de telle sorte qu'il puisse rester constamment vigilant envers lui-même, non seulement dans la solitude, mais aussi dans des conditions de distraction, dans lesquelles il est parfois involontairement entraîné par les circonstances.


Sur la vigilance 
écrite pour un certain laïc à la suite de son désir 
de vivre une vie vigilante dans le monde 

Que la crainte de Dieu l'emporte sur toutes les autres sensations sur la balance de votre cœur; et alors il vous conviendra d'être vigilant envers vous-même, à la fois dans le silence de votre kellia [cellule] et au milieu du bruit qui vous entoure de toutes parts.

Une modération bien raisonnée dans les denrées alimentaires, diminuant la chaleur passionnée de son sang, tend grandement à faciliter votre capacité à vous occuper de vous-même; tandis que la passion de votre sang, issue comme elle d'une consommation excessive de denrées alimentaires, de mouvements corporels extrêmes et intensifiés, de l'inflammation de la colère, étant entêtante de vanité, et en raison d'autres causes, donne lieu à un multitude de pensées et de rêveries - en d'autres termes, à la distraction. Les Saints Pères, tout d'abord, attribuent à celui qui désire s'occuper de lui-même une abstention modérée, uniformément mesurée et constante de la nourriture. (Dobrotoliubiye [Philokalia], Pt. II, Ch. De Saint Filofei [Philotheus] du Sinaï)

Au réveil du sommeil - image du réveil des morts, qui attend tous les hommes - dirigez vos pensées vers Dieu, en lui offrant les premières pensées de votre esprit, qui ne s'est pas encore imprégné de vaines impressions.

Après avoir soigneusement rempli tous les besoins de la chair au sortir du sommeil, lisez tranquillement votre règle habituelle de prière, en ne vous souciant pas tant de la quantité de votre expression de prière que de sa qualité; c'est-à-dire, faites-le avec attention, afin que, grâce à votre attention, votre cœur puisse être éclairé et animé par un sentiment de prière et de consolation. Après avoir conclu votre règle de prière, dirigez à nouveau toutes vos forces vers la lecture attentive du Nouveau Testament, principalement de l'Évangile. Au cours de cette lecture, prenez attentivement note de toutes les instructions et commandements du Christ, afin que vous puissiez diriger toutes vos actions - à la fois manifestes et voilées - conformément à elles.

La quantité de lecture est déterminée par sa force et par ses circonstances. Il n'est pas nécessaire de peser sur son esprit avec une lecture excessive des prières et des Écritures; de même, n'est-il pas nécessaire de négliger ses besoins pour pratiquer une prière et une lecture immodérées. De même que l'usage excessif de denrées alimentaires trouble et affaiblit le ventre, l'usage immodéré de la nourriture spirituelle affaiblit l'esprit et crée en lui une répulsion aux pratiques pieuses, le conduisant au désespoir. ([Saint] Isaac le Syrien, "Sermon 71")

Pour le novice, les Saints Pères suggèrent des prières fréquentes - mais brèves. Quand l'esprit mûrit avec l'âge spirituel, devenant plus fort et plus viril, alors on sera en bonne condition pour prier sans cesse. C'est à ces chrétiens qui ont atteint la maturité dans le Seigneur que se rapportent les paroles de l'apôtre Paul:

"Je désire donc que les hommes prient partout, en levant des mains saintes, sans colère ni reproche." (I Tim. II, 8) c'est-à-dire sans passion et sans aucune distraction ni inconstance. Car ce qui est naturel à l'homme n'est pas encore naturel à l'enfant.

Éclairé, par la prière et la lecture, par notre Seigneur, Jésus-Christ, le Soleil de la Justice, on peut alors sortir pour mener à bien les affaires de son cours quotidien, en veillant avec vigilance à ce que dans toutes ses actions et paroles, dans tout son être, la volonté sainte de Dieu puisse prévaloir, telle qu'elle fut révélée et expliquée aux hommes dans les commandements de l'Évangile.

S'il y a des moments libres au cours de la journée, utilisez-les pour lire attentivement certaines prières choisies, ou certaines parties choisies de l'Écriture; et, au moyen de celles-ci, fortifiez les pouvoirs de votre âme, qui se sont épuisés par l'activité au milieu d'un monde de vanités.

S'il n'y avait pas de tels moments en or, il faut regretter leur perte, comme s'il s'agissait de la perte d'un précieux trésor. Ce qui est gaspillé aujourd'hui ne doit pas être perdu le lendemain, car notre cœur se livre commodément à la négligence et à l'oubli, qui conduisent à cette sombre ignorance, si ruineuse de l'activité divine, de l'activité du salut de l'homme.

Si vous avez la chance de dire ou de faire quelque chose qui est contraire aux commandements de Dieu, traitez immédiatement votre faute par la repentance; et, au moyen d'une contrition sincère, revenez sur la Voie de Dieu, dont vous vous êtes écarté par votre violation de la volonté de Dieu. Ne vous attardez pas en dehors de la Voie de Dieu! Répondez avec foi et humilité aux pensées, rêveries et sensations pécheresses en leur opposant les commandements de l'Évangile et en disant, avec le saint patriarche Joseph:

«Comment prononcerai-je cette mauvaise parole et ce péché devant Dieu? (Genèse XXX, 9)

Celui qui est vigilant envers soi-même doit se refuser toute rêverie, en général, quelle que soit son attrait et son apparence, car toute rêverie est l'errance de l'esprit, qui le flatte et le trompe, tout en étant hors de la vérité, dans le pays des fantômes inexistants, et incapable de réalisation. Les conséquences de la rêverie sont: perte de vigilance envers soi-même, dissipation de l'esprit, dureté du cœur pendant la prière, d'où vient la détresse de l'âme.

Le soir, partant dans le sommeil - qui, par rapport au jour qui vient de s'écouler, est la mort - examinez vos actions au cours de cette journée. Un tel [auto-] examen n'est pas difficile, car, en menant une vie attentive et attentive, cet oubli qui est si naturel à un homme distrait est détruit par la vigilance envers soi-même. Et ainsi, après avoir rappelé tous vos péchés, que ce soit par acte, ou parole, ou pensée, ou sensation, offrez votre repentir à Dieu pour eux, avec à la fois la disposition et le gage sincère de l'auto-amendement. Plus tard, après avoir lu la règle de prière, concluez la journée qui a commencé en méditant sur Dieu, en méditant, une fois de plus, sur Dieu. Où partent-ils - toutes les pensées et les sentiments d'un homme endormi? Quel mystérieux état d'être est ce sommeil, pendant lequel l'âme et le corps sont à la fois vivants et non vivants, aliéné de la conscience de sa vie, comme mort? Le sommeil est aussi incompréhensible que la mort. Au cours de celui-ci, l'âme se repose, oubliant les afflictions et les calamités terrestres les plus cruelles qui l'ont assaillie, en imaginant son éternel repos; tandis que son corps (!!)... s'il se lève du sommeil, se lèvera aussi, inévitablement, des morts.

Le grand AgaThon a dit: "Il est impossible de réussir dans la vertu sans faire preuve de vigilance envers soi-même." (Le Patericon de Scété)

Amen.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

*

samedi 30 janvier 2021

Saint Ignace [Brianchaninov]: La lecture des Saints Pères

Saint Ignace (Briantchaninov): Sur l'orthodoxie

La conversation et l'association avec son prochain affectent beaucoup une personne. La conversation et la connaissance d'un savant transmettent beaucoup de connaissances; avec un poète, beaucoup de pensées et de sentiments exaltés; avec un voyageur, beaucoup d'informations sur les pays, sur les caractères et les coutumes des peuples. Il est évident que la conversation et la connaissance des saints communiquent la sainteté. "Pour le saint, tu seras saint, et pour l'homme sans reproche, tu seras sans reproche. Pour ton élu, tu seras l'élu, et pour le pervers, tu seras pervers" (Psaumes 17: 25-26).

Désormais, au temps de cette courte vie terrestre, que l'Écriture n'a même pas appelée «vie», mais plutôt «cheminement», faisons la connaissance des saints. Voulez-vous appartenir à leur société céleste, voulez-vous participer à leur bénédiction? Désormais, associez-vous avec eux. Quand vous sortirez de la maison du corps, alors ils vous recevront à eux-mêmes comme leur propre connaissance, comme leur propre ami (Luc 16: 9).

Il n'y a pas de connaissance plus proche, il n'y a pas de lien plus étroit, que le lien d'unité des pensées, l'unité des sentiments, l'unité du but (I Corinthiens 1:10).

Là où il y a unité de pensées, il y a sans faute une unité d'âme, il y a sans faute un but, un succès identique dans la réalisation de son but.

Appropriez-vous les pensées et l'esprit des Saints Pères en lisant leurs écrits. Les Saints Pères ont atteint le but: le salut. Et vous atteindrez cet objectif par le cours naturel des choses. En tant que personne d'une seule pensée et d'une seule âme avec les Saints Pères, vous serez sauvé.

Le Ciel a accueilli dans son sein béni les Saints Pères. Par cela, il a rendu témoignage que les pensées, les sentiments et les actions des Saints Pères lui plaisent. Les Saints Pères exposent leurs pensées, leur cœur, l'image de leur activité dans leurs écrits. Cela signifie que la véritable orientation vers le ciel, dont témoigne le ciel lui-même, ce sont les écrits des Pères.

Les écrits des Saints Pères sont tous composés par l'inspiration ou sous l'influence du Saint-Esprit. Merveilleux est l'accord entre eux, merveilleuse est leur onction! Celui qui est guidé par eux a sans aucun doute la guidance spirituelle du Saint-Esprit.

Toutes les eaux de la terre coulent ensemble dans l'océan, et il se peut que l'océan serve de commencement à toutes les eaux de la terre. Les écrits des pères sont tous unis dans l'Évangile; ils ont tous tendance à nous enseigner l'accomplissement exact des commandements de notre Seigneur Jésus-Christ; de tous à la fois la source et la fin est le saint Evangile.

Les Saints Pères enseignent comment aborder l'Évangile, comment le lire, comment le comprendre correctement, ce qui aide et ce qui empêche de le comprendre. Et donc, au début, occupez-vous de la lecture des Pères. Lorsqu'ils vous auront appris à lire l'Évangile, lisez d'abord l'Évangile.

Ne pensez pas qu'il vous suffit de lire seulement l'Évangile, sans la lecture des Saints Pères! C'est une pensée fière et dangereuse. Il vaut mieux, que les saints Pères vous conduisent à l'Évangile, en comme leur enfant bien-aimé qui a reçu son éducation et son éducation préparatoires au moyen de leurs écrits.

Beaucoup de gens, tous ceux qui ont rejeté de façon insensée et présomptueuse les Saints Pères, qui sont venus sans aucun intermédiaire, avec une audace aveugle, avec un esprit et un cœur impurs à l'Évangile, sont tombés dans l'illusion fatale. L'Évangile les a rejetés; il ne donne accès à lui-même qu'aux humbles.

La lecture des écrits des Pères est la mère et la reine de toutes les vertus. De la lecture des écrits des Pères, nous apprenons la vraie compréhension de la Sainte Écriture, la foi juste, le mode de vie en accord avec les commandements de l'Évangile, la profonde estime que l'on devrait avoir envers les commandements de l'Évangile - pour le dire en un mot, on apprend le salut et la perfection chrétienne.

En raison de la diminution des instructeurs porteurs de l'Esprit, la lecture des écrits des Pères est devenue le guide principal pour ceux qui souhaitent être sauvés et même atteindre la perfection chrétienne. Règle de Saint Nil Sorsky)

Les livres des Saints Pères, comme l'un d'eux l'a exprimé, sont comme un miroir; en les regardant attentivement et fréquemment, une âme peut voir toutes ses lacunes.

Encore une fois, ces livres sont comme une riche collection de moyens médicinaux; en eux l'âme peut chercher pour chacune de ses maladies un remède salvateur.

Saint Ephphane de Chypre a dit: "Un simple coup d'œil aux livres saints suscite une vie pieuse." (Patericon alphabétique )

La lecture des Saints Pères doit être prudente, attentive et constante; notre ennemi invisible, qui hait la voix de la confirmation (Proverbes 11:15), hait surtout quand cette voix sort des Saints Pères. Cette voix démasque les ruses de notre Ennemi, sa méchanceté, révèle ses pièges, sa manière de travailler; et donc l'Ennemi s'arme contre la lecture des Pères par diverses pensées orgueilleuses et blasphématoires, essaie de faire tomber l'ascète dans de vains soucis pour le distraire de cette lecture salvifique, se bat avec lui au moyen du découragement, de la dépression, de l'oubli . De cette guerre contre la lecture des Saints Pères, nous devrions conclure à quel point l'armement (est) salvateur pour nous, selon le degré par lequel il est détesté par l'Ennemi. L'ennemi fait tous les efforts pour l'arracher de nos mains.

Que chacun choisisse personnellement pour lui-même la lecture des Pères qui correspond à son mode de vie. Que l'ermite lise les Pères qui ont écrit sur la vie solitaire; que le moine qui vit dans la vie cénobitique lise les Pères qui ont écrit des instructions pour les moines cénobitiques; que le chrétien qui vit dans le monde lise les Saints Pères qui ont prononcé leurs enseignements pour tout le christianisme en général. Que chacun, dans quelque appel qu'il soit, puise une instruction abondante dans les écrits des Pères.

Il faut absolument que la lecture corresponde à son mode de vie. Sinon, vous serez rempli de pensées qui, bien que saintes, ne se réaliseront pas dans l'acte réel et vous susciteront une activité infructueuse uniquement dans l'imagination et le désir; l'œuvre de piété qui correspond à votre mode de vie vous échappera. Non seulement vous deviendrez un rêveur infructueux - vos pensées, étant en opposition constante avec votre sphère d'activité, donneront à coup sûr naissance à des troubles dans votre cœur, et à l'incertitude dans votre conduite, qui sont pénibles et nuisibles pour vous et pour votre prochain. 

Par une lecture incorrecte de la Sainte Écriture et des Saints Pères, on peut facilement dévier de la voie du salut vers des fourrés infranchissables et des abîmes profonds, ce qui s'est produit avec beaucoup. Amen.


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

Living Orthodoxy 

(Vol. XVII, n ° 2, mars-avril 1995)

vendredi 29 janvier 2021

ST. IGNACE [BRIANTCHANINOV]: L'illusion spirituelle du monde

 

"Le monde se trouve dans un état d'illusion  spirituelle et il manifeste une affinité pour ceux qui se trouvent dans le même état. Mais il méprise et rejette ceux qui servent la Vérité..."

"Connaître le Sauveur et ainsi acquérir la béatitude éternelle est le premier bonheur de l'homme sur terre, et son seul trésor..."

"Le temps passe de plus en plus vite, et l'heure de notre entrée dans l'éternité approche. 

Profitez de vos jours sur terre pour vous y préparer. 

Une telle préparation dissipe les chagrins temporels et apporte une consolation, indiquant ainsi que cette préparation est bien une préparation à la béatitude..."

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

ORTHOCHRISTIAN

jeudi 28 janvier 2021

Saint Ignace Briantchaninov]: Le Nom de Jésus

 

Le Diable, qui déteste le Nom de notre Seigneur Jésus-Christ en raison de sa puissance de vainqueur, tremble devant ce Nom tout-puissant, et c'est pourquoi il l'a calomnié parmi de nombreux chrétiens, afin qu'ils se détournent de cette arme ardente, qui est effrayante pour leur ennemi, mais salvatrice pour eux.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

THE WONDERFUL NAME

mercredi 27 janvier 2021

St Ignace [Briantchanibov]: Sur la pratique de la prière de Jésus



LA BONNE PRATIQUE de la prière de Jésus procède naturellement de notions correctes sur Dieu, sur le Nomtrès saint du Seigneur Jésus et sur la relation de l'homme avec Dieu.

Abordez la prière avec humilité
Dieu est un être infiniment grand et parfait. Dieu est le Créateur et le Renouveau des hommes, le Souverain Maître des hommes, des anges, des démons et de toutes les choses créées, visibles et invisibles. Une telle notion de Dieu nous enseigne que nous devons nous tenir devant Lui dans la prière, dans le plus profond respect et dans la plus grande crainte et effroi, en dirigeant vers Lui toute notre attention, en concentrant dans notre attention toutes les puissances de la raison, du cœur et de l'âme, et rejetant distractions et imaginations vaines, par lesquelles nous diminuons la vigilance et la révérence, et violons la manière correcte de se tenir devant Dieu, comme l'exige Sa majesté (Jean 4: 23-24; Matthieu 22:37; Marc 12: 29-30; Luc 10 : 27). 


Saint Isaac le Syrien l'a merveilleusement dit: «Quand vous vous tournez vers Dieu dans la prière, soyez dans vos pensées comme une fourmi, comme un serpent de la terre, comme un ver, comme un enfant bégayant. Ne Lui parlez pas de manière philosophique ou tonitruante, mais approchez-vous de Lui avec une attitude d'enfant » (Homélie 49). Ceux qui ont acquis une prière authentique font l'expérience d'une ineffable pauvreté de l'esprit lorsqu'ils se tiennent devant le Seigneur, Le glorifient et Le louent, se confessent à Lui ou lui présentent leurs supplications. Ils ont l'impression de ne devenir rien, comme s'ils n'existaient pas. C'est naturel. Car quand celui qui est en prière expérimente la plénitude de la Présence divine, de la vie elle-même, de la vie abondante et insondable, alors sa propre vie lui apparaît comme une petite goutte par rapport à l'océan sans limites. C'est ce que ressentit le juste et qui souffrait depuis longtemps alors qu'il atteignait le sommet de la perfection spirituelle. Il se sentait poussière et cendre; il sentit qu'il fondait et disparaissait comme la neige quand il était frappé par les rayons brûlants du soleil (Job 42: 6) .

Le Nom de notre Seigneur Jésus-Christ est un nom divin. La puissance et l'effet de ce Nom sont divins, omnipotents et salvifiques, et transcendent notre capacité à le comprendre. 

C'est donc avec foi, avec confiance et sincérité, et avec beaucoup de piété et de crainte que nous devons procéder à la grande œuvre que Dieu nous a confiée: nous entraîner à la prière en utilisant le Nom de notre Seigneur Jésus-Christ. «L'invocation incessante du Nom de Dieu», dit Barsanuphe le Grand, «est un médicament qui mortifie non seulement les passions, mais même leur influence. Tout comme le médecin met des médicaments ou des pansements sur une plaie pour qu'elle puisse être guérie, sans que le patient même en connaisse la manière de leur fonctionnement, de même le Nom de Dieu, lorsque nous L'invoquons, mortifie toutes les passions, bien que nous ne sachions pas comment cela se produit ").

Notre condition ordinaire, la condition de toute l'humanité, est celle de la déchéance, de la tromperie spirituelle, de la perdition. Appréhendons - et dans la mesure où nous appréhendons, expérimentons - cette condition, crions-en dans la prière, pleurons dans l'humilité spirituelle, clamons avec des gémissements et des soupirs, clamons vers la clémence! Détournons-nous de toute gratification spirituelle, renonçons à tous les états élevés de prière dont nous sommes indignes et incapables! Il est impossible «de chanter le cantique du Seigneur dans un pays étranger» (Ps. 136: 5), dans un cœur prisonnier des passions. Si nous entendons une invitation à chanter, nous pouvons sûrement savoir qu'elle émane «de ceux qui nous ont emmenés captifs» (Ps. 136: 3) . «Près des rivières de Babylone» les larmes seules sont possibles et nécessaires (Ps. 136:1)

Règle pour pratiquer la prière de Jésus
C'est la règle générale pour pratiquer la prière de Jésus, dérivée des Saintes Écritures et des œuvres des saints Pères, et de certaines conversations avec de véritables hommes de prière. Parmi les règles particulières, en particulier pour les novices, je considère que les suivantes méritent d'être mentionnées.

Soyez attentif
Saint Jean Climaque conseille que l'esprit soit enfermé dans les paroles de la prière et doit être refoulé chaque fois qu'il s'en écarte (Étape XXVIII, ch. 17) . Un tel mécanisme de prière est remarquablement utile et adapté. Lorsque l'esprit, à sa manière, acquiert de l'attention, alors le cœur le rejoindra avec sa propre offrande - la compassion. Le cœur fera preuve d'empathie avec l'esprit au moyen de la compassion, et la prière sera dite par l'esprit et le cœur ensemble.

Ne vous hâtez pas
Les paroles de la prière doivent être dites sans la moindre hâte, même en s'attardant, afin que l'esprit puisse s'enfermer dans chaque mot.

Persévérez, ramenez l'attention. Retournez aux paroles lorsque l'esprit erre
Saint Jean Climaque console et instruit le cénobite... "Dieu ne s'attend pas à une prière pure et sans distraction. Le désespoir ne devrait pas vous envahir! Soyez de bonne humeur et constamment contraignez votre esprit à revenir à lui-même! Car les anges seuls ne sont sujets à aucune distraction » (Étape IV, ch. 93). «Étant esclaves des passions, persévérons dans la prière au Seigneur: car tous ceux qui ont atteint l’état d’absence de passion l’ont fait avec l’aide d’une prière si invincible. Si, par conséquent, vous entraînez inlassablement votre esprit à ne jamais s'écarter des paroles de la prière, elle sera là même à l'heure du repas. Un grand champion de la prière parfaite a dit : "Je préfère dire cinq mots avec mon intelligence ... que dix mille mots dans une langue inconnue"(I Cor. 14:19 ). Une telle prière, «c'est-à-dire la prière donnée par la Grâce de l'Esprit dans le cœur, qui évite les imaginations», n'est pas caractéristique des enfants; c'est pourquoi nous qui sommes comme des enfants, soucieux de la perfection de notre prière, «c'est-à-dire de l'attention qui s'acquiert en enfermant l'esprit dans les paroles de la prière», devons beaucoup prier. La quantité est la cause de la qualité. Le Seigneur donne une prière pure à celui qui, évitant la paresse, prie beaucoup et régulièrement à sa manière, même si elle est entachée d'inattention » (L'Echelle Sainte, XXVI11, ch. 21) .

Cela prend du temps
... L'ascétisme a besoin à la fois de temps et de progrès graduels, afin que l'ascète puisse mûrir pour la prière à tous égards. Pour qu'une fleur puisse fleurir ou que le fruit pousse sur un arbre, l'arbre doit d'abord être planté et laissé se développer; ainsi aussi la prière naît du sol d'autres vertus et nulle part ailleurs... 

Tiré çà et là par ses prédilections acquises, ses impressions, ses souvenirs et ses inquiétudes, l'esprit du novice rompt constamment ses chaînes salvifiques et s'éloigne du chemin étroit vers le large. Il préfère errer librement, se promener dans les régions du mensonge en association avec les esprits déchus, s'égarer sans but et sans réfléchir sur de grandes étendues, bien que cela lui soit dommageable et lui cause de grandes pertes. 

Les passions, ces infirmités morales de la nature humaine, sont la cause principale de l'inattention et de la distraction dans la prière. Plus elles sont affaiblies chez un homme, moins il est distrait en esprit lorsqu'il prie. Les passions sont maîtrisées et mortifiées peu à peu au moyen de l'obéissance, ainsi que de l'auto-reproche et de l'humilité - telles sont les vertus sur lesquelles la prière réussie est construite. La concentration, accessible à l'homme, est accordée par Dieu en temps utile à tout combattant de piété et d'ascèse qui, par persévérance et ardeur, prouve la sincérité de son désir d'acquérir la prière.

Commencez par dire la prière à haute voix
Le hiéromoine russe Dorothée, grand instructeur en ascèse spirituelle, qui ressemblait beaucoup à cet égard à saint Isaac le Syrien, conseille à ceux qui apprennent la prière de Jésus de la réciter d'abord à haute voix. La prière vocale, dit-il, deviendra d'elle-même mentale.

Après beaucoup de prière vocale, vient la prière mentale

La prière mentale, poursuit-il, est le résultat de beaucoup de prières vocales, et la prière mentale mène à la prière du cœur. La prière de Jésus ne doit pas être dite à voix haute mais à voix basse, juste assez audible pour que vous puissiez vous entendre", Il est particulièrement bénéfique de pratiquer la prière de Jésus à voix haute lorsqu'on est assailli par la distraction, le chagrin, le découragement spirituel et la paresse. 

La Prière de Jésus vocale réveille progressivement l'âme du profond sommeil moral dans lequel le chagrin et le désespoir spirituel ont coutume de la plonger. Il est également particulièrement bénéfique de pratiquer la Prière de Jésus à haute voix lorsque les images, les appétits de la chair et la colère l'attaquent, lorsque leur influence fait bouillir le sang. Elle doit être pratiquée lorsque la paix et la tranquillité s'évanouissent du cœur, et que l'esprit hésite, s'affaiblit, et - pour ainsi dire - se met en colère à cause de la multitude de pensées et d'images inutiles. Les princes malveillants de l'air, dont la présence est cachée à la vue physique mais qui sont ressentis par l'âme à travers leurs influences sur celle-ci, entendant au fur et à mesure de leur attaque le Nom du Seigneur Jésus - qu'ils redoutent - deviendront indécis et confus, et prendront peur et se retireront immédiatement de l'âme. La méthode de prière que le hiéromoine suggère est très simple et facile. Elle doit être combinée avec la méthode de saint Jean Climaque : la Prière de Jésus doit être récitée suffisamment fort pour que vous puissiez vous entendre, sans hâte, et en enfermant l'esprit dans les mots de la prière. Ce dernier conseil, le hiéromoine enjoint de la faire à tous ceux qui prient par le Nom de Jésus...

Établissez une règle quotidienne pour les prosternations et les enclins
Le novice qui étudie la prière de Jésus progressera considérablement en observant une règle quotidienne comprenant un certain nombre de prosternations complètes et d'enclins depuis la taille, en fonction de la force de chaque individu. Tout cela doit être exécuté sans hâte, avec un sentiment de repentance dans l'âme et avec la prière de Jésus sur les lèvres à chaque prostration… 

Douze prosternations suffisent au début. En fonction de la force, de la capacité et des circonstances, ce nombre peut être constamment augmenté. Mais lorsque le nombre de prosternations augmente, il faut veiller à conserver la qualité de sa prière, pour ne pas être emporté par une préoccupation du physique vers une quantité stérile, voire nuisible. 

Les enclins réchauffent le corps et l'épuisent quelque peu, et cette condition facilite l'attention et la compassion. Mais soyons vigilants, très vigilants, de peur que l'état ne passe dans une préoccupation corporelle étrangère aux sentiments spirituels et rappelle notre nature déchue! La quantité, aussi utile qu'elle soit lorsqu'elle est accompagnée du bon état d'esprit et du bon objectif, peut être tout aussi nuisible lorsqu'elle conduit à une préoccupation physique. Cette dernière se reconnaît à ses fruits qui la distinguent également de l'ardeur spirituelle. Les fruits de la préoccupation physique sont la vanité, la confiance en soi, l'arrogance intellectuelle: en un mot, l'orgueil sous ses diverses formes, qui sont toutes des proies faciles à l'illusion spirituelle. Les fruits de l'ardeur spirituelle sont la repentance, l'humilité, les pleurs et les larmes. La règle des prosternations est mieux observée avant de s'endormir: ensuite, après les soucis de la journée, elle peut être pratiquée plus longtemps et avec plus de concentration….

Ces suggestions sont, je crois, suffisantes pour le débutant qui est désireux d'acquérir la prière de Jésus. "La prière", a dit le divin saint Mélèce le Confesseur, "n'a pas besoin d'enseignant. Elle demande de la diligence, des efforts et une ardeur personnelle, et alors Dieu sera son enseignant." 

Les Saints Pères, qui ont écrit de nombreux ouvrages sur la prière afin de transmettre des notions correctes et des conseils fidèles à ceux qui désirent la pratiquer, proposent et décrètent qu'il faut s'y engager activement afin d'acquérir une connaissance expérimentale, sans laquelle l'instruction verbale, bien que dérivée de l'expérience, est morte, opaque, incompréhensible et totalement inadéquate. 

À l'inverse, celui qui pratique soigneusement la prière et qui y est déjà avancé, devrait souvent se référer aux écrits des Saints Pères sur la prière afin de se contrôler et de se diriger correctement,(Galates 2: 2) .

Version française de Claude Lopez-Ginisty
d'après
Orthodox Life, vol. 28, 
sept.-oct. 1978, pp. 9-14. 

mardi 26 janvier 2021

St. Ignace [Briantchaninov]: L'Amour de Dieu

The Basics of Spiritual Life, Based on the Writings of St. Ignatius ( Brianchaninov) / Православие.Ru

St. Ignace [Brianchaninov] (1807-1867)

introduction

L'évêque Ignace était un éminent écrivain spirituel orthodoxe de la Russie du XIXe siècle. Né d'une famille noble, il termina une formation d'ingénieur à Saint-Pétersbourg sous le patronage de l'empereur Nicolas Ier et était destiné à une brillante carrière dans le monde. 

Plus tard, en tant qu'officier, il choisit plutôt de suivre le désir spirituel de son âme et de recevoir la tonsure monastique, en tant que disciple du célèbre staretz Lev de l'Ermitage d'Optina. Bien ancré dans les écrits ascétiques des Saints Pères, l'évêque Ignace captura l'esprit des anciennes traditions patristiques et monastiques de l'Église orthodoxe dans ses propres ouvrages, écrits dans la langue la plus éloquente de l'époque. 

Son œuvre la plus connue, l'Arène (Offrande au monachisme contemporain), qui comprend le cinquième volume de ses œuvres ascétiques, est un trésor indispensable pour les chercheurs de vie spirituelle aujourd'hui. L'Arène a été publié -en anglais- par le monastère de la Sainte Trinité à Jordanville, NY. 

*** *** ***

Aimez Dieu comme Il vous a commandé de L'aimer, et non pas comme les rêveurs qui s'illusionnent pensent qu'ils L'aiment.

Ne fabriquez pas de ravissements pour vous-même, n'excitez pas vos nerfs, ne vous enflammez pas avec un feu matériel, avec le feu de votre sang. Le sacrifice qui plaît à Dieu est l'humilité du cœur, la contrition de l'esprit. Avec colère, Dieu se détourne des sacrifices offerts avec une présomption sûre de soi, avec une fière opinion de soi, bien que le sacrifice soit un holocauste.

L'orgueil excite les nerfs, chauffe le sang, suscite la rêverie, anime la vie de la chute; l'humilité calme les nerfs, soumet le mouvement du sang, élimine la rêverie, mortifie les chutes, anime la vie en Jésus-Christ.

"L'obéissance" devant le Seigneur "est plus grande qu'un bon sacrifice et la soumission que la graisse des béliers", a dit le prophète au roi israélite qui avait osé offrir à Dieu un mauvais sacrifice (1 Samuel 15:22). Lorsque vous souhaitez offrir à Dieu le sacrifice d'amour, ne l'offrez pas volontairement, par impulsion irréfléchie; offrez-le avec humilité, en ce temps et en ce lieu que le Seigneur a commandé

Le lieu spirituel sur lequel seuls les sacrifices spirituels doivent être offerts est l'humilité. (Dit de Saint Pimène le Grand dans le Patericon alphabétique).

Le Seigneur a marqué celui qui aime et celui qui n'aime pas par des signes vrais et exacts: " Si un homme m'aime, il gardera ma parole. Celui qui ne m'aime pas ne garde pas mes paroles" (Jean 14: 23-24 ).

Souhaitez-vous apprendre l'amour de Dieu? Évitez tout acte, parole, pensée et sentiment interdit par l'Évangile. Par votre inimitié envers le péché qui est si détesté par le Dieu Très Saint, vous montrerez et prouverez votre amour pour Dieu. Quand, à cause de la faiblesse, vous tombez dans des transgressions, guérissez-les immédiatement par la repentance. Mais il vaut mieux s'efforcer de ne pas se permettre même ces transgressions, par une stricte vigilance sur soi-même.

Souhaitez-vous apprendre l'amour de Dieu? Apprenez assidûment les commandements du Seigneur dans l'Évangile et efforcez-vous de les accomplir en action. Efforcez-vous de transformer les vertus évangéliques en habitudes, en vos qualités. Pour une personne qui aime, il est naturel d'accomplir avec exactitude la volonté de l'être aimé.

« J'ai aimé tes commandements plus que l'or et la topaze: c'est pourquoi je me suis dirigé vers tous tes commandements; j'ai haï tous les chemins de l'iniquité», dit le Prophète (Ps. 118: 127, 128, LXX). Une telle conduite est indispensable pour maintenir la fidélité à Dieu. La fidélité est la condition inaltérable de l'amour. Sans cette condition, l'amour est dissous.

En évitant constamment le mal et en accomplissant les vertus de l'Évangile - qui comprend tout l'enseignement moral de l'Évangile - nous atteignons l'amour de Dieu. Et par ce même moyen, nous demeurons dans l'amour de Dieu: "Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour", a dit le Sauveur (Jean 15:10).

La perfection de l'amour consiste en l'union avec Dieu; l'avancement dans l'amour s'accompagne d'une consolation, d'un plaisir et d'une illumination spirituels inexprimables. Mais au début de la lutte, le disciple de l'amour doit subir une guerre violente avec lui-même, avec sa propre nature profondément endommagée: le mal, qui par la chute est devenu inné à notre nature, est devenu pour lui une loi, en guerre et en révolte contre la loi de Dieu, contre la loi du saint Amour.

L'amour de Dieu est fondé sur l'amour du prochain. Lorsque le souvenir des torts est effacé en vous: alors vous êtes proche de l'amour. Lorsque votre cœur est éclipsé par la paix sainte et gracieuse envers toute l'humanité: alors vous êtes aux portes mêmes de l'amour. Mais ces portes sont ouvertes par le Saint-Esprit seul. L'amour de Dieu est un don de Dieu chez une personne qui s'est préparée à recevoir ce don par la pureté du cœur, de l'esprit et du corps. Le degré du don dépend du degré de préparation: parce que Dieu, même dans Sa miséricorde, est juste.

L'amour de Dieu est entièrement spirituel: «ce qui est né de l'Esprit est esprit» (Jean 3, 6). « Ce qui est né de la chair est chair» (Jean 3, 6): l'amour charnel, comme quelque chose né de chair et de sang, a des propriétés matérielles et corrompues. Il est inconstant, changeant: son feu est totalement dépendant de la matière.

En entendant d'après les Écritures que notre Dieu est un feu (Hébreux 12: 29), que l'amour est un feu, et en ressentant en vous-même un feu d'amour naturel, ne pensez pas que c'est un seul et même feu. Non! Ces feux sont hostiles les uns aux autres et sont engloutis les uns par les autres (échelle, étapes 3 et 15). «Servons d'une manière qui plaît à Dieu, avec respect et crainte; car notre Dieu est un feu dévorant» (Héb. 12: 28-29).

L'amour naturel, c'est-à-dire l'amour déchu, chauffe le sang d'une personne, excite ses nerfs et suscite la rêverie; le saint amour refroidit le sang, calme l'âme et le corps, attire l'homme intérieur vers le silence de prière et le plonge dans le ravissement par l'humilité et la joie spirituelle. De nombreux ascètes, ayant pris l'amour naturel pour l'amour divin, ont excité leur sang et ont également excité leurs rêveries. L'état d'excitation passa très facilement à l'état de frénésie. Beaucoup ont pris ceux qui étaient dans un état d'excitation et de frénésie pour des personnes remplies de grâce et de sainteté, alors qu'ils étaient en fait de malheureuses victimes de l'auto-illusion.

Il y avait beaucoup de tels ascètes dans l'Église occidentale depuis le moment où elle est tombée dans l'hérésie, dans laquelle les propriétés divines sont imputées de manière blasphématoire à un homme, et la vénération qui est due et convenable à Dieu seul est donnée à un homme; beaucoup de ces ascètes ont écrit des livres à partir de leur état excité dans lesquels l'auto-illusion frénétique leur semblait être l'amour divin, dans lesquels leur imagination désordonnée leur peignait une multitude de visions qui flattaient leur amour-propre et leur orgueil.

Fils de l'Église d'Orient! Évitez la lecture de tels livres, évitez de suivre les préceptes de ceux qui se trompent d'eux-mêmes. Guidé par l'Évangile et les saints Pères de la véritable Église, montez avec humilité à la hauteur spirituelle de l'amour divin en accomplissant les commandements du Christ dans l'action.

Sachez fermement que l'amour pour Dieu est le don le plus élevé du Saint-Esprit et qu'une personne ne peut se préparer, par la pureté et l'humilité, à recevoir ce grand don, par lequel l'esprit, le cœur et le corps sont changés.

Le travail est vain, stérile et nuisible, lorsque nous cherchons prématurément à découvrir en nous-mêmes de grands dons spirituels: Dieu miséricordieux les donne en son temps, à ceux, constants, patients et humbles  qui accomplissent es commandements de l'Évangile. Amen. 


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

Holy Trinity Orthodox Mission


LE MÉTROPOLITE HILARION DE VOLOKOLAMSK: LES RÈGLES DU POLITIQUEMENT CORRECT NE DOIVENT PAS PERMETTRE DE S'IMMISCER DANS CE QUI EST SACRÉ POUR DES MILLIONS DE PERSONNES



Aux États-Unis d'Amérique, à l'ouverture d'une nouvelle session du Congrès, le représentant Emanuel Cleaver a lu ce qu'il a appelé une prière politiquement correcte. Au lieu de «au nom de Dieu», il a dit «au nom du Dieu monothéiste, de Brahma, et du Dieu connu sous plusieurs noms». Et à la fin, à l'habituel «amen» (amen), le membre du Congrès a ajouté [and a woman] «et une femme» - apparemment, dans la prononciation anglaise du mot «amen», il a entendu « a man» - «un homme» et «pour l'égalité» a décidé de mentionner les femmes.

De l'avis du Métropolite Hilarion de Volokolamsk, une telle «prière politiquement correcte» frise le blasphème. «Tout doit avoir des limites raisonnables - même les règles du politiquement correct ne doivent pas nous permettre d'empiéter sur ce qui est sacré pour des millions de personnes», a souligné le président du Département des relations extérieures de l'Église du Patriarcat de Moscou sur le programme Église et paix, rapporte Patriarchia.ru.

«Nous, chrétiens, croyons en Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit. En effet, Père, Fils et Saint-Esprit ne sont pas des noms non sexistes, et ces noms ne conviennent plus aux membres du mouvement féministe. Par conséquent, les adeptes du féminisme ont changé la doctrine de la Sainte Trinité, ont commencé à appeler Dieu avec d'autres noms et pronoms, y compris le sexe féminin.

Maintenant, certains politiciens considèrent qu'il est de leur devoir de suivre ces règles insensées, à mon avis, du "politiquement correct", a noté le hiérarque, déclarant: du point de vue de l'Église, tout cela est une ingérence inacceptable dans ce qui est sacré pour des millions de personnes. croyantes.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

lundi 25 janvier 2021

Saint Ignace Briantchaninov: Gloire à Dieu en tout!

Святитель Игнатий (Брянчаинов)

Souvent aux moments de dépressions et dans l'affliction, ainsi qu'aux temps de réjouissance, il est nécessaire de répéter une parole d'action de grâce à Dieu, aussi souvent et aussi longtemps que la prière de Jésus, " Gloire à Dieu pour tout!" et encore, " Gloire à Dieu pour tout!"

Avec cette prière, les murmures s'enfuient du cœur, la confusion disparaît et seule la paix commence à s'installer dans le cœur avec la joie...

Le Seigneur a une lumière qui chasse toutes sortes de confusion et d'ennui. 

Ah, si seulement l'âme se rapprochait de Lui avec foi...

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après Saint Ignace Briantchaninov
Biography of Abbess Arsenia of Ust-Medvedsky Convent
Cité dans 
Conquering Depression
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA

1998

Christophe Levalois: Recension : « Petite théologie pour les temps de pandémie » de Jean-Claude Larchet (Éditions des Syrtes)

 « Petite théologie pour les temps de pandémie », un livre de J.-C. Larchet

Jean-Claude Larchet, Petite théologie pour les temps de pandémie, Éditions des Syrtes, 282 pages, 2021, 15 euros.



Voilà un livre qui arrive au bon moment ! La crise sanitaire que vit le monde depuis un an a suscité de nombreux ouvrages, mais c’est le premier qui examine les questions posées par l’action déstabilisatrice de la Covid-19 pour les sociétés et les individus du point de vue théologique tout en se penchant sur les conséquences concrètes pour la pratique religieuse. Une réflexion chrétienne de fond sur toutes les interrogations que pose cette crise est ainsi offerte pour aider à discerner le chemin à emprunter dans les incertitudes et les angoisses nées des tumultes de notre temps. Grâce à sa connaissance approfondie des Pères de l’Église, de la théologie orthodoxe, des questions de la maladie, de la souffrance et de la mort, mais aussi de l’actualité de l’orthodoxie dans le monde, Jean-Claude Larchet a réussi ce tour de force de rédiger en quelques mois un livre d’une grande richesse qui est un véritable vade-mecum sur le sujet.

La première des grandes questions abordées par l’auteur est celle de la responsabilité de Dieu dans les épidémies et les malheurs infiniment nombreux qui touchent le monde et les humains. Est-ce pour châtier ou pour éduquer ? Très méthodiquement, avec de nombreuses références et des citations pertinentes, il examine tous les aspects de cette épineuse question très fréquemment posée et source de révolte, de colère ou de scandale pour un bon nombre de personnes. Plusieurs éléments, qu’il développe avec clarté, concourent à la réponse détaillée qu’il donne.

La deuxième grande question examinée est celle de la prophylaxie, en somme des mesures de protection contre la maladie comme le confinement et des épreuves qu’elles apportent comme la privation de la communion eucharistique. L’auteur a notamment le souci de montrer comment des tribulations peuvent être aussi l’opportunité de voir les choses différemment et d’en tirer malgré tout un bien.

Un autre problème très délicat amené par la situation sanitaire, qui est objet de polémiques, est celui de la communion au moyen d’une cuiller unique et le risque redouté d’une contamination par celle-ci. Là également, Jean-Claude Larchet examine les différentes facettes du sujet avec toutes les précisions concrètes nécessaires et présente en outre les arguments des uns et des autres. Il déroule ainsi toute l’étendue et la complexité de la question. Il observe au final à ce propos : « Montrer comme nous l’avons fait, que certaines méthodes alternatives ne sont cependant pas contraires à la Tradition (avec un grand T), devrait permettre en cas de nouvelles pandémies, d’avoir une vue plus claire des choses et d’aborder la situation d’une manière plus sereine ».

Enfin, last but not least !, il est de la première importance, comme l’indique le titre de la dernière partie, de « vaincre le virus de la peur ». En effet, ainsi que le souligne l’auteur, « parallèlement au coronavirus s’est répandu ce que des commentateurs ont appelé “le virus de la peur”, plus contagieux que lui, et plus redoutables par ses effets destructeurs sur la vie sociale et économique, et sur la vie intérieure — tant psychique que spirituelle — des individus. » Fragilité de l’être humain ! Et des sociétés ! Cela n’est pas sans rappeler la phrase de Paul Valéry au lendemain de la Grande Guerre, extraite d’un texte non moins remarquable par son constat désenchanté et lucide porteur de profondes interrogations : « Nous autres civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles » (« La Crise de l’Esprit », 1919). L’une des armes souvent convoquées dans la tradition ascétique, avec la prière, pour ne pas être englouti par la peur, est la « mémoire de la mort », laquelle « maintient la conscience en éveil ». Cette « mémoire » est trop vite oubliée dans l’insouciance des jours heureux, dont on constate aussi régulièrement la… fugacité. Les temps d’épreuves sont également des temps de dévoilement, souvent accompagnés d’un brutal dépouillement. Pour y survivre, nous sommes conduits, sinon forcés, à nous remémorer d’une part ce qu’il y a de vraiment essentiel dans nos existences et où il se trouve, d’autre part à réaliser que toute lumière authentique, créatrice et bienfaisante, que nous pouvons transmettre au monde pour son édification, vient de notre propre intériorité, laquelle est la clef de voûte de notre vie et de sa solidité. Jean-Claude Larchet observant cette peur répandue, la crainte de la mort qu’elle apporte, l’impératif pour y faire face d’une vie qui s’ancre dans une démarche spirituelle, nous rappelle la grande, libératrice et salutaire proclamation de Pâques : le Christ a vaincu la mort. L’ultime réponse se trouve là !

Christophe Levalois