"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

lundi 24 juillet 2017

Sur RT (Russia Today): Emir Kusturica : «Les pays capitalistes se dirigent vers le fascisme» (EXCLUSIF)


Emir Kusturica Evoquant les difficiles relations entre la Russie et l'Occident, le réalisateur serbe Emir Kusturica confie à RT sa vision de Vladimir Poutine, Donald Trump, et de la situation en Ukraine, en laquelle il voit une redite de la guerre de Yougoslavie. 
RT : Vous avez un jour dit que la Serbie était respectée dans le monde entier, et ce grâce à Vladimir Poutine. Quelle en est selon vous la raison ?

Emir Kusturica (E. K.) : Vladimir Poutine, à mon avis, a fait quelque chose de très important pour le monde entier. Car, comme l'a dit un écrivain russe fort instruit, c’est la démocratie qui a souffert le plus après la chute de l’URSS.

A l’époque de l’Union soviétique, les démocrates français, italiens, anglais... tâchaient de démontrer à ceux qui étaient de l’autre côté du rideau de fer que régnait une vraie démocratie dans leur pays. Avec la chute de l’URSS, ils n’avaient plus rien à prouver à personne. Il ne fallait que suivre le mouvement du progrès naturel, qui est, en grande partie, alimenté par le côté obscur de la nature humaine.

Aussi, j'approuve les actions de Vladimir Poutine, qui, avec une manière, fine, qui lui est propre, remet la Russie sur pieds après la période Eltsine, afin que le peuple puisse être fier de son histoire et – et c'est le plus important – de sa culture.

Pourquoi l’Occident a-t-il des problèmes avec Vladimir Poutine ? Quels sont les avantages que présente la position du président russe ? Prenons l’exemple de l’Asie. Il s'agit de la région la plus peuplée, dotée de grandes puissances économiques, notamment la Chine. Les meilleurs réalisateurs asiatiques tournent des films dédiés à des questions d’éthique, d'auteurs des XIXe et du XXe siècles et que nous pouvons trouver dans les livres des grands écrivains russes.

C'est l'histoire qui nous montrera qui a raison et qui a tort, et non pas ceux qui essayent de réduire à zéro le rôle de la culture dans l'histoire de l’humanité. A chaque fois que je me rends en Occident, je m'entretiens avec des intellectuels qui en savent très peu sur Vladimir Poutine et la Russie contemporaine. Celui qui a interdit les importations de semences OGM mérite au minimum qu’on le respecte. C’est l’un des pires aspects de notre monde : nous sommes en proie à la production de Monsanto, qui n’a rien de naturelle et qui est quotidiennement à l'origine de cas mortels. Vladimir Poutine a interdit les OGM et revitalisé l’agriculture russe. Les résultats qu’il a obtenu sont splendides. En outre, c’est un homme qui préserve la culture de son pays. Pour cette raison, c'est un héros.

RT : Qu'avez vous pensé de la récente rencontre entre Vladimir Poutine et le président américain Donald Trump ?

E. K. : Je considère que Donald Trump n’a toujours pas dit ce qu’il devait dire. Je parle des promesses faites au cours de sa campagne électorale, promesses qu’il a oubliées. Il y a deux choses à faire remarquer. Premièrement, le fait est que l’Etat profond est derrière toutes les décisions importantes prises aux Etats-Unis. Deuxièmement, le complexe militaro-industriel américain est tellement puissant que le président ne peut pas agir sans le consentement d’autres personnes. Je trouve que la position de Vladimir Poutine est positive et en même temps, supérieure. J’ai également remarqué un peu d'incertitude dans le comportement du président américain. Je dirais même que cette rencontre nous a prouvé que ce n’était pas lui qui prenait les décisions. Et ça, c’est un grand problème pour l’humanité dans son ensemble.

RT : Ici même, à Mecavnik, en Serbie, vous avez récemment tourné votre film On the Milky Road, dans lequel Monica Belucci et vous-même jouez les rôles principaux. Ce film a reçu un grand prix à Sébastopol, en Crimée. Le 23 juillet prochain, vous envisagez de donner un concert à Yalta, autre ville de Crimée. N’avez-vous pas peur des sanctions ?

E. K. : Non. La vie n'a de sens que si tu es libre, si tu fais ce que tu veux. Tout au long de ma vie, je suis resté fidèle à mes décisions, à ma façon de faire. Dans cette situation je préférerais que les sanctions soient imposées à ceux qui donnent des concerts, disons, à New York ou même à Washington, où tant de guerres ont été préparées. Prenons l’exemple de Mouammar Kadhafi, ou le chaos que les Américains sèment dans le monde entier depuis déjà 20 ans. Si on doit imposer des sanctions, ce n'est certainement pas contre des musiciens qui jouent là où ils l'entendent, surtout à Yalta.

RT : Que pensez-vous de la situation en Ukraine ?

E. K. : La situation en Ukraine, telle que je la connais, ressemble à celle qui a eu cours en Yougoslavie. Nous assistons aux pressions de l'Occident. Au cours de l'unification européenne, l’Ouest a divisé la Yougoslavie. Et quoi qu'on dise de l'impossibilité de maintenir son intégrité, la Yougoslavie divisée est devenue un casse-tête pour le monde entier. La destruction n’émane pas de ceux qui veulent sauver leur patrie, mais de ceux qui paient pour la déstabilisation de cette dernière.
Victoria Nuland [diplomate américaine, chargée de l'Europe au département d'Etat de 2013 à 2017] a déclaré publiquement qu’il avait fallu 50 milliards de dollars pour plonger l'Ukraine dans un tel chaos. En outre, comment pouvons-nous soutenir des gens qui ont des conceptions nazies ? Les événements qui ont lieu dans le monde prouvent que les pays capitalistes se dirigent vers le fascisme.


Le 30-e anniversaire du rappel à Dieu de l'archimandrite Serge (Chévitch)

Le dimanche 23 juillet 2017 
A l'occasion du 30 ème anniversaire du rappel à Dieu de l'archimandrite Serge (Chévitch) le 25 juillet 1987 

Après la liturgie dominicale à sa mémoire célébrée en l’église des Saints Nouveaux Martyrs, à Vanves, à 10h15, 

des agapes fraternelles seront proposées aux fidèles présents, suivies d’une communication d’Emilie van Taack (vers 14h30). Ceux qui le désirent se rendront pour une panikhide au cimetière de Sainte Geneviève des Bois (autour de 16h00). 


Lire: Extraits du livre de Jean-Claude Larchet "Le Starets Serge" et « Vivre au jour le jour »

L'ORGUEIL 

Aux yeux du Starets Serge, la principale passion, la plus grave, la plus redoutable, celle qu'il faut combattre le plus longtemps, celle dont il faut le plus se méfier, c'est l'orgueil qui s'oppose non seulement à l'amour que nous devons avoir pour Dieu, pour le prochain et pour nous-mêmes (en un sens positif), mais également en ce qui constitue après l'amour la deuxième vertu chrétienne: l'humilité. 


Le Starets rappelle que c'est à cause de l'orgueil que les anges sont tombés et que le premier homme a causé la chute de toute l'humanité. Il affirme souvent que l'orgueil est notre principal ennemi, que tout notre malheur vient de lui. 


L'orgueil est à la source de toutes les maladies spirituelles - autrement dit de toutes les autres passions - , mais aussi de presque toutes les maladies mentales.


Extraits du Livre de Jean-Claude Larchet






L’ÉGOÏSME 

A l'orgueil est essentiellement associé l'égoïsme (que certains Pères appellent "philotie"), qui est le mauvais amour de soi et qui éloigne l'homme à la fois de l'amour de Dieu, du prochain et du véritable et bon amour de soi. 

L'égoïsme nous porte à tout ramener à nous-mêmes, et notamment à nous attribuer le mérite de nos bonnes actions et de nos vertus. C'est pourquoi il représente un danger au sein même de la vie spirituelle. Pour contrer cette tendance, le Starets nous invite, lorsque nous recevons quelque bienfait de notre activité spirituelle, à nous en enrichir en Dieu et non en nous-mêmes, et à éviter le contentement de soi qui est une marque indubitable de l'égoïsme. 

Une autre forme manifeste de l'égoïsme est le manque (ou l'insuffisance) d'amour à l'égard de Dieu et du prochain qui, en ce qui concerne ce dernier, se manifeste en ses formes les plus graves par de l'insensibilité et de la froideur. Ce manque ou cette insuffisance, bien qu'il ne soit pas un acte positif mais une lacune, doit être considéré comme un pêché et comme procédant d'une passion (l'égoïsme) dont nous devons faire pénitence". Il faut, recommande notamment le Starets, faire pénitence de ne pas suffisamment aimer les gens et de ne pas être assez sensible aux malheurs des autres" 

Outre la pénitence, le moyen privilégié de combattre cette passion est la prière qui développe à la fois notre amour pour Dieu et notre amour du prochain et, en ce qui concerne ce dernier, nous ouvre à la compréhension de sa situation, de ses difficultés, de ses besoins, et nous y rend sensibles et nous inspire la bonne façon de l'aider.


Extraits du livre de Jean-Claude Larchet "Le Starets Serge" 

« Le détachement doit s’exercer vis-à-vis du présent, mais aussi de l’avenir et du passé. De là le conseil fréquemment donné par le Starets, de « vivre au jour le jour ». 

Pour établir et entretenir cet état d’esprit, il recommande de prendre l’habitude de commencer chaque journée sans regarder en arrière et sans penser au lendemain, comme si elle était entièrement nouvelle et comme si c’était la seule que l’on eût devant soi. 

D’une part, il ne faut pas s’inquiéter pour l’avenir : d’abord par ces craintes, on ne peut rien changer (l’enseignement du starets est ici axé sur l’enseignement du Christ dans l’Evangile, Lc, 22-31) 

Ensuite, en se projetant dans l’avenir, on s’éloigne du présent et on risque de passer toute son existence à le négliger. Le Starets ne pousse pas pour autant à l’imprévision. Il affirme en même temps qu’ « il faut préparer l’avenir ». 


Mais il est convaincu que c’est en vivant mieux le présent qu’on prépare le mieux l’avenir. En effet, c’est ce que nous vivons aujourd’hui qui définit et prépare ce que nous vivrons demain. Il est cependant inutile de faire des projets d’avenir car rien ne se passe jamais comme on l’avait prévu : des évènements inattendus surviennent toujours qui viennent bouleverser tous nos projets. 

La sagesse consiste donc à vivre au présent et à s’en remettre à Dieu pour ce qui concerne l’avenir. 
D’autre part il ne faut pas rester attaché au passé et même ne pas regarder en arrière, oublier ce qui s’est passé la veille ou le jour précédent. Le souci du Starets est ici, nous l’avons déjà vu, que l’on ne se décourage pas à cause fautes que l’on a commises auparavant, que l’on se soit pas écrasé par le poids du passé et que l’on ne reste pas prisonnier, mais que l’on puisse à chaque moment repartir de zéro et mener en Christ la vie nouvelle à laquelle nous appelle l’Evangile ce qui du reste, nous l’avons vu, n’exclut pas la pénitence. 

Il faut donc, recommande le Starets, « vivre dans le présent », car c’est le seule temps qui soit vraiment réel, le seul tempes qui compte vraiment pour nous ». Ce qui doit nous préoccuper, c’est comment nous sommes dans le présent, c’est l’état dans lequel nous sommes susceptibles, actuellement, de comparaître devant le Christ. 

La mémoire de la mort apparaît comme l’un des moyens privilégiés de mettre ces conseils en application, de parvenir au détachement et de vivre en se tenant au moment présent ».



Extraits du livre de Jean-Claude Larchet "Le Starets Serge" 

« Le détachement doit s’exercer vis-à-vis du présent, mais aussi de l’avenir et du passé. De là le conseil fréquemment donné par le Starets, de « vivre au jour le jour ».

Pour établir et entretenir cet état d’esprit, il recommande de prendre l’habitude de commencer chaque journée sans regarder en arrière et sans penser au lendemain, comme si elle était entièrement nouvelle et comme si c’était la seule que l’on eût devant soi.

D’une part, il ne faut pas s’inquiéter pour l’avenir : d’abord par ces craintes, on ne peut rien changer (l’enseignement du starets est ici axé sur l’enseignement du Christ dans l’Evangile, Lc, 22-31)

Ensuite, en se projetant dans l’avenir, on s’éloigne du présent et on risque de passer toute son existence à le négliger. Le Starets ne pousse pas pour autant à l’imprévision. Il affirme en même temps qu’ « il faut préparer l’avenir ». 

Mais il est convaincu que c’est en vivant mieux le présent qu’on prépare le mieux l’avenir. En effet, c’est ce que nous vivons aujourd’hui qui définit et prépare ce que nous vivrons demain. Il est cependant inutile de faire des projets d’avenir car rien ne se passe jamais comme on l’avait prévu : des évènements inattendus surviennent toujours qui viennent bouleverser tous nos projets.

La sagesse consiste donc à vivre au présent et à s’en remettre à Dieu pour ce qui concerne l’avenir.
D’autre part il ne faut pas rester attaché au passé et même ne pas regarder en arrière, oublier ce qui s’est passé la veille ou le jour précédent. Le souci du Starets est ici, nous l’avons déjà vu, que l’on ne se décourage pas à cause fautes que l’on a commises auparavant, que l’on se soit pas écrasé par le poids du passé et que l’on ne reste pas prisonnier, mais que l’on puisse à chaque moment repartir de zéro et mener en Christ la vie nouvelle à laquelle nous appelle l’Evangile ce qui du reste, nous l’avons vu, n’exclut pas la pénitence.

Il faut donc, recommande le Starets, « vivre dans le présent », car c’est le seule temps qui soit vraiment réel, le seul tempes qui compte vraiment pour nous ». Ce qui doit nous préoccuper, c’est comment nous sommes dans le présent, c’est l’état dans lequel nous sommes susceptibles, actuellement, de comparaître devant le Christ.

La mémoire de la mort apparaît comme l’un des moyens privilégiés de mettre ces conseils en application, de parvenir au détachement et de vivre en se tenant au moment présent ».



Jean-Claude LARCHET


"Un maître de sagesse vanvéen : soirée à la mémoire du starets Serge Chévitch à Vanves" 

Le 16 mai 2014, une soirée à la mémoire du père Serge Chévitch (1903-1987) a eu lieu dans la salle Palestre en face de la Mairie de la ville de Vanves. Cette rencontre a commencé par une introduction du père Jean-Michel Rousseau, recteur de la paroisse Sainte-Trinité à Vanves, que le père Serge Chévitch desservait jusqu’à sa mort. Dans son discours, le père Michel a présenté les quatre conférenciers de la soirée et le livre de Jean-Claude Larchet Le Starets Serge. 

P.O. publie le texte de l'intervention d’Émilie van Taack , fille spirituelle du père Serge 

LE PERE SERGE ET SES ENFANTS SPIRITUELS 

Père Serge fut véritablement un PERE, dans le sens le plus filial du terme. 
Il a adopté un certain nombre de personnes et son amour en a fait ses enfants, avant que des disciples. 


Émilie van Taack : LE PERE SERGE ET SES ENFANTS SPIRITUELS
De même que les enfants ne sont pas toujours ressemblants à leurs parents, de même ses enfants ont chacun suivi la voie qui était la leur devant Dieu; père Serge en ce sens les a véritablement engendrés, au sens fort du terme, en en faisant des personnes libres et uniques devant Dieu. 

On m'a suggéré de parler de la méthode suivie par père Serge dans sa direction spirituelle. En fait, il n'avait pas de méthode, mais seulement l'Evangile, le Christ lui même. 

Lorsque fut la fondée la paroisse des Trois Saints Hiérarques, en 1931, le père Serge qui soutenait avec ferveur le Patriarcat de Moscou, a rejoint le petit groupe des premiers paroissiens. L'atmosphère spirituelle y était d'une grande piété et d'une rigueur toute monastique, d'abord sous l'influence du métropolite Benjamin (Fedtchenkov), puis du recteur qui lui succéda, l'archimandrite Athanase (Netchaev). 

Père Serge n'était pas lui-même le fils spirituel de père Athanase, au sens où le furent Andrey Bloom, le futur métropolite Antoine, Léonide Ouspensky ou bien d'autres. Le père Athanase, cependant, laissa une très profonde empreinte sur tous ceux qui l'ont approchés. On retrouve chez le père Serge l'influence de ce grand ascète. 


Une courte citation de monseigneur Antoine vous fera tout de suite comprendre qui était père Athanase: 

"Après mes vœux, il continua à veiller, mais toujours à sa manière; je le rencontrai une fois dans la rue, lorsqu'il attendait un autobus; je m'approchais de lui: "Père Athanase, vous avez reçu mes vœux, mais vous ne m'avez pas donné de règle de prière"... Il me répondit: "Quelle règle te faut-il? Maintenant tu es moine - prie sans cesse!" 

Le métropolite ajoute: 
"Il ne me donna pas de règle: cherche, essaie de trouver par toi-même... (...): c'est votre vie spirituelle, vous connaissez Dieu à votre manière, alors trouvez Le à votre manière..." 

Père Serge lui aussi était un veilleur. 
On ne peut être plus différent de monseigneur Antoine que ne l'était père Serge. Mais comme le père Athanase, le père Serge n'avait aucune recette, seulement le don de soi, absolu à Dieu et à son frère. 

Sur cette Voie-là, si le don doit bien être absolu, il n'y a pas de règle, pas d'autre choix que "être soi-même", sur le grand comme sur le petit versant de notre nature. 
Le commandement du Christ qui caractérise le chemin personnel du père Serge est à mon avis celui-ci: "Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis." 


Émilie van Taack : LE PERE SERGE ET SES ENFANTS SPIRITUELS
"Il n'est pas permis d'aimer sincèrement le Créateur, écrit père Serge à une fille spirituelle, sans aimer l'œuvre de Ses mains. Aimez ceux qui vous entourent: c'est cela aussi la prière de Jésus. Avec chaque effort dans cette direction, tout de suite, de votre cœur jaillira "la source d'eau vive jaillissant jusque dans la vie éternelle". C'est cela l'amour de Dieu, la toute-allégresse du Saint Esprit, et la prière incessante ." 

Père Serge a rencontré le père Grégoire (Kroug) et il s'est entièrement dévoué à lui, il s'est consacré à lui de tout son être. Il a modelé sa vie sur les besoins spirituels de père Grégoire, sur ce qui était nécessaire à son salut. 

On peut mesurer ce don de soi quand on voit combien père Serge était florissant lorsqu'il est devenu prêtre, mais combien il s'était épuisé quand, trois ans plus tard, il a tonsuré moine père Grégoire. On sait que ce dernier, pendant la guerre, avait souffert de troubles qu'on dirait aujourd'hui psychiques. En fait, il s'agissait de troubles spirituels. Mais, à cause de cela, durant plusieurs années, père Grégoire avait vécu l'enfer. Aussi père Serge jugea-t-il nécessaire de le préparer au monachisme en lui assurant la paix de l'âme. Il lui évita ce qui aurait pu provoquer des rechutes et lui causer des dommages irréparables, en prenant sur lui-même les tentations qui devaient assaillir le novice. 

Il n'y a pas eu de développement monastique autour du père Serge durant sa vie à cause de cela. A cela aussi il a lié son combat pour l'humilité: il se considérait comme un simple "compagnon de route", un "conseiller". 

"Allez librement [vers le Christ. Sachez que c'est Lui notre Conducteur principal, notre Directeur et notre Maître, que tous les directeurs et les conducteurs d'ici-bas sont seulement des compagnons de voyage sur ce chemin et des conseillers - et rien de plus. Nous ne sommes en rien obligés vis à vis d'eux, ni eux vis à vis de nous." 

Le père Serge est ainsi devenu le spécialiste des causes perdues, le médecin des cas désespérés. Sa méthode, il vaudrait mieux dire sa manière d'être, était différente avec chacun. Quand d'autres que père Grégoire lui ont été envoyées, il s'est consacré à eux avec le même dévouement, il a infléchi son orientation en fonction des besoins spirituels de ces personnes. 

Par exemple, il rappelait quotidiennement à l'un d'entre eux qu'il lisait chaque jour "trente pages d'exorcismes" à son endroit, afin qu'il veillât sur lui-même avec le même soin qu'il mettait lui-même à le protéger. Si l'on a pris connaissance du poids spirituel que représente la lecture quotidienne de ces prières, on peut juger par là combien il consacrait sa vie à son enfant. 


Je me souviens d'avoir entendu de lui un grand nombre de fois, moi qui lui demandait toujours des solutions toutes faites et des recettes: 
"Mais voyons! Vous conduisez, n'est-ce pas? Sur la route, vous ne tournez pas systématiquement à droite ou à gauche! Vous tournez votre volant en fonction de la route qui s'ouvre devant vous, tantôt dans un sens, tantôt dans l'autre! Dans la vie spirituelle, il en est de même! Voyez vous-même, dans chaque cas, dans quel sens vous devez tourner!" 

Une telle humilité et une telle consécration à l'autre est irrésistible. Ce à quoi, il faut ajouter sa grâce, sa joie, sa lumière, sa légèreté, son amour spirituel, son extraordinaire beauté - son visage rayonnait d'une telle beauté invisible! Il était une véritable icône vivante! Auprès de lui la prière coulait toute seule! Sa seule vue chassait les tentations. Sa présence apportait instantanément la paix et l'ardeur au travail pour le Christ : l'eau de notre âme, toute troublée qu'elle soit, devenait instantanément claire! Les paroles en devenaient même inutiles ensuite : se confesser consistait souvent à se rappeler ce qu'on avait écrit chez soi, car il ne restait plus rien de la difficulté, de la souffrance, du découragement, des complications imaginées! En ce sens, il obtenait des miracles des fidèles qui venaient à lui. Son amour et sa prières les rendaient capables d'accomplir des choses qui leur auraient paru absolument impossibles et irréalisables, qu'ils ne se seraient jamais crus capables de faire. L'Evangile ou rien! 

Aussi insistait-il sur le fait de ne jamais se résoudre à choisir de deux maux le moindre. Il fallait toujours prier Dieu pour éviter et l'un, et l'autre mal et agir en conséquence. 

Je voudrais conclure ainsi : père Serge a été vraiment un Apôtre du Christ.
 


Le groupe qui a fondé la paroisse des Trois Saints Hiérarques avait centré sa prière et son action sur l'Apostolat: prêcher l'Orthodoxie à l'Occident. Père Grégoire considérait lui-même le travail des émigrés russes en France de cette manière. C'est pour cela qu'il a représenté non seulement les Apôtres, sur les fresques qu'il y a peintes, mais qu'il a représenté les Anges et les Saints avec la même bande de mission qui est en principe réservée au Christ et aux Apôtres. 

Père Serge, comme saint Paul est celui qui a engendré ses enfants: 
"Je vous avertis comme mes enfants bienaimés. Car quand vous auriez dix mille maîtres en Christ, vous n'avez cependant pas plusieurs Pères puisque c'est moi qui vous ai engendrés en Jésus-Christ par l'Evangile. Je vous conjure donc, soyez mes imitateurs. " 
Mais si vous vous souvenez bien, ce passage de la Première Epitre aux Corinthiens est précédé par quelques expressions très fortes par lesquelles saint Paul décrit la condition d'Apôtre: 

" Dieu, ce me semble, a fait de nous, apôtres, les derniers des hommes, des condamnés à mort en quelque sorte, puisque nous avons été en spectacle au monde, aux anges et aux hommes. Nous sommes fous à cause de Christ; mais vous, vous êtes sages en Christ; nous sommes faibles, mais vous êtes forts. Vous êtes honorés et nous sommes méprisés! ...Nous sommes devenus comme les balayures du monde et le rebut de tous..." 

Tel était père Serge au moment de sa mort. 

Il me semble que père Serge a récolté les fruits sur cette terre à travers ses disciples. 
Il est Lui-même mort dans la pauvreté du Christ sur la Croix. 
Mais il est ressuscité avec Lui! 

Emilie Van Taack

SOURCE: 

*

dimanche 23 juillet 2017

Père Andre Phillips: La création du monde



Comment le monde a-t-il été fait? Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas et que ne pouvons pas savoir pour répondre à cette question, car tout simplement et évidemment nous n'étions pas là à cette époque. Le monde a été fait avant que nous existions. Alors, que pouvons-nous savoir à ce sujet?

Tout le monde s'accorde à dire que nous, êtres humains, au plus fort de la création visible, sommes beaucoup plus grands et beaucoup plus complexes que les liquides, les gaz et les solides, que les microbes, les plantes, les insectes, les poissons, les oiseaux et tous les animaux. C'est pourquoi nous avons été créés seulement après tout cela. Lorsque nous faisons quelque chose, nous commençons par les choses les plus simples, les éléments constitutifs de la vie, comme on dit, et nous continuons avec d'autres choses encore plus complexes.

Tout cela explique pourquoi il existe tant de théories sur la façon dont nous avons été créés, comme, par exemple, la théorie de l'évolution. Si vous n'étiez pas présents, alors tout ce que vous pouvez avoir ce sont des théories. Elles ne peuvent pas être prouvées, mais malheureusement, de telles théories sont souvent présentées comme des faits.

Afin de nous aider à répondre à notre question sur la façon dont le monde a été réalisé, même en partie, nous pouvons nous référer au texte le plus ancien que nous ayons à propos de celui-ci, que l'on trouve dans le premier chapitre (une page) du premier et le plus ancien livre des Saintes Écritures, le Livre de la Genèse. (Genèse signifie naissance). Cela a été écrit il y a des milliers d'années, sur la base d'histoires transmises par le bouche à oreille pendant des milliers d'années avant cela. Qu'est-ce que cela dit exactement?

Tout d'abord, les premiers mots de ce livre disent que Dieu a tout fait. L'existence de tout n'est donc pas un accident ou un hasard. Tout existe pour une raison. Tout a été fait à dessein. Si nous comprenons quelque chose à propos de Dieu, nous pouvons comprendre pourquoi tous ont été créés. Maintenant, saint Jean, dans son Evangile, nous dit que Dieu est Amour. Il est donc clair que nous nous étions faits pour nous aimer les uns les autres. C'est pourquoi nous avons été créés, c'est le but de notre vie. Rien n'est fait par hasard, tout est par Amour.

Deuxièmement, il est clair que tout a été fait dans un ordre spécial. Tout comme nous ne fabriquons pas de voiture en commençant par les derniers détails comme les couvre-sièges, puis construisons la carrosserie et le moteur, Dieu a aussi fait tout en ordre logique. 

En fait, on nous dit qu'Il a tout fait en six phases différentes. Tout d'abord, Il a fait l'espace et du temps, avec de la lumière et de l'eau (car, comme nous le savons, rien ne peut vivre sans lumière et sans eau). Deuxièmement, Il a fait le ciel et la terre. C'était pour que, troisièmement, il puisse faire toutes sortes de plantes et d'arbres, qui ne peuvent grandir que s'il y a de la terre. Quatrièmement, Dieu a fait des jours et des saisons, créant le soleil, la lune et les étoiles. Cinquièmement, il a fait tout ce qui vit dans l'eau (poisson, etc.) et tout ce qui vit dans l'air (oiseaux, etc.), chaque espèce ou «genre», comme le dit le Livre de la Genèse, séparément. 

Dans la sixième et dernière phase, Dieu a créé toutes sortes de créatures qui vivent sur la terre (les animaux et les reptiles), encore une fois chaque espèce séparément, puis il a fait le premier homme et la première femme. Quand Il a fait chacune de ces choses, nous lisons encore et encore que tout ce qu'Il a fait était bon. Après tout, pourquoi Dieu ferait-il quelque chose de mauvais? Ce serait très étrange. Personne ne s'efforce de faire quelque chose qui soit mauvais, mais quelque chose qui est bon, et cela fonctionne comme il se doit.

Une chose que nous devrions remarquer ici, c'est que Dieu a fait des animaux et ensuite, séparément, les premiers êtres humains. En d'autres termes, il n'est pas vrai que les êtres humains soient des animaux. Bien sûr, il est clair que les animaux supérieurs et les êtres humains sont semblables. Par exemple, la plupart des animaux ont une tête et un visage, deux yeux, deux oreilles, un nez, une bouche et quatre membres avec des muscles, ainsi que des organes comme le cœur, le cerveau, les poumons, le foie, les reins, L'estomac etc. et il y a un nombre égal de mâles et de femelles (en soi un miracle), tout comme nous. Mais cela ne signifie pas que les êtres humains sont des animaux. Les ressemblances entre nos corps ne signifient qu'une chose: nous avons le même Créateur - Dieu.

Certaines personnes notent surtout les similitudes physiques entre les personnes et les singes et disent que nous en sommes descendus. Mais si les singes s'étaient transformés en personnes, alors les singes n'existeraient plus!  

Le fait que des millions d'espèces de plantes et d'animaux existent en même temps prouve qu'il n'y a pas d'évolution. S'il y avait eu évolution, il n'y aurait plus rien, sauf pour les humains, selon les théoriciens de l'évolution, la dernière étape de «l'évolution». Bien sûr, cela ne signifie pas que les plantes et les animaux ne peuvent pas s'adapter. Il est bien connu que certains papillons changent de couleur s'ils vivent à proximité des usines, leurs ailes deviennent plus sombres. De même, se développent différentes espèces du même animal, certaines deviennent plus grandes et plus petites. C'est parce que, par exemple, ils peuvent vivre dans les grandes îles où il y a beaucoup à manger ou de petites îles, où il y a peu à manger.

Une telle adaptation existe également parmi nous. Par exemple, dans les pays chauds, les gens ont une peau, des cheveux et des yeux plus foncés pour se protéger. D'autre part, dans les pays froids, les gens ont une peau pâle et ont souvent des cheveux blonds et des yeux bleus. Il s'agit de la survie dans différents climats, nous nous adaptons pour survivre. Mais cette adaptation n'est pas la même que la théorie de l'évolution magique et peu prouvée, où les microbes deviennent des baleines, les abeilles deviennent des aigles, les kangourous deviennent des éléphants ou des chimpanzés deviennent des êtres humains.

Nous notons également que la race humaine a commencé avec un homme et une femme, que nous appelons Adam et Eve: bien que nous soyons tous différents, par adaptation à différents climats, nous avons tous un père et une mère communs, nous appartenons tous à la même famille . Ce fait est confirmé par des tests d'ADN modernes. Pourquoi les gens sont-ils blancs, marrons, jaunes, noirs et ont des cheveux et des yeux de différentes couleurs, différentes tailles et hauteurs, des yeux légèrement différents, des nez, des lèvres, etc.? Tout simplement en raison de l'adaptation aux climats froids et chauds, aux montagnes et aux plaines et à l'alimentation.

Bien sûr, nous en 

savons plus sur le passé de ce que nous avons trouvé sur la terre.

Par exemple, nous savons maintenant que l'univers est immense; En fait, nous ne savions pas à quel point la création était tmmense jusqu'à tout récemment. Cette découverte a été faite maintenant, afin que nous puissions adorer l'œuvre de Dieu avec émerveillement, plutôt que de rejeter un univers aussi vaste et complexe qu'un accident aléatoire.

Nous savons aussi qu'il y avait beaucoup de créatures qui n'existent plus. Certains animaux sont morts tout récemment, chassés par l'extinction, d'autres, comme les  «dinosaures», dont les fossiles peuvent être trouvés, ont vécu il y a très longtemps et sont éteints à cause des changements énormes dans le climat. Personne ne sait exactement quand, et les scientifiques ne s'entendent pas à propos de cela, ils changent constamment leurs théories lorsqu'ils font de nouvelles découvertes. Certaines personnes demandent pourquoi la Bible ne mentionne pas de telles créatures qui disparurent depuis longtemps. C'est tout simplement parce qu'elles vivaient avant que les gens ne le fassent, comme le dit la Bible, les animaux ont été créés en premier, de sorte que la seule manière dont nous pouvons les connaître est en découvrant leurs fossiles, ce que nous n'avons fait que ces derniers temps. La Bible enregistre uniquement les choses les plus importantes de Dieu et des êtres humains. Nous laissons les dossiers des animaux disparus comme des dinosaures à ceux qui mettent à jour leurs fossiles.

Et, troisièmement, nous savons aussi que bien que Dieu ait tout fait bien, maintenant il y a de nombreuses mauvaises choses: la mort, les animaux qui se tuent, les moustiques qui tuent les gens, des rats qui propagent des maladies. La raison en est également relatée dans le Livre de la Genèse. Nous apprenons que Dieu a tout fait bien, mais quand les gens Lui ont désobéi, ils sont devenus mauvais. Et parce qu'ils sont devenus mauvais, ils sont morts. Et ce mal et cette mort se sont propagés à toute la Création, l'empoisonnant.

Nous devrions faire attention à ne pas dire beaucoup plus que cela, parce que nous nous impliquerions dans des théories et des idées, et donc dans des arguments qui ne peuvent jamais être prouvés d'une manière ou d'une autre. Il nous semble préférable de nous en tenir aux faits.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
ORTHODOX ENGLAND
cité par
PRAVOSLAVIE.RU

samedi 22 juillet 2017

Père Andrew Phillips_ Panorthodoxe ou non-orthodoxe?




Même dans l'Église orthodoxe russe, nous entendons parfois parler des organisations, des assemblées, des conférences, des réunions, même des «liturgies panorthodoxes», «panorthodoxes». mais qu'est ce que ça veut dire? 

Chaque liturgie est «panorthodoxe», dans la mesure où tous les orthodoxes sont invités à participer, en effet, le monde entier est invité à prier. Malheureusement, l'expression «panorthodoxe» signifie vraiment «seulement pour des orthodoxes choisis». En fait, cela signifie «pour les nouveaux calendaristes seulement» (excluant ainsi 85% des orthodoxes) et pour les œcuménistes, les modernistes, les francs-maçons et les intellectuels libéraux (excluant ainsi 99,9% du reste). Comment cette distorsion de sens a-t-elle eu lieu?

Ce mot déformé vient de deux visions opposées de l'unité de l'Église, en particulier dans la Diaspora. La première vision de l'unité, celle «panorthodoxe», repose sur un nivellement vers le plus bas dénominateur commun, en fait, sur la protestantisation et la sécularisation. L'autre vision de l'unité, l'orthodoxe, est basée sur une aspiration vers le plus haut dénominateur commun, en fait, elle est ascétique et conduit à la sainteté. 

Bien que la première vision soit d'abord plus populaire et plus commune, parce qu'elle n'est pas spirituelle, elle ne durera pas. C'est donc seulement la seconde vision qui persiste et triomphe.

Nous pouvons voir cela lors de la réunion "PanOrthodoxe" (!!!) de l'année dernière en Crête. Cela a causé une énorme crise dans le monde grec et le nouveau calendrier (par exemple roumain), qui y a assisté et a signé divers articles, et ce monde est maintenant concerné par la «réception» de cette rencontre particulière. Cela n'est absolument pas pertinent pour la majorité des orthodoxes, qui ne sont guère conscients de cette crise, puisqu'ils ont refusé d'assister à une réunion si absurde avec son agenda non orthodoxe et l'ont depuis oublié et rient quand ils l'entendent appeler «concile» . Nous sommes pré-crétois et post-crétois et vivants; Ils sont Con-Crétois et sont morts.

Nous préférerions subir le martyre que de signer l'un de ces documents. Tels sont les panorthodoxes. Pour être «panorthodoxe», il faut d'abord être orthodoxe. C'est ce que les œcuménistes, les modernistes et les libéraux «orthodoxolites», «euro-orthodoxes» ne comprennent pas. En étant toutes choses pour tous les hommes, ils ont fini par n'être rien à personne, en d'autres termes, ils sont la risée de ceux du passé. C'est pourquoi nous les ignorons, en toute sécurité avec nos évêques orthodoxes et nos fidèles orthodoxes. 

C'est pourquoi nous continuerons d'être authentiquement «panorthodoxes», accueillant tous, multinationaux et multilingues et fidèles à la Tradition.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
citant 
ORTHODOX ENGLAND

vendredi 21 juillet 2017

Entretien de conversion de l'hypodiacre Pierre 6


6. Quel serait votre message pour nos lecteurs ?

L’Orthodoxie est l’Eglise, le don sans prix de Dieu fait à l’homme - la perle de grand prix, le trésor le plus précieux enfoui dans le champ – pour accéder au Royaume, i.e. la vie éternelle, par l’intégration au Corps du Christ, en d’autres termes pour connaître Dieu.

Pour qui est saint, cela peut se faire dans une vie humaine ; mais dans tous les cas cette connaissance et cette révélation du Dieu sans limite ne peut avoir de fin, et c’est bien l’éternité qui en est la mesure.

Que tout orthodoxe mesure donc bien à son prix inestimable le précieux dépôt dont nous sommes les récipiendaires indignes… et qui dépassera toujours notre capacité d’entendement.

S’il était besoin d’une preuve que l’Orthodoxie est la vie, révélée par la Vie vivante, et non pas une doctrine relevant de l’archéologie, une seule, parmi toutes celles qui sont innombrables, en serait qu’aujourd’hui les saints délivrent le même message – intemporel - que dans les premiers siècles de l’Eglise. Le discours des saints Pères de notre époque rend le même témoignage que celui de leurs prédécesseurs, les miracles continuent d’être accomplis de nos jours tout comme dans les précédents, et le siècle écoulé, parmi tous les confesseurs ou martyrs, a porté aussi bien des docteurs et des startsy que des fols en Christ et des thaumaturges, qui continuent à nous aider par leur intercession.
Pour ce qui est de l’heure présente, chaque époque de l’Eglise a éprouvé des attaques spécifiques venant de l’adversaire, et aujourd’hui, l’Orthodoxie, qui suscite en tout temps la jalousie du Malin, connaît une attaque en règle du Monde, sournoise mais sans relâche.
En partie par la violence, avec l’installation au Kosovo de la plus grande base militaire américaine en dehors des Etats-Unis, qui a été le point culminant de la diabolisation que dut souffrir la Serbie durant la guerre orchestrée aussi bien par les armées que les médias occidentaux, tout comme celle que subissent actuellement les orthodoxes d’Ukraine.
Tout aussi orchestrée est la guerre économique destinée à enlever à la Grèce son identité, pour la rendre telle un simple étal de marché pour l’économie néolibérale.
Plus subtile, mais non moins insidieuse et acharnée, est la lutte persistante qui tend à détruire au quotidien les valeurs des sociétés orthodoxes, sous le couvert du « progrès », de « l’évolution » et de l’occidentalisation-mondialisation.
De toute façon, que ce soit par une violence visible ou cachée, l’Orthodoxie est considérée de longue date par l’Occident comme un ennemi à éliminer : lors de la guerre de Yougoslavie, le ministre autrichien de l’époque n’avait-t-il pas déclaré ouvertement à Bruxelles, de manière significative : « L’Europe s’arrête là où commence l’Orthodoxie ! ».

La plus perfide des stratégies consistera donc à infiltrer cette destruction au sein même de la hiérarchie de l’Eglise par le biais « des bâtisseurs qui ont rejeté la pierre d’angle » pour y instiller, sous le masque de l’évolution et de l’ouverture, des idées et des positions non conformes au dépôt de la Révélation.
Tous les saints de l’époque moderne ont mis en garde contre ce danger et ont dénoncé l’arrivée de la « pan-hérésie » ou « hérésie suprême », selon leurs propres termes, comme étant la plus pernicieuse de toutes : celle d’abandonner la fidélité à l’enseignement des Pères pour se conformer à « la sagesse du monde » et au goût du jour.
Mais voilà, l’homme « moderne », même orthodoxe, se considère comme plus évolué spirituellement que ceux des époques précédentes. Que les saints Marc d’Ephèse, Côme d’Etolie, Ignace Briantchaninov, Seraphim Sobolev, Paissios, ou Gabriel de Géorgie et tant d’autres, aient explicitement présenté l’œcuménisme comme la plus haute des hérésies ne viendrait-il que de leur « vision trop étroite » de l’Orthodoxie, ou peut-être ces personnes n’étaient-elles pas assez évoluées intellectuellement et socialement …puisque depuis lors  nous avons tellement progressé, n’est-ce pas?
Pour arriver à ses fins, le père du mensonge s’entend à déformer les plus grandes vérités : sous couvert de « charité » et d’amour du prochain, il voudrait que l’Eglise « s’ouvre », c’est-à-dire « se relativise », pour ne devenir qu’une « confession » parmi d’autres. Les Pères sont pourtant unanimes à rappeler qu’il faut aimer le malade, mais haïr la maladie.
Ne nous y trompons pas : « le Christ est Le même hier et aujourd’hui, et Il Le sera demain », son enseignement est vivant et ne participe pas de l’archéologie ni des conditions d’une époque passée.
De fait, il y a déjà longtemps que nous sommes dans la situation décrite par l’apôtre Paul : « car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs » (2 Tim.3, 4).

L’Orthodoxie est la révélation que la vie de chaque homme est un don gratuit de Dieu. Un mystère qui dépassera toujours l’entendement, mais trouve sa réponse dans l’amour – un mystère, et non le hasardeux produit d’une « évolution » biologique tâtonnante, partie du protozoaire pour arriver au singe, qui serait notre (vénérable) ancêtre, ni un accident absurde, dénué de toute signification, qui trouverait sa fin rapide (une vie d’homme !) et non moins absurde dans un néant complet, ni encore un maillon dans une chaîne de « réincarnations », commodes pour donner une explication (très sommaire) aux heurs et malheurs d’une existence individuelle et aux injustices du monde par une loi mécanique, mais repoussant toujours plus loin l’accès à une cause véritable.


De Dieu, nous avons reçu la vie.
Cela signifie qu’Il nous a offert à chacun un commencement – la sortie du néant -, mais pas de fin.
Et qu’il faut bien, en effet, l’éternité pour rendre grâce à sa mesure du don sans mesure que Dieu nous a fait.

Slava Bogu za vsio !


Source
Conversion orthodoxe



Hypodiacre Pierre

*

jeudi 20 juillet 2017

Entretien de conversion de l'hypodiacre Pierre 5


5. Peut-être avez-vous quelque chose à dire sur l’église à Genève dans laquelle vous servez ?

L’église russe de l’Exaltation de la Sainte Croix est la première église orthodoxe établie, par la grâce de Dieu, à Genève depuis maintenant 150 ans.
Elle a ainsi joué un rôle central et fédérateur, jusque dans la deuxième moitié du XXe siècle, pour les orthodoxes de diverses juridictions établis à Genève ou de passage.
En 1946, le patriarcat de Moscou, alors que la tension était grande avec l’Eglise orthodoxe russe hors frontières, installa un lieu culte consacré à la Nativité de la Mère de Dieu et au début des années 70 fut construite l’église grecque de St Paul, dépendant directement du patriarcat de Constantinople. A cela s’ajouta ensuite la création de deux paroisses roumaines.
Aujourd’hui toutefois, malgré l’usage du slavon comme langue liturgique, cette église continue à remplir sa mission d’accueil pour étrangers de passage de différentes nationalités, ainsi que pour l’immigration russe qui n’a cessé d’augmenter depuis maintenant 20 ans. La vie paroissiale y est très active (pour les enfants, comme pour les laïcs, notamment avec l’organisation de pèlerinages).

Je demeure, bien sûr, très reconnaissant à cette église de m’avoir accueilli dans l’Orthodoxie, et infiniment à Dieu de m’avoir accordé, à moi indigne, d’accéder au service de l’hypodiaconat.

Puisse-t-Il continuer à la combler de grâces et de bénédictions dans les années à venir.

Source

mercredi 19 juillet 2017

Entretien de conversion de l'hypodiacre Pierre 4


4. Comment est la vie religieuse en Suisse ?

Je ne me considère pas comme habilité pour répondre à cette question, si ce n’est pour dire qu’en Suisse, jusqu’ici, règne une grande tolérance pour la pratique de l’ensemble des religions.

En ce qui concerne l’Orthodoxie, par la grâce de Dieu, plusieurs lieux de culte de diverses juridictions ont pu voir le jour dans le pays depuis une trentaine d’années pour répondre aux besoins de l’immigration et également des nouveaux convertis. Ceux-ci constituent toutefois un phénomène limité en nombre qui ne justifie pas à lui seul l’ouverture de nouvelles églises.
Si les villes de Genève, Vevey, Berne et Zurich, ou le monastère de la Sainte Trinité à Dompierre, ont leur propre église où la liturgie se célèbre régulièrement, ailleurs il n’y a pas de possibilité de célébrer régulièrement des offices ni de bénéficier d’un lieu de prière en propre, dans ce cas il faut louer une salle ou bénéficier de l’accueil d’une paroisse hétérodoxe.
Evidemment, dans un pays occidental comme la Suisse, l’Orthodoxie a le statut de religion étrangère, accueillie comme un hôte (…un peu exotique).
A Genève en particulier (puisque que la Suisse est une confédération), les manifestations religieuses publiques – telles qu’une procession, par exemple, ou sonner les cloches la nuit de Pâque du calendrier julien - ne sont pas autorisées.

Mais d’une manière générale, si ce n’est que la religiosité en général reste très discrète dans un pays occidental et laïc comme la Suisse et que l’Europe progresse chaque année davantage dans la déchristianisation de la société, l’Orthodoxie – dans la mesure où elle n’est pas liée à de l’actualité politique – est relativement bien tolérée …pour l’instant.

Source



mardi 18 juillet 2017

Entretien de conversion de l'hypodiacre Pierre 3


3. Comment et en quoi voyez-vous des différences et des similarités entre l’Orthodoxie et d’autres religions ?

On ne compare pas le Christ et Bélial.
Dieu Lui-même, en tant que Deuxième Personne de la Trinité, s’est incarné – Vrai Dieu et vrai Homme – pour sauver l’homme de sa chute, et nous a offert son Corps vivant, l’Eglise, dont Il est la Tête. Lui qui est la Voie, le Vérité et la Vie. C’est dans l’Eglise qu’il est possible d’expérimenter véritablement ces trois réalités, qui en forment une seule.

On peut certes trouver diverses formes de piété et de mystique d’apparence respectable dans les autres religions et de nombreux exemples de foi tout à fait admirables.
(En ce qui concerne les hérésies issues du christianisme – le papisme et les diverses branches du protestantisme -, la déformation de la vérité reçue est telle qu’elle apparaît malheureusement comme une caricature appauvrissante, et parfois blasphématoire).
De même, l’on peut trouver ailleurs des doctrines qui sécurisent le mental et tranquillisent, des règlements qui indiquent une conduite d’action existentielle et apportent un certain équilibre pour la gestion du quotidien.
Toutefois, s’il est possible de rencontrer une sagesse – relative -, une paix – relative -, ou même une compassion – toujours relative – dans d’autres formes de religions, partout règne le grand Manque, ou la grande Absence : celle de la présence du Christ, seule Plénitude capable de tout remplir – la terre, le ciel et les enfers.

Pour exemple : l’amour des ennemis, dans le christianisme, est bien plus qu’une attitude morale et un commandement.
On peut, dans n’importe quel courant religieux, faire l’effort de développer une attitude de compassion pour autrui, ou de détachement vis-à-vis de l’ego et de la haine, mais cela relève alors d’une règle de morale ou de comportement. Dans l’Orthodoxie, si cela est un commandement divin et une révélation du Christ lui-même, qui doit être continuellement travaillé et développé, cela ne peut être réel que parce que cela est une conséquence, propre à la Révélation même, de ce que « Dieu nous a aimé le premier, alors que nous étions encore dans l’inimitié », et qu’Il nous donne donc Sa grâce.

De même, en ce qui concerne le pardon (indissociablement lié dans son fondement à l’amour des ennemis) : celui-ci – spécificité caractéristique du christianisme, puisqu’il est élevé à la hauteur d’un sacrement – n’est possible et réel que parce que le Dieu Vivant et Vrai est une Personne : seule une personne peut pardonner à une autre personne – un principe ou une loi cosmique ne le peuvent pas. Et ce mystère va encore plus loin. En ce qui nous concerne, il nous révèle quelle est notre vraie nature : celle d’une personne – et non pas d’un simple individu parmi d’autres, composé de paramètres biologiques et de pulsions –, c’est-à-dire d’un être vivant qui trouve sa réalité pleine et son identité dans sa relation avec la seule Personne Vivante et Vraie, qui lui a donné la vie, par amour.
Il y aurait encore beaucoup à développer sur ce sujet, bien sûr. Qu’il suffise de synthétiser en indiquant que la spécificité de la Révélation chrétienne par rapport à toutes les autres « religions » -qui relient à Quoi, ou à Qui ? – trouve sa clé dans le mystère de la personne (dont, parmi les saints récents, le Père Justin Popovic a parlé d’une façon des plus admirables et explicites).

Partant de ce principe, il est encore instructif de constater que la « Connaissance », ou gnose, – fondement et levain de toutes les traditions orientales et des idéologies initiatiques qui en découlent sous l’étiquette de « spiritualités » diverses, prétendant trouver leur origine dans les « mystères » d’un passé des plus lointains : philosophies sous l’égide d’un « maître », théosophie, maçonnerie, néo-paganisme, et autres ésotérismes et « traditions primordiales », correspondant toutes à la « Sagesse des Grecs » – la gnose, donc, est à la base d’une contradiction primordiale dans la posture de « l’homme moderne » : ce n’est, en effet, pas le moindre des paradoxes qu’il croie pouvoir « se libérer » par la connaissance « d’une doctrine cachée » - en écoutant le sifflement du serpent dans l’arbre du même nom, prétendant : « Vous serez comme des dieux » -, alors qu’il se replace ainsi à nouveau dans le déterminisme des lois cosmiques et des puissances célestes, dont le Christ Lui-même est venu nous libérer (Gal. 4, 8).
Ce mythe de la gnose est en effet aussi vieux que le Serpent lui-même : la « connaissance » apporterait la libération totale ( …même par rapport au Créateur!) et l’homme serait son propre maître – traduit dans le langage des traditions orientales, cet arbre où se trouve le serpent a entre autres pour nom kundalini, et sa « montée » (dans l’arbre) est censée apporter des pouvoirs occultes à l’initié et, en finalité, « l’illumination », i.e. la connaissance ultime et absolue sur tout. L’hameçon de Satan à ce sujet n’est pas moins virulent aujourd’hui qu’il ne l’était au Paradis.
Il est notable de remarquer que « l’arbre de la connaissance du bien et du mal » met l’homme en contact avec deux concepts appartenant au monde abstrait des idées et l’introduit dans le domaine de la dualité, alors que la relation avec le Dieu Vivant et Vrai le maintient dans l’Unité, soit dans un rapport vivant avec le monde et Celui Qui peut dire « Je suis Celui Qui Suis ».

Et pourtant la connaissance est bien, en effet, le fondement primordial de la Révélation chrétienne, au point que l’ignorance est désignée par de nombreux de Pères comme « la cause de tous les vices », « la mère et la nourrice de tous les maux », « la maladie la plus fondamentale de l’âme », etc., puisque, selon les paroles mêmes du Christ «  la vie éternelle c’est qu’ils Te connaissent, Toi le seul vrai Dieu, et Celui que Tu as envoyé, Jésus Christ »  (Jean 17, 3). Il s’agit donc ici de connaître la relation qui existe entre l’homme avec son Créateur – et non pas de s’imaginer devenir indépendant de tout et devenir en même temps son propre dieu -, mais cette connaissance s’obtient par les sacrements de l’Eglise et l’ascèse personnelle, et, comme l’a si bien formulé le P. Justin Popovic, c’est dans le Verbe que réside le principe dynamique et métaphysique de la connaissance.

Sur ce sujet aussi, il y aurait beaucoup à développer, ne serait-ce que pour rappeler combien la fièvre de la connaissance a pris possession de l’homme occidental depuis des siècles d’une manière exacerbée – de la « Renaissance » (du paganisme), en passant par les « Lumières » et le positivisme -, au point que la norme de la vérité quotidienne – indubitable, inaltérable et objet de vénération absolue – se résume dans cette formule incontournable : « C’est scientifique ! », autant dire : vrai de manière absolue et irréfutable, reléguant au plan de l’imprécision subjective tout ce qui est dévoilé par la Révélation, (même si la science remet périodiquement en cause ses propres conclusions, et si elle reconnaît elle-même que l’objectivité absolue n’existe pas, mais est dépendante de la position de l’expérimentateur – mais ceci est une autre histoire).
Rappelons simplement ici que l’homme a fondamentalement besoin de croire, de croire en quelque chose ou quelqu’un pour trouver un ancrage lui donnant une assise, et que la prétendue « science » offre par sa crédibilité  cet avantage confortable de fournir une pseudo vérité déjà « prémâchée » et « prédigérée », qui exempte l’homme-consommateur de la nécessité de la réflexion, c’est-à-dire de l’expérimentation personnelle – à l’inverse de la Révélation chrétienne qui exige de chacun une ascèse, i.e. une mise en pratique, sans laquelle il n’est pas possible de faire sienne ni réelle la vérité qui nous est transmise.



Dans l’Orthodoxie, la Révélation à l’homme du mystère du salut se fait par la voie théanthropique, soit divino-humaine, c’est-à-dire d’un Dieu qui se fait homme : pas par un avatar de type hindou ou monophysite où Dieu n’aurait pris que l’apparence de l’homme, ni par une « réalisation spirituelle », où l’homme, par ses efforts, est parvenu à une « illumination » qui le libère des lois cosmiques de cause à effet.
La réalité du mystère chrétien – au sens étymologique de ce mot, soit : ce qui est au-delà la parole, ce qui ne peut être expliqué pleinement par les mots – est que Dieu n’est pas un principe cosmique supra-personnel et anonyme, mais qu’Il est « philanthropos », « tchelovekolyubets », c’est-à-dire fondamentalement Ami-de-l’homme, et qu’Il s’est manifesté comme Vrai Dieu et Vrai Homme (seul Homme véritable), ce qui est bien « scandale pour les Juifs et folie pour les Grecs » : une telle kénose – abaissement, et humiliation, au niveau de l’homme – est scandaleuse pour un dieu, et revêtir la chair-prison et la glorifier par la résurrection est simplement un non-sens pour un esprit qui aurait été libéré.

L’Orthodoxie n’est pas une religion parmi d’autres religions.
L’Orthodoxie est la Vie divine – infusée directement par le Christ Dieu-Homme Lui-même dans Son Corps, qui est l’Eglise.

Il n’y a pas d’autre endroit où La recevoir.

Source