"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

jeudi 31 mai 2012

Saint Jean de Changhaï et de San Francisco: Les offices divins





Les offices divins dans leur composition contiennent toute la plénitude de l'enseignement dogmatique de l'Eglise, et ils énoncent le chemin du salut

Ils présentent une richesse spirituelle d'une valeur inestimable. Plus ils sont accomplis complètement  et précisément, et plus les participants en reçoivent d'avantages de leur part. 

Ceux qui officient avec négligence et qui les raccourcissent par leur paresse, volent leur troupeau, le privent de leur pain quotidien, en leur dérobant un trésor très précieux. 

Le fait d'abréger les offices qui vient lorsque l'on manque de force, doit être fait à bon escient et réalisé avec circonspection, afin de ne pas toucher ce qui ne devrait pas être altéré.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Haïjin Pravoslave (151)


Au monde changeant
La réalité pérenne
De la foi sans faille


上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

mercredi 30 mai 2012

Archevêque Averky de bienheureuse mémoire:






Si nous voulons supporter le monde, il est d'abord nécessaire de comprendre et de garder à l'esprit que dans le siècle présent tout ce qui porte le nom très saint et très cher d'Orthodoxie n'est pas en fait orthodoxe. 


Souvent, c'est plutôt "une orthodoxie frauduleuse et usurpée" que nous devons craindre et éviter comme s'il s'agissait de feu. 


Contrairement à cette foi fausse, l'Orthodoxie véritable a été donnée et doit être reçue sans nouveauté et rien ne doit être accepté comme enseignement ou pratique de l'Eglise qui soit contraire à l'Écriture Sainte et au dogme de l'Eglise universelle. "


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Haïjin Pravoslave (150)


Ton ange te suit
Dans l’ombre de ton âme
Et tu ne crains rien


上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

mardi 29 mai 2012

Saint Fursy de Lagny: Lorica


Saint_Fursey.jpg (81281 bytes)


La lorica (bouclier) est une prière de protection dans la tradition orthodoxe celtique: La plus célèbre est celle de saint Patrick. Voici celle de saint Fursy. Cet illustre rejeton d'une famille royale d'Irlande, devint moine puis higoumène d'un monastère en Irlande. 
Il s'en fut en Angleterre où il fonda l'abbaye de Burghcastle dans le Suffolk, puis chassé de ce lieu par le Roi de Mercie, il se rendit en France où Clovis deuxième du nom l'aida à fonder le monastère de Lagny. 
Il fut associé au gouvernement du diocèse de Paris par l'évêque de ce lieu. Il mourut dans le diocèse d'Amiens vers 650 alors qu'il aidait à la fondation d'un monastère à Péronne.

Voici la lorica qui lui est attribuée:


Autour de mes épaules les bras de Dieu,
Sur ma tête le toucher du Saint Esprit,
Le signe de Croix sur mon front,
Le son du Saint Esprit dans mes oreilles,
Le parfum du Saint Esprit dans mon nez,
En mes yeux la vision de la céleste compagnie,
En mes mains l'œuvre de l'Eglise de Dieu,
Mes pieds au service de Dieu et du prochain,
En mon cœur une demeure pour Dieu,
Et à Dieu Père de toutes choses,
Mon être tout entier!

Version française Claude Lopez-Ginisty

Haïjin Pravoslave (149)


Ta vie devient vaine
Si tu n'ancres pas le temps
Dans l'Eternité

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

lundi 28 mai 2012

Natalice & Enseignement du Staretz Samson de Russie


Click to view full size image

Je deviens faible… Ne les jugez jamais [les hétérodoxes]. Ils ne connaissent pas la richesse que vous et moi connaissons, cette richesse inépuisable… qu'il nous a été accordés de connaître: être orthodoxes, et non hérétiques… Je demande pardon au saint Patriarche pour tout ce que j'ai fait sans sagesse et de par ma volonté propre... Je veux être honnête… pendant cette séparation du corps… dans cette étape entre le second avènement et la troisième étape-l'Eternité. 


...Suis-je présentable? Etes-vous fâchés que je vous aie gardés si longtemps? Je ne vous ai pas scandalisés? 
Non, nous sommes heureux! 
Je suis comme je suis! 
Nous n'avons nul besoin d'un autre, ni d'un saint ni d'un pécheur. Tu es ce que tu es. Tu es exactement ce dont nous avons besoin. 
Je n'ai jamais été un saint. 
Nous avons besoin de ce que tu es exactement, nous n'avons besoin de rien d'autre. 
Il est difficile de respirer… 
Notre triomphe est l'éternité? 
L'humilité! Rien n'est plus important si ce n'est l'humilité et les larmes. Tu apprends, tu es moine. 
Devrons-nous amener ton corps à Jirnovtsy, s'ils nous prennent? 
Pour quelle raison? 
Que veux-tu dire, Père? 
Enterrez-moi près de mes parents. 
Père, et les cavernes de Pskov?[où il vivait formellement] 
Trop d'honneur...Trop d'honneur... Où que vous soyez...au travail, ou ailleurs, souvenez-vous toujours que le principal gage de notre salut, c'est nous-mêmes. La vie des autres n'est pas notre affaire. Qu'ils fassent comme ils l'entendent! Excusez-les, justifiez-les, souvenez-vous toujours… ce sont de pauvres gens et personne ne les a enseignés, personne, d'accord?… Ne faites de mal à personne. Telle est la Voie du Christ. Souvenez-vous que la mesure d'amour [que nous aurons] pour les autres est la mesure d'amour [que nous aurons] pour nous. Ne souhaitez du mal à personne… 
Dites à N... que nous nous verrons au Jugement Dernier. Qu'elle me regarde sans crainte, car elle m'a causé une grande souffrance, grande patience, grande humilité et tout cela pour mon salut éternel. Si je me suis plaint à son propos à quiconque, par manque de patience ou par apitoiement sur moi-même, alors je lui en demande pardon… 


A 4h 20 de l'après-midi, le Staretz Samson vit accompli son plus grand désir: une mort chrétienne. 


 Saint Staretz Samson, prie Dieu pour nous! 

*

Le saint Staretz Samson apparut à une de ses filles spirituelles après son natalice [naissance au ciel]. Elle avait l'habitude d'organiser des dîners en mémoire du Staretz Samson, en réunissant tous ses amis. 
Il lui apparut en rêve et lui donna les instructions suivantes: 
1) Ne prends pas le temps des autres et ne gaspille pas ton propre temps. Chaque minute devrait être consacrée au service du Seigneur, car ce temps, c'est ce qui acquiert l'éternité. 
2) Remets-t'en à moi sans critique, sers les autres et dans tes pensées sois toujours avec le Seigneur. Je suis un canal de la volonté de Dieu. 
3) Tu penses obtenir ma miséricorde par des dîners commémoratifs: tu te trompes. Je te demande d'accomplir strictement toutes les règles et de tenir toutes les promesses que tu as faites. 
4) Tu portes ton cœur sur ta manche (i.e. tu es émotive). Tu dois cacher tous tes élans émotionnels à tout un chacun. Concentre-toi et lave ton cœur de toute impureté afin d'acquérir le Saint Esprit dans ton cœur. 
5) Il n'est pas possible de faire marche arrière. Sois ferme en tout sujet spirituel, afin de ne servir que le Seigneur, à chaque instant, en pensée, en parole et en acte.


Version Française Claude Lopez-Ginisty
d'après
Elder Sampson, 
Patron of the Convert Movement.
 in 
The Orthodox Word 
N° 177
Platina, California, 
USA

Haïjin Pravoslave (148)


Retiré au calme
Dans l'ermitage du cœur
Tu attends le Christ


上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

VIENT DE PARAÎTRE: ARCHIMANDRITE IOANNICHIÉ BALAN, « LE PÈRE PAÏSSIÉ OLARU »

ARCHIMANDRITE IOANNICHIÉ BALAN ● LE PÈRE PAÏSSIÉ OLARU

Vient de paraître : Archimandrite Ioannichié Balan, « Le Père Païssié Olaru ». Traduit du roumain par Félicia Dumas. Préface de S. B. Daniel, patriarche de Roumanie. Introduction de Jean-Claude Larchet. Collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle ». Éditions L’Age d’Homme, Lausanne, 2012, 145 p.
Ce nouveau volume de la collection « Grands spirituels du XXe siècle », est le complément attendu d’un livre, écrit par le même auteur, qui a paru dans la même collection en 2003 et qui était consacré au célèbre père Cléopas Ilié. Si le père Païssié Olaru (1897-1990) est moins connu que ce dernier, il compte néanmoins parmi les spirituels roumains les plus remarquables et les plus marquants du xxe siècle. L’auteur de ce livre, qui fut l’un de ses proches, fait remarquer que « dans les décen­nies qui précédèrent sa mort, il était considéré comme le père spirituel le plus recherché en Roumanie et l’un de ceux qui avait le plus d’enfants spiri­tuels ».
On ne trouvera cependant rien de spectaculaire dans l’enseignement du père Passié ou dans sa personnalité. Le père Païssié se cararactérisait par une grande modestie et une grande discrétion, et même ses proches ignoraient qu’elles étaient l’extension de son ascèse et la nature de sa vie intérieure. Son apparence était modeste et il aimait rester silencieux. Oublieux de lui-même, il se consacrait entièrement au service des autres et se sacri­fiait pour eux.
Ayant dépouillé les passions, il rayonnait des vertus chrétiennes. Ceux qui l’ont rencontré ont été frappés par sa componction, son humilité, sa douceur, sa compas­sion, son indulgence, son aptitude à aimer tous les hommes également.
C’est par ces vertus, par la paix qui émanait de lui, par son discer­nement et par la sagesse qu’il avait reçus de l’Esprit, qu’il a pu apaiser, conso­ler, récon­forter, revigorer, réorienter  des milliers d’âmes affligées, affaiblies, décou­ra­­gées, désespérées par les malheurs et les épreuves de cette vie.
Ce livre ne nous permet pas seulement d’apprécier la personnalité spirituelle du père Païssié. Il donne à ses lecteurs, qu’ils soient prêtres, moines ou laïcs, de précieux conseils pour la vie spirituelle adaptés à diverses circonstances, qui sont le fruit tant de l’expérience spirituelle personnelle du père Païssié que de sa longue pratique de la confession et de la paternité spirituelle.
Nous donnons ci-dessous en « bonnes feuilles » la préface écrite par Sa Béatitude Daniel, patriarche de l’Église de Roumanie, alors qu’il était encore métropolite de Moldavie et de Bucovine, éparchie dont dépendait le père Païssié.
« Le père spirituel Païssié Olaru, du saint monastère de Sihàstria, avait reçu de Dieu le don de guérir et de pacifier les âmes blessées par le péché. Sa théologie était à la fois simple et pleine de sagesse, évangélique et pratique. Le père Païssié savait, d’une façon impres­sionnante et avec une force paisible, distinguer clairement l’essen­tiel du secondaire, sans relativiser pour autant la plénitude de sa foi, ni la compliquer avec des difficultés inutiles.
Tout comme les saints ermites, qui condensaient beaucoup de sa­gesse en très peu de mots, le père Païssié exprimait l’essentiel de la foi dans ses conseils paternels. Sa bonté n’était pas sentimentale et ses colères ne duraient jamais longtemps. Le père Païssié, qui ai­mait l’ascèse et la prière, avait une sévérité sans aucune rigidité, et une humilité qui était loin d’être naïve. Il était d’une très grande maturité spirituelle, il était un véritable cœur pur.
Son charisme le plus grand était celui d’apaiser, de pacifier les âmes de tous ceux qui venaient lui confesser leurs péchés ou lui demander sa bénédiction. La source de cette paix que le père répan­dait autour de lui n’était autre que son grand amour, profond et humble, envers Dieu et envers son prochain. C’est de sa sainte fa­miliarité avec Dieu, le Très-Bon, Celui qui aime les hommes, que jaillissaient ses prières et ses bénédictions si bienveillantes, pater­nelles et délicates qu’il donnait aux pèlerins : “Bénis, Seigneur, sa demeure, ses repas [...] et donne-lui Seigneur un tout petit coin de Paradis.” Il utilisait les mêmes paroles pour bénir les personnes ordinaires aussi bien que les patriarches ou les métropolites. Le pé­ché divise et égare, tandis que le Saint-Esprit réunit et apaise.
Grâce à sa foi humble et à ses prières continuelles, le père Païs­sié, qui était habité par le Saint-Esprit, faisait descendre les pensées dans les cœurs et conduisait ceux-ci près de Dieu. Il faisait cela à une époque où l’idéologie communiste, athée, tentait d’égarer les esprits, d’assécher les cœurs et d’éloigner les gens de Dieu.
Bien que maigre et frêle, le père Païssié a été, durant les années de la dictature communiste en Roumanie, un véritable géant de la spiritualité roumaine, fortifiant en silence, dans le cœur des croyants, l’Église du Christ, tandis que dans le bruit de la capitale, on démolissait les églises. Seul Dieu peut savoir à quel point est inestimable le rôle d’un père spirituel qui apaise et guérit les âmes, pendant que, dans le même moment, la société humaine s’organise en système diabolique ! La sainteté du père spirituel Païssié ne s’im­posait pas d’une manière spectaculaire, mais d’une façon irré­sistiblement douce, car la sainteté rend l’homme plus humain, contrai­rement aux passions égoïstes, qui chassent de l’homme tout ce qu’il a d’humain.
Le livre “Le père Païssié”, publié par le très révérend père ar­chi­mandrite Ioannichié Balăn du monastère de Sihàstria, nous amène à comprendre la manière merveilleuse dont Dieu sait œu­vrer au mi­lieu d’un peuple humble, et à saisir l’immense importance d’avoir des pères spirituels, qui éclairent pour nous le chemin de la vraie foi. »
Source : Éditeur

dimanche 27 mai 2012

Les dits de Mère Stavritsa (1916-2000)


Mère Stavritsa 
avec Vladika Théodore d'Ouganda 
et le Consul de Grèce

° Quand nous avons l'amour chrétien et que nous laissons la Grâce de Dieu nous diriger, elle nous illumine et nous protège de tout mal.

° Le Dieu très bon m'a sauvé maintes fois des couteaux, des flèches, des voleurs, des serpents, des lions etc. Je Le glorifie de toute mon âme. Je mets mon espoir en Dieu et Le supplie de me garder toujours dans Ses mains, afin que je travaille pour Lui jusqu'à ma vieillesse.

° On ne gagne pas le paradis en menant une vie facile. Il est nécessaire qu'il y ait des privations, des efforts, des afflictions, des épreuves.

° Notre doux Jésus ne veut pas de mercenaires. Il veut de véritables combattants.

° Il teste ses élus pendant cette vie brève. Les chrétiens sont sages quand ils voient toutes choses dans une juste perspective et qu'ils acceptent les afflictions qui leur arrivent comme un encouragement à s'améliorer.

° Nos pères se sont battus pour le défense de notre précieuse foi orthodoxe, non pas avec des fusils, mais par leurs saintes vies, leur foi en Dieu, leur sainteté. Nous devons de même devenir aujourd'hui de bons gardiens de la foi. Nous ne devons pas laisser les hérétiques, loups déguisés en moutons, démolir la forteresse de l'orthodoxie.

° Avec l'aide de Dieu, tout est possible. Le Saint Esprit rendit sages des pêcheurs illettrés et leur apprit des langues nouvelles, et ils purent émouvoir les multitudes qui les suivaient.

°Notre Eglise Orthodoxe est la plus ancienne des églises, l'Eglise une, véritable, apostolique et universelle ( Catholiké).

Mère Stavritsa est une laïque orthodoxe qui entendit l'appel du Christ alors qu'elle vivait confortablement à New York. Elle se rendit en Afrique où elle fit un remarquable travail auprès des orthodoxes africains. Elle resta laïque. Elle prêcha, peignit des icônes et décora des églises, aida l'évêque ougandais Théodore (Nankyama). Des milliers d'orthodoxes africains d'Ouganda, du Kénya, et du Zaïre l'appelait "Mama Stavritsa". 
Elle mourut un matin après ses prières alors qu'elle se préparait à sa journée de travail aux services de ses frères africains orthodoxes. Sa foi ardente, son amour, sa compassion, sa bonté, sa candeur, son courage, sa pureté, sa grandeur d'âme restent dans les mémoire des orthodoxes africains. Constantin Cavarnos, théologien orthodoxe de renom, auteur de nombreux livres sur les vies des saints a fini sa série de vies des saints orthodoxes modernes par la vie de "Mama Stavritsa."

Un tropaire a été écrit en son honneur:

Ton 8


O Mère, en toi fut préservée exactement l'image
Car prenant ta Croix tu as suivi le Christ
Et par tes actes tu nous as enseignés
A ignorer la chair car elle est éphémère
Mais à honorer l'âme puisqu'elle est immortelle.
C'est pourquoi, ô juste Stavritsa
Ton esprit se réjouit avec les anges.


+


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après Constantine Cavarnos, 
Modern Orthodox Saints 14 
Institute for Byzantine and Modern Greek Studies,
Belmont, 
Massachusets, 
USA, 
2002

Haïjin Pravoslave (147)


Prière joyau
Mûrie au sein du silence
De la pure ascèse

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Feuillets Liturgiques

geneve.jpg


14/27 mai
 7ème dimanche de Pâques 
Après-fête de l’Ascension et Dimanche des Saints Pères du 1er Concile Œcuménique Saint Isidore de Chios, martyr (251) ; Saint Isidore, fol en Christ de Rostov (1474) ; Saint Nicétas (Nikita), reclus des grottes de Kiev, évêque de Novgorod (1108) ; Saint Maxime, martyr (250) ; Saint Sérapion le Sindonite (Vème s.) ; Saint néomartyr Jean le Bulgare (1802) ; Saint néomartyr Marc de Crète (1643). Lectures : Actes XX, 16-18, 28-36 / Jn. XVII, 1-13

samedi 26 mai 2012

Saint Silouane l'Athonite


Icône de Saint Silouane
SAINT STARETZ SILOUANE l'ATHONITE
Archiprêtre Georges Florovsky


Père Silouane était un homme humble. Son enseignement était pourtant audacieux. Cette audace ne procédait pas d'un intellect curieux, engagé dans une recherche et un raisonnement spéculatifs. C'était une audace qui venait d'une certitude spirituelle, car selon les paroles du Père lui-même, "ceux qui sont parfait ne disent jamais rien d'eux-mêmes, ils ne disent que ce que l'Esprit leur donne а dire". Le Père Silouane, doit certainement être compté parmi ceux qui sont parfaits. 
Cette "perfection" est le fruit de l'humilité. Elle peut être acquise -et, ce qui n'est pas moins important, elle peut être gardée et préservée- seulement par un effort constant et continu d'humiliation volontaire et d'oubli de soi.Cependant, ce processus d'abnégation personnel, n'est pas simplement un effort de négation. Ce n'est pas seulement un refus, une soustraction ou une réduction du moi. C'est au contraire un recouvrement du moi véritable. 
Ce processus commence par l'effet de l'amour et de la foi. On nie son propre moi pour l'amour du Christ par grand amour pour Lui. Le processus est guidé par un objectif positif. Cet objectif est toujours constructif, c'est "l'acquisition du Saint esprit", comme avait coutume de le dire Saint Séraphim de Sarov. Il y a là en effet une tension paradoxale. Le but de la quête spirituelle est élevé et ambitieux: consortium divinae naturae , "une participation а la nature Divine" ( 2 Pierre, 1:4). De quelque façon que l'on interprète cette phrase surprenante de l'Ecriture, elle signale clairement et distinctement le but ultime de toute existence chrétienne: "la vie éternelle", la vie "en Christ", "la Communion du Saint Esprit". Les Pères Grecs utilisent même cette expression audacieuse: theosis , "divinisation". Pourtant, la méthode, c'est-а-dire précisément la voie par laquelle ce but doit être atteint, est la méthode de la renonciation radicale à soi-même.
La grâce n'est donnée qu'aux humbles et aux doux. De plus, l'humilité elle-même n'est jamais une œuvre humaine. C'est toujours un don de Dieu, donné gratuitement, gratia gratis data . Toute la structure de la vie spirituelle est en effet paradoxale. Les richesses du Royaume sont données seulement aux pauvres, et avec ces richesses, est aussi donnée l'autorité. 
Les humbles ne disent rien de leur propre chef. Pourtant, ils parlent avec autorité lorsqu'ils doivent jamais parler. Ils ne revendiquent pas l'autorité pour eux-mêmes, mais ils revendiquent cette autorité pour ce qui a été révélé d'En-Haut, par leur médiation. Sinon, ils resteraient silencieux. "Quant а vous, vous avez reçu l'onction du Saint, et vous connaissez toutes choses" ( I Jean, 2:20).
Les paroles de Père Silouane sont simples. Il n'y a rien de spectaculaire en elles, si ce n'est leur simplicité-même. Il n'avait pas de "révélations" spéciales а dévoiler. Il parlait habituellement de choses communes. Pourtant, il parlait d'une manière peu commune de ces choses communes. Il parlait а partir de son expérience personnelle.
L'Amour est а la fois le point de départ et le cœur de l'effort chrétien, mais la "nouveauté" de l'Amour Chrétien est souvent ignorée et rejetée. Selon le Christ lui-même, le seul véritable Amour est "l'amour des ennemis". Ce n'est en aucun cas un conseil super rogatoire, et ce n'est pas non plus quelque chose que l'on peut librement choisir ou laisser а sa guise. C'est plutôt le premier critère et la marque distinctive de l'Amour véritable. Saint Paul insista aussi beaucoup sur ce point. Dieu nous aima alors que nous étions Ses ennemis. La Croix elle-même est le symbole et le signe éternels de cet Amour. Alors les chrétiens doivent partager cet Amour rédempteur de leur Seigneur, sinon, ils ne peuvent pas "demeurer dans cet Amour". 

Père Silouane, ne parlait pas seulement de l'Amour. Il le mettait en pratique. D'une manière humble et pourtant audacieuse, il consacra sa vie а la prière pour les ennemis, pour le monde mortel et hostile.Cette prière est une entreprise dangereuse et ambigüe, а moins qu'elle ne soit offerte avec une totale humilité. On peut être conscient de son amour et alors il se détruit et s'infecte par la vanité et l'orgueil. 
On ne peut aimer purement, si ce n'est avec l'amour du Christ Lui-même, infusé et opérant dans un cœur humble. On ne peut être un "saint", si on ne sait que l'on est soi-même un "misérable pécheur", avec un grand besoin d'aide et de pardon. Et pourtant la grâce de Dieu efface toute souillure et guérit toute infirmité. 
La gloire des saints est manifestée dans leur humilité, de même que la gloire du [Fils] Unique a été manifestée dans l'humiliation totale de Sa vie terrestre. L'Amour lui-même a été crucifié dans le monde.Dans son cheminement spirituel, Père Silouane a connu la triste expérience de la "sombre nuit", de la solitude et de l'abandon complets, et pourtant il n'y avait rien de macabre ou de morbide en lui. Il était toujours calme et tranquille, toujours rayonnant de joie. C'était une joie en Christ, très différente en fait de toute autre joie terrestre. Ainsi que nous l'apprenons par l'histoire de sa vie, cette joie fut acquise par une lutte longue et exigeante, par un incessant "combat invisible". 
Abandonné à lui-même, l'homme est au désespoir et а l'abandon. La Salut est uniquement dans le Seigneur. L'âme doit s'attacher а Lui. L'homme n'est jamais laissé seul, sauf s'il choisit lui-même de quitter Dieu. Père Silouane savait par expérience les terreurs et les dangers des ténèbres extérieures, mais il apprit aussi par expérience l'immensité de l'Amour Divin qui brille aussi au-dessus des abîmes des épreuves, des tourments et de la tribulation, précisément parce que Dieu est Amour. 
Père Silouane est partie intégrante d'une longue et vénérable tradition. Il y eut dans chaque génération une nuée de témoins des Mystères du Royaume. Notre drame est que nous ne les connaissons pas et que nous ne soucions ni d'eux ni de leur témoignage. Nous sommes submergés par les soucis du monde. L'histoire de Père Silouane est un rappel opportun pour notre génération de cet unique "bien" qui ne peut être repris. C'est aussi une invitation au pèlerinage de la foi et de l'espérance. 

 Traduction Claude Lopez-Ginisty
d'après
Archiprêtre Georges Florovsky 
dans la préface du livre 
"The Undistorted Image"

Harvard Divinity School 1958
+

Haïjin Pravoslave (146)


Priant en silence
Chemine saintement
Dans la paix du soir

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

vendredi 25 mai 2012

Père Païsios: Anecdote sur l'humilité


Fr. Paisios - Mount Athos (2)

" J'ai connu un moine qui avait une grande humilité: Un jour, il me dit tout confus: "Tu sais, même le soir je n'ai pas besoin d'allumer la lumière pour lire, parce que ma cellule est illuminée." Il était à un tel point rempli de la Lumière de l'Esprit! Une autre fois, il subit l'assaut du Diable sous l'apparence d'un chien. Il repoussa et frappa le Diable. Mais il en fut très peiné.
Il sortit rapidement de sa cellule et après une heure et demie de marche, il arriva auprès de son père spirituel. 
" Père, lui dit-il, pardonne-moi, j'ai frappé le Diable..."
Ce même moine me l'a raconté à moi, indigne et a fait le commentaire suivant: " Tu sais, mon père spirituel ne m'a donné aucune punition, et m'a même donné la permission de participer à la Communion le lendemain! Je me suis beaucoup étonné, parce que j'avais frappé le Diable. 
Quand il m'a donné le Corps et le Sang du Seigneur, j'ai vu que c'était comme un morceau de chair sanglante, et c'était vraiment comme cela. J'ai beaucoup peiné à mastiquer, mais c'était si doux que cela ne peut être exprimé par des mots. Il m'a fallu vite courir dans une cellule éloignée pour ne pas montrer aux autres ma joie."
Vois-tu à quel point ce moine était humble?

in Incontri con il P. Paisios del Monte Athos/ Cronache del Monte Athos 
Version française Claude Lopez-Ginisty

Haïjin Pravoslave (145)


Ô belle hésychie
Paradis en notre cœur
Et joie en notre âme

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Article de l'agence de Presse Protestante sur l'Orthodoxie en Suisse





EGLISES

La migration dope l'orthodoxie en Suisse

5753 signes
Catégories : 
christ_ascension_roundEn trente ans, le nombre de paroisses orthodoxes a doublé en Suisse. En cause, la migration des pays de l'Est. Un premier rassemblement national a drainé trois cents fidèles à Chambésy (GE) à l'Ascension. Parmi eux, l'historien des religions Jean-François Mayer. Interview.

ProtestInfo: Jean-François Mayer, pourquoi une telle rencontre n'a-t-elle pas eu lieu plus tôt?
Jean-François Mayer: Il faut avoir à l'esprit le caractère très récent de la croissance orthodoxe en Suisse. Dans un premier temps, l'énergie s'est concentrée sur l'organisation de nouvelles paroisses. Puis tout naturellement apparaissent des initiatives en vue d'une coordination. De telles rencontres se répéteront sans doute dans différentes régions du pays.

P: Vous parlez d'une croissance orthodoxe en Suisse. Comment s'explique-t-elle?
JFM: La population orthodoxe est avant tout issue de la migration. Les orthodoxes serbes représentent probablement la moitié des quelque 150  000 fidèles du pays (lire encadré). Comme pour la population musulmane, la croissance orthodoxe a été forte et rapide depuis les années 1980: il n'y avait alors que 37  000 orthodoxes, avec moins de 20 paroisses. Aujourd'hui, le nombre de paroisses orthodoxes de tradition byzantine avoisine la cinquantaine.

Par ailleurs, de nouveaux migrants arrivent: on commence par exemple à voir apparaître ici et là des Grecs poussés par la crise économique tenter leur chance ailleurs.
P: Faut-il comprendre que les fidèles célèbrent majoritairement dans leur langue?
JFM: L'organisation autour d'Eglises nationales, qui fait coexister des paroisses s'intitulant "russes", "grecques", "serbes", "roumaines" favorise le phénomène. Même si, en Suisse romande, il existe plusieurs paroisses orthodoxes célébrant principalement ou en partie en français; la situation est différente en Suisse alémanique, où une seule paroisse zurichoise célèbre une fois par mois une liturgie en allemand. Par ailleurs, de nouveaux migrants arrivent: on commence par exemple à voir apparaître ici et là des Grecs poussés par la crise économique tenter leur chance ailleurs. Le facteur migratoire continuera donc pour assez longtemps encore à marquer la réalité orthodoxe en Suisse.

P: Combien y a-t-il de Suisses convertis à l'orthodoxie?
JFM: Quelques centaines de convertis – personne ne connaît le chiffre exact – ont embrassé la foi orthodoxe en Suisse au cours des dernières décennies. Quelques-uns sont prêtres ou diacres. Ces adhésions ne sont pas le résultat d'activités missionnaires, mais de démarches individuelles, qui commencent souvent par la découverte de la liturgie orthodoxe. Notamment pour ces convertis, la référence à la tradition chrétienne de la Suisse du Ier millénaire, avant les ruptures entre l'Orient et l'Occident, est importante: ils considèrent les saints de cette période comme des saints orthodoxes. Dans la paroisse orthodoxe de Vevey (VD), un dimanche est ainsi consacré chaque année à la fête de Tous les Saints d'Helvétie.

P: Comment voyez l'avenir proche de cette confession en Suisse?
JFM: Sur le plan numérique, tout dépendra des fluctuations migratoires. Nous le voyons dans le cas des Eglises préchalcédoniennes (coptes, arméniens, éthiopiens, érythréens...): l'immigration érythréenne augmente rapidement depuis quelque temps, et entraîne aussi des efforts d'organisation, mais souvent avec une grande précarité matérielle. Pour ce qui des Eglises orthodoxes d'héritage byzantin, il est probable que d'autres paroisses voient le jour, et que plusieurs paroisses existantes s'inscrivent de façon stable et visible dans le paysage suisse: la paroisse serbe a ainsi construit en 2009 une belle église de style traditionnel à Belp (BE), dans une zone industrielle. Une question qui se pose aussi est de savoir si des monastères orthodoxes vont apparaître. En France, il existe une vingtaine de communautés monastiques; en Suisse, une seule toute petite communauté à Dompierre (VD). Des projets de nouveaux monastères circulent.

P: Les orthodoxes seraient-ils à l'abri de l'érosion qui touche les Eglises traditionnelles?
JFM: Non, comme toutes les autres communautés chrétiennes, les paroisses orthodoxes sont confrontées à des défis tels que ceux de la transmission de la foi aux jeunes générations. Comme dans d'autres communautés religieuses issues principalement de la migration, des questions comme celle de l'usage plus ou moins large de la langue locale se poseront aussi de plus en plus à celles des paroisses qui n'ont pas encore fait ce pas.

S. R.


Les orthodoxes "suisses" en chiffres


Le recensement de  l'an 2000 avait dénombré un peu plus de 130 000 orthodoxes en Suisse — un chiffre qui incluait non seulement les orthodoxes de tradition byzantine, mais aussi les communautés préchalcédoniennes. En 2010, selon l'enquête de Maria Hämmerli réalisée dans le cadre du Programme national de recherche 58 du Fonds national de la recherche scientifique, la Suisse compterait quelque 154 000 orthodoxes, explique Jean-François Mayer.

La notion de "paroisse" recouvre des réalités très diverses: quelques-unes ont leur propre église, construite ou achetée; d'autres utilisent des lieux de culte loués ou prêtés par d'autres communautés chrétiennes, poursuit l'historien. Certaines ont des prêtres à plein temps, tandis que le clergé d'autres paroisses doit exercer une activité professionnelle à côté de son ministère. La situation est loin de toujours correspondre au fonctionnement paroissial auquel nous sommes habitués ici chez les catholiques et les protestants, conclut-il.

Ελληνικό Πάσχα/ Pâques Grecques

jeudi 24 mai 2012

Père Etienne: La langue du silence



Le langage du cœur, c'est le silence, non pas un silence morne, vide, mais un silence profond et significatif qui chante sans cesse la gloire de Dieu.
Archimandrite Meletios (Webber)

La langue... c'est le silence. Je vais violer cet oxymore magnifique en parlant du silence. C'est le problème inhérent à toute théologie. Nous utilisons des mots pour parler de ce qui est ineffable. Quand nous parlons le mieux de ces choses-là, nous parlons dans les contradictions et l'oxymore - en sujets obscurs, énigmes, mystères et  paradoxes. 
Car la vérité de ces choses n'est pas dans les mots, mais dans l'espace entre les mots, le silence provoqué par la contradiction. Il est dit par les Pères que "le silence est le langage du ciel." Le Père Meletios parlant  du transfert de la parole du ciel au cœur, reconnaît simplement que le cœur (dans le sens dans lequel il écrit à ce sujet) est le lieu du ciel. Ceux qui ne connaissent pas maintenant le ciel n'ont pas encore trouvé la place du cœur. 
Trouver le lieu du cœur est parmi les choses les plus difficiles et les plus essentielles de la vie spirituelle chrétienne. Ceux qui sont en dehors de la tradition chrétienne peuvent très bien trouver un tel lieu - nous ne devrions pas le leur reprocher -  trouver le lieu du cœur ne fait aucun mal et peut faire beaucoup de bien - je laisse cela dans les mains de Dieu. Le Père Meletios (Webber) -et la Tradition orthodoxe- notent que l'esprit, lieu de raisonnement discursif, de l'émotion et d'autres choses, a un rôle important dans l'existence humaine, mais il n'aurait jamais dû avoir un rôle indépendant et celui de gouverner. 
Quiconque a déjà remarqué à quel point l'esprit est indiscipliné comprendra de ce qu'il veut dire. L'esprit produit sans cesse du bruit sur presque tout, générant un flux d'images et de sentiments qui sont plus qu'inutiles. Le bruit de l'esprit, pour certains, peut être un état de profonde détresse de l'être.
 Le silence du cœur n'est pas le silence du vide ou d'un état de néant. Le silence du cœur est le son de la plénitude. Il est silencieux car aucun mot, aucune image ne suffisent. Seul le silence peut contenir l'incirconscrit.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après


Haijin Pravoslave (144)


Reste silencieux
Garde mémoire du Nom
Et respire en Dieu

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Mont Athos: Visite virtuelle

Visite virtuelle du Mont Athos - Pérégrinations d'un familier de la Sainte Montagne par Bertrand Vergely
La Mère de Dieu, Higoumène du Mont Athos

Visite virtuelle:

mercredi 23 mai 2012

Saint Nicodème l'Aghiorite: Conseils au pénitent



Icon of St. Nicodemus of the Holy Mountain


De la Prière


Le divin Augustin dit que l'on doit faire ce dont on est capable et demander à Dieu ce que l'on est incapable de faire: faites ce dont vous êtes capables et demandez ce que vous êtes incapables de faire." Pour cette raison, frère[...] pour que tu ne tombes pas à nouveau dans le péché, nous te donnons [le remède de] la prière divine. Ne cesse donc pas de te consacrer à Dieu et de Lui demander avec ferveur de te donner des forces dans ta faiblesse et de rendre ta volonté ferme dans la résolution que tu fis avec Sa grâce et Son assistance d'en Haut, espérant qu'Il t'entendrait dans Sa grande miséricorde comme Il L'a Lui-même promis: " S'il crie vers moi, je l'écouterai car je suis miséricordieux." ( Exode XXII:27)
Tu n'as pas de forces? Ta volonté n'est pas résolue? La raison vient de ce que tu ne demandes pas ces choses à Dieu: " Tu n'as point, parce que tu ne demandes point!" dit le divin Jacques ( IV:2). As-tu peur du danger? As-tu crainte de la tentation du péché? Veille et prie afin de n'y point tomber: " Veille et prie afin de ne pas tomber en tentation" (Matthieu XXVI:41).



Saint Nicodème l'Aghiorite 
Exomologetarion 
Traduction Claude Lopez-Ginisty
 d'après la version anglaise 
Uncut Mountain Press, 
2006