"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

samedi 31 mars 2012

ORTHODOX AMERICA: Questions souvent posées au sujet de la Mère de Dieu



Fichier hébergé par Archive-Host.com



Question: Pourquoi adressez-vous des prières à la Mère de Dieu?

Réponse: Puisque Jésus Christ est mort sur la croix et ressuscité des morts, a vaincu la mort pour nous, il n'y a aucune raison pour que nous ne puissions pas demander à ceux qui sont au Ciel pour prier pour nous, tout comme nous demandons leurs prières à ceux qui vivent encore sur terre. Après tout, en Christ, tous sont vivants. C'est pourquoi nous demandons à la toujours Vierge Marie, Mère de Dieu, de prier son Fils pour nous, tout comme nous demandons également aux anges, aux saints, et à tous les croyants fidèles sur la terre de prier en notre nom, comme l'Ecriture nous commande de faire: "Je vous exhorte par conséquent, que, tout d'abord, des supplications, des prières, intercessions, des actions de grâces, soient faite pour tous les hommes... Je veux donc, que les hommes prient en tout lieu (I Timothée 2:1,8). Nous nous tournons facilement vers nos amis et notre prochain pour leur demander des prières lorsque nous en avons besoin; ceux qui sont dans au ciel ne sont-ils pas encore plus nos amis que ceux qui sont sur terre Pourquoi ne devraient-ils pas intercéder pour nous aussi devant le trône de Dieu?

Question: Pourquoi les chrétiens orthodoxes appellent-ils la Vierge Marie "Mère de Dieu"? Ce terme semble impliquer que Dieu n'est pas le Créateur et l'origine de toutes choses.

Réponse: Nous appelons la Sainte Vierge Marie, Mère de Dieu (du grec, Theotokos: littéralement, la "Génitrice de Dieu"), car cette expression est scripturaire: la juste Elizabeth s'adressa à la Vierge avec ces mots: "Et qui suis-je, pour que la Mère de mon Seigneur vienne jusqes à moi? " (Luc 1:43). Qui est ce "Seigneur" dont parle Élisabeth? C'est le Christ, le Seigneur Dieu. Pour cette raison, nous disons, à juste titre, que la Vierge Marie est la Mère de Dieu. Elle n'est pas la Mère de Dieu le Père, mais "la Mère de Dieu le Fils, qui a été engendré par le Père avant tous les siècles, et a pris chair de la Vierge Marie. […]

Question: Pourquoi les chrétiens orthodoxes accordent-ils tant d'honneur à la Mère de Dieu?

Réponse: Nous l'honorons, parce que Jésus Christ Lui-même lui a rendu hommage à plusieurs reprises enregistrées dans l'Écriture. Il a accompli ses demandes et Il a également eu une pensée spéciale pour elle alors même qu'Il était mourant sur la croix (Luc 2:51; Jean 2:3-9; Jean 19:26-27). Même avant que Jésus-Christ soit né, elle a été honorée par le Ciel quand l'archange Gabriel apparut et lui dit: "Réjouis-toi, toi à qui une grâce a été faite, le Seigneur est avec toi:. Tu es bénie entre les femmes (Luc 1:28). L'Écriture Sainte proclame en outre d'elle que "désormais toutes les générations [la] diront bienheureuse" (Luc 1:48), parce que de son sein est sorti Dieu dans la chair. Cela signifie que tous ceux qui croient en Christ et dans la Bible doivent donner honneur et vénération spéciale à celle qui est "bénie entre les femmes." Il ne suffit pas de simplement prêter attention à elle, au temps de  Noël, quand elle apparaît dans les crèches des églises chrétiennes d'Occident. Non, celle a qui une grâce a été faite doit occuper une place très particulière dans le cœur de ceux qui suivent son Fils, comme elle le faisait chez les premiers chrétiens.

Question: Notre Seigneur, durant sa vie terrestre, n'a-t-Il pas parfois placé Sa mère (et Ses autres parents) dans une position décidément secondaire, en mettant l'accent sur les vertus spirituelles plus que sur la parenté selon la chair?

Réponse: Quiconque accepte l'Évangile ne peut croire que notre Seigneur a manqué d'une façon quelconque de respect envers Sa mère. Tout non-respect apparent de Sa part ne peut être du qu'à un défaut d'interprétation superficielle de l'Écriture, en raison des traductions parfois imparfaites dans les langues modernes.

Lorsque, par exemple, au mariage de Cana, Sa mère lui dit: "Ils n'ont pas de vin", et notre Seigneur répond: "Femme, qu'ai-je à faire avec toi?" (Jean 2: l) - il faut comprendre que bien que le mot "femme" pourrait sembler irrespectueux en [français] moderne, il n'en était pas ainsi dans l'Orient ancien, c'est la parole même de notre Seigneur utilisée pour s'adresser à Sa mère alors qu'Il se mourait sur la Croix et qu'Il la confiait à Son disciple bien-aimé (Jean 19: 26). Ses paroles à elle, lors de la fête de mariage, n'indiquent en aucune façon un manque de respect, mais elles soulignent seulement l'importance du miracle qui allait suivre (Le changement de l'eau en vin), miracle qu'Il a en effet effectué à Sa demande.

Quand notre Seigneur étend le concept de parenté spirituelle à tous ceux qui "font la volonté de Dieu", (Marc 3:34-5), Il ne nie pas une plus grande parenté à Sa propre famille, nous savons que plusieurs de Ses parents étaient Apôtres (Jacques, Jude, Simon), et bien sûr, encore plus "bénie'' dans cette parenté spirituelle, était Sa propre mère, elle seule dont l'Écriture dit que "toutes les générations [la] diront bienheureuse "(Luc 1: 48). Encore une fois, quand une femme fait l'éloge de Sa mère pour être celle qui L'a porté en son sein, notre Seigneur dit: "Oui, bienheureux plutôt sont ceux qui écoutent la Parole de Dieu, et la gardent" (Luc 11:28).  Il est à un degré plus élevé de vénération pour Sa mère: elle est bénie non seulement pour L'avoir porté dans la chair, mais plus encore pour être celle qui "entend la parole de Dieu et la garde."

Question: Pourtant, dans vos offices religieux, j'ai entendu les chrétiens orthodoxes appeller la Mère de Dieu à les "sauver". Comment peut-elle "sauver" quiconque, puisque le Christ est le seul Sauveur?

Réponse: Nous croyons qu'il n'y a qu'un seul Seigneur Dieu et Sauveur de l'humanité, Jésus-Christ, Personne n'est égal à Lui, et personne. si ce n'est Lui, ne peut sauver l'humanité. Nous ne nous tournons pas vers la Mère du Christ notre Dieu Marie, comme vers un sauveur, et nous ne la mettons certainement pas sur le même niveau que son Fils, mais nous nous tournons vers elle comme vers une personne qui nous aide par ses prières, tout comme saint Paul lui-même a dit qu'il l'avait fait tout pour tous les hommes, "afin de pouvoir par tous les moyens et de toute manière les sauver" (I Corinthiens 9:22). Saint Paul ne prétendait pas usurper le Christ comme sauveur, il voulait simplement aider et raffermir les autres sur le chemin du salut. C'est dans ce sens que nous, chrétiens, orthodoxes disons, "Très Sainte Mère de Dieu sauve-nous!" - ​​"Aide-nous, nous t'en supplions, vers le salut, par tes prières."

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après 
Basé sur la série de manuels missionnaires, 
"On Questions ot the Orthodox Christian Faith 
Disputed by Sectarians (Protestants)'', 
par le Père Diacre J. Smolin, 
Publiée en feuilleton
dans 
Orthodox Life, 
Holy Trinity Monastery, 
Jordanville, 
N.Y./USA

Haïjin Pravoslave (91)



Printemps de la foi
Quand tout inspire la joie
Sous l’Autre Soleil

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)


vendredi 30 mars 2012

Des reliques des nouveaux martyrs roumains donnent du myrrhon pour la quatrième année consécutive




Pour la quatrième année consécutive, des reliques des saints Nouveaux Martyrs de Roumanie qui ont été tués dans les prisons communistes ont donné du myrrhon.Le miracle a eu lieu à Iasi, en Roumanie le 19 Mars 2012 où il y avait des pourparlers pour la canonisation des nouveaux martyrs sous les communistes.

Des centaines furent témoins du miracle. Tellement de myrrhon a coulé des reliques qu'il s'est répandu sur la tableLe premier faire jaillir du myrrhon était le crâne d'un martyr dont la tête fut sciéEnsuite, les reliques d'autres martyrs ont commencé à faire couler du myrrhonLa première fois que les reliques ont donné du myrrhon était le 19 Mars 2009. Voir les photos du même miracle qui a eu lieu en 2011, ici.
.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
citant

Haïjin Pravoslave (90)


Regarde ta vie
Comme une offrande d’Amour
Sur l’autel du Christ

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)


jeudi 29 mars 2012

Père Porphyrios de bienheureuse mémoire: Conseils spirituels


Cet athée qui a craché sur l'image du Christ, peut très bien penser en lui-même sur le chemin du retour: "Imagine, je lui ai dit toutes ces choses à ce prêtre, j'ai même craché sur quelque chose de si sacré pour lui, et pourtant, il n'a jamais dit un mot, il n'a jamais riposté, même s'il pouvait le faire. "Et il n'est pas improbable qu'il puisse venir te trouver, et te dire: "J'ai besoin de toi, pour mon âme". 
De cette façon, il est tout à fait possible que tu puisses le gagner pour le Christ, et ceci est beaucoup plus important que d'afficher de l'héroïsme et du franc-parler. Tu dois travailler en secret, sans bruit, et ne pas t''impliquer dans la politique. Prêche le Christ. Ne parle que de Lui. C'est la seule façon pour toi d'être bénéfique à d'autres - de sauver les gens, même quand tu te trouves en compagnie de chrétiens qui pourraient parler des questions différentes exprimer leurs propres opinions, avec lesquelles tu peux ne pas être d'accord ou avoir une autre position , une autre opinion et peut-être une meilleure. 
Tu ne devrais pas chercher à donner ton avis, cependant. Tu peux donner ton avis, humblement, sans l'imposer aux autres, mais seulement lorsqu'on te le  demande. C'est comme cela que les gens en profiteront mieux. Ils diront alors: "Avez-vous remarqué à quel point il a bien parlé Et si nous ne lui avions pas demandé, il aurait gardé le silence?".

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Haïjin Pravoslave (89)


Ne juge jamais
Tu connais ta moitié d’ombre
Et Dieu t’aime encore

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)




mercredi 28 mars 2012

Dionysis Papachristodoulou: Vas-y. mange, je prends sur moi le péché! ( 2/2-fin)


Преподобный Иоанн Лествичник

Nick Gallis (le champion de basket-ball grec), ainsi que Pyrrhos Demas (champion olympique d'haltérophilie) et chaque athlète champion du monde tous font l'objet d'une préparation rigoureuse. Si, lors de la session de formation d'un athlète, un ami arrive et lui dit: "Allons, allons prendre un verre - laisse-moi le fardeau du péché!" et que l'athlète écoute de son ami, il ruinera tout simplement sa préparation et sera incapable de mettre toute son énergie dans son objectif sportif. Pouvait-il peut-être s'attendre à gagner, à partir de l'auto-sacrifice" de son ami ? Eh bien, c'est il en va de même avec le jeûne aussi. Ce n'est pas une question de péché-transgression, mais plutôt comme un cas de perte d'occasion de s'entraîner. 
Le jeûne est une forme d'entraînement. Dans l'Église, toute forme de «formation» est généralement dénommée «ascèse». Si l'ascèse est interrompue parce que l'on rejette facilement son "objectif égoïste" et que l'on suit ces exhortations des "philanthropes", on n'atteindra pas son but qui est la thérapie: la catharsis-purification des passions, l'illumination de l'intellect (grec nous/ slavon Oum), la déification (theosis), et la guérison du monde entier. A condition bien sûr que la formation elle-même ne soit pas transformée en une action de recherche de championnat. Une ascèse ne doit pas être un absolu et elle doit être uniquement centrée sur une stricte observance de l'ascèse elle-même, en mettant en œuvre l'effort le plus rigoureux possible. L'esprit devrait également participer à l'effort.
L'esprit d'honneur est nécessaire, l'amélioration continue est impérative, mais seulement si son objectif final est à l'épicentre de son ascèse, et non pas la perfection unilatérale des moyens utilisés pour atteindre cet objectif. Ce fut l'erreur des Pharisiens: ils avaient fait des moyens leur objectif. C'était le jeûne pour le jeûne; "plus je jeûne, meilleur je suis, plus je respecte le code, et Dieu est donc redevable à moi pour ce faire." 
Ainsi, à cause de cette arrogance, l'effort global lui-même est annulé. Au lieu de cela des moyens étant la cause de l'inspiration, on noie son existence dans un enfer d'auto-justification. 
Les équipes de sport (football, basket-ball, etc.) font normalement l'objet d'une période de formation annuelle (en dehors de leurs séances de formation hebdomadaires régulières). Elles vont dans un centre sportif se préparer spécialement pour l'année entière. La période du Grand Carême est quelque chose de semblable à cela, pour un chrétien; il subit lui aussi une "formation" plus intense, afin d'être préparé pour toute l'année.
Les athlètes "champions" de l'Église sont appelés ascètes. L'ascèse existe naturellement pour chaque chrétien, mais il y a une différence entre l'ascèse d'un ermite et l'ascèse d'un chrétien "non formé". Le premier choisit la voie escarpée vers le sommet, tandis que le second va parcourir le chemin lisse, qui le conduira progressivement vers le sommet. Toutefois, tous deux luttent pour atteindre le même sommet. L'objectif est commun à tout le monde: la restauration de "l'image" et la réalisation de "la ressemblance".
À une époque où les puissances économiques déterminent les relations entre les pays (et pas seulement elles), l'Eglise offre son "économie" (Providence) - Sa compréhension - pour toute personne "non formée", mais en même temps elle garantit également l'acribie"(précision, justesse) de ses canons. Avec son amour des hommes, elle donne au novice la possibilité de prendre un nouveau départ, sans cacher ce qui est la règle absolue: la pierre angulaire, la Fondation immuable, le Dieu-Homme, Celui Qui est capable de dire - et en fait Qui dit: " Je peux prendre sur moi ton péché. "

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
citant

Haïjin Pravoslave (88)


Si tu cherches bien
Jérusalem et Athènes
Sont au fond du cœur


上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

mardi 27 mars 2012

Dionysis Papachristodoulou: Vas-y. mange, je prends sur moi le péché! (1/2)


Преподобный Иоанн Лествичник

Couloir d'hôpital. Attente. Gens courant ici et là, en demandant aux médecins: "Ai-je ceci, ou autre chose? Ça fait mal ici; ça fait mal là…" Terminologie médicale. Douleur. Attente dans un long couloir. Les chambres adjacentes sont vides. Ce n'est pas un hôpital public, mais une clinique de luxe... pour les privilégiés. Loin dans le couloir il y a un autre patient et ses visiteurs: des amis, et une grand-mère. Des friandises sont offertes. C'est vendredi. Jour de jeûne.

"Prends-en, grand-mère…"
"Je te remercie, non. Je jeûne."
"Allons grand-mère, prends-en un."
"Merci, je ne veux pas."
"Allez, grand-mère, mange, je prends sur moi le péché…"

Il arrive souvent dans une assemblée de personnes, que quelqu'un - avec une note d'auto-sacrifice" (mais qui cependant ne jeûne pas - dise à une autre personne (qui jeûne) "mange, et laisse-moi le fardeau du péché." Comme si le jeûne était une taxe qu'un [autre] compagnon peut payer.
Cette forme d'exhortation est indicative de la perception légaliste que nous avons, quand il s'agit de notre relation avec l'Eglise. Crime et châtiment... Loi, transgression, culpabilité, obligation, sentence, expiation, règlement... Une perception qui est attribuée à la barbarisation médiévale qui domine dans notre pays, principalement après sa libération en 1821. 
Les Canons de l'Eglise ont été réduits à des lois stériles, avec la préoccupation majeure que l'on pourrait les transgresser, et que, dans ce cas, la punition s'ensuivrait.
La loi de l'Etat peut tout simplement nous opprimer, mais nous le tolérerons afin que la société puisse fonctionner de manière rudimentaire. Mais la loi de l'Eglise, ses canons, existent pour notre bien, pour nous guérir. Celui qui les met en œuvre, a une thérapie pour toute son existence, celui qui n'y parvient pas, la thérapie sera un gain au moins pour sa conscience. 
La conscience est plutôt "élastique". Elle est extensible: l'homme peut atteindre le point de commettre le pire genre de crime et, en trouvant pour cet acte un argument, un prétexte, sa conscience peut être émoussée. Une fontaine peut surgir de l'eau sale, ou devenir tout à fait inutile… 
"Allons... tout le monde vole..." "Tu ne voleras pas..." Et la situation est effacée. C'est pourquoi un ajustement "philanthropique" à une réalité sociale est un crime. "Si quelque chose n'est pas mis en œuvre par toute personne (ou la plupart des gens), alors nous allons simplement le supprimer." Cette mentalité "réaliste" est un crime, car elle élimine toute possibilité de se repentir. Les règles de l'Église sont des indicateurs montrant le droit chemin, tandis que son économie permet à l'homme peu à peu de trouver un équilibre dans sa vie à travers une série de hauts et de bas, en tirant sa force au sein de la repentance.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
citant

Haïjin Pravoslave (87)


Pose sur tes lèvres
La garde de la prière
Et chemine en paix

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)




lundi 26 mars 2012

Saint Valentin Hiéromartyr de Rome (+ 268 ou 269 A.D.)





Le Martyre du Saint à Rome

Saint Valentin a vécu à Rome au IIIe siècle et ce fut un prêtre qui aida les martyrs durant la persécution de l'empereur Claude II le Gothique. La grande vertu et les activités catéchétiques du saint était devenus familiers. Pour cela, il fut arrêté et traduit devant la cour impériale.

"Pourquoi, Valentin, veux-tu être un ami de nos ennemis et rejeter notre amitié?" demanda l'empereur.

Alors le saint répondit: "Mon Seigneur, si tu savais le don de Dieu, tu serais heureux avec ton empire et tu rejetterais le culte des idoles et tu adorerais le vrai Dieu et Son Fils Jésus-Christ."

L'un de ces juges arrêta le saint et lui demanda ce qu'il pensait de Jupiter et de Mercure, et saint Valentin répondit hardiment: "Ils sont malheureux, et ils ont passé leur vie dans la corruption et le crime!"

Le juge cria rageusement, "Il blasphème contre les dieux et contre l'empire!"

L'empereur, cependant, continua ses questions avec curiosité, et trouva l'occasion bienvenue pour finalement apprendre ce qu'était la foi des chrétiens. Saint Valentin, alors trouvé le courage de l'exhorter à se repentir pour le sang des chrétiens qui avait été versé. "Crois en Jésus-Christ, sois baptisé et tu seras sauvé, et dès ce moment la gloire de ton empire sera assurée ainsi que le triomphe de ton armée."

Claude fut convaincu, et dit à ceux qui étaient présents: "Quel enseignement magnifique prêche cet homme!"

Mais le maire de Rome, mécontent, se mit à crier: "Voyez comment ce chrétien induit en erreur notre Prince."

Alors Claude amena le saint vers un autre juge. Il s'appelait Asterios, et il avait une petite fille qui était aveugle depuis deux ans. Entendant parler de Jésus-Christ, Qui est la Lumière du monde, il demanda à saint Valentin s'il pouvait donner cette lumière à son enfant. Saint Valentin posa sa main sur ses yeux et pria: "Seigneur Jésus-Christ, Lumière véritable, éclaire cet enfant aveugle!" Oh le grand miracle! L'enfant vit! Alors, le juge avec toute sa famille confessa le Christ. Ayant jeûné pendant trois jours, il  détruisit les idoles qui se trouvaient dans sa maison et finalement, il reçut le saint baptême.

Lorsque l'empereur entendit parler de tous ces événements, il pensa d'abord à ne pas les punir, mais il pensa aussi qu'aux yeux des citoyens, il paraîtrait faible, ce qui le força à trahir son sens de la justice. Donc, saint Valentin et les autres chrétiens, après avoir été torturés, furent décapités le 14 Février de l'année 268 (ou 269).

Les reliques du saint à Athènes

Après le martyre, des chrétiens récupèrent le corps du saint et mirent un peu de son sang dans un flacon. Le corps du martyr fut déplacé et enterré dans les catacombes de Priscille, lieu de sépulture de la plupart des martyrs. Au fil des ans, il fut en quelque sorte, "oublié" puisque presque tous jours,  de nouveaux martyrs furent enterrés dans ces catacombes pendant plusieurs décennies. La mémoire du martyre saint Valentin est toutefois restée forte, en particulier dans l'Eglise locale de Rome. Officiellement, le souvenir de la saint Valentin a été créé en 496 par le pape saint Gélase.

Quinze siècles passent et nous arrivons à 1815, date à laquelle l'intention divine était de "déranger" le repos éternel du saint. Ensuite, les reliques furent données par le Pape à un prêtre italien  (selon la coutume de l'époque). Après cela, les reliques sont "perdues" à nouveau jusqu'en 1907 où nous les trouvons à Mytilène dans l'Eglise catholique romaine de Notre-Dame. Il semble que, après la mort du prêtre un de ses descendants avait hérité des reliques et avait émigré vers Mytilène, qui était alors une communauté florissante des chrétiens catholiques d'Europe occidentale. Elles y restèrent jusqu'en 1990 moment où elles furent déplacées à Athènes, à l'Eglise des saints François et Claire de la communauté italienne [catholique romaine], où elles sont encore à ce jour.

Saint Valentin le grec?

Nous devons d'abord dire qu'il n'y a pas suffisamment d'informations sur l'origine nationale du saint, même s'il ya d'autres preuves (ténues) que le saint était d'origine grecque. Par exemple, la plus ancienne représentation du saint, portant l'inscription "O ΑΓΙΟC BAΛΕΝΤΙΝΟC" en grec, est dans l'église de Notre-Dame l'Ancienne (Santa Maria Antiqua) du 6ème siècle qui était la paroisse des Grecs à Rome. L'église vénérait particulièrement des saints qui étaient Grecs et, plus généralement de l'Orient. La décoration et la rénovation de l'église ont été ordonnées par le pape grec  Jean VII (705-707) et achevée par ses successeurs, y compris le dernier pape grec Zacharie (741-752). Mais c'est peut-être pas un hasard si, après dix-sept siècles, les reliques sont arrivées en Grèce. Cette question-ci nécessite encore des recherches.

Reliques du saint
Saint-Valentin: patron des amoureux

Outre les données historiques que nous avons pour la vie de saint Valentin, il existe diverses légendes d'accompagnement, telles que celles qui prétendent qu'il est le saint patron des amoureux.

Le saint avait la réputation d'être un artisan de paix, et un jour tout en cultivant des roses de son jardin, il entendit un couple se disputer très vigoureusement. Cela choqua le saint, qui a ensuite coupé une rose et s'est approché du couple pour lui demander de l'entendre. Même s'ils étaient découragés, ils obéirent au saint et par la suite, il leur offrit une rose qui les bénir. Immédiatement l'amour revint entre eux, et plus tard ils revinrent et demandèrent au saint de bénir leur mariage. Une autre tradition dit que l'une des accusations portées contre saint Valentin était qu'il n'avait pas respecté l'ordre de l'empereur, qui avait déclaré que les hommes qui ne s'étaient pas acquittés de leurs obligations militaires n'étaient pas autorisés à se marier; le saint lui avait béni le mariage de jeunes soldats chrétiens avec leurs bien-aimées.

Outre tout cela, le choix le plus probable de ce saint comme "saint des amoureux" est celui d'être associé à la fête païenne des Lupercales, festival de la fertilité, célébré par les Romains le 15 février. D'autres associent la célébration de cette fête avec la saison des amours des oiseaux durant cette période. Cependant, certes, le saint n'a rien à voir avec le mercantilisme (marketing) des fleurs, des cadeaux et des centres laïques qui banalisent l'Eros, ce grand don de Dieu.

Saint-Valentin et l'Orthodoxie

Beaucoup, cependant, soulèvent l'objection que la Saint Valentin n'est mentionnée nulle part dans le calendrier de l'Eglise orthodoxe. En effet, le 14 Février dans le calendrier de l'Église sont commémorés Saints Auxence, Maron et les martyrs Nicolas et Damien. L'explication est simple: dans les temps anciens, les répertoires hagiographiques, biographies et martyrologes ont été écrits pour être principalement utilisés localement, et la renommée et la réputation d'un saint local, ne veut pas dire qu'elle s'étend aussi dans toute l'Eglise. Donc il peut y avoir des saints largement vénérés dans une région et complètement inconnus dans un autre, par exemple, saint Démètre, est célèbre dans toute l'Eglise d'Orient, et pourtant en Occident, il n'est pas du tout vénéré et il est presque inconnu, mais cela ne signifie pas qu'il n'est pas saint. Un autre exemple de l'Église moderne: saint Chrysostome de Smyrne († 1922) qui, en Grèce est connu, mais en Russie est totalement inconnu, mais cela ne signifie pas qu'il n'est pas saint.

Honorez les martyrs - Imitez les martyrs

Nous honorons nos saints et saint Valentin quand on imite leur courage de proclamer leur foi dans le Christ le Sauveur, même au prix de leur vie. Nous les honorons quand nous les supplions de faire appel à Dieu pour avoir pitié de nous et nous pardonner nos péchés. Nous les honorons quand ils sont nos modèles de la vie en Christ. Nous n'honorons pas les saints quand on mesure leur "valeur" par des amusements mondains et des festivités dans le meilleur des cas... Honorer les martyrs signifie les imiter!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
citant 

Haïjin Pravoslave (86)


Les saisons de l’âme
Au pur Soleil de Justice
Font un beau courtil

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)




Jean-Claude LARCHET/ Recension: « La Bible d’Alexandrie » n° 23 (Malachie) et n° 12 (Esther).



Malachie
La Bible d'Alexandrie : 1) « Malachie ». Traduit du texte grec de la Septante, introduction et notes par Laurence Vianès, Paris, Éditions du Cerf, 2011, 192 pages (coll. La Bible d’Alexandrie n° 23); 2) « Esther ». Traduction du grec de la Septante, introduction et notes par Claudine Cavalier, Paris, Éditions du Cerf, 2012, 288 p. (coll. La Bible d’Alexandrie n° 12).
Avec cette publication des textes de Malachie et d’Esther, Les éditions du Cerf poursuivent, sous la direction de Marguerite Harl, Gilles Dorival et Olivier Munnich, la réalisation du gigantesque projet d’édition d’une traduction française annotée de la Bible dans la version grecque dite des Septante. Rappelons que le texte de la Septante est dans l’Église orthodoxe le seul texte de référence. Cette publication présente donc un intérêt particulier, d’autant plus que les notes, abondantes, font une place (quoi que dans des proportions variables) aux commentaires des Pères grecs, qui se fondent sur cette version. Les inconvénients restent nombreux :
1) les livres paraissent au compte-goutte (la publication a commencé en 1986 et est loin d’être terminée) et dans le désordre, si bien qu’aucune publication de groupes cohérents de livres ne peut être régulièrement faite pour le texte seul comme ce fut le cas pour les premiers livres (le Pentateuque);
2) manquent encore des livres fondamentaux comme les Psaumes (pour lesquels nous disposons heureusement de l’excellente traduction du P. Placide Deseille), Isaïe ou les Proverbes (qui occupent une place importante dans le programme des offices liturgiques du Grand Carême) ;
3) les volumes, en raison de leur faible diffusion, sont onéreux ;
4) leur forme actuelle les destine surtout à un public de spécialistes de l’exégèse, le texte lui-même n’occupant, au fil du temps, qu’un nombre de plus en plus restreint de pages, au profit de commentaires très pointus de caractère philologiques, consistant pour la plupart dans une comparaison du texte grec avec le texte hébreu.
Rappelons qu’en attente d’une édition intégrale, il est possible de trouver sur Internet la traduction française de P. Giguet qui date de la fin du XIXe siècle.
Esther
Nous profitons de ce bref compte-rendu consacré à des livres bibliques dont l’un souligne la responsabilité du clergé (Malachie 2, 1, 2) et l’autre présente l’acte salvateur pour le peuple de Dieu d’une femme courageuse (Esther), pour ajouter, à la récente déclaration de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France à propos des élections, toute en langue de bois, qui ne délivre aucun message clair et qui manque d’être le « sel de la terre » et la « lumière du monde » qu’elle recommande aux fidèles d’être en citant Mt 5, 13-14, le point suivant : les fidèles orthodoxes doivent être bien conscients que le progamme de plusieurs candidats comportent des propositions absolument incompatibles avec les valeurs éthiques et les principes anthropologiques du christianisme, à savoir : 1) la légalisation du mariage des homosexuels ; 2) la légalisation de l’adoption d’enfants par des couples homosexuels ; 3) les mesuses favorisant la pratique de l’avortement ; 4) la légalisation de l’euthanasie active ; 5) la dépénalisation de l’usage du cannabis. Outre que ces mesures sont clairement inspirées, dans plusieurs cas, par un courant de pensée qui a pour but avoué la déconstruction des fondements chrétiens sur lesquels reposent encore les sociétés occidentales, elles ne peuvent avoir que des conséquences négatives (et à terme catastrophiques) sur l’avenir de l’humanité : destructuration du couple et de la famille ; relativisation de la valeur de la personne humaine et de sa vie ; facilitation du recours aux paradis artificiels et liberté totale donnée à des pratiques aboutissant à l’affaiblissement de la conscience et de la volonté, ainsi qu’à la destructuration de la personnalité humaine. En une période où les évêques, par leur autorité morale et par le groupe de citoyens qu’ils représentent, ont la possibilité, même modeste, de peser sur les programmes des candidats, il aurait été utile de préciser ces points dans la déclaration précédemment citée qui, en son état actuel, est d’une parfaite inutilité.
Jean-Claude Larchet
sur 
orthodoxie.com

dimanche 25 mars 2012

Saint Jean Cassien


Le Synaxaire l'appelle "Notre Père Cassien, choisi par Dieu pour apporter l'éclairage du monachisme oriental à l'Occident".

Il est né en Scythie de parents nobles, et il a été bien éduqué dans les choses profanes. Mais, ayant soif de perfection, il a tout quitté et il a voyagé avec son ami Germain en Terre Sainte, où il devint moine à Bethléem.
Après avoir été établi dans la vie monastique pendant plusieurs années, saint Jean a senti un désir de plus grande perfection, et il a recherché les Pères du désert égyptien. Il a passé sept ans dans le désert, apprenant de Pères tels que Moïse, Sérapion, Théonas, Isaac et Paphnuce. 
Grâce à de longues luttes dans sa cellule, saint Jean a développé, à partir de l'expérience personnelle, une doctrine divinement inspirée du combat spirituel. Beaucoup disent que c'est lui qui le premier a énuméré les huit passions fondamentales: la gourmandise, la fornication, l'avarice, la colère, la tristesse, l'acédie, la vaine gloire et la fierté. 
Un temps, les luttes dans l'Église d'Alexandrie ont rendu la vie si difficile pour les moines égyptiens que saint Jean (toujours accompagné de son ami Germain), acherché refuge à Constantinople, où ils sont venus sous les soins et la protection de saint Jean Chrysostome. 
Lorsque le saint archevêque a été exilé, saint Jean a, une fois de plus, pris la fuite, cette fois à Rome, où il passa sous la protection du pape Innocent Ier. Cela s'est avéré être providentiel pour l'Église d'Occident, car ce fut saint Jean qui apporta les trésors de la spiritualité du désert dans les monastères d'Occident.
Il fonda le monastère de Saint-Victor à Marseille, puis. à la demande de l'évêque, écrivit les Institutions Cénobitiques, dans lesquelles il adapta les austères pratiques des Pères Egyptiens aux conditions de la vie en Gaule. Il poursuivit en écrivant ses célèbres Conférences, qui devinrent le canal principal par lequel la sagesse du désert oriental parvint aux moines d'Occident.
Saint Benoît développa beaucoup de sa Règle ( qui en son temps régit la plupart des monastères du monde latin) à partir des Institutions de saint Jean, et il ordonna que ses Conférences soient lues dans tous les monastères.
Saint Jean reposa en paix en 435, et il est vénéré par les moines d'Occident comme leur Père et l'un de leurs maîtres les plus sages. Ses reliques sont encore vénérées dans l'Abbaye de Saint-Victor à Marseille.
Les écrits de saint Jean furent bientôt attaquées par les augustiniens extrémistes et lorsque l'augustinisme devint la doctrine officielle de l'église latine, sa vénération perdit sa faveur en Occident.
En dehors de l'Eglise Orthodoxe, sa commémoration est à présent limitée au diocèse de Marseille.
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
citant
icône:
Père Cassien


Pour lire ses œuvres:
Les Conférences
Les Institutions
+

Père Alexandre Men: La garde des carêmes orthodoxes



"La seule chose à laquelle je m'oppose décidément, c'est l'abrogation des jeûnes, que j'ai appris  il y a longtemps. Peut-être que cela ne correspond pas au mode de vie occidental, mais je ne peux en aucune façon y souscrire et je t'invite à vivre selon nos canons orthodoxes. Tu sais que je suis œcuméniste, mais cela ne signifie pas du tout que je considère que les coutumes occidentales soient dans tous les cas meilleures que les nôtres. Eux aussi pourraient apprendre une chose ou deux de nous. "

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
Fr. Alexander Men
Letters to a Spiritual Daughter
Christianos, Vol.XIV
Riga,
2005
cité par 

Feuillets liturgiques de la Cathédrale Russe de Genève (version bilingue)s

geneve.jpg

12/25 mars
4ème dimanche de Carême

De St Jean Climaque

Saint Théophane le Confesseur, moine au Mont Sigriane, près de Cyzique (818) ; Saint Phinès le juste (vers 1500 av. J. - C.) ; Saint Grégoire, pape de Rome (604) ; Saint Siméon le Nouveau Théologien (1021) ; Saint Cyr (VIème s.)

Liturgie de Saint Basile


Lectures: Hébr. VI, 13-20; Éph. V, 8-19 / Мc. IX, 17-31 ; Matth. IV, 25 – V, 12
http://www.diocesedegeneve.net/images/pdf/fl337fr12-25.3.2012.pdf



geneve.jpg

12/25 mars
4ème dimanche de Carême

De St Jean Climaque

Saint Théophane le Confesseur, moine au Mont Sigriane, près de Cyzique (818) ; Saint Phinès le juste (vers 1500 av. J. - C.) ; Saint Grégoire, pape de Rome (604) ; Saint Siméon le Nouveau Théologien (1021) ; Saint Cyr (VIème s.)

Liturgie de Saint Basile


Lectures: Hébr. VI, 13-20; Éph. V, 8-19 / Мc. IX, 17-31 ; Matth. IV, 25 – V, 12
http://www.diocesedegeneve.net/images/pdf/fl337fr12-25.3.2012.pdf