"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

vendredi 20 juillet 2012

L'acteur Jonathan Jackson parle de son voyage vers le christianisme orthodoxe (V)





M. Jackson: Je transpirais. J'étais là sur ma voie. Mais c'était comme une pensée vivante. Ce n'était pas ma propre pensée. C'était comme: "Cours. Va t'en. Sors d'ici. Maintenant! "Et j'ai pensé," Qu'est-ce? Cela ne vient pas... Je ne pense pas que cela vienne de Dieu, mais que se passe-t-il ici? "Ce qui était incroyable, c'était: " Reste jusques à la fin, et puis tu sauras comment tu te sens à ce sujet".
Après 45 minutes [de cette cérémonie], quelque chose s'est passé. La salle entière s'est transformée, et elle est passée de l'inconfort extrême à... je vais vous dire où c'était pour les auditeurs orthodoxes qui connaissent la Divine Liturgie, c'était juste après l'homélie, après les prières pour les catéchumènes. Quelle que soit l'hymne qui est chantée-je suis sûr qu'il y en a beaucoup-, mais il y a une hymne spécifique qui est chantée après "catéchumènes sortez" Et le lieu tout entier s'est visuellement transformé.
Père Andrew: C'est probablement l'Hymne des Chérubins.
M. Jackson: Je pense que c'est probablement cela.
Père Andrew: Il y est question que nous représentions les anges [les Chérubim].
M. Jackson: Oui.
Père Andrew: Et nous adorons devant le Trône et l'Autel de Dieu.
M. Jackson: Donc, c'est ce qui s'est passé, parce que le Ciel … s'est ouvert. Et je me tenais juste là. D'un extrême qui disait "Sors d'ici. C'est juste vraiment étranger et bizarre et inconfortable" aux larmes qui coulaient sur mon visage, complètement captivé. Et c'est le premier office où je suis allé, dans ma mémoire chronologique maintenant, j'ai visité ces églises grecques, après, je pense que je suis allé dans cette première église, et puis je suis allé dans quelques autres églises pour voir celles qui personnellement me correspondaient mieux, mais tout le lieu [s'est transformé]... mais le premier office était celui du Dimanche du Publicain et du Pharisien, que nous venons d'avoir il y a quelques semaines.
Et ce qui m'a séduit à ce moment était que je n'avais jamais vu une assemblée de gens qui priaient à Dieu avec une telle humilité. Je n'avais jamais vu une telle chose. Cela m'a coupé le souffle, de voir des gens se signer, "Seigneur, aie pitié. Seigneur, aie pitié. [Kyrie eleison]" Et ce n'était pas de l'auto-flagellation, une repentance du type je ne suis qu'un ver de terre. Non. Ce n'était pas ça. Il s'agissait d'une repentance qui était en quelque sorte liée à la joie. C'était en quelque manière lié à la Résurrection. C'était en quelque sorte... C'était comme une connexion romanesque avec Dieu.
Je n'avais jamais vu ça aupavant, et les larmes coulaient sur mon visage, je venais de découvrir moi-même la prière, "Tout ce que je veux faire,  c'est d'être ici, dans la Présence. Je ne me soucie pas de quoi que ce soit dans le monde. Tout ce que je veux faire, c'est d'être ici, dans cette Présence de ce corps de personnes. "Non seulement le corps local de personnes, mais le Corps.
Père Andrew: Le Corps.
M. Jackson: Le Corps du Christ.
À ce moment-là ... Ce ne fut pas facile à partir de ce moment.
PèreAndrew: Non, ce n'est jamais facile. Ce n'est jamais facile.
M. Jackson: Mais ce fut certainement un moment charnière.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Aucun commentaire: