"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mardi 31 mai 2011

Σύγχρονο θαύμα της Αγίας Υπομονής/ Miracle contemporain de sainte Hypomonie



Sainte Hypomonie (ce nom signifie patience en grec) est apparue comme une moniale à un résident d'Athènes, qui travaillait dans un taxi. Elle l'a arrêté et lui a demandé d'aller à Loutraki. Le chauffeur de taxi avait un cancer de la peau sur les mains et il était en grand désespoir. En route, la moniale qui portait une sorte de koukoulion [coiffe monastique] avec une croix rouge sur le dessus lui demanda:
"Pourquoi es-tu déprimé?"
Et il n'hésita pas un instant à avouer toute la vérité. Après cela,  elle lui a demandé s’il voulait qu’elle lui fasse le signe de la Croix pour qu’il guérisse et il a accepté. Bientôt, cependant, il a été pris de sommeil et la moniale lui a demandé de s’arrêter pour qu’ils ne se tuent pas ! Ils arrivaient à proximité du péage et elle trouverait facilement un autre taxi, si elle était pressée. 
Il s’assit au bord de la route et il s'endormit. Quand il se réveilla, il constata que ses mains étaient bien, mais la moniale avait disparu. Il demanda aux gens des péages s'ils avaient vu par hasard une moniale à proximité, mais personne ne l’avait jamais vue. Puis il retourna vers le taxi choqué, et réalisa que c'était une sainte qui était là et elle avait disparu. 
Il alla chez son médecin et lui rapporta l'incident. À ce moment, son regard tomba sur une icône qui était accrochée au mur du cabinet médical. Il bondit de son siège et hurla: "C’était elle !"
Notez que l'image était celle de sainte Hypomonie. Donc, il apprit ce que c'était elle que l’avait guéri et sauvé du désespoir. Le koukoulion avec la croix rouge indiquant son origine, avant qu’elle ne devienne impératrice de Byzance, et avec ce schème monastique elle termina sa vie terrestre. Après coup, on reconnut que ce jour-là où le miracle eut lieu, était le 13 mars, jour où la sainte est célébrée.
(D'après le livre Ι. Μ. Οσίου Παταπίου Λουτρακίου)
[Monastère Sacré de Saint Patapios à Loutraki]

La mémoire de notre sainte mère théophore Hypomonie, est célébrée le 13 Mars et le 29 mai.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après


Relique ( Saint Chef) de sainte Hypomonie

L'Ermitage du cœur (159)



Dieu est un feu ardent
Qui te consume
Si tu brûles pas de Son Amour

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

lundi 30 mai 2011

Métropolite Platon: l'apparition du Tzar défunt Nicolas 1er


Au service des Tsars - Nicolas 1er - 01.jpg
Николай Павлович Романов

Le Métropolite Platon raconte l'événement suivant qu'il a lui-même vécu. "Lorsque j'étais évêque du Don, le défunt Tzar Nicolas Pavlovitch (Nicolas 1er) m'apparut. Ceci arriva pendant la période des 40 jours après son trépas. J'étais assis dans ma chambre, lisant le sermon que devait faire un prêtre le jour suivant, un dimanche. Il était environ minuit et mon attention était toute entière concentrée sur ma lecture. Mon imagination, par conséquent, n'était pas impliquée, et ne peut être responsable de ce qui suivit. A ma droite, il y avait une porte conduisant à la pièce où je recevais les visiteurs, et cette porte, était ouverte, comme toujours. J'étais concentré sur la lecture et la correction de quelques passages dans le sermon. Soudain, je me sentis comme frappé sur le côté droit par quelque chose de très léger, mais de tout à fait tangible; comme si quelqu'un m'avait jeté la balle de caoutchouc d'un enfant par la porte ouverte. je ne pus m'empêcher de regarder sur la droite. Et que pensez-vous que je vis là?
Je vis, se tenant sur le seuil Sa Majesté le Tzar Nicolas Pavlovitch, en grand habit, et dans toute sa dignité.Il semblait légèrement penché sur le côté. Son regard d'aigle était dirigé vers moi. L'apparition n'était pas indistincte, confuse ou avec un aspect de spectre. Pas du tout! Je vis mon Tzar inoubliable comme s'il était vivant, et les plus insignifiants détails de son apparence semblaient tangiblement réels. Comment pouvais-je ne pas être confus et embarrassé?
Je continuais à regarder mon Tzar bien-aimé, qui était apparu pour consoler ma peine, et il continuait à me regarder avec un regard perçant, majestueux et en même temps bienveillant. Cela dura assez longtemps. Involontairement je me demandai si je devais me lever et m'incliner. Mais s'incline-t-on devant un fantôme? Mais d'autre part, ne doit-on pas s'incliner devant le Tzar?
Je commençais à me lever, et à cette seconde-là, l'image claire et miraculeuse de ce grand homme parmi tous les dirigeants de la terre, commença petit à petit à se changer en un fantôme de brume et à disparaître. Il s'évanouit de ma vue. Quant à moi, je ne pleurais plus le Tzar défunt, et plus tard aussi, quand je me souvenais du Tzar inoubliable de l'Empire Russe, mes larmes étaient moins fréquentes qu'auparavant."
"Je ne sais pas", continua le Métropolite s'adressant à ses auditeurs, " si vous me croirez. N'oubliez pas que je suis un vieil homme, et que, bien que je sois indigne, je sers à l'Autel de Dieu: je n'ai nul besoin de raconter des mensonges ou d'inventer des histoires."


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
"Новое время" [Temps Nouveau] 
périodique russe, Avril 1893
cité par Archuimandrite Panteleimon
Eternal Mysteries Beyond the Grave
Orthodox Teachings on the Existence of God
The Immortality of the Soul
and Life Beyond the Grave
Holy Trinity Monastery Press,
Jordanville, N.Y.
USA
1968

L'Ermitage du cœur (158)


L'espérance est le signe fort
De la Présence lumineuse
Du Christ ressuscité des morts
Au sein de toutes les épreuves 

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Jean-Claude LARCHET/ Recension: Archimandrite Spiridon, «"Mes missions en Sibérie" suivi de "Confession d'un prêtre devant l'Église"»

Couv9054g_260







Archimandrite Spiridon, « "Mes missions en Sibérie" suivi de "Confession d'un prêtre devant l'Église" », Traduit du russe par Pierre Pascal et Michel Evdokimov, Introduction de Michel Evdokimov, Éditions du Cerf, Paris, 2010, 256 p. (collection « L'Histoire à vif »).
Le récit de l'archimandrite Spiridon, « Mes missions en Sibérie », traduit par Pierre Pascal et publié en 1950 aux éditions du Cerf a connu un légitime succès. L’auteur, né en 1875, y relatait avec beaucoup de sensibilité sa formation religieuse (à travers notamment une série de pèlerinages), son ordination, son expérience d’aumônier des bagnes de Sibérie, et ses contacts avec les membres des diverses ethnies vivant dans cette région. On croisait dans ce récit des personnalités aussi pittoresques que touchantes. La relation de ses contacts avec les bagnards se révélait en bien des points proche des « Souvenirs de la maison des morts » de Dostoïevski. Le père Spiridon soulignait en particulier la capacité de repentir qui existe chez des êtres ayant commis des fautes lourdes et qu’on aurait pu croire irrécupérables, et le caractère fructueux d’une action pastorale menée avec respect, douceur et amour.
On ne tenait pourtant là qu’une partie du récit de l’Archimandrite Spiridon, publié dans  une revue de Kiev, « La Pensée chrétienne », dont la parution avait été inerrompue en 1917.
On ignorait que l’auteur avait aussi écrit une suite qu’il avait intitulée « Confession d’un prêtre devant l’Église », qu’il avait publiée en 1919, et ce n’est qu’à une date récente que cet ouvrage a été retrouvé à la Bibliothèque nationale de Saint-Pétersbourg.
Lire la suite ICI

dimanche 29 mai 2011

Saint Jean Chrysostome: Des prêtres et des sacrements


Il arrive que des laïcs vivent dans la piété, tandis que les prêtres vivent dans l'absence de vertu, et par conséquent, si la grâce ne devait chercher partout que ceux qui sont dignes, ni le baptême, ni l'offrande du Corps du Christ ne devraient être effectuée par eux.
Mais maintenant le Seigneur agit habituellement même à travers ceux qui sont indignes, et la grâce du baptême n'est pas le moins du monde atteinte par la vie du prêtre.
Je dis cela pour que quiconque examine strictement la vie d'un prêtre ne commence pas à être tenté de raisonner sur ce qu'il réalise dans les sacrements. Car un homme n'apporte rien de lui-même, mais tout cela est l'œuvre de la puissance de Dieu, et Dieu vous sanctifie dans les sacrements.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

La morale chrétienne


Fichier hébergé par Archive-Host.com

[…]
La raison à elle seule ne peut pas nous conduire au bien car elle est perturbée par les désirs. Jésus est le sauveur de la raison. Pour cela, Dieu a voulu communiquer avec nous autrefois à travers Ses prophètes, non pas pour inventer la morale, mais pour nous rappeler les bonnes qualités qu'Il nous avait offertes lorsqu'Il nous créa à Son image. La morale réside dans nos âmes depuis l'aube des temps. Pourtant, nous avons ruiné l'image de Dieu en nous, et nous avons délaissé notre beauté originelle. Dieu n'impose rien de façon arbitraire, et Il ne nous défend pas de tuer ou de voler seulement parce que c'est Sa volonté. Dieu n'est pas un dictateur qui se comporte à Sa guise et qui édicte ce qu'Il veut. Il nous montre ce dont nous avons besoin pour que nous puissions vivre en jouissant de la beauté spirituelle. Il sait que le bien nous conduit à la joie et que souvent nous ne choisissons pas ce qui est pour notre bien. Comme il y a un suicide physique, il existe aussi un suicide spirituel. L'homme connait que son avidité l'amène à la mort physique; de la même façon, il ment, triche, hait et aime ses péchés tout en sachant qu'ils dégradent sa personnalité. À force de fauter, il nie le commandement et refuse son propre bien-être. Lorsque Dieu s'est aperçu que les péchés de l'homme provoquent sa mort, Il s'est révélé et a démontré Son amour. Il a également institué les règles morales qui purifient l'homme et le rapprochent de Dieu afin qu'il établisse avec Lui une relation de père et fils.
Bien sûr, il ne suffit pas de savoir le commandement pour le respecter. La misère de l'homme réside dans le fait qu'il connaît les commandements mais ne les observe pas puisqu'il a besoin d'un renfort divin. Cependant, en l'absence de ces commandements, l'homme ne peut être sauvé. La révélation du commandement divin constitue le début du chemin. Pour achever ce dernier, nous devons aimer le Seigneur.
Extrait d'un article du site 
de 
Mgr Georges Khodr du Liban
Article complet sur

L'Ermitage du cœur (157)


Aux jours de ténèbres
N'oublie pas que le Golgotha
Conduit à la Lumière Ineffable
Du matin de Pâques

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

samedi 28 mai 2011

Saint Isaac le Syrien: Homélies Ascétiques ( Homélie 25)



Recherche la petite consolation qui est acquise avec le temps par le labeur, afin d'être considéré digne de cette grande consolation qui dissipe les maux de cette vie de douleurs pour ceux qui la trouvent. 

Ne méprise pas les petites choses, de peur d'être privé des grandes. 

Qui n'a jamais vu un enfant qui, quand il met la chair dans sa bouche, suce le lait? 

Par le biais de petites choses la porte est ouverte pour les grandes choses. Tu déshonores Dieu, ô mon frère, en ce que tu désirez qu'Il te gouverner sans ordre précis.

Car à aucun homme on a confié de grandes choses sans avoir d'abord été mis à l'épreuve dans les petites choses.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
Blog Biblicalia

L'Ermitage du cœur (156)


Tu possèdes tous les remèdes 
Pour ton âme affligée
Dans les sacrements de l'Eglise 
Mais tu ne cherches pas la santé spirituelle

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Pâques!

vendredi 27 mai 2011

Concélébration historique de la Divine Liturgie par le Métropolite Jonas (OCA/ Orthodox Church of America), et le Métropolite Hilarion de l'Eglise Russe Hors Frontières

Historic concelebration of the Divine Liturgy by OCA Metropolitan Jonah, ROCOR Metropolitan Hilarion

NEW YORK, NY [OCA] - Sa Béatitude, le Métropolite Jonas, Primat de l'Église Orthodoxe en Amérique [ACA], et Son Eminence, le Métropolite Hilarion, premier hiérarque de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières [EORHF], ont concélébré la Divine Liturgie à la cathédrale Saint-Nicolas le mardi 24 mai 2011, en la fête des saints Cyrille et Méthode.

La Liturgie avait un caractère historique, en ce qu'elle a marqué "le premier office commun des évêques d'Amérique et de l'Eglise orthodoxe russe après près de 70 années de période d'absence  liturgique de communication", selon le site web des paroisses patriarcales aux États-Unis. Elle représente le fruit du travail assidu entrepris par la Commission mixte OCA-EORHF.

Concélébrait également Son Eminence, l'Archevêque Justinien de Naro-Fominsk, administrateur des paroisses patriarcales aux Etats-Unis; sa Grâce, l'évêque Tikhon de Philadelphie et de l'Est de la Pennsylvanie [OCA], et Sa Grâce, l'évêque Jérôme de Manhattan [EORHF].

À la fin de la Divine Liturgie, le Métropolite Jonas a fait don de reliques des saints Germain d'Alaska et d'Alexis Toth au Métropolite Hilarion, qui a présenté des reliques de Saint Jean Maximovitch au Métropolite Jonas. Les Métropolites ont également envoyé un message à Sa Sainteté, le Patriarche Cyrille de Moscou, à l'occasion du jour de sa fête patronale. Le texte du message dit ce qui suit...

"Nous remercions le Seigneur, qui en ce jour de fête nous a jugés dignes de Lui offrir le sacrifice non sanglant dans la cathédrale patriarcale de Saint-Nicolas de l'Eglise orthodoxe russe à New York City!

En ce jour de la fête des saints-égaux-aux-apôtres,  Cyrille et Méthode, illuminateurs des Slaves, ayant communié dans l'Esprit Saint au même calice du Christ, avec un amour sincère, nous saluons votre Sainteté à l'occasion de votre fête onomastique.

Par la Providence bienfaisante de Dieu, vous avez été chargé de servir comme Primat de l'Eglise orthodoxe russe, dont l'Eglise orthodoxe russe hors de Russie est une partie inséparable, et qui est la Mère - et sœur - de l'Eglise de l'Eglise orthodoxe en Amérique.

"Nous sommes certains que la concélébration longtemps désirée des hiérarques de l'Eglise américaine et de l'Eglise russe à l'étranger sera un événement heureux pour Votre Sainteté, et pour les innombrables membres du clergé et des laïcs orthodoxes.

Parmi les membres du clergé de l'OCA servant à la Divine Liturgie historique prenaient part les  archiprêtres Joseph Lickwar et Samuel Kedala; l'higoumène Joseph [Hoffman]; le hiéromoine Gérasime [Eliel]; l'higoumène Serge [Bowyer], supérieur du monastère de Saint Tikhon; leprotodiacre Joseph Matusiak et le hiérodiacre Philip [ Majkrzak].

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

L'Ermitage du cœur (155)


La compassion est un baume 
Sur les plaies des frères
Et le reflet subtil et beau
De la Présence du Nazaréen

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

jeudi 26 mai 2011

Père Ted: Votre cerveau est-il en Dieu?




Les relations entre la science et la religion me fascinent toujours. Bien sûr, certains pensent que la religion et la science sont des moyens opposés de comprendre le monde et n'ont rien de commun l'un avec l'autre. Ils pensent que la science est laïque et athée. D'autres tiennent à une notion selon laquelle la vérité est la vérité, et dans la mesure où la science et la religion sont toutes deux préoccupées par la vérité/réalité, elles sont effectivement du même côté de la question, toujours à la recherche de la vérité et cherchant la vérité. Ainsi, il n'est pas de vérité scientifique qui soit en opposition avec la vérité religieuse, mais plutôt c'est tout simplement la vérité et nous sommes tous à la recherche de la même chose.

Comme la science limite son intérêt à ce qui peut être observé et testé, il est fascinant de voir les approches scientifiques des questions liées à la spiritualité et à la religion. J'ai trouvé les informations interactives de NPR VOTRE CERVEAU EST-IL EN DIEU? (en anglais!) une façon intéressante d'aborder la spiritualité d'un point de vue scientifique. La page Web interactive vous permet d'aller plus loin dans l'histoire et d'en savoir plus sur le sujet si vous êtes intéressés. La plupart du temps, l'article soutient le point de vue du scientifique plus que celui du croyant.

Cependant, croire en une religion (le christianisme orthodoxe) qui enseigne que Dieu s'est fait homme (s'est incarné), est tout à fait dans le domaine de la science pour étudier comment la spiritualité est vécue par les humains, puisque jusques à un certain point, pour l'être humain vivre l'événement, cela doit également devenir quelque chose d'observable et de détectable. À un certain point le cerveau est impliqué dans l'expérience, et la science peut observer l'activité du cerveau. 
Cela est aussi vrai de la prière et de la méditation, que cela le serait également dans le cas de la réception d'un message de Dieu. Dans le premier cas, ce qui commence comme une activité tout à fait humaine (prière et méditation), nous le croyons, finit par devenir quelque chose de spirituel que Dieu reçoit de nous. Il y a un point d'interface entre Dieu et les humains. La même chose est vraie si Dieu transmet un message à un être humain, à un moment donné, ce message reçu sera en interface avec le cerveau humain (et pas seulement l'esprit ou l'âme). 
Ainsi, le monde spirituel et le monde physique ne sont pas des réalités d'opposition, mais liées entre elles, ils sont en interface à un moment donné. C'est pourquoi les chrétiens peuvent prétendre qu'il y a une réalité sacramentelle, ou que les icônes sont des fenêtres du ciel, ou que les reliques peuvent transmettre le pouvoir spirituel ou la guérison.

Le christianisme est une religion matérialiste. Il ne cherche pas à échapper au monde matériel, mais plutôt à essayer de le racheter, le transfigurer et à transformer la réalité empirique, pour montrer que le monde a toujours été destiné à être le moyen par lequel nous avons l'expérience de Dieu le Créateur.

Nous en venons à connaître Dieu à travers les sens du toucher, de l'ouïe, de l'odorat, vue et du goût. Dieu a créé notre corps avec la possibilité de vivre la spiritualité à travers eux.

Dieu a créé le monde et Il aime ce monde et Il sauve ce monde. Jésus-Christ est Dieu dans la chair, Son incarnation, Sa mort et Sa résurrection visent toutes à sauver le monde physique, et non seulement à donner l'immortalité à l'âme.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

L'Ermitage du cœur (154)


Passe ton temps
Dans l'invocation du Nom
A préparer dans l'espérance
L'Eternité promise


上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Psaume 135 en langue arabe, mélodie byzantine

mercredi 25 mai 2011

Staretz Ephrem du Monastère Saint Antoine: Ne perdez pas courage!

Le martyre de sainte Elisabeth de Russie
par Vera Glazounova (1997)

Y a-t-il quelqu'un qui soit entré en paradis par un chemin différent, un chemin sans tentations, que nous pouvons imiter? Non, tous les saints sont passés par le feu et l'eau, par diverses tentations et afflictions, et ils glorifièrent Dieu par leur patience et reçurent les couronnes de la gloire éternelle!

Ne perdez pas courage dans la lutte, notre Christ se tient invisible, observant le combat de chacun de nous. Par conséquent, luttez patiemment; invoquez le Nom de notre Seigneur Jésus, de sorte qu'il puisse être implanté au sein de votre cœur et que vous puissiez devenir riches en grâce de Dieu. Luttez pour acquérir un cœur pur, afin que vous puissiez ressentir la grâce de la Sainte Résurrection.

Lorsque nous sommes encore dans notre jeunesse, nous devons être tentés, car la jeunesse est facilement déroutée. Avec le temps, la guerre cessera et la grâce désirée viendra. Il vous suffit de courage et de patience. Ne désespérez pas, peu importe combien les passions peuvent vous combattre. Dieu aime celui qui est attaqué et qui se défend. Soyez courageux, et priez aussi pour moi, le paresseux, l'impur, l'indigne, l'abomination!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

L'Ermitage du cœur (153)


Tout n'est qu'illusion ici-bas
Sauf la certitude de ton indignité
Et l'espérance ineffable
Du Royaume à venir

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

mardi 24 mai 2011

Saint Tikhon de Zadinsk: Résurrection de l'âme


Тихон Задонский

Le Christ est ressuscité, et donc nous aussi, nous devons être ressuscités avec le Christ, pour nous élever avec avec lui. 
Notre résurrection est double: dans le corps et dans l'esprit. La résurrection des corps aura lieu au dernier jour. Nous parlons de cela quand nous récitons le Credo, le Symbole de la foi: "J'attends la résurrection des morts.
Etre ressuscité,  c'est spirituellement s'écarter de nos péchés, se détourner de la vanité de ce monde, et  demeurer dans la véritable repentance et la foi, reprendre la lutte contre tout péché, faire la volonté de notre Père céleste, vivre Sa vérité, et suivre le Christ, le Fils de Dieu, avec humilité, amour, douceur et patience. 
C'est là la création nouvelle dont le saint apôtre parle quand il dit, "... si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature..." (II Corinthiens 5, 17); une personne nouvelle, renouvelée par la repentance et la foi, un chrétien véritable, un membre vivant du Christ et l'héritier du Royaume de Dieu.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
http://www.stjohndc.org/Russian/english.htm
Cathédrale saint Jean-Baptiste de Washington D.C. 
(ROCOR)

L'Ermitage du cœur (152)


Père abaisse Ton regard
Sur ma médiocrité
Et permets seulement
Que je m'amende

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Pâques au Mont Athos ( grec/69 minutes!)

lundi 23 mai 2011

Staretz Ephrem (Eglise des douze Apôtres de Londres): Miracle de Père Païssios l'Athonite


Je tiens à dire que ces saints qui ont atteint la sainteté aujourd'hui sont d'une grande gloire et d'une grande assurance en Dieu et qu'ils nous aident beaucoup. 
Il y a trois mois, ce qui suit est arrivé. Un automobiliste allait de la région de Thermi à Thessalonique.  Un moine l'arrête et lui dit: "Mon garçon, peux-tu m'emmener à Thessalonique?" "Oui, venez." 
Le conducteur était seul. Il s'assit à côté de lui et lui dit: "Costa, (sans le connaître) tu as un cancer naissant du poumon. Va à l'hôpital et tu l'éviteras. Et tout de suite il disparut. 
Il eut un choc. Il téléphona à quelques personnes et il raconta ce qui s'était passé. On lui apporta quelques photos. Ils lui demandèrent s'il  reconnaissait le moine Il reconnut Père Païsios. Il se rendit alors à l'hôpital. 
Les médecins l'examinèrent et trouvèrent un début de cancer du poumon, alors qu'il ne sentait pas la douleur. Vous voyez ces gens qui sont agréables à Dieu, qui apparaissent après la mort et certifient la vérité de l'Évangile.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
+
+

L'Ermitage du cœur (151)


Quoi que le monde fasse
Autour de toi
Tiens-toi dans le Nom
Et prie pour y demeurer toujours

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Jean-Claude LARCHET/ Recension: Clément d'Alexandrie, "Quel riche sera sauvé?" /Sur Orthodoxie.com

Couv9168g_260
Clément d'Alexandrie, « Quel riche sera sauvé? » Texte grec d’O. Stählin et L. Früchtel (GCS 17²), introduction, notes et index par Carlo Nadi et Patrick Descourtieux, traduction par Patrick Descourtieux, éditions du Cerf, Paris, 2011, 264 p., collection « Sources chrétiennes »  n° 537.

Dans cet opuscule, qui est la première tentative de réflexion chrétienne sur les rapports de la foi et de l'argent, Clément d’Alexandrie (IIe s.) s’intrroge sur le sens de l’affirmation du Christ qu'il est plus difficile à un riche d'entrer dans le Royaume des cieux qu'à un chameau de passer par le trou d'une aiguille (Mc 10, 25). Dans sa réflexion pleine de nuances, l'auteur des « Stromates » se révèle tour à tour exégète, dogmaticien, moraliste et directeur spirituel.
À la différence d’autres Pères, il ne stigmatise pas les riches et n’exige pas d’eux le renoncement à leurs richesses avec pour but d’établir dans la société une parfaite égalité sociale et économique. Parallèlement, il ne fait pas de la pauvreté un idéal absolu, constatant que souvent les difficultés financières exaltent la soif d’argent. D’un point de vue spirituel, il est plus important pour les riches de se dépouiller intérieurement (de leurs passions) que de se dépouiller matériellement. En outre, les richesses se composent de biens qui ont été donnés par Dieu au monde en le créant. Elles ne sont pas mauvaises en elle-mêmes, et pour cela le seul fait de les détenir (si elles ont été honnêtement acquises) n’est pas mauvais non plus. Le jugement moral et spirituel que l’on peut porter sur les riches (et que les riches doivent porter sur eux-mêmes) dépend du degré de détachement et de liberté intérieure qu’ils ont vis-à-vis de leurs richesses, et surtout de l’usage qu’ils font de ces réalités par elles-mêmes « indifférentes ».
Lire la suite "Recension: Clément d'Alexandrie, « Quel riche sera sauvé? »" »

dimanche 22 mai 2011

Humour orthodoxe


Rencontre orthodoxe dans le train

Deux personnes se rencontrent dans un train. Après quelques bavardages d'introduction, elles découvrent que toutes deux sont orthodoxes et d'origine russe.
Vlad: Ancien ou nouveau calendrier ?
Alex: Ancien.
Vlad: Très bien. Avez-vous des Vigiles de trois heures à l'église chaque samedi soir et avant chaque jour de fête, même si le jour de fête est un lundi?
Alex: Oui.
Vlad: Excellent. Dans votre église y a-t-il des bancs ou pas de bancs pour s'asseoir?
Alex: Pas de bancs!
Vlad: Votre prêtre est rasé de près ou barbu?
Alex: Barbu.
Vlad: Est-ce qu'il porte la soutane et la Croix dans la rue?
Alex: Da!
Vlad: Votre juridiction est-elle œcuméniste ou non œcuméniste?
Alex: Non œcuméniste.
Vlad: Avez-vous une icône de la Trinité avec un vieillard qui représente Dieu le Père?
Alex: Euh, oui.
Vlad: Aha! Hérétique!

+
Suggestions de stickers pour voitures orthodoxes

Klaxonnez 40 fois si vous êtes orthodoxe!
Orthodoxie: L'Eglise des Actes!
Kyrie eleison! (X40)
Orthodoxie: proclame la vérité depuis l'an de Grâce 33 après J.C.
Orthodoxie: Mon Église a écrit la Bible
Ne laissez pas vos soucis vous abattre, souvenez-vous que Moïse a commencé comme un cas désespéré.
Nous avons été appelés à être des témoins, pas des avocats ou des juges.
Si Dieu est votre co-pilote, changez de place.
Fatigué de la religion organisée? Essayez l'Orthodoxie!
Si ce n'est pas orthodoxe, c'est nul!
Orthodoxie: Maintiens les traditions commencées à la Tour de Babel
Orthodoxie: Pro-Life! Pro-Christ! Pro-Baklava!
En cas de doute, signez-vous!!
Sagesse! Faisons attention... à la route!
Orthodoxie: certains de vos ancêtres dont vous ne vous souvenez pas, font partie de notre Église.
Vous pourriez être orthodoxe ... si vous avez les mots «consubstantiel», et «hypostase» dans votre vocabulaire.
Je préfère être encensé.

Traduction et adaptation Claude Lopez-Ginisty
d'après
http://turtlemom3.wordpress.com/2008/05/29/eastern-orthodox-humor/

L'Ermitage du cœur (150)


Dans l'oratoire du cœur
Ta prière la plus fervente est inutile
Si elle ne reste que belles paroles
Qui ne s'incarneront pas dans la réalité 

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Sur le blog d'Av Aleksandr: La Russie en Israël

LA RUSSIE EN ISRAEL

De 1989 à 2005, ce sont presque deux millions de Soviétiques

Qui ont bénéficié de la « loi du retour » accordée aux juifs et

Qui se sont installés dans l’Etat hébreu. Pour quelles conséquences ?

LA RUSSIE EN ISRAEL

(Voir source de publication à la fin du présent article)

Israël serait-il aujourd’hui et pour quelques années encore le deuxième état russe dans le monde? Il est certain que la “péréstroïka/mutation-construction” transforma, dès 1989, l’empire soviétique en des blocs slaves, russes ou ukrainiens et diverses républiques plus ou moins indépendantes en Asie Centrale ou dans le Caucase (Géorgie, Arménie).

De 1989 à 2005, l’Etat hébreu a accueilli presque deux millions de soviétiques. L’intégration a globalement été une réussite, mais la tâche était rude. Les premières aliyot/montées vers la Palestine en 1880, puis au fil des décennies jusqu’à l’indépendance du pays (1948), fut essentiellement inspirée par des migrants venus de l’empire tzariste. Les décrets impériaux interdisaient aux juifs de résider en Russie-même: c’est ainsi que l’Ukraine, la Biélorussie devenue Belarus, les pays Baltes virent fleurir la pensée de bourgades où l’on parlait yiddish. C’est dans ces régions qu’est né, en même temps que l’hésychasme chrétien oriental, le mouvement des hassidim, les juifs pieux.

Lire la suite ICI

Sur le blog de Maxime pour une vie orthodoxe...




Seul l'Esprit Saint peut juger nos âmes, 

personne d'autre n'a ce droit.


"Essayez de toujours veiller à ce que la prière de Jésus-Christ s’intègre à votre cycle quotidien, à votre travail, à chacun de vos souffles et à tous vos sens. Alors oui, comme votre cœur va se réjouir ! Quel bonheur vous allez ressentir parce que votre esprit s'élèvera vers les cieux ! C’est pourquoi il ne faut pas oublier de toujours dire : «Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi."

Lire la suite ICI

samedi 21 mai 2011

Nathan Lee Lewis: Comment avoir assez?



Икона Божией Матери ''Спорительница хлебов''
+

Il y a deux façons d'avoir assez. Une solution est de continuer à accumuler de plus en plus. L'autre est de désirer moins.
G.K. Chesterton

Vous savez que vous avez assez lorsque vous
êtes capables de vivre et de donner.

Nathan Lee Lewis

(D'accord, donc je ne suis pas G.K., mais sa citation m'a inspiré.)

Ma femme et moi avons réduit nos affaires au cours des dernières années. A chaque déménagement, nous nous sommes débarrassés de plus de meubles, et de plus de possessions. Nous réduirons une fois de plus les choses très prochainement, et nous donnerons beaucoup de nos articles à l'église ou à des œuvres de charité. Faire ainsi, n'est pas un reflet de notre générosité ou de notre nature généreuse, c'est plutôt parce que nous avons assez de choses. Avoir assez, signifie que vous êtes en mesure de vivre et de donner. Nos logements au cours des années sont devenus de plus en plus petits. Maintenant, étant des occupants de nids vides, une fois de plus, nous pouvons réduire les choses et donner. Nous allons très bientôt entrer dans le plus petit logement dans lequel nous ayons jamais vécu, et nous aurons moins de biens que nous n'en avons jamais eus, et nous n'avons jamais été plus satisfaits.

L'un de nos paroissiens a été surpris récemment de découvrir que nous ne possédions pas une maison. J'imagine que le paroissien a fait la même hypothèse au sujet de nous que beaucoup d'autres. Ils voient notre satisfaction. Ils voient la voiture fiable que nous conduisons. Ils voient que nous sommes en mesure de donner à l'église et d'assurer la dîme sur une base régulière. Sur la base de cette norme, ils supposent que nous sommes riches ou du moins à l'aise. Nous ne sommes ni l'un ni l'autre. Nous sommes simplement bénis, régulièrement, par notre Dieu aimant Qui sait ce dont nous avons besoin, avant même que nous le Lui demandions et Qui est capable de nous donner plus que nous ne pourrions jamais demander ou espérer. Il donne de bonnes choses à Ses enfants et nous permet de faire de même.

Un de mes bons amis a l'habitude de chanter le vieux negro spiritual qui décrit de manière adéquate la vie que nous menons:

Vous ne pouvez pas battre Dieu quand Il donne.
Et aussi sûr que vous vivez, et que le Seigneur est en haut dans les cieux.
Plus vous donnez, plus Il vous donne.
Donc, continuez à donner.
Pourquoi? Parce que c'est vraiment vrai.
Il est vrai que vous ne pouvez pas battre Dieu quand Il donne
Même en essayant de toutes vos forces.

"Donnez et il vous sera donné. On versera dans votre sein une bonne mesure, pressée, secouée, et débordante car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous êtes servis"( Luc 6:38)

Nous vivons et nous donnons. Nous avons assez. Et vous?

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

L'Ermitage du cœur (149)


Reste secrètement
Lové dans la prière
Et va dans le monde
Sans inquiétude

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

vendredi 20 mai 2011

Saint Père Païssios l'Athonite: Η κοσμική άσκηση/ L'ascèse dans le monde




Le Père Païssios a dit:


Si quelqu'un veut se sanctifier, et pour une raison quelconque ne peut pas aller dans un monastère, qu'il transforme sa chambre en cellule. Là, caché des hommes, qu'il fasse l'ensemble des tâches spirituelles, à savoir les acolouthies, les lectures, les prosternations, les prières avec le chapelet, etc...
Quelqu'un, par exemple, peut aller à l'église pour communier et puis après, il retourne chez lui et se comporte comme les ermites dans leurs cellules.

Dieu merci, il y a beaucoup de gens de cette sorte dans le monde, devant lesquels nous avons honte, nous qui nous appelons moines.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

L'Ermitage du cœur (148)


Que ta parole soit pure et nette
Reflet fidèle de ta foi
Et tu chemineras joyeusement
Dans la paix du Christ

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Ivanka Sinic chante pour Solidarité Kossovo!

jeudi 19 mai 2011

Higoumène Luke: Concernant la Tradition des cheveux longs et des barbes




La question de la pertinence du port des cheveux longs et des barbes est fréquemment posée au clergé orthodoxe traditionnel. Un article détaillé a paru dans Orthodox Life concernant les habits du clergé dans le numéro de Janvier / Février 1991. À présent, nous aimerions aborder le sujet de l'apparence du clergé, c'est-à-dire des cheveux et de la barbe.

Quiconque regarde des photographies prises au début du XXe siècle et des portraits de membres du clergé en Grèce, en Russie, en Roumanie, et dans d'autres pays orthodoxes à cette époque, remarquera que presque sans exception, à la fois les moines et le clergé marié, les prêtres et les diacres, portaient la barbe non taillée, et les cheveux longs. Ce n'est qu'après la Première Guerre Mondiale que nous observons un nouveau look moderne, avec des cheveux taillés et un clergé imberbe. Cette mode a été poursuivie par certains membres du clergé jusques à nos jours. Si l'on devait étudier ce phénomène en partant d'un pasteur unique dont la vie s'étendrait sur la plus grande partie de notre siècle, on remarquerait sans doute que son apparence se modernise, depuis les premières photographies jusques aux dernières.

Il ya deux raisons qui expliquent ce changement. On dit: "On doit se conformer à la mode, nous ne pouvons pas avoir l'air de paysans!" Ou encore plus absurde, "Ma femme ne le permet pas!". Un tel raisonnement est la ligne "dogmatique" des modernistes qui, soit désirent imiter la mode contemporaine (si les barbes sont "à la mode", ils portent la barbe, si les barbes ne sont pas "à la mode", ils se rasent), ou ont un esprit œcuménique, ne voulant pas offenser le clergé des dénominations en dehors de l'Eglise orthodoxe. L'autre raison est fondée sur un passage de l'Ecriture Sainte, où saint Paul déclare, La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c'est une honte pour l'homme de porter de longs cheveux? (I Cor. 11:14) En réponse à la première justification, la tradition orthodoxe condamne directement le modernisme et l'œcuménisme. Il est toutefois nécessaire de traiter plus en détail l'argument qui fonde son hypothèse sur l'Écriture Sainte.

La piété chrétienne orthodoxe commence dans la Sainte Tradition de l'Ancien Testament. Notre relation avec le Seigneur Dieu, la sainteté, le culte et la morale furent formés dans les temps anciens de la Bible. Au moment de la fondation de la prêtrise, le Seigneur a donné les commandements suivants pour les prêtres pendant les périodes de deuil, Et vous ne vous raserez pas la tête pour les morts [pratique païenne] avec une place chauve sur le dessus, et ils ne doivent pas se raser leur barbe... (Lév. 21: 5), et à tous les hommes en général, Vous ne couperez point en rond les coins de votre chevelure, et vous ne raserez point les coins de votre barbe. (Lév. 19:27). L'importance de ces commandements est d'illustrer que le clergé doit se consacrer totalement au service du Seigneur. Les laïcs sont ainsi appelés à un service semblable, mais sans les fonctions sacerdotales. Cet aspect extérieur comme commandement a été répété dans la loi donnée au Nazaréen,  Pendant tout le temps de son naziréat, le rasoir ne passera point sur sa tête; jusqu'à l'accomplissement des jours pour lesquels il s'est consacré à l'Éternel, il sera saint, il laissera croître librement ses cheveux... (Nombres 6:5-6).

La signification du vœu du Nazaréen était un signe de la puissance de Dieu reposant sur la personne qui avait  fait ce vœu. Se couper les cheveux signifiait couper la puissance de Dieu comme dans l'exemple de Samson (Juges 16:17-19). La force de ces observances pieuses, transmises à l'Église du Nouveau Testament, furent observées sans question jusques à notre époque actuelle d'arbitraire et d'apostasie qui en découlent. Pourquoi, on peut se le demander, ces membres du clergé orthodoxe, tout en rejetant les ordonnances pieuses ci-dessus concernant les cheveux, continuent-ils à observer la coutume de l'octroi de divers couvre-chefs aux membres du clergé, pratique qui a aussi ses racines dans les anciennes ordonnances de l'Ancien Testament (cf. . Ex. 24:4-6) et la tradition de l'Église primitive (voir Fusebius et Epiphane de Chypre concernant les mitres portées par les apôtres Jean et James)?

L'apôtre Paul lui-même portait les cheveux longs, nous pouvons conclure que le passage suivant où il est mentionné que des "bandeaux" en slavon, et des "mouchoirs" touchés à son corps furent placés sur les malades pour les guérir. Les "bandeaux" indiquent la longueur de ses cheveux (conformément à cette pieuse coutume) qui devaient être attachés en arrière afin de les maintenir en place (cf. Ac 19:12). L'historien Egezit écrit que l'apôtre Jacques, chef de l'Eglise de Jérusalem, ne coupa jamais ses cheveux (Lectures Chrétiennes, février 1898, p.142, [en russe]).

Si la pratique pieuse au sein du clergé et des laïcs de la communauté chrétienne a été de suivre l'exemple de l'Ancien Testament, comment doit-on comprendre les paroles de saint Paul aux Corinthiens citées plus haut (I Cor. 11:14)? Saint Paul, dans le passage cité, se penche sur les hommes et les femmes qui sont en prière (cf. I Cor. 11:3-4). Ses paroles dans les passages ci-dessus, ainsi que dans d'autres passages concernant les couvre-chefs (cf. I Cor 11:. 4-7), sont dirigées vers les laïcs, et non pas vers le clergé. Dans d'autres passages saint Paul fait une distinction évidente entre les clercs et les laïcs (cf. I Cor. 4:1, I Tim. 4:6, Col 1:7, et autres). Il ne s'oppose pas à l'ordonnance de l'Ancien Testament en ce qui concerne les cheveux et la barbe, car, comme nous l'avons indiqué ci-dessus, il l'a lui-même observée, comme l'a fait Lui-même Notre Seigneur, Qui est représenté en toutes occasions avec de longs cheveux et avec la barbe comme Grand Prêtre de la nouvelle prêtrise chrétienne.

Dans notre passage a été mentionné précédemment, La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c'est une honte pour l'homme de porter de longs cheveux? (I Cor. 11:14) Saint Paul utilise un mot grec pour "cheveux". Ce mot particulier pour les cheveux, désigne les cheveux comme ornement (la notion de longueur n'étant que secondaire et suggérée), qui diffère du terme cheveux pour la longueur anatomique ou physique.(1) Le choix de mots  de saint Paul, met l'accent sur sa critique de laïcs qui portent leurs cheveux selon "la mode", ce qui était contraire aux pieux amour de la modestie juive et chrétienne. Nous constatons la même approche pour les cheveux que celle de saint Paul, dans le 96ème canon du Sixième Concile Œcuménique, où il est dit: "Ceux donc qui ornent et arrangent leurs cheveux au détriment de ceux qui les voient, c'est-à-dire par entrelacs habilement conçus, et par ce moyen mettent un appât sur le chemin des âmes instables... (3)

Dans une autre source, le Eerdmans Bible Dictionary, nous lisons ce qui suit concernant la pratique de l'Ancien Testament: "Dans une certaine mesure, la coiffure était une question de mode, du moins parmi les classes supérieures, qui étaient particulièrement ouvertes à l'influence étrangère [aux païens] . Néanmoins, les cheveux longs semblent avoir été la règle chez les Hébreux (cf. Ez 8:3.), les hommes et les femmes "(2) (cf. Cant 4:01; 7:5). Ainsi, nous observons que les cheveux coupés ou apprêtés étaient à la mode parmi les païens et n'étaient pas acceptables, surtout parmi le clergé chrétien des temps les plus reculés jusques à notre rupture contemporaine avec la sainte Tradition. Il est intéressant de noter que la mode des cheveux coupés ou "coiffés à la mode du temps",  la barbe rasée, firent leur chemin dans le  monde de l'église catholique romaine et de l'église protestante. Cette coutume païenne était donc devenue si importante pour le clergé romain vers le 11ème siècle, qu'elle a été classée parmi les raisons de l'anathème prononcé par le cardinal Humbert le 15 Juillet, 1054 contre le patriarche Michel à Constantinople, ce qui a précipité la chute finale de l'Église d'Occident par rapport à l'Eglise orthodoxe: "En portant la barbe et les cheveux longs, vous [orthodoxes] rejetez le lien de fraternité avec le clergé romain, car ils se rasent et se coupent les cheveux." [!] ~


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
Higoumène Luke
Orthodox Life
Vol. 46, No. 5 -
 October 1996
Holy Trinity Monastery Jordanville,
N.Y. 
USA
+
Notes:


1) Joseph Thayer D. D., A Greek-English Lexicon of the New Testament, p. 354.
2) A. C. Myers ed., The Eerdmans Bible Dictionary, p.455
3) The Rudder, trans. D. Cummings, p.403.
4) N. N. Voekov, The Church, Russia, and Rome, (en russe), p. 98.



+
Icône de saint Seraphim (Rose):
Dominique Aymonier-Lopez