"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 16 octobre 2011

La signification du Nom Yahvé (II)


Saint Peophète Moïse le Théopte

2. La signification du nom "Yahvé"

Pourquoi Dieu aurait-il donc choisi un tel nom étrange? Que pouvait-il avoir voulu souligner, quand il a dit à Moïse: "Dis donc 'Celui Qui Est" (Yahvé) m'a envoyé vers vous "(Exode, III, 15).. Pourquoi Dieu choisit-il d'être représenté par le verbe "être" en guise de Nom éternel?

Afin de répondre à ces questions, il serait utile de jeter un œil aux conditions dans lesquelles la révélation de ce nom a été donnée à Moïse.

Selon le verset (Exode, III, 15), lorsque Moïse a reçu les instructions de Dieu pour amener Israël hors d'Égypte, il a été accablé par sa propre insignifiance, c'est pourquoi il a demandé à son Dieu: "Qui suis-je ....?"

Par cette question, Moïse exprime une réalisation de son insignifiance, ainsi que de son incapacité à entreprendre une telle tâche immense.

Moïse demande alors à Dieu - dans le verset 13 - "Quel est Son Nom". La raison de cette question était qu'en Egypte, il y avait beaucoup de dieux qui étaient adorés, et bien évidemment la plupart des gens se demandaient qui de tous les dieux serait intéressé par Israël. Ainsi, la réponse de Dieu était unique, pourtant, elle couvrait les deux questions de Moïse:

Nous avons vu au verset III: 14, que la réponse de Dieu a été: "Je suis Celui qui est" (en hébreu:   ).Par ces mots, Dieu contrebalancé Son propre "Je suis" face àMoïse, qui a déclaré qu'il n'était rien. C'était comme si Dieu disait à Moïse: " Tu peux être négligeable, mais moi, je suis quelque chose. Je suis quelque chose, dont l'être correspond à ma nature, et cela devient mon Nom. Va dire aux gens, "je suis" m'a envoyé. "

Dieu est l'accomplissement de l'existence et du pouvoir. En outre, par ces paroless, Dieu répond à la à l'autre question, qui touchait au polythéisme. Moïse demanda: "Quel est ton Nom?" Et Dieu contrebalancé le nom de "Je suis» à cette question, dans le sens je suis "le seul, vrai Dieu existant." C'est comme s'il disait: "Les gens me demandent mon Nom, parce qu'ils pensent qu'il y a d'autres dieux dans l'existence, parmi lesquels ils seront en mesure de me discerner, car je pourrais avoir un nom différent des autres. Mais: Je suis celui qui est, tandis que les autres dieux ne sont pas.

Ainsi, au lieu de donner au peuple un autre nom, dis-leur "JE SUIS" m'a envoyé. Pour tous les autres dieux, le nom "Je ne suis pas" est plus approprié. "

En effet, dans le Deutéronome (XXXII, 39), ce concept concernant le Nom est clairement apparent: "Voici que moi, je suis, et il n'y a pas d'autre dieu que moi" (en hébreu:. "Moi, je Il". Le "Suis" est inféré au-delà de tout doute.) Le lecteur peut voir la même chose dans Isaïe (XLII :9-13) et d'autres passages connexes.

Le "Yahvé" donc, qui signifie "être", suggère que ce Dieu est Celui Qui Est (Qui existe); Il est Celui Qui a une existence, qui a "l'être" à l'intérieur sa nature même, tant et si bien qu'Il l'identifie avec Son Nom même. C'est lui qui "existe", avant tout, et qui a donné existence à tout ce qui peut être caractérisé comme "non existant de son propre gré". En ce sens, "Yahvé" est aussi synonyme de l'expression familière de serment de Dieu: "Je suis vivant" (Nombres XIV: 21), (Deutéronome XXXII).

Etant le "Celui Qui est" (existe), Dieu déclare qu'Il est éternellement et sans fin. (Le "Celui Qui est" implique une tension continue, et cela signifie qu'Il est réellement, ou, comme stipulé dans le dictionnaire Dimitrakos ," le Dieu qui existe éternellement ") (Exode III, 14). "Celui Qui Est" est le terme utilisé par l'Eglise du Seigneur, en grec, afin de livrer le mot hébreu "Yahvé". On peut voir qu'il est inscrit sur les Saintes Icônes du Seigneur, dans les textes sacrés de l'Ecriture Sainte et l'hymnologie de l'Église. Par ailleurs, il existe un lien entre ce mot et le mot "essence", qui a joué un rôle important dans les Conciles Œcuméniques.

Note  'Essence' (= grecque: ουσία, dérivé de ων (m.), ούσα (f.), ον (n.): être)

De même, en latin: essere (= être), le français être: (= être), en anglais: to be (= être)

"Essence" signifie "existence".

Nous allons maintenant nous référer à certaines définitions du mot «essence» (ουσία) par les chrétiens anciens:

"L'Essence est une chose existante" (Léonce de Byzance, PG 1277D)

"L'Essence est la variation de l'insubstantiel... nous appelons le non-inexistant "essence". "Essence" implique que quelque chose existe". "C'est la réalité existante». (Grégoire de Nysse)

"L'Essence... c'est... l'être de Dieu "(Basile de Césarée)

Saint Athanase a écrit que lorsque "l'essence" est liée à Dieu, il signifie "Il est celui qui est" (Yahvé).

Selon Grégoire le Théologien: "Les noms: "Celui qui Est" et "Dieu" sont les noms qui font référence à "l'essence" (en ce qui concerne l'utilisation du terme "l'essence" pour la parole de Dieu).

Le mot essence, est également mentionné dans la théologie comme nature de Dieu. Par conséquent lorsque nous parlons de ce nom: Yahvé, ou de l'Être, ou de l'Un qui est, ou de "l'essence" ou de la "nature" de Dieu, nous nous référons à la même chose .

(Le lecteur peut trouver plus d'informations sur ce sujet, dans le livre "Jésus-Yahvé" du théologien Nikolaos Sotiropoulos).


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Aucun commentaire: