"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

jeudi 28 juillet 2011

Un événement vrai, mais incroyable pour beaucoup (X)



Ainsi, par exemple, le médecin me pose une question, j'entends et comprends ce qu'il demande, mais je ne réponds pas, je ne donne pas de réponse, parce que je pense qu'il n'y a aucune raison pour moi de lui parler. Et pourtant, il s'agite et s'inquiète de moi, mais il est préoccupé par cette moitié de moi, qui a désormais perdu toute signification pour moi, et avec laquelle je sens que je n'ai rien à faire.

Mais soudain, l'autre moitié s'est affirmée, et d'une façon très saisissante et inhabituelle!

Je me sentis soudain tiré vers le bas avec une force irrésistible. Pendant les premières minutes, cette sensation était semblable à celle d'avoir des poids lourds et massifs liés à tous les membres de mon corps, mais peu de temps après, une telle comparaison ne pouvait pas décrire justement mon état d'âme. Cette représentation d'une telle attirance semblait désormais relativement insignifiante.

Non, ici une sorte de loi de l'attraction gravitationnelle d'une puissance très formidable agissait.

Il me semblait que non seulement moi, en tant qu'ensemble, mais chaque membre, chaque cheveu, le plus mince tendon, chaque cellule de mon corps était attiré séparément quelque part avec une tel caractère d'irrésistibilité, comme un puissant aimant attire des morceaux de métal à lui-même.

Et pourtant, peu importait combien  forte cette sensation pouvait avoir été, elle ne m'empêchait pas de penser et d'être conscient de tout, j'étais également conscient de l'étrangeté de ce phénomène. Je me suis souvenu et j'étais conscient de la réalité, c'est-à-dire que j'étais au lit, que mon service était au deuxième étage, [et] qu'en dessous de moi il y avait une salle identique, mais dans le même temps, selon la force de la sensation, j'étais certain que si en dessous de moi il n'y avait pas un, mais dix chambres empilées les unes sur les autres, ce céderait soudain devant moi afin de me laisser passer. . . vers où?

Quelque part plus loin, plus profond dans la terre.

Oui, surtout dans la terre, et je voulais gésir sur le sol, je me suis exercé et j'ai commencé à m'agiter dans mon lit.

Version Française Claude Lopez-Ginisty
d'après
Orthodox Life 
Vol. 26, No. 4 
Holy Trinity Monastery
Jordanville, N.Y.
USA

Aucun commentaire: