"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mardi 31 août 2010

Saint Nicolas (Vélimirovitch): Repentance...



Pour tous les péchés des hommes, je me repens devant Toi, Seigneur miséricordieux. En effet, la semence de tous les péchés coule dans mon sang! Avec Ta miséricorde et mon effort, j'empêche de pousser cette moisson de mauvaises herbes jour et nuit, de sorte qu'aucune ivraie ne puisse pousser dans le champ du Seigneur, mais seulement du blé pur.

Je me repens pour tous ceux qui sont inquiets, qui chancellent sous le poids des soucis et ne savent pas qu'ils doivent mettre tous leurs soucis sur Toi. Pour l'homme faible, même l'inquiétude la plus mineure est insupportable, mais pour Toi une montagne de soucis, c'est comme une boule de neige jetée dans une fournaise ardente.

Je me repens pour tous les malades, car la maladie est le fruit du péché. Quand l'âme est purifiée par le repentir, la maladie disparaît avec le péché, et Toi, mon Eternelle Santé, tu fais Ta demeure dans l'âme.

Je me repens pour les incrédules, qui, par leur incrédulité amassent des tracas et des maladies à la fois sur eux-mêmes et sur leurs amis.

Je me repens pour tous ceux qui blasphèment Dieu, qui blasphèment contre Toi sans savoir qu'ils blasphèment contre le Maître, Qui les vêt et les nourrit.

Je me repens pour tous les tueurs d'hommes, qui prennent la vie d'un autre pour préserver leur propre vie. Pardonne-leur, Seigneur, Très Miséricordieux, car ils ne savent pas ce qu'ils font. Car ils ne savent pas qu'il n'y a pas deux vies dans l'univers, mais une seule, et qu'il n'y a pas deux hommes dans l'univers, mais un seul. Ah, comme ils sont morts ceux qui déchirent le coeur en deux!

Je me repens pour tous ceux qui portent de faux témoignage, car en réalité ils sont homicides et se suicident.

Pour tous mes frères qui sont des voleurs et qui accumulent des richesses inutiles, je pleure et je soupire, car ils ont enterré leur âme, et n'auront rien pour aller devant Toi.

Pour tous les arrogants et les vantards je pleure et je soupire, car devant Toi, ils sont comme des mendiants aux poches vides.

Pour tous les ivrognes et les gloutons, je pleure et je soupire, car ils sont devenus serviteurs de leurs serviteurs.

Pour tous les adultères je me repens, car ils ont trahi la confiance de l'Esprit Saint, Qui les a choisis pour former une nouvelle vie à travers eux. Au lieu de cela, ils se sont détournés du service de la vie pour détruire la vie.

Pour toutes les mauvaises langues, je me repens, car ils ont détourné le don le plus précieux, le don de la parole, en sable de pacotille.

Pour tous ceux qui détruisent le foyer et la maison de leur prochain et la paix de leur prochain, je me repens et je soupire, car ils appellent une malédiction sur eux-mêmes et sur les leurs.

Pour toutes les langues mensongères, pour tous les yeux méfiants, pour tous les cœurs enragés, pour tous les estomacs insatiables, pour tous les esprits enténébrés, pour toutes les mauvaises volontés, pour toutes les pensées inconvenantes, par toutes les émotions meurtrières... Je me repens, je pleure et je soupire.

Pour toute l'histoire de l'humanité depuis Adam jusques à moi pécheur, je me repens car toute l'histoire est dans mon sang. Car je suis en Adam et Adam est en moi.

Pour tous les mondes, grands et petits, qui ne tremblent pas devant Ta présence ineffable, je pleure et je clame:


Ô Maître Miséricordieux, aie pitié de moi et sauve-moi! "


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

sur le weblog:

Enlargement of The Heart



"Icons courtesy of
used with permission."

Hésychie (256)


Blog_ST_Seraphim[1].jpg (148×200)

Rien n'est définitif
Et par le repentir
Le Royaume apparaît à nouveau
A l'horizon de la prière

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

lundi 30 août 2010

Hiéromoine Savatie (Bastovoi): La liberté

Les gens n'ont peut-être jamais été plus préoccupés par la liberté que de nos jours. Au temps jadis, les conversations sur la liberté étaient un thème philosophique. Ainsi, les Grecs avaient besoin d'une philosophie de la liberté pour s'opposer aux dieux furieux et tyranniques. Les dieux grecs opprimaient les peuples. Quand Prométhée, le dieu humaniste, voulut apporter le feu aux hommes, Zeus l'a puni, le liant à un rocher où les vautours hachèrent son foie.

Les religions qui traitent de la liberté de l'homme sont très rares, il y en a une seule, en fait. Quand je dis "religion", je propose une précision de la terminologie. Le terme latin «religo» signifie "re-lier", le rétablissement de la relation entre Dieu et l'homme, deux personnes. Pour les orientaux de la notion d'un Dieu-Personne est vulgaire et inacceptable. Les orientaux n'ont même pas de Dieu, ils ont des enseignants qui prêchent "la libération". C'est pourquoi, l'obsession orientale de la libération est une philosophie, comme celle des Grecs ou de Nietzsche, mais ce n'est pas une religion. Les musulmans qui croient en un Dieu-personne, célébrent un jour par an, au cours du mois de Décembre, appelée "la nuit de prière» où Allah descend du septième ciel au premier ciel premier pour entendre leurs prières. Le Dieu des musulmans n'a jamais appelé un homme son ami, comme le fit Jésus.

Bien sûr, tout le monde est libre d'avoir sa propre définition de la liberté. Le surréaliste Salvador Dali estimait que "pour être libre il faut être un peu milliardaire." Pour Friedrich Nietzsche, la liberté est le pouvoir de dire "Non". D'autres disent que la liberté est d'avoir tout ce que l'on veut quand on le désire. D'autre part, un proverbe grec dit "Quand les dieux veulent punir quelqu'un, ils lui donnent tout ce qu'il demande».

La condition de la liberté que le christianisme propose ne comprend pas la méthode de méditation du yoga, ni l'argent de Salvador Dali. "Et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres" (Jean 8:32) "Qu'est-ce que la vérité?" a demandé Pilate au Christ. mais il n'a pas attendu la réponse, mais " il sortit de nouveau pour aller vers les Juifs"(Jn 18,38). Pilate, comme la plupart de ses contemporains et la plupart des gens ne comprenaient pas que la vérité n'est pas une simple notion philosophique, mais une réalité, et même plus, une personne. Pilate regarda la Vérité en face et ne comprit pas.

Du point de vue chrétien, la liberté signifie ne pas mettre d'entraves à l'amour, [c'est] le luxe d'offrir son âme pour son prochain, à tout moment. La liberté signifie être en mesure de répondre à tout moment à l'appel du Christ: "Prenez ta croix et suis-moi!" En un mot, la liberté signifie que personne ne pourra jamais vous faire chanter et que vous devez suivre la vérité, aimer et avoir de la patience.

Un homme libre ne vendrait pas sa liberté pour de l'argent, ou des femmes, ou du vin, ou pour la gloire. Un homme libre ne craint pas la mort, la sienne ou celle de ceux qu'il aime. Un homme libre, d'une manière chrétienne, est un homme posthume.

Un homme libre, comme l'Ulysse d'Homère, [...], jeté nu dans une ville inconnue, ne sera pas perdu, parce qu'il porte sa vertu comme un vêtement. Il a toute sa fortune sur lui-même, la transportant sur le dos de son cœur, comme un escargot porte sa maison. C'est cette richesse qui ne cause pas l'envie, la Croix du Christ, le fardeau que Dieu a porté sur le chemin du Golgotha, pour libérer l'homme de la servitude du péché et de la mort.

La liberté signifie n'avoir aucune raison de fuir Dieu.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
http://www.sfaturiortodoxe.ro/orthodox/orthodox_advices_hieromonk_savatie_no_breaks_on_love.htm

pryrop01.gif

"Icons courtesy of
used with permission."

Hésychie (255)

Blog_ST_Seraphim[1].jpg (148×200)

La vraie gloire
C'est d'être connu
De Dieu seulement

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

მართლმადიდებელი ქრისტიანობა საქართველოში/ Eglise de Géorgie

dimanche 29 août 2010

Hiéromoine Savatie ( Bastovoi): Plus près de la mort par un baiser...


Quand j'étais petit, je ne supportais pas le tic tac de l'horloge. Et ce n'était pas parce que j'avais des problèmes pour m'endormir ou à cause de mes nerfs, mais parce que l'horloge me rappelait l'existence du temps. Chaque tic-tac était similaire pour moi: il frappait à la porte de la mort.

Quand j'étais étendu dans mon lit, et que l'on apercevait la seule forme de la fenêtre dans l'obscurité, alors le tic tac de l'horloge était semblable au bruit des roues d'un train qui m'emportait vers la mort. Le tic-tac était si court, mais il suffisait à me plonger dans une tristesse accablante, dans une tristesse dont je ne croyais jamais pouvoir sortir. C'était horrible de savoir que je ne pouvais pas ramener le temps de ma vie, au moins avec un seul tic-tac. Je me rongeais le coeur avec le sentiment que ce son monotone et triste disparaissait pour toujours et irrévocablement dans la non-existence.

Je revivais particulièrement ce sentiment dans la soirée, quand j'allais au lit. Mais la véritable tristesse et solitude m'écrasaient dans les maisons étrangères, même chez ma grand-mère, où une grande horloge soviétique me tirait du sommeil. Alors, je pensais combien il aurait été déprimant, d'entendre ce genre d'horloge toute la journée, mais en même temps je réalisais qu'elles faisaient leur tic-tac, même quand je ne les entendais pas. Quoi que je fisse, où que j'aille, le temps passait.

Le seul sens que j'y voyais encore, était d'observer avec la plus grande attention le passage du temps, pour l'enregistrer, pour l'expliquer. C'était l'occupation la plus douloureuse de ma vie, mais elle n'a pas été vaine.

J'ai commencé à voir le passage du temps en tout: dans les feuilles qui tombaient ou tout simplement se déplaçaient, dans tous les changements, dans chaque mot ou geste qui étaient soudain avalé par le passé comme par un banc de piranhas. J'étais moi-même impuissant et immobile devant le passé qui m'avalait peu à peu.

Le passage du temps peut être mesurée en tout. Je l'ai mesuré par les vêtements dans lesquels j'ai grandi, par les gens qui sont morts ou se sont mariés. Rien ne peut arrêter l'écoulement du temps. Même les amoureux peuvent dire: nous sommes avec un geste plus proche de la mort, avec une étreinte, un baiser plus près de la mort.

Nous sommes toujours plus proches. Plusieurs fois, je me surprends à avoir la même pensée au cours de la Liturgie, quand les prêtres et les diacres se donnent le baiser de pardon et d'amour avant de recevoir l'Eucharistie, le Corps et le Sang du Christ. Alors ils s'étreignent et s'embrassant sur l'épaule, l'un dit "Le Christ est parmi nous", et l'autre répond "Il l'est et le sera".

Comme c'est merveilleux! Alors, ils sont vraiment, par un baiser, plus près de la mort, mais aussi plus proches de la vie. Alors, je prie pour que ce baiser me rapproche, en particulier, de la Vie et non de la mort.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
http://www.sfaturiortodoxe.ro/orthodox/orthodox_advices_hieromonk_savatie_with_a_kiss_closer_to_death.htm

Hésychie (254)

Blog_ST_Seraphim[1].jpg (148×200)


Sois toujours bienveillant
Avec tes frères qui luttent pour le Royaume
Et n'ajoute pas à leur fardeau
Par ton jugement inconsidéré et hâtif

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

samedi 28 août 2010

Dormition de la Mère de Dieu et toujours vierge Marie

Образ Успения Пресвятой Богородицы Псково-Печерская

Icône de la Mère de Dieu "Прибавление ума" (15/28 août)

Прибавление ума

Pèlerinage en Belgique

Saint Eleuthère évêque de Tournai




Pèlerinage à saint Eleuthère évêque de Tournai:
Programme

10 h.30 :

Accueil à la Cathédrale.

11h.00 :

Moleben et Acathiste

(Office d’intercession)

Vénération des Reliques

_

Pique –nique à la salle

« Bâtir » (place de l’Evêché)

14h.30 : Visite de la Cathédrale



Organisé conjointement par « La Fraternité Archevêque Jean

- Diaconie du monastère orthodoxe de la Mère de Dieu Consolatrice des affligés –

(Pervijze )»

et

« La Fraternité Orthodoxe - Tous les Saints de Belgique (Bruxelles)»


+


Modalités pratiques

Inscription et renseignements:

Fraternité Orthodoxe - Tous les Saints de Belgique,
66 av. Charles Thielemans, 1150 Bruxelles
Adresse mail : webm@diakonia.be
Tél : Soeur Elisabeth : 02 / 762 72 70

Jean Luc Duyk : 071 / 59 09 46
Fraternité Archevêque Jean,
Roesdammestraat, 5 B-8630 Veurne :
Adresse mail : bedevaart@orthodox.be
Tél: Hendrik Blomme : 058 / 23 23 45

- Si vous voulez éventuellement une place dans une voiture,
Contactez un des responsables.

- Si vous avez une place dans votre voiture signalez-le-nous.

Participation aux frais (Livret+ intendance) : 8,00 Euros
A verser uniquement sur le compte :
Broederschap Aartsbisschop Joan : 068 – 2163545 - 84

Texte des Pères sur l'avortement



De la Lettre à Diognète

(En parlant de ce qui distingue les chrétiens des païens):

"Ils se marient, comme tous les autres, ils engendrent des enfants, mais ils ne détruisent pas leurs enfants. ( litt. jettent leurs fœtus)


De la Didachè

"Tu ne tueras pas l'enfant par avortement".


De la Lettre de Barnabé

"Tu ne détruiras pas ce que tu as conçu avant la naissance, ni ne le tueras après la naissance".


De Saint-Clément

"Ceux qui utilisent des produits abortifs commettent un homicide".


De Tertullien

"Ce qui est dans l'utérus ne peut être détruit".


De saint Basile le Grand

"La femme qui détruit volontairement son enfant à naître est coupable d'assassinat. La différence fallacieuse entre ce qui est formé et ce qui n’est pas formé, ne fait aucune différence pour nous".


De Saint Augustin

"Parfois, leur licence sadique va aussi loin que de leur procurer un poison qui produit l'infertilité, et quand ce n'est d'aucun secours, ils trouvent un moyen ou un autre pour détruire l'enfant à naître et le purger du ventre de la mère. Car ils désirent voir périr leur enfant avant qu'il ne soit en vie ou, s’il a déjà reçu la vie, ils cherchent à le tuer dans le corps de la mère avant la naissance ".


De saint Jean Chrysostome

"Pourquoi est-ce que tu sèmes où le champ est impatient de détruire le fruit? Où il y a des médicaments de stérilité? Là où il y a assassinat avant la naissance? Tu ne laisses même pas une prostituée ne rester qu’une prostituée, mais tu fais d'elle une meurtrière ainsi. En effet, il y a quelque chose de pire qu’assassiner et je ne sais pas comment l'appeler, car elle ne tue pas ce qui est formé, mais empêche sa formation. Quoi donc? Condamnes-tu les dons de Dieu, et te bats-tu contre ses lois? Qu'est-ce que cette malédiction que tu recherches comme si c'était une bénédiction. Est-ce l'antichambre de l'abattoir? Enseignes-tu aux femmes qui te sont données pour la procréation des enfants à perpétuer la tuerie? "


XCI Canon de l'Eglise Orthodoxe

Quant aux femmes qui fournissent des médicaments aux fins de se procurer des avortements, et celles qui prennent des poisons qui tuent le foetus, elles sont soumises à la peine des meurtriers.


II Canon de l'Eglise Orthodoxe

"Une femme qui avorte délibérément est susceptible d’être jugée comme meurtrière. [...] Car ici il s'agit de considérer les jeunes enfants à naître, mais aussi la femme qui a comploté contre elle-même. Pour la plupart des cas, les femmes meurent au cours de ces opérations, mais à part cela, il convient de noter le fait que la destruction de l'embryon constitue un autre assassinat... Il nous appartient cependant, de ne pas prolonger leurs confession à la limite extrême de la mort, mais de les admettre à la fin de la période moyenne de dix ans, sans spécifier un temps déterminé, mais en ajustant le remède à la manière de pénitence".


XXI Canon de l'Eglise Orthodoxe

"En ce qui concerne les femmes qui se prostituent et tuent leurs bébés, et qui font commerce de concocter des abortifs, l'ancienne règle leur interdit la communion à vie, et elles se retrouvent sans ressources. Mais ayant trouvé une alternative plus philanthropique, nous avons fixé la peine à dix ans, en conformité avec les degrés fixes..."

"Quant aux femmes qui détruisent les embryons professionnellement, et celles (non-prostituées) qui donnent ou prennent des poisons avec en vue l'avortement des bébés et d’en disposer prématurément, nous prescrivons la règle selon laquelle, par économie, elles seront pénalisées jusques à cinq ans au plus ".

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
http://www.sfaturiortodoxe.ro/orthodox/orthodox_advices_d.htm

Christ and the Children

Hésychie (253)

Blog_ST_Seraphim[1].jpg (148×200)

Cherche la perfection
Chez tes frères et sœurs en Christ
Et remarque soigneusement
Ton insigne médiocrité devant le Christ

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

vendredi 27 août 2010

Le phénomène Harry Potter Le lien avec l'activité occulte


Icon of Christ

L'ensemble de la série Harry Potter est rempli d'allusions à l'occultisme. La gravité de ce fait est généralement ignorée par les fans de l 'écrivain J.K. Rowling. Ils prétendent qu'elle crée un monde imaginaire, comme J.R.R. Tolkien et C.S. Lewis l’ont créé dans leurs livres, et, par conséquent, ils ne peuvent pas comprendre pourquoi un tel remue-ménage devrait être fait et (prétendent) qu'il ne devrait pas être donné trop d'importance à la présence de sorcières et d’autres choses semblables. Malheureusement, le monde de l'écrivain est loin d'être imaginaire, il suit bien l'activité occulte contemporaine.

L’ensemble de l'activité magique de Harry dans les livres de Rowlig a une correspondance dans la vie réelle. Commençons par jeter un oeil au programme de l'École de Poudlard.

C'est un programme de sept ans qui ressemble beaucoup à l'enseignement offert par l'Ordo Anno Mundi (OAM), un groupe occulte de Londres, qui vénère les serpents. Tout comme l'école de Poudlard, l’OAM offre un programme de cours de sept ans. Le programme de l’OAM comprend également un cours sur "les runes anciennes". Dans le volume Le Prisonnier d’Azkaban, Harry Potter est engagé dans l'étude "des runes anciennes" (...). Le groupe OAM propose également des cours sur la divination, la voyance et la divination pour les étudiants de première année. Dans Le Prisonnier Azkaban, on raconte à Harry Potter dans la salle de classe que: "Cette année, nous allons apprendre les méthodes de base de la divination". Les membres d’OAM ont aussi un cours sur "la métamorphose en bêtes et loups-garous". À l'école de Poudlard on dit aussi à Harry Potter: "la métamorphose est l'une des pratiques de sorcellerie les plus complexes et dangereuses que nous allons apprendre" (in Harry Potter à l'Ecole des Sorciers). Et nous pourrions facilement continuer avec d'autres comparaisons similaires. Les autres activités occultes mentionnées par Rowling sont: l'astrologie, les sorts, la nécromancie, la science des plantes, la magie, les fantômes familiaux (spiritisme où sont invoqués les parents défunts), les talismans, la chiromancie et d’autres choses.

Rowling ne crée pas de nouveaux types de de sorcellerie «imaginaire», mais au contraire, elle présente les pratiques apparues dans les temps anciens qui sont encore utilisées dans l'occultisme contemporain. Elle reconnaît avoir recherché et étudié les pratiques occultes afin de rendre crédible son histoire (Abanes, pg. 23, citant Rowling dans une interview à la radio dans la diffusion "Diane Rheim Show", Wamu, lNational Public Radio, Octobre 20, 1999.)

Les admirateurs de l'écrivain pourraient penser que les paroles magiques et dépourvues de sens introduites par elle - "Alohohora! Expelliarmus! Rictusempra! finis Incantatem!" - sont comme une preuve de l’approche fantaisiste et excentrique de la sorcellerie, mais ces drôles de paroles introduites dans son histoire n’ont que quelques modifications mineures par rapport à la sorcellerie réelle qu'elle décrit.

Dans de nombreuses lettres, elle décrit les pratiques de sorcellerie sans rien changer. Elle procède de la même façon quand elle écrit: "La main de gloire" qui apparaît dans "la salle" des secrets ":" Oh, la main de la gloire! Placez-y une bougie et elle ne va donner de la lumière que pour celui qui l'a. C’est la meilleure amie des voleurs et des pickpockets! ". Ce type de terrible "main de gloire" existe vraiment dans la tradition occulte. Il s'agit de la main d'un assassin qui a été pendu. Elle a été coupée, vidée de son sang, gardée dans l'eau salée et conservée. Les bougies (faites avec la graisse d'un autre meurtrier et avec une mèche de ses cheveux) étaient mises entre les doigts avant qu’un voleur n’entre dans la maison de la victime. On dit que cette main a des pouvoirs magiques de protection et d'alerte pour le voleur.

Rowling décrit également la pratique de la divination dans le globe de cristal avec la même précision et peu d'imagination. Les professeurs de divination de Poudlard disent aux enfants: "la divination est un art extrêmement raffiné. Nous allons commencer par la relaxation de l'esprit et des yeux afin d'éclairer notre œil intérieur et la supraconscience" (Rowling, Harry Potter, Le Prisonnier d’ Azkaban ). Il s'agit d'une description exacte de la pratique de la divination. Ceci est utilisé afin d'entrer en contact avec le monde spirituel dans le but de savoir l'avenir. La pratique occulte la plus effrayante décrite est celle que l'on trouve dans le quatrième volume, quand Harry est enlevé par un sort, et mis dans un cimetière où est décrit un rituel satanique dans les détails les plus horribles. Bien que cette description ne suive pas en détail les rituels connus, les éléments classiques sont présents: le sacrifice humain, des éléments d'automutilation et d'autres éléments spécifiques au satanisme, y compris un "atomey" (poignard aiguisé à double lame, utilisé pour les sacrifices) .

Les pages peuplées de sorciers

Dans les livres de Rowling se trouvent également de nombreux personnages bien connus dans l'occultisme. Par exemple, Nicolas Flamel et sa femme Pernelle sont mentionnés. Voici quelques uns des occultistes qui ont vécu au 13ème siècle. Nicolas Flamel pratiquait l'alchimie et il est devenu célèbre comme étant le créateur de la pierre "philosophale" (le livre de J.K. Rowling a d'abord été intitulé Harry Potter et la Pierre Philosophale quand il a été publié en Angleterre, le titre a été modifié en «Harry Potter à l’Ecole des Sorciers" dans l’édition française). La pierre devait transformer toute substance en or et produire l'élixir de vie qui rendait quiconque immortel. Rowling n'a pas d'imagination quand elle introduit dans le livre les personnages de Nicolas Flamel et son épouse ainsi que la "pierre philosophale" elle-même. De la même manière sont également mentionnés Adalbert, archevêque de Cantebury du 8ème siècle, condamné à mort pour sorcellerie (naturellement, présenté sous un jour favorable par l'auteur) et Paracelse, alchimiste suisse.

Un personnage dans les livres de Mme Rowling, qui devrait être attentivement examiné par les lecteurs chrétiens est Cassandra Vlabatsky. Richard Abames ne cesse de montrer que ce personnage est nommé d'après la célèbre Hélène P. Blavatsky, dont le nom est reformulé de manière à le dissimuler (Rowling utilise un anagramme identique lorsque l'un des pseudonymes de Voldemorteste est présenté sous la forme de l'anagramme "Tom Elvis Riddle ". Ce pseudonyme est élucidé lorsque les lettres sont réarrangées sous la forme« Je suis Lord Voldemort "). H.P. Blavatsky a vécu au 19ème siècle, et elle est la fondatrice de la Société Théosophique dont le but était "de s'opposer au matérialisme scientifique, à toute forme de théologie dogmatique, en particulier celle du christianisme qui est considérée par les dirigeants de la société comme étant extrêmement dangereuse »(tiré d'une brochure de la Société Théosophique citée dans le livre The Hidden Dangers of the Rainbow -Les dangers cachés de l'Arc en Ciel- par Constance Cumbey, Shreveport, Louisiane: Huntington House, 1983, pg. 45). Blavatsky disait d’elle-même et avait été décrite par ses disciples comme étant possédée par "quelqu'un" (M.K. Neff, "Helena P. Blavatsky "Personal Memories", p. 244) et, en outre, elle a clairement indiqué que "Satan, le serpent de la Genèse, est le véritable créateur et bienfaiteur, le père du monde spirituel " (Hélène P. Blavatsky," La Doctrine Secrète - Los Angeles: La Société Théosophique, 1925. Troisième volume, P. 386).

Rowling introduit également de nombreux personnages païens et mythologiques bien connus, en utilisant leur nom pour ses personnages, comme par exemple: Minerve (déesse romaine), Argus (le géant aux cent yeux de la mythologie grecque), Circé (la sorcière de l’Odyssée) et Cliodna A Druid/déesse celtique encore vénérée par les nouveaux païens modernes) (cf Abanes, pp. 30-32.).

Rowling ne crée pas un "deuxième monde" comme celui créé par Tolkien au centre de la terre, mais plutôt "un monde parallèle", qui suit bien l'activité occulte contemporaine.

En fait, comme R. Abanes le déclare: "La pleine compréhension par Mme Rowling du mécanisme occulte est tellement évidente dans ses livres, que lors d'une interview radio, une personne déclara être un" magicien "(un novice de la magie) (Abanes utilise à dessein le mot "Magick" la magie afin de mettre en évidence la similitude entre la magie utilisée par Harry Potter et celle pratiquée par Aleister Crowley, le fondateur du satanisme), demanda avec enthousiasme à l'auteur si elle avait elle-même été membre de l'Association des Sorciers (Wicca). Quand Rowling répondit négativement, l'interlocuteur fut choqué et répliqua: "Eh bien, vous avez très bien fait vos devoirs!". Cet interlocuteur a ensuite exprimé son admiration pour la série Harry Potter, non pas seulement parce qu'elle présente tant de pratiques occultes, mais aussi pour la présentation de la magie sous un jour favorable qui a contribué à ce que sa fille s'habitue à ses pratiques de sorcier et de magicien. (Abanes, p. 24, citant Rowling au Diane Rhein Show).

L'attrait des jeunes pour la pratique de la sorcellerie

Là réside le danger. Ses livres reflètent si bien l'activité occulte qu'ils deviennent un moyen naturel d'initier les jeunes gens à la vraie magie. La Fédération païenne d’Angleterre a désigné un jeune membre (en Septembre 2001) pour répondre à l'augmentation du nombre de questions posées par les jeunes gens. Dans les médias officiels, Any Norfolk attribue l'intérêt croissant de la jeunesse pour la sorcellerie aux livres "Harry Potter à l'Ecole des Sorciers", aux autres livres de la série Potter et aux émissions TV comme par exemple: "Sabrina, la sorcière adolescente", "Buffy, et les Vampires ". Il a poursuivi en déclarant que, après chaque article sur la sorcellerie ou le paganisme, nous avons un nombre croissant de coups de téléphones, principalement de jeunes filles" ( "Les fans de Harry Potter aiment la sorcellerie ",in " This is London ", Associated Newspapers Ltd)

Pourquoi les gens trouvent-il si difficile de croire que la série des Harry Potter pourrait facilement les initier à une pratique occulte contemporaine? Il n'est pas surprenant qu’à la fois Rowling et ses fans nient toute intention d’initier des hommes, surtout des enfants, à la sorcellerie. Quoi qu'il en soit, nous devons tenir compte de sa réaction à propos de la couverture de l'édition (anglaise) de "Harry Potter à l’école des sorciers" publié par la maison Scholastic Publishing. Lors d'une interview en avril 1999, concernant les différentes éditions de ses livres, Rowling a déclaré avec enthousiasme: La couverture de l'édition Scholastic illustre le mieux la façon dont j'ai imaginé l'aspect sous lequel le livre devrait apparaître. Il ressemble à un livre de sorts ( c'est-à-dire de sorcellerie) par les couleurs et le style d'illustration ".


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
http://www.sfaturiortodoxe.ro/orthodox/orthodox_advices_d.htm