"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mercredi 31 mars 2010

Un rocker athée grec missionnaire en Afrique!



Il réussit à former son propre groupe musical, qu'il nomma Les Mouches au cours de la période des Beatles et des Rolling Stones. Des salles de la School of Business Science de l'Université de Melbourne, il se trouva à chanter à côté de Mick Jagger, réalisant ainsi son rêve, et maintenant il est en Afrique comme missionnaire. Nous parlons du grec Adamopoulos Themis, qui a choisi d'aider ceux qui en ont vraiment besoin d'aide. Il a renoncé à la gloire afin de vivre une vie plus calme. L'histoire du jeune Thémis a commencé ainsi…

Il avait dit à sa mère un jour que "la religion [était]l'opium du peuple", lui donnant un goût de néo-marxisme, elle se signa, terrifiée, et se rendit immédiatement dans son coin de prière pour prier. Thémis était à sa première année à la School of Business Science de l'Université de Melbourne, études que toutefois qu'il n'allait pas compléter, puisque les sciences politiques et la philosophie l'intéressaient plus, comme il l'avait déclaré lors de son entrevue avec le "Nouveau Monde". En parallèle à sa vie en tant qu'étudiant, il a progressivement commencé à jeter les bases d'une carrière prometteuse dans le domaine de la musique. Ainsi, influencé par la musique des Beatles et des Rolling Stones, il forma le groupe Les Mouches. Il le dit lui-même: "Je pensais que si les Beatles... pouvaient avoir un tel succès... pourquoi pas Les Mouches [jeu de mots entre Beetles= scarabées et Flies =mouches]? Le climat s'y prêtait, et nous l'avons exploité au maximum. Nous avons eu beaucoup de succès. Nous avons eu des concerts dans toutes les grandes villes de l'Australie, et tous dans des salles pleines au bord de l’asphyxie. Le point culminant a été quand nous étions invités à jouer avec les Rolling Stones au cours de leur première tournée en Australie en 1965 au Théâtre du Palais. À côté de Mick Jagger... C'était incroyable mais vrai. "

Bien sûr, sa gloire ne l'éloigna pas des problèmes sociaux de son temps. Il prit part à des manifestations de jeunes pour arrêter la guerre au Vietnam, il fut impliqué dans les droits de l'homme et la protection de l'environnement, il a soutenu le mouvement des femmes et il a étudié les différentes religions avec passion, en essayant de trouver des réponses aux questions existentielles qui le tourmentaient.

"En 1972, j'ai tout quitté - carrière universitaire, titres, les ambitions, visions - et je suis retourné à l'Orthodoxie. J'ai observé le travail de Mère Thérésa et même si mon poste universitaire m’obtenait un salaire décent, je me sentais pauvre, bien pauvre. Alors, j'ai commencé une nouvelle vie. Avec mon passé académique dans mes bagages, j'ai commencé à étudier la théologie. J'ai obtenu mon diplôme de l'École de théologie catholique "Corpus Christi" et ensuite sous la direction de l'archevêque Stylianos, j'ai étudié à l'École théologique de Holy Cross à Boston (USA). Dans le même temps, j'ai étudié l'hébreu et le grec ancien à l'Université de Harvard. Par la suite, j'ai reçu mon diplôme de doctorat en théologie à l'Université de Princeton et suis retourné en Australie où de 1988 à 1998 j'ai enseigné à l'École théologique Saint-André de Sydney, ainsi qu’à l'Université de Sydney, théologie et langue des anciens Égyptiens -copte En tant qu'universitaire, j'avais un avenir. Mais je n'étais pas satisfait. J'ai continué à observer le travail de Mère Thérésa, en sentant un vide immense en moi. Je n'étais pas avec les pauvres. Je n'eus pas besoin alors de lutter avec moi-même. En moi un désir a éclaté à vivre à côté des pauvres et de faire tout mon possible pour rendre leur vie plus humaine. Je sentais que toutes les connaissances menaient à cette voie. C’en était l'essence ".

J'ai alors demandé à Son Eminence sa bénédiction pour commencer une mission en Afrique. En 1999, j'ai commencé mon travail au Kenya sur instruction de Sa Béatitude le Patriarche d'Alexandrie et de toute l'Afrique Pierre, étant d'abord ordonné diacre, puis prêtre, puis archimandrite."

C'est là qu'il a fondé la première université orthodoxe–Orthodox University College-, l’université orthodoxe des enseignants d'Afrique. "Je crois que l'éducation est la meilleure arme pour une personne sur terre. Si vous souhaitez aider votre prochain, enseignez-lui la pêche et ne lui donnez pas le poisson déjà préparé. Au collège universitaire, nous avons préparé les jeunes à devenir maîtres d'école maternelle et élémentaire. Par la suite, nous avons introduit la branche d'études sociales ".

La prochaine étape dans l'immense tâche de missionnaire, qu'il a devant lui aujourd'hui, est de "construire une école maternelle et une école élémentaire pour les enfants des très pauvres, qui ne peuvent pas aller à l'école parce qu'ils sont pieds nus et que leurs estomacs sont vides.

"Pour les enfants, il essaie de donner plus, comme les vêtements, chaussures et repas rationnés (pas nécessairement dans cet ordre) et immédiatement après vient la prise en charge des femmes.

"La femme est la plus grande victime en Afrique. Elle est au cœur de la famille. Le mari peut avoir deux ou trois épouses et des enfants avec toutes. La femme est celle qui vendrait même son corps pour un morceau de pain, afin que ses enfants ne meurent pas de faim. C'est pourquoi nous avons ouvert une école de couture, où les femmes apprennent à coudre et à gagner leur pain honnêtement. "

Du Kenya en 2007, le nouveau patriarche Théodore, qui avait suivi de près les travaux du missionnaire et humanitaire Adamopoulos Themis, lui ordonna d'aller en Afrique de l'Ouest, au Sierra Leone, où une guerre civile de 12 ans, avait dévasté l'ensemble de toute la région et avait laissé derrière elle un horrible spectacle.

Enfants mutilés, visages et corps défigurés, personnes qui vivent dans la rue et y poussent leur dernier soupir. La mort fait partie de la vie quotidienne. Il "vit" là-bas, à côté d'eux et au milieu d’eux.
"Là-bas, nous construisons un village de 100 invalides qui mendiaient dans les rues et que la police avait chassés de partout. Nous avons commencé avec le temple dédié à Saint Moïse l'Africain dans la région de Waterloo, école technique de menuiserie et de couture, des maisons, une clinique et des écoles. À Freetown, capitale de Sierra Leone, nous avons construit la première école pour 1200 enfants qui sont éduqués par 60 professeurs. L'année prochaine, nous allons construire un collège universitaire orthodoxe pour les pauvres. Il y a les enfants qui ont les qualifications nécessaires, mais n'ont pas la capacité d'aller encore à l'école élémentaire. Nous leur devons de les aider ".

Les femmes dans les prisons de Freetown devaient attirer son attention ensuite, et ainsi il a assisté à leur réinsertion après leur libération: "Si elles n'ont pas un emploi qui les attend, il ne peut pas être exclu qu'elles finiront encore là [en prison]. Alors, j'ai veillé à ce que là-bas en prison, elles se voient offrir des cours de couture et après leur libération, je voudrais leur donner leur propre machine à coudre. "
Sa prochaine étape était de fournir des prothèses de bras et de jambes pour les enfants amputés: "Ils sont le spectacle le plus horrible, les victimes les plus tragiques de la guerre. L'an prochain, j'espère que la clinique sera prête, elle fournira des bras et des jambes artificiels à des milliers d'enfants et de jeunes afin de survivre et de leur rendre leur dignité. Aujourd'hui, ce sont des mendiants et ils sont chassés par la police."

Cette tâche immense est soutenue financièrement en Australie par deux grandes organisations humanitaires, Paradise Kids for Africa et Light of the World Australia qui ont à cet effet des comités dans toutes les villes d'Australie. En Grèce aussi, et plus particulièrement à Thessalonique, il y a un immense soutien des fraternités et sororités chrétiennes. L'une d'elles est celle de Côme l’Etolien

Puisse-t-il rester une idole pour ses fans, car le travail qu'il fait est maintenant très important.

Version Française Claude Lopez-Ginisty
d'après
http://www.impantokratoros.gr/atheist_rocker-missionary_Africa.en.aspx

+

Sierra Leone - The Wounded Lion (Video)
et l'action de Père Thémistocle

Hésychie (105)



La prière du cœur abolit
Non seulement le temps
Mais aussi la distance
Entre Dieu et nous

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

mardi 30 mars 2010

Saint Grégoire de Nysse / 5ème Homélie sur le Notre Père: Et ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du Malin.


Cliquez pour voir l'image en taille réelle

"Et ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du Malin"

Avec ces paroles, que veut ajouter le Christ à tout ce qu'il a dit? Je considère comme essentiel que nous ne pas laissions pas cette question sans examen car, sachant vers Qui nous prions, nous devons présenter nos prières avec notre âme et non avec nos lèvres [seulement]. "Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du Malin (Grec poniros, génitif Ponirou)."

Mes frères, quelle est la force de ces paroles? Il me semble que le Seigneur nomme le Malin de diverses manières, nombreuses et différentes selon ses opérations malignes [Énergies]. Ainsi, il l'appelle le «Diable» (diabolos= le faux accusateur), "Belzébuth", "Mammon", "Le prince de ce monde", "le tueur de l'homme","Le Malin", "Le père du mensonge", et d'autres noms similaires. Peut-être, alors, qu'un autre nom pour lui, c'est aussi "la tentation" (en Grec pirasmos). Et notre compréhension de celui-ci est confirmée par la composition des mots, car, en disant: "Ne nous induis pas en tentation," Il ajoute, "mais délivre-nous du Malin." Car, par les deux noms, ["la tentation" et " le Malin"], c'est lui, le même [le Diable], qui est indiqué. Donc, si un homme n'est pas entré en [n'a pas cédé à la] tentation, il est extérieur au [loin du] Malin. Et celui qui est entré en [qui a cédé à la] tentation s'est nécessairement mis entre les mains du [dans la volonté] Malin. Par conséquent, "la tentation" et "le Malin" désignent une seule et même chose.

Et qu'est-ce que cet enseignement dans la prière demande que nous fassions? De nous soustraire à des choses qui sont considérées comme importantes par ce monde. Car, comme Il le dit ailleurs à ses disciples: "Le monde entier est sous la puissance du Malin." Par conséquent, celui qui veut être loin du Malin, doit nécessairement se distancer du monde. Car la tentation n'a aucun moyen de toucher l'âme, sinon en y jetant son hameçon appâté pour les gourmands, avec des préoccupations mondaines. Nous pouvons rendre cela plus clair avec d'autres exemples de cette signification: Souvent, la mer présente des dangers en raison des tempêtes, mais pas à ceux qui habitent loin d'elle. Le feu est destructeur, mais seulement pour ce qui tombe dedans. La guerre est terrible, mais seulement pour ceux qui prennent part au combat. Celui qui hait les tribulations de la guerre, prie pour ne pas être pris au piège. Celui qui craint le feu prie pour ne pas y tomber. Celui qui tremble à la vue de la mer, prie pour n'avoir jamais besoin de voyager par mer. De la même manière, celui qui craint l'attaque du Malin, prie pour ne pas se trouver pris par lui. Mais parce que nous avons dit précédemment que le Seigneur dit que le monde est dans la puissance du Malin, et que les possibilités de tentation sont cachées dans les soucis du monde, celui qui prie pour être délivré [avec le sens de conservé, sauvegardé ou protégé] du Malin supplie également d'être tenu loin des tentations. Car personne n'avale l'hameçon à moins qu'il n'avale goulûment l'appat. Levons-nous, aussi, et disons à Dieu: "Ne nous induis pas en tentation", c'est-à-dire, dans les tribulations de la vie, "mais délivre-nous du Malin" qui détient le pouvoir de ce monde. Puissions-nous être délivrés de lui par la grâce du Christ, car c'est à lui qu'appartiennent [le règne,] la puissance et la gloire, avec le Père et le Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
http://www.orthodoxcanada.org/qa.html
Mosaïque/"Source:
used with permission."

Hésychie (104)



Mystère de la prière
Les mots prenant racines dans le Verbe
Ouvrent les portes saintes
Du Royaume des Cieux

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

lundi 29 mars 2010

Saint Théophane le Reclus: Les passions sont des idoles!


Святитель Феофан Затворник

+

"Pour quelle raison les martyrs ont-ils été tourmentés? Parce que, ayant foi dans le Seigneur et ayant été unis à Lui, ils ne voulaient pas adorer de faux dieux. Les faux dieux étaient les esprits des passions et des mauvaises actions.

Car celui qui refuse de s'abandonner aux passions fait la même chose que celui qui refuse de se prosterner et d'adorer les idoles. "

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Saint Grégoire Palamas: Homélie pour la fête des Saints Pierre et Paul


Le retour du fils prodigue

"[...] La repentance qui est vraie, et qui vient véritablement du coeur, persuade le pénitent ne plus pécher, de ne plus se mêler avec des gens corrompus, et de ne plus être ébaubi de curiosité devant des plaisirs malsains, mais de mépriser les choses présentes, de s'accrocher aux choses à venir, de lutter contre les passions, de rechercher les vertus, de se contrôler en toutes choses, de veiller en faisant des prières à Dieu, et d'éviter la cupidité.

[La repentance] le convainc d'être miséricordieux envers ceux qui le trompent, gracieuse envers ceux qui lui demandent quelque chose, prêt de tout son cœur à se pencher pour aider de quelque façon qu'il le peut, que ce soit par des mots, des actions ou de l'argent, tous ceux qui cherchent son aide, afin que par la bonté manifestée envers son semblable, il puisse gagner l'amour de Dieu en retour pour l'amour de son prochain, attirer la faveur divine vers lui-même, et atteindre la miséricorde éternelle et la bénédiction et la grâce éternelles de Dieu . "

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Icon courtesy of
used with permission)

Hésychie (103)



Lis avec ton cœur
Il sait distinguer
La vaine exaltation intellectuelle
De la pure joie spirituelle

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Optino

dimanche 28 mars 2010

Père Michael Shanbour: Les Vidéos de l'enfer

Il y a quelques années, après avoir assisté à un service du soir à l'église, ma femme et moi nous mous sommes arrêtés dans une succursale locale de Blockbuster Video pour prendre un film pour la soirée. J'étais diacre à l'époque et je portais ma soutane (la longue robe noire du clergé orthodoxe). Après avoir fait le choix d'un film, ma femme m'a demandé de payer tout en regardant autour d'elle.

J'ai attendu dans la queue de la caisse, pas très patiemment, avec plusieurs clients devant moi. D'une manière inattendue, un jeune homme, habillé tout en noir, s'est approché de moi et me regardant de haut en bas a dit: "Où t'as eu ça, mec?!" J'ai été surpris car je m'étais presque endormi en attendant mon tour au guichet. Il m'a fallu un moment pour réaliser ce qu'il demandait. Je portais aussi un long manteau noir sur ma soutane donc je n'étais pas complètement sûr de ce à quoi il avait fait référence. Je lui ai finalement répondu en souriant: "Euh... je l'ai eu dans un monastère", et je ne m'attendais pas à ce qu'il comprenne. "Où puis-je en acheter?" demanda-t-il, comme s'il n'avait pas entendu la partie de ma réponse concernant le monastère.

Ce dont je me souviens ensuite, c'est que nous avons eu une discussion sur les choses spirituelles. Je lui avais demandé pourquoi il était si intéressé par ma soutane noire et il a commencé à partager avec moi ce qui concernait sa "spiritualité". "Je suis un adorateur du Diable, dit-il, presque nonchalamment. Il a poursuivi en expliquant quelques détails supplémentaires au sujet de ses pratiques spirituelles et du groupe, auquel il était affilié. Ses cheveux noirs graisseux, le visage pâle, ses yeux fatigués et plein de résignation... Il était jeune... il avait 15, 14, peut-être 13 ans!

J'ai exprimé à la fois surprise et préoccupation pour lui, mais il est clair que son esprit était coincé là où il était, il n'y aurait pas de changement de direction et aucun espoir de mieux. Il n'était pas heureux. C'était son sentiment de vide qui, à la fois le conduisit à ce "dieu" et le faisait encore adorer à son autel. Il comprenait que sa "foi" n'était pas de celles qui conduisent au contentement. Mais c'était quelque chose, autre chose que le vide. La fraternité, l'acceptation du groupe, le lien commun à travers les rites sataniques valait la peine face à l'engourdissement infini et sans âme.

"Tu sais, si tu continues ainsi, tu seras tiré vers le bas. C'est une voie de destruction... elle te tuera!"ai-je plaidé. "Je sais, dit-il stoïquement et calmement, mais...." S'il a dit autre chose, c'est devenu inaudible pour moi, et pour lui aussi peut-être.

J'avais essayé de ne pas montrer mon horreur, mon état de choc, et ma tristesse. J'ai essayé de ne pas faire une scène entre un magasin rempli de clients. Comment pourrais-je faire quand l'attente sociale non-dite est de ne de faire de la "religion" en public, dans la sphère profane. Nous ne devons pas devenir véhéments pour ces choses. Nous sommes là pour acheter nos vidéos, nos gadgets, nos jouets, et pour rentrer chez nous tranquillement engourdis par les sitcoms de sorte que les cris de notre âme et de notre conscience soient noyés dans les flots de l'insignifiance. Ce n'est pas seulement la séparation de l'Église et l'État, c'est la séparation de la vérité et de la vie. C'est notre lente marche vers la mort spirituelle.

Je suis parti de Blockbuster avec ma femme, étourdi et pensif, incapable de ressentir l'impact total de ce qui s'était passé, et incapable de me réconcilier avec le fait que je n'aurais jamais une autre occasion d'influer sur la vie de cet adolescent. Cela avait été ma seule chance de la faire.

Combien j'aurais pu facilement en venir à un tel état de désespoir, quand j'étais adolescent. Sans la beauté et la vérité de l'Orthodoxie à partir de laquelle Jésus-Christ resplendit de luminosité ineffable et de joie, j'aurais pu être ce jeune homme. J'ai été béni. J'ai grandi en elle, même si je n'ai pas vue initialement. D'autres, cependant, l'ont aussi trouvée. Dans chaque cas, il a fallu une volonté implacable pour rechercher la Vérité.

Cet adolescent dans le magasin de vidéo n'avait jamais vu la gloire de l'Église orthodoxe, la majesté et la grâce de Sa vie. Peut-être avait-il vu le "christianisme" ordinaire et superficiel qui imprègne notre culture, celui qui prétend "Je vais bien, tu vas bien" avec des trucs religieux mélangés à ce message. Mais l'orthodoxie est un défi. Elle m'appelle à la repentance, une réorientation joyeuse mais parfois douloureuse. Elle n'est pas une sorte de ski nautique spirituel, mais plutôt une plongée sous-marine dans les profondeurs. C'est le processus par lequel le papillon sort du cocon sombre et secret du péché, dans la lumière du soleil et de la liberté.

Ma soutane noire n'est pas un symbole de ténèbres spirituelles et de désespoir. C'est ma déclaration selon laquelle je suis mort à ce monde, et vivant au Christ! Et le Christ est la Vie.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
+
"Icons courtesy of
used with permission."

Hésychie (102)



Agrippe-toi aux enseignements
Des saints Pères
Et les vagues du doute
Se briseront sur eux

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Hymne au monastère de Valaam

samedi 27 mars 2010

Samedi de Lazare



Largement ignoré par beaucoup dans la chrétienté, les orthodoxes appellent le jour avant le dimanche des Rameaux, le "Samedi de Lazare", qui est une sorte de prélude à la Pâques du week-end suivant. C'est en effet un petite Pâques avant la plus grande Pâques. Et cela, bien sûr, a été organisé par le Christ lui-même, Qui a relevé son ami Lazare d'entre les morts comme une dernière action avant d'entrer dans Jérusalem et comme début de sa lente montée vers le Golgotha, au fil des jours de la semaine sainte.

L'une des hymnes de la veillée du Samedi de Lazare dit que le Christ "l'a dérobé d'entre les morts." J'aime bien l'expression. Le week-end prochain il n'y aura pas de vol, mais un dynamitage des portes de l'enfer lui-même. Ce qu'il fait pour Lazare, il fera pour tous.

Lazare, bien sûr, est différent de ceux précédemment ressuscités des morts par le Christ (comme la fille de Jaïre). Lazare était mort depuis quatre jours et la corruption du corps s'était déjà installée "Mon Seigneur, il sent déjà!" a expliqué une de ses sœurs, quand le Christ a demandé qu'on L'amène au tombeau.

Je me suis assis dans ce tombeau en Septembre 2008. Il n'est pas particulièrement remarquable en tant que sanctuaire. Il est aujourd'hui, en possession d'un privé, de famille musulmane. On paie pour y entrer. Plusieurs de nos pèlerins ne voulaient pas payer pour y entrer. Je n'ai pas pu m'en empêcher.

Lazare est un personnage important dans la littérature russe du 19e siècle. Raskolnikov, dans Crime et Châtiment, constate le début de son repentir du crime d'assassinat, en écoutant la lecture de l'histoire de Lazare. Il est, pour beaucoup, et à juste titre, un rappel de la résurrection universelle. Ce que le Christ a fait pour Lazare, il le fera pour tous.

Pour moi, il est aussi un signe de la mise au tombeau universelle: même avant de mourir, nous avons souvent commencé à habiter nos tombes. Nous vivons notre vie avec les portes fermées (et nous puons!). Nos cœurs sont souvent des lieux de corruption et non pas l'habitation du Dieu Bon. Ou, au mieux, nous Lui demandons de nous rendre visite comme Il rendit visite à Lazare. Cette visite fit venir les larmes aux yeux du Christ. L'état de notre corruption Le fait pleurer. C'est d'une telle contradiction avec la volonté de Dieu. Nous n'avons pas été créés pour la tombe.

Je note également que, dans l'histoire de Lazare, même dans le fait qu'il soit ressuscité des morts, il se relève dans la faiblesse. Il reste lié par ses bandelettes mortuaires. Quelqu'un doit le "délier". Nous-mêmes, après avoir été plongés dans les eaux du baptême et revêtus de la justice du Christ, trop souvent, nous échangeons ces robes glorieuses pour des habits du tombeau. Le Christ nous a rendus vivants, mais nous restons liés comme des hommes morts.

Je me suis assis dans le tombeau de Lazare, car il semblait si familier. Mais il y a une voix qui nous appelle tous.

Version Française Claude Lopez-Ginisty
d'après
Father Stephen
in

Hésychie (101)




Que tes larmes
Naissent dans la componction
Avant d'être manifestes
Dans le joie du Christ

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

Notre Père en Anglais du 11ème siècle

vendredi 26 mars 2010

La sainte nouvelle martyre Lydia


Lydia est née dans la ville russe d'Oufa en 1901 et est morte pour la vérité en 1928. Avant son arrestation, elle faisait partie de l'Église des catacombes de Russie et travaillait pour l'industrie du bois avec les travailleurs les moins payés.



Lydia fut arrêtée le 9 Juillet 1928. Le service des opérations secrètes cherchait depuis longtemps une dactylo qui approvisionnait les travailleurs du Département des forêts, de brochures dactylographiées contenant des vies des saints, des prières, des sermons, et des instructions de hiérarques anciens et récents de l'Église. Il avait été remarqué que sur cette machine à écrire, la tige inférieure du "K" était cassée, et c'est ainsi Lydia fut découverte.



Le G.P.U. comprit qu'était tombé dans ses mains un indice pour découvrir toute l'Église des Catacombes. Dix jours de torture sans interruption ne brisèrent pas la martyre, elle refusa simplement de dire quoi que ce soit. Le 20 Juillet, l'interrogateur, ayant perdu toute patience, envoya Lydia au "commandement spécial" pour interrogatoire.



Ce "commandement spécial" travaillait dans une chambre d'angle dans la cave du GPU. Un garde permanent était stationné dans le couloir de la cave: en ce jour le garde était Cyrille Atayev, soldat de 23 ans. Il vit Lydia lorsqu'elle fut amenée dans la cave. Les dix jours qui précédèrent l'interrogatoire avait épuisé la force de la martyre, et elle ne pouvait plus descendre les marches. Le soldat Atayev, à l'appel de ses chefs, la tint et l'emmena jusques à la salle d'interrogatoire.



"Que le Christ te sauve!" Lydia a remercié ainsi le garde de l'Armée Rouge, sentant en lui une étincelle de pitié pour elle dans la douceur délicate de son bras. Et le Christ sauva Atayev.



Les paroles de la martyre, ses yeux pleins de douleur et de perplexité, émurent son cœur. Maintenant, il ne pouvait plus écouter avec indifférence ses hurlements et ses cris ininterrompus, comme il avait déjà entendu les mêmes cris d'autres personnes qui étaient interrogées et torturées.



Lydia fut torturée pendant longtemps. Les tortionnaires du G.P.U. étaient généralement formés de manière à ne pas laisser des traces particulièrement visibles sur le corps des gens torturés, mais à l'interrogatoire de Lydia, on n'y prêta aucune attention.



Les hurlements et les cris de Lydia continuèrent de façon ininterrompue pendant plus d'une heure et demie.



"Mais n'as-tu pas mal? Tu cries et tu pleures, cela signifie que c'est douloureux? "Demandèrent les tortionnaires inépuisables durant l'une des pauses.



"Douloureux!! Seigneur, combien c'est douloureux!" Répondit Lydia brisée, dans un gémissement.



"Alors pourquoi ne parles-tu pas? Ce sera encore plus douloureux! Dit le tortionnaire perplexe.



"Je ne peux pas parler... Je ne peux pas... Il ne le permettra pas", gémit Lydia.



"Qui ne permettra pas?"



"Dieu ne permettra pas!"



Les tortionnaires imaginèrent quelque chose de nouveau pour la martyre: l'agression sexuelle. Ils étaient quatre, un de plus était nécessaire. Ils demandèrent au garde de les aider.



Lorsque Atayev entra dans la pièce, il vit Lydia, il comprit quelle nouvelle torture elle allait subir et son propre rôle dans ce scénario, et il y eut un miracle comme celui de la conversion inattendue des tortionnaires de jadis. L'âme tout entière d'Atayev repoussa l' abomination satanique, et un saint enthousiasme s'empara de lui. Totalement inconscient de ce qu'il faisait, le garde de l'Armée rouge, avec son propre revolver, tua sur le coup les deux tortionnaires qui se tenaient devant lui. Avant même que le second coup de feu ne résonne, un des hommes du G.P.U. qui se tenait derrière Cyrille le frappa sur la tête avec la crosse de son fusil. Atayev eut encore assez de force pour se retourner et saisir son agresseur à la gorge, mais un tir du quatrième le renversa au sol.



Cyrille tomba avec la tête vers Lydia, qui était allongée attachée avec des lanières. Le Seigneur lui donna l'occasion d'entendre une fois de plus des paroles d'espoir de la martyre. Et en regardant dans les yeux de Lydia, Cyrille, le sang jaillissant de son corps, proclama dans un souffle son union au Seigneur:



"Sainte prends-moi avec toi!"



"Je te prendrai avec moi," sourit Lydia, radieuse.



Le son et le sens de cette conversation, ouvrirent pour ainsi dire la porte de l'autre monde, et la terreur obscurcit la conscience des deux hommes du GPU restés en vie. Avec des hurlements de fous, ils ont commencé à tirer sur les victimes sans défense, et ils ont tiré jusqu'à ce que leurs revolvers aient été vidés. Ceux qui étaient accourus en entendant les tirs, les emmenèrent, criant comme des fous, et ils s'enfuirent de la chambre, saisi par une terreur inconnue.



Un de ces homme du G.P.U. devint complètement fou. L'autre mourut bientôt de choc nerveux. Avant son décès, le second raconta tout à son ami, le sergent Alexis Ikonnikoff, qui s'étant tourné vers Dieu et a fait le présent récit à l'Eglise; pour sa propagation zélée de cet événement, il a souffert lui-même la mort en martyr.



Sainte Lydia, saint Cyrille et saint Alexis, priez Dieu pour nous!



Adaptation française claude Lopez-Ginisty

d'après la version publiée dans le magazine

DEATH TO THE WORLD

THE ORTHODOX YOUTH OF THE APOCALYPSE

Costa Mesa,

California, USA

Hésychie (100)



Relativise tout ce qui n'est pas
Le Royaume des Cieux
Ce n'est pas ce monde vain
Qui est éternel

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

jeudi 25 mars 2010

Saint Pierre de Damas sur le "désespoir"




Tu es tombé, relève-toi à présent
( Proverbes 24:16)


Il est toujours possible de prendre un nouveau départ au moyen de la repentance.

"Tu es tombé," est-il écrit, "relève-toi à présent " (Proverbes 24:16).

Et si tu tombes à nouveau, alors relève-toi à nouveau, sans du tout désespérer de ton salut, quoi qu'il arrive. Tant que tu ne te rends pas volontairement à l'ennemi, ton endurance, combinée avec le reproche adressé à toi-même, suffira pour ton salut.

"Car nous-mêmes pour un temps, nous nous sommes égarés dans la folie et la désobéissance", dit saint Paul. "Pourtant, Il nous a sauvés, non pas à cause de toute les bonnes choses que nous avions faites, mais par Sa miséricorde" (Tite 3:5).

L'ascèse est la mère de la vertu

Donc, ne désespère pas de quelque façon que ce soit en ignorant l'aide de Dieu, car Il peut faire ce qu'Il veut. Au contraire, place ton espoir en Lui et Il fera l'une de ces choses: Il amènera ton rétablissement, soit par des épreuves ou des tentations, ou de quelque autre manière que Lui seul connaît, ou bien il acceptera ta patience et ton humilité à la place des œuvres; ou à cause de ton espérance, Il agira avec amour envers toi d'une autre manière que tu ne connais pas, et ainsi Il sauvera ton âme enchaînée. Seulement prends garde à ne pas abandonner ton médecin, car sinon tu vas souffrir d'une façon insensée la double mort parce que tu ne connais pas les voies cachées de Dieu.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après


Paroles du staretz Joseph de Vatopaidi ( Mont Athos)


Staretz Joseph

+

"Ne laissez pas Satan entrer dans ta maison, jetez-le dehors. Satan aime beaucoup dissoudre les mariages et les familles. Et quand cela se produit, vous n'êtes pas responsables, parce que Satan vous fait croire que vous êtes responsables et vous êtes tourmentés injustement "

Staretz Joseph de Vatopaidi 2 Juillet 2009.

Hésychie (99)



C'est le Maître qui frappe
À la porte du cœur
Lorsque tu poses ta prière
Sur ses battements

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

mercredi 24 mars 2010

Saint Séraphim de Vyritsa: Poème/ Prière


Gloire au grand Dieu et Seigneur!
Chante de joie ô mon esprit,
Mon cœur se languit de Ta sainte Église
Où est le doux Seigneur Jésus!
Tu es ma vie, mon seul espoir,
tu me revivifies dans mes afflictions et mes maladies.
Sois toujours pour moi la joie, la couverture et l'espoir,
Je mets entre Tes mains toute ma vie.
Ô mon Très Beau Sauveur,
Donne-moi Ta grâce!
Tu es le gardien merveilleux de ma vie,
Mon père bon et ma tendre mère.
J'admire Ta gloire céleste,
Loin est la vanité de ce monde terrestre!
Mon esprit et mon coeur n'aspirent qu'à une seule chose:
Au Royaume des Cieux et à sa beauté ...
La-haut dans les cieux les choeurs des saints
Les myriades d'anges
Chantent d'une seule voix cette belle hymne:
"Saint, Saint, Saint le Seigneur Sabbaoth!"
Tu es la joie de mon cœur
Créateur, Dieu et mon Père.
Mon âme chargée de péchés aspire au ciel
Où cesseront les afflictions et les maladies.
Gloire au grand Dieu et Seigneur!
Chante de joie, ô mon esprit ,
Mon cœur se languit de Ta sainte Église
Où est le doux Seigneur Jésus!

Version française Claude Lopez-Ginisty

Hésychie (98)



Ce n'est pas s'abandonner
A la Divine Providence
Que de ne rien faire
Pour garder la paix
Illusoire du monde

上帝的朋友 ( L'ami de Dieu)

mardi 23 mars 2010

Père Stephen:L'habitude de la prière?


[vm1449.jpg]

Bien que créé à l'image de Dieu, l'homme est tombé par la chute. L'image n'est pas démolie, mais nous n'avons pas rempli la ressemblance et nous déformons souvent l'image d'une manière telle, qu'elle est méconnaissable Une partie de la vraie vie humaine décrite dans la Genèse, consiste dans ces "promenades au Jardin" avec Dieu. L'homme et Dieu conversent: ils sont en communion l'un avec l'autre. Nous voyons la restauration de ceci dans la vie du Christ dont la vie constante de prière est souvent mentionnée dans l'Ecriture.

L'homme fait un retour au Jardin [d'Eden] quand il se tourne vers Dieu dans la prière. L'essence de toute prière est communion avec Dieu. La prière, même la prière d'intercession, est toujours communion avec Dieu. Nous ne prions pas pour changer l'esprit de Dieu. Nous ne prions pour obtenir des choses. Nous ne prions pas pour faire arriver les choses. Nous prions afin d'être en communion avec Dieu, Qui seul fait ce qu'Il veut, donne ce qu'Il veut, et gouverne l'univers sans l'avis des hommes inquiets.

Alors que nous prions, et plus nous prions véritablement, plus nous nous unissons à Dieu, et à Ses actions. Sa volonté et Ses dons deviennent des choses pour lesquelles nous pouvons rendre grâce.

J'ai souvent lu des textes sur "l'habitude de la prière." Le seul problème avec cette description est qu'elle peut être considérée comme une activité que nous devons faire souvent, quand la prière est, en fait, un état d'être dans lequel nous devrions demeurer constamment. Nous ne sommes jamais vraiment nous-mêmes quand nous ne sommes pas dans la prière.

Comme communion avec Dieu, la prière est elle-même donatrice de vie. Comment pourrions-nous vouloir qu'une activité qui donne la vie ne soit pas constante? Si nous sommes engagés dans des activités qui ne nous donnent pas la vie, alors nous avons communion avec la mort. Il n'y a pas de terrain neutre dans ce domaine.

Cela ne signifie pas que nous puissions pas vaquer à nos occupations quotidiennes et à nos responsabilités. Mais apprendre à les accomplir dans un état de communion avec Dieu, c'est apprendre ce que c'est que de vivre nos vies comme de véritables êtres humains. Nous n'avons pas été créés pour la mort, mais pour la vie et la communion avec Dieu.

Il existe de nombreuses façons, de maintenir une telle communion: l'utilisation de la Prière de Jésus, l'utilisation d'actions de grâces fréquentes ou constantes, l'utilisation de petits versets de l'Écriture offerts à Dieu dans toutes nos activités. Il n'y a rien que nous ne faisions, à l'exception du péché, qui ne puisse être mieux fait dans la communion avec Dieu. S'il est une activité pour laquelle nous ne pouvons pas demander la bénédiction de Dieu, alors c'est une activité que nous devons éviter. Comme le dit saint Paul: "Tout ce qui est pas de la foi, est péché."

Le plus important pour moi alors je réfléchis sur ce sujet est la vraie nature de la prière et de la communion avec Dieu. La prière ne sera pas une habitude aussi longtemps qu'elle semblera être une activité laborieuse que nous exécutons parce que nous "le devons." Telle est la pensée de l'esclave et non pas celle du fils. Jusqu'à ce que nous apprenions à connaître Dieu comme notre Père, nous ne serons pas capables de prier de telle manière que la prière puisse devenir notre vraie vie. Il s'agit d'un don de la grâce, d'une bonté de Dieu. Si vous priez comme un esclave, alors demandez le don de prier comme un fils. Dieu est un Dieu bon et Il tient à nous libérer de l'esclavage et à nous adopter comme Ses enfants.

Bien que les Pères du désert aient dit: "La prière est une lutte jusques au dernier souffle de l'homme," il est vrai aussi que la prière devrait plus être une source de vie pour nous. Ainsi, même si nous luttons, nous sommes comme un homme qui a de la difficulté là respirer, il continue à lutter pour respirer. Il ne cesse pas de respirer, parce que c'est trop difficile. Il respirera jusqu'à ce qu'il ne puisse plus respirer. Nous devons prier jusqu'à ce que nous puissions plus prier.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
The Habit of Prayer
in