"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

lundi 4 octobre 2010

Père Stephen: L'Arbre guérit l'Arbre



Les lecteurs du Nouveau Testament sont familiarisés avec la description de du Christ par Saint Paul comme Second Adam. C'est un exemple de l'utilisation apostolique fréquente d'une lecture allégorique de l'Ancien Testament (J'utilise "allégorie" dans son sens le plus large - typologie et y compris, d'autres formes). Le Christ Lui-même avait déclaré qu'Il était le sens de l'Ancien Testament (Jean 5:39). Dans les Évangiles, le Christ identifie Sa propre mort et résurrection avec le voyage du prophète Jonas dans le ventre du poisson. Il compare Sa crucifixion au serpent élevé sur un bâton par lequel Moïse guérit le peuple d'Israël. Sans l'utilisation allégorique de l'Ancien Testament - une grande partie du contenu des Évangiles et du reste du Nouveau Testament serait inintelligible.
Les chrétiens orthodoxes sont très habitués à cette manière d'utiliser l'Ecriture - l'hymnographie (en grande partie écrite pendant la période patristique) de la vie liturgique de l'Église est tout à fait dominée par une telle utilisation de l'allégorie.Les connexions entre le Nouveau et l'Ancien Testament - entre le dogme et l'allégorie de l'imagerie biblique se trouvent dans presque chaque verset offert au sein d'un office. Ceux qui ne sont pas familiarisés avec la vie liturgique orientale ne sont pas conscients de ce riche héritage chrétien, de sa piété profonde et de sa signification doctrinale.
A la fête de la Sainte-Croix, l'hymnographie, à un moment fait cette déclaration, "L'Arbre guérit l'Arbre." C'est l'un des commentaires merveilleux sur la vie de la grâce et de sa relation avec la condition humaine. Elle se réfère à la relation entre la Croix du Christ et de l'Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal. Ce dernier a été la source du fruit qu'Adam et Eve ont consommé et qui fut à l'origine de leur chute de la grâce. L'Arbre qui guérit" n'est autre que la Croix du Christ.
Je suis particulièrement frappé par ce traitement de l'imagerie biblique. La méditation ne dit pas que la Croix détruit l'arbre dont le fruit, ainsi que notre désobéissance, introduisit la tragédie humaine. L'Arbre guérit l'Arbre. De la même manière, le Royaume de Dieu ne détruit pas la création - il la rend complète.
Il y a une tendance au sein de nos vies à voir l'échec et les catastrophes (qu'elles soient auto-infligées ou non) comme des tragédies profondes qui font dérailler nos vies et le monde qui nous entoure. Notre cœur devient confus lorsque l'idée du "si seulement" s'installe. Mais l'Arbre guérit l'Arbre. En Dieu, rien n'est perdu.C'est dans l'habitude spirituelle de la vie liturgique de l'Eglise de voir l'histoire du Christ en toute chose.Toutes les histoires mettant en scène le bois ou un arbre semblent trouver leur chemin dans l'hymnographie de la Croix.
La même chose est vraie pour beaucoup d'autres images. Je crois que cette façon de lire l'Écriture est aussi une des clés de la vie chrétienne. Nos cœurs sont tels qu'ils ne voient généralement pas le Royaume de Dieu - nous ne voyons que l'Arbre, et notre désobéissance. Mais le Christ Lui-même est devenu péché pour que nous devenions justice de Dieu (2 Cor. 5:21). Il a pris notre vie sur Lui-même afin de pouvoir nous donner Sa propre vie. Ainsi, le Christ est entré en toutes choses afin de pouvoir faire toutes choses nouvelles. Rien n'est perdu.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Aucun commentaire: