"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

vendredi 29 octobre 2010

Père Seraphim (Rose): L'attitude envers les hétérodoxes

Blessed Seraphim Rose


Quelques années avant sa mort, le Père Seraphim reçut une lettre d'une femme afro-américaine qui, comme catéchumène faisant l'apprentissage de l'orthodoxie, avait du mal à comprendre l'attitude peu charitable que certains chrétiens orthodoxes montraient à ceux qui étaient hors de l'Eglise, attitude qui lui rappelait la façon dont les siens avaient été traités. "Je suis profondément troublée", écrivait cette femme  "de la façon dont l'orthodoxie voit ce que le monde pourrait appeler les chrétiens d'Occident, c'est-à-dire, les protestants et les catholiques romains. J'ai lu de nombreux articles de nombreux auteurs orthodoxes, et quelques uns utilisent des mots comme "papistes", etc, ce que je trouve très inquiétant et très injurieux. Je les trouve choquants, parce qu'une personne d'une race qui a été soumise à beaucoup d'injures, je méprise et ne veux pas prendre l'habitude d'injurier moi-même. Même "hérétique" me dérange...

"Où en suis-je avec mes amis et mes parents? Ils ne connaissent pas l'orthodoxie ou ils ne la comprennent pas. Pourtant, ils croient et adorent le Christ... Dois-je traiter mes amis et mes parents comme s'ils n'avaient pas de Dieu, pas de Christ?... Ou puis-je les appeler chrétiens, ou seulement ceux qui ne connaissent pas la véritable Eglise?

"Quand je pose cette question, je ne peux pas m'empêcher de penser à Saint Innocent d'Alaska quand il a visité les monastères franciscains en Californie. Il est resté tout à fait orthodoxe, pourtant il traitait les prêtres, qu'il a rencontré là-bas avec gentillesse et charité et non pas avec des insultes. Cela,  c'est je l'espère, ce que l'orthodoxie dit sur la façon dont on doit traiter les autres chrétiens. "

Le dilemme de cette femme était en fait assez commun aux gens qui viennent à la foi orthodoxe. Maintenant arrivé à la fin de sa courte vie et ayant rejeté son amertume de jeunesse, le père Seraphim répondit comme suit:

J'ai été heureux de recevoir votre lettre-heureux non pas parce que vous êtes confuse au sujet de la question qui vous préoccupe, mais parce que votre attitude révèle que dans la vérité de l'orthodoxie à laquelle vous êtes attirée, vous souhaitez trouver de la place aussi pour une attitude aimante et de compassion envers ceux qui sont en dehors de la foi orthodoxe.

Je crois fermement que c'est effectivement ce que l'orthodoxie enseigne...

Je vais exposer brièvement ce que je crois être l'attitude orthodoxe envers les chrétiens non-orthodoxes.

1. L'orthodoxie est l'Eglise fondée par le Christ pour le salut de l'humanité, et donc nous devons nous garder avec notre vie la pureté de son enseignement et de notre fidélité à elle. Dans l'Église orthodoxe seule est donnée la grâce par les sacrements (la plupart des autres églises ne prétendent même pas avoir des sacrements dans l'acception sérieuse de ce terme). L'Eglise orthodoxe est le seul Corps du Christ, et si le salut est déjà assez difficile au sein de l'Eglise orthodoxe, combien plus difficile doit-il être hors de l'Eglise!

2. Toutefois, ce n'est pas à nous de définir l'état de ceux qui sont hors de l'Eglise orthodoxe. Si Dieu veut accorder le salut à quelques-uns qui sont chrétiens de la meilleure façon qu'ils connaissent, mais sans jamais connaître l'Église orthodoxe, c'est Lui que cela concerne, pas nous. Mais quand Il fait cela, c'est en dehors de la voie normale qu'Il a établie pour le salut, qui est dans l'Église, en tant que partie du Corps du Christ. Je me puis pas, en ce qui me concerne, accepter l'expérience des protestants d'être "né de nouveau" dans le Christ, j'ai rencontré des gens qui ont entièrement changé leur vie grâce à la rencontre du Christ, et je ne peux pas nier leur expérience tout simplement parce qu'ils ne sont pas orthodoxes. J'appelle ces gens des chrétiens "subjectifs" ou "débutants". Mais jusqu'à ce qu'ils soient unis à l'Église orthodoxe, ils ne peuvent pas avoir la plénitude du christianisme, ils ne peuvent pas être objectivement chrétiens comme appartenant au Corps de Christ, et recevoir la grâce des sacrements. Je pense que c'est pourquoi il y a tant de sectes parmi eux, ils commencent la vie chrétienne avec une authentique conversion au Christ, mais ils ne peuvent pas continuer la vie chrétienne dans le droit chemin jusqu'à ce qu'ils soient unis à l'Église orthodoxe, et ils ont donc substitué leur propres opinions et expériences subjectives aux enseignements et aux sacrements de l'Eglise.

A propos de ces chrétiens qui sont hors de l'Eglise orthodoxe, donc je dirais: ils n'ont pas encore la pleine vérité, peut-être qu'elle n'a tout simplement pas encore été révélée à eux, ou peut-être est-ce  notre faute de ne pas vivre et d'enseigner la foi orthodoxe d'une manière qu'ils peuvent comprendre. Avec ces gens-là nous ne pouvons être unis dans la foi, mais il n'y a aucune raison pour que nous devions les considérer comme totalement étrangers ou égaux aux païens (bien que nous ne devrions pas non plus être hostiles aux païens car ils n'ont pas encore vu la vérité! ). Il est vrai que la plupart des hymnes non-orthodoxe contiennent un enseignement ou du moins un accent mis sur ce qui est faux -en particulier l'idée que quand on est "sauvé", on n'a pas besoin de faire quelque chose de plus parce que le Christ a tout fait. Cette idée empêche les gens de voir la vérité de l'Orthodoxie, qui met l'accent sur l'idée de lutter pour son salut, même après que Jésus-Christ nous l'ait donnés, comme le dit saint Paul: Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement [Phil. 2:12]. Mais presque tous les chants religieux de Noël sont tous justes, et ils sont chantés par des chrétiens orthodoxes en Amérique (certains d'entre eux, même dans les monastères les plus stricts!).

Le mot "hérétique" est en effet trop souvent utilisé de nos jours. Il a un sens et une fonction précis pour distinguer de nouveaux enseignements de la doctrine orthodoxe, mais peu de chrétiens non-orthodoxes  aujourd'hui sont consciemment "hérétiques", et cela n'apporte vraiment rien de bon de les appeler ainsi.

En fin de compte, je crois, que l'attitude de père Dimitri Doudko est la bonne: Nous devrions considérer les non-orthodoxes comme des personnes à qui l'Orthodoxie n'a pas encore été révélée, comme des gens qui sont potentiellement orthodoxes (si seulement nous nous leur donnions un meilleur exemple!). Il n'y a aucune raison pour que nous ne puissions pas les appeler chrétiens et être en bons termes avec eux, reconnaître que nous avons au moins notre foi dans le Christ en commun, et vivre dans la paix, notamment avec nos propres familles. L'attitude de saint Innocent à l'égard des catholiques romains en Californie est un bon exemple pour nous. Une attitude dure, polémique est de mise seulement lorsque les non-orthodoxes cherchent à nous priver de nos troupeaux ou à modifier notre enseignement...

Quant aux préjugés, ceux-ci appartiennent à des personnes, pas à l'Eglise. L'Orthodoxie ne vous oblige pas à accepter tous les préjugés ou les opinions sur les autres races, nations, etc.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
Hieromonk Damascene
Father Seraphim Rose/ His Life and Works
St Herman of Alaska Brotherhood
Etna, California
USA/2003

Righteous Seraphim (Rose) of Platina - 20th c.
Acathiste au saint Père Seraphim (Rose)

Aucun commentaire: