"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

samedi 16 octobre 2010

Nouveaux Martyrs: Vie de sainte Sarah/Fatima Al-Mutairi


"Ils viendront de l'orient et de l'occident et ils siègeront avec Abraham, Isaac et Jacob dans le royaume de Dieu"
Fatima est née en 1982 dans la région du Kassim en Arabie Saoudite, dans la ville de Barida. Elle a grandi dans une famille de cinq personnes, avec ses deux parents et ses deux grands frères. La famille était musulmane pratiquante sans toutefois prendre le côté fanatique.
Dès sa tendre enfance elle avait des aptitudes à apprendre par cœur tout ce qu'elle entendait à l'école, ce qui a poussé sa mère à l'inscrire à l'école coranique, pensant qu'elle lui ferait du bien en la poussant à apprendre le Coran par cœur et à s'engager dans la voix de l'islam fondamentaliste. Sauf que la jeune fille a véritablement pris le chemin extrême de la religion, elle faisait toutes les prières commandées par les autorités religieuses et jeûnait même tous les lundis et les jeudis de l'année en plus du mois de ramadan; elle s'habillait tout en noir avec le Hijab et le Niquab. Désormais elle s'abstenait de tout ce qui aurait tendance à la pousser vers une vie d'adolescence relâchée selon elle. Ainsi elle interdit la radio et la télévision à la maison en empêchant la famille d'écouter des chansons et de la musique. Elle rompit les relations avec les adolescentes de son âge qui oseraient montrer leur visage en public, ou apprenaient des chansons mondaines, ou discutaient de sujets éloignés de la rigueur coranique, ce qui la poussa à s'isoler complètement de toute relation avec les jeunes filles de son âge. Ajoutons à cela que sa mère regretta formellement de l'avoir envoyée dans cette école. Elle la retira et l'envoya désormais dans les écoles publiques de la région.
Cet isolement produisit chez elle une sorte de dépression avec des maux de tête, et le médecin diagnostiqua une cause psychologique de ces douleurs. Alors notre amie, ne pouvant plus continuer dans cet état, fit un revirement radical; Elle enleva les vêtements noirs et vécut comme toutes les filles de son âge, regardant à nouveau la télévision, écoutant de la musique, et même apprenant par cœur des chansons, tout en continuant à faire les prières quotidiennes et en écoutant les cheiks musulmans prêcher à la télé et à la radio leurs discours fondamentalistes. Elle disait qu'en accomplissant ses devoirs religieux, son cœur restait loin de Dieu. Par la suite, une transformation eut lieu dans son âme, elle ne pouvait plus supporter les chefs religieux fondamentalistes et fanatiques, qui passaient leur temps à prononcer des menaces et des malédictions sur tout et pour toutes choses. Elle prit en haine ces discours et chercha tout le temps à démontrer que l'islam véritable n'est pas celui que prêchent ces cheiks, il est plutôt celui de la tolérance et de la paix. Elle disait que ce genre de discours est responsable de l'éloignement des gens de la religion.
Lire la suite ICI

Aucun commentaire: