"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

lundi 2 août 2010

Rencontre extraordinaire avec le staretz Païssios sept ans après sa mort!


Introduction

Quelques commentaires formulés par Misha: Cette lettre a été reçue en 2006. Elle a été cachée pour des raisons personnelles par son destinataire. Aujourd'hui le temps est venu de le publier après avoir obtenu l'autorisation de son auteur. Un ami, G., a rencontré le père Paisios, dont il ne connaissait pas l'existence, en 2001 (sept ans après le natalice du staretz), lorsque G. est allé en pèlerinage à la Sainte Montagne de l'Athos. La lettre ci-dessous décrit les belles circonstances de la réunion, la conversation et sa relation avec le staretz Païssios.

Je voudrais tout d'abord remercier le Seigneur, pour des gens comme le staretz Païssios, et surtout pour le cher G., qui si ouvertement m'a confié les détails de sa rencontre avec le staretz Païsios. Je prie pour que Notre Dame et le staretz le protègent lui et sa famille, maintenant qu'il est en terre étrangère.

Mon ami Misha, Bonjour!

Enfin, près de cinq ans plus tard, l'histoire de ma rencontre avec le staretz Païssios arrive à une conclusion positive, et donc je peux enfin tirer un trait et trouver enfin la paix. Il est important que je partage cette expérience avec quelqu'un. D'autant plus que ce quelqu'un, c'est toi, qui a déjà rencontré le père Païssios. Même ici, je peux discerner son intervention. Je ne veux de toi seulement que tu écoutes toute l'histoire comme une sorte de confession. Je suis certain que tu montreras la compréhension nécessaire comme personne d'autre ne le ferait. C'est assez pour moi. Je vais aussi inclure quelques photos avec mon histoire, car une image vaut mille mots.

25 Novembre 2001, le chemin vers le monastère de Karakallou: quelques heures avant que je ne rencontre Père Païssios.

J'ai rencontré le staretz à un point similaire sur le chemin, et il était vêtu exactement de la même manière. La seule différence avec l'image, c'est que pendant le jour de la rencontre, la journée était froide et sombre et il y avait de la neige de chaque côté de la route. C'était également particulièrement boueux car on venait seulement de débarrasser la neige. À ce stade, la route était en forme de V. Je m'apprêtais à suivre le chemin à gauche vers la plage, puisque je croyais à tort que le monastère était proche de la plage.

Le staretz parut tout à coup et après m'avoir dit "Tu ne vas pas dans la bonne direction, suis-moi", il a commencé à prendre du côté droit de la route. Alors que je suivais à quelques pas derrière, je me demandais pourquoi diantre il n'était pas frigorifié car il était si peu vêtu. Et aussi: "Pourquoi ses chaussures n'étaient-elles pas aussi boueuse que les miennes?"

J'ai été impressionné par la rapidité, avec laquelle il marchait. J'avais commencé à perdre mon souffle et je me suis senti soulagé quand il finit par me dire: "Suis ce chemin, le Christ et la Vierge te protège. Je vais retourner à mon ermitage. Auparavant, il avait également remarqué qu' "ils utilisent des bulldozers et détruisent les chemins de la Sainte Montagne" et il m'a demandé: «Est-ce qu'il neige à I...?"

Tout a duré plus ou moins dix minutes. Lorsque chacun de nous est parti de son côté, je sentais que quelque chose de complètement étrange s'était passé, mais je ne pouvais pas comprendre ce que c'était. J'ai quitté la Sainte Montagne de l'Athos, le 15 Décembre. Tandis que le ferry était remorqué pour l'éloigner du quai de Daphni, je me sentais complètement et profondément peiné de partir. Cinq ans plus tard, je sais maintenant qu'une énorme partie de moi est toujours là.

J'ai fêté Noël et le Nouvel An 2002 avec ma famille. Ensuite, j'ai pris mon sac, et je suis parti encore une fois. La douleur d'être loin de la Grèce fut très forte à nouveau. Les années passent et la possibilité de ne jamais revoir la Grèce à nouveau devenait de plus en plus réelle.

La douleur n'était pas aussi dure aujourd'hui, mais le souvenir de ma rencontre avec le starez Païssios se renforçait. Cela a conduit à mon frère à me dire au téléphone une fois: "S'il te plaît, ne recommence pas avec ce moine!"

(Plus de détails personnels suivent, concernant 2003-2004)

Pendant les Jeux Olympiques, j'ai eu l'envie incroyable de bâtir une petite chapelle chez nous. Mon désir était très fort, même si je n'avais jamais été ouvertement religieux. Ma relation avec l'Église officielle était formelle. Je voulais seulement montrer du respect pour ma religion et l'Eglise et rien de plus. Au cours de l'automne 2004, j'ai commencé à dessiner le plan et j'ai rassemblé tous les matériaux. En 2005, j'ai construit la chapelle à l'intérieur de la chambre que j'ai l'habitude d'utiliser pour mon hobby, la salle d'informatique.

Tout allait bien et je m'amusais. C'était étrange, mais parfois la salle était remplie d'un parfum merveilleux, et je ne savais pas d'où il venait. Ma femme ne pouvait pas sentir quoi que ce soit. Je l'ai construit pièce par pièce, en utilisant du ciment de bonne qualité et j'espère que cela restera pendant de nombreuses années à venir. J'ai terminé début mai 2005 et j'ai pris toutes les pièces au jardin, afin de les mettre ensemble. A partir d'août 2005 tout était prêt. Ils m'ont envoyé une petite cloche de Grèce, de l'eau bénite de l'Eglise à Spata et un peu d'huile de la lampade de saint Éphrem [le Nouvel Apparu].

Le 15 août, nous avons inauguré l'Eglise et l'avons consacrée à Notre-Dame. Nous l'avons appelée "La Dame Omniprésente" Les icônes ont été envoyés comme cadeaux par ma famille de Grèce. Puis tout d'un coup des choses bizarres ont commencé à se produire.

Pendant le jour suivant, je travaillais sur mon ordinateur. Je travaille souvent sur de nombreuses pages simultanément. Lorsque j'ai terminé et que j'ai fermé les pages, la photo du staretz est apparue, je la cherchais depuis, depuis si longtemps. Je ne savais pas encore son nom. J'étais tellement choqué que j'ai immédiatement pris le téléphone pour parler à ma sœur: "J'ai trouvé le moine. Il me montrait ses chaussures, comme s'il me demandait: "Te souviens-tu de moi? "Je lui ai aussi dit que je lui enverrais une photo pour montrer à notre prêtre de paroisse, au cas où il savait qui il était. Ma sœur, qui est plus terre à terre, me dit qu'il semblait qu'il allait se montrer à nouveau ou donner des indices sur son identité.

Quelques jours plus tard, j'ai écouté par hasard le programme de Manos Tsimilides 'Agrypnos sur ΝΕΤ. Je l'ai entendu dire à un de ses auditeurs qui était à la recherche des saints du jour, de chercher dans www.eortologio.gr. J'ai regardé curieusement la page, page merveilleuse et très utile pour des gens comme moi. J'ai ensuite écrit quelque chose d'entièrement banal dans le livre d'or. Dix jours plus tard j'ai reçu un e-mail de www.kivotos.1821.gr dans lequel ils me donnaient des renseignements sur leur site web. Je leur ai répondu en leur demandant "où ils avaient trouvé mon adresse" et ils ont répondu: "Dans l'eortologion".

J'aime beaucoup le site "Aide Kivotos". Ce sont des gens merveilleux. J'aime particulièrement les réponses qu'ils donnent aux questions de leurs membres. Nous avons échangé quelques e-mails très intéressants. Dans l'un d'eux, j'ai parlé de la période difficile que la famille grecque moderne traverse. Ils en ont convenu avec moi et m'ont dit: "Surtout maintenant que le staretz Païssios n'est plus avec nous, pour aider..." J'ai demandé qui était exactement le staretz Païssios et ils ont dit qu'il était l'un des meilleurs et des plus aimés moines du Mont Athos de ces dernières années. Ils m'ont envoyé deux photos. J'ai pensé que c'était le bon moment pour leur poser des questions sur le staretz et je leur ai envoyé ses photos. Je suis sûr qu'ils pensaient que je me moquais d'eux. Ils m'ont tout simplement envoyé son adresse: http://www.athos.edo.gr/. J'ai visité la page mais je ne savais pas encore son nom, afin de poser des questions sur lui. J'ai surfé pendant des heures sur internet avant de finalement me renre compte que mon staretz, était en effet Païssios. Je croyais qu'il était mort après notre rencontre sur la Sainte Montagne le 25 Novembre 2001. J'ai demandé quelques détails de plus en un bref résumé de sa vie au Forum d' "Edo Athos".

Angelos G. a répondu par un bref exposé de sa vie et a recommandé le livre que le hiéromoine Isaac avait écrit. Quand j'ai lu la référence à la date où le staretz est décédé, c'était comme si j'avais été frappé par la foudre. Même ma femme l'a réalisé et elle me demanda ce qui s'était passé.

J'ai demandé que le livre soit envoyé de Grèce. C'est l'un des plus difficiles que j'ai jamais lu. Il m'a beaucoup affecté. Il est difficile pour moi de saisir toutes ces épreuves volontaires qu'il s'était imposées. La force de sa volonté était quelque chose d'incroyable.

C'est en peu de mots mon récit de la rencontre avec le staretz Païssios. Je ne doute pas qu'il m'ait sauvé la vie à cette époque dans la Sainte Montagne. Il fait maintenant la même chose en menant ma vie lentement vers le salut. Ce fut difficile pour moi d'écrire cette lettre à un inconnu. C'est une chose que je n'ai jamais faite auparavant. Je voudrais juste montrer que je ne suis pas fanatique, ou plutôt que je ne me suis pas emballé. Je suis une personne normale avec mes faiblesses...( quelques détails personnels sont donnés ici) Seigneur, aie pitié de moi!

C'est étrange, mais quelque chose en moi me dit de te faire confiance. C'est quelque chose que je ne peux pas expliquer. Mais au cours des dernières années, tant de choses se sont passées que je ne peux pas expliquer de toute façon. Je m'en remets à toi d'examiner s'il convient de publier cette histoire. Je pense que je le lui dois, que les gens devraient apprendre cette histoire. Tu peux utiliser ma lettre et les photos telles quelles, ou tu peux les utiliser comme bon te semble. J'espère que je ne t'ai pas importuné avec mes divagations. Je te souhaite tout le meilleur. Bonne fin de semaine.

Cordialement,

G.

Autres commentaires faits par Misha:

Tous les détails personnels fournis par mon ami G. sont accessibles à tout le monde. La lettre dans sa totalité ( ainsi que les parties que j'ai enlevées aujourd'hui) sera donnée afin d'être évaluée et présentée pour le bienfait de ceux qui respectent le staretz. Je demande à tous ces amis qui souhaitent la reproduire, de préserver intact son contenu et d'indiquer sa source afin d'éviter ces phénomènes de dysfonctionnement qui apparaissent souvent dans les récents personnels.

N.B.:L'histoire a été prise sur http://misha.pblogs.gr/2010/07/

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après la version mise en ligne par
http://vatopaidi.wordpress.com/2010/07/21/an-extraordinary-meeting-with-elder-paisios-seven-years-after-his-death/

1 commentaire:

Misha a dit…

Merci beaucoup pour la traduction et reproduction!