"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 11 janvier 2009

DE LA SOLITUDE UTILE A L'AME/ Moine Séraphim


[447706167_af011a52ee.jpg]

Sur le blog de Père Nicodème de Nice: 
Spiritualité & Tradition
Un texte splendide du hiéromoine Séraphim,
ermite au Mont Athos.

Aujourd'hui, j'ai pleuré en songe...
Mon Seigneur, accorde-moi d'être seul, afin de trouver le salut dans la crainte de Dieu ! L'instinct grégaire m'entraîne, et je ne puis trouver la crainte. Nos lèvres sont avec nous, qui est notre maître ? (Ps. 11,5). Nous sommes comme des fourmis tombées à l'eau qui s'accrochent l'une à l'autre et périssent. Il n'y a ni intelligence ni crainte de Dieu chez les êtres déchus, c'est pourquoi, pour commencer son salut, il faut comprendre qu'est bienheureux, l'homme qui ne s'en est pas allé au conseil des impies (Ps. 1,1). Nous sommes tous déchus, nous ne vivons pas selon la loi du Seigneur, nous nous contentons uniquement de désirer être sauvés... Bienheureux celui qui se complaît dans la Loi du Seigneur et médite Sa loi jour et nuit (Ps. 1,2) : comment ? En combattant l'instinct grégaire des êtres déchus, en s'isolant, autant extérieurement qu'au plus profond de son âme, en gardant en permanence la solitude intérieure. C'est ainsi qu'il faut vivre pour ne pas perdre la crainte de Dieu. Celle-ci naît dans la solitude lors de l'approche du Seigneur, du Saint qui s'avance comme du feu, consumant devant Lui tout ce qui est impur et insolent. Pris dans le vertige général, les êtres déchus ne perçoivent pas cela; ils se précipitent l'un l'autre dans le fossé, selon la vision de saint Pachôme.
Il y a l'amour au Nom du Christ, celui que l'on se doit d'accomplir par les oeuvres à cause du commandement. Il y a aussi l'amour qui permet de tendre vers le Christ et de Le connaître par la communion spirituelle avec des gens du même esprit en Christ. Il y a encore l'amour-affinité, qui aboutit à une union intérieure par amitié spirituelle, mais qui, chez des âmes qui n'ont pas encore atteint une vie spirituelle véritable, commence par le spirituel et passe ensuite à un état inférieur par défaut du spirituel et, à cause de l'affinité et de l'union intérieure qui s'est formée, attire les deux âmes dans le fossé.

>>Lire la suite sur le blog de Père Nicodème:
http://spiritualite-orthodoxe.blogspot.com/

Aucun commentaire: