"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 31 août 2008

Saint Théophane le Reclus/ Psaume 118 (11)


Святитель Феофан Затворник

Teth. Boue, argile. Les difficultés forment l'âme.

La neuvième octave est placée sous le signe de la lettre Teth. Boue, argile. La boue signifie la saleté, mais elle peut-être utilisée pour guérir, et on fait en argile des récipients utiles. D'une manière similaire, le Seigneur façonne l'âme par divers moyens qui sont : la grâce et sa parole (v. 65, 66) la vie triste ou heureuse (v. 67, 68) avec le consentement de Dieu, la persécution humaine (v. 69, 70) et la conviction que tout ceci est sous l'influence directe de Dieu, et ainsi tout est pour le bien de l'homme. (v. 71, 72)
Dans l'octave précédent, il fut montré comment un pécheur est arraché au péché et se tourne vers Dieu, ici l'on voit comment la perfection intérieure est façonnée par le Seigneur par les circonstances extérieures de la vie.

Verset 65 : "Tu as agi avec bonté envers ton serviteur Seigneur, selon ta parole."

Qui peut dire une telle chose ? Celui qui a été converti par la grâce de Dieu du péché à la vertu. On ne peut s'empêcher de voir comment les paroles de Dieu sont accomplies : le Seigneur ne veut pas la mort du pêcheur, mais il veut l'enseigner et le sauver de façons diverses.

Verset 66 : "Apprends-moi la bonté, la rectitude de la vie et la connaissance, parce que j'ai eu foi dans tes commandements."

Le Seigneur a donné en partage la bonté, et il a enseigné l'homme afin qu'il comprenne qu'il n'est nulle autre voie, si ce n'est celle des commandements. Cependant, ayant commencé à cheminer sur cette voie, l'homme comprend immédiatement son ignorance et son impuissance, et il demande à Dieu de lui enseigner la bonté - l'amour des hommes, la rectitude de la vie - l'art de la vertu active - la sagesse - la connaissance des choses divines. C'est un programme éducatif complet. D'abord est la foi est la confiance en la parole de Dieu, et maintenant la demande de la grâce de Dieu.

Verset 67 : "Avant d'être humilié j'ai péché, aussi j'ai gardé ta parole."

A partir de maintenant, on décrit la pédagogie divine par les moyens extérieurs : affliction, malheur et deuils. Le prophète insiste sur le fait qu'ils conduisent sur le chemin de la vertu et comment dans les mains de la Divine Providence, ils sont souvent un moyen sûr - si ce n'est le seul- d'amener le changement et la perfection chez l'homme. C'est pourquoi ceux qui recherchent la perfection mènent une vie (pleine) de privations.

Verset 68 : "Tu es bon Seigneur, en ta bonté, enseigne-moi tes jugements."

La richesse et la pauvreté, le renommée et l'obscurité, la gouvernance de soi et l'humble obéissance et toutes les autres positions et circonstances de la vie, sont des moyens pour former le caractère dans les mains de Dieu. Chacun reçoit ce qui est mieux pour lui, car le but de l'existence, est la perfection morale et tout en notre vie est dirigée vers cette fin par Dieu.

Verset 69 : "L'injustice des orgueilleux s'est multipliée contre moi, et moi, de tout mon cœur je scruterai tes commandements."

Il nous est montré comment les fausses accusations servent à la perfection morale dans les mains de Dieu. Elles deviennent une méthode d'éducation dans la piété. Le Sauveur a dit aux apôtres qu'ils n'étaient pas de ce monde et que le monde entier les haïrait.

Verset 70 : "Leur cœur s'est caillé comme le lait ; mais moi j'ai médité ta loi."

Par nature le cœur humain est pur, doux, chaud, cependant quand le vice y entre, il devient plus froid, plus dur, plus sombre. Comme le lait qui devient épais, moins fluide, la fausseté resserre le cœur, sa douceur naturelle est abîmée par la méchanceté et la malice. Avec le péché à l'intérieur et la pauvreté des orgueilleux autour de lui, le croyant devient encore plus convaincu de s'en tenir aux commandements de Dieu, car en eux, il trouve un appui contre ses propres péchés, et le soulagement contre les attaques des méchants.

Verset 71 : "C'est un bien pour moi que tu m'aies humilié, pour que j'apprenne tes jugements."

Le prophète étant enseigné par l'entraînement moral des misères de l'existence et les fausses accusations, remercie Dieu maintenant de l'avoir conduit à travers ce triste chemin de connaissance, car il n'est pas possible sans lui d'apprendre à ne pas pécher.

Verset 72 : "Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche, que des monceaux d'or et d'argent. "

C'est la conviction par laquelle l'âme existe dans la fournaise des tentations, la loi a pénétré tous ses mouvements, tous ses désirs, elle donne à l'intellect une réponse à tous ses problèmes, satisfait les aspirations du cœur et lie la puissance de la volonté.

Le Psaume 118
d'après le commentaire de
Saint Théophane le Reclus

Edition abrégée du T.R.P. Gleb VLESKOFF
du Monastère de Novo Diviyevo 
( U.S.A.)
Version française de Claude Lopez-Ginisty
Traduit avec la bénédiction de Père Gleb Vleskoff
(Psaume dans la version de l’Archimandrite Placide)

Aucun commentaire: